Chapitre ? PAYER

Par dcelian
Notes de l’auteur : HAHAAAA c'était un prank : en fait c'est celui-là le dernier chapitre de l'été. Je vous laisse sur une surprise, si c'est pas beau ça...
J'ai également bidouillé deux-trois trucs avant : en fait, ces passages avec le point de vue de Maude seront des chapitres à part entière, je préfère ça plutôt que de les intégrer au reste. Brefouille, c'est pas méga important lol
Allez aplouch :D

(***)

les voix. Résonnent partout : partout. Elles... .. ? Approchent ? Oui. oui... Leurs pensées incessantes, leurs pas comme mille marteaux qui s’abattent sur la terre fraîche de la forêt, ils se... rapprochent. Mais de qui ? De... Maude. D’elle. Ils ne peuvent pas la voir. Pas comme

quoi.

Comme ça.

Mais ils la pistent, et les mots qui noient leurs esprits... noient le sien aussi. Ça défile à la vitesse d’un livre lu par une bourrasque. Les. MOTS. S’enchaînent et se déchaînent. Réduits à leur carcan primaire, à leur forme originelle, dépouillés d’artifices, des mots bazardés, jetés en l’air, qu’elle accueille comme le premier frisson : avec un mélange d’effroi et de curiosité sauvage.

Ça dit

Cheffe ? Cheffe ? Maude ? Vite vite vite. Trouver vite. Traces. Traque. Agnès ? Morte. Agnès ? Pourquoi ?
À l’aide...aide...aide.......aide. De l’aide. Maude ? Cheffe ? Désert. Désert. Désert.

Ils la cherchent. Ne peuvent pas. PAS. La voir. Pas comme...

ça.

Le torrent...continue. L’histoire lentement ? S’éclaire. SOUS SON REGARD.
transi.

Pro-blème. Problème....ème. Pro.BLÈME. Mission... retour. RENTRER. Désert. Cheffe ? ABandonNER. Maude. Les... SKELTS. Sont... ÉVeillés.
ATTENTION !
les skelts.... sont..

 

cRIS. PEUR. SOUFFRANCE.
transpercent sa p....PEAU. Franchissent ses barrières. SA VOIX ? a disparu. Mais MAude crie : crie à l’intérieur. ses pisteurs...ses enfants du Désert..... M..O.R..T...S ? Elle n’entend plus... les mots. n’entend plus... les morts.

Elle laisse le sol l’avaler et s’écroule. La terre l’accueille et lui parle à nouveau de son murmure inaudible. Elle se prépare aux grands changements. Renouveaux. Les Skelts sont éveillés. MÉFIANCE. Mais Maude ne se méfie pas : elle n’est pas ce qu’ils recherchent. Que recherchent-ils d’ailleurs, ces grands êtres décharnés, ces grands oubliés, ces monstres de solitude et de voracité ? L’apaisement de leur faim ?

NON.

Maude... Ne croit pas. Elle connaît la faim : c’est......autre chose. Leurs pensées sont vides, leurs chairs ne crient pas, ils se meuvent dans cette danse lente et hésitante, continuent leur chasse désespérée. Retournent tristement aux eaux troubles, éternels insatisfaits.

Ils...attendent.

La promesse secrète

qui leur a été faite

d’un jour enfin rentrer chez eux.

 

Maude PENSE. Au passé. Le lointain, celui que... TOUS ont oublié. Oui, tous, mais pas... elle NON, pas elle. Le fardeau de ses crimes...est une seconde peau...qu’elle ne pourra jamais retirer. Elle se souvient de la puissance, la puissance grisante, de création infinie, qui courait dans ses veines encore jeunes. Elle se souvient des guerres. Terribles. Famines et effrois régnant sur le Comté. Elle se souvient...de ses rêves, aussi. Elle ne les a JAMAIS oubliés. Ses rêves qui tournaient en boucle et boucle, jusqu’à l’obnubiler totalement tant ils semblaient réels. Cette grande femme, ces terres paisibles et ses habitants... DIFFÉRENTS.
Jusqu’à ce que...OUI. Elle comprenne enfin : ils l’étaient. RÉELS. Mais réel d’un ailleurs, d’un autre part qu’elle n’avait JAMAIS, JAMAIS VU.

Elle se souvient.

Tandis que la forêt dévore son corps, accueillant ses péchés, Maude se souvient. Et alors, elle sait. Ce qui arrive, l’hiver et ses fracas, n’est que son dû à la terre. Les erreurs ont un prix. TOUJOURS. Et le temps est venu...le temps est venu où le COMTÉ va devoir payer. PAYER.
le PRIX. de SON erreur.

Maude tremble dans sa peau morte.

Elle se souvient.

Du jour où elle a renversé le monde.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez