Chapitre 5

L'air frais et les bonnes odeurs qui se dégagent de l'extérieur des dortoirs me font du bien. On peut sentir de l'entrée des dortoirs les agréables effluves qui viennent du bâtiment juste en face de nous. Nom de Zeus que je sois aussi sensible aux odeurs ce n'est pas possible ! J'ai l'impression que mon odorat capte plus de choses depuis que nous sommes arrivés ici, Jayden et moi. Note à moi-même, faire des recherches pour comprendre ce phénomène. Il doit y avoir une raison. Mais revenons à nos moutons ou je vais encore et encore me perdre dans mes idées et ça ne vas pas être pratique de finir comme ça la soirée. Surtout que d'après ce que j'ai compris tout à l'heure, nous avons le droit à un repas emplis d'émotions fortes ! C'est parti mon kiki ! On va bien rigoler !

 

 

<< Juste encore une petite chose pendant que nous allons dans la cafet', je dois encore te dire quelques petites règles importantes de l'établissement. Je sais, c'est très barbant, mais c'est comme ça, ne pense pas pourvoir y échapper ! La règle qui règne en maître ici, c'est le respect absolu des uns et des autres. Le racisme est proscrit. Après tout, nous serons tous amenés à travailler ensemble pour le bien de nos peuples. La seconde règle, toute aussi essentiel est l'entre aide. Ces deux principes se ressemblent peut-être beaucoup, mais c’est primordial dans l'époque qu'est la nôtre. Nous ne sommes plus comme nos ancêtres, peureux des autres, même de ceux qui étaient dans une situation identique. Nos valeurs ne sont plus les leurs. Pour le reste, les professeurs te le diront déjà ; je n'ai pas besoin non plus de m'éterniser le dessus. >>
 

 

Je lui signifie que j'ai compris en hochant négligemment de la tête. En un instant de plus, je me retrouve à marcher sans même m’en être rendue compte, en direction du repas « d’intronisation » des nouveaux élèves ! Le chemin n'étant pas très long -les deux bâtiments se font face à face- on arrive très rapidement. Les manches de ma chemise se mouvent au rythme du vent comme si des esprits montraient leurs joies face à ce jour si important. C’est très plausible que ce soit le fantôme de nos ancêtres. J’ai toujours eux l’impression d’avoir des anges gardiens auprès de moi, sois lorsque je tombais dans les nombreux escaliers du manoir familial ou simplement lorsque je m’aventurais un peu trop dans les tréfonds de notre cave. Un détail qui fait encore rager mes parents, d'ailleurs.
Les autres sont également arrivés devant le bâtiment, cet édifice est grandiose comme le reste de l’académie. Il paraît assez de petite taille vu de là où je me trouve, mais une fois à l’intérieur, je ne vais certainement plus dire ça. Les murs sont d’un blanc ocre agrémentés de petites fissures par endroit, sans que cela rende négligés pour autant. Preuve du temps irrémédiable. Le tout recouvert de lière. Jamais sans ces plantes ici, hein. Les grandes fenêtres donnent une vue imprenable sur l’entrée aussi richement décorée que les dortoirs. Je peux discerner facilement la cuisine très lumineuse. Je regarde autour de moi, espérant apercevoir Jayden que je n’aie pas vu depuis que je l’aie laissé avec le cerbère ténébreux, Blacks. Je me croirais dans un jeu otome, mais mal fais cela dit. Le scénario est à revoir ! Mon esprit est vraiment en vrac aujourd’hui. Surtout que j’ai encore les crocs moi, avec tout ce cirque ce n’est pas avec juste mon traitement que mon appétit va se calmer. Ce n'est pas suffisant, même avec toute la bonne volonté du monde. Ca ne sert qu'à nous maintenir en un état de contrôle minimal. J'ai peut-être plus de maîtrise, mais avec tout ce qui arrive en ce moment, changer de pays, être loin des gens avec qui j'ai grandis, mes amis même si ceux-ci ne sont pas très nombreux. Tout ça pour étudier dans la meilleure école ! Toute cette histoire me perturbe, enfin surtout ma vampire intérieur. Il ne faut pas trop changer ses habitudes.
Ca agite tout aussi ma vampire intérieur. Car comme pour les loups, nous avons une seconde facette, notre créature intérieure. Et le mien à un caractère qui diffère du mien, tandis que moi, je suis sensible, elle, se fiche la totalement des autres. Si elle doit écraser quelqu'un sur son passage pour avoir ce qu'elle veux, elle le fera, et cela, sans aucune forme de pitié. Heureusement, elle ne ressort que rarement. Je sais qu'elle ne blessera jamais volontairement ma famille, elle l'aime comme moi.

 

 

 

----

 

 

 

À force de regarder dans tous les sens, j'aperçois enfin mon homologue brun. Tient il à laisser ses cheveux lâcher ? J'adore lorsque Jayden le fait, on peut voir ses cheveux longs jusqu'aux bas de ses épaules, les mèches d'un brun chocolat mélanger à celles beaucoup plus foncer qu'il tient de notre père. Je le trouve majestueux comme ça. Surtout avec l'uniforme qui lui va si bien ! C'est bon, je fonds ! Tout le monde nous regarde alors quand je me décide à prendre le bras de Raven pour le rejoindre. C'est vrai qu'avec notre physique que nos parents qualifient de miroir, on attire les regards curieux ou non. Car après tout, j'ai les cheveux blonds quasiment blanc et les yeux bruns. Tout l'opposé de lui, qui a les cheveux bruns et yeux bleus ! Une fois arriver près de lui, je souris de toutes mes dents et saute dans ses grands bras muscler. Folle ? Non, je ne supporte seulement pas d'être trop longtemps éloignées de lui. Et puis c'est la meilleure méthode pour que personne ne le touche et me le pique. Comme un enfant et sa peluche adorée. Si on me le vole, je mordrai à mort.
Mais pour l'instant, on se querelle encore. Je crois que l'on a un problème à la longue... Je sens que tous les regards sont tournés vers nous deux, nous disputer, comme des jeunes enfants qui apprennent en jouant. Et c'est à cet instant que l'on éclate de rire.

À force de regarder dans tous les sens, j'aperçois enfin mon homologue brun. Tient il à laisser ses cheveux lâcher ? J'adore lorsque Jayden le fait, on peut voir ses cheveux longs jusqu'aux bas de ses épaules, les mèches d'un brun chocolat mélanger à celles beaucoup plus foncer qu'il tient de notre père. Je le trouve majestueux comme ça. Surtout avec l'uniforme qui lui va si bien ! C'est bon, je fonds ! Tout le monde nous regarde alors quand je me décide à prendre le bras de Raven pour le rejoindre. C'est vrai qu'avec notre physique que nos parents qualifient de miroir, on attire les regards curieux ou non. Car après tout, j'ai les cheveux blonds quasiment blanc et les yeux bruns. Tout l'opposé de lui, qui a les cheveux bruns et yeux bleus ! Une fois arriver près de lui, je souris de toutes mes dents et saute dans ses grands bras muscler. Folle ? Non, je ne supporte seulement pas d'être trop longtemps éloignées de lui. Et puis c'est la meilleure méthode pour que personne ne le touche et me le pique. Comme un enfant et sa peluche adorée. Si on me le vole, je mordrai à mort.
Mais pour l'instant, on se querelle encore. Je crois que l'on a un problème à la longue... Je sens que tous les regards sont tournés vers nous deux, nous disputer, comme des jeunes enfants qui apprennent en jouant. Et c'est à cet instant que l'on éclate de rire.

 

 

<< Lexia ? Je peux savoir pourquoi vous rigoler ? Vous vous menacez et après vous...
- Oh ça ? C'est habituel. Le jour où l'on passera à l'acte sera dans très longtemps, jamais c'est bien plus probable ! Ne t'inquiète pas, on adore se donner en "spectacle" comme ça. Comme des enfants qui jouent entre eux, si tu veux. >>

 

 

Raven me lance un regard très peu rassurée par mon explication de ce qui vient de se passer. Pourtant, j'ai bien expliqué, non ? Comment traduire autrement notre réaction à tous les deux ? On est seulement assez fou pour nous comporter comme ça devant tout ce monde. Pourtant, nous avons reçu une éducation sévère. Il faut croire que ça ne suffis pas toujours ! Jayden me rejoint à ma droite avec le ténébreux et le petit rouquin qui semble l'accompagner.
Le beau mystérieux, j'en ferais bien mon quatre heure tiens ! Mais le jeune éphèbe est tout aussi superbe avec ses cheveux de feu. Lui à l'aire d'être plus sociable et plus avenant, en tout cas. C'est un très bon point.

 

 

<< Pour se donner en spectacle, vous le faites parfaitement bien bande de petits idiots sans cervelles ! Vous n'êtes pas ici pour vous amuser à ce que je sache, alors apprenez à rester à vos places. Celles de fermer votre grande gueules de premières années, où alors vous allez avoir affaire à ma petite personne, c'est clair pour vos petites têtes ?
- Qui es-tu pour te permettre de parler avec cette attitude, à ma sœur et moi au juste ? Au moins ça se sens que tu n'es pas un vampire. Sinon en tant que vampire, tu saurais que c'est à toi de te taire et de ne pas oublier le respect quand tu nous parles. Malheureusement pour toi, tu n'es pas de mon peuple.
- Je te trouve assez drôle pour un jeune vampire. Je ne serais jamais une des saletés de ta race... Je suis Lazare Triskians, cinquième année et futur gardien sorcier français. Et ne me parle pas de respect quand je vois comment tu traites ta sœur. Ce n'est pas une première année qui va me donner des leçons sur ma conduite ! Je crois rêver.
- Si si je peux le faire. Je ne sais pas si tu connnais, mais il existe depuis fort fort longtemps, la passation de connaissances. L'âge ne compte pas tout autant que notre race. Mon pauvre biquet raciste. Un sorcier qui sort ce genre de choses, vraiment ? Pour un futur gardien, tes connaissances en histoires sont à un niveau bien bas. Ou c'est que tu oublis des choses fondamentales dans notre société, c'est lamentable. Je ne donne pas cher de ce qui arrivera dans peu de temps.
- Tu crois qu'un vampire à quelque chose à redire sur les sorciers ?
- Oh que oui. Petite info, j'ai des racines sorcières venant de Salem. Ne m'insulte jamais petit con, ou je pourrais aller voir des gens pour te faire maudire. >>

 

 

Actuellement je suis morte de rire face à la joute verbale qui se déroule devant moi. Un sorcier pauvre d'esprit qui va devenir un gardien, en train de sortir des choses aussi consternantes. On peut se demander si celui-là ne serait pas un petit peu raciste envers notre peuple. En quoi être un vampire nous empêcherais de pouvoir lui dire quelques choses au juste ? Il se prend pour le roi du monde peut-être. Qui sait ! Je lui en collerais bien une dans le visage, mais ça serais lui donner raison dans son idiotie.

