Chapitre 7 : Le Poltergeist


Le temps grisâtre était accompagné d'un souffle glacé qui se jetait avec force contre les gigantesques arbres de la vallée, faisant s'envoler feuilles et brindilles lors de son passage.

Light et Strawberry avançaient prudemment vers le manoir, toute précipitation étant proscrite.

Les montagnes de la Toundra étaient encore plus impressionnante vu d'en dessous. Leur majesté semblait sommer à quiconque de ne pas pénétrer en ces terres et troubler le sommeil de la vallée.

Cet endroit était parfait pour cacher quelqu'un au yeux du monde... jusqu'à maintenant. songea Light.

— Light j'ai une question... je peux ?

— Vas-y pose la. Tu n'en n'aura pas d'aussitôt l'occasion.

— Pourquoi m'avoir prit avec toi ? Je veux dire... je ne fais parti ni du SAFA ni la plus qualifiée d'entre nous... alors pourquoi moi ? demanda t-elle quelque peu gêné.

— Tu fais partie du SAYF non ? Elle acquiesça de la tête. Alors l'unité à laquelle tu appartiens importe peu à mes yeux. Tu as su faire tes preuves. On ne te surnomme pas la chanceuse pour rien, tu es sortie vivante à de multiples reprises de situations extrêmes et ça, tu le dois à ta chance insolente et tes capacités. Alors ne doute pas de toi. expliqua Light.

Sa partenaire resta un instant silencieuse, semblant digérer les paroles de son supérieur et le remercia d'un air enfantin.

— Tu as une idée de pourquoi Hazard a caché sa fille ici ?

— Ça fais deux questions Strawberry... signala t-il, d'un léger soupir. Non je ne sais pas ce qui a pu le pousser à faire une telle chose. Mais vu les récents événements, il avait certainement de bonne raison. conclut t-il.

Le mutisme qui baignait les environs entrait en paradoxe avec les restes des terribles batailles qui y avaient eu lieu. Les cadavres des troupes du manoir jonchaient le sol, réduit en charpie et éparpillé dans la neige désormais rouge sang.

— Ils se sont acharnés sur eux. constata Strawberry. Qui y a-t-il ? demanda t-elle interloqué par son Bahadour qui examiner les corps en silence.

— Hmmm... ce sont uniquement des marques de lacération que portent les corps.

— Et alors ?

— Les soldats de SOB utilisent uniquement des armes à feu et rarement des lames de ce genre.

— Je vois, tu penses que Stalker a mit des unités spéciale sur cette attaque ?

— Précisément ! Remettons nous en route, nous en aurons bientôt le cœur net. dit Light en s'enfonçant plus profondément dans la vallée.

— Light, arrête-toi. Alberta finalement Strawberry, d'un signe de la main. J'entends des voix un peu plus loin. Il tourna son regard, faisant confiance à l'ouïe fine de sa partenaire. 

— Tu en as buté combien ? demanda  une voix masculine étouffé.

— Une bonne dizaine, facile ! se vanta une voix féminine, pleine d'entrain.

— Ridicule Vier ! J'en ai une vingtaine à mon actif ! enchérit t-il bruyamment.

— Ne te moque pas de moi Drei ! La dernière fois c'est moi qui ai gagné, et je te signale que tu as aussi buté plusieurs de nos gars pour gonfler ton score ! rétorqua la femme nommé Vier.

— Bon laisse tomber. Dis moi plutôt ce que l'on fait de celui-là ? demanda t-il, en désignant du doigt un homme grièvement blesser, adosser contre un rocher en prenant de grandes bouffées d'air.

Light et Strawberry s'étaient approché discrètement des deux individus, utilisant les arbres pour se cacher.

— C'est des masques bien étrange qu'ils portent. partagea Strawberry.

— Je suis bien d'accord avec toi. Drei et Vier étaient vêtu d'une combinaison noire assorti de petite cape, leur visage caché derrière des masques noirs à corne sur lesquels étaient inscrits un numéro en latin : IV pour la femme et III pour l'homme.

