Dîner

Par Dédé

Ce soir, Prune a invité Anton dans son appartement. Ils se sont rencontrés, il y a quelques semaines, au cinéma. Tous les deux ont un faible pour les comédies romantiques. Le hasard a fait qu’ils se sont assis l’un à côté de l’autre. Après la séance, ils n’ont pas pu s’empêcher de se retrouver dans un bar, pas loin, pour débriefer. Et faire connaissance aussi. Puis, ils se sont quittés en se donnant un nouveau rendez-vous cinéma. Jusqu’au jour où Prune a invité Anton chez elle.

La sonnette résonne dans les tympans de l’hôtesse. Anton vient d’arriver ! Elle se dirige vers la porte. Le bruit de ses bottes en caoutchouc qui lui arrivent jusqu’aux genoux retentit sur le sol à chacun de ses pas. Elle se regarde dans le miroir, s’arrange une mèche de cheveux roux qu’elle replace derrière l’oreille. Elle ouvre la porte et elle n’est pas déçue par ce qu’elle voit.

Il lui manque un bouton à sa chemise. Le vêtement dépasse à plusieurs endroits de son pantalon gris toué. Ses chaussures semblent boueuses. Ses cheveux sont aussi secs que de la paille. Ses lunettes rondes lui glissent sur le nez. Prune ne sait comment l’expliquer mais elle trouve cet homme vraiment charmant. Quelque chose lui inspire confiance. De toute façon, ils se retrouvent uniquement pour un apéritif dînatoire devant un film.

— J’ai apporté des Pringles, annonce l’invité d’une voix presque triomphante.

Comme s’il s’agissait d’un laisser-passer, elle s’empare du paquet et le laisse entrer. Il est un peu timide. Elle le comprend, elle agit de la même manière quand elle est en territoire inconnue. En le regardant, elle s’en veut un peu de ne pas lui avoir proposé un lieu de rendez-vous plus neutre. Mais, c’est plus fort qu’elle. Elle a eu envie de le connaître, sans distractions, sans foule autour d’eux. Se retrouver uniquement avec lui. Parce qu’elle se sent bien. Tellement bien qu’elle se sent libre de passer la soirée avec ses bottes aux pieds. D’habitude, elle se serait déguisée en robe rouge et talons hauts. Mais avec Anton, elle a envie de faire différemment. Envie de se montrer telle qu’elle est. Sans tricher, même au début.

Le regard de l’invité s’arrête aux bottes. Il sourit.

— Je te propose qu’on aille s’asseoir sur le canapé du salon. J’apporte le Nesquik.

Ils ont un autre point commun : leur boisson favorite. Alors qu’il prend place sur le canapé, Prune apporte deux tasses. Sur la première, on y voit une petite fille. Une danseuse. Elle agite ses bras avec douceur alors que le sol de marbre ne souhaite que l’engloutir. Anton voit toute la détermination et la concentration dans les yeux de cette petite fille. Il en est sincèrement ému. Voyant qu’il ne quitte pas la tasse des yeux, Prune la lui remplit de boisson chocolatée. Sur la deuxième tasse, la même petite fille se retrouve face à un lion. Au lieu de fuir, Anton a l’impression qu’elle bombe le torse en se contractant les muscles du bras. Là aussi, il y voit une certaine force.

— J’aime bien tes tasses, dit-il simplement.

Il cache son émotion. Il ignore pourquoi il ressent des sentiments aussi forts. Mais ces tasses arrivent à l’émouvoir jusqu’au plus profond de lui-même. Comme si elles avaient une histoire à raconter. Il hésite même à demander à son amie s’il en existe d’autres. Pour savoir ce que la petite fille a dû affronter d’autre au cours de sa vie.

— Ah ! Oui… Ces tasses. Je n’y avais pas fait attention, répond Prune.

Jamais elle ne se sert de ces tasses-là. Elle ne comprend pas ce qui lui a pris. Parmi toute sa collection, il a fallu que ce soit ces deux-là.

— Elles ont quelque chose de particulier ?

Anton se mord la lèvre inférieure. Il s’est peut-être montré trop curieux. Prune ne voit pas d’inconvénients à lui répondre :

— Je n’ai pas eu une enfance, ni même une adolescence très joyeuse. Pour me remonter le moral, mon grand frère avait pour habitude de me faire des dessins…

Anton écoute attentivement son récit. Au fur et à mesure, son cœur se serre. Il aime la voix qu’il entend flotter dans la pièce. Il est sensible à l’émotion qu’elle cherche à dissimuler.

