Chapitre 8

Les heures, les jours sont passées et nous sommes actuellement un merveilleux samedi matin, le seul et unique jour de libre les premières années. Déjà deux semaines se sont écoulées bien trop rapidement à mon goût ! Je n'ai pas encore osé appeler les parents, je préfère les messages écrits pour on ne sait quelle raison. Ils me manquent, mais les entendre m'angoisserait beaucoup. M'inquiétant de papa et maman, de l'état du cerveau de mon oncle et tous autres choses qui font que notre famille est un joyeux bordel. Heureusement, je ne suis pas seule à être à l'académie Sainte rose, j'ai mon jumeau, sans oublier nos trois nouveaux, amis ! Ah, ce trio est devenu bien plus chouette avec nous, non ? Avec les joutes verbales que j'ai constamment avec Black, quel caractère celui-là. C'est à se demander s'il ne fait pas exprès de me sortir de mes gongs. Je n'ai jamais été aussi épanouie que ces deux dernières semaines. J'apprends à être indépendante, l'histoire des vampires en bien plus détailler, sur l'histoire de nos ancêtres qui ont tellement sacrifier que notre futur soit plus beau. J'apprends à être indépendante, l'histoire des vampires en bien plus détailler, sur l'histoire de nos ancêtres qui ont tellement sacrifier que notre futur soit plus beau. Mais avant, je me dois de me préparer et de surtout réveiller la belle au bois dormant qui partage ma chambre. Raven semble avoir le talent de se lever constamment à la dernière minute ! Comment dire que c'est moi qui la secoue tous les matins. Une vraie marmotte.

 

 

<< Lexia, Lexia.Tu es si adorable comme tout, de me secouer comme un prunier chaque jour que fait la Grande déesse. Mais tu peux me laisser dormir, je te prie ?
- Je rêve d'abandonner ma tâche, mais tu dois vraiment aller en cours où c'est moi qui prends. Et je doit me dépêcher pour appeler mes parents... Arg comment je fais pour tenir deux semaines sans leurs avoirs téléphoné ?
- Et surtout voir tes chats hein.
- Oui oui. Hop lève toi ou je te mange comme petit dej', le sang des sorcières m'as l'air tout aussi appétissant. >>

 

 

On se chamaille encore un peu, telle deux gamines et je me décide à porter la rouquine. Quitte à avoir une force de super-héros, il vaut bien mieux s'en servir. Bien sûre madame n'as pas l'air ravie. Même pas avenante, alors que je ne fais que l'aider à aller dans notre salle d'eau. Quelle ingratitude ! Quelle indignité. En plus de se remuer dans tous les sens le temps que j'atteigne la salle de bain. Je suis amoureuse de cette pièce. On peut même dire que je tente de me transformer en sirène vu le temps que je passe dans la foutue baignoire penser pour bien trop de personnes. Qu'on ne me dises pas que ceux qui ont eu l'idée de mettre une baignoire pouvant contenir trois personnes bien mastoc, n'ont pas imaginer que des ados de dix-septs ans pour les plus jeunes n'en feront pas tout et n'importe quoi ! Ne me dites pas ça, je sais qu'ils y ont forcément médité. Mettre ça dans les chambres d'étudiants qui découvrent la vie et ce bain. L'excuse de nos sexes, de nos genres ça ne marche pas chez nous donc bon.

 

 

<< Tu sais Lexia, la communication c'est très important pour un gardien des mémoire alors je te pris de bien vouloir me poser espèce de... !!
- Savoir se lever le matin pour apprendre des choses est également utile, surtout que tu m'en as fait la leçon tous les matins de la première semaine de cours ! Tu ne te moquerais pas un peu de moi gente sorcière ?
-Ca fait plaisir de te voir aussi épanouis en si peu de temps. Je ne te connais pas encore suffisamment, mais je sens que c'est ici que tu sauras ce que va être ton avenir.
- Merci Raven. Tu m'aides beaucoup depuis mon arrivée ici.
- Oh, me dire que j'aide la petite princesse vampirique à comprendre et à appréhender le monde extérieur me rend hilare. Ca ne me coûte rien de le faire, et nous sommes là, nous les cinquièmes années pour ceci. Bon, on en a un qui n'est pas de cet avis à se demander ce qu'il fous en tant que gardien. Tu ne peux pas me le manger ?
- Ce n'est pas légal et je n'ai pas envie de goûter le sang à cet idiot de Lazare. Eurk. Qui sait si je ne chope pas par la suite une maladie ou pire ! Je deviens raciste ! Le comble avec le mélange d'ethnies que j'ai dans mon arbre généalogique. Je suis pressé d'ailleurs de connaître ceux qui sont parvenuent autrefois à changer les mentalités.
- ta mère et ton père ne comptent pas ?
- Je les connais eux. Mais mes ancêtres à part les contes familiaux... Je porte le pendentif d'une sorcière de Salem et ce n'est pas pour rien. J'ai beau avoir entendu son passé, son histoire, la symbolique... Je désire en assimiler encore d'avantage. J'ai le point de vue des vampires, les mages de notre famille remontant à si longtemps.
- Vous n'avez pas encore commencé sur cette partie de l'Histoire ?
- Non monsieur le cerbère perturbe un peu trop les cours et m'empêche de travailler. Je vais massacrer cet idiot ou alors celui qui a eu la merveilleuse idée de me le coller à côté de moi pendant les leçons !
- Je pense que c'est pour vous forcer à vous apprivoiser. Nom d'un chien, vous avez quel âge pour vous bouffer la gueule toute la sainte journée aussi ! À cette demande, s'il ne se passe pas autre chose avec vos hormones d'ados prépubère !
- C'est lui aussi...
- Je ne veux rien savoir. Purée avec tout ça, tu me donnes l'impression d'être ta mère. Sautez-vous dessus une fois pour toutes non mais ! Par les culottes de morgana ! >>

 

Me trouver tout les matins dans cette pièce aux coter de Raven est pour moi l'une des meilleures facettes dans mon nouveau départs. Après tout, je sens qu'en elle se trouve une amie sur qui je peux conter coute que coute. Sur qui me reposer lorsque cela deviendras trop dure pour mes frèles épaules, et ce sans le risque d'être juger pour une faiblesse qui n'en est pas réelement une. J'en ais eu des amies, bien évidement. mais des comparables à ceux que je peut avoir actuelement ? Non. Bien sur que non. Avec les anciens une limite se crée comme si nos mondes sont séparés par une mur alors que pourtant je peut les toucher, les voirs. Maintenant je peut enfin dire que je respire librement, décharger de toutes ces idioties. Je me sens à ma place, comme si je me doit d'être ici pour être entière. j'éprouve un si grand sentiment de féliciter avec raven et les autres, malgrés les disputes avec le petit toutou, ou encore de voir Jayden s'épanouir autant que moi. Tput ça n'as pas de prix. J'adore notre petite bande, on ne se connaît encore que très peu et pourtant, la sensation d'être de vieux amis est présente. Une belle preuve de notre diversiter, un groupe composés d'un cerbère ronchon, d'une sorcière plus que joyeuse, un voyant tout mignion et deux vampires pas sortables... J'en ris tout les jours, on fait un si beau tableaux !

Une fois toutes deux fin prêtes on se séparent chacunes dans une direction différentes, l'une allant vers ses cours et moi, toute souriante direction mes familiers.

 

 

 

 

----

 

 

 

 

Je marche tranquillement sur le chemin qui me mène jusqu'au vétérinaire du campus, autour de moi se trouve une multitude de statues plus ou moins anciennes. Toutes plus belles les unes que les autres, certaines de couleurs de Jade, d'autres semblent être en marbre, mais si ancien que je me demande depuis combien de temps elles se trouvent ici. Elles sont toutes placées sur des socles avec une plaque de métal gravé du nom de la personne qui y est représenter. Une capte mon attention, elle possède de long cheveux semblant voler aux vents. La femme paraît sourire à quelque chose ou quelqu'un, pourtant ce qu'elle tiens en mains est bien moins joyeux. La seule couleur présente sur l'idole est le calice qu'elle tient, en sang. Ma curiosité rend encore plus le dessus et je regarde à nouveau son visage et ce que je vois...

 


<< Alors comme ça, on reste figer devant une simple statue de marbre, la vampire ? C'est un peu idiot de faire ça, tu t'en rends compte ou c'est la folie qui arrive plus rapidement que chez les autres abrutis d'ici ? >>

 

 

Rebelote. Ce crétin de Lazzare est de nouveau sur mon dos. Il est toujours à attendre que je ne sois plus entouré de quelqu'un, que je suis seule pour venir m'asticoter sur tout et rien à la fois. J'ai une folle envie de lui mettre mon poing dans la figure quand je le croise sur mon chemin, mais je n'ai pas envie d'avoir de problème. Pas plus qu'il ne m'en apporte déjà pas en si peu de temps. Je le scrute rapidement et tente de partir en le contournant, passant par l'arrière de la sculpture, mais sans grand succès.

 

 

<< Tu pense la blondasse que tu vas pouvoir m'esquiver avec cette maigre technique ? Ahahahahaha. Tu es si drôle.
- Lâche moi la grappe Lazzare ou je te jure que je te mange tout crus. Ou alors j'ai une meilleure option, je vais plutôt aller voir Gabrielle qui se chargera parfaitement de ton Ego misérable. >>

 

Nom de Zeus... Mais Gabrielle n'est pas du tout mon prince charmant, pourquoi lui demander de me défendre ?! Je sais encore me débrouiller seule tout de même ! Allons Lexia, on respire, on tend son bras et on flanque la honte à ce petit idiot de sorcier. Bien sûr, je n'ai même pas le temps de faire ce que j'ai en tête que quelqu'un s'en charge pour moi. Merde. Blacks, se trouve juste à côté de moi et me fixe du regard, tout en ayant un rictus au coin de la bouche.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez