Chapitre I - Ascension

Par Naelle

Cela faisait maintenant sept jours que Trissiah attendait avec impatience la réponse à sa candidature pour la chasse au trésor. Elle y avait même joint une lettre de motivation longue de trois pages qui lui avait pris deux bonnes heures de rédaction. C’était maintenant la quatrième fois qu’elle vérifiait le devant de son entrée pour y trouver le journal hebdomadaire sauf qu’il n’avait toujours pas été livré. « Ce fichu facteur est-il parti en vacances ou quoi ? » pensa-t-elle en repartant d’un pas lourd s’asseoir sur son lit. Elle jouait avec quelques flammes de sa lampe à huile, elle aimait beaucoup la danse qu’elles entreprenaient. « Et si j’y arrivais ? Si j’étais acceptée ? Je serais donc l’une des rares Centriennes à sortir d’ici… ». Un peu de poussière se mit à apparaitre soudainement dans l’air. Trissiah sentit comme une pierre rouler dans son ventre. Le journal venait d’être déposé devant l’ouverture de sa grotte. Elle s’empressa de le saisir et elle survola chaque page pour y trouver l’article qui l’intéressait vraiment cette semaine.

Les participants de la chasse au trésor mondiale ne sont autres que :

Heiden Clomy, Altiba

Sunny Premia, Altiba

Claus Chog, Altiba

Léo Grandiot, Terraga

Clarisse Poulain, Terraga

Julie Piroux, Terraga

Louys Fluvia, Océda

Maryla Aguana, Océda

Ulio Atla, Océda

Prok Bur, Centria

Kayla Bur, Centria

Trissiah Fek, Centria

Tous les participants sont donc conviés à la réunion d’information durant laquelle ils découvriront les alliés qui feront partis de leur équipe. Cette réunion se déroulera dans trois jours à 9 :00 à l’Assemblée Royale : 77 Allée Pegasus, Île aux Nuages, Altiba. Le Roi remercie évidemment chaque personne ayant envoyé sa candidature et transmet ses sincères félicitations aux futurs participants.

Trissiah n’y croyait pas, son prénom était là sur la feuille, en dernier, c’était elle. Elle prit le journal et courut précipitamment dans la rue :

  • Je suis prise ! Je participe à la chasse au trésor ! cria-t-elle joyeusement en bousculant quelqu’un.
  • Non mais regarde où tu marches ! l’incendia avec fureur le garçon.

Il était vêtu d’une fine chemise blanche qui laissait entrevoir son torse écaillé. Ses cheveux charbonnés retombaient délicatement sur son visage argenté que Trissiah ne pouvait s’empêcher d’admirer. Il avait des yeux d’un bleu enivrant.

  • Oh pardon… mais je vais voir le monde, le vrai… marmonna-t-elle gênée.
  • Mais qu’est-ce que tu racontes ? demanda le garçon agacé.
  • Eh bien… regarde ! J’ai été acceptée pour participer à la chasse au trésor mondiale.
  • Hm, intéressant… dit-il en inspectant la liste des participants. T’en connais certains au moins ? questionna-t-il en se passant la main dans les cheveux de façon plutôt arrogante.
  • Euh… je ne crois pas, je devrais ? l’interrogea Trissiah en toisant le journal.
  • Bah c’est pas comme s’il y avait le fils du Roi ! s’esclaffa-t-il.

Son sourire était des plus foudroyant.

  • Oh, vraiment ? demanda Trissiah avec un regard ébahi.
  • Bah ouais, des Heiden Clomy y’en a pas des masses. Et puis Sunny, c’est sa prétendante. J’espère que tu s’ras avec Claus Chog, au moins il m’dit rien…
  • Ah… Tu ne penses pas que ce serait plutôt positif d’être avec le fils du Roi ? se rassura Trissiah.
  • Hm, non. Il est plutôt prétentieux et sa prétendante est d’une jalousie folle à c’qu’on dit. Donc bon, ils font la paire quoi. En tout cas bonne chance ! s’exclama-t-il en s’éloignant.
  • Merci... Mais attends ! s’écria Trissiah.

Mais le garçon avait déjà atteint le bout du chemin poussiéreux et il tourna sur la droite se dérobant derrière les murs rocheux. Trissiah n’avait même pas eu le temps de lui demander son prénom ce qui l’embêtait sérieusement.

Les collègues de Trissiah n’avaient cessé de l’avertir sur les participants d’Altiba, à croire que tout le monde voulait l’inciter à abandonner de suite. Mais Trissiah n’était pas du genre à se laisser influencer facilement. Les commandes d’aujourd’hui semblaient prendre une éternité pour être réparées mais la vérité était que Trissiah s’impatientait de commencer sa nouvelle aventure, sa nouvelle vie. Il ne restait plus que trois jours et Trissiah allait quitter Centria. Elle n’éprouvait aucune tristesse puisque rien n’allait lui manquer. Mais elle fut prise d’une angoisse soudaine : comment allait-elle survivre dans les autres contrées ? Ses habilités corporelles n’étaient adaptées que pour son monde. Qu’en serait-il pour Terraga, Océda et Altiba ? Elle s’en voulait vraiment de ne pas avoir eu le temps de demander l’identité du garçon avec lequel elle avait échangé sur les résultats. Il semblait vraiment s’y connaître sur les autres contrées ou du moins celle d’Altiba et c’était toujours ça de pris. La panique ne faisait que d’accroitre à l’instar des questions qui naviguaient dans sa tête. Une restait tout de même prédominante : comment allait-elle se rendre à la réunion d’information ? Elle savait qu’il y avait un ascenseur intra-terrestre qui laissait l’Élite de Centria remonter sur Terraga à condition d’avoir l’accord du Roi mais elle ne l’avait évidemment jamais pris et ne savait pas comment se rendre sur Altiba après son arrivé sur Terraga. Avant de rentrer chez elle, Trissiah prit l’initiative de demander au responsable de commandes de l’usine quelques renseignements. Elle le jugeait plus apte à répondre que quiconque de par son contact constant avec Altiba pour les réceptions de commandes.

  • Salut Jak ! Comment s’est passé ta journée ? demanda-t-elle par pure politesse.
  • Ah, plutôt bien. Répondit-il sèchement.

Ce n’était pas le plus aimable de l’usine mais le plus renseigné et ça valait la peine de s’écorcher les lèvres pour lui dérober quelques informations.

  • Dis-moi, saurais-tu comment je peux me rendre à… Altiba ? questionna-t-elle d’une voix hésitante.

Il ne répondit pas directement, il avait plutôt laissé entrevoir ses yeux sombres écarquillés et ses sourcils haussés à tel point qu’on aurait pu croire qu’ils allaient toucher le rebord de sa casquette.

  • AL-TI-BA ? Pourquoi veux-tu savoir ça ? l’interrogea-t-il d’un ton méprisant.
  • Eh bien, je dois m’y rendre d’ici trois jours, répondit-elle plus froidement.  
  • Toi ? Te rendre sur Altiba ? À qui tu veux petite mais pas à moi.
  • Bon écoute, je te demande simplement de me dire comment m’y rendre, que j’y aille ou non ne te regarde pas vraiment, finit-elle par dire.
  • Hm.
  • Bon tiens !

Elle avait fouillé la poche de son pantalon encrassé pour finalement en sortir deux petites pièces rouillées qui étaient le salaire d’une journée à Centria.

  • Très bien… tu dois vraiment tenir à y aller, mais sache qu’il te faut l’autorisation du Roi pour quitter Centria donc je crains que les informations qui vont suivre ne te soient très utiles, dit-il en repoussant la main de Trissiah.
  • J’ai l’accord.
  • Si tu le dis. Bon, tu dois d’abord prendre l’ascenseur intra-terrestre qui te fera remonter jusqu’à Terraga. Ensuite, tu devras aller au port des Corboons puis après avoir montré ton billet royal, un Corboon t’emmènera sur l’une des îles d’Altiba. Sur quelle île souhaites-tu aller ?
  • Euh… l’île… l’île aux Nuages !
  • L’île aux Nuages ? Mais qu’est-ce que tu vas faire là-bas ?

Elle finit par lui tendre le journal qu’il scruta avec étonnement. Cette fois-ci ce fut sa bouche qui s’ouvrit tellement que sa mâchoire inférieure touchait le col de sa chemise d’ouvrier.

  • Eh bien j’ai été acceptée pour participer à la chasse au trésor mondiale, regarde, dit-elle en lui montrant son prénom.
  • Oh ! Toutes mes excuses alors… Tu plaisantais pas. J’espère que tu vas remporter le butin. Bon, j’ai pas toute la soirée par contre donc je vais devoir te laisser.
  • Merci ! Mais… euh… j’ai une dernière question…
  • Oui vas-y, soupira-t-il
  • Qu’est-ce que les Corboons ?
  • Ce sont des créatures d’Altiba qui font la navette entre Terraga et Altiba mais aussi entre les îles d’Altiba. Mais j’en sais pas plus…
  • Je vois… Je te remercie en tout cas. À bientôt !
  • Oh n’y compte pas ! dit-il en quittant l’usine.

Les deux jours qui suivirent semblaient infinis. Mais le jour J pointait enfin le bout de son nez et Trissiah avait tout préparé pour se diriger vers l’ascenseur intra-terrestre. Ce matin elle prit soin de s’habiller élégamment avec une petite robe blanche. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la plupart des Centriens s’habillaient avec des vêtements plutôt clairs pour éviter toute absorption de chaleur supplémentaire. Une tresse dorée ornait son épaule droite et effleurait son buste. La main tremblante, elle contempla pour la septième fois la page du journal qui indiquait l’heure de rendez-vous et l’adresse. « C’est bon, je suis dans les temps » songea-t-elle en sortant de chez elle. Le chemin ne prit qu’une trentaine de minutes puisque l’ascenseur se trouvait au bout du petit village. Trissiah n’avait croisé pratiquement personne de si bonne heure et ne s’était focalisée que sur les panneaux « TERRAGA » qu’elle n’aurait jamais cru suivre un jour. Une fois devant l’immense portail qui introduisait l’ascenseur intra-terrestre son corps se mit à trembler davantage. Elle ne l’avait jamais vu de ses propres yeux. Il était blindé et impeccable. On pouvait deviner qu’il ne servait pas souvent. Trois gardes laissant transparaître une certaine amabilité dévisageaient Trissiah.

  • Bonjour, je souhaiterais me rendre sur Terraga, dit-elle poliment.

Seuls leurs têtes ténébreuses firent un mouvement pour se regarder. On aurait dit des automates cristallisés. Trissiah se racla la gorge pour leur rappeler sa présence. Mais rien ne se passa.

  • Voici mon billet… dit-elle un peu hésitante. Je suis attendue pour une réunion d’information sur la chasse au trésor mondiale, ajouta-t-elle en tendant le journal.

Les gardes prirent le journal et lurent la page concernant la chasse. Elle ne pouvait plus apercevoir leur expression à cause de leurs vastes chapeaux noirs qui cachaient toute once d’humeur.

  • Ah ! Je suis Trissiah Fek, voici mes papiers.

Les gardes inspectèrent le petit bout de papier sur lequel se trouvaient une empreinte de doigt, le prénom, le nom et la date de naissance de Trissiah. Ils se décalèrent pour la laisser passer et ouvrirent à l’aide d’un levier le portail d’acier. Trissiah était ébahie et n’en revenait pas. Aucun garde ne lui avait adressé la parole mais ils l’avaient laissée rentrer aussi simplement qu’une enveloppe postée. Elle prit une grande bouffée d’air chaud et rentra dans le gigantesque ascenseur qui était finalement bien vide. Un cadran informatisé affichait le temps de transport restant : 3 :00. « Trois heures ! Mon dieu, qu’est-ce que ça va être long… heureusement que j’ai pris de l’avance ». Les portes se refermèrent brusquement et l’ascenseur commença l’ascension. Un autre cadran affichait la vitesse à laquelle l’ascenseur montait et celui-ci affichait déjà 352 km/h. Trissiah ne ressentait absolument pas la vitesse. Un bouton attira même son attention : DIVERTISSEMENT. Elle appuya dessus sans trop savoir à quoi s’attendre et une voix qui retentit dans l’ascenseur la fit sursauter :