— Bon alors tu t'es décidé ? demanda Drei, d'un ton impatient.

— Et rappelle moi pourquoi je dois décider de son sort ?

— T'es la plus petite !

— C'est pas une raison. s'indigna t-elle, d'un coup de talon sur le sol pour montrer son désaccord.

— Mais vous allez fermer vos gueules et vous décidez ! s'insurgea l'homme à terre qui semblait épuisé de les voir ce chamailler. Il poussa un cri de douleur, brusquement transpercer à la poitrine par une lame noire lui faisant cracher un flot de sang.

— Je ne crois pas t'avoir donné l'autorisation de l'ouvrir. rappela froidement Drei, remuant sa lame dans la plaie pour le faire beugler de plus bel.

— "Lieutenant Blue Oswald". Tu penses que père en voudra ? demanda Vier.

— Et pour en faire quoi ? Non, on va le tuer ici et maintenant. Il le mérite cet insolent.

Light avait assisté à toute la scène et si cet homme était bien Blue Oswald, il aurait certainement des informations à leur communiquer sur la situation. Il fallait donc prendre le risque de le sauver.

— Strawberry, prépare toi à te battre. prévena Light resserrant sa prise sur la garde de Roshni. Ne leur laisse aucune chance. Elle acquiesça de la tête, un éclat tueur dans les yeux.

— C'est l'heure de rejoindre tes petits gars ! annonça sombrement Drei. Dis leur bien que c'est Drei du Poltergeist qui t'envoi. lui rappela t-il avant de retirer sa lame pour lui asséner un coup mortel.

N'y compte même pas !

Aussitôt, Light bondit de sa cachette d'un pas souple et vif pour bloquer la lame de l'assaillant cornu, tandis que sa partenaire se jeta sauvagement sur Vier, la projetant à terre.

— Mais... d'où tu sors toi ? s'écria Drei quelque peu affolé par cette entrée fracassante.

— Aucune importance. Tu vas mourir de ma lame. lui déclara froidement Light. Drei se mit à rire bruyamment.

— Tu es bien sûre de ce que tu dis ? Je ne suis pas si convaincu et puis tu es qui d'abord ?

— Light, Lame de sang. lui révéla t-il, déclenchant une crispation chez Drei qui essayer tant bien que mal de la dissimuler.

— Le... la légendaire lame de sang... vraiment ? demanda t-il, abasourdi.

— Tu as raison sur un point, je pense que c'est ton amie qui va mourir avant toi. lui assura Light en désignant de la tête le deuxième combat qui se dérouler.

Strawberry était assise sur son adversaire, assenant plusieurs coup de poing sur son casque pour espérer le briser.

— Sale garce ! Tu m'a prise par surprise ! s'exclama Vier, ayant recouvré ses esprits pour finalement bloquer ces deux poings dans ses mains et parvenir à la repousser à l'aide de ses jambes.

— T'es pas si naze que ça ! se moqua Strawberry, reprenant position. Je ne t'ai pas encore tué mais te mutiler ne seras pas bien difficile ! menaça t-elle en s'équipant de poings américain rouge. Alors tu viens ? Ou tu attends que je meurs de vieillisse ? nargua la rouquine.

— Tu vas me le payer... je vais te broyer ! lança t-elle d'un ton furieux, faisant rougir ses cornes de colère.
Elle s'avança brusquement en dégainant deux petites dagues de derrière son dos. Strawberry esquiva les coups avec aisance, faisant enrager Vier avant de lui donner un puissant coup sur son casque, brisant une petite partie de celui-ci.

— Vier ! s'écria Drei qui essayait tant bien que mal de se délivrer de Light qui lui barrer le chemin. Ôte toi de la ! lui ordonna t-il, frustré.

— Tu n'as qu'a le faire toi même. Viens ! dit Light qui ne manquer pas une occasion de courroucé son adversaire, après tout le sang froid était le nerf de la bataille.

— espèce de bât... il ne pu terminer que Light fondit sur lui avec vélocité, lui laissant tout juste le temps de parer de justesse.

— Je vais te vider entièrement. menaça t-il en le poussant, le faisant tituber.

De son côté Strawberry avait réussi à plaquer violemment Vier au sol. Cette dernière ne pouvait plus rien faire.

— Sale rouquine de merde ! Lâche moi ! s'écria t-elle, en se débattant tel une harpie, tapant vainement du poing et des pieds. Strawberry resta silencieuse, avant de poser son pied au niveau de sa nuque. Vier continuait désespérément de remuer et gémir mais s'en été fini. Strawberry lui assena un coup sec et puissant qui brisa sa nuque dans un petit bruit macabre.

— Une de moins... annonça la rouquine, sans le moindre effroi dans la voix. Une fois debout elle retira la neige de sa tenue qui vint se déposer sur le corps sans vie.

— C'est... c'est pas vrai ? Vier ? Relève toi ! gemissa Drei qui observait le corps sans vie. Vous allez me le payez ! Ses cornes comme celle de sa partenaire avant lui rougir et prirent du volume tout en laissant échapper de la fumée et des braises.

Intéressant... j'ai hâte de voir ce qu'il nous réserve.

Drei bondit prodigieusement dans un arbre disparaissant en son sein. Light et Strawberry en profitèrent pour se regrouper près du lieutenant Oswald.

— Vous... vous êtes qui vous ? leur demanda t-il fébrilement, appuyant sur sa plaie saignante.

— Redempt Armement. annonça t-il brièvement, focalisant son attention sur les arbres. Strawberry fais lui une injection. Elle s'accroupit, fouilla dans l'une de ses sacoches pour en retirer une seringue noire et retroussa la manche du lieutenant.

— Alors le signal d'urgence vous ai bien parvenu... dit-il, d'un soupir de soulagement avant de tousser du sang.

— Ne parlez pas, économisez vos forces !

— J'y crois pas même cette gamine fait partie de votre équipe ! laissa t-il échapper d'un air quelque peu ahuri. Ce qu'il regretta amèrement dès que la rouquine lui planta la piqûre dans le bras.

— Mais ça ne va pas ! s'insurgea t-il.

— Je t'ai dis de te taire ! On n'a besoin de toi vivant. Les nanomachines vont te régénéré. Oswald fut contraint d'écouter docilement la jeune fille et ferma les yeux, laissant agir les petites machines dans son corps.

Alors que le calme reprenait peu à peu ses droits, un mouvement vint à nouveau le briser. Une ombre passait à grande vitesse d'un arbre à un autre les faisant remuer à chaque passage dans sa danse furieuse.

Il arrive. Light renforça sa poigne sur Roshni. Il inspira profondément, guettant l'instant. Maintenant !

Un choc de lame eu lieu, Drei s'était jeté sur lui avec férocité, faisant reculer Light sous le poids de son attaque. Le cornu prit appui sur Roshni et exécuta un salto parfait, retrouvant la terre ferme. Light planta sa lame au sol pour se stabiliser et analysa la situation.

Comment a t-il fait pour remuer ces gigantesques arbre ? Comment pouvait-il seulement les atteindre ? Le saut de tout à l'heure était inhumain. se disait-il. Cependant, il n'allait certainement pas se laissait perturber par ce genre de chose.

— Je vais vous montrez ce que nous les Polteirgeist pouvons faire ! se vanta Drei, dressant sa lame vers lui.

— Me raconte pas ta vie et bats toi ! s'écria agressivement Light. L'ivresse du combat s'emparait peu à peu de lui, plus elle grandissait plus il y avait de risque qu'il perde le contrôle.

Drei s'élança vers son adversaire, leur lame se rencontrèrent à nouveau, encore et encore avec force. L'envie de tuer était réciproque.

Il parait les coups de Light et tenter de les lui rendre par tous les moyens. Light jaugé son adversaire, regardant ses mouvements et une fois qu'il en avait assez vu, le combat changea radicalement de forme.

