Chapitre 8 - Les pensées nocturnes

Par Soah
Notes de l’auteur : Coucou vous ! Comme j'ai peur de ne pas pouvoir poster dans la semaine prochaine - les préparations de fin d'années m'voyez ! voici le chapitre 8, un peu en avance. J'espère qu'il vous plaira ! :) N'hésitez pas à me donner vos avis, faire des remarques : je vous en suis toujours très, très, reconnaissante.

Je n'aurais jamais imaginé que ma vie changerait autant après la fête. Sotte que j'étais. Il y avait bien sûr la présence de Bromn qui m'accompagnait partout ou presque, mais ce n'était pas le changement le plus drastique qui s'était produit. En plus des leçons communes et des cours particuliers que l'on m'avait ordonné de suivre, je devais également passer du temps en compagnie de Lady Agn lorsqu'elle recevait des invités. Cela faisait environ un mois que j'avais été officiellement présentée comme étant sa disciple. Je pouvais aisément dire que je n'avais jamais autant vu de visages, de sourires et d'yeux curieux de ma personne. Chacun avait un commentaire agréable à mon encontre, complimentant la couleur de ma peau, de mes pupilles ou celle de mes cheveux. Loin de me faire plaisir, j'avais la cruelle sensation d'être un animal curieux à leurs yeux. Cela dit, je n'avais pas le loisir de faire quelconque remarque en ce sens, l'étiquette ne me le permettait pas. 

J'avais appris ma première leçon de politique dans la foulée. Dans un sourire énigmatique, Lady Agn m'avait recommandé chaudement de savoir trier les informations. Pas seulement les choses que je pouvais entendre, mais aussi ce que je pouvais voir ou ressentir. Ces petits indices, intelligemment utilisés pouvaient m'apporter un ascendant sur mon interlocuteur. « L'avenir d'un royaume peut dépendre de la courbure d'un sourire » m'avait-elle confié avec le plus grand des sérieux. Depuis, sans vraiment m'en rendre compte, j'avais commencé à agir de la sorte avec toutes les personnes de mon quotidien. Malheureusement, je n'étais guère douée pour maintenir une apparence illisible. Il ne fallait qu'un regard à Lady Agn pour savoir ce que j'avais en tête. 

— Tout s'est bien passé votre Altesse ?

La voix grave de Bromn me tira de mes pensées alors que nous déambulions dans les couloirs après ma leçon du soir. Je lui adressai un sourire en guise de réponse. La mine inquiète qu'il affichait se dissipa un peu. La courbure de ses sourcils reprit sa place sévère et sa bouche se pinça légèrement. Parfois, je me disais qu'il prenait sans doute son devoir bien trop à cœur, mais cette attitude me touchait profondément. Il aurait très bien pu avoir une attitude plus désinvolte, mon jeune âge ainsi que mon inexpérience ne me mettait pas en réel danger. Beaucoup d'Ombre ne prenaient pas leur tache aussi à cœur. Irving, l'homme qu'avait choisi Claire, n'était pas souvent à ses côtés. Souvent, elle se plaignait de ne pas avoir vu que seul l'argent et le prestige l'intéressait. 

— Vous savez bien que vous n'avez pas à être aussi formel avec moi lorsque nous sommes seuls, Bromn, finis-je par dire. 

— Je sais bien que vous n'aimez pas les titres, mais tout de même mademoiselle... Considérez ça comme un entraînement. Après tout, un jour, vous porterez celui de Reine.

Il avait raison, mais je n'arrivais pas à me faire à cette idée. Pour moi, Lady Agn était comme une figure déictique, immortelle et pérenne. Il était impensable qu'un jour, la sombre souveraine puisse pousser son dernier soupir pour me laisser sa couronne d'épine et d'os. Je m'arrêtai devant une des grandes fenêtres du palais. Le crépuscule s'était installé, empourprant le ciel. Les premières étoiles commençaient à s'étoffer dans la toile nocturne. L'été n'était plus si loin à présent. Je n'avais pas revu Trystan et Basile depuis longtemps. Ils me manquaient.

— J'aimerai faire un tour dans le jardin, ce soir... formulai-je d'une voix pensive. 

— Ma présence sera-t-elle requise ? demanda Bromn. 

— Non, j'aimerais un peu de temps pour moi, si cela ne vous dérange pas. 

Il inclina la tête en réponse à mon demi-mensonge. Je n'avais pas encore pris le temps de lui expliquer l'accord qui existait entre le second prince du royaume et moi. A vrai dire, je n'étais même pas certaine qu'il tenait encore moi-même. 

— Je comprends. Enfin, ne me prenez pas mal, mais vous êtes encore jeune. Ca doit pas être évident tout ça. 

L'ombre d'un sourire compatissant passa sur son visage bourru alors que nous nous arrêtions devant la porte de ma chambre. 

— Merci Bromn. Vous savez, vous rendez tout ça beaucoup plus facile, répondis-je avec sincérité. 

— Bah, moi je fais pas grand chose votre Altesse, déclara-t-il avant d'avoir un rire réconfortant. 

— Vous vous trompez, votre présence m'est précieuse ! 

— Si vous le dites ! En attendant, ne vous épuisez pas à la tâche, d'accord ? 

— Je ferais de mon mieux. 

Il s'agenouilla prestement devant moi avant de prendre congé. Je le regardai s'éloigner puis prendre l'escalier. Le couloir était désert – la porte de Lady Agn n'était pas surveillée par un garde, elle était donc absente. Lady Noïra qui séjournait également à cet étage laissa toujours sa porte ouverte lorsqu'elle était là, ce qui n'était pas présentement pas le cas. Je m'engouffrai dans ma chambre après un petit soupir. Je laissai tombé sur mon bureau, livre et matériel d'écriture. 

Je défis prestement mon corset et me débarrassais de ma robe. Depuis que j'avais été officiellement présentée, il n'était plus question pour moi de porter des vêtements quelconques. Même si ma garde-robe actuelle était bien plus jolie, je regrettais amèrement le confort ainsi que la praticité de la précédente. Dans mon placard, la robe verte océan que m'avait offert ma mère était toujours là. De toute, elle restait ma préférée. Je la considérai avant de la sortir de la grosse armoire. 

Cependant, lorsque je décidai de la mettre, je me retrouvai confronté à un problème de taille. Le vêtement ne m'allait plus. Non pas parce que j'avais grossi, mais parce que j'étais trop grande pour rentrer à l'intérieur. Les manches m'arrivaient au milieu des bras, le bas de la robe découvrait le haut de mes chevilles et je n'arrivais guère à faire rentrer ma poitrine, pourtant encore discrète, à l'intérieur du col. Cela n'avait beau être qu'une robe, ne plus pouvoir la mettre me provoqua une vive douleur dans la poitrine. Je sentis ma gorge se serrer et les larmes me monter aux yeux. Je me sentais terriblement stupide de réagir de la sorte. Tellement puérile et si loin de ce que l'on attendait de moi. De ce que j'espérai pour moi. 

Contrariée, je boudai mon dîner et me plongeai dans mes études du soir. Cela aurait été une perte de nourriture de toute façon, mon estomac était bien trop noué pour que j'avala quoi que ce soit. Lorsque je relevai le nez, j'entendais clairement la valse des servants dans les murs. Après un soupir, je décidai d'aller confier une note à l'intention de Lady Agn à un garde en position devant sa porte. Ainsi, elle ne s'inquiéterait pas de ma disparition. De plus, depuis que j'avais sa bénédiction, je n'avais plus besoin de me cacher pour sortir. Comme une ombre, je descendis les nombreux escaliers du château, sans que personne ne me remarque, jusqu'à ce que mes pas me mènent dans les jardins.

L'odeur entêtante de la roseraie donnait une dimension presque surnaturelle à cette soirée. Comme si j'avais été propulsée dans les jardins de la déesse Azla. Après une profonde inspiration, je me mis en chemin vers le refuge de Basile. 

À l'intérieur de la cabane, il y avait toujours cette odeur fauve qui me rappelait mon chez moi, à Sessrùn. Même si les moutons avaient leur propre dortoir, leur fragrance était tellement forte qu'elle avait fini par contaminer le reste de la maison. Je scrutai le terrier du regard, l'endroit semblait désert. Une profonde déception s'invita dans ma poitrine, alourdissant considérablement mon cœur. Je m'avançai tout de même à l'intérieur, prenant place tant bien que mal sur un des coussins que nous avions autrefois dérobé. Cela ne faisait que quelques semaines, voir mois tout au plus que nous nous étions rencontrés et pourtant, j'étais déjà nostalgique de cette époque. 

— Yda ? 

Je sursautai et me retournai vers l'entrée de la cabane. Trystan était là et à son flan, se trouvait Basile qui avait bien grandit. L'animal me reconnut et me fonça dessus, l'arrière-train vivace et la queue effectuant d’incontrôlables moulinets. Lorsque sa langue parvint à se poser sur ma joue, je ris sous l'effet de l'humide caresse. 

— Qu'est-ce que tu fais ici ? demanda le prince d'une voix teinté d’agressivité.

— Rien de particulier, j'espérais t'y trouver avec Basile, répondis-je sans entrer dans sa joute verbale. 

— Tu nous a trouvé. Tu peux repartir maintenant, répliqua-t-il d'une voix sèche. 

Cette fois-ci, c'était bien plus que je ne pouvais le tolérer. Je levai vers Trystan un regard noir. Basile sentit probablement l'animosité qui régnait entre nous puisqu'il s'éloigna de moi pour retourner aux côtés de son maître, la queue basse. Je me relevai, serrant les poings serrés, les lèvres pincées. Il avait beau être le prince, il était... Avait été mon ami avant tout.

