Chapitre ? Sang-froid, sang ocre et Sanctuaires

Par dcelian

(***)

Sang chaud, gris-gris et sortilèges.

Quelque part au creux des forêts, abritée par un porc rouge, Maude dort du sommeil lourd et paisible de ceux qui ne reviennent plus. Autour d'elle, Agnès se meut dans une danse captivante des temps morts, des temps d'antan, et au rythme de ses mains dans l'air ressurgit lentement l'espoir d'un souffle.

Toute chose étant égale par ailleurs, là où la vie naît elle doit aussi flétrir.
Il est sur cette terre et son sol ingrat des règles dont nul ne peut s'affranchir.

Agnès faiblit. Elle poursuit son œuvre, pourtant, agitant frénétiquement son corps dans une lumière étrange, sombre et claire à la fois, achevant bientôt sa valse avant d'enfin s'éteindre sans bruit. Sa dernière pensée est pour les enfants, accompagnée d'une certitude : ils survivront comme ils survivent à tout. Les enfants sont des créatures étranges.

Sang-froid, sang ocre et Sanctuaires. Et puis le sang se tait.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez