Chapitre 4

Notes de l’auteur : Ceci en est la v.4, mais n'hésiter pas à donner de spistes pour améliorer l'histoire.

e peux enfin prendre la douche dont je rêve depuis mon arrivée ! Je tiens en horreur le fait de me sentir sale. Et quand je rentre en crise, j'ai une tendance à faire tout et n'importe quoi et à tâchée mes vêtements, ce qui énerve totalement ma très chère mère. Je me hâte pour me lever totalement de ma couche pour rejoindre la salle de bain. Salle d'eau tout aussi gigantesque que la chambrée ! C'est à croire que ceux qui ont créent ces dortoirs pensaient le faire pour des princes ! Autrement, je ne vois pas. Le sol est fait de marbre blanc et gris pâle. Les deux nuances, créent ensemble un motif bien français. La baignoire n'est pas à être timide, loin de là ! Je pense qu'elle peut largement être emplie d'au moins trois personnes. Et sans que ces mêmes personnes ne s'entrechoquent avec leurs jambes, ou tout autre choses. Il y a même une douche juste à coter ! Surtout qu'elle est tout aussi inutilement grande. Je me sens petite à coter de toutes les choses de cette salle d'eau, alors que pourtant, je suis loin d'être petite. Je fais quand même un mètre soixante-dix ! Tout de même !
Je tourne la tête, regardant un peu partout, autour de moi. Sur ma droite, une armoire avec une plaque d'argent, porte mon nom. Curiosité maladive, je l'ouvre. De toute manière, il le faut bien, si je désire trouver mon uniforme. Alors, sans hésitation, j'ouvre ce grand placard. Je tourne la tête, regardant un peu partout, autour de moi. S'ensuit une jupe crayon avec des boutons portant les armoiries de l'académie. Cette école me plaît de plus en plus ! Je n'imaginais pas du tout avoir une tenue aussi belle et surtout autant travailler. Après, je ne pense pas que l'institut nous aurais mal habiller. Ils risqueraient bien trop, avec des élèves mal fagotés. Pour une institution aussi prestigieuse, ça serait à la limite de déshonorant. Maintenant, que j'ai trouvé ce dont j'ai besoin, je vais pouvoir enfin me laver.
Ca, c'est si je n'avais pas la mémoire de ma mère. Une Lexia qui n'oublie jamais rien, ce n'est pas moi. Putain, je n'ai pas envie de retourner dans l'autre pièce, pour aller y chercher mon gel douche et tout le reste du barda. Que faire ? Piquer celui de Raven ? On va dire que oui, elle est sûrement d'accord. Ou au pire, je ferais les yeux de chat qui font craquer tout le monde. Et puis c'est certain, elle n'en fera pas tout un esclandre. Pas pour un si petit détail, si ?

 

 

 

 

----

 

 

 

Après quelques secondes à réfléchir quoi faire. Sois piqué, emprunter, le gel douche, etc. à Raven ; sois retourné à coter. J'étudie le pour et le contre, ma fatigue gagnante très prestement. Je commence à me dévêtir, pause mes vêtements du jour dans le panier à linge. Repérer lors de ma réflexion. Pratique d'en avoir une chacune, sur le coter de nos armoires. Bref, assez tergiverser, j'entre ensuite dans la douche. L'eau est quasi brûlante, elle fume littéralement. Je me sers du savon de Raven, qui sens l'amande. Je sens que l'on va devenir très rapidement de super copines si cela continue ou alors des jumelles. Ah non ! Tout, mais pas cela ! Je n'ai pas envie d'avoir une seconde endouille, coller aux Basques. Je prends le gel et en dépose au creux de ma main droite une généreuse quantité. J'en ais la fâcheuse habitude. Je me frotte fort tout le corps, détestant ne pas être lavé convenablement. Tiens, tiens les murs de la douche sont très légèrement différents des autres ! Un simple œil humain ne peut le voir, trop subtil. La couleur est si... Non, ce n'est pas réellement le coloris, mais le motif présent. Je m'en rapproche doucement sans me presser, pour ne pas glisser dans cet espace humide. La paroi et son arabesque me semblent familières. Je la connais, mais d'où exactement ? Je laisse mon esprit vagabondé, avec l'eau que je sens doucement s'écouler sur mon corps. Elle est si chaud qu'elle dénoue mes muscles crisper par mon harassement. Je souffle pour me détendre encore un peu plus. Oh purée ! Ca me revient maintenant ! Cette arabesque se rapproche drôlement de notre emblème familial. Celui du coter de père et plus précisément celui des sorciers de la famille. Je croyais qu'elle n'était plus utilisée, éteinte avec mon ancêtre. Il est devenu par la suite celui des Lowell et non plus d'une partie sorcière de la branche principal. L'actuel, représente le tout et le néant. Alors, pourquoi celui-ci est-il gravé sur de pans de mur ?! Surtout que, élément important, nous ne sommes pas du tout d'origine européenne ! Il faut que je cesse de réfléchir comme ça, chaque fois que je prends ma douche... Il faut que j'arrête de faire ça, si je ne veux pas devenir complètement disjonctée, et cela, avant l'âge. Je sens l'eau se refroidir brusquement et la porte de la salle de bain s'ouvrir tout aussi soudainement. Réaction normale, je hurle à la mort, totalement effrayée alors que j'étais dans mes petites sottises.