— Pourrais-tu avoir l'obligeance de m'expliquer le problème ? Je ne savais pas que j'avais été désignée comme persona non grata ! 

— Je pensais que c'était plutôt clair, vu que tu m'as menti sur toute la ligne... 

— Je t'ai menti ? Bien sûr... Trystan ou plutôt, devrais-je dire Jens ? sifflai-je avec amertume. 

Il ne répondit rien, se contenant d'afficher une mine contrite. Une ombre fila dans son regard. Sa main gauche se dirigea nerveusement vers la tache de naissance qui était logée sur son visage. À son souffle, je pouvais voir qu'il essayait de contenir sa colère. 

— Tu comprendras bien que mes mensonges n'ont rien à voir avec les tiens. 

Je lui concédais volontiers, mais en vue de sa position dans la société, je pensais qu'il lui était facile de comprendre les raisons qui m'avaient animées. Loin d'apaiser ma colère, je me renfrognai encore un peu plus à cause de son ton accusateur et moraliste. 

— Je pensais que votre Altesse comprendrait mieux que quiconque les raisons de ma fausseté. Mais, si je ne suis pas désirée, je vais me retirer dans mes appartements. Après tout, j'ai à faire, répondis-je. 

Mon cœur battait à toute allure à l'intérieur de ma poitrine. Je sentis les commissures de mes lèvres se relever pour lui offrir un sourire désagréable. Je savais que ce n'était pas sain. Je savais que je ne devais pas perdre mon sang-froid. Mais c'était plus fort que moi. Je fis une révérence ridiculement basse avant de m'avancer pour prendre congé. Les larmes me montaient aux yeux et je ne voulais pas qu'elles débordent devant lui. C'était la première fois que je me disputais aussi intensément avec quelqu'un. C'était peut-être même la première fois que je me disputais avec quelqu'un tout court. 

— Je suis désolé, déclara-t-il alors que j'allais quitter le bosquet. Ne t'en va pas, s'il te plaît. 

Je me retournai vers lui, il semblait penaud. Nous avions tout deux mentit pour les mêmes raisons et nous nous sentions trahis de la même façon. S'il m'arrivait de me sentir seule, je n'osais imaginer ce que le prince du royaume éprouvait. Ma colère reflua presque immédiatement alors que je revenais vers la cachette.

— Moi aussi, je suis désolée. Je ne savais pas comment tu réagirais si je te disais mon vrai nom ou ce que je faisais ici. C'était stupide de te mentir, dis-je en triturant mes doigts dans tous les sens. 

— Non, tu as bien fait. À ta place, j'aurais probablement fait la même chose, répondit-il en esquissant un sourire réconfortant. 

Un silence légèrement gênant commença à s'installer entre nous. Nous n'osions pas encore pleinement nous regarder comme nous le faisions avant. C'était une drôle de sensation, comme si nous nous étions mutuellement surpris avec les doigts dans le pot de confiture. Finalement, nos regards finirent par se croiser et nous nous mîmes à rire de bon cœur, mettant ainsi fin au malaise qui existait entre nous. 

— Au moins, maintenant on a plus de raisons de se cacher, déclara-t-il en se laissant tomber au sol. 

— Et comment est-ce que je dois t'appeler ? demandai-je d'une manière étonnement taquine.

— Comme tu veux. Trystan, est mon deuxième prénom. 

Je le regardais avec des yeux un peu rond, un deuxième prénom ? Ce n'était pas une pratique courante ici. Dans mon petit village où tout le monde se connaissait, nous n'avions même pas de nom de famille. Les enfants étaient dénommés par leurs prénoms et si ce n'était pas assez précis, celui de la personne qui était la cheffe de famille. Là-bas, j'étais Nayla fille de Vanna. Ici, j'étais devenue Nå. 

— C'est une coutume du royaume de ma mère, Avernes, continua-t-il devant mon air perplexe, mon nom est d'une longueur affligeante comparé aux autres enfants du pays. 

— A ce point ? m'enquis-je presque amusée. 

— Oui, permets-moi de me présenter convenablement. Je suis Jens Trystan de Cnàimh, Duc du Berry d'Avernes, enchanté !

Pour ajouter un peu de comique à la situation, il mima grossièrement une révérence ainsi qu'un baise-main. Un petit rire me monta dans la gorge. Son nom était en effet, plutôt long. 

— Mais bon, mon frère a hérité de bien pire, alors je ne me plains pas ! Et toi alors ? Parce que j'ai cru comprendre que tu ne t'appelais pas du tout Yda, reprit-il en relevant le buste.

Je sentis le feu de la culpabilité me monter aux joues. Il n'avait usité que d'un demi-mensonge alors que moi, j'avais honteusement volé le prénom de quelqu'un d'autre. Voyant que le conflit entre nous s'était éteint, Basile vint contre moi à la recherche de quelque grattouilles derrière les oreilles.

— Dans mon village natal, j'étais juste Nayla, répondis-je, Yda est le prénom de l'apprentie chamane qui m'a conduit ici. Mais maintenant, je suppose que je suis Nå.   

Mon cœur me sembla bien lourd dans ma poitrine soudainement. Mon ancien nom avait une saveur douce-amère de nostalgie. 

— Nayla, ça te vas bien mieux qu'Yda. Je t’appellerais comme ça dorénavant, si ça ne te pose pas de problème.

— Ca me ferait plaisir que tu utilises mon ancien prénom, répondis-je avec un sourire, comment est-ce que tu veux que je t'appelle dans ce cas ? Jens ? Trystan ? 

— Je crois que je préfère Trystan. J'en ai assez que tout le monde me donne du 'votre Altesse Jens'. J'ai juste envie qu'on soit ami, toi et moi. 

— Je crois que je comprends. 

Même si Claire était mon amie, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que nous étions proches, grâce aux circonstances particulière de notre rencontre. Elle me connaissait en tant que Nayla, l'apprentie Corbeaux, celle qui était la pupille de lady Agn. Jens, lui m'avait connue sans ce poids. Et je le connaissais comme étant juste Trystan, pas un des princes du royaume. Je n'arriverais probablement pas à lui parler si librement si nous nous étions rencontré pour la première fois lors du bal. J'étais heureuse de voir que finalement, au lieu de nous avoir séparé comme je m'y attendais, cette histoire de mensonge avait fini par nous rapprocher. 

— Je me disais que c'était étrange de ne jamais te croiser dans les couloirs du château, dit-il en donnant un léger coup dans ma chaussure, maintenant je sais pourquoi. 

— Ne m'en parle pas, j'avais peur que l'on finisse un jour par se croiser. Je n'aurais pas su comment t'expliquer la robe noire et le fait que je ne m'appelais pas Yda, pouffais-je presque. 

Nous échangeâmes un sourire complice. Un nouveau silence s'invita dans la conversation, mais celui-ci était différent. Il était là pour temporiser notre conversation. 

— Je suis contente que tu sois l'apprentie de la Reine, finit-il par dire. 

— Pourquoi donc ? 

Cette fois-ci, l'atmosphère changea légèrement. Trystan maintint le sourire qu'il avait sur les lèvres, mais son expression s'était légèrement affaissée. Dans son regard une étincelle triste fusa alors que machinalement une de ses mains alla chercher sa tempe, jouant avec les mèches de cheveux mi-longues de sa coiffure pour les mettre en avant sur son visage. 

— Mon père a décidé que je serais son héritier. 

— Mais et ton frère ? demandai-je, surprise de cette nouvelle qui ne courrait pas encore dans les couloirs du château. 

— Micah est l'aîné, cependant... Père ainsi que le Conseil se sont prononcés en ma faveur. Cela n'arrive que très rarement que l'ordre de succession soit changé... Mais c'est ainsi. 

En m'expliquant cela, il avait saisi une petite pierre dans sa main. Le caillou avait fait le tour de sa paume un nombre incalculable de fois avant qu'il ne le balance dans un coin de la cabane, après avoir poussé un soupir.

— Cette nouvelle n'a pas l'air de te réjouir, dis-je. 

— Pour être honnête, pas vraiment, répondit-il en poussant un autre soupir, mon frère aîné et moi, on ne s'entend pas très bien depuis quelque temps. J'ai de l'affection pour lui et j'en aurais toujours. Mais... Je ne sais pas, il y a en lui quelque chose de sombre. Quelque chose que je ne comprends pas. 

— Il a toujours été ainsi ? 

La question était fort idiote, mais je me devais de la poser en dépit du ridicule qu'elle pouvait m'apporter. Sur le chemin du voyage, Yda m'avait prévenue qu'il y avait toute sorte de gens dans le royaume. Des gens adorables à bien des égards, mais aussi des personnes avec des desseins plus terribles que le commun. Elle avait aussi évoqué le fait que la personnalité pouvait varier tout au long de la vie. Peut-être que le grand-frère de Trystan subissait les eaux tortueuses d'une de ces périodes ? 

— À vrai dire, je n'en sais rien. Et pour l'instant, je pense qu'il vaut mieux que je l'évite. Au moins le temps que tout ça redescende. J'ignore encore tout de ce que l'on attend de moi : jusqu'à présent, les responsabilités liées à la succession incombaient à Micah. 

Je restai silencieuse pendant quelques instants, ne sachant pas quoi réellement dire. Je comprenais parfaitement le sentiment qu'il éprouvait, le flou dans lequel il était : je vivais sporadiquement la même chose. 

— Je comprends, dis-je en avançant ma main vers la sienne, j'ai souvent ce sentiment moi aussi. Lady Agn est très gentille avec moi, mais... Elle ne me dit rien, ou presque rien. J'ai l'impression que... Comment dire ? 

— Tu n'as pas prise sur ta vie ? 

— Exactement, soupirai-je. 

— C'était comment, Sessrùn ? demanda-t-il soudainement.

— Il n'y a pas grand chose à dire, tu sais. Je pense que ce n'est même pas sur les cartes, en tous cas, pas celles que j'ai étudiées. C'est tout au nord d'ici. La plupart de l'année, le sol est recouvert de neige et les rivières sont gelées. 

Je souriais en repensant aux fjords et collines des alentours de mon village. Les lieux étaient magnifiques, mais aussi dangereux, alors avant la majorité les enfants n'avaient pas vraiment le droit de s'y aventurer seuls. Les plages peuplées de phoques étaient aussi parfois le théâtre de curieuses escarmouches. Les anciens recommandaient souvent que l'on se méfie des animaux sur la berge : plusieurs villageois auraient été charmés et enlever par des soyeux.

— J'espère que je pourrais compter sur toi lorsque j'irais là-bas, déclara Trystan en grattouillant les oreilles de Basil. 

— Bien sûr, sinon je suis sûre que Badr essayera de te vendre n'importe quoi ! Il n'osera jamais embobiner une fille du pays ! 

Nous échangeâmes un regard ; nous venions de nous faire une promesse et je comptai bien la tenir. Je m'imaginai déjà revenir sur un cheval aux côtés de Trystan. Lui, portant la couronne d'or du royaume et moi la couronne d'épines des Corbeaux. Que penserait ma mère en me revoyant après toutes ces années ? Son étreinte serait-elle toujours aussi chaleureuse et ses baisers toujours aussi doux ? 

Une fois seule dans mon lit après être rentrée de cette promenade nocturne, les yeux rivés sur le plafond, je listai toutes les choses que je voulais faire avec Trystan sur les terres qui m'avaient vu naître. Je pensais à toutes les choses que je voudrais dire à ma mère, mais aussi à Yda. Même avec les paupières closes, les collines et les valons de Sessrùun continuèrent de me hanter délicieusement. 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Zig
Posté le 17/04/2020
Moooh, il est full de migninitude ce chapitre, JPP... ils sont tellement adorables tous les deux (et on voit déjà bien où tu veux en venir avec cette relation naissante, même si je ne suis pas encore capable de savoir jusqu'à quel degré ça montera).

Tu as pas mal de fautes d'étourderie dans ce chapitre, mais je pense que tu les corrigeras en relecture ! (je ne te les relève donc pas, mais n'hésites pas si tu as besoin d'aide à ce sujet).

J'aime aussi énormément le personnage de Bromn (Bronm ? Où sont les consonnes merde !). Je trouve que tu ébauches, avec beaucoup de talent, les différents liens qui seront essentiels pour la suite de ton histoire. C'est tout en finesse et même si, sur le fond, les relations font un peu "clichés" (mais pas dans le mauvais sens du terme, je fais partie de ces gens qui adore les clichés, quand ils sont bien repris, ce qui est ton cas), tu arrives quand même à créer une ambiance bien à toi et à te ré-approprier une configuration classique, à laquelle tu donnes de la force.

Pour moi c'est l'une des choses les plus difficiles à faire, et tu le fais très bien !
Soah
Posté le 17/04/2020
>< Oui, il y a des chapitres où mon cerveau a décidé de partir à la plage sans mon autorisation, désolée... J'espère que c'était pas trop désagréable quand même ^^" Je m'en veux toujours de laisser passer des bêtises.

Bromn c'est un de mes personnages chouchou.
Quant au cliché, je pense qu'un bon cliché bien exploité et exécuté, vaut mieux qu'une idée originale bancale :p Mais j'essaie toujours d'apporter un peu de nouveauté sur mes personnages un peu "classiques" ! J'espère que ça te surprendra par la suite, d'ailleurs.
Alice_Lath
Posté le 07/04/2020
Huhu ils sont choupis touuut plein, j'espère juste que Mycah va pas faire assassiner son frère en représailles, c'est le genre de trucs à la mode dans ce genre de royaumes. D'ailleurs, je ne sais pas si je l'ai dit mais j'aime beaucoup le nom "Royaume des Os", c'est un mot évocateur, puissant et qui plonge facilement dans l'ambiance. En tout cas, mon flair me dit à partir de la fin de cette partie que leur rêve sera très très loin de se passer comme prévu huhu
Soah
Posté le 08/04/2020
Nan, il va juste privé son petit frère de gagner au monopoly des Os pendant quelques années et après, ça ira mieux ! :'D

Le Royaume à aussi un nom "étranger" officiel, mais j'avoue que je préfère cette dénomination là. J'espère que lorsque le nom officiel apparaît que ça ne fait pas trop bizarre... >-<"

Renifle pas trop fort, on sait jamais ! D: Micah a peut-être mis du poivre quelque part !
PetraOstach - Charlie O'Pitt
Posté le 04/04/2020
Je ne pensais pas que Trystan allait en vouloir à Nayla d'avoir menti, après tout il a menti lui aussi et au bal il est quand même allé vers elle donc on pouvait supposer qu'il était surpris mais pas en colère. Du coup, la manière dont il l'envoie bouler semble un peu exagérée, surtout que deux secondes après c'est de l'histoire ancienne.

Mis à part cela, un changement de l'ordre de succession ? Ca augure de sacrés rebondissements ! :D
Soah
Posté le 07/04/2020
Coucou Petra ! :D
Du coup, Trystan et Nayla, se sont un peu encore des enfants. Qui ont du coup des querelles d'enfants - et ce ne sera pas la dernière :p
Mais oui, ils se disputent pour se pardonner rapidement... Mais je crois que vous êtes plusieurs à m'avoir fait une remarque dans ce sens, donc j'ajusterais peut-être cette dispute lors de mes corrections !

Oui, le jeu des trônes (si je peux me permettre :p) commence !
Litchie
Posté le 18/03/2020
Miaou !

• « j'avais la cruelle sensation d'être un animal curieux à leurs yeux. Cela dit, je n'avais pas le loisir de faire quelconque remarque en ce sens, l'étiquette ne me le permettait pas. » ahh j’aime bien ce sentiment d’oppression (enfin euh non attends :’D). J’espère que tu vas pouvoir développer un peu sa frustration sur la suite !
• Mwoh il a l’air trop choupi Bromn
• « Je n'avais pas revu Trystan et Basile depuis longtemps. Ils me manquaient. » depuis le bal ? Ou est-ce qu’ils se sont vus entre temps ? Je suppose que tu veux dire que c’est depuis le bal, mais je trouve que ça serait plus clair de le préciser (en plus ça accentuerait sa gêne quand elle se demande si leur accord tient toujours)
• « Je laissai tombé sur mon bureau, livre et matériel d'écriture. » laissai tomber et je crois que la virgule est de trop, car tu ne peux pas séparer le complément du verbe par une virgule ":p
• « me débarrassais de ma robe. » je crois que c’est plutôt débarrassai mais je n’en mettrais pas ma main à couper :D
• « Je sentis ma gorge se serrer et les larmes me monter aux yeux. » je pense que tu peux gagner en intensité en enlevant le verbe « je sentis » car c’est une mise à distance pour le lecteur :D Si tu dis directement « ma gorge se serra » c’est plus direct et plus facile de s’identifier pour le lecteur
• « que quelques semaines, voir mois tout au plus » voire :)
• «Trystan était là et à son flan, se trouvait Basile qui avait bien grandit. » il me semble qu’il manque une virgule après « et » ou une virgule de trop après flan, mais en lisant la phrase j’ai eu l’impression de buter sur « se trouvait » et j’ai dû relire.
• « d'une voix teinté d’agressivité. » teintée
• « — Tu comprendras bien que mes mensonges n'ont rien à voir avec les tiens. » en vrai... moi je n’ai pas bien compris ^^’ il a caché être prince, tout comme elle a caché être une sorte de princesse de l’ombre ? Du coup je ne comprends pas bien sa colère...
• « Un silence légèrement gênant commença à s'installer entre nous. Nous n'osions pas encore pleinement nous regarder comme nous le faisions avant. C'était une drôle de sensation, comme si nous nous étions mutuellement surpris avec les doigts dans le pot de confiture. » Il y a un adverbe en -ment par phrase dans ce paragraphe, c’est peut-être un peu trop redondant ;)
• « Nayla, ça te vas bien mieux qu'Yda » va :D
• « — Je suis contente que tu sois l'apprentie de la Reine, finit-il par dire. » Trystan a changé de genre !
• « plusieurs villageois auraient été charmés et enlever par des soyeux. » enlevés

Ce chapitre était intéressant après le faste du dernier, mais j'avoue être un peu "déçue" de la relation Trystan/Na, en particulier à cause de leur dispute que je ne comprends pas. Je ne comprends pas vraiment la colère de Trystan et je trouve qu'elle est balayée beaucoup trop vite pour qu'elle ait un véritable impact sur les personnages ou le chapitre :/ sinon le reste du chapitre est bon et j'aime particulièrement la fin. Je suis assez curieuse de savoir pourquoi le grand frère de Trystan a été écarté du pouvoir et surtout comment est-ce que quelqu'un peut penser que c'est une bonne idée ? Vive les assassinats de couloir :'D Bref je continue ma lecture ! <3
Soah
Posté le 22/03/2020
(re)Coucou ! c:
Pour la dispute, je peux comprendre que ça soit un peu déroutant ; je la voulais un peu... Bête justement. Ce sont des "pré-ados" à qui on demande de jouer aux grands, donc j'avais envie qu'ils aient des interactions typiquement idiote dû à leurs âges. Pour moi, Nå et Trystan sont le genre d'amis à se faire la tête pour un rien mais aussi de retomber dans les bras de l'autre aussi facilement. Ils sont un peu le talon d'Achille de l'un et de l'autre.
Mais je ferais peut-être des ajustements lorsque je referais une passe de corrections/relecture des premiers chapitres ! :)

Merci de ton avis et de ton temps, comme toujours ! Tu es la meilleure <3
Cocochoup
Posté le 24/12/2019
J'arrive à la dernière ligne de ce chapitre... Et l'angoisse totale. Pas de flèche pour lire la suite !!
J'ai très hâte de voir Nayla grandir et s'affirmer !!
Soah
Posté le 24/12/2019
Han, merci ça me fait super plaisir <3
En ce moment je me concentre sur mon autre récit, Givre, mais dés que je peux, je posterais la suite ! ;3
Cocochoup
Posté le 24/12/2019
Et bien je vais aller découvrir ton autre récit alors :)
Soah
Posté le 25/12/2019
:) je te conseille d'attendre un peu, je vais bientôt poster la V2 ! Là c'est un texte vieux d'une année :D
AudreyLys
Posté le 17/12/2019
Hey !
Voilà donc un chapitre mignon, comme nos 2 protagonistes ^^ J’ai beaucoup aimé en tout cas
Mais, mais il y a un mais, tu me connais, j’ai une petite remarque à faire sur le fond : je trouve que la situation dans laquelle tu as mis Tristan et Nayla et son dénouement est trop convenu je trouve. Dans le sens où c’est assez stéréotypé. Mais ce n’est que mon avis ^^
Sur la forme : j’ai pas vu beaucoup de coquilles ! C’est plus des suggestions perso :
>j'avais la cruelle sensation d'être un animal curieux à leurs yeux.-> répétition de curieux et yeux
>Ca doit pas être évident tout ça.
pour que j'avala quoi que ce soit. -> Bromn a jusque là un langage assez haut, et d’un coup il parle familièrement, j’ai trouvé que cette phrase détonnait
Brefouille, pour l’instant mon perso préféré c’est Bromn <3
C’est tout pour moi !
Soah
Posté le 18/12/2019
Coucou ! :D
Comme toujours merci d'être là, ça me fait très plaisir. Et surtout si tu as apprécié ! ^-^
Quant à ta remarque concernant le dénouement, c'est vrai que c'est assez convenu mais j'en ai besoin pour plus tard.... En général, enfin en tout cas pour la Reine, j'essaye toujours d'utiliser des "tropes" pour mieux les contourner par la suite ! c:

Noté pour Bromn ! Il faut que je fasse attention à sa façon de parler - comme j'ai beaucoup de personnages qui s'expriment assez bien, c'est difficile de pas se laisser avoir dans le flot de textes ! x')

Je pense que tu apprécieras encore plus Bromn par la suite ! C'est un personnage pour lequel j'ai également beaucoup d'affection ! ^--^

Encore merci et des bisous <3
Flammy
Posté le 16/12/2019
Coucou !

J'ai vraiment beaucoup apprécié ce chapitre ! Bon, j'ai été un peu surprise au début parce que, je ne sais pas trop pourquoi, j'étais persuadée qu'on continuerait avec la suite du bal, aussi, j'ai un peu bugué. Mais c'est passé tout seul une fois les premières lignes lues !

J'aime vraiment beaucoup la relation avec Bromn ! Non seulement il prend vraiment sa position au sérieux, en suivant Nayla et tout, mais encore en plus, il lui donne des conseils, sait se montrer sympathique... Bref, c'est vraiment le garde du corps parfait pour l'apprentie que Nayla est <3 J'espère qu'ils continueront à bien fonctionner quand elle grandira ! Et bizarrement, ça ne m'étonne pas que tous les duos ne marchent pas forcément très bien, quand c'est à moitié du choix au pif sur l'apparence de personne qu'on connait pas, ça parait assez normal ='D

Et sinon, j'ai eu assez peur que la relation avec Tristan parte en eau de boudin ='D Ca aurait été assez triste qu'il se braque pour un mensonge qu'il avait fait lui-même xD Mais c'est tellement cohérent en même temps, de mentir et de se sentir trahi quand quelqu'un d'autre le fait ='D J'ai trouvé tout ce passage très vrai, un peu triste du coup, mais aussi très mignon quand ils se réconcilient enfin <3

J'ai été surprise d'apprendre que Tristan était officiellement l'héritier au trône =o Je me disais justement que ça allait poser problème si la future Reine était proche du second prince, mais du coup, c'est plutôt pratique, pour la coopération, ça va aider. Mais bon, ça se sent que ça va pas se passer terrible avec le frère aîné qui doit pas trop aimer ça ='D

Et pour le promesse à la fin, de visiter le village natal de Nayla, j'ai trouvé ça aussi très mignon ! Malheureusement, quelque chose me dit que ça ne va jamais arriver ='D Ou alors, que ça se passerait très mal. C'est horrible, d'un côté c'est cool de voir ces rêves d'enfants, mais en même temps, ces rêves vont tellement être détruits ='D MONSTRE ! (Oui, je te condamne avant, même pas honte).

Bref, j'ai aimé ma lecture <3

Bon courage pour la suite ! Pluchouille zoubouille !
Soah
Posté le 17/12/2019
Coucou ! :D

Merci beaucoup pour ton gentil commentaire qui me fait extrêmement plaisir ! Je suis ravie d'avoir ton ressentit vis-à-vis de plein de choses.
Quant à l'enchaînement, on m'avait dit que le fait que Givre soit très linéaire était parfois un peu désagréable. Du coup, j'ai essayé de briser ce genre de choses, mais c'est peut-être trop ? Le prochain chapitre par exemple, se situe quelques années après !

Bromn est un personnage que j'aime beaucoup ! J'espère que son développement futur lui permettra de gagner des points auprès de vous ^v^
Pour la dispute, j'ai essayé de faire ça d'une manière crédible pour des enfants - donc une brouille pour rien, de la bouderie superficielle etc ! x') C'est pas facile à faire.

Bien sûr que ça va pas être si facile que ça, pour l'avenir, mouhahhaha ! (ce rire démoniaque en dit peut-être trop ! xD)

:< Je plaide un peu coupable, je suis pas tendre avec Nayla et toute la bande...

Encore merci d'être là, de commenter et des bisous <3
Sorryf
Posté le 15/12/2019
"L'avenir d'un royaume peut dépendre de la courbure d'un sourire" -> Raaah et le forum qui est en panne ! j'aurais bien voulu mettre cette phrase dans les citations raclette ! j'essaierai d'y penser quand le forum reviendra, si j'oublie n'hésite pas a me le rappeler c'est vraiment une jolie phrase !
Je laissai tombé sur mon bureau, livre et matériel d'écriture. -> tomber
la valse des servants -> je crois que "servants" est un anglicisme : Serviteurs (sauf si tu as une vraie préférence pour servants, vu que ton monde est inventé... Perso je préfère largement "serviteurs", mais c'est une pref perso)
Cela ne faisait que quelques semaines, voir mois -> voir quelques mois
plusieurs villageois auraient été charmés et enlever par des soyeux. -> enlevés

Irving m'a déçue. Je plaçais tant d'espoirs en lui ! é.è
Bon chapitre ! je comprend que Micah soit furax de s'être fait retirer l'héritage au profit de son petit frère, quelle humiliation ! j'espère qu'il va pas devenir l'ennemi de son frère :-(. J'aimerais beaucoup en savoir plus sur tout ça, j'espère qu'on rencontrera Micah a un moment.
Je croise les doigt pour que la promesse des deux héros se réalisent, que Nayla revienne dans son village et serre sa mère dans ses bras, en tant que reine des corbeaux !

Les réconciliations m'ont parue un peu maladroites... bon, ce sont deux ados maladroits donc ça passe... mais je sais pas, j'ai l'impression que ce dialogue entre Nayla et Tristan pourrait être plus... mieux organisé, je sais pas comment dire. Il y avait beaucoup de répétitions : Trystan dit deux fois que c'est son 2eme prénom, Nayla dit deux fois (une fois a voix haute et une dans sa tête) qu'elle était avant Nayla et maintenant Naa (désolée... j'ai aucune idée de comment faire le a°. Voila, si t'as le temps et l'envie, je te conseille de repasser un petit coup sur ce dialogue, enlever le superflu et pourquoi pas profiter du gain d'espace pour ajouter des éléments différents... En tout cas, ce que tu as réussi c'est que la relation de ces deux là est vraiment mignonne et touchante. On a vraiment envie de les voir grandir et régner ensemble un jour !
Bravo pour ce chapitre !
Soah
Posté le 17/12/2019
Han, ça me fait plaisir que tu veuilles me raclettée ! <3
Merci pour les coquilles, je les notes et je les corrigerais lorsque j'aurais un peu de temps ! :)

X: Désolée qu'Irving soit un vilain. Le pire, c'est qu'il est cité plus tard dans l'histoire et que c'est toujours pas quelqu'un de très jojo.
Après ce chapitre, il y a un saut dans le temps de plusieurs années, j'espère que la suite te plairas tout autant ! :)

Quand aux réconciliations, je referais sans doute une passe dessus à nouveau si vous êtes plusieurs à me faire savoir que c'est compliqué. ><
En tout cas, je suis ravie que tu trouve ça touchant leur relation ; au final, Trystan n'a pas encore eut beaucoup d'apparition et j'avais peur que ça fasse un peu... Forcé !

Merci beaucoup pour ton commentaire et ta présence <3
Vous lisez