— Il faisait toujours les mêmes dessins. À chaque fois, c’était moi, une héroïne faisant face à toutes sortes de danger. Le premier, c’est d’ailleurs le dessin qu’il y a sur ta tasse.

L’invité regarde son breuvage, comme s’il allait voir apparaître autre chose à côté de cette danseuse.

— J’étais stressée à la veille de mon premier gala de danse. Mon frère m’avait demandé quel était, pour moi, le pire des scénarios. Je ne sais pas pourquoi… Je lui ai répondu que j’avais peur d’être dévorée par la scène.

Anton comprend mieux l’image sur la tasse.

— Deux jours plus tard, il a glissé sous la porte de ma chambre une feuille de papier. Et, c’était ce dessin. Celui que tu as sous les yeux.

L’émotion s’empare de la pièce. Anton a de suite compris qu’une belle histoire s’est cachée derrière la tasse. Il ne s’est pas trompé. Pourtant, il n’a entendu que la moitié de l’explication. Distrait par le récit de Prune, il trempe un Pringle dans le Nesquik avant de le croquer à pleines dents.

— C’est… C’est trop mignon…

C’est tout ce qu’il a pu dire. Il ne s’est même pas aperçu de l’innovation culinaire qu’il vient de tester sous les yeux de son amie.

— Maintenant, à chaque Noël, je reçois une tasse sur laquelle il a reproduit tous ses dessins de moi. Je me souviens de ce qu’il m’a expliqué… C’était pour que je me rappelle chaque matin à quel point j’étais forte. Que je pouvais tout affronter.

N’ayant vu aucune grimace sur le visage d’Anton quand il a goûté à son Pringle au Nesquik, Prune décide d’en faire de même. Cela surprend son invité jusqu’à ce qu’il s’aperçoive qu’elle ne fait que l’imiter. Le dégoût se transforme rapidement en surprise agréable. C’est loin d’être mauvais, en fait. Alors, il recommence encore, encore et encore.

— Ton frère est génial… C’est… C’est incroyable, toute l’imagination qu’il a ! Il doit t’adorer à un point…

— Je crois qu’il m’adore un peu trop, déclare-t-elle en souriant.

— Je trouve votre relation très touchante, confie Anton.

Prune rougit. Elle s’aperçoit qu’elle a un peu trop monopolisé la discussion. Elle bafouille quelques excuses.

— Tu n’as pas besoin de t’excuser. Pour dire vrai, je mourrai d’envie de connaître l’histoire derrière cette danseuse.

Prune n’en revient pas de voir à quel point elle se sent à l’aise avec lui. D’habitude, elle est si timide, discrète… Elle culpabilise de ne parler que d’elle depuis le début :

— Et toi ? Tu as des frères et sœurs ? Des tasses qui te rappellent des souvenirs d’enfance ?

Anton sourit. Il a bien quelques anecdotes à raconter. Mais rien d’aussi fort que ce lien fraternel qui unit Prune et son grand frère. Il lui promet de se dévoiler davantage au prochain rendez-vous. Car il a très envie de la revoir.

— Il n’y a plus de Pringles ! Je crois que c’est l’heure de lancer le film, lance-t-il en lui tenant la main alors qu’ils sont tous les deux enfoncés dans le canapé.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Djina
Posté le 13/11/2020
Oh maintenant je veux tomber amoureuse et j'adore l'histoire de la danseuse amenée comme ça, c'est choupi tout choupi ::: ! Et les bottes je les imaginais jaunes xD C'est tellement tout mignon, j'ai envie de câlins, c'est trop mignon, tout doux merci !
Mayo
Posté le 30/07/2020
Alors ... Bon... des pringles au nesquik /o\ keskecé encore ces z'histoires ? X)
Un belle petite scenette toute en simplicité et touchante :3
Je me permets juste de relever l'absence d'un "r" à "pantalon gris tRoué " et la repetition de "lancer" dans "lancer le film [...] lanca-t-il" qui me gene un poil. Rien de fou ^^
A bientôt !
Dédé
Posté le 30/07/2020
Merci pour les coquilles ! :D

Et merci aussi d'être passée par ici ! A bientôt, Mayo ! :D
Jamreo
Posté le 17/07/2020
Euh c'est vraiment bon les Pringles au chocolat ? XD
Une chouette petite scène et l'idée de ces tasses est très rigolote ! J'aimerais bien en avoir de si personnalisées !
Dédé
Posté le 27/07/2020
Honnêtement ? Je ne pense pas ;) Mais j'avais envie d'une association culinaire originale et va savoir, c'est ça qui m'est venu. Si tu veux tester, à toi l'honneur ! ;)

Tu veux des tasses personnalisées ? Je note ! :P
Yvaine
Posté le 08/06/2020
C'est fou, vous avez un véritable talent pour créer les ambiances sur PA ! On est vite emporté avec Prune et Anton, et l'idée des dessins sur les tasses est magnifique. Après tout, on peut tout affronter ❤
Dédé
Posté le 09/06/2020
Chaque Plume a son talent particulier. Comme je suis certain que tu en as un toi aussi ! ;)

Oui, je voulais un peu de résilience et d'optimisme avec cette nouvelle. J'aime l'idée qu'on puisse tout affronter, même avec aide. Je dirai même SURTOUT avec aide. Prune a de la chance d'avoir un frère comme celui-là.

Merci, Yvaine !! :D
Elore
Posté le 01/06/2020
Oh Dédé ! J'aime toujours autant ton style, simple mais touchant et qui sonne très vrai. Les interactions entre Prune et Anton font réaliste, j'espère qu'on les reverra si les cartes s'y prêtent. Et cette histoire de dessin est si touchante, c'est une belle façon d’interpréter la carte ♥

Merci pour ce joli moment de lecture !
Dédé
Posté le 04/06/2020
Un jour, il faudra que je te révèle que ton commentaire m'a aidé à prendre une décision très importante. Un jour… ;)

Je suis ravi que tu soulignes le réalisme de ces interactions et que tu aies été touchée par cette histoire ! J'essaie de toujours trouver l'émotion dans chaque carte. Oui… J'aime bien m'imposer des défis : réalisme et émotion. Parce que la carte en soi, c'était tellement pas suffisant… (ironie)

Merci à toi pour ce joli commentaire, Elore ! :D
Xendor
Posté le 31/05/2020
Salut Dé ! J'ai bien aimé cette nouvelle aussi. Tu as un don pour les interactions sociales. Je suppose que le "je" doit un petit peu aider :) Encore merci pour cette nouvelle. Cela me fait du bien de voir commencer ce genre de relations, je me dis qu'il y a de l'espoir pour nous. Merci :)
Dédé
Posté le 04/06/2020
Un don pour les interactions sociales ? :D Uniquement en ce qui concerne l'écriture alors ! :P

Ma narration n'était pas en "je" (sauf erreur de ma part). A moins que tu parles des "je" du dialogue. Dans ce cas, oui, j'essaie de me projeter dans chacun de mes dialogues. Incarner chacun de mes personnages pour les faire parler (je ne suis pas fou, il y a erreur !!).

L'espoir est partout ! :D

Merci Xendor d'être toujours aussi enthousiaste et visiblement charmé par mon univers. Ca me touche beaucoup ! :D
Allie Oster
Posté le 31/05/2020
Beh, il faut que je repasse par ici pour constater que mon commentaire ne s'était jamais envoyé x)

Du nouveau une interprétation très sensible de la carte. Tu as le don de les remettre sur la route du réalisme sans rien enlever à leur charme: c'est toujours très beau et réussi! <3
Dédé
Posté le 04/06/2020
Je vais tenter de faire un recueil réaliste. Vu les cartes que j'ai vues passer, j'ai pas choisi la facilité… Oups ! :P

Je suis content que tu trouves toujours de la sensibilité et de la beauté dans mes textes. C'est exactement ce que je cherche à entretenir sans faire tomber le lecteur dans une certaine lassitude.

Alors, merci pour ce retour bourré de compliments, Allie ! :D

(je compatis tellement pour le commentaire non envoyé… la frustration…)
Alice_Lath
Posté le 29/05/2020
Ooooh, mais c'est beaucoup trop mignonne! Moi aussi je veux pouvoir tremper mes pringles dans mon nesquik avec quelqu'un huhu, je vais me trouver ça. En tout cas, je suis vraiment ravie de te voir développer de nouveau ton univers si doux, si bien écrit, si tendre. Tes personnages sont vraiment super attachantes et moi qui ne suis pas très romances, je dois avouer que j'ai vraiment trouvé ça hyper mega mignon et super accroché aux personnages. Bravo à toi!
Dédé
Posté le 29/05/2020
Merci Slibar !! <3

Je suis content de t'avoir accroché sur de la romance. J'aime toujours autant expérimenter des bidules avec les DLP !

Courage pour le trempage ! J'attends de tes nouvelles.
PetraOstach - Charlie O'Pitt
Posté le 29/05/2020
Elle tellement trop mignonne cette histoire ! C'est la rencontre idéale !
Je me suis laissée embarquer dans ton récit. J'étais au rdv, en train de les espionner. J'ai presque eu envie de goûter les Pringles au Nesquick. Je dis bien presque !
Ca m'a rappelé que la même chose m'est arrivée, rencontrée quelqu'un au cinéma, assis à côté de moi. Mais ça ne s'est pas fini pareil, il m'a vite semblé étrange 😂
Merci pour cette belle petite histoire digne d'une comédie romantique ❤
Dédé
Posté le 04/06/2020
Presque étant un détail plus qu'important !

Je suis content de voir que tu as accroché à ce point ! La nouvelle étant un peu plus longue que d'habitude, j'avais peur de perdre en efficacité et de me perdre dans mon propos. Ton retour me soulage énormément !

Eh oui… Je suis un romantique. Chut… Il faut pas le dire ! ;)

Merci d'être passée, Petra ! :D Tes retours sont encore plus savoureux qu'un Pringle trempé dans le Nesquik ! ;)
Zig
Posté le 28/05/2020
Faut que tu arrêtes avec les trucs trop mignons qui me font fondre le kokoro... je vais finir en flaque de slime à paillettes, si ça continue..

j'avoue que quand j'ai lu : "Prune ne sait comment l’expliquer mais elle trouve cet homme vraiment charmant.", j'ai pensé que c'était un tueur en série qui allait la bétonner xD Je ne suis pas déçue pour autant, c'est un autre registre que tu nous offres, et il est très beau.

J'aime bien les petits morceaux de vie, comme ça...

Par contre... pas moyen que je tente le Pringle au Nesquik !
Dédé
Posté le 04/06/2020
Je devrais mettre un "Alerte : l'innovation culinaire de cette nouvelle est fortement déconseillée, cela va de soi" xD

Non, pas d'horreur dans la nouvelle, j'essaie de rester gentillet. Je suis content de savoir que tu aimes les morceaux de vie car… sans trop de surprises… il y en aura d'autres ! ;)

En tout cas, merci de ton passage, Zig ! C'est un plaisir, comme toujours ! :D
_HP_
Posté le 26/05/2020
Hey !!

On passera l'étape du Pringles au Nesquik... Je me demandais, est-ce que c'est inspiré de ta cuisine ? Le Cluedo, maintenant le DLP... 😜
C'est vraiment très émouvant, chacun de tes textes est doux, tu as une part de sensibilité que tu ne montres pas souvent, et on la voit dans ces textes. J'ai adoré cette interprétation de la carte, bravo Dédé <3

• "Le vêtement dépasse à plusieurs endroits de son pantalon gris toué" → "troué", non ? Ou le toué est quelque chose que je ne connais pas (ce qui est possible hein) 😄
• "Elle le comprend, elle agit de la même manière quand elle est en territoire inconnue." → inconnu
Dédé
Posté le 26/05/2020
Oups, désolé pour les coquilles…

Et non, ma cuisine n'a rien de bizarre. J'avais envie d'une touche de fantaisie un peu dans la nouvelle. Pour apaiser un peu l'émotion. Encore, je me suis retenu côté émotion.

Merci, HP !! :D
Cocochoup
Posté le 25/05/2020
Des Pringles dans du nesquick... Je ne ferai aucun commentaire sur cette innovation culinaire ahum
Que dire de cette nouvelle... Si touchante ! Décidément Dédé je découvre ta sensibilité à travers chacun de tes textes. C'est une tres belles histoire et tradition, ces tasses qui marquent un évènement de vie important ❤️❤️
Dédé
Posté le 25/05/2020
Quelle rapidité ! :D

J'ai voulu mélanger la romance à un peu d'absurde pas si absurde que ça. Je voulais un peu casser les apparences des rendez-vous. Et j'avais des doutes sur le côté sensible, un peu peur d'être passé à côté de ce que je voulais transmettre. Je suis content d'avoir réussi mon petit effet !

Merci Coco !! <3
Vous lisez