 

<< Il est temps de sortir de la douche et de t'habiller ma chère princesse !

- La prochaine fois, tu pourras apparaître dans la pièce, de manière plus légère ? Je t'en pris, je n'ai pas très envie de mourir de peur. Les Darwin Awards ce n'est pas mon projet ultime.

- Tu es sous la douche depuis trop longtemps alors non, la fois d'après je ne serais certainement pas plus délicate.

- L'eau froide, je parie que c'est toi, je me trompe ?

- Mais bien entendus que c'est moi. J'adore faire ce coup chez moi, alors j'en profite, un peut, vois-tu. Sinon magne-toi, je ne te laisse même pas une quinzaine de minutes pour te sécher et vêtir tes habits. Si ce n'est pas fini, je t'emmène à poil au repas. Je suis intransigeante sur la ponctualité et le respect des protocoles de l'académie. >>

 

Immédiatement après avoir fini de discuter, Raven ressort et je peux sortir, écouter ses ordres. Je me sèche en deux secondes, le corps et les cheveux, ne me coiffe que légèrement afin qu'ils restent ondulés. Je tends ensuite ma main et je saisis mon uniforme. Je me dépêche de l'enfiler, car je sais qu'énerver une sorcière n'est dans aucun cas une très bonne idée. Les malédictions et tout. Je ferme le dernier bouton de la chemise et ressors ma chaîne où je laisse ma croix pendre, pour la laisser paraître aux yeux des autres. Souvent, les autres vampires ont trop les jetons pour me toucher à cause de celle-ci. Merci ma tantine ! Elle ne saura jamais que j'existe, mais je m'en fous, elle me protège comme elle l'a fait avec papa dans son enfance. Comme le fait toutes les femmes de notre familles portant cette croix. Telle est notre devoir. Le mien est de garder cette croix et la transmettre. Pour finir, je mets tout de même ma tignasse blonde en arrière du coter gauche pour mettre mes piercings à l'oreille en valeur. Je souffle un bon coup, un énorme coup et quitte la salle de bain dans le temps imparti ! Qui a dit que les filles prenaient du temps ? Va-on va mettre aux ordures ce vieux cliché, et cela, avec ses frères et sœurs. T-O-U-J-O-U-R-S avoir la tête bien haute, ne jamais faiblir face aux autres. Ne surtout pas rechigner devant ce que nous devons faire.

 

 

 

 

----

 

 

 

 

En seulement quelques minutes, je viens de me ridiculiser. Super ! Sans rajouter le fait que je suis resté dans la position dans laquelle Lexia m'a laissées tout à l'heure. Et disons qu'au bout d'un quart d'heure, le sauvageon possédant un caractère de phacochère se décide à ouvrir sa grande gueule ! Il n'a pas l'air d'être de très bonne humeur le bougre ! Je sens que ce qu'il s'apprête à me dire ne me sera pas agréable.

 

<< Alors toi, je te dis de suite que cette nana m'énerve déjà pas mal. Alors tu n'as pas intérêt à la ramener ici pour faire, je ne sais pas quoi ! Comme tous les vampires aiment si bien faire. Je ne permettrais absolument jamais ce genre de comportement. Capiche ?!

- Hum... Ca va être compliqués de lui interdire ceci mon cher chien de garde. Elle n'obéit jamais à personne d'extérieur à la famille. Et surtout, je ne risque pas de me la taper. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais on se ressemble pas mal, preuve que c'est ma sœur. Ma sœur jumelle qui plus est ! Alors premièrement, l'inceste ce n'est pas mon trip, mais en plus, je suis gay. Tu devrais à la place plutôt t'inquiéter de mon comportement de vampire sur ta petite personne. Attention à ton matricule. Secondo, tu n'as pas à avoir d'attraits à m'emmerder. Je n'ai assurément pas peu de ta personne et de ce que tu peux me faire. Mais alors là pas du tout ! Je ne fais pas partie de ceux qui se laissent marcher dessus, je ne suis pas non plus celui qui marche sur les autres. Juste le parfais milieu. Ne tente pas non plus de me faire taire, ça ne fonctionnera pas. Je peux te croquer après tout. Pas de peur, je suis doux comme un agneau.

- Tch. Tu te prends pour qui ?!

- Pas besoin de montrer les dents non plus, tu sais. Ca gâche ton si beau visage. Si tu désires que l'on s'entende pour les années qui suivent, tu dois savoir qu'il ne faut surtout, mais surtout pas m'enquiquiner lorsque je sors d'une crise. Je peux être tenté de te manger tout cru. Et tu es loin d'être mon genre. >>
 

 

Un petit clin d'œil et c'est dans la boîte pour la tranquillité ! Du moins, j'espère. Je ne veux pas avoir de conflit idiot pour la suite. Je déteste ça, mais je me dois de me défendre.

 

 

<< Tu n'est strictement pas crédible. Pas convainquant, alors que l'on se connaît que depuis quoi ? Même pas une demie-heure !
- Ah bon ? Si tu veux, je te prouve que je peux me trouver très persuasif. >>

 

 

Je fais ressortir mes crocs et ouvre la bouche pour les lui montré, pour finir par les lécher pour lui faire peur.

 

<< STOP ! >>

 

 

Celui qui vient de hurler à l'instant est un jeune homme. Mais c'est surtout, le genre de mec sur qui je pourrais très probablement me jeter dessus ? Quand j'ai faim hein, pas comme un chien en chaleur bien sûr. Merci, mais les clichés vont devoir resté au placard. Je ne suis pas un chien en chaleur, me frottant aux jambes des autres, eurk. Un jeune homme au visage candide, roux avec en bonus, les yeux me donnant envie de m'y enfuir pour ne jamais en ressortir. Des iris d'un bleu-vert assez clair. Aller, je me concentre sur autre chose, sinon je sens que je vais repartir dans un autre monde. Ce n'est pas le super bon moment pour ça !

 

<< Je peut savoir Blacks, pourquoi tu te comportes de cette manière ?! >>

 

Le petit roux a l'air véritablement énerver. Je ne veux pas être à la place de ce petit impudent de cerbère en tout cas !

 

<< Je t'aie pourtant déjà dit que lorsque notre colocataire arrive de m'envoyer un message ! Ce n'est pas compliqué tout de même. Tu écoutes quand je te dis quelque chose où tu t'en fous ? Je savais que je devais rester… Je dois écouter mon instinct plutôt que toi ! Pour un oracle, je suis nul...
- Morrow... Je peut tout t'expliquer, je te le jure !
- Je ne veux rien savoir, tu es déjà un connard ambulant avec les autres alors maintenant ça suffit ! Chut, je ne veux strictement plus entendre un seul son sortir de ta grande gueule ! Je sais pertinemment ce que tu vas me sortir comme excuse, alors tu te boucles ! >>

 

 

Je vois, ou plutôt, entends le jeune homme dont je ne connais aucunement le nom, reprendre son souffle comme s'il n'était guère habitué à être comme ça. Plus important, mamamia son visage est encore mieux que le reste ! Je me secoue le visage pour faire disparaître les idées qui me viennent en tête. S'il peut m'entendre, je suis dans la merde.

 

<< Oh si il l'as fait.
- Au moins un truc qu'il sait faire sans offenser personne, hein Blacks ? Bref, je suis Morrow Brain, le futur Gardien des oracles et je suis en seconde années tout comme l'autre abrutis. Excuse le, il est assez brusque avec les autres mais au fond c'est une vrai guimauve. Sinon enchantés tout de même.
- De même. Moi c'est Jayden, Jayden Gawaïn-Lowell, soit le futur roi vampirique soit le futur Gardien des vampires des Etats-Unis. L'avenir nous le diras déjà comme me le dit si bien mon frère ainé.
- Pourquoi attendre pour savoir ce genre de chose aussi primordiale ? Perosnnelement, je trouce ça assez étrange.
- Lois vampiriques oblige, lorsqu'il y a deux héritiers jumeaux...
- Et votre frère ne pourrais pas être le roi?
- Un peu compliqués pour une humain d'être un roi vampirique. >>

 

J'éclate de rire en pensant à Brenden, le pauvre, c'est le seule véritable humain de la famille. Mais au moins il ne sers pas à rien comme on pourrait se l'imaginer. Non, il étudie pour un jour s'occuper des affaires du coter humain de notre immense empire familial. Et aussi vérifier que les lois soient respecter, ce qu'il fait déjà un peu. Ou encore, que ce soit dans le domaine financier autant que la politique, il sera, je pense le médiateur entre notre peuple -les vampires- et celui des humains, car après tout, il reste une personne importante de par son sang et son rang.

 

<< Je pensais ma famille compliquée mais là je suis… Sur le cul ? Ouais, sur le cul. Bref, je ne me mêlerais pas des affaires familiales, surtout à ce degré-ci. >>

 

Putain si ce gars continu à sourire comme il fait actuellement, je ne sais pas ce qui va se produire. Mais ça va être la merde totale et pas que dans mon cerveau d'adolescent ! Que quelqu'un fasse quelque chose, comme m'arracher les yeux des orbites pour éviter que se voit plus longtemps ce si beau spectacle. Ou pas, ça ne changerais rien quand même, son odeur... Minute, minute. Son odeur ? J'ai encore foutu quoi pour que je sente son odeur aussi fortement ? Il n'est pourtant pas si proche ! Seulement à un ou deux mètres de moi. Ca sent la merde à pleins nez !

 

<< Jayden, ça va ?
- Oui, oui excuse moi. Je suis encore un peu dans les vapes.
- D'accord, tu me rassures. Bon allons-y que je te montre où se trouve la salle de bain, car ça va bientôt être l'heure du repas et que je meure de faim.
- Je te suit dans ce cas. J'obéis ! C'est si gentille ment dit après tout. >>

 

 

On va me tuer si je dis que je viens de lui faire un clin d'œil -comme une nouille qui ne sais pas du tout comment draguer convenablement une personne- ? Pitié que je ne mette pas en mode Cassian sinon je vais draguer comme père et là, ça va vraiment partir en situation gênante. Je me lance à la suite de Morrow qui se déplace jusqu'au fond de la chambre, face à une porte cacher par un énorme cadre. Le portrait d'un homme que m'est totalement inconnus d'ailleurs. En l'ouvrant, on voit une salle d'eau gigantesque. Je sens que je vais adorer cette chambre pour les années qui vont suivre. Morrow me montre rapidement où je peux ranger mes affaires et surtout où sont mes uniformes ! Un pantalon de costume noir à léger carreau, à peine perceptible pour un simple œil humain. Accompagné de sa compagne la chemise, mais cette fois-ci rouge bordeaux ; une cravate de la même couleur que le pantalon accompagne le tout. Simple mais efficace. De quoi être bien habiller. Une question reste tout de même en suspend dans mon esprit après avoir vu ma tenue.

 

<< Dit Morrow, je vois que nos tenues ne sont pas exactement à l'identique... C'est normal ?
- Oui, c'est tout à fait normal, la couleur de nos chemises change en fonction de notre race. Celles que l'on qualifie de race sombre et celles que l'on qualifient appartenant à la lumière. D'où ma chemise violet foncé. Légères différences pour garder un minimum l'histoire de l'école. Que veux-tu, les vieux croûtons surnaturels aiment leur passer, surtout quand il est aussi prestigieux. Et c'est surtout aux yeux des jeunes générations une petite façon de faire un clin d'œil à nos différences, mais aussi à notre unité actuelle. >>

 

Finalement, je ne suis pas le seule à faire des clins d'œil ce soir ! Zeus, je vous pris de ne pas vous moquer de moi et que ce jeune homme face à moi sois libre comme l'air !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez