Contes et comtes

Par Mart

 

 

Contes et comtes

 

 

Le soir était tombé rapidement sur la caravane, mais c’était avec la relative fraîcheur de l’air le seul indice que donnait l’hiver de sa présence à Vallion. Le campement actuel de la troupe serait le dernier arrêt avant l’arrivée à la capitale. Au centre des roulottes et chariots disposés en cercle, venait de s’allumer un feu de camp et un barde avait commencé à jouer quelques accords sur sa lyre, invitant les caravaniers, gardes et voyageurs à le rejoindre.

De la roulotte principale se dégageait un bon fumet de viande qui mettait l’eau à la bouche de tous ceux qui se rassemblaient autour du feu. Comme le but approchait, il était inutile de s’en tenir aux rations séchées, alors le cuisinier s’en était donné à cœur joie et avait préparé tout ce qui restait de ses provisions pour un dernier repas en commun. Enfin, pour ceux qui voudraient lui en acheter un bol. Mais peu se refuseraient ce plaisir après leur long voyage.

Deux personnes à l’écart du feu étaient occupées à soigner leurs chevaux. Elles venaient de plus loin encore que les autres. Le premier, un homme de taille moyenne à la longue chevelure de jais, avait les traits effilés et la pâleur typiques des terres boisées du centre-Ouest du continent. Son compagnon, malgré ce qu’aurait fait croire sa stature imposante, était une femme d’une beauté sauvage qui ne pouvait lui venir que des terres glacées du Sud-Ouest.

Ils ne s’étaient jamais vraiment mêlés à leurs compagnons, préférant manger leur pain de route et leurs rations séchées en compagnie l’un de l’autre. Ils avaient beaucoup de choses à discuter et guère envie que leurs propos tombent dans les mauvaises oreilles. Ils avaient gardé pour eux jusqu’à leurs véritables identités, donnant des noms d’emprunt convenus entre eux aux caravaniers et à l’éventuel voyageur qui les approcherait.

Mais ce soir l’attrait d’un peu d’amusement et surtout d’une bonne pitance était trop grand. Ils laissèrent donc leurs sacoches de selle fermées pour se joindre à la file rudimentaire qui s’était formée devant la marmite de ragoût.

Pendant qu’ils attendaient, le musicien se mit à conter une légende déjà bien connue pour introduire sa prochaine chanson :

– La lutte opposant Bien et Mal remonte à des temps immémoriaux. Aujourd’hui, la grande Confédération du Bien mate toute vilenie, mais il n’en fut pas toujours ainsi. Jadis, en des temps désormais légendaires, deux grandes armées s’affrontaient sans relâche. Les vaillants héros du Bien en décousaient jour après jour avec les pires monstres que cette terre ait jamais portés. Les démons du Mal étaient si féroces et si nombreux que les efforts combinés de toutes les terres du Bien ne purent en venir à bout, malgré tout le courage et toute la valeur dont firent preuve ses héros. C’est en ces temps de carnage sans fin que surgit le mystérieux ordre des Ombres. De puissants mages qui pour mieux servir le Bien avaient compromis leur vertu et teint leur magie de noir. Le prix qu’ils payèrent fut terrible, mais ils réussirent enfin ce qu’aucun autre n’avait pu accomplir : ils instaurèrent la Grande Paix en faisant surgir la chaîne de montagnes qui aujourd’hui encore sépare le Bien du Mal, nommée en leur honneur les Ombres.

Leur bol en main, les deux solitaires s’éloignèrent de nouveau alors que le barde commençait à chanter les hauts faits d’Asquérial de Vallion dit « Le Valeureux ».

– Qu’est-ce que tu en penses, que justement maintenant ressurgisse cette histoire ? Du hasard ?

Un pli soucieux barrait le front de l’homme fin. Il était visiblement tracassé.

– Je pense, oui, elle commence à passer de mode, mais cette histoire figure dans le répertoire de tout barde qui se respecte.

– Je n’aime quand même pas ça : les bardes ne sont pas idiots, quelque chose au sujet du trouble dans le Sud ou de la réunion du conseil doit s’être su.

– Tu es trop suspicieux, Yvan, et puis même si le barde était au courant de quelque chose, l’attitude du public montre bien son ignorance.

– Et toi, tu es trop insouciante, Brinda. Nous n’avons pas été convoqués pour rien. La circulation de rumeurs ne nous aiderait pas.

Elle était habituée à son caractère tranchant, mais ne l’appréciait pas pour autant. Elle décida donc de simplement clore la discussion en allant fourrager dans ses sacoches. Elle en sortit sa couverture de voyage, et s’enroula dedans après s’être emmitouflée dans sa cape. Elle se coucha sans dire un mot de plus. De toute façon, il faudrait reprendre cette discussion le lendemain en présence de tous les membres du conseil.

Yvan souffla et imita sa compagne. Après tout ce temps ensemble sur la route, il n’avait toujours pas réussi à se faire au caractère placide de Brinda. Dans ses terres, le moindre différend était sujet à des joutes verbales s’achevant souvent en rixes réglées à l’épée. Il n’était donc pas habitué à recevoir le silence pour toute réponse à une offense, mais il n’était pas sûr de bien avoir envie de se mesurer à la femme. S’il était réputé être la plus fine lame du continent, c’était en partie parce que les habitants des terres glacées ne vantaient pas leurs mérites et ne tiraient l’épée que lorsque c’était absolument nécessaire.

L’aube trouva la caravane déjà en route pour les portes de la grande capitale. Celle-ci les atteindrait vers le milieu de la journée, mais les deux membres du conseil ne feraient pas attendre leurs confrères aussi longtemps : ils étaient partis devant. Si près de la ville, la protection octroyée par la caravane ne leur était plus d’aucune utilité et ils n’avaient jamais joui de son confort. Leurs montures étaient fraîches après leur nuit de repos ; ils pouvaient donc se permettre de les presser un peu. Il était même probable que la jument blanche et l’étalon bai apprécient le changement de cadence : le rythme de la caravane devait paraître bien lent et usant à des chevaux de chasse habitués aux grandes chevauchées.

Lorsqu’ils arrivèrent au sommet de la dernière colline, la vue qui s’offrit à eux était époustouflante. Une foule de personnes à pied, à cheval ou conduisant un chariot convergeait vers les portes grandes ouvertes de la ville. Même à cette distance, les deux immenses lions qui les surplombaient étaient bien visibles. De près, ils devaient être absolument impressionnants. Mais derrière les hautes murailles de la capitale s’élevaient des tours les ridiculisant par leurs hauteurs. Celles-ci étaient presque aussi variables que leurs couleurs : si les tons chauds régnaient, certaines montraient des teintes aussi surprenantes qu’un indigo profond ou paraissaient sculptées à partir d’un gigantesque bloc d’améthyste. Il y en avait aussi des bigarrées, mais l’édifice le plus surprenant était certainement la tour du Conseil. Il ne valait pas en taille le palais qui trônait au milieu de la ville, encore trop loin pour qu’on en aperçût les détails, mais en grâce il lui était bien supérieur.

Brinda et Yvan durent calmer leurs montures qui piaffaient d’impatience, mais ne parvinrent pas à détacher leurs yeux de la tour. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’ils se rendaient à la capitale. Mais peu importait le nombre de fois qu’une personne vint à admirer ce spectacle, il n’y avait que ses habitants pour s’habituer à sa beauté. Et même parmi ceux-ci, il n’était pas rare d’en voir un qui s’arrêtât pour contempler la tour du Conseil. Qu’un tel édifice eût pu être bâti par des mains humaines paraissait improbable : il était possible de créer une spirale de couleurs comme sculpture, mais à une telle échelle ? Cela défiait toute logique. Ce n’était cependant pas le plus étonnant : dans un arrangement aussi gracieux qu’il semblait fortuit, sortaient des appendices à couleur unique aux différents étages de la tour bigarrée. L’œuvre était si finement exécutée que les formes étaient reconnaissables même depuis la colline où se trouvaient les deux conseillers. Plus encore : à leurs yeux, l’aigle émeraude, le lion pourpre, le dauphin indigo et les autres blasons des grandes maisons ne semblaient pas faire partie de la tour, mais flotter autour de celle-ci.

Yvan se rappela comment, la première fois qu’ils étaient venus, il s’était insurgé contre la hiérarchie que semblait supposer la tour, et que si les Vallion étaient en effet plus puissants que les Picaglie, il n’y avait aucune raison que l’aigle soit placé sous le lion. Brinda avait froidement observé que l’ours des Briseglace n’était même pas visible d’où ils se trouvaient, mais que cela n’avait rien à voir avec la valeur ou la puissance de sa famille. S’il avait réfléchi avec sa tête plutôt qu’avec sa vanité, il aurait vu que le lion n’était pas le plus élevé, mais bien le dauphin, et que la structure qui à première vue semblait hasardeuse n’était en fait qu’un classement des grandes maisons en fonction de leur latitude. « Géographique », avait-elle précisé avec un soupir devant son air courroucé.

Il sourit. S’ils étaient très différents, Brinda et lui étaient aussi complémentaires et s’entendaient mieux qu’on ne pourrait le croire à leurs échanges. Ce n’était pas pour rien qu’ils avaient fait chaque voyage ensemble depuis leur première rencontre.

Mais la bonne humeur d’Yvan ne dura pas, il savait bien qu’une alliance avec les Picaglie ne figurait pas parmi les priorités du seigneur Briseglace. Il devait d’ailleurs lui-même dès la fin de cette mission politique rendre une visite de courtoisie à ses voisins Sarquiau, et il n’avait aucun doute quant à la véritable raison pour laquelle son seigneur et père l’y envoyait. Il avait entendu dire que la fille Sarquiau était belle, mais l’idée de devoir courtiser une jeune fille à peine sortie de l’enfance ne lui plaisait pas.

Un coup dans les côtes de la part de Brinda le sortit de ses pensées, et après un dernier regard pour la tour, il lança sa monture à la poursuite de celle de sa compagne.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Rachael
Posté le 22/09/2018
J’ai bien aimé ce chapitre, qui nous fait connaître deux personnages dont on sent qu’ils vont être importants, et la ville dans laquelle ils se rendent. On sent aussi qu’il y a des enjeux à cette visite, même s’ils restent mystérieux pour le moment. JC’est bien dosé et agréable à lire.
 
J’ai un peu moins accroché à la description de la ville avec ses tours, que j’ai trouvé un peu longue, peut-être parce que j’ai eu du mal à visualiser certaines choses, en particulier la tour.
Autre petite chose qui m’a troublée, c’est la relation entre Yvan et Brinda. Au début on a l’impression qu’ils ne s’entendent pas trop (Elle était habituée à son caractère tranchant, mais ne l’appréciait pas pour autant.), mais pourtant ensuite on a l’impression inverse (S’ils étaient très différents, Brinda et lui étaient aussi complémentaires et s’entendaient mieux qu’on ne pourrait le croire à leurs échanges.). Bref, j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver…
 
Détails
qui ne pouvait lui venir : qui ne pouvait venir ?
leurs compagnons de route, préférant manger leur pain de route : repet
leur rations séchées : leurs
il n’y avait aucune raison que l’aigle sois placé sous le lion : soit
Un coup dans les côtes de la part de Brinda le sortit de ses pensées, et après un dernier coup d’œil : repet
Dans la partie de la description de la tour, tu as beaucoup de fois le verbe « sembler »
Mart
Posté le 27/08/2019
Coucou Rach'
Pardon de n'avoir jamais répondu à ce commentaire!
Je pense que j'ai dû me jeter directement sur cette description... Parce que je me souviens d'avoir lu ton com', pour lequel je te remercie encore!
Je vais vérifier si j'ai corrigé tout ce que tu as soulevé (je pense que oui, mais bon... Apparemment j'oublie des choses xD )

Bises!
VavaOmete
Posté le 11/09/2018
Coucou !
Je connaissais ton talent pour la poésie et je suis ravie de le retrouver dans la prose. J'aime vraiment la façon que tu as d'écrire, on y retrouve le rythme et les images qui ressortiraient normalement dans un poème, et c'est follement agréable à lire.
Je file lire la suite ^.^<br />Oh, et petite remarque en passant :<br />" s’élevaient des tours les ridiculisant par leur hauteur. Celle-ci était presque aussi variable que leurs couleurs :" => je mettrais "leurs hauteurs. Celles-ce étaient presque aussi variables [...]" sinon ça fait très bizare qu'une seule hauteur commune aux tours soit variable @_@
Mart
Posté le 11/09/2018
Coucou Vava!
Je viens enfin répondre à ton gentil commentaire. 
C'est que ça me fait vachement plaisir que tu compares ma prose à mes poèmes. J'ai essayé de soigner le style de ce récit sans en faire trop, et j'ai eu mes doutes (des gros doutes!) alors c'est vraiment rassurant, ce que tu dis :).
Merci aussi pour la coquille. Je viens de la corriger. N'hésite pas si tu en vois d'autres! Ce n'est pas toujours facile de se relire... 
 
Au plaisir de te lire! 
Isapass
Posté le 10/09/2018
L'atmosphère est bien différente de celle du prologue mais la scène du début, au milieu de la caravane est assez magique aussi : j'avais les images devant les yeux.
Le barde ! Ah quel bonheur les bardes qui nous content les légendes et nous permettent d'introduire nos histoires ! ;) C'est habile !
Quant à l'arrivée sur la capitale, ton décor est si original que j'avoue ne pas tout à fait avoir réussi à me le représenter. Les tours en spirale et multicolores, c'est ambitieux ! Mais bon j'ai bien enregistré les éléments, ça va se construire dans ma tête.
Et les deux personnages sont déjà bien campés.
Avec tout ça, on a envie d'en savoir plus !
Détails et coquillettes : 
"Deux personnes se trouvant à l’écart du feu étaient occupées à soigner leurs chevaux." : la phrase serait peut-être plus légère en supprimant "se trouvant"
"aux caravaniers et l’éventuel voyageur qui les approcherait." : et à l'éventuel 
"Dans ses terres, le moindre différent était sujet" : différend 
"ce n’étaient pas chevaux à accompagner une caravane, mais des chevaux de chasse habitués aux grandes chevauchées." : la répétition de "chevaux" perturbe un peu la phrase. "ce n'étaient pas des bêtes à accompagner..." ?
"encore trop loin pour qu’on en aperçusse les détails" : pour qu'on en aperçût
Mart
Posté le 10/09/2018
Mais dis-donc! C'est que tu sais exactement ce que je veux entendre... "Les images devant les yeux", c'est absolument ce que j'espère donner aux lecteurs quand je fais des descriptions (surtout aux débuts et fins de scènes ^^).
Courage avec l'architecture vallionaise, ça devrait finir par se matérialiser (attention aux migraines et crises d'épilepsie xD )
 Merci encore une fois <3 
Ritsuka
Posté le 24/11/2017
Rebonjour Mart,
Il y a plusieurs choses sur lesquelles je voudrais revenir avant de poursuivre mon commentaire. La première est le titre super sympa que tu as trouvé pour le chapitre. J'ai bien aimé, car en lien avec la chanson du barde puis également parce que Yvan semble être un fils de noble.
Ensuite, juste un point de chipotage concernant les dialogues : ils sont écrits à l'anglaise avec les guillemets ouverts pour chaque personnage. Normalement, on ouvre les guillemets et si la discussion se poursuit on enchaîne sur des tirets, puis on ferme l'échange par de nouveaux guillemets. Sinon, rien à redire, que ce soit sur le fond ou la forme du chapitre !
Concernant l'introduction des personnages :Yvan et Brinda apportent de la consistance, le fait qu'ils soient membres du conseil intriguants, ainsi que leur discussion autour de la chanson du barde. S'ils sont convoqués au conseil de la capitale - qui a l'air grandiose ! - c'est que de mauvaises nouvelles sont venues aux grandes familles nobles, je présume. En tout cas, voilà un chapitre qui dose bien les informations, ne nous perds pas, et permet au lecteur de lentement prendre ses marques.
Brinda a tout l'air d'avoir un caractère bien trempé, mais aussi une langue bien sentie. Elle ne se laisse pas faire et possède un grand savoir, apparemment. Elle me plaît bien.
Yvan se montre plus discret, pas pour autant insignifiant. En croisant sa route je ferai attention à cet homme de taille modeste et aux longs cheveux noir de jais.
La différence physique des deux protagonistes aussi est peu commune, mais en rien dérangeant. Si je dois me positionner, je dirai que c'est une très bonne chose.
Bien à toi, et je serai ravi de lire la suite.
Ritsuka
Mart
Posté le 24/11/2017
Rebonjour Ritsuka,
Je suis content que le titre te plaise, je vais le garder alors. Les titres de chapitres ainsi que le découpage de ceux-ci risquent encore de changer, alors surtout, si tu as quelque chose à dire là-dessus, c'est le bienvenu.
Quant à ma façon de faire les dialogues... Je lis beaucoup en anglais et aime bien cette façon de faire: on distingue mieux dialogue et incises du narrateur. Il est vrai qu'ici je devrais probablement changer pour faire comme tu dis, mais dans mon autre histoire publiée sur FPA, je vois mal comment je pourrais le faire comme la narration y est autodiégétique.
Je suis très content de lire que tu trouves les informations bien dosées, j'avais peur d'en donner trop d'un coup, de noyer le lecteur.
Heureux que Brinda et Yvan t'aient plu! Ils vont encore revenir quelques fois.
Merci beaucoup pour ta ecture et tes commentaires. N'hésite pas à me faire signe quand tu approches de la fin de ce que j'ai publié, je me ferai un plaisir de te donner la suite!
Mart. 
Vous lisez