Chapitre V — The Boiler Room

Notes de l’auteur : TW — Alcool, Sexe

« Sa séduction sera implacable. S'il ne tenait qu'à moi, j'en ferais un héros fatal comme je les aime. Fatal, c'est-à-dire décidant du sort de ceux qui les regardent, médusés. » 

— Notre-Dame des Fleurs (1944) de Jean Genet

 

Les tintements des verres et les rires des clients accueillirent Wayan quand il franchit l’entrée d’un bar des environs. Les murs pavés répondaient au rouge saturé de la devanture, sur laquelle on pouvait lire The Boiler Room. La couleur s’effaçait dans la nuit mais les lumières intérieures ricochaient agréablement sur le bois des tables rondes. La clochette de la porte d’entrée résonna, noyée dans le brouhaha ambiant. Wayan inspira longuement et relâcha enfin la pression qu’il avait accumulée toute la journée. Il ne savait pas vraiment s’il allait avoir le courage de rester là toute la soirée. Rares étaient les autres asiatiques dans les bars gays qu’il fréquentait. Lorsqu’il passait leurs portes, Wayan n’échappait pas toujours aux oppressions qu’il subissait en permanence. Celle de sa sexualité se taisait alors que celle de son ethnie persistait. Il soupira. À peine la tension du travail s’était-elle évacuée que naissait celle de sa vie personnelle.

Wayan lorgna les places disponibles et décida finalement de s’asseoir sur un des tabourets qui faisait face au comptoir, sous des guirlandes chaleureuses. Il ne put empêcher son regard de traîner sur les hommes parsemés sur son passage. Le bar s’ouvrait sur un grand espace où trônaient plusieurs tables rondes entourées de chaises en fer forgé noir. Quelques banquettes plus longues s’étiraient contre les murs. Un jubekox entouré de néons roses braillait à l’entrée d’une seconde pièce, qui donnait sur un billard délaissé. Wayan s’assit et ôta son blouson qu’il cala sous ses fesses. Lorsque l’attention du barman s’agrippa à lui, il réussit à articuler “une bière pression !”. La télévision suspendue passait les informations en continu ; les bouteilles brillaient sous les lampes chaudes du bar. Ses pensées se tournèrent vers sa fin d’après-midi. Il avait pris le temps de rentrer chez lui, d’avaler un médicament contre ses maux de crâne de plus en plus fréquents, ainsi que les restes qui trainaient dans son réfrigérateur. Comme la lune n’avait pas encore gonflé dans le ciel et que sa fatigue s’était dissipée, il avait bravé sa solitude et était sorti. On posa la pinte devant ses yeux ; il s’arracha un remerciement. Il repéra deux femmes enlacées à deux chaises de lui et il surprit ses lèvres à s’étirer silencieusement.

Les minutes s’égrenèrent et le verre de Wayan se vida rapidement. Le barman s’approcha de lui avec une nouvelle bière qu’il posa devant ses mains. Wayan fronça les sourcils avant de lui jeter un regard incompréhensif.

—   Cadeau du jeune homme, assis là-bas.

Wayan se tourna dans la direction que lui indiqua le barman. Il fit face à deux yeux rieurs qui le fixaient intensément. Derrière les prunelles amusées se dévoilait une peau claire contrastée de grains de beautés sombres. De longs cheveux roux encadraient son visage et filaient le long de son dos et de son torse. Le jeune homme faisait l’effet d’une déflagration dans l’atmosphère paisible du lieu. Étrange que Wayan ne l’ait pas immédiatement remarqué. Le sourire du jeune homme s’agrandit encore alors malgré sa gorge nouée, Wayan se redressa légèrement. Il s’empara de sa pinte d’une main, sa veste de l’autre puis s’approcha de son séducteur à la chevelure de flammes. Ce dernier s’était détourné, les jambes croisées sous la table. Il releva finalement le regard, l’ayant fait traîner un peu trop longtemps sur ses ongles par pur plaisir de prolonger les instants.

—   Oui ? fit-il avec un sourire innocent. Vous cherchez quelque chose ?

Sa voix était chaude, elle flottait sur les mots et restait parfois accrochée sur des tons plus rauques.

—   Merci pour la bière… souffla Wayan sans savoir sur quel pied danser.

—   Je vous en prie.

Le roux posa son menton sur la paume de sa main, un sourire flottant sur ses traits.

—   Je peux m’asseoir ? demanda Wayan.

—   Avec plaisir. J’attendais personne, de toutes façons.

Wayan posa son vêtement sur la banquette en face du jeune homme. Il s’y assit, passa sa main dans ses cheveux pour les ramener en arrière. Comme le silence s’éternisait et que le roux ne souhaitait pas vouloir parler en premier, il se présenta enfin :

—   Je m’appelle Wayan.

—   Esteban !

Les yeux d’Esteban au-dessus de son cocktail jouaient avec les lumières environnantes. Ils portaient un intérêt certain à Wayan, que ce dernier ne parvenait pas à ignorer.

— C'est un joli prénom, Wayan…

Il reposa son verre sur la table et mélangea distraitement son breuvage. 

— …un peu comme vous.

Un sourire ravageur se dessina sur les traits d'Esteban alors le brun sentit les commissures de ses lèvres se relever malgré lui. Il baissa les yeux vers sa boisson en secouant ses mèches noires.

—   Désolé, s’excusa Esteban en éclatant de rire. J’ai pas trouvé de meilleure ligne de drague.

Un rire si cristallin et si naturel que Wayan en haussa les sourcils. Un fin sourire étira tout de même ses lèvres.

—   Vous venez souvent ici ? questionna-t-il.

—   Dans un bar gay, vous voulez dire ? sourit Esteban. Quelques fois, pas souvent. En tout cas, vous êtes la première personne à répondre à mes appels de phare.

Esteban fixait Wayan avec de grands yeux. Celui-ci souffla par le nez ; un semblant de rire. Esteban l’accompagna et finit de siroter le fond de son cocktail.

—   On peut se tutoyer ?

Wayan hocha de la tête, alors Esteban s’adossa un peu plus confortablement sur la banquette. Il leva les bras et s’étira, dévoilant son ventre encore plus clair. Wayan détourna lentement les yeux pour les poser sur la télévision tandis qu’Esteban souriait, accoudé à la table.

—   Et donc, quel âge as-tu, Wayan ?

—   Trente-sept ans, répondit-il en passant son pouce sur son menton. Et toi ?

—   Seize !

Les doigts de Wayan se crispèrent autour de son verre.

—   Qu’est-ce que tu fous là ? grinça-t-il.

Les yeux d’Esteban s’agrandirent avant qu’il n’explose d’un grand rire.

—   C’est une blague ! s’exclama-t-il entre deux éclats. J’en ai vingt-cinq !

Le brun haussa un sourcil et croisa ses bras contre son torse. Esteban lui sourit plus tendrement.

—   Ça n’aurait aucun intérêt de te parler, sinon… 

Wayan se massa lentement la nuque en observant le roux jouer avec sa paille. La discussion s’enchaîna naturellement, d’une fluidité qui le surprit. Peut-être était-ce un don des extravertis que de savoir parler de tout, mais quoi qu’il en fût, Esteban était d’une compagnie remarquable.

— Qu’est-ce que tu cherches comme genre de relation ? questionna le jeune homme en vidant l’eau de son verre.

Wayan se gratta la joue.

—   Je m’adapte, souffla-t-il.

—   Moi, pas grand-chose de sérieux.

Esteban sourit et croisa ses mains au-dessus de la table.

—   On va chez toi ? ajouta-t-il.

Wayan n’hésita pas longtemps. Il acquiesça et en quelques gorgées, il eut fini sa bière. Esteban l’avait précédé au comptoir et Wayan l’entendit dire à l’employé qui l’encaissait en pointant leur table vide du doigt :

—   Je vais payer pour ce charmant jeune homme et moi.

Wayan leva les yeux vers le plafond, mais il ne cacha pas son petit sourire. Le roux l’entraîna ensuite par le bras jusqu’à la rencontre du vent glacial de la ville.

—   Il est deux heures ! s’exclama joyeusement le roux en sautillant sur un tas de neige.

Une nappe de buée s’échappa de ses lèvres et ses pieds s’enfoncèrent dans la poudreuse. Wayan ne s’était même pas attardé sur l’heure, il n’avait pas pensé avoir dépassé minuit. Il sortit derrière le roux et observa la scène, amusé. Esteban était une bouffée d’air pour lui et son esprit alcoolisé lui permettait de l’affirmer avec conviction. Le jeune homme s’était éloigné de Wayan, avait attrapé un grand poteau. Le bras tendu, il se laissait glisser en rond autour, son rire se répandant sur son passage. Wayan planta ses mains frigorifiées dans ses poches à la recherche de chaleur et en l’apercevant à quelques pas, Esteban arrêta son manège. En quelques foulées, il fut auprès de lui.

—   Alors ? C’est par où chez toi ?

Avant même que Wayan puisse ouvrir la bouche pour parler, Esteban fondit sur ses lèvres. Les yeux déjà clos, il s’agrippa fermement à sa veste et se haussa sur la pointe des pieds. Le brun ne se laissa surprendre qu’une seconde avant de fermer les yeux. Il se pencha et goûta à la bouche de son partenaire. Esteban laissa échapper des souffles qui électrisèrent la peau de Wayan. Leurs rythmes cardiaques s’emmêlaient en même temps que leurs désirs. Esteban mordilla la lèvre inférieure de Wayan et il en tira un soupir plus profond que les autres. Il sourit alors que leurs corps se rapprochaient encore. Wayan passa une de ses mains dans son dos tandis qu’il agrippait sa chevelure chatoyante de l’autre. Il sentit la langue d’Esteban se frayer un chemin contre sa bouche alors il l’ouvrit et elle caressa sensuellement la sienne, lui écorchant un gémissement.

Esteban se recula doucement, les yeux troublés, la respiration rapide, les joues roses. Les éclats de plaisir dans ses yeux ne trompaient pas.

—   La suite, ce sera à ton appartement, déclara-t-il avec une sournoiserie heureuse.

 

Il leur fallut peu de temps pour retrouver le chemin à travers les rues enneigées de New York. Les lampadaires éclairaient partiellement leur route, par intermittence, des lumières un peu trop vives dans la rétine. Ils riaient fort et c’était un peu comme une renaissance pour Wayan. Le rire qu’il avait perdu à travers les cadavres et les décombres de son travail lui revenait peu à peu. Et même si ça n’allait durer qu’un soir, il se sentait bien, là, la tête embrumée par l’alcool et ses pensées tournées vers l’homme qui zigzaguait à ses côtés.

—   On y est bientôt ? se lamenta ce dernier.

À la recherche d’un peu de chaleur, il se colla à Wayan, qui l’assura qu’ils n’allaient pas tarder à arriver. Le brun glissa son bras autour des épaules d’Esteban et l’attira un peu plus contre lui. Leurs pas bancals et maladroits ignoraient la neige qui s’amoncelait devant eux.

De toute cette nuit, ce fut sûrement l’épreuve de la serrure qui fut la plus éprouvante pour eux. D’abord, il fallut chercher les clefs qui trainaient dans une des poches de la veste de Wayan. Esteban mit un malin plaisir à vouloir l’aider à chercher en insérant ses mains glacées sous son t-shirt et même plus bas. Wayan tentait de le repousser pour se concentrer sur sa recherche plutôt que les élans de plaisir qui le faisaient frissonner plus que le froid mordant qui les agressait. Il finit par mettre la main dessus, puis il fallut insérer la clef dans la serrure de l’immeuble et tenter de ne pas réveiller les voisins. Wayan prévint Esteban qu’il fallait faire attention à ne pas les déranger d’une voix qu’il pensait murmurée. Le jeune homme acquiesça avec un peu trop de sérieux, mais il ne put retenir ses crises de fou rire longtemps. Elles éclataient de temps à autre alors qu’ils montaient les escaliers jusqu’au deuxième étage.

Une fois la porte de l’appartement de Wayan déverrouillée, Esteban s’y glissa et sourit à sa suite.

—   Bien joué, partenaire.

Il ôta sa veste et massa son bras en se plaignant qu’il faisait bien trop froid. L’appartement de Wayan s’ouvrait sur un long couloir qui se déployait sur plusieurs portes. Celle de droite donnait sur une cuisine étirée qui finissait sur un balcon. En face, c’était le salon et à gauche, la salle de bain et la chambre. Wayan se dirigea vers sa cuisine et Esteban observa son reflet dans le miroir accroché dans le couloir. Il passa une mèche de ses cheveux derrière son oreille et sourit à son propre reflet. Il suivit Wayan dans son appartement et déboucha sur la petite pièce aux tons gris. Un frigo imposant bordait le mur, suivi par des plans de travail et une gazinière. Des tonnes de placard ainsi qu’une petite table ornée de deux chaises leur faisaient face.

—   Il fait super froid, répéta Esteban.

—   Je compte sur mes nombreux amants pour réchauffer mon lit, déclara Wayan.

Son sourire en coin n’échappa pas au jeune homme qui l’imita.

—   Et t’en as beaucoup ? Des amants ?

Wayan haussa les épaules. Il lui tendit un verre d’eau que le roux but d’une traite avant de le reposer dans l’évier. Leurs sourires amusés se confrontèrent. Esteban approcha doucement son visage de celui de Wayan mais il se recula au dernier instant. Le brun fronça les sourcils alors que son partenaire se détachait de lui pour observer le couloir.

—   Elle est où, ta chambre ?

—   À droite et la porte à gauche.  

Esteban ôta maladroitement ses chaussures qu’il laissa dans le couloir avant de trottiner jusqu’à la porte blanche. Sans surprise, il découvrit l’environnement de Wayan : un grand lit double aux tons bleutés, un bureau en bois clair, une imposante fenêtre surmontée de rideaux tirés, des étagères remplies de livres en tas et de babioles en tous genres. Quelques photos étaient accrochées au mur au-dessus du bureau. Une petite lampe et un gros bouquin trônaient sur la table de chevet. Des vêtements sales trainaient négligemment dans un coin, jetés à la va-vite.

—   Comme je l’imaginais, lança Esteban en s’avançant.

Il se jeta sur les draps dans un soupir satisfait. Wayan referma lentement la porte derrière lui et rit avant de demander :

—   Ah, parce que tu l’imaginais ?

—  J’adore me demander à quoi ressemble la vie des gens. Et là, c’est exactement comme je voyais ta chambre. Sobre et en bordel. Un peu comme toi. T’as l’air indifférent à tout et puis t’as l’air sérieusement en bordel, Wayan, et je dis pas ça parce que t’as seulement mis un t-shirt blanc pour aller au bar.

Esteban ponctua ses paroles par un rire clair et un clin d’œil farceur. Wayan l’imita puis se laissa tomber à quatre pattes au-dessus du roux.

—   Wow, t’en sais bien plus sur moi que toute la terre réunie.

—   C’est pas bien compliqué, se vanta Esteban.

Il fit basculer Wayan sur le dos et s’assit à califourchon sur lui. Il se pencha vers son cou et son souffle se répandit en milliers de frissons sur sa peau. Wayan se tendait déjà et Esteban se releva légèrement pour contempler le visage de son partenaire. Il caressa doucement sa joue du bout des phalanges. Wayan se redressa sur un coude. Esteban sourit. Il fondit sur la bouche de Wayan et la parsema de baisers enflammés, puis de son lobe jusqu’à ses clavicules.

—   Tu sens la pêche, souffla Esteban en humant son parfum.

Il se dit qu’il ne se lasserait pas de son odeur. Wayan glissa ses doigts dans les cheveux ondulés d’Esteban, promena son autre main sur ses hanches, sa taille.

—  Esteban, soupira-t-il lorsque les mains de ce dernier s’arrêtèrent à la limite de son t-shirt.

—   Je peux ?

Wayan acquiesça. Ils s’échangèrent encore un baiser puis Esteban glissa ses mains sur le ventre de son aîné, sur son torse, ses tétons. Il se décala et Wayan en profita pour ôter son haut. Il s’assit à son tour et déposa des baisers sur la mâchoire du roux. Après un soupir, Esteban enleva le sien et le laissa filer sur le parquet. Ses bras s’accrochèrent autour des épaules de Wayan et il se pencha pour embrasser sa bouche. Le brun accueillit les lèvres d’Esteban avec délectation avant de glisser dans son cou. Il traça une ligne de feu avec sa langue et le ventre de son amant se tordit de plaisir. Leurs échanges étaient fougueux, entre la flamme d’une bougie et un brasier ardent.

À chaque fois qu’ils s’aventuraient un peu plus loin, ils se plaisaient à écouter leurs râles et leurs gémissements. Leurs zones intimes se découvraient. Esteban agrippait les draps, parfois avec force les cheveux de Wayan.

—   Esteban… soupira ce dernier lorsque les mains de son partenaire effleurèrent son sexe nu.

Wayan renversa la cadence. Il chercha sur la peau étouffante du roux les endroits qui le faisaient gémir un peu plus fort. Esteban se cambrait, griffait les épaules de son amant, sussurrait son nom. Ils s’embrassèrent encore une fois et Wayan posa ses deux mains contre les joues du roux. Il stoppa leur échange et sourit contre les lèvres d’Esteban.

—   Tu veux le faire comment ?

—   Je veux que tu me prennes, souffla Esteban.

Wayan plongea ses prunelles émeraudes dans celles ardoises de son partenaire. L’expression intense d’Esteban fit vibrer son cœur et son bas-ventre. Ses lèvres entrouvertes appelaient les siennes. Son regard voilé, à demi-fermé par le plaisir, en demandait plus encore. Son visage rougi déjà rempli du désir qu’ils s’échangeaient, Wayan se pencha pour l’embrasser doucement. Ses mains effleurèrent son érection, les poils de son pubis, glissèrent vers son anus. Ses caresses convoquèrent d’autres plaintes de plaisir, alors Wayan sourit. Il se pencha vers sa table de nuit et en ressortit un tube de lubrifiant et une capote. Esteban se redressa sur un coude pour observer les mouvements de son amant. Tentant de récupérer son souffle, il se mordit la lèvre inférieure alors que les doigts de Wayan se maculèrent de lubrifiant. Ses dents plongèrent dans sa chair pour s’empêcher de gémir trop fort quand il sentit l’index de Wayan entrer lentement en lui.

—   Tu me dis si ça te fait trop mal, murmura Wayan en se penchant vers Esteban pour l’embrasser au coin de la lèvre.

—   C-continue, Wayan, supplia ce dernier en nouant ses bras autour de son cou.

Plus ardents, plus violents, leurs cris se changèrent. La nuit avançait sous leurs coups intenses de plaisir. Le lit se mit à grincer à voix basse. Ils murmuraient leurs prénoms, cherchaient leur extase. Ils déchirèrent l’emballage du préservatif, s’embrassèrent encore. Ils voulaient plus de l’autre.

—   Bordel, t’arrête pas, gémit Esteban en s’accrochant à la sueur de son partenaire.

Il glissa son visage dans le cou de Wayan et y planta doucement ses dents. Wayan se mordit la lèvre avant de donner un nouveau coup de rein. Esteban courba ses doigts de pieds dans le matelas, noua ses doigts autour des épaules du policier. À chaque pulsation de Wayan, leurs esprits s’envolaient encore un peu plus. À chaque coup de bassin d’Esteban, ils se cambraient encore. Leurs doigts se lièrent sur les draps qui s’échappaient. Plus rauques, plus sauvages, leurs cris tanguaient.

—   Bordel, bordel, souffla Esteban. Oh, bordel, Wayan !

Le roux resserra les fesses, les jambes, planta ses ongles dans les épaules de Wayan et se laissa engloutir par son plaisir. La vague qui happa l’homme aux yeux verts fut puissante. Submergés, ils se noyaient dans leurs orgasmes.

Wayan se retira d’Esteban et se laissa tomber à ses côtés. Il ôta le préservatif, le noua et le jeta au sol. À la recherche des vestiges de leur jouissance, ils soupirèrent, les respirations sifflantes.

—   Ça va ? murmura Wayan en déposant un baiser sur le front du roux. T’es venu ?

Esteban acquiesça, un sourire plus tendre aux lèvres. Il retourna la question à Wayan qui hocha de la tête. Leurs corps cherchèrent naturellement leurs chaleurs. Esteban tira la couverture sur eux deux, puis posa son bras sur le torse de son amant. La respiration de Wayan se fit plus profonde et plus lente. Esteban soupira de contentement ; les torpeurs du sommeil l’envahirent à son tour.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
EmelineDony
Posté le 27/01/2021
Esteban me fait trop rire, je l’adore déjà, lui et sa joie de vivre ! Je plussoie soit l’épreuve de la clé, qui m’a beaucoup fait rire également. Le fait qu’on en découvre un peu plus sur Wayan, une facette qu’on ne voit lorsqu’il est en pleine enquête, m’a vraiment plu

Mon avis rejoint ceux des autres commentaires : cette scène de lemon est très bien écrite ! C’est torride, et en même temps c’est poétique. La description est bien maitrisé, les détails sont bien placés, c’est ni trop ni pas assez.

Encore un super chapitre !
Je m’arrête là pour ce soir, mais je pense reprendre rapidement ma lecture, j’ai hâte d’en savoir plus !
akasdraawr
Posté le 28/01/2021
Ouii Esteban c'est un amouuur ! Et pour Wayan, c'est un amouuur aussi (je l'aime beaucoup trop, je sais)

Merci pour ton avis encore une fois ! Et petite bonne nuit en retard <3
Ana Dunkelheit
Posté le 06/01/2021
C'était génial. En plus Esteban est si attachant qu'on l'adopte tout de suite, et on découvre une autre facette de Wayan. Habituellement je ne suis pas très fan des scènes de sexe, mais très sincèrement c'est une des meilleures que j'ai pu lire ! Mes applaudissements ! Je me pose plein de questions encore, donc je vais continuer dans ma lancée, en tout cas je suis à fond dans votre histoire !
drawmeamoon
Posté le 12/01/2021
Vraiment, ça nous fait trop plaisir que notre scène de sexe soit l'une des meilleures que tu aies pu lire ca fait trop plaisir T-T
On espère que tu aimeras continuer a en découvrir plus sur chacun d'entre eux <3
Charlie L
Posté le 20/12/2020
Je prends Esteban sous ma protection, je l'aime déjà trop T^T J'ai l'espoir qu'il arrive à "décoincer" Wayan dans d'autres aspects de sa vie et qu'il soit un peu moins sec, mais à voir s'il sera un simple plan cul ou plus pour notre policier!

C'était cool aussi d'en apprendre plus sur Wayan!

Sinon, encore une fois, la qualité des descriptions est amazing! Je crois que j'ai jamais lu une scène de cul aussi bien écrite depuis trèèèèèèès longtemps :D
drawmeamoon
Posté le 12/01/2021
Charlie, ensemble, nous protégerons Esteban, ça marche ? <3 (C'est Moon qui parle, Clem est pas très d'accord)

MERCI POUR NOTRE SCÈNE DE CUL CA FAIT TROP MEGA PLAISIR T-T
Yeo
Posté le 16/09/2020
Pfiou

torride cette scène, franchement vous vous démerdez bien pour écrire des lemons, j'ai adoré ! J'aime bien comment on découvre le caractère de l'un et de l'autre même dans un moment intime comme ça, et j'avoue que le coup de la comparaison avec sa chambre, ça m'a fait rire !

autrement j'ai trouvé ça super que vous abordiez la question de son orientation sexuelle et de son ethnie, c'est vrai que c'est pas un sujet dont on parle beaucoup mais ça reste quelque chose d'important dont beaucoup de personnes souffrent... c'était vraiment cool de l'évoquer du coup

j'ai apprécié ce chapitre, j'ai hâte d'en découvrir plus sur Wayan, il m'intéresse de plus en plus et puis bien sûr sur Esteban aussi, bien qu'il soit difficile de ne pas l'associer presque immédiatement à la Rose :)
drawmeamoon
Posté le 30/09/2020
Re coucou toi T-T

On est trop trop heureuses que ce chapitre t'ait plus ! Et ouiii on en apprend un peu plus sur nos bibous et on est heureuses de savoir que ce partage d'intimité ait plu !

Pour ce qui est des théories je ne répondrais évidemment pas hihi
Eurys
Posté le 03/09/2020
JE N'AI QU'UNE CHOSE A DIRE : 🍆

Eh bien c'est beau, c'est chaud XD J'aime bien voir Wayan se laisser aller, même faire de l'humour ! Et Esteban a vraiment l'air de le faire se bouger un peu a notre gars, espéreront qu'ils se revoient quand même XD
Mais je me demande aussi si a un moment Wayan ne risque pas d'avoir une relation intime avec la Rose. Il est gay, la Rose .. il est assez dur de deviner son orientation mais je me dis .. well c'est possible.
👀
drawmeamoon
Posté le 10/09/2020
Et re coucouu !

Sache que ton début de commentaire m'a fait m'esclaffer xDD
Et oui on aime bien aussi quand Wayan se détend :eyes:
Howlett
Posté le 28/08/2020
Coucou, c'est moi, hehe.

J'ai trooop aimé ce chapitre, parce que même s'il n'est pas question de la Rose (à croire que je surkiffe ce perso mystère........), on en apprend plus sur Wayan. Que ce soit son état mental ou son caractère, son appartement, son environnement intime, on le découvre plus personnellement et je trouve ça super cool 💜 J'ai d'ailleurs vachement apprécié le petit passage ou il est question de ses origines, et du fait que, quand ce n'est pas l'homophobie, c'est le racisme qu'il subit.

Au niveau d'Esteban, il me plaît plutôt bien, mais faut dire que c'est un frère de cheveux, aussi, hehe. Je n'ai pas pu m'empêcher de me dire qu'il me "fait penser" à la Rose, peut-être par ce qu'il dégage ou sa façon de "bouger" - je sais c'est étrange. Maiiiis, je préfère attendre avant d réellement vous partager mes théories, parce qu'elles sont encore trop incertaines et brouillon !

Bref : j'ai adoré, comme d'hab, et : VIVEMENT JEUDI. 💜
drawmeamoon
Posté le 30/08/2020
Coucou Howlett <3

Tu as le droit d'adorer la Rose tu sais, ça nous fait plaisir que tu aimes notre fleur tueuse hihi
On est vraiment super heureuses que tu aimes ce chapitre et que tu aies aimé en découvrir plus sur Wayan !

J'aime bien le faite qu'Esteban soit un frère de cheveux pour toi xD On attendra tes théories krkr On a hâte de les entendre sache le !

Merci beaucoup de nous lire, ça nous fait super plaisir <3
AislinnTLawson
Posté le 27/08/2020
En voilà un chapitre fort en émotions... Et quelles émotions messieurs dames ! Une scène érotique bien menée, qui ne sombre pas dans le vulgaire crasse.

En tant que lectrice (et autrice mais osef) je pars du principe qu'une scène, encore plus une scène érotique, si elle est présente, c'est qu'elle a un intérêt scénaristiquement parlant. D'autant que je ne vous imagine pas être du genre z écrire du sexe pour du sexe pour faire des vues.

Côté personnage, Wayan continue de conquérir mon cœur. On en apprend plus sur lui, sur ce qu'il est (notamment son homosexualité même si je ne suis pas surprise de ce côté, j'ai été un peu spoil l'air de rien mais c'est pas grave ! J'aime le spoil)

Que dire de mes théories ? Concernant Esteban, je pense qu'il s'agit de La Rose. On a eu vent de ses appétences sexuelles notamment pendant les meurtres, et sa victime présentée (et l'on sait qu'il est bisexuel a minima, du moins on s'en doute vu sa deuxième victime). Si c'est bien lui sa présence dans un bar gay n'est pas surprenant.

Je pense qu'on va découvrir une relation qui se noue entre les deux personnages, avec Wayan qui continue son enquête sur La Rose, et Esteban (toujours dans mon hypothèse qu'il soit le meurtrier) continuer ses meurtres et, qui sait ? Jouer avec Wayan

Bref une relation pas forcément très réjouissante de prime abord si ma théorie se confirme.

En tout cas j'ai adoré ma lecture et j'ai bien hâte d'être à jeudi prochain ! 🌠🌟
drawmeamoon
Posté le 27/08/2020
Heya Ais !!

Ca nous fait super plaisir de te retrouver sous notre chapitre hihi et ouii une scène a toujours son importance mais si on vous disiez laquelle il n'y aurait plus d'interêt hihi

On est super contente que Wayan conquiert ton coeur <3

Pour ce qui est de tes théories ne je peu rien te dire hormis un petit "tu verras" mouahaha Mais sache que ça nous fait trop trop plaisir de voir des théories sur notre roman !

Merci de nous lire et à jeudi prochain krkr <3
Vous lisez