Chapitre 3 : Le passage

Par Cherry
Notes de l’auteur : Je ne suis pas trop satisfaite de ce chapitre car je ne l'ai pas assez retravaillé, mais n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Un collier de diamants reposait dans un écrin doublé de velours.

May Gocy accepta le cadeau et le referma. Puis pour la première fois depuis une éternité, la jeune fille bredouilla des remerciements confus.   

Pour l'accueillir dans le clan Lo, ses beaux-parents avaient déboursé pas loin de cinq millions de tyanns. Et maintenant, voilà qu'ils jetaient en l'air la même somme pour une rivière de diamants. La richesse des Lo talonnait celle des Zaj. 

Mais surtout, ce cadeau signifiait autre chose : fabrique les plus beaux enfants du pays. May Gocy avait compris le message. Elle serra l'écrin contre son cœur en guise de réponse.

–          Ne t'en fais pas, mon fils est adorable et il saura te rendre heureuse, affirma sa future belle-mère.

–          Je le savais déjà, dit May Gocy.

Elle aurait dû être heureuse et sauter de joie mais curieusement, elle ne ressentait rien qu'un vide. Un vide étonnant. Pourtant, quelques mois plus tôt lorsqu’on lui avait annoncé son engagement avec Kai, elle avait été si heureuse et excitée qu’elle n’avait pas réussi à trouver le sommeil. Désormais, c’était tout autre chose qu’elle ressentait.

–          Ma petite May, tu grandis trop vite. Hier encore je te tenais dans mes bras, soupira le roi en posant une main flétrie sur la sienne. Ne nous oublie pas quand tu quitteras la Cité Fleurie.

–          Je sais, grand-père, je reviendrais vous voir souvent.

Elle n'était même pas sûre de la véracité de ses propos. En fait, elle n’était sûre de rien. Elle retira sa main de l'étreinte de son grand-père.

May Gocy, ses futurs beaux-parents et le roi étaient à l'écart dans une petite pièce attenant au salon de Jade. Elle était la définition même de la sobriété, reflétant la personnalité du roi. Pas de froufrous inutiles, pas de meubles en bois précieux, juste quelques fauteuils tapissés de cuir, une lampe au plafond et un vieux miroir. Les rayons du soleil s'infiltraient à travers les persiennes, zébrant la pièce de lumière et tiédissant l'ambiance.   

Le salon de Jade était rempli de monde, pourtant May Gocy ne percevait pas un bruit. Elle était trop occupée à serrer l'écrin contre elle et à s’étudier dans le miroir. D’ailleurs, celui-ci n’était pas très propre. Il était même mal accroché au mur. May Gocy se jura de punir les eunuques pour ce manque absolu de professionnalisme. 

–          Ne vous en faites pas, notre province est un véritable coin de paradis. Votre petite-fille ne s’ennuiera pas le moins du monde, Votre Majesté, poursuivit le chef du clan Lo. Nos jardins sont réputés pour leur diversité et leur esthétique. Je suis certain que vous vous y plairez...

Les portes se déployèrent dans un claquement retentissant et tous les regards convergèrent vers la même direction, comme une seule personne.

Le frère cadet du roi se tenait sur le seuil, affolé et débordant de joie en même temps. Aussitôt, May Gocy entendit tout le bruit que produisaient les invités. Elle perçut des cris, des rires, de la musique, des bruits de pas, des flashs d'appareils photos, des discussions enjouées. Ce fut comme une gifle qui l’obligea à se redresser et à afficher un sourire automatique.

–          Qu'y a-t-il qui puisse te mettre dans cet état ? s'enquit le roi d'un air soucieux.

–          Un miracle s'est produit aujourd'hui même, sous les yeux de centaines de témoins ! Ma petite-fille Pa Di a des griffes de dragon ! Des vraies !

May Gocy lâcha l'écrin, abasourdie. Elle ne se donnait même plus la peine de sourire. Sa future belle-mère plaqua une main baguée sur sa bouche tandis que son mari s'était figé, tel une statue. Le roi se laissa tomber sur le fauteuil. Lentement, très lentement, il posa ses avant-bras sur les accoudoirs beaucoup trop grands pour lui. On aurait dit que ses forces le quittaient petit à petit. 

–          Un nouveau dragon... un nouveau dragon... répéta le roi sans conviction. Des années que je l'attendais... Qu'on me l’amène tout de suite.

Son frère ne se le fit pas répéter deux fois et courut chercher Pa Di.

D'un geste de la main, le roi pria ses invités de quitter le salon. Tressaillante, May Gocy se pencha et ramassa l'écrin. D’un coup d’œil, elle vit ses futurs beaux-parents pâlir. Ils devaient regretter à présent. Ils avaient conclu la mauvaise alliance. Maintenant, Pa Di devait être la princesse la plus demandée du pays. En une seconde, elle avait volé la vedette à sa cousine qui avait longtemps été en tête de liste. Loin d’être énervée, May Gocy ne put s’empêcher de sourire. Pour une fois qu’elle n’était pas sous le feux des projecteurs… Elle entendit alors une vague de murmures des invités et se retourna.

Pa Di était méconnaissable. De longues griffes faisaient office d'ongles. Des écailles vertes comme les végétaux laquaient ses mains et ses avant-bras. Deux petites cornes ivoiriennes fendaient un torrent de cheveux noirs. Mais surtout, les yeux de Pa Di exprimaient la stupéfaction totale. Elle était complètement sous le choc et déboussolée. Derrière elle, des gens se pressaient pour la toucher et obtenir des bénédictions tandis que quelques mètres plus loin, ses parents, flattés et réjouis de toute cette attention, examinaient déjà les demandes en mariage qui affluaient.

Avec son épaule, Pa Di arrangea maladroitement ses lunettes sur son nez. Au vu de la situation, elle ne pouvait pas compter sur ses mains.

–          Sortez tous, ordonna le roi d'un ton bourru. Pa Di, reste ici. Nous devons discuter sérieusement.

May Gocy s'en alla en jetant un dernier regard par-dessus son épaule, mais elle ne vit que les portes se refermer. 

 

–          Pa Di, comment as-tu fait ?

Pa Di voulut se tordre les doigts comme elle le faisait à chaque fois que la situation la stressait ou l’effrayait, mais ses griffes se coincèrent et produisirent un grincement désagréable.

Elle n'avait que très rarement adressé la parole au roi. Intimidée, elle loucha sur ses souliers. 

–          Je ne sais pas. J'ai juste ressenti quelque chose d'électrisant dans tout mon corps.

–          Comment cela s'est-il produit ? insista le roi en se levant du sofa.  

–          Je... me suis énervée.

–          Et ton cœur s'est mis à vibrer ?

 Pa Di releva la tête. Avait-il lu dans ses pensées ?

 Le roi marcha jusqu'à la fenêtre et actionna le levier qui débloqua les persiennes. Aussitôt, la lumière du soleil baigna la pièce d'une chaleur douce.

–          Autrefois, les Zaj pouvaient tous se métamorphoser en dragon, et puis il y a deux cents ans, cette faculté a soudainement disparu. Nul ne sait pourquoi ni comment, mais il est devenu impossible de devenir un dragon. Ceux qui parviennent à transformer ne serait-ce que leurs mains sont érigés en dieux. Il en est de même pour les autres clans. Ils n'arrivent pas non plus à se changer en leur animal. Les shamans ont utilisé tout leur savoir et toute leur magie pour y remédier, mais même maintenant cela reste un mystère complet. D'après le conte de la création du monde, notre clan avait un lien spécial avec le Ying Cheng. Ils pouvaient communiquer avec Zaj Lau, le plus puissant des dragons de l'au-delà. Il y avait entre eux une sorte de chaîne qui les reliait et leur permettait de dialoguer. Cette chaîne, vois-tu, s'est rompue vers la même période où les métamorphoses ont cessé. J'ai essayé de toutes mes forces de rétablir cette connexion – sans succès.

–          Communiquer avec un dragon de l'autre monde ? s'écria Pa Di. Je croyais que ce n'était que des légendes. 

–          Il y a toujours une part de vrai dans les légendes, tout comme il y a une part de faux. Toi et moi sommes actuellement les deux seuls dragons connus du clan. Nous devons tout faire pour que d'autres puissent y parvenir.

–          Votre majesté, je ne pense pas pouvoir vous être d'une utilité quelconque. Je ne sais même pas comment redevenir normale. Je ne maîtrise pas cette… chose.

Le roi se tourna vers Pa Di, dos au soleil. Elle découvrit pour la première fois les griffes du roi. Longues et aiguisées comme des couteaux. Des écailles rose saumon prolongeaient la métamorphose jusqu'aux avant-bras mais n'allaient pas plus loin.

–          Tu n'as qu'à le demander. Cela se fera naturellement.

Pa Di n'y avait même pas songé tellement la solution était simple. Elle avait naïvement cru qu'elle devait conclure une sorte de pacte avec son sang – ou quelque chose d’épouvantable. Elle exécuta le conseil du roi et constata avec merveille que ses doigts tachés de peinture avaient repris leur place habituelle. Avec sa main, elle tâta sa tête à la recherche des cornes. Disparues.

–          Tu as l'air bien heureuse d'être redevenue normale, s’aperçut le roi en souriant. Mes fils seraient prêts à tout pour devenir comme toi. Espérons qu'un jour, tu parviennes à te transformer en dragon totalement. Tu pourrais alors voler dans le ciel comme un oiseau.

–          Impossible, je n'y arriverai pas.

–          Pa Di, tu as réussi à faire apparaître des cornes. Moi-même je n'ai jamais réussi à le faire. Dorénavant, les gens te glorifieront et célébreront ta vie dans le monde entier. Les propositions de mariage vont inonder la Cité Fleurie... Prépare-toi à devoir sortir plus souvent de ta chambre.

C'était encore pire que ce que Pa Di avait pu imaginer. Sa vie échappait à son propre contrôle. Elle lui glissait entre les mains comme de la fumée. Elle eût soudain envie de pleurer mais se retint en présence du roi.

Elle tâcha de s'accrocher à ses rêves avant de déclarer avec aplomb :

–          Je ne veux pas être un dragon. Je veux être peintre. Je veux peindre tous les jours.

–          Pa Di, ce rêve est improbable. Une bande de terroristes réclament nos têtes. Nous sommes affaiblis économiquement depuis la fin de la guerre contre la Chine. Nous devons nous montrer forts et jouer toutes les cartes que nous avons.

Pa Di reprit sa mauvaise manie et se pétrit nerveusement les mains. Son petit univers pacifique était brisé en mille morceaux. Impossible à récupérer. Fichu. C'était égoïste de sa part, mais le sort du pays tout entier lui importait peu. Voilà pourquoi elle ne serait jamais un exemple à suivre. 

Le roi posa ses mains fanées sur les frêles épaules de Pa Di. De près, elle put voir une cicatrice blanche reliant son sourcil gauche à son oreille. Elle ne l'avait jamais remarquée.

–          Je sais que je te demande l'impossible, mais je voudrais que tu sois générale en chef des armées. Ce serait un moyen formidable de galvaniser nos troupes. Nous perdons du terrain chaque jour face aux Serviteurs de l'Aube. Je ne peux compter que sur toi car aucun de mes fils et petits-fils n'ont réussi l'entraînement qui révélerait leur nature de dragon.

–          Et si vous appliquiez cet entraînement spécial sur vos filles et petites-filles aussi ? Vous auriez peut-être plus de résultats.

Pa Di se rendit compte trop tard de ses paroles. Elle bafouilla des excuses inintelligibles. Décidément, elle avait eu sa dose de témérité pour aujourd'hui. Son cœur faisait des bonds phénoménaux dans sa poitrine.

 Or, il n’y avait pas l’ombre de la moindre colère ou vexation sur le visage du souverain. Le roi éclata de rire. Pa Di eu l'occasion de découvrir qu'il lui manquait pas mal de dents.

–          C'est bien le caractère des dragons, ça. J'avais onze ans quand j'ai eu mes griffes. J'étais vénéré et idolâtré dans tout le pays et même au-delà des frontières. J'ai passé les vingt-sept années suivantes de ma vie dans l'armée et quand mon père est mort, j'ai naturellement pris sa place. Cependant, ce n'est qu'au cours de mon règne que je me suis rendu compte de mon importance. Je ne suis pas qu’un roi. J'incarne le rêve de tout un peuple qui a perdu ses racines. Je symbolise leur espoir. Je suis leur guide. Mon heure se rapproche subrepticement. Un jour, tu seras toute seule. Tu n'auras d'autre choix que de les mener, la tête haute et fière. Alors, acceptes-tu le chemin tortueux que j'ai moi-même emprunté des années plus tôt ?

Le roi n'était qu'un vieillard courbé sur lui-même, inquiet de ce que l'avenir lui réservait. Pa Di eut soudain pitié de lui. Pendant des décennies, il avait dû se sentir si seul et submergé par le poids de son statut. Personne ne pouvait le comprendre mieux qu’elle actuellement. Les yeux du souverain étaient assombris par un voile de tristesse et de tourment. Des rides minaient sa peau dépérie. Sa vie s’approchait de la fin et il passait le flambeau à Pa Di en espérant de toutes ses forces qu'elle accepterait.

Mais le chemin qu'il lui montrait n'était qu'une route de solitude, de peine et d'angoisse. Rien de très réjouissant.  

