Chapitre 3

Notes de l’auteur : Bonjour tout le monde ! Et voici le chapitre 3, j'ai hâte de savoir ce que vous en pensez ^^ Bonne lecture !

— Pour un Protecteur, avec un lourd secret de surcroît, vous êtes bien peu sur vos gardes.

Alexander se figea.

— Qui êtes-vous ? demanda-t-il à l’homme qui le maintenait fermement en place contre le mur, une dague prête à lui trancher la gorge.

L’homme releva la capuche qui dissimulait ses traits et révéla un visage dur. Le regard de glace était surmonté de lunettes rectangulaires, dont la monture argentée était si fine qu’elle semblait invisible. Ses cheveux châtains étaient coiffés en une épaisse tresse entrelacée de fils d’argent qui retombait sur son épaule. Les petites rides au coin de ses yeux étaient le seul signe que l’homme avait dépassé la trentaine. Le reste de son corps disparaissait sous une épaisse cape, à l’exception de ses bras qui recelaient une force insoupçonnée.

Alexander en resta bouche bée. Devant lui se tenait Natt, le chef des armées, l’un des hommes les plus puissants d’Aeldor, ainsi que son plus haut supérieur hiérarchique. Le frère aîné d’Altaïs.

— Écoutez-moi bien, ordonna-t-il, car j’ai très peu de temps. Je ne vous veux pas de mal, ni à vous, ni à celui que vous abritez.

Alexander ne fut pas étonné. Si l’homme lui avait voulu du mal, il serait déjà mort. Ce qui l’intriguait, c’était plutôt pourquoi il n’en était rien. Car lorsqu’Alexander avait choisi d’aider le prince accusé de régicide, il était devenu sans hésitation un traître aux yeux du royaume.

— La nouvelle de son retour dans la capitale est déjà connue au palais. Je ne donne pas plus de quelques heures avant que le secret ne fuite et ne se répande comme une traînée de poudre dans les rues de la ville.

Alexander pâlit. Si vite ?

— Alors dites à cet idiot de dissimuler sa magie ou je ne donne pas cher de votre peau, à tous les deux. Ne faites pas l’erreur de croire que je serai le seul à pouvoir retrouver sa trace aussi rapidement.

— Pourquoi ? murmura Alexander.

— Je ne peux pas vous aider directement, mais je tiens à celui que vous protégez et je ne le pense pas plus coupable que vous. Mais sa vie est en danger et il ne survivra pas sans protection. Je vous ordonne donc de remplir votre rôle de Protecteur et de le protéger au péril de votre vie.

Alexander soutint son regard sans ciller.

— Je n’ai pas besoin que vous m’en donniez l’ordre.

Natt eut un sourire en coin.

— Vous êtes bien inconscient, pour défendre ainsi quelqu’un accusé du meurtre d’un roi, et que vous connaissez à peine de surcroît.

— Vous n’avez pas vu l’état dans lequel je l’ai trouvé, répliqua sèchement Alexander.

L’homme perdit son sourire. Il sortit un bout de papier de sa poche et le tendit au soldat qui l’attrapa.

— Vous devez quitter la capitale. Rendez-vous à cette adresse, quelqu’un vous aidera.

— Mais c’est…

— Dans les bas-fonds oui. On vous cherchera moins là-bas.

Alexander n’était pas convaincu, mais il hocha la tête.

— Bien.

Natt le relâcha et rabattit sa capuche. Il s’apprêtait à partir, mais il se retourna une dernière fois :

— Je ne m’adresse plus à vous en tant que supérieur, mais en tant qu’homme. Veillez sur lui, je vous en prie.

— Je n’y manquerai pas, répondit Alexander, déterminé.

Natt disparut à l’angle de la ruelle, et Alexander se laissa glisser au sol. Il avait besoin d’un instant pour se remettre de ses émotions.

Il comprenait tout juste dans quoi il s’était embarqué. Il aidait un prince accusé de régicide. Rien ne lui prouvait qu’il était réellement innocent. Alors pourquoi était-il tout de même prêt à se battre pour lui ? Il ne le connaissait que depuis la veille. Est-ce que cela venait de la confiance inébranlable envers les autres qui l’animait depuis son enfance, et qui lui avait pourtant souvent joué des tours ? Ou cela venait-il de ce lien étrange qu’il ressentait entre eux ?

Il se passa une main dans les cheveux, et les ébouriffa au passage. Il était trop tard pour s’attarder sur la question. Désormais, leurs destins étaient liés. Alors il se releva, ramassa les sacs de courses qui s’étaient échoués sur le sol et se dirigea vers son appartement d’un pas vif.

 

***

 

Quand Alexander entra dans son appartement, il fut accueilli par Altaïs, debout, qui faisait des petits pas prudents dans le salon.

— Tu t’en es vraiment bien sorti, commenta-t-il.

Il désigna sa cheville d’un signe de la tête pour appuyer ses dires.

— N’en fais pas trop quand même.

Altaïs reposa son regard perçant sur le jeune homme et l’observa quelques instants.

— Que se passe-t-il ?

— Pourquoi se serait-il passé quelque chose ? répliqua Alexander tandis qu’il déposait ses courses dans la cuisine.

— Tu as l’air plus… Fébrile.

— J’ai reçu une visite du chef des armées.

Cela fit taire le prince, et une lueur d’inquiétude assombrit ses iris.

— Pourquoi ? souffla-t-il.

Alexander le détailla du regard. Maintenant, la ressemblance entre les deux frères lui paraissait plus frappante. Altaïs avait les cheveux plus sombres et plus courts, était également plus petit et plus svelte que son frère. Mais la finesse de leur visage et de leurs traits, la forme de leur nez et de leur bouche, et leurs yeux aussi clairs que la glace étaient similaires. Quoique, celui de Natt lui paraissait bien vide face aux prunelles céruléennes qui lui faisaient face.

— Parce qu’il est ton frère, et parce qu’il est mon supérieur hiérarchique.

— Oh, tu es…

Alexander sourit légèrement.

— Je suis un mage de combat, spécialisé en magie défensive.

— Tu es un Protecteur…

Cela expliquait un certain nombre de choses, en particulier le fait qu’Alexander l’ait accueilli alors qu’il n’était qu’un parfait inconnu. Bien sûr, cela devait faire partie de sa nature, mais cela confortait Altaïs dans le fait de pouvoir lui faire confiance. N’importe qui ne devenait pas Protecteur. Ces derniers étaient une branche particulière de l’armée, mais peu de soldats choisissaient cette voie. La magie défensive demandait en effet certaines prédispositions que peu de personnes possédaient, ce qui faisait des Protecteurs un corps d’élite.

— Il veut que tu sois protégé.

Altaïs haussa un sourcil, légèrement sceptique.

— Il ne t’a pas demandé de me ramener au palais, nuança-t-il.

Le soulagement était néanmoins perceptible dans sa voix.

— Non, il a l’air prêt à te couvrir. Ce qui risque de lui coûter cher si ça se sait.

— Cela te coûtera cher, toi aussi, observa le prince.

— Je sais, répondit simplement Alexander avec douceur. Et je suis prêt. Mais le palais sait que tu es réapparu et ils pisteront ta magie dès qu’ils retrouveront ta trace.

— Ma… Magie ?

Altaïs semblait stupéfait. Alexander haussa un sourcil, surpris par sa réaction.

— Oui, ta magie. Elle laisse des traces.

— Je sais très bien que la magie laisse des traces, ce n’est pas le problème.

— Quel est le problème alors ?

L’explication tarda à arriver et Alexander ne comprit pas pourquoi le prince avait pâli, jusqu’au moment où la phrase tomba, aussi tranchante qu’un couperet.

— Je ne peux plus utiliser ma magie, répondit Altaïs d’une voix blanche.

 

***

 

Dans la salle du trône, le roi d’Aeldor, Adhara II, fulminait. Depuis qu’il avait appris la nouvelle, il avait congédié tout le monde et avait ordonné que personne ne le dérange. Il avait besoin de rester seul.

À travers les grandes fenêtres, les rayons de soleil découpaient des triangles de lumière sur les sur le long tapis rouge conduisant au trône. Des colonnes se dressaient fièrement autour de l’allée centrale, et soutenaient le haut plafond. Tout était grand, tout était finement ouvragé, tout était censé montrer la puissance d’Aeldor. Pourtant, ni la puissance ni la richesse n’avaient donné au roi ce qu’il souhaitait.

De rage, son poing s’écrasa sur l’accoudoir du trône, mais celui-ci ne trembla pas.

Il maudissait son armée, ses espions et tous les autres, incapables de traîner à ses pieds celui dont il voulait la tête par-dessus tout. Mais surtout, il maudissait son cousin, qui avait assassiné son père avant de fuir. Et il apprenait aujourd’hui que ce lâche était revenu et que personne ne parvenait à lui mettre la main dessus, lui qui pendant des mois et des mois avait remué ciel et terre pour le retrouver.

Oh non, il ne le permettait pas. Altaïs regretterait.

D’un pas décidé, il sortit de la grande salle du trône et sa fine cape ornée de fils d’or se souleva derrière lui. Il avait des décisions à prendre.

 

***

 

— Comment ça tu ne peux plus utiliser ta magie ?

Altaïs grimaça.

— À ton avis, comment empêche-t-on les esclaves de se révolter ?

Un profond sentiment de dégoût s’insinua en Alexander à mesure qu’il comprenait.

— Mais comment est-ce possible ?

— La drogue. La drogue annihile la magie. Tous les esclaves sont drogués, ils deviennent dépendants et dans un même temps ils ne peuvent plus se révolter. C’est doublement bénéfique pour ceux qui les contrôlent.

— Et toi ? demanda le Protecteur, sans être sûr de vouloir connaître la réponse.

— J’ai été drogué pendant deux ans, et ça ne fait que quelques jours que je ne suis plus sous son emprise. Ma magie ne peut pas revenir aussi vite, répondit Altaïs d’une voix qui se voulait neutre.

— Mais je t’ai vu l’utiliser.

Le prince fronça les sourcils.

— Quand je t’ai trouvé, tu m’as attaqué avec de la magie brute, précisa Alexander.

— Je ne m’en souviens pas, dit Altaïs, troublé.

Alexander réfléchit. Était-ce de la magie instinctive ? Normalement, celle-ci se manifestait chez les enfants en bas âge qui avaient des difficultés à contrôler leur pouvoir. Mais c’était tout à fait possible qu’elle apparaisse également chez une personne privée de toute autre possibilité de se défendre. Quoi qu’il en soit, le problème était qu’elle laissait tout de même des traces.

— Je ne sais pas comment dissimuler quelque chose qui ne se manifeste que de manière inconsciente.

Alexander n’eut pas le temps de répondre que quelqu’un tambourina à la porte. Ils se figèrent tous les deux.

— Alexander ! cria quelqu’un, probablement une jeune fille.

Il se détendit aussitôt. Il avait reconnu la voix. Il se tourna vers Altaïs et dit à voix basse :

— Cache-toi dans la chambre, et ne fais pas de bruit.

Celui-ci hocha la tête tandis qu’Alexander se dirigeait vers l’entrée. Une jeune fille au chignon défait apparut dans l’encadrement de la porte lorsqu’il ouvrit celle-ci.

— Lia ? s’étonna-t-il. Que se passe-t-il ? Je suis rentré tard hier soir, je pensais passer demain.

Enfin, c’était ce qu’il avait prévu avant d’héberger l’homme le plus recherché du pays.

— Il y a un problème à l’orphelinat, dit-elle visiblement essoufflée.

Alexander s’inquiéta aussitôt. Lia n’était pas le genre de personne qui paniquait sans raison. C’était plutôt une éternelle optimiste qui n’hésitait pas à mettre la main à la pâte.

— J’arrive tout de suite, tu m’expliqueras en chemin.

Il se précipita vers sa chambre et referma la porte derrière lui. Altaïs était assis sur le lit et le regardait avec un air interrogateur.

— Je dois m’absenter pour régler un problème, je reviens le plus rapidement possible donc ne bouge pas de là, chuchota-t-il à toute allure.

Le prince fit une moue qui avait l’air de dire « Où veux-tu que j’aille de toute façon ? ».

— C’est ta fiancée ? demanda-t-il tout de même, curieux.

Alexander leva les yeux au ciel et tourna les talons sans répondre sous l’air amusé du brun. Au dernier moment, avant d’ouvrir la porte de la chambre, il se retourna et lui adressa un clin d’œil.

— Je n’ai pas de fiancée, lança-t-il avec un sourire moqueur.

Et il sortit de la pièce à grandes enjambées, prenant soin de bien refermer la porte derrière lui, tandis qu’Altaïs s’empourprait.

 

***

 

Lia devait quasiment courir pour rester au niveau d’Alexander, tant celui-ci était furieux. L’orphelinat était l’endroit où il avait grandi, où il avait passé dix-huit ans de sa vie avant d’entamer une formation pour devenir mage de combat. Il était hors de question que quiconque vienne le menacer sous l’obscur prétexte que des gamins de l’orphelinat jouaient dans les mauvais quartiers.

Ils arrivèrent rapidement sur place — le lieu n’était pas très loin de l’appartement du jeune homme. Une foule importante se massait déjà autour de l’endroit.

— Pardon, pardon ! dit Alexander qui joua des coudes pour se frayer un chemin entre les gens.

Il parvint enfin à s’extraire de la foule, et arriva devant un petit groupe dans lequel la conversation était en train de s’envenimer.

— Si je revois encore un gamin traîner dans le coin, je l’égorge et je…

— Et tu quoi ? s’interposa Alexander.

Face à lui, cinq hommes. Derrière lui, un vieillard et deux enfants au bord des larmes.

— Alexander !

Il jeta un bref coup d’œil à l’homme qu’il considérait comme son grand-père.

— Je m’occupe de la situation.

— T’es qui toi ? l’invectiva l’un des hommes, le meneur sans doute.

— Celui qui va vous faire regretter d’être venus ici, gronda Alexander.

Le groupe ricana, mais Alexander leur jeta un regard dur, effrayant. Sa magie enfla rapidement autour de lui. Les hommes cessèrent de rire.

— Vous dégagez. Maintenant.

Il ne tolérait pas qu’on touche à cet endroit. Cela le mettait dans une rage folle.

— Tu crois qu’il suffit de nous le demander ?

Il dégaina un couteau, mais n’eut pas le temps de se jeter d’Alexander. Il se retrouva éjecté en arrière avec une telle force qu’il s’écrasa au sol, comme si un poing invisible l’avait violemment percuté. Les autres membres du groupe arrêtèrent de bouger, stupéfaits, tandis que les murmures agitaient la foule.

— C’est lui qui est devenu soldat, un enfant de l’orphelinat, quelle fierté pour le quartier vous vous rendez compte ?

— Quel beau jeune homme il est devenu !

— Vous vous souvenez ? Déjà enfant il se bagarrait pour protéger les plus petits !

Alexander ne lâcha pas du regard le groupe devant lui, sa magie à nouveau prête à frapper furieusement.

— Cet endroit est sous ma protection ! Ne vous avisez plus de l’approcher ou il vous en coûtera. Et vous, n’allez plus jouer par là-bas, ordonna-t-il aux deux enfants apeurés, qui hochèrent vivement la tête.

— On y va, lança le chef de la bande, non sans lui décocher un regard meurtrier. On a fait ce qu’il y avait à faire.

Alexander les regarda s’éloigner avant de relâcher la pression qui l’avait envahi.

— Tu nous as sortis d’une situation bien embarrassante, dit le vieillard derrière lui en s’approchant.

— C’est normal, répondit le jeune homme avec un sourire soulagé.

— Comment vas-tu mon garçon ?

L’affection dans la voix du responsable de l’orphelinat depuis plusieurs décennies était palpable. C’est pour cette raison qu’Alexander le considérait un peu comme le grand-père qu’il n’avait jamais eu, et il n’était pas le seul. Tout le monde à l’orphelinat, et même dans le quartier, avait ce sentiment. Car l’homme était toujours doux et attentionné avec les enfants misérables qui arrivaient.

C’est ainsi qu’ils discutèrent gaiement alors que la foule se dispersait pour retourner vaquer à ses occupations. Puis, Alexander se rapprocha de l’orphelinat, une vieille bâtisse en pierre, dont les poutres en bois étaient apparentes.

— Je vais poser des protections, déclara-t-il en posant une main sur la façade. Ce sera plus sûr.

 

***

 

Le soir tombait tranquillement sur les rues pavées de la capitale, toujours aussi animées à cette heure. Les commerces aux devantures colorées et les petits marchands de rues vendaient leurs derniers produits avant le couvre-feu, et bradaient souvent leurs prix pour attirer les passants.

Alexander prenait son temps pour rentrer, savourant le moment de calme et de mélancolie avant la tempête. Ils devaient partir rapidement, Altaïs et lui, s’ils ne voulaient pas finir enfermer dans les geôles du palais. Mais lorsqu’il s’était éloigné de l’orphelinat, le cœur d’Alexander s’était aussitôt serré de tristesse, à l’idée de ne plus revoir l’endroit. Bien sûr, il avait grandi, s’en était détaché lorsqu’il avait acquis son indépendance. Mais l’idée restait tout de même douloureuse, à tel point qu’il avait hésité. Seulement, sans qu’il ne comprenne pourquoi, la perspective d’abandonner Altaïs à son sort lui paraissait encore plus intolérable.

