Chapitre 3 : Une histoire de runes

Les rues étaient de moins fréquentées, alors que les trois amis suivaient Ankinée vers sa demeure. Suivaient-ils le cours du récit du roman de Pankraz ? Kyan n'en avait aucune idée. Ses connaissances étaient aussi obscures que la ville si elle avait été sans lumière, et il ne se souvenait pas de ce passage dans ses lectures. Étaient-ils en train de changer le cours de l'histoire ? A moins qu'ils vivaient un événement qui se déroulait avant le début de la série ? Il n'y comprenait plus rien. Il consulta Zoya et Céleste du regard, mais aucun d'eux ne le regardait. Tout d'abord, il était techniquement impossible de plonger dans un livre, cependant c'était bien ce qui leur arrivait. Deuxièmement, rien ne semblait montrer si cela était un rêve ou la réalité. Et s'il était en train de rêver ? Devait-il se fier à sa vue, son odorat ? Il se sentait fatigué, et avait quelque peu du mal à faire la part des choses. Peut-être devait-il simplement suivre le cours de ce songe.

—C'est par là, indiqua Ankinée.

Elle désigna du menton une petite maison, bordée d'un petit jardin. Des fleurs, mais aussi quelques fruits et légumes étaient plantés dans l'herbe du jardin. Ils avançaient vers la porte d'entrée, tandis que la native poursuivait :

—Vous allez faire la connaissance de ma professeure. N'ayez crainte, elle vous accueillera à bras ouverts.

Sa professeure, Kyan n'avait pas entendu parler d'elle. Peut-être était-elle brièvement citée dans le premier tome ? Il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus longtemps : Ankinée frappait déjà à la porte, le sourire aux lèvres. Il entendit ensuite une voix à travers la porte, puis le bruit de pas se rapprochant de celle-ci.
La porte s'ouvrit sur une femme dont l'âge se rapprochait de la trentaine. Ses cheveux de jais tombaient sur ses épaules, et ses yeux comme ses lèvres étaient souriantes. Ses sourcils se haussèrent de surprise quand elle les aperçut derrière Ankinée.

—Nous avons des invités, ce soir ? Demanda-t-elle.
—Ayse, répondit l'apprentie en inclinant légèrement la tête. Ces trois étrangers m'ont aidé aujourd'hui. Laissons-les donc passer la nuit ici.
— Ils t'ont aidé ? Oui, oui, entrez donc ! Vous n'allez pas passer la nuit dehors !

La dénommée Ayse les considéra du regard, puis ouvrit grand la porte, leur faisant signe d'entrer. A l'intérieur, la maison était aussi cosie que le jardin : tout était rangé proprement. Sur le sol, il y avait un grand tapis et dessus se trouvaient des coussins, autour d'une table. La table était basse mais large, en bois. Ayse leur fit signe de s'asseoir, le visage souriant.
Kyan se laissa tomber sur l'un des coussins en s'étirant. Il ressentait de plus en plus la fatigue, mais il avait aussi des courbatures après avoir courru si soudainement. Son corps était en train d'en subir les conséquences. Une fois que les trois amis furent assis, Ayse se pressa de leur poser des questions :

—Mais alors, comment vous appelez-vous ? D'où venez-vous ? Non, ne me dites pas tout de suite : vous êtes des étrangers ? Vous ! (Elle désigna Céleste). Vous avez la peau foncée, c'est rare dans notre royaume. Vous êtes des étrangers !

Au mot étranger, la jeune femme avait les yeux illuminés. Kyan se souvint que cela avait aussi été le cas pour Ankinée à leur rencontre. Il haussa les sourcils. Pendant ce temps, Zoya les présenta successivement, répondant qu'ils étaient des étrangers tout juste arrivés. Au bout de cela, la langue du jeune garçon le brûlait, et il ne put s'empêcher de poser la question :

—Pourquoi appréciez-vous tant les étrangers ? Questionna Kyan.
—Cela est lié à l'histoire de notre royaume, répondit Ankinée avec le sourire. Si on en croit son histoire, nous sommes tous des enfants d'exilés de royaumes lointains et étrangers. C'est grâce à leur volonté, leur union et leur travail que Aradæïa est une terre aussi riche et ouverte.
—Nous reprenons les idées de nos ancêtres : c'est une terre d'asile ! Ajouta Ayse.

Une terre d'asile ? Kyan ne se souvenait pas de ce détail dans les romans d'origine. Il se vantait pourtant être un grand fan des chroniques d'Aradæïa, de les avoir lu et relu jusqu'au dernier en date. Mais alors, pourquoi tout semblait à la fois similaire et différent ? Pourquoi n'avait-il pas toutes les informations en main ? Il ne put pas prolonger plus longtemps ses questionnements : Ayse s'adressait à eux :

— Vous devez avoir faim ! Je vais vous servir le dîner.
— Je viens t'aider, lança Ankinée en se dressant debout, suivant son mentor vers ce qui devait être une cuisine.

Le calme revint brièvement dans la pièce. Kyan consulta du regard ses deux amis. Zoya le rassura d'un signe de tête, tandis que Céleste souriait. Leurs regards trahissaient cependant leur véritables sentiments, et il perçut dans les yeux de ses amis cette confusion qu'il partageait aussi. Comment etaient-ils arrivés ici ? Comment rentrer chez eux ? Était-ce un rêve ou une réalité ? Tout avait l'air tellement réel que le songe lui semblait impossible. Quand Ankinée et Ayse revinrent, leurs bras étaient chargés de deux plateaux. Dessus, trois assiettes contenant le même plat, qu'elles déposèrent devant eux, sur la table. Ankinée fit demi tour pour revenir avec sa propre assiette, et elle s'installa pour commencer son repas.

Kyan observa le plat quelques instants : cela semblait être une soupe de légumes, et ressemblait à ce qui se cuisinait sur terre. Il avala une première cuilléré, et lorsqu'il fut sûr que le goût lui plaisait il s’empressa de vider son assiette. Le repas se déroula silencieusement, bien que la curiosité de Ayse était perceptible pour tout le monde. Le jeune garçon se demandait quelle était sa fascination pour eux, d'où provenait-elle ? Il devait y avoir autre chose que la raison des origines des aradæiens. Lorsqu'ils eurent fini de manger, Ankinée ramassa la vaisselle et les plateaux pour les débarrasser. Il la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans la cuisine. Soudain, il fut coupé de sa rêverie en entendant Ayse s'écrier :

—Et si nous découvrions vos runes ! Ça vous dit ?

Il haussa les épaules tant il fut surpris par cette proposition. Eux, avoir une rune attribuée, si vite ? Il s'agissait pourtant d'un élément important dans leur religion, et l’adolescent pensait cela inaccessible pour des étrangers.

—Je dois d'abord vous expliquer ce que c'est. Dans notre royaume, nous croyons aux trois déesses qui nous guident et nous protègent tout au long de notre vie. Pour cela, à notre naissance chacun de nous a une rune de naissance. Elle nous permet de savoir quel pouvoir nous avons et quelle est la ligne de notre destin.

Ayse parlait de plus en plus vite, elle paraissait bien plus excitée qu'eux-mêmes. Kyan voulait connaître sa rune, c’était un rêve qu'il cultivait depuis qu’il avait découvert ces romans. Maintenant que cela était réel, il allait pouvoir le savoir. Il se pencha vers la femme :

—Et comment on le sait ?
—Pour ça, attends, je vais te montrer.

Elle était tellement concentrée sur son idée qu'elle n'avait pas remarqué qu'elle était passée du vouvoiement au tutoiement. Il la regarda s'éloigner vers ce qui devait être sa chambre, alors que de son côté Ankinée revenait de la cuisine.

—Où est Ayse ? Demanda-t-elle.
—Elle a parlé de runes, puis elle est partie par là, répondit Céleste en montrant brièvement du menton la porte derrière laquelle elle se trouvait.
—Je vois. Vous allez passer un très bon moment !

On pouvait entendre Ayse se débattre dans sa chambre - Kyan imagina qu'elle devait être dans un beau désordre - durant une longue minute, puis elle revint, une pierre blanchâtre et lisse dans sa main. Elle la leva pour leur montrer :

—Voici une pierre Wird. C’est avec ça que l'on va voir quelles sont vos runes !

Elle reprit sa place assise, puis posa la pierre au centre de la table.

—Je vous explique : on pose sa main sur la pierre, puis on se concentre pour faire circuler son énergie vers la pierre. Ensuite, un symbole apparaîtra sur la pierre. C'est votre rune !

Comme tous trois hésitaient face à la pierre, elle insista :

—Allons ! Un par un, mettez une main dessus.

Zoya fut la première à tendre la main, au bout de quelques secondes d'hésitation. Elle posa la main sur la pierre.

—Maintenant, dit Ayse, concentre toi sur la pierre pour y transmettre ton énergie.

La blonde hocha la tête puis ferma les yeux. Sa main se crispa sur la pierre, et Kyan observait la scène avec une ferveur qu'il tentait de cacher, trop heureux de voir qu’une telle chose leur arrivait. Sous la main de Zoya, dans les parties que l'on voyait encore de la pierre, un symbole noir se traçait dessus. La jeune fille ouvrit les yeux et ôta sa main, puis se pencha pour en voir le symbole. Ayse l'avait déjà reconnu :

—Gebo, une rune de l'élément Air.
—Qu'est-ce que cela signifie ? Demanda Zoya.
—L’élément Air symbolise la liberté et la créativité, expliqua Ankinée. Les natifs de cette rune sont d'une grande sensibilité.

Zoya observa la rune dessinée sur la pierre, qui disparaissait petit à petit, s’évaporant pour laisser la pierre redevenir blanche et sans marque.

—Bien, dit Ayse. À qui le tour ?

Céleste et Kyan se dévisagèrent quelques instants. Sentant la gêne monter, il aurait presque montré son camarade du doigt s'il n'avait pas été embarrassé par la présence de Ayse et Ankinée. Kyan n'aimait pas quand l’attention était sur lui, il en rougissait presque. Finalement, son meilleur ami hocha la tête :

—Je veux bien essayer.

Céleste posa la main sur la pierre. Comparée à celle de Zoya, la sienne était tellement grande que l'on ne voyait plus la pierre. S'il l’avait désiré, il aurait pu la serrer fort dans sa main et la briser. Au lieu de ça, comme Zoya il ferma les yeux, puis inspira. On attendit une longue minute, puis Céleste leva la main de la pierre. Sur cette dernière était inscrit un autre symbole.

—Dagaz, dit Ankinée. Une rune de l’élément Feu.
— Les natifs de cette rune sont sereins, et ont une grande détermination. La sérénité n’est pas courante dans l’élément Feu.
—Comment se fait-il que vous en sachiez autant sur les runes ? Demanda Kyan, surpris.
—L'un des travails que je mène, expliqua Ayse, est de révéler la rune de chaque individu. Des parents viennent me voir avec leurs enfants, afin que je puisse leur dire quelle est leur rune de naissance. Je suis tellement habituée qu’à force de le faire, je connais chaque rune et sa signification.
—Combien de runes il y a ? Questionna Céleste.
— Il y en a vingt quatre, et une autre, la rune des Déesses. Elles sont réparties sur les six éléments, la Terre, l’Air, le Feu, l'Eau, la Lumière et les Ténèbres.

Il y eut quelques secondes de silences, puis Ayse désigna à Kyan la pierre Wird.

—À ton tour.

Kyan inspira, puis posa la main sur la pierre blanche. Elle était lisse, douce, et alors qu'il la pensait froide, elle était en vérité chaude. Il sentait une énergie en émanait. Il se concentra dessus comme le lui demandait Ayse, fixant la pierre sous sa main. Lorsqu'il enleva sa main, un symbole était inscrit dessus.
—Hagalaz, dit Ankinée. C'est une rune de l'élément Eau.
—Et que signifie-t-elle ? S'empressa-t-il de demander aussitôt.
— Elle symbolise le destin et l'inconscient. Les natifs de Hagalaz sont des rêveurs. Ils sont sentimentales.

Il croisa à ce moment là le regard de Ankinée, et se sentit rougir. Il retourna le regard, portant un soudain intérêt pour le sol. Il avait eu l'impression que sa rune avait porté la curiosité de la jeune fille, mais cela etait-il réel ou s'imaginait-il qu'elle s’intéressait à lui ? C’était idiot. Elle n'avait pas que ça a faire. Il chassa cette idée de sa tête. Pendant ce temps, Ayse s’était relevée.

—Allons nous reposer, il se fait tard. Nous n'avons qu'une seule chambre de libre. Les garçons, vous dormirez ensemble. Toi, jeune fille, tu passes la nuit avec Ankinée.

Quelques minutes plus tard, chacun avait regagné sa chambre. Kyan et Céleste qui tenaient à peine debout s'assoupirent rapidement dans leurs lits.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Notsil
Posté le 25/08/2020
Coucou ! J'aime beaucoup qu'ils s'interrogent sur leur place en ce monde et leur futur. L'excitation est-elle déjà retombée ? ^^
En tout cas pour le moment ils sont plutôt chanceux côté accueil, bon si le côté "on aime les étrangers" est là ça peut expliquer.
C'est marrant parce que du coup on leur pose beaucoup de questions et ils n'ont pas le temps de répondre ^^

Je me demande si le regard sur eux changera quand on saura comment ils sont là :p

J'ai cru un instant que le dernier allait être "l'élu" de la rune de la déesse, une fois que tu l'as eu mentionnée, mais non ^^

Curieuse de connaitre la suite, je pressens qu'après cette courte période de tranquillité, les ennuis vont commencer ^^
Troian.Leroy
Posté le 23/08/2020
Alors pour ce chapitre je suis plus mitigée.
L'univers me semble complexe et très vaste et il mérite vraiment que tu t'attardes davantage dessus. J'ai un peu de mal à me plonger dans les scènes à cause du manque de descriptions aussi.

Ensuite, le gros défaut de ce chapitre est la facilité scénaristique. Trop rapidement, les protagonistes rencontrent des personnes de confiance et ont un toit sur la tête. Ils ne se méfient pas ? Ils n'ont pas peur ? Je sais qu'ils connaissent les personnages grâce aux livres, mais eux-même disent que c'est différent du livre qu'ils connaissent. Pourquoi Ankinée et Ayse ne seraient pas différentes aussi ? Ils ne se posent pas de questions à ce sujet ?
Et les autres ne se méfient pas d'eux ? Pourquoi Ayse les accueillent-elles aussi facilement chez elle ?

Après, les personnages sont hyper attachants et le principe des runes est super originale, et ça me donne vraiment envie de lire la suite. Mais l'absence de peur/méfiance me donne l'impression que ça manque de réalisme et c'est dommage.

Par contre il y a beaucoup moins de répétitions et c'est vraiment beaucoup mieux de ce côté là ! Et du reste tu écris bien et ça se lit très facilement alors c'est un gros plus dans ton histoire.

Voilà pour ce chapitre là
Hugo Melmoth
Posté le 13/08/2020
Excuse-moi si j'ai pris du temps avant de lire ce chapitre.
Ce dernier est très bien écrit et j'ai hâte de savoir ce qui va se passer pour la suite. Ankinée est un personnage que je trouve plutôt attachant !
J'attends la suite avec impatience !
Encre de Calame
Posté le 14/08/2020
Merci beaucoup pour tes retours (désolée de ne pas avoir répondu à celui du chapitre 1, mais j'ai bien pris en compte ton avis) !

J'espère que la suite te plaira ! :)
Vous lisez