Pa Di entrouvrit ses lèvres pour répondre mais une violente détonation retentit et les fenêtres explosèrent. Malgré son âge, le roi la plaqua au sol pour la protéger des éclats. Un nuage de poussière s'était formé, empêchant Pa Di de respirer et de comprendre ce qui s'était passé.    

–          Votre Majesté, une attaque ennemie des Serviteurs de l'Aube ! cria un garde qui avait passé sa tête par la porte. Nous avons fait évacuer les invités vers les tunnels !

Pa Di sentit son cœur s'arrêter. Où était Gao-Jer ? Et ses parents ? Et Dame Kao ? Étaient-ils tous en sécurité ?

Elle comprit alors qu'ils devaient probablement tous être dans le collimateur des terroristes aussi. 

La journée ne pouvait pas être pire.

Le roi aida Pa Di à se relever. Son menton ayant amorti le choc, ses lunettes n’eurent aucune égratignure. Elle ressentit alors une douleur aigue au genou gauche qui la fit grimacer, comme si quelqu'un cognait au marteau sur son tibia. 

–          Pa Di, il y a de fortes chances pour qu'ils sachent que tu es le deuxième dragon, lui apprit le roi en la bousculant vers un miroir. Cache-toi immédiatement dans les tunnels souterrains et ne remonte pas à la surface jusqu'à ce qu'un garde vienne te chercher !

Le roi déplaça le miroir du mur, révélant une ouverture ronde comme un terrier de lapin. Pa Di entra sa tête dedans et fronça les sourcils. Il faisait si sombre qu'elle ne voyait rien. Ce n’était pas rassurant.

Lorsqu'elle se retourna, elle vit un cordon de gardes entrer dans la pièce pour entourer le roi. Ce dernier se dépêchait d'enfiler une armure et ses griffes avaient refaits surface au soleil. Une désagréable odeur de brûlé flottait dans les airs. Une odeur de chair brûlée. Pa Di en eut la nausée et s'accrocha au mur.  

–          Qu'attends-tu, Pa Di ? lui demanda le roi avec un sourire amer.

–          Vous... vous ne venez pas ?

–          Non.

Alors c'était ainsi que tout allait se finir ? La vie du roi, la liberté de Pa Di, la paix illusoire du royaume ?

–          Je ne partirai pas sans vous, insista Pa Di en s'agrippant au mur. Vous devez mener un autre combat. Pas ici ! Pas maintenant !

Au même instant on entendit des coups de feu depuis le salon de Jade, suivit d'une myriade de cris. La détermination de Pa Di se rouilla quelque peu mais son regard déterminé se posa sur le roi.

Celui-ci poussa un long soupir puis, au grand soulagement de Pa Di, il retrouva ses mains fanées et s'approcha d'elle. Il se pencha vers le tunnel mais au lieu d'entrer dedans il poussa Pa Di de toutes ses forces puis reboucha l'ouverture par le miroir.

Plongée dans l'obscurité, Pa Di tambourina contre le miroir. L'espace était suffisant pour qu'elle puisse tourner sur elle-même et se tenir debout. Ce passage n'avait pas dû être emprunté depuis des lustres car de la poussière et des toiles d'araignées recouvraient les murs. 

–          Pa Di, tu te trompes. Mon combat s'achève ici. Maintenant. Alors ne sois pas bête et avance, fit la voix enrouée du roi.

–          Ne me laissez pas toute seule, Votre Majesté ! Je ne veux pas être toute seule ! hurla Pa Di.

–          Tu rencontreras bientôt d'autres personnes dans la galerie, je te le promets.

–          Non, je veux dire... que je ne veux pas être le seul dragon. Je ne veux pas.

Pa Di entendit une nouvelle explosion qui fit trembler les murs. Son cœur battait si fort qu’elle en avait mal.

–          Va-t’en. Ils sont là.

L'ennemi était à quelques mètres d'elle. Si elle ne fuyait pas d'ici, elle ne donnait pas cher de sa peau. Pa Di ressentit une peur incontrôlable. La même peur qu’elle éprouvait dans ses cauchemars.

Alors, animée par son instinct, Pa Di tourna les talons et plongea dans les ténèbres.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Prudence
Posté le 11/04/2021
Chapitre très intéressant ^^

Finalement, j'aime beaucoup le fait de changer de point de vue, tu réussis à nous plonger dans l'histoire de chacun assez rapidement, et du coup, on n'est pas "frustré" de devoir quitté tel ou tel personnage pour un autre. (Le lecteur a souvent ses préférences, c'est pour ça que je trouve ça très dur de maintenir son intérêt en changeant de point de vue. J'ai toujours peur en tant qu'auteure qu'il fasse comme moi, c'est-à-dire qu'il saute des chapitres pour retrouver le personnage qu'il préfère. Mais là, je trouve que l'équilibre est trouvé, et j'aime beaucoup <3)

Je demande comment le mariage de May Gocy va se terminer et comment elle va réagir en apprenant qui est vraiment son mari xD

Quand Pa Di se transforme en dragon, je n'ai pas ressenti toute l'incrédulité et la joie que cela aurait dû entraîner d'après les dires du roi. Le roi lui-même, je trouve ne le montre pas assez. L'oncle devrait être complètement euphorique, devrait le crier sur tous les toits, non ? Je me demande d'ailleurs si ça ne rendrait pas le roi jaloux que ce soit la descendance de son frère qui réussisse à se transformer en dragon et pas plutôt la sienne. xD

" Mais surtout, les yeux de Pa Di exprimaient la stupéfaction totale. Elle était complètement sous le choc et déboussolée. " --> je trouve que la dernière phrase n'apporte rien de nouveau ("choc" et "déboussolée"). Tu soulignes déjà que sa stupéfaction est très grande avec le mot "totale".

"– Pa Di, comment as-tu fait ?" --> au début j'ai cru que c'était May qui lui posait la question en sortant x)

Aussi, j'ai remarqué une autre petite contradiction entre l'attitude du roi, qui éclate de rire, et la brusque description de son passé et de sa tristesse, de sa solitude. On ne le sent pas avant que tu nous le disent, et de ce fait, ça perd un peu de sa "crédibilité".

Ensuite, j'ai bien aimé ce retournement de situation, mais je n'ai pas ressenti la peur de Pa Di. Pas tout de suite en tout cas. Je la ressens lorsqu'elle dit au roi qu'elle ne veut pas être le seul dragon, j'ai vraiment trouvé ça touchant.

Bon, plein de mystère et de suspense à la fin de ce chapitre, et je me demande ce qu'il va advenir de TOUS les personnages, haha. Hâte de lire la suite (but no pressure, hein) ^^

Du coup, je repasserai par-ici en juin ou en juillet ^^
Prudence
Posté le 11/04/2021
*dises ^^' Ah j'ai fait des fautes partout xD
Je viens de lire le commentaire de Pouiny, et je le trouve très constructif. (je suis en train de me dire que tous les commentaires précédents soulèvent tous les points que je n'arrivais pas à cerner, haha)
Cherry
Posté le 11/04/2021
Prudence tu sais qu'en lisant ton commentaire je me suis demandée si ce n'était pas toi l'auteur de l'histoire ? T'as relevé tellement d'incohérences de ma part que je me suis dit "ah oui pas bête j'aurais dû y penser plus tôt"
Tu as mis le mot sur beaucoup de choses intelligentes et je ne l'avais même pas remarqué mdr

T'inquiètes pas pour les coquilles (le plus important c'est le fond !)
Tous vos commentaires me sont très précieux pour la réécriture x) mais faut d'abord que je finisse le premier jet

A bientôt sur Judy Blyton ! On se retrouvera dans ton monde cette fois XD
Cherry
Posté le 11/04/2021
Ah et quant au mariage de May je te laisse deviner comment ça se passera ^^ hâte de lire tes théories
Pouiny
Posté le 11/04/2021
Vu comment est Kai et vu comment la belle famille doit être déçue de sa dépense, le mariage sent très très mauvais. C'est dingue, comme même May, qui semblait jusque là assez fière de sa posture, ne ressent pas de jalousie face à sa cousine. ça m'a presque paru surréaliste ! La nouvelle est si brutale que même la meilleure des personnes serait touchée dans son égo

Le dialogue entre le roi et Pa Di est prenant, mais je trouve qu'il est peut-être un peu court. Ils ont a peine le temps de discuter qu'il y a déjà une attaque terroriste ! D'où est-ce qu'elle vient ? Comment ils ont pu l'organiser aussi vite ? Pourquoi il n'y a pas une armée entière pour défendre l'empereur qui représentait l'unique espoir de son pays ? Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire... Néanmoins, avant cette attaque, les doutes de Pa Di, la pression de son destin et cette destinée qu'elle partage avec le roi qui enfin trouve quelqu'un qui lui ressemble, c'était vraiment bien écrit et très sensoriel !
Cherry
Posté le 11/04/2021
Tu comprendras peut-être la réaction de May plus tard ?
Bien vu pour toutes les incohérences. Quand j'écris je ne m'en rends pas compte ^^ Je pense rallonger le discours du roi lors de la réécriture
Et l'attaque des terroristes était prévu depuis longtemps dans leur agenda :D ils sont très organisés
Tu comprends tout plus tard j'ai peur de te spoiler x)

Et merci encore pour ce commentaire chaleureux !!
Pouiny
Posté le 11/04/2021
Je n'en doute pas pour May, c'est également qu'on la connait encore très peu ! Je dis ça avec ma compréhension et les éléments que j'ai pour l'instant ^^ J'ai hâte de voir la suite !
Shangaï
Posté le 05/04/2021
Je ne sais pas pourquoi mais ce mariage ne me dit rien qui vaille...
J’aime la description de Pa Di en dragon. Je pense que tu pourrais même approfondir un peu !
L’explication du roi est prenante ! J’aime beaucoup ce côté mystique :)
Je ne suis pas sure que « vexation » de dise... Si ?
Je trouve l’attaque terroriste un peu trop rapide ... Ils attaque parce qu’elle s’est transformé en dragon ? Ou est-ce prévu ? D’après ce que dis le roi on dirait que c’est à cause de sa transformation en dragon et du coup je trouve cela un peu brutal... Une attaque terroriste ca se prépare. Après il ne s’agit que de mon avis :)

Bon je te trouve dur avec toi-même ! Je trouve ce chapitre très intéressant. Il y a quelques petites détails qui m’ont chiffonné mais rien d’horrible et j’ai pris beaucoup de plaisir durant ma lecture ! J’ai hâte de découvrir la suite...
Cherry
Posté le 05/04/2021
héhé je suis contente de l'effet produit sur toi !
Quant au mariage, je ne dis rien.
Vexation... j'y avais pas pensé mais sur le coup il me semblait que c'était normal. Je viens de vérifier et oui ça se dit effectivement ^^

L'attaque était préparée ne t'en fais pas, c'était même prévu dans leur agenda x) .

la publication reprendra en juin j'espère que ce ne sera pas trop long, alors à plus :) on se retrouve dans ton espace commentaire
Shangaï
Posté le 05/04/2021
Oh non aucun soucis, je pense que je garderai tout cela bien en tête ! J'ai en tout cas hâte d'être en juin :)
A bientôt !
ModesteContesse
Posté le 17/03/2021
Hello again ;)

Un chapitre court qui va très vite effectivement ^^ Au moins on ne s'ennuie pas une minute, c'est sûr ! On commence à apercevoir de la profondeur chez May Gocy (je me doutais qu'elle n'était pas si simple qu'elle en avait l'air) et c'est fort agréable ! J'ai hâte d'en apprendre plus sur ses pensées et sa vision des choses. Je la vois bien en femme lucide mais vivant secrètement dans le désespoir : consciente que pour avoir une belle vie, elle doit juste assurer les apparences en étant belle et désirable, mais qu'au fond c'est pas la vie qu'elle souhaite... Une vie stable et sécuritaire, la seule qu'elle puisse avoir pour sa condition, mais qu'elle déteste au plus profond d'elle. Son destin d'ailleurs me fait assez peur, j'ai l'impression qu'elle va avoir une vie horrible avec l'autre idiot à la tête quadrilatérale ! Mais bon, je verrai ça plus tard j'imagine ^^
J'ai beaucoup aimé le désespoir de Pa Di, pas d'être seule dans le tunnel, mais d'être seule à être un dragon (et j'avoue, cette situation doit être effrayante pour n'importe qui)! C'était vraiment déchirant de la voir forcée d'abandonner le roi, avec qui elle s'était découvert une soudaine complicité.

Sur la forme maintenant :
"Ne vous en faîtes pas" --> faites
"Des vrais !" --> vraies (les griffes)
"Dès années que je l'attendais..." --> des
"De longues griffes faisaient office d'ongles" --> lui faisaient office
"Il y a toujours une part de vraie dans les légendes" --> vrai
"ses doigts tâchés de peinture avaient repris leur place habituelle" --> tachés
"Elle ne l'avait jamais remarqué." --> remarquée (la cicatrice)
"submergé par le poids que lui incombait son statut" --> le statut qui lui incombait (incombait n'est pas utilisé dans le bon sens, il est synonyme d'appartenir ici – avec l'idée de poids effectivement) :)
"Rien de très réjouissant, en soi." --> le en soi est de trop ici à mon sens, mais ce n'est que mon avis ^^
"ses lunettes n’eurent aucune égratignures" --> égratignure
"comme si quelqu'un cognait au marteau son tibia" --> sur son tibia
"Tu rencontreras bientôt d'autre personnes" --> d'autres

"Alors, animée par son instinct, Pa Di tourna les talons." C'est purement subjectif ici mais je trouve le "tourna sur ses talons" très "timide" comme action téméraire et décisive de dernière minute pour s'échapper ^^ Enfin je sais pas, j'aurais plutôt vu une action plus abrupte, plus extrême comme "s'enfuit en courant" ou même "s'enfonça dans les ténèbres/le tunnel". Là on a l'impression qu'elle se retourne juste comme ça, lentement, sans grande conviction ^^ Mais ce n'est que mon ressenti bien sûr ;)

Voilà voilà ! Hâte de lire la suite en tout cas :)
Cherry
Posté le 17/03/2021
coucou !

Tu as remarqué tellement de choses, je m'empresse de corriger dès que possible. Mais sincèrement je te suis extrêmement reconnaissante pour toute ton aide ^^ Sérieux, c'est un plaisir d'avoir une bêta-lectrice comme toi. Tu as relevé tellement de trucs qui n'avaient pas tilté chez moi ! Je n'avais pas remarqué toutes ces erreurs ! J'ai beau relire mille fois, mes yeux ne voient plus aussi bien.

Je suis trop contente que vous appréciez May. Je voulais que son personnage soit profond. C'est un des personnages sur lequel j'ai le moins travaillé du coup j'avais peur pour elle... Mais tant mieux alors. Je lis tes prédictions en souriant comme une imbécile.

Quant à ce qu'il va arriver à May, tu verras cet été ;-) promis, ce sera à la hauteur de tes espérances.

A très bientôt !
ModesteContesse
Posté le 17/03/2021
Écoute c'est avec plaisir ;) Si je peux t'aider alors tant mieux ! Et ne t'en fais pas, nous auteurs, on se concentre plus souvent sur le fond que sur la forme alors c'est normal que les fautes nous échappent ;) Je me ferai un plaisir de continuer à t'aider là-dessus, et sur d'autres aspects si tu veux mon avis (même si je ne pense pas avoir toujours un ressenti pertinent ^^) !

Ah non, ne te moque pas de mes prédictions hasardeuses ahah x) J'ai hâte de voir ce qu'il va lui arriver alors !

P.S. pour Pa Di dans le chapitre précédent : oui je te conseillerais d'amener un peu plus progressivement sa colère ;)

À bientôt j'espère !
Cherry
Posté le 17/03/2021
J'espère ne pas te décevoir concernant la suite de leurs aventures :-)

Mais je recueille volontiers tout avis, qu'il soit pertinent ou non. C'est ça qui fait la richesse d'un texte
ModesteContesse
Posté le 17/03/2021
Écoute je te dirai ça quand je les lirai :P
Mais tu as raison, les échanges autour d'un texte sont souvent aussi enrichissants que le texte lui-même ;)
Natsunokaze
Posté le 15/03/2021
Re,

Perso, j'ai beaucoup aimé ce chapitre. C'est vrai qu'il se déroule beaucoup plus vite que les deux précédents mais en même temps, on est dans l'action avec l'attaque terroriste donc ce n'est pas étonnant que ça s’accélère dans la seconde moitié. Peut-être devrais-tu t'attarder un peu plus sur la conversation entre Pa Di et le roi, mais très franchement, tu peux aussi laisser ça comme ça sans que ça dérange le lecteur =)

Ah, ça m'a fait du bien de voir Pa Di éclipser ma perfection de May xD En une seconde, les futurs beau parents de May, qui ont dépensé une fortune pour elle, se sont dit "Et me*de ! On a pas parié sur le bon cheval !" mouhahahah ! Mais de ce que j'ai pu voir, ça ne semble pas déranger May plus que ça et ça m'étonne parce que, jusqu'à présent, je la voyais comme une jeune fille soucieuse d'être le centre d'attention, fière d'être la petite fille du roi et la fille du prince héritier. Et je pensais qu'elle prendrait ombrage de la soudaine transformation de Pa Di, presqu'elle en serait un peu jalouse. Mais même pas. Ca semble même l'amuser de songer que ses futurs beaux parents puissent regretter leur choix la concernant. Et je ne déteste pas ce côté-là d'elle, au contraire, ça me donne encore plus envie de la connaître.

La pauvre Pa Di, autant dire que son rêve de devenir peintre s'annonce perdu d'avance. En une seule transformation, la voilà catapulté au rand de demi-déesse, de symbole d'un peu tout entier, de général des armées xD Mais sérieusement ! Vous ne pouvez pas la mettre à la tête des armées juste à cause de ça, elle n'a aucune formation, la pauvre... Voilà le poids sur ses épaules ! Qu'ils en fassent un symbole, je peux comprendre mais pas la peine de se précipiter à ce point...

Je suis aussi contente d'en apprendre plus sur la transformation chez les autres clans. J'avais bien compris que les dragons avaient de plus en plus de mal à se transformer mais je me demandais si c'était aussi le cas des autres animaux et oui... c'est le cas. Je me demande pourquoi ils n'y parviennent plus. Est-ce parce que leur sang s'est affaibli ? Est-ce pour une autre raison ? Je suis très curieuse de le savoir. En attendant, c'est vrai que Pa Di offre une lueur d'espoir vu qu'elle est parvenue à se faire pousser des cornes, en plus de ses griffes ^^ Est-ce qu'un renouveau est sur le point d'arriver ? Affaire à suivre...

Et enfin, l'attaque terroriste ! Je savais qu'elle finirait pas arriver mais je ne l'attendais pas si tôt, ça m'a autant surprise que les personnages ! Et c'est violent, aussi ! Je pense que certains des invités n'y auront pas survécu et je m'inquiète pour Cheng, May et Gao-Jer. J'espère qu'ils auront réussi à s'échapper (je pense que c'est le cas, ce serait bête de les tuer maintenant mais bon... on est pas à l'abri d'une surprise x). Dans tous les cas, on sent que le roi va y passer et que Pa Di a toutes les raisons de s'inquiéter d'être le dernier dragon en vie et la cible de ces Serviteurs de l'Aube. Son avenir vient de lui exploser à la figure, c'est le cas de le dire --"

Bref, j'ai hâte de lire la suite, donc vivement les vacances d'été xD Je te souhaite une bonne inspiration et à bientôt ^^

Natsunokaze
Cherry
Posté le 15/03/2021
je prends note de tes impressions ^^ mais wow, je ne m'attendais pas à cet effet sur toi ! vraiment je ne pensais pas avoir un impact à ce point sur une lectrice un jour.
C'est que pour Pa Di, obtenir le statut de général est un peu "rapide" mais je ne connais pas trop les grades de l'armée.
Ah et tu apprécies le personnage de May ? Je suis aux anges T.T j'avais peur qu'elle soit détestable mais mon but c'est de vous la faire aimer
Bref, je ricane derrière mon ordi en lisant tes prédictions x)
Cherry
Posté le 15/03/2021
ah et concernant les métamorphoses des autres clans, il s'est passé la même chose que pour les dragons. Sauf qu'aucun Hmong n'a réussi à se transformer, il n'y a que les Zaj
robruelle
Posté le 16/01/2021
Hello !

Beh écoute, moi je l'aime bien ce chapitre
Si je devais émettre une critique, mais probablement est-ce ce que tu as voulu dire dans ta note préliminaire, c'est qu'il est peut être un peu rapide.
Ca commence avec l'entretien entre le roi, May Gocy et sa belle famille, puis tout d'un coup Pa Di éclipse tout ce petit monde (ça c'est plutôt normal :-) )
Puis un court entretien entre Pa Di et le roi où il lui explique plein de choses aussi désagréables qu'importante, et enfin l'attaque.
Peut être trop d'évènements d'un seul coup ?
M'enfin bon ... comme je l'ai dit, je l'aime bien ce chapitre car Pa Di est un personnage attachant, pris dans un tourbillon d'évènement dont elle le centre bien malgré elle. On ne peut que compatir à ses tourments.
Elle avait des rêves, elle devra leur dire adieu.

Et puis bon, dans le salon de Jade, il y a des persiennes, et j'aime les persiennes. Oui c'est purement subjectif et on s'en fou mais je tenais quand même à le dire ! héhé. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la phrase où tu décrit l'atmosphère qu'elles créent dans le salon. Très joli

A bientôt !
Cherry
Posté le 16/01/2021
Hey, merci ça faut chaud au cœur :)
il m'arrive de galérer à faire des descriptions et d'y passer des heures entières dessus. Au passage, ce n'est pas dans le salon de Jade qu'il y a des persiennes mais dans un autre salon attenant qui est plus petit ^^ (ce n'était pas très claire)

Mais oui effectivement il y a beaucoup d'évènements pour un seul chapitre et je crains d'avoir été trop rapide sur ce coup. En fait il faisait partie du prochain chapitre mais comme c'était trop long j'ai préféré couper en deux parties.

A plus !
Vous lisez