Chapitre 7

Enola venait d’entrer dans un petit couloir miteux datant du dernier âge. Elle avançait lentement quand elle finit par découvrir une porte sur sa droite. Elle toqua, perçut un bref « Oui ? », puis entra.

Une jeune quarantenaire aux longs cheveux blonds et bouclés, assise derrière un bureau sur lequel étaient posés un bloc-note et un ordinateur, observait Enola de ses petits yeux bleus plissés. Le visage de cette femme était cassé par un monosourcil et son sourire présentait des dents manquantes. Elle portait une mini-jupe verte et un pull rouge bordeaux avec des pompons.

Enola inspira profondément (s'inquiétant de savoir, pourtant, si l’air de cet endroit était respirable), puis demanda :

« Euh… Est-ce que vous pouvez me renseigner ? J’aimerais savoir si vous avez une brochure ou si vous pouviez…

- Oui, là. Sur la table. Parlez moins fort, certains animaux dorment. »

Et la femme se remit à taper sur son ordinateur. Enola s'empara de la brochure, la glissa dans sa poche, puis sortit du bureau en vitesse. Elle voulut alors s’aventurer dans les locaux plus éloignés, mais une porte en empêchait l'accès. « Réservé au personnel ».

Elle abandonna et rentra chez son oncle, passant le reste de la journée sur son ordinateur portable. Elle ne trouvait rien. Alors, à la fin de la journée, elle retourna sur le site de l’association animalière de la ville et, en bas de page, elle finit par dénicher des liens vers d’autres sites associés et un site de recrutement d’employés dans leurs locaux et laboratoires.

C’est ce moment que choisit son oncle pour entrer en lançant d’une voix forte : « On mange ! De la bonne soupe de poisson et quelques frites que ton frère m’a supplié de faire à genoux. »

Cette dernière phrase fit rire Enola pour la première fois de la journée.

*

Durant le repas, l’oncle de la jeune Enola proposa plusieurs activités pour les vacances et s'épuisait à dérouler un long monologue :

« Il y a une piscine pas très loin, et je suis allé réserver des cours là-bas pour vous deux (il insista sur ce mot en regardant Enola qui se demandait bien ce qu’elle pouvait encore apprendre sur la natation). Pour l’anniversaire de ton frère, Enola, j’ai promis d’acheter un ordinateur portable simple. Et j’aimerais que tu m’aides à payer. Bien sûr, tu ne seras pas obligée de lui faire un énorme cadeau en plus, si tu es d’accord. Sinon, il faudrait que tu te trouves un job d’été pour… »

Enola n’écoutait plus, car elle s’était levée pour débarrasser. Alors qu'elle rejoignait sa chambre, elle entendit : « Qu’une heure de Mission Impossible par jour ? C’est une blague ! »

Elle savait bien qui venait de dire cela…

Mais un job d’été, c'était là une idée intéressante…

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez