Chapitre 6

Elle eut l'impression de tomber dans un lac noir et pendant quelques instants, elle se sentit flotter. Au dessus d’elle, un immense ciel bleu azur dans lequel brillaient des milliers d’étoiles s’étirait à l’infini. Elle avait l’impression de regarder l’espace depuis la terre, comme si elle se tenait au milieu de l’univers. Elle sentit la tiédeur de l’eau sur sa peau et elle comprit qu’elle était nue. Puis l'eau disparut soudain, lui procurant la sensation d'être aspirée vers le fond. Ses pieds trouvèrent le sol et elle réussit à se tenir debout. Ses membres ne lui obéissaient plus, elle avait beau leur ordonner de bouger, ils restèrent immobiles et le son des bips de la machine lui vrilla les tympans. 

Elle tenta de parler mais sa bouche était pâteuse et même si elle s’était entrouverte, aucun son n’en sortait. 

Elle força sur ses cordes vocales, crispant les muscles de son cou, mais plus elle essayait de crier et plus elle suffoquait.

Les larmes commencèrent à remplir ses yeux. Ce n'étaient pas des larmes de chagrin ou de peur, mais des larmes d'impuissance qui lui brûlaient les yeux.

Les lumières du plafond se mirent à briller plus fort jusqu'à l'éblouir.

Soudain une tache noire se forma au milieu de sa vision. Petite au début, elle s'étendait à chaque seconde qui passait jusqu'à engloutir toutes les lumières de la pièce la plongeant dans le noir le plus total.

Au milieu de la noirceur, deux yeux clairs s'ouvrirent, se plantant dans ceux de Lucia qui fut incapable de détourner le regard pour échapper à leur emprise.

Un grondement sourd s'éleva et des gouttes noires tombèrent du plafond pour s'écraser sur ses joues.

— À l'aide... réussit-elle enfin à articuler mais le plafond sembla s'écrouler sur elle irrémédiablement.

Un second grondement résonna jusque dans ses côtes. Au sol, le liquide noir prit vit, serpentant jusqu'à elle pour piéger sa victime terrifiée.

Le grondement se mua en voix rauque et vibrante.

— Le cygne blanc est la proie.

Le silence tomba un court instant tandis qu'un cygne blanc sortit de l'eau noire l'espace dans un vol lent et gracieux et Lucia resta captivée, incapable de bouger. Le liquide obscur et visqueux s'anima et projeta ses tentacules vers l'animal. Le cygne se débattit avec courage mais à mesure que le mazout prenait le dessus sur sa combativité, ses plumes prirent la couleur noire de la mort et l'animal cessa toute résistance.

— Les bêtes de l'abîme se mettront en chasse et le cygne sera dépouillé de son âme.

Les bips de la machine s'amplifièrent, devenant de plus en plus stridents, à l'image d'une vieille bouilloire laissée trop longtemps sur le feu. Le cygne hurla une dernière fois avant de se relever, sombre et menaçant. Son regard, auparavant effrayé, était désormais au diapason de l'aura terrifiante qui se dégageait de lui. Il ouvrit ses ailes d'obsidienne et projeta des gouttes du mazout noir et visqueux autour de lui. Le liquide sombre au sol fut pris de convulsions alors que le cygne plantait ses yeux noirs et brillants dans ceux de la jeune femme alors que son corps, agissant de sa propre volonté, exécutait la chorégraphie du cygne noir telle une marionnette dans une ritournelle infernale. Le monde tournait et vacillait autour d’elle, le coeur battant contre sa poitrine faisait résonner ses côtes et son pouls cognant dans ses oreilles lui donnait le vertige. Le supplice de cette danse bacchanale n’en terminait pas et le cygne noir s’approchait d’elle en silence. Elle fixa l’oiseau, tremblante et essoufflée, tandis qu’il s’approchait encore d’elle. Il était si près désormais qu’elle pouvait voir son reflet dans ses yeux sombres et luisant. 

Elle n’y vit que son propre visage déformé par la terreur.

La cacophonie s'arrêta subitement dans une onde de choc qui balaya la conscience de Lucia.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Ashley Plateada
Posté le 05/01/2021
La lecture est fluide et prenante ! Je me demande à quoi correspond ce liquide noir ? Un potentiel danger ? Et cette transformation du cygne ! OMG Tiens bon Lucia !!!
TheRedLady
Posté le 06/01/2021
Merci ♥ je dis rien pour le moment, je garde le secret huhuhu
Joxan
Posté le 25/09/2020
Toujours aussi prenant et immersif ! Les descriptions sont tops et donnent un côté contemplatif.

La lecture reste agréable et fluide, vraiment plaisant. Compte sur moi pour lire la suite.
TheRedLady
Posté le 10/11/2020
Vi, c'est exactement le sentiment que je voulais retranscrire, la contemplation. Elle subit ce qu'elle voit, elle ne contrôle rien, elle est déconnectée d'elle-même, de son corps et de ses sensations. Elle est spectatrice dans ce chapitre, ça change de quand elle est sur scène !
Ana Dunkelheit
Posté le 07/09/2020
Très poétique comme chapitre ! Des répétitions qu'il faudra peut-être remplacer par un vocabulaire un peu plus varié (pour remplacer le nom cygne, ou sa couleur par exemple par d'autres termes). Du coup cela me rappelle beaucoup une illustration que tu as partagée sur les réseaux, celle qui m'avait beaucoup plu d'ailleurs !

On dirait qu'elle vogue entre deux mondes et j'apprécie beaucoup les images que ton texte évoque.
TheRedLady
Posté le 11/09/2020
je vais voir ce que je peux faire pour les répétitions, c'est mon big point faible car j'adore ça en fait et que ça ne me dérange pas plus que ça quand je lis des romans contemporains et que je les remarques, mais, je prends note ! merci pour tes commentaires, ils m'aideront beaucoup pour la réécriture !
Alice_Lath
Posté le 20/08/2020
Il y a pas mal de répétition du mot "yeux" dans cette partie ;)
En dehors de ça, j'ai beaucoup aimé l'aspect mystérieux et surtout le passage du cygne qui vire au noir, qui est très évocateur. Puis on rentre bien dans la peau de Lucia et de ses sensations, c'est bien rendu ! Bref, je vais continuer du coup héhé, histoire d'en apprendre plus sur cette histoire de prédiction et d'oizau.
TheRedLady
Posté le 20/08/2020
Encore un chapitre à retravailler, hélas xD j'en ai tellement au début, je suis un sac !
J'espère que tu apprécies malgré tout ta lecture. En tout cas, ça m'aide beaucoup parce que tu mets les doigts sur à peu près tout ce que je trouvais moyen dedans !
Vous lisez