Chapitre 6 - L'insouciance

Notes de l’auteur : Le chapitre est dédié à Solenne, j'espère avoir bien réussi son portait.

L'annonce du ministre Garnel donna plus de travail à Paskhal. De nombreux rendez -vous s'étaient organisés à la dernière minute. Les plus importants restaient à venir. Il partait tôt le matin pour rentrer tard le soir. Il ne croisait que sa femme. Hestia, quant à elle, était enfin revenue de Mÿrre. Son enquête était terminée. Cependant, le coupable n'avait pour le moment pas été retrouvé. Les jours avaient passés et Manon avait enfin acceptée la décision de son père. Elle n'avait de toute façon pas le choix. Elle décida, plutôt que de faire la tête, de soutenir la benjamine. Elle, elle se faisait une joie d'assister à la fête à sa place. De toute façon, à part pour visiter la région, cela n'intéressait pas spécialement Manon de participer à une cérémonie des élus. Contrairement à Endza, pour qui c'était le plus beau des cadeaux. Le premier pas venu de Solenne. Elle avait des points communs avec la rouquine et s'en servi pour aller vers elle. 

 

Endza adorait porter de belles toilettes et Solenne était douée de ses mains. En effet, elle savait coudre et était connue pour donner une seconde vie aux vêtements. Solenne lui proposa donc de lui créer une nouvelle robe pour la cérémonie. Endza fût aux anges. Elle en profita pour se rapprocher également de Manon. Endza se sentait seule, toujours à l'écart. Elle voyait dans cette proposition une chance de retrouver un peu de complicité avec ses ainées. Jusqu'ici, Endza avait cultivé cette distance avec ses sœurs. La jalousie l'avait toujours rongée. Elle qui donnerait tout pour être l'Elue faisait face à une sœur qui reniait presque son héritage. Toutefois, ce qu'Endza enviait le plus chez sa sœur ainée, c'était son âme sœur. Elle, elle n'en avait pas. Pas encore. Ils ne s'étaient pas découverts tout du moins. Secrètement, elle aurait voulu être liée avec Nazar. Cependant, lui aussi était destinée à Manon. Endza lui en voulait pour tout cela. Tout ce dont elle rêvait, sa sœur l'obtenait mais surtout elle avait l'impression que Manon n'en profitait même pas. Elle avait passé des jours à ignorer Nazar après sa révélation, tandis qu'Endza, elle, le consolait. Voir ses sœurs revenir vers elle lui fît chaud au cœur. Après tout, Manon n'avait pas voulu tout ça. C'était leur destin. Endza tacherait de s'en rappeler à l'avenir. 

 

Ses ainées se plièrent en quatre pour lui faire plaisir et la préparer à la cérémonie. 

 

_ Tu es rousse, le vert c'est ta couleur ! Insista Solenne. Cela fera ressortir tes yeux. Continua-t-elle tout en lui tournant autour. 

 

Manon regardait la scène avec amusement. Elle ne savait pas si elle aussi, elle avait une couleur. Pour elle, si on lui avait demandé, ça aurait été le bleu. Solenne continua donc à parler seule, devant une sœur qui n'y connaissait rien et une autre qui s'admirait. 

 

_ Il te faudrait également des rubans dans les cheveux ! Tu en penses quoi ? Oh et puis je pense qu'une robe bustier serait parfaite pour te faire remarquer. Cela va me demander un peu de travail, certes. Attention, si tu choisis cette coupe, il ne faudra pas t'attacher les cheveux ! Je sais que tu aimes porter des nattes mais tu as des très beaux cheveux ondulés. Détachés, c'est magnifique aussi. Cela fait ressortir ton teint pâle et met en valeur tes taches de rousseur.  Je pense que ce tissu fera parfaitement l’affaire ! Qu'en penses-tu ? Attends, je vais simuler la robe. Tu comprendras mieux ce que j’imagine ! 

Solenne s'activa tout autour d'Endza sous le regard amusé de son autre sœur. Elle simula une robe bustier avec le tissu qu'elle avait repéré et attacha le tout avec des épingles.     

_ Tu pourrais y rencontrer ton âme sœur, qui sait ? C'est surement un signe du destin ! Acheva Solenne en regardant son œuvre. 

_ Tu penses vraiment que c'est possible ? Demanda Endza qui n'avait jamais affiché un si grand sourire.   

_ Pourquoi en douter ? Demanda Solenne. Tu es la fille la plus déterminée que je connaisse. Si Manon peut se montrer têtue, toi tu es butée ! Tu ne lâches jamais rien. Je te promets que tu seras la plus belle pour la cérémonie. A toi de faire le reste ! 

_ Tu as raison, j'essaye toujours d'obtenir ce que je désire. Solenne, tu penses que tu pourrais avoir une pensée pour moi dans tes rêves ? 

La concernée fût surprise de la question et hésita avant de répondre. 

_ Cela ne marche pas comme ça, tu sais... C'est aléatoire. Je n'arrive pas à maitriser mes visions. A les contrôler. Soupira Solenne. A ces mots, ses joues rosirent. Elle avait honte. Elle voulait tellement ressembler aux autres Kalokas. Ce n'était pas la seule à avoir des prémonitions, mais Solenne n'avait aucune influence dessus. Contrairement aux autres doués de voyance. Manon senti la gêne de sa sœur et intervenu. 

_ Endza, tu n'as pas besoin de cela pour savoir que tout va bien se passer. Tu vas adorer y assister. Pour le reste tu verras bien. Si Solenne pressent quelque chose, elle t'en fera part. D’accord ? 

_ Promis ? Demanda Endza en se retournant vers Solenne. Celle-ci, qui s'était à nouveau renfermée sur elle-même, fît un simple hochement de tête pour acquiescer. Le reste des mesures pour la robe se fît dans le plus grand des calmes. L'enthousiasme générale était retombé.     

 

Si Endza se sentait mise à l'écart dans sa famille, Solenne, elle vivait la même chose mais avec le clan des Kalokas. L'impression d'être différente avait émergée en elle depuis sa plus tendre enfance. Manon l'avait toujours protégée de cela. Pareil pour Arthur. Avec eux et ses amis, elle appréciait d'être différente. Cependant, dès qu'on lui parlait de son don ou de sa mystérieuse naissance, Solenne se renfermée sur elle-même. Elle avait l'impression de ne pas réellement appartenir au clan. Si elle se permettait d'aider Manon et Zaven dans l'apprentissage de leurs dons, Solenne ne s'intéressait pas aux autres coutumes des Siréliens. Elle ne se sentait pas de donner son avis sur le rôle de son père ou sur les envies d'Endza de le succéder. Dès qu'il s’agissait des Kalokas, Solenne se cacher derrière les actions de Manon. Elle, elle comprenait les enjeux du clan. Du coup, Solenne soutenait tout le temps sa sœur. Elle la considérait comme son ainée et éprouvait le besoin d'être protégée par elle. C'était comme si Solenne abritait deux personnalités. Dès qu'il s'agissait de s'amuser, de parler de choses futiles ou de vivre un quotidien banal, la jeune fille était souriante, bavarde et drôle. A l'inverse, son pouvoir, le futur de Manon, le rôle de son père et les polémiques avec les humains ne l'enchantaient guère. Elle se sentait comme étrangère à cette culture. Elle le vivait mal. Jusque-là, elle s'était toujours contentée de se cacher derrière Manon. Cependant, plus elle grandissait, plus elle devait faire face à son avenir chez les Kalokas. Heureusement, découvrir qu'elle était l'âme sœur de Zaven l'avait rassurée. 

 

L'essayage était terminé. Solenne avait créé son patron directement sur sa sœur.  Toutes les mesures étaient prises. Restait plus qu'à coudre. Endza était déjà ravie du résultat. L'arrivée de Nazar et Zaven ne fît qu'accentuer son enthousiasme. 

 

_ Magnifique ! Cria Nazar qui venait de rentrer dans la chambre des filles. 

 

_Merci. Répondu timidement Endza qui rougissait déjà. 

 

_Je t'avais bien dit que c'était ta couleur le vert ! Ajouta Solenne en lui faisant un clin d'œil. 

 

_Elle a raison, cette couleur te va super bien ! Et j'adore tes cheveux lâchés. Tu vas en voler des cœurs à cette cérémonie. Continua Nazar admiratif avant d'aller rejoindre Manon assise sur son lit. 

 

_ Maintenant, place à la fête ! Il va bientôt être l'heure pour nous de nous présenter aux autres ! Fît Zaven en tendant la main à Solenne. 

 

Une fois des âmes sœurs découvertes, les Siréliens avaient mis en place un rituel où le jeune couple était à l'honneur. Tout le village se rassemblait pour un bon repas. On y dansait et on y chantait joyeusement. Les amoureux finissaient par se lier devant tout le monde pour officialiser leur union. Ensuite, s'ils le désiraient, ils pourraient se marier légalement devant la loi humaine. Ils étaient encore trop jeunes pour y penser. En attendant, cette simple soirée servait d'officialisation et de recensement aux Siréliens. Une fois l'union prouvée, un conciliateur l'ajoutait au journal des âmes sœurs. Il répertoriait toutes les âmes sœurs, il en existait un par village. Chaque année, les villages les transmettaient à la capitale pour que leur contenu soit réuni en un seul carnet. Les couples qui ne s'étaient pas unis à leur âmes sœur n'étaient pas notifiés dedans.    

 

Manon se présenta à la soirée tout habillé de blanc. Seul un ruban bleu, posé approximativement dans sa chevelure, venait apporter un peu de couleur à sa tenue. Tout était prêt. Bien qu’il soit débordé, Paskhal avait pris le temps d’organiser le diner comme il se devait. Tout le village était présent. Solenne illuminait la pièce de par la robe qu’elle portait. Habillée dans un rouge flamboyant, elle était magnifique. Seules ses lèvres pincées venaient trahir son trac. Même ses détracteurs habituels s’étaient tus en la voyant entrer. Manon déjà installée avec Nazar au fond de la grange réaménagée, lui fît signe de la rejoindre. Solenne, intimidée par la foule amassée devant elle, sembla hésiter. Elle chercha du regard Zaven, occupé à rassurer sa mère, ce dernier ne la voyait pas. C’est Endza qui vint à son secours. Elle, le monde ne la dérangeait pas. Au contraire. Elle la fît traverser la salle jusqu’à arriver auprès de leurs deux ainés. Arthur les embrassa chaleureusement. Il était fier d’elles. Fier pour le couple de Solenne et pour le rapprochement d’Endza avec ses sœurs. Ses discussions avec cette dernière avaient enfin porté leurs fruits. 

 

La soirée se passa à merveille. Pour le diner, chacun avait apporté un plat. Le tout avait été réparti sur les différentes tables de bois. Hestia avait fait du canard, le plat préféré de ses filles. Marie, la femme d’Arthur s’était occupée de faire des tartes aux myrtilles pour tout le village. Tout le monde s’en était réjoui. Solenne, gourmande, en avait frôlé la crise de foie. Elle passa le reste du repas dans les bras de son Zaven, à digérer. A la fin du repas, tout le monde s’était tourné vers eux. C’était le moment. Marie, connu pour sa douceur, pris la main des tourtereaux et les amena au centre de la salle. Elle les rassura une dernière fois et sous ses yeux ils se dirent je t’aime. A ces mots, leurs telsmans réagirent. Ils se soulevèrent de leurs poitrines, attirés par l’autre, pour se rejoindre. Une fois fait, les amulettes n’en firent plus qu’une. C’était officiel. Zaven et Solenne étaient âmes sœurs. Lors de cette liaison des telsmans, les pensées des deux amoureux se mélangeaient. Chacun pouvait percevoir le ressenti de l’autre. Tous leurs sens étaient décuplés. Chacun persevait, en plus des siens, les sens de l’autre. Cela durait l’instant d’un moment intime. C’était magnifique à voir. Encore plus à vivre. Tout le monde les félicita et s’empressa de les rejoindre sur la piste. 

_ Place à la danse ! Avait lancé Solenne, enivrée par l’expérience qu’elle venait de vivre. 

 

L'ainée, elle, préféra emmener Nazar à l’écart. Se déhancher ce n’était pas trop son truc. Il fallait lâcher prise, vivre le moment présent. Elle n’arrivait pas à être insouciante.  Elle pouvait lire dans les pensées de tout le monde. Tout ceux du village, en même temps. Si elle avait fait un effort pendant le diner. Un mal de tête la guettait à présent. Se mettre à l’écart dans les bras de Nazar lui parût comme la meilleure des solutions. Nazar prévenu sa famille et la sienne de leur sortie. Il prévoyait de l’entraîner plus loin qu’à la sortie du village. Ils prirent leurs vélos jusqu’à l’étang Montcelle. C’était parfait. Il n’y avait personne. Le temps était clair, le vent frais. Le ciel laissait apparaître pleins d’étoiles. Nazar savait que c’était l’endroit préféré de Manon. Bien qu’elle l’eût déjà pardonné, il avait envie de la reconquérir après l’avoir trahi sans le vouloir.   

 

_ Manon, je suis conscient que je ne suis pas toujours l’homme idéal, pour toi. Commença Nazar en s’asseyant dans l’herbe. Mais je ferais tout pour toi. J’essayerais de me montrer plus à la hauteur. Je te le promets. Acheva-t-il en baissant la tête. 

 

_ Je ne suis pas simple à vivre non plus. Lui répondit Manon en se mettant entre ses jambes. Moi-même je ne me comprends pas toujours tu sais ? On fera des efforts ensemble. 

 

_ Quand on sera en âge j’aimerais qu’on se marie, Manon. Le jeune homme avait pris un ton plus sérieux. On était trop jeune lors de notre officialisation. Ton père a réalisé la cérémonie alors que tu n’avais que six ans. Nous étions les plus jeunes âmes sœurs de l’histoire du monde. C’est beau mais c’est comme si on nous avait volés ce moment. 

 

Nazar joignit l’acte à la parole. Il passa un anneau fait d’herbe et de marguerites à l’annulaire de Manon. Elle avait des doigts longs et fin. Manon était émue. Elle acquiesça d’un signe de tête. Elle ne trouva pas les mots tout de suite pour lui répondre. Un simple oui ne lui suffisait pas. Elle le regarda intensément de ses yeux verts avant d’enfin lui dire : 

 

_ Je t’aime. 

 

C’était la première fois que Manon lui avouait. Lui, il l’avait exprimé dès le plus jeune âge. L’adolescente était plus timide et secrète. La voir se confier ainsi déstabilisa le jeune homme. Instinctivement, son telsman parti à la recherche de celui de Manon. Celui-ci tarda à répondre mais finit par trouver le chemin. Sur cette liaison de leurs amulettes, les deux jeunes amants s’embrassèrent vigoureusement. Comme si leur vie en dépendait. Manon s’abandonna dans les bras de Nazar tandis que ses mains s’attardaient sur sa peau apparente. Les deux telsmans s’étaient presque totalement liés. La pierre de Nazar s’était mélangée à celle de Manon. Cependant, celle de Manon ne s’était pas complétement confondue. Une partie du telsman n’était pas devenu cotonneuse et était resté solide. Nazar ne s’en rendit pas compte et attira Manon de plus belle contre lui. 

 

Manon lisait toutes les pensées de Nazar. Leur passé et leur présent se mélangeaient. Ses sensations étaient décuplées. Elle pouvait savoir ce qu’il désirait. Il avait envie d’elle. Elle ressentait, à travers son telsman, quand elle le touchait ou l’embrassait. Elle pouvait se perdre en lui, mais pas par l’esprit cette fois. L’amulette avait ce pouvoir de confondre les âmes sœurs le temps d’un instant. Nazar vivait presque la même expérience. Il percevait tout le présent de Manon. Ses sensations, ses pensées du moment il pouvait les lire. Cependant, lui, n’avait pas accès à son passé. Comme si certaines parties de l’âme de Manon était verrouillée. La jeune femme voyait la différence d’expérience mais pas Nazar. 

Ils continuèrent ainsi leurs caresses jusqu’à se retrouver nus sur l’herbe. Le jeune homme attendit un consentement oral, dont il n’avait pas besoin, avant de se plonger en elle. A ce contact, leurs sensations se décuplèrent de plus belles jusqu’à ce qu’ils parviennent à la jouissance ultime, tous les deux. Ils finirent la soirée nus, l’un dans les bras de l’autre, à regarder les étoiles. Ils étaient bien loin du tumulte de la soirée du village. 

 

Solenne ne tint par rigueur à Manon de s’être éclipsée. Elle comprenait que c’était bien loin de sa personnalité. Elle préféra en profiter avec Endza qui adorait cela. Elles dansèrent l’une avec l’autre, puis avec leur frère. Amoureuse plus que jamais Solenne riait à gorge déployée. Zaven s’amusait à la faire tournoyer dans les aires pour la faire rire de plus belle. Il était tard quand Paskhal lui proposa une dernière danse avant de rentrer.  Solenne était ravie d’enfin passer un peu de temps avec son père. Elle n’avait même pas eu la chance de simplement le croiser ces derniers jours. Alors qu’ils s’appliquaient à reproduire ce qui ressemblé à une valse, Solenne eut une vision. Elle vit du sang. Une balle fuser. Tout se passait le jour de l’intronisation du nouvel élu des Physés. Elle ressenti un danger imminent. Sa famille était reliée à ses images, ça elle en était certaine. La vision lui parvenait alors qu’elle était avec son père, ils avaient donc un lien. Le pouls de Solenne s’accéléra quand celle-ci se termina. Cela avait durer quelques secondes alors qu’elle dansait. Elle se stoppa net pour alarmer son père à travers son telsman. Il l’écouta avec attention. Paskhal regarda ensuite tout autour d’eux avant de lui répondre à voix basse. 

 

_Je sais qu’il y a un risque, Solenne. Quelque chose d’important et de dangereux se trame ce jour-là. Je ne serais pas un bon élu si je n’en avais pas conscience. Cependant, ne t’inquiètes pas. J’ai pris mes dispositions. Personne ne sait que Manon ne viendra pas. Si on vient pour elle, ils seront déçus. Pour ne pas éveiller les soupçons, j’emmène bien une de mes filles. Je me suis permis de ne juste pas préciser laquelle. Ajouta Paskhal en lui faisant un clin d’œil. Il l’incita ensuite à reprendre leur danse. Comme si de rien était.   

 

_ Et pour votre sécurité à toi et Endza ? chuchota Solenne. 

 

_ Arthur m’accompagnera dans tous mes déplacements. Il sera là pour me protéger. Il est trop rapide pour qu’on puisse le prendre en traitre. Pour Endza, j’ai pensé à convier Nazar. Il est au courant du rôle qu’il jouera. Ils sont à peu près d’âge, on pensera qu’ils sont ensemble. De toute façon, ta petite sœur ne le quittera pas des yeux. Ainsi, elle ne sera jamais seule. Sa chevelure rousse ne devrait pas faire illusion longtemps mais d’ici là, il sera trop tard. Eybure est trop loin de Mÿrr pour que quelqu’un sur place puisse atteindre Manon. Ne t’inquiète pas, j’ai tout prévu. Le jour de la cérémonie, c’est de moi que viendra le danger.  

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
UnePasseMiroir
Posté le 29/11/2019
D'abord une petite coquille ramassée en chemin : "Tu pourrais y rencontrer ton âme sœur, qui c’est ? " --> "qui sait"
La scène de l'essayage de Endza avec les trois sœurs réunies était très sympa, ça ma un peu fait penser aux soeurs Bennett dans Orgueil de Préjugés. Les relations des trois soeurs et le développement de leur caractère est très intéressant à lire !

Ah, un peu plus loin : "C’est Endza qui venu à son secours." --> "qui vint"

Cette idée d'une cérémonie des âmes soeurs est super intéressante aussi, j'ai bien aimé le passage de la fête ! Lol, Manon et Nazar qui s'éclipsent discrètement, je me demande bien pour quoi faire...

Le passage intime n'était pas si atroce ;) je l'ai trouvé personnellement bien écrit, édulcoré mais très mignon !

Au passage : "Solenne ne tenu par rigueur à Manon de s’être éclipsée." --> tint
"Solenne eu une vision. Elle vu du sang." --> "eut" et "vit"

Rhahhh, cette fin alarmante qui casse le délire de la fête insouciante ! C'est sûr qu'avoir une telle vision ne doit pas être rassurant ! Je commence à sentir les choses sérieuses arriver doucement... et je suis pas convaincue que Paskhal aie raison d'être si sûr de lui !
ludivinecrtx
Posté le 29/11/2019
Coucou une passe Miroir !

Merci de ton commentaire.

ah oui je vois. Je n'y avais pas songé, mais c'est vrai qu'il y a un peu de ça dans le dialogue. Ah merci de ce commentaire. J'attendais les retours sur mes personnages et leur relation justement.

Oui je voulais ça rendre "jolie" et c'est difficile à expliquer comme process. Je suis content si ça t'a plu.

Ahaha oui les coquinous XD.

Ah merci. J'avais peur... c'est bête mais je la vois comme mon enfant cette Manon. Alors écrire cela j'avais du mal. Après c'est une première fois, ils ont 16 et 17ans je voulais vraiment que l'on comprenne mais que ce soit léger.

Oui je voulais rappeler que tout n'est pas rose XD. J'ai cassé un peu le délire ^^. Elles arrivent.. les prochaines chapitres vont être des piliers de mon histoire!

Oui.. On verra bien. Tu as peu être raison!
Renarde
Posté le 27/11/2019
Hello ludivinecrtx,

C’était la première fois que Manon lui avoué -> avouait

Ah, on comprends mieux l'attitude d'Endza ! Et celle de Solenne également. Pas facile de grandir dans cette famille, quelle que soit la place en fait.

Bon, je suis beaucoup moins optimiste que Paskhal. Si Solenne a eu une vision, ce n'est pas pour des prunes. Surtout qu'elle a eu sa vision APRES qu'il ait pris toutes ces précautions. Et que donc, ce n'est pas suffisant...

Il devrait un peu plus écouter ses filles et un peu moins faire l'adulte omniscient ;-)
ludivinecrtx
Posté le 27/11/2019
Ah je suis contente !!! Oui Endza est une peste mais elle est pas sans cœur non plus.... Contente que tu comprennes aussi Solenne. J'ai eu plus de mal à la développer.

Oui c'est vraiment ce que je veux montrer !! Cette famille c'est compliqué... ^^. Et encore ce n'est que e début ><. Les pauvres.

Paskhal a un petit égo surdimensionné à ses heures perdus ><. A voir s'il va l'écouter ou non.

Ahaha oui ;)
Sorryf
Posté le 27/11/2019
Contente de voir un peu plus les soeurs! Je comprends un peu mieux Solenne grâce a ce chap, et j'aime toujours autant cette petite semi-peste d'Endza! Alors elle est amoureuse de l'ame soeur de son ainee... La pauvre. De quoi la rendre effectivement encore plus jalouse.
L'espion serait handicapé? Tres intrigant. J'ai pour le moment aucune idee de qui ca pourrait etre.
La lettre du corbeau, je sais pas s'il y a quelque chose a comprendre mais c'etait tellement cryptique que j'ai rien compris :s xD si c'est important je te conseille de simplifier, si ca l'est pas tu peux laisser tel quel !

Le discours du ministre est tres bien fait! Comme presque personne ne s'inquiete grace a ses belles paroles alors qu'il interdit quand meme de choisir la personne qu'on aime, c'est tres bien montré!

J'ai beaucoup aimé le passage de la ceremonie des ames soeurs!

Petites coquilles (je suis sur tel alors c'est de memoire, pardon si c'est imprecis)
Dans ce chap:
-Tu dis 2fois dans le meme paragraphe "manon, elle" Ca fait repetition
-j'ai surpris un "poult" au lieu de "pouls" Il me semble
-a un moment tu dis que Nazar fait danser Solenne, mais Nazar est avec Manon en train de faire des galipettes, je pense que tu parlais de son frere?

Et dans les 2 chapitres :
J'ai repéré plusieurs fois des erreurs de ce type : venu -> vint
Survenu -> survint
Parvenu -> parvint etc
Desolee c'est vague... Avec la fonction recherche tu devrais retrouver.
ludivinecrtx
Posté le 27/11/2019
Ahahah je suis contente que Solenne te plaise finalement !! J'avais peur qu'on en la comprenne pas !!!!!

Oui Endza est une peste mais elle a ses raisons !

Oui l'espion serait possiblement handicapé.. Ce qui est rare pour un espion.

Alors la lettre est importante, mais elle doit être vague car on comprendra vraiment ce qu'elle veut dire à partir du tome 2 et les citations seront enfin prononcées et donc expliqué à la fin de l'histoire.

Mais en gros ce qu'il faut retenir c'est que ça parle d'humain dans cette lettre. La première parlait plus de Manon et de son rôle de Sirélienne.

J'avais peur pour le ministre ><. Je t'avoue que je ne suis pas une politicienne alors écrire un discours était difficile. C'est un moment clé pour mon monde. Je suis ravie que tu comprennes l'enjeu. Oui c'est fou comment de belles paroles cachent un fond haineux.

Après la haine place à l'amour.

Merci pour tes coquilles, je retrouve ça et corrige =).

Merci encore pour ta lecture, ton ressenti et tes bons conseils !
Vous lisez