  • ­BONJOUR CHERS VOYAGEURS ET CHERES VOYAGEUSES. JE SUIS LILA À VOTRE SERVICE, EN QUOI PUIS-JE VOUS AIDER ?
  • Euh… que proposez-vous pour divertir ? demanda Trissiah intriguée
  • JE PEUX DIFFUSER DES VIDEOS, DE LA MUSIQUE, VOUS LIVRER DES LIVRES, VOUS OFFRIR DE QUOI VOUS RASSASIER OU DESALTERER, NOUS AVONS AUSSI UNE GRANDE VARIÉTÉ DE PETITES CRÉATURES POUR VOUS TENIR COMPAGNIE. TOUS VOS DÉSIRS SONT RÉALISABLES.

Trissiah n’en revenait pas, elle n’avait jamais expérimenté toutes ces choses de la vie. Elle ne connaissait que la compagnie de sa lampe à huile et le goût du pain rassit de l’usine. Elle ne savait trop quoi demander.

  • Donnez-moi le meilleur, finit-elle par demander.

Deux grandes plaques s’écartèrent pour laisser place à un écran qui se mit à diffuser des images animées. En dessous de l’écran, un plateau roulant sortit une bouteille qui contenait un liquide orange accompagnée d’un bol rempli de petites billes jaunes. Trissiah restait bouche bée, elle n’avait jamais vu des images bouger sur un écran et encore moins des images avec des humains qui ne lui ressemblaient pas du tout. Ils n’avaient pas d’écailles argentées comme elle. Ils étaient simplement « normaux ». Pour ce qui était du liquide orange elle mit son doigt dans la bouteille et frissonna au toucher. Le liquide était frais pour sa peau. Elle mit son doigt dans sa bouche et finit par prendre la bouteille et en boire tout le contenu en quelques secondes. Elle prit quelques billes jaunes entre ses doigts mais elles éclatèrent ce qui la surprit. Elle préféra ne pas y retoucher ne sachant trop comment s’y prendre. L’ascenseur n’affichait plus qu’une heure et demie. Trissiah commençait déjà à ressentir la fraicheur du vrai monde. Le cadran de vitesse était passé à 716 km/h. Trissiah était assise sur l’un des bancs en acier qui bordait l’ascenseur et elle contemplait les images qui défilaient sous ses yeux ébahis. De temps à autre elle jonglait avec quelques étincelles pour passer le temps et demandait d’autres bouteilles du fameux liquide orange. Le cadran de temps affichait désormais trois minutes et elle avait déjà bu quatre bouteilles. Deux minutes… Une minute… L’arrêt fut brutal, à tel point que Trissiah tomba sur ses genoux.

  • ­VOUS ÊTES ARRIVÉ(E)S, J’ESPÈRE QUE VOTRE VOYAGE A ÉTÉ AGRÉABLE ET JE VOUS SOUHAITE UN MERVEILLEUX SÉJOUR SUR TERRAGA !

Les portes s’ouvrirent et Trissiah trembla intensément face à l’air inconnu de Terraga. Trois gardes lui montrèrent la sortie et elle empressa le pas. Ces derniers étaient aussi muets que les précédents sauf que cette fois-ci ils dévisageaient ses pieds nus. Elle ne comprit pas de suite ce qui clochait. Elle inspecta également leurs pieds et s’aperçut qu’ils étaient recouverts par ce qui semblait être du tissu assemblé avec une matière bien différente en dessous. Il était clair qu’elle allait avoir besoin de temps pour s’adapter à cette nouvelle vie.  

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
sifriane
Posté le 23/01/2020
Bonjour Naelle
L'aventure commence enfin pour Trissiah, cela présage pleins de rebondissements.
Cela commence à me faire vaguement penser à hunger games.
Sinon j'ai noté qu'au moins trois fois elle était ébahie, ça fait un peu beaucoup non??.
Et je trouve qu'il manque quelque chose mais cela n'engage que moi, visiblement c'est la première fois qu'elle monte à la surface, toute seule qui plus est, c'est énorme comme changement et on ne le ressent pas plus que ça...En espérant que cela t'aide, bonne continuation
Vous lisez