Il durci ses Biceps, renforçant la puissance de ses coups, sa lame frappait de plus en plus vite, à tel poing que l'assaillant devint la victime ce dernier ne parvenant plus à bloquer les terribles chocs qui eurent raison de sa lame.

— C'est terminé. déclara Light. Mais Drei n'avait pas dit son dernier mot. Il se releva en vitesse et chargea Light avec ses cornes fumantes tout en poussant un hurlement bestial. Je croyais avoir été clair pourtant... soupira le mercenaire, qui saisit Drei par l'une de ses cornes tel un matador pour l'envoyer valsait contre un arbre. Son dos heurta violemment le tronc et Light lança son sabre si fort qu'il planta les mains de Drei contre l'écorce. Il s'approcha de lui, le pas lourd, ses intentions meurtrières se répendant dans l'atmosphère.

Une fois proche de sa victime, il ne lui laissa guère de répit et asséna une série de coup brutaux, redoutable venant peu à peu à bout de son masque.

Drei tentait vainement de l'en empêcher, le suppliant de ne pas le briser mais rien n'y faisait et Light continuer froidement sa besogne parvenant finalement à dévoiler l'être dissimulé derrière le masque.

Un visage pâle semblable à celui d'un jeune homme ce présenta à ses yeux. Une face déformé ou rien ne semblait être à sa place : des yeux disproportionnée sans pupille desquelles coulaient des larmes de sang, une mâchoire à vif dont la chair, sous l'effet du froid était prise de spasme et enfin en guise de nez un simple orifice avec lequel Drei renifler en sanglotant. L'œuvre ratée gisait à terre cherchant désespérément un moyen de s'en sortir.

— Putain c'est quoi ce truc !? s'exclama le lieutenant, une expression de dégoût sur le visage à la vue de de Drei.

— Non ! Ne me regarde pas ! Laisse moi ! Ein et Zwei me vengeront ! Père me vengera ! Hurla désespérément Drei, si fort que les tissus de sa mâchoire se rompaient un à un, le faisant abondamment saigner sous le regard de Light toujours aussi imperturbable face à cette scène pittoresque. Il ne dit rien, décrocha son sabre de l'arbre et d'un geste précis trancha la tête de cet être qui tomba lourdement dans la neige, mettant ainsi fin à son existence et permettant à la vallée de retrouver peu à peu sa quiétude.

— Il va mieux ? demanda Light tout en retirant le sang de son sabre.

— On va voir ça ! dit Strawberry d'un ton espiègle, en relevant brusquement le lieutenant.

— Non mais dis donc ! s'exclama t-il surpris par son geste.

— Ouais il va mieux. constata la rouquine en haussant les épaules.

— En route ! dit Light ouvrant la marche.

— Vous les avez tués tous les deux... j'ai encore du mal à le croire. Ces types ont éliminés bon nombre de mes gars sans difficulté. Je les prenaient pour des monstres... mais en réalité c'est vous les monstres ! conclut-il avec effroi.

— Merci du compliment ! dit Strawberry.

— Ce n'en été pas un !

— N'en parlons plus. Interrompu Light. Comment vas Noor ?

— Qui ? Oh la fille dans le manoir ! Tu m'apprends son nom. Et bien les troupes de SOB n'ont pas pu percer le champs de force du manoir donc elle est encore en « sécurité ».

— Un champs de force ? Je pensais que toutes les défenses...

— Étaient désactivés ? reprit Oswald d'un air satisfait. Non il y a une protection de secours et c'est moi qui en ai le contrôle pour prévenir ce genre de cas.

— Hazard avait vraiment pensé à beaucoup possibilité. dit Strawberry impressionnée. Le bruit d'une explosion lointaine vint couper court à leur conversation. Une bourrasque de vent fit tressaillir les arbres et déguerpir une nuée de corbeaux qui chantèrent sinistrement leur mécontentement. C'est eux ? demanda t-elle.

— Sans aucun doute... la diversion a commencée. En route ! ordonna Light.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez