Chapitre 6

J’écoutais la musique sur hauts parleurs, diffusée sous le toit. Ils passaient celle du film qui venait juste de sortir au cinéma, « A star is born », romantique. Il faisait beau avec un vent frais de mars. C’est à ce moment que je le vis, écouteurs aux oreilles, il marchait vers moi, toujours aussi magnifique, avec son écharpe cette fois. Sur son passage, les pigeons qui airaient là s’envolèrent. Une image qui me resta gravée en tête.

Après nos retrouvailles enjouées (nous nous fîmes la bise tout sourire en papotant naturellement comme si nous nous étions quittés la veille), nous prîmes la direction des Champs Elysées. Je ne savais toujours pas où il m’emmenait et je tentais de deviner dans le métro. Théâtre, cinéma, café, shopping, expo, tout y était passé, mais il ne me donna aucun indice, l’air taquin.

Une fois arrivée à l’arrêt Charles de Gaulle, nous découvrîmes avec surprise et joie, une avenue déserte de voitures et de badauds. C’était l’époque presque révolue des gilets jaunes. Les manifestants avaient bloqué plusieurs périmètres dans Paris dont celui-ci, mais ils étaient peu nombreux laissant de grands espaces vides sur la voie. Il n’y avait d’ailleurs pas beaucoup de policiers. Cette ambiance était agréable pour se promener. Ainsi nous déambulions pour la première fois, lui comme moi, sur la route des Champs, passant les carrefours nous menant alors jusqu’au Grand Palais.

Je compris tout de suite qu’il s’agissait d’une exposition. J’espérais juste qu’il n’avait pas choisi « Poison », celle sur les insectes venimeux que j’avais faite une semaine auparavant. (A cette période, j’adorais sortir dans des lieux culturels, musées et expositions étaient souvent à mon programme). Une chance, il avait opté pour celle sur les illusions d’optiques. « Trop bien » pensais-je. Une activité culturelle et ludique sans prise de tête où nous allions pouvoir interagir ensemble.

Nous entrions dans le bâtiment réservé et parcourions chaque petite attraction. Il y avait des jeux de miroir, des effets sur ordinateurs et des déformations de perspectives. A un moment, je m’approchais d’un cylindre étrange face à une fenêtre et ne compris pas le sens de cette œuvre. Je me retournais vers lui : « C’est peut-être de l’art abstrait… Tu as compris ? » Il me dévisagea et regarda plus attentivement où mes yeux c’étaient posés : « Euh... En fait, ça n’est pas une œuvre ahahah… C’est juste un banc et une vitre de l’autre côté ». Nous éclations de rire. Cette exposition s’adressait plus à des enfants et j’avais cru trouver un casse-tête ahah.

Bien que comme je le disais, cette exposition s’adressait plus à des enfants en bas âge, nous sortîmes heureux de l’heure passée à errer dans ce musée à rigoler comme des gosses. « Bon j’avoue que c’était naze cette expo. On fait quoi maintenant me demanda-t-il ? Tu m’as prévu une surprise toi aussi ? » Super il avait envie de continuer l’après-midi. J’avais réfléchi au préalable bien sûr, si l’ambiance était toujours bonne, de l’endroit où je pourrais l’emmener. « Oui, lui dis-je à mon tour, mais d’abord suis moi parce que ta surprise n’est ouverte quand fin d’aprèm ». Je prévoyais de l’emmener dans un bar caché vers 18h. Oui, un bar clandestin où pour rentrer à l‘intérieur, il fallait traverser une pizzeria typique. Seules les connaisseurs (et autres touristes comme moi qui cherchent sur internet) peuvent se rendre car il n’y pas de devanture l’indiquant… le principe d’un bar caché quoi. J’espérais que ça lui plairait. Et sans plus attendre, je lui proposais de rejoindre à pied la place de la Concorde pour que nous nous arrêtions tout près du Louvres, dans un établissement, Angelina, où ils servent de magnifiques goûters. (J’y avais déjà mangé de splendides Mont blancs avec ma grand-mère quelques mois plus tôt).

Il accepta ma proposition n’ayant rien avalé depuis ce matin. Il avait faim. Nous avancions à pied sur les Champs une fois encore. C’était magique, pas un bruit, pas une voiture, rien que nous deux et quelques passants. Nous échangeâmes encore sur l’activité passée et parlions de sports que nous aimions. Nous découvrîmes ainsi que nous faisions tous deux de l’escalade en salle à l’occasion. Une future idée de sortie peut-être ? Puis nous parlions encore de notre passé respectif et de la précédente soirée. Une fois arrivée devant le salon de thé, une queue gigantesque jalonnait le trottoir. Tous les promeneurs avaient eu la même idée que nous par ce temps radieux sans circulation. Tanpis, nous décidions de nous rendre dans le quartier de mon lieu top secret, lui ne sachant toujours pas où nous allions.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
MayaAubray
Posté le 14/09/2020
Jolie description des lieux qui permettent de bien s'imaginer le décor.
J'aurais aimé que tu raconte davantage la sortie. Par exemple, ce qu'il se sont dit, vu et surtout l'état des yeux à la fin XD
D'ailleurs je me demande bien comment s'appelle l'heureux élu de l'héroïne ;)
Je tiens par ailleurs à souligner quelque chose : jai eu l'impression que tu écris comme on parle. Peut être que c'est justement l'effet recherché mais si ce n'est pas le cas, essaye de te relire et prendre du recul par rapport à ton texte. Rien de bien méchant évidemment ton style reste très agréable à lire :D
J'ai hâte de voir les choses se corser moi !! ^^' D:
charlottieRD
Posté le 14/09/2020
hello Maya, merci pour ta remarque constructive. Effectivement j'écris un peu comme je parle, j'aime bien ce style mais j'avoue que les "ahahah" sont peut-être un peu en trop. Je procéderai à une correction. Pour ce qui est du rencard ça n'est pas fini.. suite au prochain chapitre ! Et pour le nom de l'heureux élu peut-être faudra-t-il attendre encore un peu ;)
Vous lisez