 

 

<< Je crois que mon jumeau a totalement raison. Tu vois nos races n'ont pas d'importance et n'en auront plus jamais ! Si quelqu'un t'a appris que ça a une importance, c'est bien dommage. Deuxièmement, comme viens de dire mon frère, certains de nos ascendants ont été des sorciers. Alors oui, j'ai définitivement le droit de te dire de la fermer si c'est pour sortir des choses blessantes. Tu es jeune, mais ça n'excuse rien. Juger les gens sur des clichés sortis de la tête et de l'imaginaire humain ? Surtout que tu es en dernière année ici, tu dois savoir que ces foutus clichés sont tous faux. Mais tam pis hein, reste idiot, oublis ton devoir en tant que gardien pendant que l'on y est ! Oublis ça si tu veux, mais tes remarques, tu peux les ranger. Pour finir, tu l'as si bien énoncer une première année ne devrait pas te dire ça quand il vient à peine d'arriver, mais c'est le cas. Il faudrait penser à se remettre en question.
- ...
- Ensuite, mon frère me parle comme il le veut, si ça ne dérange que toi ce n'est pas notre problème. Je sais me défendre seule dans le cas où la situation le nécéssite, autant avec des mots que des coups bien placer. Permet toi encore une seule fois, de redire des conneries pareilles et je te fais voir ce que c'est la véritable douleur.

- Si tu penses que c'est avec une attitude pareille que tu deviendras une bonne gardienne.
- Tu crois que la tienne représente mieux le rôle qu'est celui des gardiens ? Être raciste et irrespectueux ? J'espère que c'est une blague. Sans parler de juger ma sœur de façon aussi... Aberrante.
- Jayden calme toi. Il n'en vaut pas la peine de toute manière. Respire un grand coup et tout iras bien. Surtout que nous ne sommes pas ici pour provoquer des incidents. >>

 


Je me rapproche encore un peu plus de Jay' et lui prend son bras gauche. Je le caresse pour l'apaiser, pour qu'il reprenne ses esprits tout doucement. Que l'on se dispute implacablement devant tout le monde, pourquoi pas, mais je n'ai pas du toute envie de passer pour n'importe quoi ! Si je dois passer pour un individu se savant pas se contrôler et qui se donne en exhibition. Une fois qu'il est enfin dans un état qui me permet de le lâcher ne serait-ce qu'un peu, je me tourne vers l'abruti sorcier et lui montre mes canines pour le faire redescendre. J'adore retrousser les babines comme un chien enragé. Ca fait toujours son petit effet.

 

 

<< Recommence encore une fois à insulter un membre de ma famille et je te réduis en pièce ou pire, je ferais de ta longue vie de sorcier un enfer. Un enfer encore plus terrible que celui qu'à vécus mon ancêtre, mon petit chou. J'en suis parfaitement capable. Ose sous-estimer quelqu'un et cette même personne sauras se venger. Pour un dernière année, tu parais bien faible d'esprit... Heureusement que les sorciers n'ont pas qu'un seul gardien. >>

 

 

 

 

----

 

 

 

 

Cette fille commence à me courir sur le haricot avec son comportement ! Ca ne fait que quelques heures que je l'aie rencontré et pourtant, je sens que ce n'est que le début de pleins d'emmerdes assurés. Avec Raven qui est sa colocataire, je suis bien dans la merde. Assurément. Depuis le temps que cette rousse me tape sur le système sans que je puisse m'en débarrasser et tout ça à cause de mon meilleur ami. Tout ça grâce à Morrow. Merci mon petit oracle. Ca pue à des kilomètres qu'il a eu des visions sur quelque chose qui nous concernes. Lui qui me dit depuis quelque temps que nos vies vont changer, que notre avenir s'est modifié récemment. Il n'en sait pas plus, où ne veut plutôt pas le dire. Enfin, il a bien voulu me dire une seule chose sur ces visions ; qu'il va bien se marrer pour mon cas désespéré. Il a de la chance d'être mon meilleur acolyte depuis notre enfance.
J'ai beau m'énerver face à cette fille, je ne peux m'empêcher de la regarder se disputer de cette façon devant tout ce monde. Je suis fasciné par la prestance qu'ils dégagent à l'unisson. Je ne prête absolument plus attention à ce qui m'entoure. Je reste planter là, les bras ballants et je la regarde. Par Lucifer. Que le diable en personne viennes pour m'aider à ne plus regarder ses longs cheveux d'un blond si pâle qu'ils me font penser à la neige. Je ne peux détacher mon regard de ses yeux chocolat qui foudroient littéralement son double, sur place. Et encore si ce n'étais que ça ! Quand j'aperçois le hautain personnage qu'est Lazare Triskians, s'approcher de Lexia et de mon second colocataire, je sens immédiatement qu'il va se passer quelque chose de très mauvais.
Que ces deux imbéciles se donnent en comédie, c'est un aspect insignifiant de cette longue journée, qui touche bientôt à terme. Mais lorsque cet ensorceleur met son sale nez dans l'affaire ; là, il se pose un grand souci. Un très gros souci. Ce mec est le pire que je connaisse et depuis ma plus tendre enfance, je dois me le coltiner. Il se prend pour le plus puissant seulement parce que son oncle et sa tante sont les régnants. Un sale type répugnant qui raffole des humiliations en public. Et bien sûr, je dois rester le plus aimable possible avec lui du fait que mon père est un chef de clan. Donc la situation actuelle a dû le faire frétiller de bonheur. Je me demande qui a eu la connerie de le nommé futur gardien lorsque l'on sait comment il est avec les gens qui ne lui servent à rien.

 


<< Pour se donner en spectacle, vous le faites parfaitement bien bande de petits idiots sans cervelles ! Vous n'êtes pas ici pour vous amuser à ce que je sache, alors apprenez à rester à vos places. Celles de fermer votre grande gueules de premières années, où alors vous allez avoir affaire à ma petite personne, c'est clair pour vos petites têtes ? >>

 

 

J'ai une folle envie de sortir mes griffes et de l'éventrer sur place, pour ensuite disperser ses entrailles un peu partout. Rien de mieux pour se détendre. Je me retiens ardemment de faire ça sous peine d'être condamnés à mort. Ce que je ne souhaite le moins du monde, bien entendus ! J'attends de voir comment cette discution va se finir.

 

<< Tu crois qu'un vampire à quelque chose à redire sur les sorciers ? >>

Mais qu'il est con ! Être raciste est une chose, mais alors là... Espère de mouscaille.
 

<< Je crois que mon jumeau a totalement raison. Tu vois nos races n'ont pas d'importance et n'en auront plus jamais ! Si quelqu'un t'a appris que ça a une importance, c'est bien dommage. Deuxièmement, comme viens de dire mon frère, certains de nos ascendants ont été des sorciers. Alors oui j'ai définitivement le droit de te dire de la fermer si c'est pour sortir des choses blessantes. Tu es jeune, mais ça n'excuse rien. Juger les gens sur des clichés sortis de la tête et de l'imaginaire humain ? Surtout que tu es en dernière année ici, tu dois savoir que ces foutus clichés sont tous faux. Mais tam pis hein, reste idiot, oublis ton devoir en tant que gardien pendant que l'on y est ! Oublis ça si tu veux, mais tes remarques, tu peux les ranger. Pour finir, tu l'as si bien énoncer une première année ne devrait pas te dire ça quand il vient à peine d'arriver, mais c'est le cas. Il faudrait penser à se remettre en question. >>

 

 


Oh pauvre chou, il ne dit plus rien tout d'un coup. Que cela est d'un triste. J'ai envie de la féliciter d'une façon peu conventionnelle pour l'avoir fait taire, mais on va éviter, je n'ai pas trop l'envie de me retrouver dans une situation gênante si possible. Je suis bien trop jeune pour mourir d'une telle manière. J'écoute d'une seule oreille le reste de la dispute qui va très sûrement marquer cette année scolaire et peut-être les suivantes. Ici, tout ce qui se passe et qui sort de l'ordinaire va un jour se retrouver dans les livres qui se rapportent de loin aux livres d'histoires des humains. Tout le monde sait ce qui s'est passer dans les moindres petits et minuscules détails, car ils l'auront énoncé quelque part. À vous donner la chair de poule !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez