Chapitre 5 : Sous la mer

Par Isapass

Chapitre 5 : Sous la mer

 

Cali pense à Liam. Il sait que son ami, contrairement à lui, ne respire pas sous l’eau. S’il est retenu dans le lagon, va-t-il le retrouver vivant ? Il court encore plus vite vers la plage.

 

Lorsqu’il y parvient, il plonge sans réfléchir et s’enfonce vers le fond. Mais le lagon est grand, il ne sait pas exactement où chercher. Il n’a même pas pensé à demander au Cœur de la planète à quoi ressemble le Souffle de l’océan.

 

Tandis qu’il nage toujours plus loin et plus profond, il ne regarde pas les poissons multicolores qui fuient devant lui. Il ne voit pas non plus les énormes coquillages brillants ni les algues rouges qui ondulent harmonieusement dans les courants marins. Les merveilles qu’il cherche d’habitude le laissent indifférent. Il ne pense qu’à son ami. La peur lui serre le ventre de plus en plus fort.

 

Voilà déjà longtemps qu’il avance sous l’eau. Ses bras et ses jambes lui font mal. Il regarde de tous côtés pour essayer de repérer l’esprit et son prisonnier, en vain. Il sent que les forces commencent à lui manquer. Il progresse beaucoup moins vite.

Il ne s’est jamais autant éloigné du rivage. Ici, les courants sont puissants, il doit lutter pour ne pas être entraîné. Les poissons se font rares, et la profondeur est telle que la lumière ne filtre plus que par rayons à travers l’eau rose.

Cali commence à désespérer : il a peur de ne pas retrouver Liam. Il ne va peut-être même pas pouvoir rentrer, tant il est fatigué. Un gros sanglot s’échappe de sa gorge et ses larmes se mélangent à l’océan.

 

L’épuisement le gagne, il n’en peut plus. Il sent son corps s’enfoncer dans la douceur des algues.

Mais, alors que ses paupières se ferment, une ombre immense apparaît devant lui. Il rouvre les yeux dans un dernier effort et il le voit.

Devant lui se tient le Souffle de l’océan.

 

La créature est stupéfiante. Couverte d’écailles d’un bleu profond entrecoupé de paillettes d’or, elle ressemble à un gigantesque liminas. Elle porte sur son dos les mêmes nageoires en forme de voiles. Puis le corps serpentin se sépare en dix queues, entre lesquelles est tendue une peau si fine que la lumière la traverse. De chaque côté, quatre bras souples comme des tentacules ondulent autour de l’animal.

 

Au creux d’un de ces bras, l’esprit tient une grosse bulle. À l’intérieur se trouve Liam, inconscient.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez