Chapitre IV

Par @no'

C'était donc l'été et comme tous les étés je travaillais dans un Leclerc, faisant de longs horaires pas possibles. Un jour, j'ai réussi à avoir deux jours d'affilés, ce qui était assez rare. Alors vous vous doutez bien que j'ai sauté sur l'occasion. Comme à ce moment là avec Matt on s'appelait dès qu'on avait une seconde de libre, dès que je suis sortie du travail je l'ai appelé. On a bataillé pour savoir si c'était une bonne idée de se voir. Spoiler : non, ce n'était ABSOLUMENT pas une bonne idée, mais vous commencez à comprendre mon raisonnement : pas de regrets. Et si je ne saisissais pas cette opportunité, c'est plus qu'évident que je l'aurais regretté.

On en a discuté vraiment longtemps, et j'étais en repos le dimanche et lundi. Au début il voulait que je vienne dès le samedi soir et que je ne repartes que le lundi soir. Mais le samedi après-midi il m'a finalement dit que ce n'était pas une bonne idée. Alors, qu'est-ce que je pouvais dire ? J'avais négocié pendant plusieurs jours, je ne pouvais pas le forcer non plus. Alors j'ai simplement laissé tomber. Mais je lui ai quand même rappelé à côté de quoi il passait. Ça marche souvent avec lui: lui montrer les regrets qu'il pourrait avoir. Il a beau être le plus prudent de nous deux, au fond il reste quand même un peu tête brûlée. Je l'ai laissé cogiter et à peine dix minutes plus tard, en sortant de ma douche, j'ai reçu un message où il me donnait son adresse en me disant :

-Viens aussi tôt que tu peux, prends le premier train. Ne me laisse pas trop le temps d'y penser, sinon je serais trop stressé. 

Et ensuite, il a regretté de ne pas s'être décidé plus tôt parce que j'aurais déjà pût être là, contre lui.

Il m'a dit les mots exacts que mon coeur esperai entendre. Pourtant,  j'en ai été vraiment surprise:  je ne pensais pas du tout qu'il reviendrait sur sa décision. Ce soir là j'avais un énorme sourire sur le visage et rien ne pouvais l'y enlever.

En fait, on avait déjà tout d'un couple, on ne l'était juste pas parce qu'on savait l'un comme l'autre qu'on ne pouvait pas être ensemble. Il m'appelait très souvent « princess » ou autre, me disait constamment que j'étais belle, il prenait soin de moi comme personne ne l'avait fait auparavant, sans même être près de moi. Je ne sais d'ailleurs toujours pas comment définir cette relation, parce que non, nous n'étions pas ensemble, mais c'était plus fort que ça. Même après m'être aperçue de mes sentiments pour lui, je le considérais quand même comme mon ami le plus proche, la personne qui me connaissait le plus, celle qui comptait le plus pour moi. Celle qui me comprenait le mieux. Celui qui était constamment dans ma tête.

C'est sûrement étrange de dire ça, mais c'est seulement avec l'apparition de Matt dans ma vie que j'ai commencé à croire aux âme soeurs. Que ce soit en amitié d'abord, comme en amour ensuite. Et pourtant j'étais déjà très romantique avant de le connaître!

Après, je me suis rendue compte que ça se rejoignait sûrement. C'est à ce moment là que j'ai réellement compris le sens du therme « Âmes soeurs ».  Avec le minimum de recul que j'arrive à avoir aujourd'hui je me rend compte que c'est peut-être une des seules cases qui pourrait nous correspondre. Encore maintenant quand on me demande je dis simplement « c'est Matt. » ou juste « on est Matt et Noémie. » comme si cette simple affirmation expliquait tout.

On ne rentre dans aucune cases, et aujourd'hui encore, je le pense vraiment.

J'écrivais déjà à propos de tout ça à ce moment là. Ca a toujours été ma manière d'extérioriser après tout.

Je savais déjà que c'était quelque chose qui allait compter énormément et que j'allais vouloir me souvenir de chaque minuscules secondes de cette histoire. En écrivant ce que vous lisez, j'ai dû reprendre cette histoire à zéro, j'ai dû relire tout ce que j'avais écrit. Parfois c'était des choses que j'avais écrit seulement quelques heures après les évènements.. Le fait de replonger dans tout ça alors qu'une partie de moi avait, je pense, fait exprès d'effacer certains détails était hyper intense. Peut-être que ça rend les choses plus faciles à vivre avec le temps d'oublier certains souvenirs. Retourner dans les débuts de notre histoire et revoir nos moments partagés ensemble est haut en émotions.

Enfin, c'est fou de me rendre compte à quel point j'étais consciente de tout ça. Que j'étais consciente de mes peurs et des siennes.

Que j'étais consciente de mon attachement et de mes sentiments si particuliers à son égard. Mais de voir que j'étais aussi tout à fait consciente de nos limites et d'à quel point je me questionnais sur l'état dans lequel je serais à la fin de tout ça.

J'étais visionnaire, et je suis aussi en quelque sorte fière de voir que je me connais bien, que je connais mon tempérament et que de toute façon je suis prête mentalement àaffronter les conséquences de mes conneries.

Parmi ces phrases il y en a quelques unes qui sont très vraies et que je tiens à mettre ici :

« J'ai peur de trop vivre cette histoire, de trop la prendre à coeur et de souffrir comme jamais je n'ai souffert auparavant. »

Ou encore:

« Mon Dieu, mais dans quel état est-ce que je vais encore ressortir de cette histoire ? »

Pour vous cette dernière phrase n'est sûrement rien, pour moi elle représente beaucoup de choses. J'étais consciente que j'allais sortir complètement détruite de tout ça. Que j'allais être défoncée comme jamais. Mais que je m'en fichais, parce que le plus important pour moi était de vivre chaque secondes que la vie m'offrait avec lui, même si ça sous-entendait en souffrir pour des années après. Des années de tristesse pour deux semaines de bonheur et d'amour intense.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Pouiny
Posté le 08/04/2021
Non mais c'est dingue cette histoire xD Alors déjà, je suis comme toi, quand tu as dit que c'était "une mauvaise idée" j'étais : mais n'importe quoi c'est la meilleure chose à faire. J'aurais vraiment pas été content si vous ne l'aviez pas fait ! C'est le genre de folie qu'il faut se permettre, à mon sens

Et sinon je me souviens aussi de ce que je pouvais me dire avec mon ex, au début. Quand il m'avait avoué ses sentiments, il pleurait. Il était mort de trouille. Il m'a souvent dit "je suis foutu, avec ces sentiments là, je suis plié et je n'ai plus le choix". C'est un sentiment que je comprend totalement, quand c'est fort à ce point !

sinon, le sens du terme* , sans h ;)
Vous lisez