Chapitre 8 - Trahison - Kali

Notes de l’auteur : TW : Il contient un passage contenant des cadavres.

~~~~~~~~~~~~~~~~

Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Il atteignait le haut de l'échelle à la seconde où Caden me passait devant :
— Tom ? Qu'est-ce que tu fous là ?
— Je suis venu sortir vos miches de cet endroit.
— Comment t'as su où on était ?
— Longue histoire, on manque de temps et j'aimerais éviter de moisir ici, ça pue la mort.

Pourquoi il est seul ? Et cet éclair dans ses yeux ? Est-ce que lui aussi ? Tant de questions restaient en suspens et cette sensation que ce n'était pas lui me hantait depuis la seconde où nos regards s'étaient croisés.
— Il va falloir passer par la passerelle là-bas, indiqua Tom, c'est sans issue en bas. D'ailleurs, comment vous avez fait pour arriver ici ? J'ai galéré pour réussir à passer entre les mailles du filet. Il y a des caméras partout.
— Je pourrai te retourner la même question, répondis-je sur la défensive.
— Je... euh, nous... Enfin, c'est Kaya qui... Elle nous a sortis de là, parvint à expliquer Caden.

Tom me fixa un instant, sans sourciller quand il croisa mon regard. Comme s'il savait que j'avais pris sa place et cette foutue intuition, qui me répétait que ce n'était pas lui, me collait des frissons. Kaya ne l'avait pas écoutée au tout début et voilà où nous en étions rendus. J'étais née de sa souffrance, mais comment confirmer mes craintes ? Je manquais d'éléments, en dehors de cet éclair bleu, il ne laissait rien paraître, on jurerait que c'était bien lui. Caden ne me suivrait pas tant que je ne lui fournirais pas plus d'explications si je refusais de venir. Bordel, je déteste la tournure que ça prend ! Je me concentrais un instant pour tenter de déceler des bruits de pas, quelque chose qui montrerait la présence des soldats autour de nous, mais rien. Pourquoi ne sont-ils pas là eux aussi ? Les caméras nous ont forcément vu passer par l'escalier ! Pendant ce temps, ils continuèrent à échanger sur le chemin à prendre et tombèrent d'accord sans que je puisse dire un mot tant mon attention était portée sur autre chose.
— En gros, on monte sur cette passerelle jusqu'en haut et on sort par la trappe et ce sans craindre de se faire choper, c'est ça ? reprit-je
— C'est ça. répondit Tom laconique.
— Et comment tu fais ça gros malin ? Il y a toute une palanquée de garde qui vadrouille partout à notre recherche.
— Disons que j'ai prévu certaines distractions.
— Quel genre ? renchérissai-je, tandis que Caden, nous observait silencieusement.

Je décelai une pointe d'agacement qui émanait de Tomi lorsque sa mâchoire se contracta. C'était bien ce que je pensais, il y avait anguille sous roche.
— On y va ? Où tu préfères rester ici ? me héla Tom.
— Allez hermana. C'est Tom. Il sait ce qu'il fait.
— Hum..., soufflais-je, pas du tout convaincue par ces conneries.

S'il avait vraiment prévu de quoi les distraire, pourquoi on entendait rien de l'extérieur ? Les ventilateurs donnaient directement sur l'extérieur étant donné les rayons lunaires qui filtraient au travers des pâles. Pourtant, je n'entendais rien. Je le toisai et de nouveau ce foutu éclair bleu traversait ses yeux de jade. Un sourire victorieux vint étirait ses traits. J'ignorais à quoi il jouait, mais il n'était clairement pas là pour nous aider. J'en étais sûre sans parvenir à l'expliquer. Il tourna les talons vers le pont de métal, qui longeait les parois au-dessus du gouffre dont émanait l'odeur de putréfaction, suivi de près par Caden.
Je passai entre eux et encore une fois, Tom esquissa un bref sourire, visiblement satisfait de la méfiance qu'il provoquait chez moi. Ça me mettait les nerfs, j'avais envie de l'éclater au sol. L'énervement que je ressentais était tel que mon corps se raidit de nouveau, comme prêt à bondir. Mon visage était parcouru par des milliers de fourmillements, faisant monter la température d'un cran. J'attendais le moindre faux pas, me retenant de lui sauter à la gorge pour lui tirer les vers du nez. Agrippant fortement les barreaux de l'échelle, je montais sur les barres une à une en me concentrant sur ma respiration pour ne pas me laisser gagner par ma propre violence.

Inspirer. Bloquer. Expirer.
Inspirer. Bloquer. Expirer.
Je me répétais ces mots comme un mantra qui gardait scellées mes pulsions meurtrières sous son regard amusé.
— Ils sont où les autres ? continuai-je, en sachant pertinnemment que je jetai de l'huile sur le feu.
— En sécurité, lâcha-t-il d'une voix lourde et amère.
— Où ?

Alors que je le voyais se raidir à son tour, Caden intervint :
— C'est pas le moment. On ferait mieux d'avancer.
— Tu devrais l'écouter, souffla Tom - ou du moins celui qui feignait de l'être - si faiblement avant de reprendre sa route, que j'étais convaincue d'avoir été la seule à l'avoir entendu.
— Tom est là. C'est tout ce qui compte, tu ne crois pas ? Pourquoi tu réagis comme ça ? Tu veux rester ici ? Avec ces tortionnaires ?
— Ce n'est pas ça. Je...
— Alors, arrête avec tes questions ! On a plus urgent à faire. À moins que tu ne veuilles encore perdre un œil ?
— D'accord, grinçais-je en serrant les poings si forts que mes jointures en devinrent blanches.

Hermano, tu as de la chance que Kaya te respecte un peu trop. Si je m'écoutais, tu aurais déjà pris cher. Tu me harcèles de question et lui, tu le crois sur parole ? Chassant un peu plus ma colère, Je me concentrais à nouveau.

Inspirer. Bloquer. Expirer.
Inspirer. Bloquer. Expirer.

Nous continuâmes sur encore deux étages du ponton de fer et en levant les yeux, je constatais qu'il en restait autant. Tout était trop calme, trop facile. Cela ne faisait que confirmer mes doutes.
— Ils vont bien au moins ? s'enquit Caden, brisant le silence qui s'était installé.
Il se fout de moi ? C'est pas lui qui m'a dit d'arrêter avec mes questions ? Tom se stoppa un instant et je sentais toute la tension qui émanait de son dos. Point sensible visiblement.
— Oui, ils vont bien, finit-il par lâcher.
— T'es sûr ? osais-je.
— Certains.
— Alors ils sont où ?
Hermana ! s'indignait Caden.
— Quoi ? C'est toi qui as relancé les questions ! Ne viens pas faire ta mijaurée ! Tu ne trouves pas ça bizarre qu'il soit là, tout seul ? Quant à ces « distractions », tu entends quelque chose-toi ? Les ventilateurs donnent sur l'extérieur et pourtant, on n'entend rien ! On avait une vingtaine de gardes à nos trousses et d'un coup plus personne ? C'est logique tout ça pour toi ? Alors ? Ils sont où ?
Tom soupira et se tourna vers moi.
— Arrête de chercher la petite bête Kaya, ne me pousse pas trop. Tu as beau être l'amie de Caden et la rousse, tu pourrais trouver plus fort que toi et tu n'aimeras pas le résultat. Crois-moi. Tu préfères quoi ? Retourner subir les volontés d'Hécate et... il s’interrompit en se mordant les lèvres.
— La rousse, Hécate, hein, murmurais-je avant de tenter de lui envoyer mon pied dans l'estomac, qu'il esquiva facilement.

Attrapant ma cheville à la volée, il en profita pour m'attirer à lui avant de me plaquer contre le mur.
— Putain, mais qu'est-ce que vous faites ? hoqueta Caden.
— Ta gueule, siffla Tom dans sa direction, avant de se concentrer sur moi à nouveau. Tu ne peux pas te tenir tranquille hein ? Sérieux pourquoi tu compliques tout ?.
— Et toi ? La rousse ? T'es sérieux ? Tom n'aurait jamais dit ça d'Ellie. De la même manière que depuis qu'elle le connaît, il n'a jamais dit le prénom de Kaya. Il lui trouvait toujours des surnoms. Et Hécate ? Comment tu peux connaître son nom ? Tu me prends pour qui ?

Appuyant son avant-bras contre ma poitrine, il bloquait ma respiration qui était devenue saccadée. L'éclair bleu que j'avais vu plus tôt avait transformé ses iris, verts quelques minutes plus tôt, en une lueur azurée.
— J'en étais sûre, parvins-je à articuler, Tu n'es pas Tom. Tu es... comme moi. Tu n'as... prévu aucune distraction... Tu es leur distraction... Leur jouet. Un pantin à la con.
— T'es vraiment chiante pour une marmotte.
— Elle dort, la marmotte et... tu le sais... très bien. On peut... arrêter les faux-semblants ? répondais-je en le repoussant violemment vers la barrière de la passerelle.
— Ça changerait quoi ?
— Ça change que toi, t'es un putain de bâtard qui joue au chien-chien avec ces connards ! Pourquoi tu fais ça ? Tom n'aurait jamais accepté de jouer ce jeu ? Comment tu fais pour garder le contrôle même quand tu n'as pas la lueur ?

Il éclata de rire.
— Tu ignores beaucoup de choses, dit-il en envoyant son poing droit sur mon menton, ce qui me fit cracher un filet de sang. Je sentais que ma lèvre inférieure avait éclaté sous la force du coup.

Il me fit une clef de bras et me bascula à moitié au-dessus de vide. J'aurais pu avoir mal, mais le sérum pulsait dans chacune de mes veines, renforçant mon insensibilité à ce sujet.
— Mais qu'est-ce que vous foutez ! Arrêtez !
— La ferme, répondait-on en chœur.

Je pris appui sur la barrière et le repoussais à nouveau pour me dégager de sa prise et bondir par-dessus lui. Les rôles étaient maintenant inversés et je lui tapai derrière le genou pour le forcer à s'agenouiller. J'avais attrapé le Glock au passage et collais le canon sur son front.
— Arrête, merde ! hoqueta Caden.
— C'est pas Tom et il n'a pas du tout l'intention de nous aider. C'est juste un cafard qui a pris sa place.

Mon corps tout entier était tellement parcouru de fourmillements que j'avais l'impression d'avoir des milliers d'aiguilles qui transperçaient chaque pore de ma peau. J'aurais pu tirer et le faire tomber dans le trou, ni vu ni connu. Mais Kaya ne supporterait pas ça. Si je voulais garder un minimum de contrôle, je ne pouvais pas le tuer et il le savait. Il arborait cette putain de fierté malgré sa position.
— De quoi tu parles ?
— Je te parle du fait qu'il n'est pas Tom et que je ne suis pas Kaya ! Mais putain, tu nous as pas entendus quand on parlait il n'y a même pas vingt secondes ? On est pourtant à côté de toi ? Tu vois pas nos yeux ? Tu penses vraiment qu'elle pourrait faire ça sans états d'âme ? Mais réveille-toi et arrête avec tes questions à la con ! Il est comme moi, mais nous n'avons pas les mêmes objectifs. Si on le suit, on va encore se faire avoir !
— Tout ça n'a aucun sens !
— C'est pas vrai, t'es vraiment lent l'orphelin, râla l'autre.
— Tu vois ? Jamais Tom ne se serait permis de dire ça ! C'est quoi le deal ? Qu'est-ce qu'ils t'ont promis ?

Une ombre passa devant ses yeux.
— Rien qui te concerne.
— Oh si ! Ça me concerne quand ma liberté est en jeu ! Je te le redemande donc, ils sont où les autres ?

Il se murait dans un silence qui me foutait les nerfs.
— Monsieur a perdu sa langue ? S'ils sont ici, il serait plus intéressant de faire équipe ensemble, non ?

Mais je connaissais déjà sa réponse. Il avait déjà fait son choix. Peu importait les arguments que j'avancerai, les propositions que je ferais, jamais il n'accepterait de nous aider.
— Je vois, reprenais-je en tirant une balle dans sa jambe et une autre dans son bras. Ce qui lui arracha une grimace de douleur. Ça devrait te ralentir suffisamment.
— Putain, mais qu'est-ce que tu fous ? cria Caden en se précipitant vers lui.

Je l'attrapais par le col et l'entraînais avec moi sans chercher à lui répondre. Hors de question de perdre plus de temps. Il se débattait, mais dans l'immédiat, il ne pouvait pas me tenir tête.
— Lâche-moi, merde !
— Je te lâche si t'avances et t'arrêtes de faire chier !
— Bordel, tu fais chier, il pisse le sang !

Je le projetai devant moi.
— Tu crois quoi ? Que c'est un jeu ? T'as vu tout ce que vous avez subi depuis ce jour à la con ? C'est pas toi qui me disais que tu voulais partir d'ici tout à l'heure ?
— Pas en laissant Tom ici !
— Ce n'est pas Tom ! Bordel, mais t'es bouché ou quoi ?
— J'en ai rien à foutre de vos conneries. Que vous soyez eux ou non, je n'ai pas l'intention de laisser l'un de vous derrière.
— Tu vas nous faire tuer avec tes conneries. Arrête de faire le con et ramène...

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase, que je me retrouvais propulsée par-dessus la barrière de sécurité. L'enflure ! Il s'était relevé et j'étais tellement préoccupée par Caden que je n'avais pas fait attention. Je me disais bien qu'il s'était un peu trop laissé faire à mon goût, mais comme je devais me concentrer pour ne pas craquer face à ma propre violence, j'avais négligé certains détails. Nous chutions tous les deux dans ce gouffre à l'odeur pestilentiel, tandis que le cri de notre ami se répercutait sur les murs.

L’atterrissage fut moins dur que je ne le pensais. Un bruit de viscosité anormale se faisait entendre lorsque je tentai de vérifier l'état de notre corps. Par chance, j'avais juste quelques contusions. Je tentai de me relever, mais glissai sur cette substance grasse qui se répandait sous mes doigts. L'odeur putride envahit mon nez qui me donna des haut-le-cœur plus forts que je ne l'aurais souhaité. Je sentais la bile qui remontait le long de ma gorge, me brûlant de l'intérieur. Le sérum rendait les blessures insensibles, mais pas cette sensation ? Quelle connerie ! Je parvins à me relever malgré la difficulté de la tâche, mais entre mon corps qui refusait de m'écouter, vacillant par moments et l'horreur qui s'offrait à moi, je manquais de chuter à nouveau.

Des tas de corps s'entassaient les uns sur les autres, s'enchevêtrant entre les membres dénués de vie. Certains avaient même les yeux ouverts. C'était pour ça que ça sentait aussi fort. L'odeur de la mort imprégnait les lieux comme une tâche que l'on ne pouvait nettoyer. Cette vue ne fit qu'accroître la nausée et je dus m'appuyer au mur pour tenir debout. Voir des cadavres ne devrait pas me perturber. Les expériences d'Hécate lors des absences de Kaya avaient permis une certaine « désensibilisation » de ce côté. Elle s'en était assurée. Pourquoi je me sentais mal comme ça ? La réponse s'imposait à moi avant même qu'un son ne sorte de ma bouche et je m'approchai de lui par réflexe. Le petit blond...

Il était là, parmi les dépouilles, je voyais ses cheveux dorés qui dépassaient. Son visage si calme pouvait presque faire croire qu'il dormait, mais la pâleur bleutée de sa peau, ses lèvres sèchent et craquelés ne laissaient aucun doute là-dessus. Des larmes roulèrent sur mes joues tâchées par le sang des victimes présentes dans ce gouffre, semblable à une fosse dont on jetterait là les déchets dont on souhaitait se débarrasser. Je me remémorai les paroles des gardes qu'elle avait entendus au début et je comprenais mieux l'ampleur de la situation. Dans ce cas, pourquoi nous maintenir en vie quand d'autres, comme lui, finissaient ici ? Même si Kaya n'était pas entièrement consciente de ce qui se passait, son cœur parlait pour elle. Ma tête me faisait mal et j'avais l'impression d'être prise dans un étau, je manquais d'air. Je la sentais qui tentait de reprendre le contrôle, mais je ne pouvais pas la laisser voir ça. Pas maintenant. Alors je ravalai les sanglots qui m'échappaient et rivai mon regard sur la silhouette de Tom qui venait de se relever.
— Pourquoi il est là ? parvins-je à articuler entre deux respirations.
— Je n'avais pas le choix, tentait-il de se justifier.
— Parce qu'en plus c'est toi qui l'as tué ? T'es vraiment un putain de traître ! On a tous le choix ! Regarde-nous, je ne les ai pas écoutés et Caden est toujours là !
— Ah oui ? Et ça t'a mené où ? Jusque dans la fosse ! Vous allez rejoindre Josh si ça continue, c'est ce que tu veux ? s'insurgeait-il en tapant du poing contre la paroi froide et le coup résonna un moment dans le silence qui s'était abattu sur nous.

Au moment où il prononçait son nom, mon œil droit me fit un mal de chien et tout mon corps fut parcouru par ce qui ressemblait à une décharge électrique. Je ployai les genoux sous la douleur, haletante.
— Va brûler en enfer...
— Tu perds ton temps, j'ai déjà réussi ma mission, dit-il en montrant une seringue avec un liquide vert, Caden n'est qu'une formalité sans toi.

Putain, je n'ai rien senti ! À quel moment ? Merde, merde, merde ! S'il n'y avait pas eu Kaya et son besoin de garder ses amis en vie, on serait déjà loin d'ici ! Ma faiblesse avait causé notre perte et notre chance de fuir nous échappait sans que je puisse y faire quoi que ce soit. Cela ne me rappelait que trop le jour où tout avait commencé. Je n'étais pas encore là, mais l'accès aux souvenirs de Kaya m'avait permis de comprendre comment j'étais née. Je m'écroulais sur les corps, sans parvenir à contrôler les réactions incontrôlées du mien qui se tordait sous la douleur du produit. Ce n'était pas le sérum, ni du paralysant, cela ressemblait trop aux effets du poison, mais c'était différent. Plus fort, plus insidieux et surtout plus rapide, il m’ôtait toute forme de résistance, tant mentale que physique. Les barrières que j'avais mises en place pour la garder loin de moi, tombèrent une à une et elle reprit peu à peu le contrôle tandis que l'on perdait connaissance après s'être écroulé devant ses pieds. J'aurais vraiment dû le tuer.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 08/04/2021
"Il se fout de moi ? C'est pas lui qui m'a dit d'arrêter avec mes questions ?" Moi aussi ça m'a grave soulée quand Caden a recommencé à poser des questions xD Je commence à m'identifier de plus en plus avec la mentalité de Kali. Euh c'est grave peut-être ?

C'est très intéressant de voir une autre personne qui a subi cette dissociation de personnalité ! D'autant plus intéressant que là Kali/Kaya sont confrontées à une personne qui, contrairement à elles, q fini par craquer et rejoindre le camp des tortionnaires ! Je ne peux pas m'empêcher de détester Tom d'avoir été si faible, et de sentir une espèce de pitié/dégout pour lui, je ne sais pas si c'est clair ? En même temps, n'importe qui craquerait face à une torture aussi lente et inhumaine donc je ne suis personne pour juger ! Mais ça fait opposition avec Kaya et Caden qui ont résisté, c'est pour ça qu'ils intéressent autant les ravisseurs d'ailleurs ! Enfin semi-résisté parce que Kaya a quand même donné naissance à Kali.

Je viens de comprendre un truc. Kali a les yeux violets et des mèches mauves. Comme Hécate ! Conclusion : Hécate est la deuxième personnalité d'une femme (sans doute ordinaire) qui a fini par gagner sur la personnalité d'origine !! C'est sûr :O Mais peut-être qu'Hécate est apparue dans d'autres circonstances que Kali...
Hâte d'en savoir plus en tout cas !
Sklaërenn
Posté le 08/04/2021
Ah ah. Oui cadence est énervant et j'avoue, je l'ai fait exprès 😅😂 je l'aime bien, mais il était trop lisse à mon goût. Je voulais lui donner plus de relief ah ah.

Je sais pas, je m'identifie pas mal à Kaya, mais aussi à Kali par moment alors on est peut être mal barré tout court à deux 😂

Pour Tom, tu comprendra plus tard ( spoil : j'ai pas encore écrit cette partie lol ) pourquoi il a craquer et il fait le sale boulot éwé.


Quant à Kaya /Caden et le fait qu'ils aient mieux résister, je commence tout juste à aborder le pourquoi du comment 😂

J'adore ta conclusion sur Hécate. C'est un personnage qu'on voit peu au final, mais qui me fait toujours autant marrer de par sa folie / perversité etc...

Quelques infos arrive dans le chapitre 9 partie 3. Est ce que ça sera ce que tu voulais? Rien n'est moins sûre èwé

ModesteContesse
Posté le 09/04/2021
Mais non ! Ne me sors pas ce teasing comme ça xD Hâte de lire le chapitre 9 du coup ! Ce sera pour demain ou ce week-end normalement !

