Epilogue

Par Edorra

Océane

— Tu vois, Davis, c’est là que ton père est parti.

— Il s’est envolé par-dessus la mer ?

— Oui.

— Pourquoi ?

Je ne trouve pas les mots. Comment expliquer la mort à un garçonnet de cinq ans ? Lui parler des anges et du Paradis ? Mon fils  n’a jamais rien su des valeurs monothéistes terriennes, et je ne suis pas sûre de vouloir les inculquer. Je pourrais aussi lui raconter un conte de fées ; ce serait dans mes cordes. J’opte pour un simple :

— Il n’avait pas le choix. On part tous un jour, et on ne revient pas.

— Mais toi, tu es revenue.

Je serre tendrement sa petite main dans la mienne. Je le rassure, lui promets que je ne l’abandonnerai plus jamais. Que le choix que j’ai fait à sa naissance est loin derrière nous.

 

Les larmes aux yeux, j’observe le soleil se coucher sur les eaux tumultueuses de l’Atlantique alors que ma scène chimérique s’envole. Un an, cela fait juste un an que les cendres de Dima s’envolaient par-delà l’océan. J’ai parfois l’impression que c’était hier, que ces douze derniers mois faisaient juste partie d’un rêve.

Mais je sais ô combien c’est faux. Le vide au creux de mon ventre et mes seins gorgés de lait me le rappellent sans cesse. Davis me manque à un point fou, comme si on m’avait amputé d’une partie de moi. Mais ce choix, je l’ai fait moi-même. Je ne sais toujours pas si j’ai eu raison ou tort. Je n’ai pas voulu prendre le risque de l’exposer au danger. Mais peut-être ai-je aussi eu peur de ne pas savoir m’occuper de lui. Je laisse échapper un soupir.

Le son du ressac me berce presque alors que je songe aux eaux calmes du lac sur Lasmonia. Je me demande ce que Davis fait en ce moment. Est-ce qu’il dort ? Est-ce qu’il me réclame à cor et à cris ? Ou m’a-t-il déjà oublié ? Je suis certaine qu’il est choyé par tous les Oscoris et Sineus. J’espère que Yanael m’a écouté et se méfie d’Azyael. Lors de mes adieux, mon demi-frère aîné s’était contenté de m’observer d’un regard profond, où planait l’ombre d’une menace. Cela dit, je ne pense pas vraiment qu’il s’en prendra à Davis. Ses proches l’en empêcheront.

J’ai vécu une année incroyable, apprenant qui j’étais vraiment, et ce que j’étais capable de faire. Ça me fait un peu peur parfois. Je me fais un peu peur. Je n’ai aucune envie de devenir une espionne au long cours ou une pilleuse d’esprit. Je n’ai aucune envie de me jouer de mes congénères. Je laisse ça pour mes rôles au cinéma.

Yanael m’a répété maintes et maintes fois que le résultat de sa quête serait bénéfique pour toute l’humanité. Je l’entends encore me dire que la paix et l’amour remplaceraient la violence sur la Terre. Je crois toujours qu’il est bien trop naïf et utopiste. Comme si une telle chose était possible. Cela dit, sans la violence, Dima serait encore là aujourd’hui. Je ne fêterais pas l’anniversaire de sa mort.

Quoique soit le résultat de la quête de mon père, peut-être en vaut-elle le coup ?

Quelques larmes s’échappent de mes yeux. Près de moi, Fred s’approche et glisse tendrement sa main dans la mienne. Je tourne mon visage vers lui et le remercie du regard. Si je suis certaine d’une chose, c’est que mon ami ne me laissera jamais tomber. À moi de tout faire pour qu’il n’en paye pas le prix.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez