Chapitre 8 (nouvelle version)

Par Gabhany
Notes de l’auteur : Hello ! Je vous laisse retrouver Kiaraan et Oksa en fâcheuse posture ;) Bonne lecture !

L’obscurité était tombée sur elles comme une feuille morte tombe d’un arbre. Sournoise, rapide et imperceptible, elle leur avait révélé sa présence par la profondeur fébrile et inquiétante du silence qui progressivement les avait gagnées.

Elles avaient entendu les hommes partir un long moment auparavant, et depuis, aucune des deux n’avait plus prononcé le moindre mot. Elles échangeaient de fréquents regards angoissés, mais l’atmosphère autour d’elles était trop lourde et oppressante pour qu’elles osent la briser de leurs voix. Kiaraan dressait l’oreille tout en tirant sur ses liens, malgré la position douloureuse de ses bras. Elle se sentait contractée et fébrile. Le moindre craquement la faisait sursauter, le cœur prêt à exploser. Entre la frayeur et l’adrénaline, elle ne savait ce qui précipitait à ce point le rythme de son cœur. Régulièrement, elle bravait le silence pour adresser des paroles rassurantes à Oksa, qui s’était pelotonnée contre le tronc de son arbre et qui n’en avait plus bougé.

D’un frisson qui hérissa la peau de sa nuque, Kiaraan perçut les premiers cris, avant de les entendre au loin. Elle dressa la tête, tentant de déterminer de quelle direction ils provenaient. Là, au nord, droit devant elles. Oksa s’était levée elle aussi, la respiration suspendue.

Kiaraan se concentra sur les voix qui se rapprochaient rapidement. Elle en distinguait plusieurs mais n’en reconnaissait aucune. Un froid intense la figea un instant, aiguisant son esprit. Elle était certaine que ce n’étaient pas leurs compagnons qui criaient ainsi. Ou alors, si c’était bien eux, ce n’était pas bon signe. Oksa et elle devaient fuir, et vite. Mais où aller ? C’était peine perdue. Les Lupus les trouveraient là, servies comme sur un plateau, et plus personne n’entendrait jamais parler d’elles.

Oksa lui dit quelque chose, mais Kiaraan ne l’entendit pas. Elle était focalisée sur les pas – elle les percevait nettement, maintenant – qui se dirigeaient vers elles. Son cœur donnait l’impression de battre sur le même rythme frénétique. Elle avait l’impression d’étouffer mais se sentait en même temps curieusement calme. Elle se demanda un instant si elle n’avait pas perdu la raison. Une force furieuse et brûlante grandissait en elle, se déversait dans ses veines, dans ses muscles, submergeant son esprit, dévorant ses pensées. Il n’y avait plus que l’instinct. Alors elle sut quoi faire.

Se glissant vivement hors de leur abri, elle se releva et se mit à l’abri derrière l’arbre voisin. Ignorant les appels paniqués d’Oksa, elle serra les poings, contracta les muscles de ses bras et se laissa posséder par la puissance qui grondait au fond de son être. Elle écarta alors les bras d’un geste brusque, impatient, la peau frissonnante.

*

L’exaltation, la joie féroce que je ressens à l’idée de me battre libère tous mes muscles qui se mettent à onduler, à grandir. Un mouvement ! Là, tout près ! Ennemi ou ami ? Des cheveux clairs virevoltants au milieu de chevelures sombres. Une odeur familière. Rodrik !

Le crissement des épées. L’éclat des lames. Les cris. Les mouvements vifs, rapides. Ma respiration haletante, rauque. Le rythme effréné de mon cœur. Devant, derrière, partout, des ennemis.

L’odeur aigre de la peur, celle plus puissante du sang. L’odeur de la violence, qui fait se dresser mon instinct animal et reculer ma conscience humane.

Ma peau se hérisse. Devient plus épaisse. Des muscles dont je ne soupçonnais même pas l’existence se bandent. Ma vision s’aiguise. Failles et détails insoupçonnés. Ouvertures. Opportunités.

Plus de peur. Mon corps se tend vers le combat. Mes lèvres se retroussent et mon corps tout entier gronde.

Le choc des coups échangés résonne comme un gong dans mon sang. Il m’appelle.

Je m’approche. Le rugissement en moi s’amplifie. Je ne vais plus la retenir longtemps. Je brûle de me laisser avaler. Je ferme les yeux et…

*

− KIARAAN ! RESTE AVEC MOI ! KIARAAN !

*

Une main se pose sur mon bras. Appel pressant, urgent. Indifférence de l’ourse, inquiétude de l’humane toujours présente. Oksa ! Les secousses sur mon bras interfèrent avec celles de mon corps qui se transforme. Non ! Si près de moi, elle est en danger ! Va-t’en !

Mon propre rugissement m’assourdit. Je vais perdre le contrôle. Je ne dois pas perdre le contrôle. Mes mains frissonnantes se crispent, tout mon corps se raidit. La force primitive est là, juste à la lisière de mon esprit. Elle va me dévorer. Je tente d’empêcher les convulsions qui atteignent leur paroxysme, tout en sentant ma conscience disparaître. Je sens que je n’y arriverai pas. Elle est trop proche.

Une autre main se pose sur moi. Chaleur apaisante sur les secousses de mon corps. Caresse qui me calme et fait peu à peu refluer la fureur de l’instinct. J’ouvre les yeux. Ceux d’Oksa me fixent, là, tout près. Elle fredonne une mélodie que je ne reconnais pas. Comme une incantation, l’antienne me rappelle inexorablement en moi-même. Quelque chose en moi voudrait se ruer sur elle pour la faire taire, mais je l’en empêche. Je plonge dans son regard pour me ramener à la raison. Si je mue maintenant, nous mourrons toutes deux. Ma peau parcourue de frissons est brûlante sous les mains d’Oksa, mais je réussis à garder le contrôle. Pour combien de temps encore ? Je ne peux le dire.

*

 

Kiaraan se sentit tirée en avant, tant physiquement que mentalement. Elle se sentait à la fois exaltée et terrifiée, pleine de force et tremblante, en proie à des sensations et des émotions d’une puissance inconnue. Elle distinguait chaque cheveu sur la nuque d’Oksa devant elle. Et au loin, elle percevait distinctement les éclats d’un autre combat. Instinctivement, Kiaraan accéléra et dépassa sans mal son amie.  Son ouïe exacerbée distinguait les appels de voix qu’elle connaissait. Sans réfléchir, elle se rua dans la direction du combat. Enfin, elle allait pouvoir aider les siens et mériter sa place parmi les Chasseurs. Elle ne craignait pas de devoir se battre elle aussi. Elle se sentait pleine d’une énergie et d’une puissance invincibles. Cette fois, personne ne la retiendrait.

La jeune Ursi fila entre les troncs, Oksa à ses trousses. Elle ne ralentit que quand elle se trouve à portée du combat. Plusieurs de ses compagnons, dont Pier, étaient aux prises avec une escouade de Lupus. Ils étaient en mauvaise posture. Instinctivement, Kiaraan s’avança vers eux. Il fallait les aider. Sans eux, Oksa et elle n’avaient aucune chance de s’en sortir. Avec une curieuse exaltation, Kiaraan fit encore un pas. Le grondement de son sang recouvrait ses oreilles de sa mélodie sauvage, couvrant presque le fracas des armes. Sa force grandissait de seconde en seconde. Bientôt, plus personne ne pourrait lui résister.

Elle se retrouva face à un soldat Lupus armé d’une sorte de hache à tête de pierre. S’il fut surpris de trouver une jeune fille sur le champ de bataille, son visage aux traits encaissés n’en montra rien. Il leva son bras armé et l’abattit sur Kiaraan. Avec une clarté saisissante, celle-ci vit venir le coup, droit vers son tête. Sans hésitation, elle bloqua le coup d’une seule main et lui arracha son gourdin avec une facilité qui l’ébahit. Pleine d’une joie féroce, elle marcha vers le garde pétrifié. Il fronça les sourcils et elle vit son ahurissement se muer en suspicion.

Complètement dégrisée, Kiaraan recula, affolée. Quelqu’un l’avait vue. Elle avait révélé ce dont elle était capable. Elle avait laissé échapper son secret.

Glacée jusqu’aux os, l’esprit résonnant d’un silence interminablement choqué, elle vit volte-face, attrapa la main d’Oksa et s’enfuit à toutes jambes.

*

Kiaraan et Oksa couraient à perdre haleine. Elles avaient parcouru plusieurs centaines de mètres, s’enfonçant sans réfléchir entre les arbres qui paraissaient vouloir se jeter sur elles. Elles slalomèrent entre les épicéas, espérant semer leurs poursuivants. Mais elles entendaient toujours la course de leurs pas derrière elles. Et tout en courant, Kiaraan fut frappée par deux choses. La première, qu’elles fonçaient droit devant sans savoir où elles allaient. La deuxième, qu’Oksa et elle ralentissaient à vue d’œil, et qu’elles seraient bientôt rattrapées.

Dans une tentative désespérée, tant qu’elles étaient encore hors de vue, Kiaraan attrapa la main d’Oksa et la tira brusquement sur la gauche. Son amie trébucha mais parvint à garder l’équilibre. Les échos de voix se rapprochaient. Elles repartirent à toutes jambes. Au bout de quelques mètres, Kiaraan les entraîna à nouveau sur la gauche. Elles s’immobilisèrent un peu plus loin, haletantes, derrière un arbre. Les armes qu’elles tenaient encore dans leurs mains émettaient un halo ténu autour d’elles.

  • Kiaraan, qu’est-ce que tu fais ? chuchota furieusement Oksa. Il faut continuer à courir !
  • Ils nous auraient rattrapées, de toute façon. Tu as remarqué qu’ils n’ont rien pour s’éclairer, eux ?
  • Et alors ?
  • Mais réfléchis ! On dirait qu’ils n’ont pas besoin de lumière pour voir dans la nuit !

Terrifiée, Oksa fixa son amie.

  • Ça veut dire qu’on ne pourra pas leur échapper ! Nous sommes perdues ! Mais comment ont-ils su où on était ?

D’un même mouvement, les deux filles baissèrent les yeux vers les coutelas que chacune tenait encore. Elles s’empressèrent de les dissimuler entre elles et le tronc.

Quelques instants plus tard, elles distinguèrent le son feutré de pas qui se rapprochaient.

Sans se regarder, le cœur battant, elles se remirent à courir.

Elles ne firent que quelques pas. Une main inconnue s’abattit sur le bras gauche de Kiaraan. D’un geste instinctif, elle abaissa le bras droit et frappa devant elle avec le fosil. Son adversaire para sans difficulté. Du coin de l’œil, la jeune fille vit qu’Oksa était aux prises avec un autre Lupus. Elle tenta de frapper le bras qui la tenait, mais l’autre para encore. Kiaraan lança son bras armé en avant, et voulut embrocher son ennemi. D’une torsion de son épée, son adversaire fit sauter le fosil de sa main avant qu’elle ne l’atteigne.

Désarmée, la peur au ventre mais le corps fourmillant d’énergie et l’esprit plus clair que jamais, Kiaraan se laissa choir et roula hors de portée. Pleine d’une force et d’une témérité exaltantes, elle se rua vers l’adversaire d’Oksa qu’elle heurta de plein fouet. Ils se retrouvèrent tous les deux à terre. Plus prompte à se redresser, Kiaraan l’assomma d’un coup de pied. Cela lui fit si mal qu’elle crut s’être brisé quelque os inusité. Se retournant, elle fut un instant déroutée de ne plus voir Oksa. Elle entendit un cri qui lui fit tourner la tête. Simultanément, un bruit de pas derrière elle, bien trop proche, la fit frémir. Elle sentit un choc terrible à l’arrière du crâne, et ce fut tout.

*

Réveillée par le rythme de pas tout autour d’elle, flottant entre deux mondes, Kiaraan rouvrit les yeux à la faveur d’un choc plus rude. On l’avait laissée tomber par terre. Où était Oksa ? Sa tête lui faisait trop mal pour la tourner. En revanche, elle distinguait parfaitement, là, devant elle, des corps ensanglantés parmi lesquels elle reconnut Rodrik.

Puis ce fut à nouveau le néant.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Joke
Posté le 08/11/2019
Bon comme je te disais à l'instant, ta nouvelle version du précédent est super, je suis réconciliée avec Pier, vu ta façon de le montrer.
Du coup j'ai profité à fond de ce chapitre aussi XD
Il est super, j'aime vraiment la façon dont tu décris la mue.
Est-ce que tu as lu Femmes qui courent avec les loups? de Clarissa Pinkola Estes? Ce n'est pas un roman mais un essai de psycho qui parle de féminité et de puissance animale (bon j'en parle super mal) mais ton personnage de Kia me fait penser à ce livre, donc je pense que ça pourrait te plaire, si tu ne le connais pas, peut-être que ce livre te parlerait et t'inspirerait!

J'ai particulièrement aimé la fin, le moment où Kia perd connaissance, reprend furtivement conscience juste le temps de s'apercevoir qu'il manque son amie, et sombre à nouveau, c'était juste PARFAIT, parfaitement rythmé.

D'une manière générale je trouve que ton écriture est extrêmement travaillée en terme de sensation, de détails, tu nous immerges dedans, on est à la fois dans tes personnages et en train de les observer de l'extérieur, bref, super.
Je reviens vite pour le 9 !
<3
Gabhany
Posté le 14/11/2019
Coucou Joke ! Excuse moi du retard de ma réponse ! Je suis contente que la nouvelle version te plaise !!
Je n'ai pas lu ce livre, mais je me note soigneusement la référence !
Merci pour toutes tes remarques <3
A très vite !
Arabella
Posté le 06/11/2019
Coucou,

La transformation de Kiaraan est puissante ! J’ai adoré ce passage, il est fort, on sent l’animal reprendre le contrôle à travers ton écriture ! On retrouve les mêmes sensations qu’au tout début de ton histoire !

Je chapitre est génial, entre l’humaine et l’ourse, la mue malgré elle, les lupus qui les poursuivent !

J’adore ce chapitre, très dynamiques, il se passe plein de chose, elle va être capturée !!! (Didoudiou, ça me stresse !) Bravo Gab !
Gabhany
Posté le 08/11/2019
Ooooh merci Arabella ! Je suis contente que ça t'ait plu :) =D =D =D
Elga
Posté le 05/11/2019
J’aime bien la 1ère partie où Kiaraan perçoit tout par ses sens. Cela rappelle vraiment son côté animal. Par contre, je ne comprends pas, au début quand tu évoques les liens : elle est encore attachée ? Il faut que je vérifie dans le chapitre précédent. Ensuite tu n’en parles plus du tout, comme si elle s’était détachée, mais tu ne l’écris pas… Puis tu dis qu’elles ont des armes… C’est peut-être moi qui n’ait pas tout suivi, possible !
J’aime beaucoup les passages en italique et la lutte de Kiaraan pour se contrôler et ne pas blesser Oksa.

« Kiaraan se sentit tirée en avant, tant physiquement que mentalement. Elle se sentait à la fois exaltée et terrifiée, pleine de force et tremblante » : répéttion de « sentir »

« Elle ne ralentit que quand elle se trouve à portée du combat. »  trouva
« son visage aux traits encaissés n’en montra rien » : j’ai du mal à voir l’image d’un visage « aux traits encaissés ».
« Avec une clarté saisissante, celle-ci vit venir le coup, droit vers son tête. Sans hésitation, elle bloqua le coup d’une seule main et lui arracha son gourdin avec une facilité qui l’ébahit. » répétition de « coups »
« Glacée jusqu’aux os, l’esprit résonnant d’un silence interminablement choqué, » est-ce que « d’un silence interminable » ne suffirait pas ?
« elle vit volte-face, attrapa la main d’Oksa et s’enfuit à toutes jambes. »  elle fit

« Ils nous auraient rattrapées, de toute façon. »  je mettrais « ils vont nous rattraper de toute façon »
Bon, on peut dire qu’il y a de l’ambiance. Alors par contre, j’ai lu ce chapitre sans relire le précédent et je suis du coup, un peu perdue. Il va falloir que je revienne en arrière pour savoir si ça se tient, là, comme ça, je ne peux pas te dire. Je trouve, pour l’instant, que ce chapitre se tient bien en lui-même.
Gabhany
Posté le 19/11/2019
Oh coucou Elga pardon je croyais t'avoir répondu ! Merci de ta lecture, oui j'ai modifié le chapitre précédent donc c'est possible que ça créé un peu de confusion. Je suis contente que ça t'ait plu.
Le truc des liens j'ai du encore l'oublier, c'est un oubli de la précédente version.
Merci de ton passage et de ton commentaire !
JulieH
Posté le 29/10/2019
Je suis emballée par cette histoire ! J'ai lu les 8 premiers chapitres assez rapidement.
On ressent vraiment le côté nature et animal dans ces chapitres.

Seul petit regret, j'ai l'impression que pour certaines scènes, le décor n'est pas assez détaillé pour vraiment s'imprégner des lieux. Surtout qu'avec le côté nature des personnages, je suis sûre qu'ils ressentent encore mieux les odeurs, les bruits, ...

Hâte de lire la suite !
Gabhany
Posté le 29/10/2019
Coucou JulieH ! Merci beaucoup de ta lecture et de ton commentaire !! Je suis heureuse que mon histoire t'ait plu :)
Je note ta remarque par rapport aux descriptions à étoffer, merci !
A bientôt alors :)
Stella
Posté le 26/09/2019
Re
Après mon précédent commentaire tu te doutes que je n'adhère pas à cette attaque. Même si c'est bien écrit et que tu m'emporte à la force de tes mots à la fin, je n'y crois pas sauf si tu me dis que Pier est un traître 😁. Ce qui expliquerait ce suicide collectif. Mais même si c'est un traître, pourquoi les filles courrent dans son piège ?
"Au bout d’un long moment, les premiers murmures mécontents brisèrent l’atonie ambiante" hourra enfin ! Mais pour moi c'est trop long à faire tilt dans leur cerveau.
"Ecoutez, lança-t-il, c’est la seule solution pour que nous nous en sortions tous. Vous l’avez dit vous-mêmes, les Lupus ont certainement posté des gardes en surnombre autour de leur village. On n’aurait jamais pu s’y introduire de force, cela aurait fini en massacre. Concernant Oksa et Kiaraan, il n’était pas question de les abandonner dans la forêt. Elles sont des nôtres, quoi qu’elles aient fait, et nous nous protégeons les uns les autres. Mais elles ne peuvent pas non plus nous accompagner. Elles ne savent pas se battre, elles seraient en danger et nous aussi en voulant les protéger."
Pier,  ton plan est nul!!!
Je suis à jour sur ma lecture je vais pouvoir gentiment te harceler 😁
Gabhany
Posté le 26/09/2019
Oui je me doute ;) et comme tu n'es pas la seule je me pose plein de questions et je vais revoir ça. Car non Pier n'est pas un traître. Vraiment pas. Visiblement ce passage et le fait d'envoyer K et O dans la gueule du loup ne fonctionne pas.
Stella
Posté le 31/10/2019
Tu t'en doutes j'ai adoré la scène percutante au présent. Bravo. Rien à redire sur ce chapitre hormis
Kiaraan dressait l’oreille tout en tirant sur ses liens, malgré la position douloureuse de ses bras. *elle n'est plus attachée dans cette version
Instinctivement, Kiaraan accéléra et dépassa sans mal son amie.*je croyais qu'elles étaient toujours statiques dans leur cachette. Elles avançaient pendant la transformation ou il y a une ellipse ?
J'ai hâte de lire la suite
des bisous
Eulalie
Posté le 25/09/2019
Brrrr, ça jette un froid. Qui sème le vent...
Je me demande pourquoi Kiaraan n'a pas Mué, pour courir plus vite, pour protéger Oksa (elle aurait pu la porter sur son dos ?), pour mieux se défendre.
Je me demande aussi pourquoi elle est encore en vie, elle.
Je reste un peu amère et déçue de cet épisode violent mais je retire ce que j'ai dit, je ne décroche pas, je veux la suite !
Un détail qui m'a sauté aux yeux (en attendant les autres sur Discord) : sanguignolant c'est surtout pour parler d'un organe ou d'un membre arraché, ou bien pour qualifier péjorativement une viande rouge. Mais je ne trouve pas le mot approprié pour désigner les camarades de Kiaraan. Est-ce que Pier et Roderick sont morts ?!
Gabhany
Posté le 26/09/2019
Parce qu'elle ne peut pas le contrôler. Elle ne peut pas Muer volontairement. Pas encore du moins =D
Tu es déçue parce que tu ne comprends pas pourquoi les choses en arrivent là ? Je vais revoir la façon dont K et O vont être mêlées à l'attaque, et aussi la façon dont celle-ci arrive, car je vois que la façon dont la scène est amenée ne fonctionne pas. Si tu veux bien j'aimerais discuter avec toi de ce qu'il y a à revoir ;)
Ah et je note pour sanguinolent. Tous les Ursi ne sont pas morts, non ...
Eulalie
Posté le 27/09/2019
Oui c'est exactement ça, ne connaissant pas les relations initiales entre Lupus et Ursi mais ayant l'impression que les Ursi vivent de manière pacifique et joyeuse, je ne comprends pas ce qui les pousse à cette extrêmité.
Il y a aussi des détails que j'aurais aimé avoir cernés avant d'entrer dans le vif de l'histoire comme la position sociale qu'occupe Kiaraan dans son clan et comment elle se sent par rapport à celle-ci. J'étais étonnée qu'elle soit considérée comme une gamine par Pier et comme une égale par d'autres. Y a-t-il une différence entre la loi en théorie et la loi en pratique ? D'une manière générale ces deux derniers chapitres (peut-être avec le précédent aussi) vont un peu vite pour moi. J'aimerais y trouver plus de détails sur le fonctionnement social du clan et sur le ressenti corporel de Kiaraan qui, visiblement, est en plein changement. On en parle sur ton JdB si tu veux ;-)
Aliceetlescrayons
Posté le 20/09/2019
Voilà un chapitre sacrément intense!
La fin est parfaite, dans le sens où on n'attend qu'une chose : connaitre la suite!! <s'arrache les cheveux>
En ce qui concerne l'attaque, j'ai toutefois quelques réserves.
L'attitude de Pier d'abord qui, en envoyant des jeunes filles inexpérimentées au casse-pipe, finit par laisser entendre qu'il a peut-être une motivation personnelle à envenimer la situation?
Parce qu'au final, je ne saisis pas comment une telle attaque frontale pourrait leur apporter les réponses qu'ils cherchent. Ne serait-ce pas plus logique d'installer une surveillance autour du village pour découvrir si les Lupus envoient des expéditions contre les Ursis? Ou envoyer une seule personne en infiltration discrète pour fouiller - pourquoi pas? - la maison du chef?
En tout cas, si l'attaque se justifie pour une raison particulière, je pense qu'il faudrait le dire clairement. Prendre un objet particulier? Capturer un Lupus pour l'interroger...?
Gabhany
Posté le 21/09/2019
Hello Alice !! Ah je suis heureuse que ça t'ait plu ! Par contre, aie aie aie, j'ai raté quelque chose au niveau du plan et de l'attitude de Pier car non, il ne veut pas livrer son village aux Lupus, et il n'a pas de motivation personnelle ... mais du coup tes suggestions m'ont donné une idée pour rendre l'attaque plus crédible, donc merci !^^ si tu veux bien j'aimerais en discuter avec toi sur mon jdb ou en MP, pour être sûre que ça serait cohérent.
Merci en tout cas pour la lecture toujours attentive !
Aliceetlescrayons
Posté le 22/09/2019
Avec plaisir! N’hésite pas à m’envoyer un mot ou à me tagguer sur ton JDB ^^
Makara
Posté le 07/09/2019
Recoucou gaby :D
Me voici sur le dernier chapitre ! Je suis contente de retrouver ta plume <3
Mais lalalala c'est le choc a la fin ! Tous les chasseurs sont morts ?? Et oksa ? Elle est où ? Il était vraiment pourri le plan de pietr. C'est un peu se jeter dans la gueule du loup ^^xd. Non mais pour un chasseur, il n'a pas troo travaillé son plan et veillé a la sécurité de ses soldats... Peut-être que tu pourrais un peu retravailler le plan car là le degré d'amateurisme du gars fait un peu peur... Sa justification pour utiliser les filles ne leurre d'ailleurs personne car les autres hommes ne sont pas d'accord avec sa decision.. Enfin peut-être que c'est un traitre ? Il voulait tuer tout le monde et donner son village aux lupus ? (oui mon élucubration est énorme mais je suis perplexe ! Lol)
C'est dommage que tu ne decrives pas un peu plus les lupus... Je pense que tu veux garder le mystere, mais du coup on a du mal a se représenter les evenements et les combats ...
Par contre la fin est vraiment chouette, j'ai hâte de lire la suite !!!! Kiaraan est prisonnière des lupus :) je suis sure qu'elle va tomber amoureuse d'un lupus troop canon :p
P'eins de bisous volants
Gabhany
Posté le 08/09/2019
Coucou ma petite Makara <3 merci beaucoup pour tous tes commentaires super précieux !
Alors non, ils ne sont pas tous morts, et Oksa est vivante aussi, prisonnière avec Kiaraan. Bon, tu es la deuxième à me faire la remarque par rapport au plan de Pier, il va falloir que je corrige ça !
par rapport aux Lupus, tu veux dire les décrire eux physiquement ou décrire leur village ?
Hihi je ne dirai RIEN =p
Plein de bisous ma bichette, merci encore ça me fait chaud au cœur <3
Renarde
Posté le 06/09/2019
Hello Gabhany,

Rien à voir avec ton récit, mais tu as des puces plutôt que des tirets cadratins. On est plusieurs à avoir eu le problème (dont moi...). Je suppose que Word te corrige automatiquement et du coup tu te retrouve avec des listes plutôt qu'avec des dialogues.

C'est effectivement cruel de laisser les deux filles servir d'appât. Du coup, je me demande quel était le plan initial, avant que Pier ne remarque les deux intruses.

J'imagine que du coup, il leur a involontairement sauvé la vie. Les Lupus ont dû comprendre qu'elles avaient été sacrifiées pour l'attaque et les ont épargnées. Du moins, c'est ma meilleure théorie à ce stade ;-)

Bon, chapitre suivant ?
Gabhany
Posté le 06/09/2019
Coucou Renarde ! Merci d'être venue lire si vite <3
Ah oui je viens de voir ça du coup, je dois tout corriger à la main ?
Le plan initial n'était pas très abouti : s'introduire dans la village à la faveur de la nuit en envoyant un des leurs en éclaireur/appât. C'est cruel oui mais c'est aussi leur donner une chance de s'échapper… et oui, il leur a sauvé la vie sans le vouloir, pour le reste… tu le découvriras au prochain chapitre =D ;) merci encore de ta lecture !
Renarde
Posté le 29/10/2019
"Kiaraan dressait l’oreille tout en tirant sur ses liens, malgré la position douloureuse de ses bras." dans la nouvelle version, elle n'est plus attachée, non ?

"Elle se retrouva face à un soldat Lupus armé d’un ?. " Je crois que tu as oublié de préciser de quelle arme il s'agit ;-)

Sinon j'aime beaucoup beaucoup cette nouvelle version ! Je n'imagine pas les efforts que cela a dû te demander, mais c'est payant !

Je préfère nettement cette nouvelle version de Pier, et on ressent mieux ce qui se passe au coeur de la bataille.
Gabhany
Posté le 29/10/2019
Coucou Renarde ! Merci de ton passage rapide !!
Hihi j'ai précisé en effet de quelle arme il s'agissait XD Et oui en effet elle n'est plus attachée, l'erreur a du m'échapper, je n'avais plus les yeux en face des trous !
Et je sui RAVIE que cette version qui a occasionné bien des nœuds dans mon pauvre cerveau te plaise ! Je sens que je suis repartie sur de bonnes bases grâce à vous :toutes :)
Vous lisez