Chapitre 32 - Manipulation - Kali - Partie I

Notes de l’auteur : Coucou, encore un chapitre posté en deux partie :D C'est un poil court quand on sépare en deux, mais j'ai peur que le tout d'un bloc soit un poil long ^^"

Kali et Dante progressent un peu niveau confiance / coopération :)

Une douche et bien des réflexions plus tard, j'en étais venue à la conclusion qu'il faudrait commencer dès demain l'intégration avec l'aide de Caden. Je n'aimais pas plus que ça cette idée. Surtout que, comme Dante l'avait très justement souligné, nous ignorons si cela aurait des conséquences néfastes sur Kaya. Ou pas. Tellement d'inconnu... Pour autant, après ce que je venais d'apprendre, tant par Fritchl pour la dégénérescence, que par Dayen pour la mission, j'avais besoin que Kaya soit opérationnelle à minima pour retarder au maximum l'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Qu'elle soit en capacité de réagir, d'agir, de traiter les informations et de ne pas se laisser perturber parce qu'elle avait vécu lors de son séjour au « trou » comme l'appelait Dante.

Je m'assis en tailleur sur le lit et jetai un œil sur la carte de la Slide qui s'était agrandie suite aux manipulations de Dante dans l'après-midi. Nom d'un démon de bordel de merde ! Nous étions vraiment loin de tout ! Les villes ou villages les plus proches étaient à au moins quarante bornes !
— Tu cherches un moyen de t'évader ? me questionna Dante.

Je ne répondis pas à sa question. J'ignorais s'il s'agissait d'une pique ou pas, mais je m'attardais sur une fonctionnalité qui permettait de voir les niveaux inférieurs du complexe. Au – 4, juste au-dessus de l'étage des tortures, se situait une sortie souterraine qui remontait jusqu'à une colline deux kilomètres plus loin. Pas très utile avec le traceur qui indique notre position, mais savoir qu'on peut sortir par là, ça me prouve qu'on peut aussi y entrer. Espérer une aide extérieure était vain, je le savais, mais si Dante et toute sa clique avait pu mettre en place un mini réseau d'infiltration dans ce complexe avec les capacités de Simon alors, j'osais croire que d'autres réseaux avaient pu se former dans les autres camps – dont j'ignorais encore le nombre pour l'instant. Une serviette atterrit sur moi, me bouchant la vue et m'obligeant à faire face à mon colocataire :
— Je te parle au cas où tu ne l'aurais pas remarqué.

Je soupirai. Il avait l'air de mauvais poil. Le coup des informations données uniquement à Dayen le mettait à ce point sur les dents ?
— Si, si, j'ai remarqué. Désolé. Écoute, je n'ai aucune envie de me prendre la tête avec toi. Je suis désolé de vous avoir « imposé » cette coupure, mais tu comprendras plus tard pourquoi.
— Je préférerais savoir maintenant ! Ce serait plus simple.
— Oh, non ! Crois-moi ! Loin de là. Tu n'as vraiment pas besoin de quelque chose du genre en ce moment. Fais nous confiance. Je sais que tu aimes tout gérer, mais...
— Mais ? Tu te rends bien compte que c'est quand même compliqué ce que tu me demandes !

Bordel ! Dayen ne pouvait pas le raisonner un peu ? Je levai les yeux au ciel et me mis debout, les bras croisés.
— Oui, j'entends bien que ça fait du mal à ton ego de mâle alpha qui veut tout contrôler, mais c'est comme ça ! Comme je te l'ai dit, tu comprendras plus tard pourquoi. En revanche, je peux te garantir une chose et lorsque l'intégration sera finie et que Kaya reprendra les rênes, je m'assurerai que ce soit le cas de son côté aussi, en dehors de cette information précisément, je m'engage à te dire tout ce que je sais si tu veux.
— Comme ?
— Comme j'en sais rien moi ! J'ai l'impression que tu es déjà au courant de tellement de choses que le peu que j'aurais à t'offrir, tu le sais déjà...
— Sauf pour ce truc.
— Sauf pour ce truc, oui, pestai-je. Et alors ? J'y peux quelque chose si t'a des yeux et des oreilles presque partout ? Non ? Bon ! Écoute, je te promets de te donner la moindre info qui me tombe entre les mains à partir de maintenant. De t'informer sur l'intégration, l'état de Kaya, ce que tu veux, je m'en fous. Juste lâche prise sur ce truc. S'il te plaît ! Tu es en train de créer une montagne sur quelque chose que tu ne peux de toute manière pas gérer. Ni Dayen, ni moi ne pouvons gérer quoi que ce soit à ce sujet. Seul Fritchl peut faire quelque chose et encore... Et pas la peine d'aller le questionner ! Il a été bien précis sur la question. Je n'aurais déjà pas dû en parler à Dayen. Seulement...
— Seulement quoi ?
— Seulement j'ai parlé trop vite et vous veniez enfin de faire un pas vers moi ! Je ne pouvais pas ne pas en parler au moins à ton alter, voilà tout. Demande-lui, tu verras ! Même si je suis sûre qu'il a déjà dû te l'expliquer, mais comme tu es têtu comme une mule, forcément, tu t'obstines ! Pour le coup, je comprends pourquoi Dayen disait que nous étions faits du même bois à ce sujet. Tu ne lâches rien, comme moi quand je voulais les codes. La différence entre nous, c'est que ton alter est au courant, quand ni Kaya, ni moi, n'étions au courant pour tout ce dont Dayen m'a informé tout à l'heure.

Il passa rageusement la main dans ses cheveux, se gratta la nuque puis se dirigea vers le placard pour aller chercher de quoi dormir sur le sol. C'est vrai que c'était son tour cette nuit... Que tout ça me paraissait absurde. Si nous devions faire équipe, ni lui, ni moi ne devrions dormir sur le sol. Non ! C'était décidé, ce soir, il dormirait dans le lit, lui aussi !
— Arrête ça, lui demandai-je.
— Arrêter quoi ?
— De faire ton lit par terre, là ! C'est complètement con ! Dors dans le lit.
— Quoi ? Non ! C'est ton soir, trancha-t-il.
— Mais je m'en fous que ce soit mon soir ou le tien. Je veux juste qu'on arrête ce cinéma. Dors dans le lit avec moi. Le lit est largement assez grand pour nous deux.

Il grimaça avant de reprendre :
— Je préfère dormir par terre.
— Quoi ? Tu as peur que je te saute dessus pendant la nuit ? Même si je le faisais, je ne fais pas le poids contre toi. Pour l'instant en tout cas. Et franchement, t'es peut-être mon type, mais Kaya à déjà quelqu'un dans sa vie. Elle est mariée ! Abruti !
— …
— Allez, sérieux ! C'est n'importe quoi, tu le sais aussi bien que moi. On n'a qu'à mettre le traversin au milieu si ça peut te rassurer, continuai-je.
— Tu lâchera pas l'affaire, hein ?
— Effectivement. Si tu t'obstines à vouloir dormir par terre, je te préviens, je déferais ton pseudo lit à chaque fois. Dans le pire des cas, nous allons passer une nuit blanche parce que franchement, c'est n'importe quoi ! Et vu la journée de demain, franchement, ça me ferait chier !
— Je ne suis pas sûr que Kaya soit de cet avis quand elle reviendra.
— Et pourquoi ?
— Parce qu'elle a quelqu'un ! Tu l'as dit toi-même. Je pense qu'elle a tout sauf envie de partager son lit avec un inconnu !
— Elle est mariée, oui. Mais, non, tu n'es pas inconnu. Tu ne l'es plus. Et très sincèrement, je pense qu'elle serait de mon avis. Maintenant, je peux me tromper. Au pire, t'y perds quoi ? Tu retrouveras le confort de ta moquette préféré et puis voilà.

Ma dernière remarque vint lui extirper un sourire. Adieu la grimace. Ah putain qu'il était dur à dérider ce con !
— T'es vraiment chiante, tu le sais ça ?
— Oui, je sais et je m'en fous totalement ! répondis-je tout sourire.
— Bon, dans ce cas, je prends le côté gauche.
— Ah, tu poses déjà tes conditions ? Prends le côté que tu veux, je m'en fiche, tant que j'ai accès au confort de ce matelas, ça m'est bien égal.

Il remit les affaires dans le placard avant de s'asseoir du côté qu'il venait de choisir. Il pianota quelques instants sur sa montre avant de se résigner.
— Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?
— Rien, je vérifiai juste qu'ils n'utilisaient plus le réseau dont je t'ai parlé.
— Simon et les autres ?
— Oui. Ils ont tendance à suivre ce que je dis, mais parfois, ils n'en font qu'à leur tête.
— Peut-être, mais ils ne sont pas débiles au point de retourner sur un réseau qui les mettrait en danger. Tu devrais sérieusement penser à lâcher un peu plus prise hein.
— …

Il se pinça l'arête du nez avant de s'allonger.
— Tu as sans doute raison. Mais tu avoueras qu'avec quelqu'un comme toi, c'est plutôt dur de lâcher prise.

Je ris à sa dernière remarque sans pour autant répondre. Je pris place à côté de lui, tout en prenant soin de bien mettre le traversin entre nous afin de lui montrer que j'étais tout à fait sérieuse et que je tiendrai parole. Même si l'envie me prenait, je ne ferais rien par respect pour Kaya. J'étais née pour elle. Pour la protégée. Pas pour faire des galipettes avec quelqu'un. Aussi attirant fut-il. Je commençais à m'allonger quand Dante se racla la gorge :
— Elle est mariée, tu dis ? Je crois que c'est la première personne à l'être ici.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
dodoreve
Posté le 21/07/2021
Je suis complètement d'accord avec Modeste Contesse, le duo Kali/Dante devient cool ! C'est bien de voir qu'effectivement ça progresse niveau dialogue et mise en confiance. Est-ce qu'ils finiront par s'entraider pour chercher à terme à s'évader ? J'espère !
Sklaërenn
Posté le 21/07/2021
Oui, ça prend un tournant que je n'avais pas prévu ^^" À voir par la suite du coup entre ce que je voulais faire de base et ce qui se fera par la suite, mais j'aime bien me faire surprendre par mes propres persos x)

Pour l'entraide, au stade où ils en sont, c'est mieux, mais pour le reste, à voir ;)
ModesteContesse
Posté le 20/07/2021
Coucou :D

Un chapitre plutôt tranquille et amusant ! J'aime beaucoup Kali/Dante, encore plus que Kali/Dayen, qui sont un peu trop proches niveau personnalité ! Kaya et Dante ils ne sont pas opposés mais quand même assez différents donc ça rend leur relation surprenante et amusante x)
Ils ont fait un premier pas l'un vers l'autre niveau confiance et ça fait du bien de voir Dante se détendre un peu, même si c'est minime !

Je m'en vais lire la suite, à toute ;)
Sklaërenn
Posté le 20/07/2021
Coucou :D

Et encore niveau relation Kaya / Dante, je m'amuse pas mal depuis que Kaya est de retour. Sur un autre plan, mais ça m'amuse x)

J'avoue, même moi, j'étais en mode: bon mec, pisse un coup et détends toi quoi, mince ! (pour être polie :D ) Il va y en avoir d'autres des petits moments comme ça ;)
Vous lisez