Chapitre 3 : L'adolescence

Partie 3 : Abandon

 

Oui, j’ai eu une adolescence excessivement joyeuse, je sais. Cette partie est en lien avec la partie 1 mais méritait, je le pense, son propre développement. Allons-y. Je vous ai donc parlæ du divorce de mes parents. Eh bien durant une phase qui dura 4 ans à partir de leurs premières engueulades, mes parents étaient absents. Vraiment très absents. Boulot, engueulades, dodo, c’était leur rythme de vie, plus aucune place pour leurs enfants. Mais on avait un toit au dessus de la tête et à mangé, donc on avait pas à se plaindre. Néanmoins j’ai dû faire l’éducation de ma sœur, vu que mes parents ne s’en occupaient plus. Et la mienne, au passage. Enfin, surtout celle de ma sœur. Pendant 2 ans et demi, avant que je rencontre mon amie sur League of Legends, je n’existais plus, je n’étais qu’un fantôme de moi-même. Je devais gérer mes parents, pour que leurs embrouilles ne fassent pas trop de mal à ma sœur, élever ma sœur pour qu’elle ait toujours un point de repère et ne s’égare pas à devenir une harceleuse ou quelque chose dans le style et je devais essayer de résister pour ne pas m’effondrer face au harcèlement continu au collège. Chouette programme, où penser à moi prenait trop de place. Je vivotais donc, essayant de faire au mieux, mais forcément, à 11, 12 ou même 13 ans, on a clairement pas les armes pour faire face à tout ça. J’ai fais énormément d’erreurs, mais qui n’en aurait pas fait à ma place ? Je trouve que je m’en suis quand-même pas trop mal tiræ avec tout ça. Je ne suis pas devenu’e une mauvaise personne, ou du moins je ne pense pas, ma sœur non plus, mes parents vont mieux (oui, j’ai aussi jouæ un rôle là dedans, je vous expliquerai tout dans la partie 5, parce qu’on s’éclate ici !), je vais mieux, enfin bref, ça va, j’ai pas tout loupæ. Néanmoins, durant ces années où mes parents n’étaient pas là, le manque s’est fait sentir et cela a laissé de grosse séquelles sur moi. Manque d’affection, peur de l’abandon, je l’ai vécu toute ma vie et encore un peu maintenant, ce qui entache bon nombre de mes relations, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Je demande beaucoup d’affection, je suis une personne très câline et même si aujourd’hui ça s’est calmé, pendant très longtemps ça a pu être étouffant pour mon entourage, et je m’en excuse. Ma peur de l’abandon a aussi posé énormément problème. Aussi, avant que les gens ne me laissent, car je pensais ça inévitable, je disparaissais simplement de la vie des gens. Étant très à l’écoute et ayant toujours voulu que personne n’ait à vivre ce que j’ai vécu, je m’efforçais à rendre leur vie meilleure, ou au moins leur quotidien plus supportable. Mes relations jusqu’à il y a peu étaient donc schématisées de la sorte. Pour les relations amicales, j’apparaissais comme par magie, écoutant tout ce que l’autre avait à dire, me confiant également sur ma vie, mes faiblesses, pour que l’autre comprenne qu’iel pouvait avoir confiance en moi. Ensuite, je faisais tout mon possible pour aider la personne à aller mieux, à régler ses problèmes, et une fois que je jugeais ma mission terminée, je disparaissais, car après tout, pourquoi est ce qu’on voudrait me garder auprès de soi ? Absurde. Pour mes relations amoureuses, il y a eu deux schéma. Le premier, était identique à celui pour mes relations amicales avec une énorme demande d’affection en prime, le deuxième, le voici. Je considérais cette relation comme un îlot coupé du monde, une terre de paradis, loin des agressions extérieur, et même si je faisais aussi tout mon possible pour aider maon chéri’e, je me reposais énormément sur l’autre, et ce même jusqu’à très récemment. J’épuisais l’autre jusqu’à ce qu’iel n’en puisse plus, je ne m’en rendais pas compte, bien entendu, sinon j’aurai tout de suite arrêtæ, car cela n’a jamais été mon but, mais sans le vouloir, c’est ce que je faisais. J’ai compris mes schéma il y a seulement quelques mois et depuis je fais tout pour en sortir, ce que je fais avec plus ou moins de réussite, mais au moins, c’est moins pire qu’avant, même si j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi les gens aiment tant ma présence dans leur vie en dehors du fait que je les aide et pourquoi iels en voudraient sur le long terme. Peut-être que j’aurai la réponse prochainement. En tout cas, je l’espère. Si vous êtes parents ou que vous comptez le devenir, faites bien attention à vos enfants, ce sont de petits êtres fragiles, en pleine construction et la moindre action de votre part peu avoir des conséquences énormes. Alors même si ça se passe mal avec votre partenaire, faites attention à ce qu’iels n’en pâtissent pas, car cela ne les concerne en rien et n’ayez pas peur, iels peuvent encaisser un divorce ou une séparation, tant que vous ne les prenez pas au milieu de vos disputes et ne les prenez pas pour des pigeons voyageurs qui peuvent transmettre vos messages à votre guise, car cela les fera énormément souffrir et ne leur apportera rien de bon. Et surtout, peu importe ce qui arrive, pensez à elleux, soyez là pour elleux, et si vous allez mal dans votre vie, dites leur, en leur expliquant bien que ce n’est pas de leur faute. Ça peut paraître bête, mais l’imagination d’un enfant et prolifique et à défaut d’explications, iel pensera très certainement qu’iel a fait quelque chose de mal. Mon expérience peut en témoigner, alors je vous en supplie, croyez moi sur parole. Et si vous n’êtes pas prêt à faire tout ça, pensez sérieusement à la vasectomie ou à la ligature des trompes, cela évitera toute déconvenue. C'est con, mais les erreurs de mes parents m'ont tellement marquées que je pense sérieusement à la vasectomie depuis mes 15 ans, histoire d'être sûr'e de ne pas reproduire leurs erreurs. Et même si aujourd’hui je sais que je suis conscient’e de tout ça, j’ai toujours peur que cela arrive, ou que je leur transmette mes peurs, mes traumastismes ou que je déplace mes envies sur elleux comme ont pu faire mes parents, sans le vouloir.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
petite_louve
Posté le 24/07/2021
Lecture un peu tardive ! Mais elle est faite :D

Un chapitre toujours à cœur ouvert et sincère. Le divorce des parents fait beaucoup de mal aux enfants, qu'importe leur âge. Je suis navrée que tu en es autant souffert et que ça te suive encore aujourd’hui. Je suis certaine que le temps fera son œuvre et que bientôt, tu t’en remettras entièrement :)
GasteropodMissy
Posté le 25/07/2021
Merci beaucoup !! Oui, cela devrait aller, le temps fait son office et je travaille également beaucoup sur moi, je me remet constamment en question et ça me permet d'avancer au mieux !!
SoupeSieste
Posté le 23/07/2021
Un très beau chapitre tout doux malgré les propos forts. Tu as raison, il a beaucoup de personnes qui ne peuvent pas devenir parents. C'est une très grosse responsabilité. Et c'est fréquent que les enfants soient au centre des divorces. Je ne comprends pas pourquoi...
GasteropodMissy
Posté le 25/07/2021
Parce que les deux parents se détestent tellement et voient leurs enfants non pas comme des individus à part entière mais comme des extensions d'eux-mêmes qu'iels veulent à tout prix avoir leur contrôle en les mettant de leur côté et c'est comme ça qu'on se retrouve avec des guerres de parents, car pour elleux c'est impensable qu'on puisse ne plus aimer quelqu'un mais que d'autres puissent encore l'apprécier. Après si l'autre parent est dangereux'se, c'est un autre problème, mais globalement, effectivement, les enfants n'ont pas à être au milieu de tout ça et se rendent en général très bien compte des choses ou s'en rendront compte plus tard.

Merci pour ton commentaire et ta lecture !!
Vous lisez