Chapitre 5

Notes de l’auteur : Bonjour ! Voici le cinquième chapitre ! J'espère qu'il vous plaira :) Je compte sur vous pour me lire et me donner votre avis ! :)

Le minuteur est enclenché, la sonnerie vient de retentir. Pour une fois, mes affaires sont déjà dans mon sac, je ne prends pas mon temps pour les ranger, ni pour poser mes questions à l’enseignant. Cela faisait 5 min que ne lâchais pas des yeux l’horloge, peut-être qu’en me concentrant dessus, je vais réussir à avancer le temps. Tous les petits détails me tapent à l’œil maintenant que je ne suis pas plongée dans le cours et dans les exercices. C’est la première fois que je remarque les gravures sur ma table, témoignant de l’ennui des anciennes promotions. Mon doigt glisse dessus, sentant sous la pulpe de mon doigt toutes les lettres du mot : DANGER. Sympathique, n’est-ce pas ? Le danger des enseignements est la note en dessous de dix, et ce n’est pas prêt de m’arriver.

Je slalome pour éviter tous les élèves, autant ne pas se retrouver dans les bouchons du 6ème arrondissement de Paris. Je peux prendre les transports en commun, mais je n’ai pas envie de côtoyer les personnes qui n’ont pas compris le principe de douche et surtout, je n’ai pas envie d’être en contact avec les bactéries qu’il y a dedans... Rien que d’y penser, ça me donne envie de vomir. Je lance toutes mes affaires sur le siège passager, je branche mon téléphone pour mettre en fond sonore : les apprentissages que je n’ai toujours pas réussi à assimiler. Plus besoin d’un GPS, à force, je connais le trajet par cœur. Je vérifie que mes rétroviseurs sont bien positionnés, que ma ceinture est bien attachée et je m’élance dans la jungle du trafic parisien. Tout se passe comme prévu, j’atteins la maison avec deux minutes d’avance sur ce qui était prévue, la chance semble être de mon côté !

Cette demeure est de l'époque de Napoléon III, ce qui n'est pas top niveau isolation. Sa façade et son extérieur font tout don charme. Le terrain est immense, cela ressemble plus à une forêt qu'à un véritable jardin. Celui-ci est d'ailleurs magnifiquement décoré avec des sculptures qui semblent dater d'un autre temps. Les fleurs sont assez rares dans le jardin, ce sont les arbres qui triomphent et qui sont en grand nombre. C'est un choix pour l'entretien, mes parents auraient pu faire venir un jardinier, mais ils ont du mal à accorder leurs confiances et ne souhaitent pas que des inconnus possèdent les clés de la maison. Je trouve que les fleurs sont splendides et j'avoue que les odeurs pourraient amener de la douceur et un côté sucré. Je n'ai pourtant pas su les convaincre et vu le temps que je passe en extérieur, je préférais garder mes capacités de négociatrice pour d'autre combat. 

Tous ces arbres sont splendides dans les périodes de fleuraison, cela donne l'impression d'avoir quelques mètres la vue sur une peinture impressionniste. Les couleurs, les textures, les tailles des arbres et leurs espèces forment un déséquilibre qui le rend parfait. C'est un bazar organisé qui devient classieux grâce à des éléments en marbre disposé à des endroits stratégiques. Toute la décoration et les luminaires ne sont pas visibles en un seul coup d'œil, notamment grâce au nivellement qui est loin d'être à plat. Il faut se promener et surtout se perdre, dans le Labyrinthe de verdure et de branches.

La propriété est sur trois étages si on ne compte pas les combles que nous avons aménagés en très original lieu de rangement, pour ne pas dire débarras. L'extérieur est en briques surplombées de lierres qui changent de couleur en fonction des saisons. Les volets blancs qui sont en bois et plus souvent ouverts que fermés donnent une touche de lumière à l'extérieur et permettent de rajeunir la demeure. Je passe par l'arche en briques blanches qui mène au renfoncement de la porte d'entrée de la même couleur. Cette large porte et cette ouverte sont très pratiques et permettent de ne pas être sous la pluie lorsque l'on cherche ses clés dans un sac beaucoup trop remplit.

À cette heure-ci, la maison est silencieuse. Personne n’est rentré, cela ne me semble pas étonnant pour mes parents, quant à mes frères, je pense que l’un d’eux ne devrait pas tarder, il n’aime pas me laisser seule dans la maison vide, ils se débrouillent toujours pour qu’au moins une personne soit présente pour me tenir compagnie. Je ne sais pas comment ils font, mais je soupçonne une conversation Whatsapp de permettre de faire régner toute cette organisation.

Lorsque je ferme à clé la porte derrière moi, je pousse un soupir de soulagement. Enfin, à la maison, l'odeur de ma demeure me chatouille les narines. Je m'autorise à fermer les yeux et à inspirer un grand coup. J'aimerais la mettre en bouteilles, c'est le symbole du réconfort pour moi. J'ai toujours pensé que les maisons avaient leurs propres odeurs et allant avec leurs propriétaires. Ici, c'est un mélange de propre, de coquelicot et de bois.

Je rejoins ma chambre à grande allure et laisse tomber mon sac de mes épaules en un fracas. Je me dirige vers la salle de bain pour me laver les mains et repars dans le chemin inverse. Une petite collation ne serait pas de trop, toujours dans le silence assourdissant de la maison, je me prépare une tasse de céréales sans lait, je le digère mal et vaux mieux éviter d’avoir mal au ventre pendant toute la soirée. Je m’adosse sur le plan de travail blanc et mange dans le calme tout en ayant l’esprit dans le vide, ma respiration hachée et mes bruits de mastication sont les seuls qui démontrent une présence humaine. 

J’ai le temps avant de partir, je pue la transition et surtout, j’ai mal au dos à cause de la conduite. Même si j’ai mon permis depuis quelques années, je suis toujours autant stressée et crispée, surtout lorsque j’ai peur d’avoir un accident à chaque coin de rue.

En plus, d’améliorer la circulation sanguine, l’eau froide me permet de me remettre les idées en place. J’ai l’impression d’être troublée et de ne pas être à 100% concentrée sur la médecine et sur mes études, cela ne m’est jamais arrivé. Même l’idée d’utiliser tous mes stylos pastel et de faire des fiches sur l’AAA : l’anévrisme de l’aorte abdominale me motive moins que la rencontre de ce soir. Mes pensées ne cessent de divaguer, je me retiens de me donner des claques pour me concentrer. Je pourrais penser à ma tenue, une fois que j’aurais bouclé deux fiches, ce sera ma récompense ! Je ne peux m’empêcher de serrer les poings et de les abaisser en signe d’accord avec moi-même et d’encouragement.

Reboostée par la conversation que j’ai eu avec moi-même, je me savonne activement et me rédige mentalement le programme que je vais m’imposer. Je me sèche à toute vitesse, essuie la buée sur le miroir et observe mon reflet dans le miroir tandis que je démêle à peine mes cheveux et les laisse naturellement sécher. J’enfile ma tenue maison : une leggins, un sweat Bambi et des chaussettes pilou-pilou, le confort est la chose la plus importante lorsque je dois me concentrer et faire des fiches.

Je jette la serviette sur mon dessus-de-lit gris, il est en accord avec le reste de la pièce. Lumineuse, reposante, me permettant de me concentrer et d’être apaisée. Au-dessus de mon lit qui est plus grand qu’un lit une place et plus petit qu’un deux places. L’énorme attrape-rêve au-dessus de la tête de lit en fer forgé, apporte de la douceur avec les tons marron et les plumes. La dentelle au centre des cercles ajoute un élément très classique et élégant à l’ensemble, tandis que les perles en bois font un rappel à la structure qui le soutient (littéralement une étagère en bois que je n’utilisais pas et dont j’ai pensé à changer son utilisation classique) transmettent une image très nature. Mes plantes vertes sur mes tables de chevet encadrent le tout et permettent de purifier l’air. En tout cas, c’est ce dont je suis persuadée, même si je pense ma vie à aérer la pièce, rien ne vaut l’air frais pour rester éveillée et concentrée, cela ne peut pas me faire de mal de purifier l’espace. 

Je m’installe à mon bureau en bois blanc, mets mon téléphone en mode avion et sors tout ce que j’ai noté aujourd’hui. Je commence par noter les définitions, l'épidémiologie, physiopathologie et anatomopathologie, l’étiologie... Je m’applique particulièrement lorsque je m’attaque aux schémas, je ne suis pas douée pour le dessin et je n’ai pas spécialement envie de m’améliorer. La seule chose que je fais pour que mes fiches soient compréhensibles et que les dessins soient un minimum parlant : je simplifie. Le choix des couleurs est aussi très important, j’inspecte la ligne dégradée de mes surligneurs ainsi que mes boîtes de rangement avec tous mes stylos de couleurs. Je choisis au maximum trois couleurs, en comptant le bleu qui sert de base, ensuite, je m’autorise à prendre des nuances pour la couleur qui sera la plus utilisée. Aujourd’hui, ça sera le vert, je note, souligne, fait des vaguelettes, des doodles. Je me concentre et jette des regards sur l’horloge et le temps qu’il me reste pour terminer mes fiches.

C’est plus que satisfaite que je tiens devant moi mes fiches. Je fronce un peu le nez lorsque je revois les petites traces de blanco, j’en fais abstraction, je n’ai pas le temps de les réécrire, ce sont les petites imperfections qui rendent cette fiche parfaite. En tout cas, c’est ce que je tente de me dire. Je lève la tête et regarde par la fenêtre, j’admire le soleil qui se couche, les arbres dans le jardin sont sublimes. Les feuilles commencent à tomber, les couleurs rouge et orange m’inspirent. Il ne me manque plus qu’un bonnet sur les oreilles et une tasse fumante pour être plongé dans l’univers d’automne. Si j’avais du temps, je prendrais mes fiches et un plaid et j’irais m’installer dans le renfoncement de la fenêtre comme j’ai l’habitude de faire le matin, je m’accorderais une petite pause en imaginant que je suis l’héroïne d’un film. Le temps s’écoule lentement, j’ai l’impression que mon cerveau fonctionne au ralenti. C’est dans ces brefs moments que je me dis que la nature est splendide et que je ne prends pas assez le temps pour l’admirer. Je vis à cent à l’heure, je le sais, je ne profite pas des petits plaisirs de la vie et je vais sûrement le regretter quand je serai plus âgée. Cependant, je sais ce que je veux dans la vie et je suis prête à faire tous les sacrifices pour atteindre mon rêve. Je tente de ne pas me brouiller l’esprit en me posant trop de questions, avec des si on referait le monde.

Maintenant, que mon introspection est terminée, je décide de me préparer. Je profite de ma préparation pour faire chauffer la plastifieuse, ça me permettra de ne pas risquer les intempéries et de pouvoir réviser à tous les instants. Ce soir, j’ai envie de mettre un très beau haut au-dessus de mon jean noir, ça va me permettre de me sentir jolie et de faire un mini effort comme je l’aime lors des soirées. J’hésite entre un chemisier noir et un haut noir transparent. La première option n’est pas une très bonne idée, même si j’aime être bien habillé parce que cela me donne un air plus mature, je pense que ce n’est pas très approprié pour une soirée étudiante où la possibilité de se faire vomir dessus est plus importante que l’inverse.

Je tiens à préciser que ce n’est pas parce qu’Alex est présent et que je veux absolument une rencontre avec lui que je m’habille de la sorte. La preuve, par-dessus mon haut qui laisse apercevoir mon soutien-gorge quand on regarde vraiment, je fais glisser un large sweat noir. Je l’ai piqué à Seb, le troisième de la fratrie, il ne le sait toujours pas, c’est un secret très bien gardé et je fais très attention à ne pas le mettre au sale lorsque c’est son tour de faire la lessive. S’il le découvre, il va me dire de lui rendre, ce que je vais faire, mais je le piquerais de nouveau un autre jour, je préfère donc éviter ce genre de conversation inutile.

Maintenant que je suis habillée, je brosse de nouveau mes cheveux roux. Ils m’arrivent au milieu du dos et sont très lisses, je profite qu’ils soient toujours humides pour me les attacher. Je sens que mes bras tremblent sous l’effort, attacher mes cheveux épais a toujours été une épreuve par moi, c’est d’ailleurs pour ça que je les laisse le plus souvent libres. Après avoir fait l’équivalent de cent pompes pour mes bras, je suis satisfaite du résultat, je pose la touche finale un petit pic que je plante pour m’assurer que mon chignon ne bougera pas. Maintenant que la coiffure est faite, je prends mon téléphone et lance ma musique préférée. Je sais que je vais le regretter demain, lorsque je vais devoir apprendre deux fois plus de cours, mais j’ai envie de m’amuser et de me détendre.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Fanta-Chris
Posté le 08/01/2022
Bonsoir !

J'apprécie toujours autant ton univers et tes personnages !
Aliam JCR
Posté le 09/01/2022
Bonjour,

Merci beaucoup pour ton commentaire, il me fait extrêmement plaisir ! :)
Confetti
Posté le 28/12/2021
Bonjour 😊

J'ai beaucoup aimé me préparer avec Mathilde pour aller en soirée ! Je trouve que tu écris vraiment très bien, c'est très agréable de suivre le cours du récit !

J'ai noté quelques petits trucs :
"ils ont du mal à accorder leurs confiances"=> leur confiance ? A moins que l'on compte deux confiances une pour chaque parent mais je ne suis pas très sûre 😅
"mes capacités de négociatrice pour d'autre combat" => d'autres combats ?
"dans les périodes de fleuraison" => floraison ?
"des éléments en marbre disposé à des endroits stratégiques" => disposés ?
"j'aimerais la mettre en bouteilles, c'est le symbole du réconfort pour moi." => en bouteille ?
"je pue la transition " => transpiration ?

En tout cas merci beaucoup pour ce nouveau chapitre, c'est avec joie que je l'ai lu ! Et j'ai bien hâte de continuer et d'aller à la soirée "A la chasse aux fantômes" !! 😊
Aliam JCR
Posté le 01/01/2022
Bonjour Confetti ! :)

Merci beaucoup pour ton commentaire ! :) C'est un plaisir de te lire !

Merci pour toutes les remarques, je dois arrêter d'écrire sur mon téléphone orthographique et surtout me relire ^^

Encore merci pour ton enthousiasme !
Confetti
Posté le 03/01/2022
Aucun soucis pour les coquilles ça arrive à tout le monde ^^ !
Et je comprends d'autant plus que personnellement je déteste me relire alors mes écrits sont toujours bourrés de petites coquilles comme ça !
Alors si ma lecture peut aider c'est le mieux :)

Et merci à toi pour cette histoire 😊
Aliam JCR
Posté le 09/01/2022
Oui j'ai dû mal à voir mes fautes vu que je connais mon texte comme ma poche ^^

Ta lecture est d'une grande aide, encore merci ! :)
Vous lisez