Coups de soleil

Par Maud14

Deux jours passèrent sans qu'ils n'obtiennent la moindre réponse, le moindre soubresaut d'opportunité. Lorsqu'ils n'harcelaient pas leurs contacts, ils se baladaient dans la ville alentours, ou profitaient de la plage en bas de l'hôtel. Mais ils ne s'aventuraient pas dans le Sud, sans Koinet. Ali commençait à s'impatienter, nerveux à l'idée de ne pas avancer comme il le souhaitait. Il tournait en rond, faisant les cents pas entre deux minuscules baignades, remontant régulièrement dans sa chambre, sans doute pour donner de nouveaux coups de téléphone. Sa conscience professionnelle était mise à l'épreuve, et il ne voulait pas passer pour un homme en vacances. Se baigner, selon lui, était du farniente. Malgré que se baigner, toujours selon lui, revenait seulement à tremper les orteils.

Le soleil laissait déjà son emprunte sur leurs peaux. Le teint halé de Hyacinthe ne rivalisait pourtant pas avec celui d'Ali, qui avait carrément bruni. Ses origines libanaises se libéraient petit à petit sous le ciel africain. Quant à Alexandre, sa peau pâle avait conséquemment rougie au début, puis sa carnation devenait plus dorée. Lorsqu'il ne nageait pas, il allait naturellement prêter main forte aux pêcheurs Tanzaniens qui s'affairaient sur leurs établis de fortune. 

Le second soir, il rejoignit Ali et Hyacinthe à leur table fétiche après une journée entière passée sur la plage à écailler, évider et découper les poissons. De grandes auréoles rouges vives se dessinaient à travers son debardeur sur ses épaules, ses bras, et la naissance de son torse. Ses lèvres, pleines, étaient gercées par le soleil et il ne cessait de les humidifier avec sa salive, les empêchant de cicatriser. 

« Oh l'pigeon, t'as bien cramé toi aujourd'hui!, ricana Ali en louchant sur les énormes coups de soleil peinturlurant son corps. Je remonte j'ai une visio à passer, on se rejoint plus tard »

Alexandre se laissa aller contre le dossier de la chaise mais un rictus de douleur tordit son visage et il s'en écarta brusquement. 

« Tu as pris ta douche l'albatros? », demanda Hyacinthe, à moitié amusée de le voir dans cette situation. 

« Non », souffla-t-il en restant raide comme un piquet sur sa chaise, redoutant que sa peau n'entre en contact avec le moindre objet. 

« Vas-y, je te filerai de la pommade à mettre sur tes coups de soleil »

Alexandre acquiesça et remonta vers l'hôtel à la suite d'Ali. Puis, Hyacinthe marcha sur leurs pas, lentement, après s'être baignée une dernière fois dans l'eau turquoise de l'océan. Elle regagna sa chambre et fouilla dans ses affaires pour trouver la biafine. Ses cheveux dégoulinants aspergeaient de l'eau sur ses draps, ses vêtements, et sur sa robe. Une fois trouvé, elle ouvrit la porte et tomba sur Hercule fraîchement lavé. Elle lui tendit le tube de crème, et avisa les marques rouges qui ressortaient de son t-shirt blanc. Il avait travaillé  toute la journée torse nu, le résultat ne devait pas être beau à voir.

« Tu veux que je t'aide avec le dos? », interrogea-t-elle, dans une proposition presque maternelle. 

Il la regarda, surpris, mais hocha la tête. Il la suivit dans la chambre, obéit à son coup d'oeil en s'asseyant sur le lit et ôta son vêtement d'un geste souple. La peau était presque à vif et commençait déjà à peler par endroits. 

« Tu ne t'ai pas raté », siffla-t-elle en riant malgré elle. 

« Le soleil peut-être vicieux », grommela-t-il en jetant un coup d'œil au plafond. 

Hyacinthe récupéra une grosse noisette de la crème et la répartit entre ses deux mains. 

« Ça risque d'être un peu froid », prévint-elle avait de poser ses paumes sur les larges omoplates du grand brun. Elle sentit ses muscles se tendre légèrement sous le contact. Puis, elle entreprit de faire pénétrer la biafine en esquissant de doux et petits mouvements. Une chaleur irradiait de lui, réchauffant un peu plus son sang à elle. 

« C'est agréable », chuchota Alexandre qui ferma les yeux. 

Son dos se courba un peu plus vers l'avant pour faciliter le travail des doigts de la jeune femme. Le mouvement plia sa longue colonne vertébrale qu'elle pouvait percevoir sous la peau et les muscles énergiques de l'homme. Puis, les mains de Hyacinthe empoignèrent ses trapèzes qu'elle enduisit également de crème. A genoux derrière lui sur le lit, elle lui intima de se retourner. Deux yeux bleus à moitiés clos lui firent face à nouveau. Son visage s'était apaisé, son corps s'était détendu. 

Hyacinthe sortit de sa trousse de toilette un petit tube de pommade pour les lèvres qu'elle lui tendit. 

« Qu'est-ce que c'est? », souffla-t-il, visiblement engourdi.

La jeune femme ouvrit le capuchon, fit perler la substance grasse sur le bout de son index qu'elle approcha du visage d'Alexandre. Celui-ci s'empara nerveusement de son poignet pour l'arrêter sous l'effet de la surprise. Son regard l'interrogea, presque inquiet. Un rire cristallin éclata de la gorge de Hyacinthe et se déversa dans la chambre. 

« Aie confiance », lui dit-elle. Il relâcha son emprise et elle déposa son doigt sur la lèvre inférieure d'Alexandre complètement crevassée en lui tenant fermement le menton de son autre main. 

« Le soleil et la chaleur te les ont fissurés »

Elle passa doucement l'onguent sur la peau craquelée, comme pour appliquer un pansement. Les yeux d'Alexandre l'observaient,  légèrement écarquillés, mais il se laissait faire, n'opposant aucune résistance à la pression de ses doigts fins. Son regard et sa présence si proches la déstabilisèrent. Elle n'avait jamais été aussi proche de lui, et son odeur lui parvenait distinctement. Celle de sa peau. Celle de ses cheveux mouillés. Un vague mélange de sève boisée et de musc. Hyacinthe recula vivement la main, comme si elle s'était brûlée.

« Voilà, tout devrait aller mieux demain! », s'exclama-t-elle en se levant précipitamment. 

« Merci », dit-il tout bas avant de se relever. 

« Tu devrais t'en mettre aussi devant, mais pour ça tu ne devrais pas avoir besoin de mon aide », plaisanta-t-elle en lui tendant le crème. 

Légèrement sonné, il l'accepta posant un regard machinal sur son torse. 

« Hyacinthe, je peux te poser une question? », reprit-il en relevant son attention sur elle.

« Oui, bien sûr »

« Qui est Lucas? »

« Qu... quoi? », lâcha-t-elle d'une voix blanche en reculant d'un pas.

Livide, elle fixait Alexandre attendant qu'il ne lui dise où il avait entendu ce prénom. 

« Tu l'as appelé quand tu dormais dans l'avion, et aussi... l'autre fois quand on se baignait pour la première fois ici » 

Le coeur de Hyacinthe loupa plusieurs battements. Elle s'était fait trahir dans des moments de vulnérabilité. 

« C'est personne », trancha-t-elle froidement. 

Les yeux d'Alexandre la fouillèrent, puis, il plissa légèrement le front.

« D'accord », dit-il simplement avant de sortir de la chambre. 

Les battements sourds dans la poitrine de Hyacinthe s'emballèrent, l'estomaquèrent, l'essoufflèrent. Elle se précipita sous la douche et laissa l'eau froide couler de longues minutes sur elle, le regard hagard, perdu dans la mosaïque bleue qui l'entourait. 

*****

Ils s'étaient réunis pour dîner dans le restaurant de l'hôtel car la pluie tombait à flot. Ahmed leur annonça que son contact à la mairie de Mtwara avait répondu favorable à leur requête, mais qu'il souhaitait tout de même conserver l'anonymat. Pour le moment, ils se contenteraient de ça. Il fallait qu'ils récoltent assez d'informations pour que le jour où ils auraient enfin Alamar sous la main, ils leur brandissent sous le nez le monticule puant des conséquences néfastes de leurs activités. Ce jour là, Hyacinthe serait prête. Prête à les mettre devant leurs responsabilités. Prête à en découdre avec eux. Ils étaient coupables. Ils devaient payer. Ils ne pouvaient pas s'en sortir comme ça. Dans leur prison dorée, protégé de tous, à coup de billets de banque. 

Le lendemain, ils ajouteraient une petite pierre à leur reportage. A leur édifice.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
joanna_rgnt
Posté le 05/05/2021
Ouuuuuu j'ai adoré ce chapitre ! Déjà je suis totalement fan du passage de la crème solaire hiiiiiiiiii
Ensuite, je suis sûre que lucas est son ex et qu'il s'est fait assassiné ou qu'il est mort lors d'une mission qui concerne les personnes d'ici ! Trop hâte de savoir !
Maud14
Posté le 06/05/2021
Il est vrai que j'ai bien aimé écrire et m'imaginer cette scène. entre cet ingénu et hyacinthe hehe
joanna_rgnt
Posté le 06/05/2021
Hihi les scene comme ca on adoooooooore
Vous lisez