J'ai hâte d'avoir la réponse pour Tom. Pour Caden, je ne sais pas s'il manque de relief ? Juste pour l'instant il n'est présenté qu'à travers Kaya donc il est secondaire à côté d'elle, d'où l'impression peut-être ? Il m'a l'air d'être un gars vraiment loyal et gentil en tout cas.
Sklaërenn
Posté le 09/04/2021
Prends ton temps pour la lecture. J'ai juste eu une fenêtre de mon côté niveau laps de temps sur l'ordinateur et j'en ai profiter pour avancer dans ton histoire, mais ça ne veux pas dire que tu dois tout lire de tempest d'un coup t'inquiète.

Oui Caden à un rôle précis, mais il passe effectivement ( souvent ? ) au second plan ah ah. Et oui, il est très loyal à Kaya.
dodoreve
Posté le 13/02/2021
Je fais un petit saut pour ne commenter qu'ici ! C'est vraiment intéressant et prenant depuis le moment où Kali a pris le dessus. Je ne sais pas si c'est moi qui délire, mais ne plus, j'ai l'impression que Kali s'exprime avec beaucoup plus d'injures et de grossièretés, alors que c'est quelque chose qui avait peu à peu pris le dessus quand on était encore du point de vue de Kaya. À mon avis, c'est quelque chose qui nous indiquait déjà de l'éveil petit à petit de Kali, et je trouve ça intéressant.
Je vais devoir m'arrêter là pour aujourd'hui, mais décidément, ce n'est pas facile ahah ! Je me demande vraiment ce qui va arriver maintenant, surtout que d'après le titre de tes chapitres, c'est le point de vue de Kaya que l'on reprend !
Sklaërenn
Posté le 13/02/2021
Ah ah, oui pas facile de s'arrêter maintenant. Effectivement Kali est plus... agressive 😅et ça influe pas mal sur Kaya inconsciemment ah ah. Oui j'essaye de jongler entre les PDVs. Pas simple de gérer ça, mais j'avoue prendre beaucoup de plaisir à faire cet exercice.
Belara
Posté le 24/01/2021
Quel chapitre ! J’ai vraiment l’impression que tu te plais dans les scènes d’action. Sincèrement, je n’ai pas décroché une seule seconde !
Encore une fois, on retrouve cette lutte de chaque instant entre Kaya et Kali et on imagine de plus en plus facilement les traits de personnalité qui les séparent.
Je me suis douté que Tom avait aussi laissé place à son alter et que c’était le but final d’Hécate mais je ne m’attendais pas ce qu’il lui soit si fidèle.
Oh et puis Caden... quelle déception ! Lui qui se disait si solide nous a finalement montré une autre facette de sa personnalité.
J’attends la suite avec impatience !

PS : « Nous chutions tous les deux dans ce gouffre à l'odeur présidentielle »
Tu as vraiment voulu dire « présidentielle » ? :´)
Sklaërenn
Posté le 25/01/2021
J'avais louper ce commentaire ! J'adore ton commentaire, car en vrai, j'ai eu du mal à écrire certains passages de ce chapitre ahah. Tant mieux si ça ne se voit pas, c'est que le mal que je me suis donné pour coller à ce que je recherchais en valait la peine !

Ah Tom, j'ai de grand projet pour lui, il ne sera pas souvent sous les deux des projecteurs, mais je l'aime bien :D

Quant à Caden ahah le pauvre est complètement paumé. Et la suite ne va pas l'aider à aller mieux !

Non, j'ai voulu dire pestilentiel ( d'ailleurs j'étais persuadée qu'il y avait un "d" à la place du premier "l", d'où l'erreur à mon avis xD), mais visiblement mes doigts ont voulu faire une blagounette :D Merci de l'avoir relevé, car personne ne la vu jusqu'à maintenant !

La suite arrive bientôt ;)
Sklaërenn
Posté le 25/01/2021
sous les feux des projecteurs *
Belara
Posté le 25/01/2021
Je pense que ce qui fait ta force dans ce chapitre c’est que le rythme est tellement soutenu que le lecteur se « précipite » parce qu’il est entraîné dans l’action. Du coup, il sera moins frappé par une mauvaise tournure que dans un passage lent ou descriptif.
Tu m’apprends quelque chose pour pestilentiel, je pensais aussi que ça s’écrivait avec un D ahah
Vous lisez