Il arriva finalement au pied de son immeuble, et se raidit aussitôt. Des traces de magies néfastes flottaient dans l’air comme un mauvais parfum. Pris d’une angoisse terrifiante, il se précipita à l’intérieur du bâtiment et monta les escaliers aussi vite qu’il le pouvait. Arrivé sur son palier, il ne put que se rendre à l’évidence : sa porte n’était plus qu’un souvenir et des voix lui parvenaient du fond de son appartement.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 09/07/2021
Kouksi !
J'ai bien apprécié ce chapitre, très dynamique et mouvementé. Tu privilégies pas mal le show don't tell, et c'est vraiment cool pour en apprendre plus sur les personnages de façon "détournée". Exemple : le fait qu'Alexander protégeait déjà les gamins quand il était petit, ça en dit beaucoup sur lui, et ça explique pas mal le fait qu'il soit Protécteur, et surtout ça explique son instinct de vouloir protéger Altaïs :) Et ça le rend attachant, cette forme de dévouement envers l'humain <3
Je crois d'ailleurs que c'est ce qui a fait que j'ai autant apprécié ce chapitre, c'est de découvrir Alexander sous cet angle-là.

Sinon, des nouveaux persos, des nouvelles infos sur ton monde, sans que ce soit indigeste à lire, c'est cool j'adore, on avance et rien ne traîne, ça fait plaisir à lire :D Je me demande bien ce qu'il en est des parents d'Alexander... ça attise notre curiosité :)

Bisous, à très vite !
Mathilde Blue
Posté le 10/07/2021
Coucou Loulou :D

Oh ça me fait trop plaisir ce que tu dis sur le show don't tell T_T J'avoue que j'ai toujours peur de tomber dans le "tell" et je ne sais pas vraiment comment éviter l'écueil, je le fais beaucoup au feeling ^^' Mais oui mon petit Alex est si protecteur envers tout le monde T_T

Je suis contente que le chapitre t'ait plu en tout cas ! À bientôt <3
Eryn
Posté le 27/05/2021
Le roi a l’air de croire Altais coupable aussi, donc ils ont été piégés tous les deux ?
— Je ne sais pas comment dissimuler quelque chose qui ne se manifeste que de manière inconsciente. : En effet, pas pratique
« probablement une jeune fille » s’il reconnaît une voix féminine, alors pas la peine de mettre « probablement ».
Mathilde Blue
Posté le 28/05/2021
Coucou !

Peut-être haha ^^

Oui effectivement, c’est bien vu x)

Merci :D
Audrey.L
Posté le 16/05/2021
"Le cœur d'Alistair" à l'avant dernier paragraphe m'a surprise et je me suis un instant demandée si j'étais bien dans la bonne histoire ^^ Sinon, chapitre toujours aussi bien écrit, je poursuis ma lecture ! :)
Mathilde Blue
Posté le 16/05/2021
Ohlala... Merci de me l’avoir fait remarqué, je commence à m’emmêler les pinceaux T_T
Audrey.L
Posté le 16/05/2021
Je ne serais pas contre une petite apparition d'Alistair :)
Mathilde Blue
Posté le 16/05/2021
Haha, Le Prince déchu a été écrit avant Le Sang des Dieux donc dans ce sens là ça va être compliqué ^^
Alex D
Posté le 30/04/2021
Chapitre bien équilibré entre les séquences d'action et celles où l'on en apprend plus sur chaque protagoniste. Tu poses les bases pour la suite de l'intrigue avec la scène du roi.
Un passage m'a un peu gêné, car je trouve que les répliques du chef de l'armée sont contradictoires ( à moins que j'ai mal compris, ce qui est possible)
- Je ne peux pas vous aider directement, mais je tiens à celui que vous protégez et je ne le pense pas plus coupable que vous....
- Vous êtes bien inconscient, pour défendre ainsi quelqu’un accusé du meurtre d’un roi, et que vous connaissez à peine de surcroît.

Sinon, encore une fin de chapitre qui donne envie de continuer.
Mathilde Blue
Posté le 01/05/2021
Re-coucou !

Alors en ce qui concerne les répliques de Natt, la deuxième est plus pour tester Alexander et le pousser dans ses retranchements, et il précise qu'il ne pense pas Altaïs coupable mais celui-ci reste quand même accusé de meurtre ! Merci pour ton commentaire :)
ModesteContesse
Posté le 25/04/2021
Un chapitre plein d'action, entrecoupée de révélations sur les personnages ! L'équilibre est bien mené je trouve ! J'ai été curieuse d'en apprendre plus sur le passé d'Alexander, on se demande qui étaient ses parents, sont-ils morts, l'ont-ils abandonné ? Hâte d'en savoir plus sur lui, son enfance et sur sa formation aussi !
Et c'est intéressant que le frère du prince recherché ait un poste de pouvoir au sein du royaume, on sent que les tensions et les complications vont être au rendez-vous ^^
J'aime beaucoup la question innocente d'Altais sur la fiancée, et sa réaction après la réponse d'Alexander. On sent que leur relation commence à se tisser déjà, avec des taquineries ! J'ai hâte de voir où tu vas nous mener avec eux ;)

Juste 3 petites choses qui m'ont interpellée et que je te signale (tu es toujours libre de les ignorer bien sûr) :
"Le regard de glace était surmonté de lunettes rectangulaires, dont la monture" --> répétition de la racine "monter", peut-être que tu peux trouver un autre verbe que surmonté ? Parce qu'un "regard surmonté" n'est peut-être pas l'association la plus parlante :) Pourquoi pas "couvert", "dissimulé par/derrière" ? Sinon ce n'est pas grave ce n'est pas très gênant ^^
"Et vif, il dégaina un couteau et se jeta sur Alexander" --> personnellement, je n'ai pas compris l'utilisation du "et" ici en début de phrase ? "Et" sous-entend qu'il y a eu une action juste avant, que le gars faisait déjà quelque chose, or ce n'est pas le cas il me semble ? Aussi, l'association du "et" avec l'adjectif vif sonnait un peu étrange à mes oreilles ^^ Je te laisse juge, ce n'est peut-être que mon impression personnelle ;)
"Pris d’une angoisse terrifiante" --> terrifiant sonne un peu redondant avec angoisse je pense :) On pourrait avoir l'impression d'une phrase alourdie pour pas grand chose je pense, tu peux aisément supprimer le "terrifiante" (l'angoisse est rarement rassurante ou adorable ^^) Mais ce n'est que mon avis !

Voilà j'en ai fini. Hâte de lire la suite en tout cas ! À bientôt j'espère ;)
Mathilde Blue
Posté le 26/04/2021
Coucou !

Je suis contente que tu trouves le chapitre bien équilibré ! En ce qui concerne le passé d’Alexander et des relations entre Natt et Altaïs, je te laisserai découvrir tout ça par la suite ^^ Tout comme la relation entre Altaïs Alexander :p (Mes chouchous)

Je prends bien note de tes remarques, tu as raison ! Merci pour ton commentaire en tout cas, il me fait très plaisir ! (Et me remonte le moral durant cette période barbare que sont les partiels T_T).

À bientôt :D
ModesteContesse
Posté le 27/04/2021
Contente d'avoir pu te remonter le moral :) Bon courage pour tes partiels ! Je compatis à 100%, étant en période de concours en ce moment je comprends parfaitement ce que tu vis ! Même si c'est un peu différent ^^

À bientôt ;)
Mathilde Blue
Posté le 27/04/2021
Haha j'ai aussi l'aspect concours (même si actuellement je le mets un peu de côté le temps de finir les partiels) donc je comprends x) Bon courage à toi aussi !! :D
ModesteContesse
Posté le 27/04/2021
Ah toi aussi tu passes des concours ? :O Je peux te demander lesquels, si ce n'est pas indiscret bien sûr ? ^^ (ce n'est peut-être pas trop l'endroit mais je suis super curieuse, désolée si je t'embête xD)
Et merci <3
Mathilde Blue
Posté le 27/04/2021
Un seul, pour une école ! Oui, bien sûr, peut-être qu'on peut passer en privé dans ce cas ? Haha, t'inquiète, ça ne m'embête pas x)
ModesteContesse
Posté le 27/04/2021
Oui je veux bien ahah ^^ Tu peux m'envoyer un MP si tu veux ;)
Mathilde Blue
Posté le 27/04/2021
Ça marche !
LDreams
Posté le 16/04/2021
Bonsoir !
J'adore vraiment ta manière de finir les chapitres ! Tu réussis à créer le suspense en nous laissant sur notre fin en ayant envie de lire la suite !
J'ai également été surprise d'apprendre que "l'agresseur" de Alexander était le frère de Altaïs ! Ton récit est vraiment bien rythmé, tu distilles les informations au bon moment !
Bonne soirée !
Mathilde Blue
Posté le 18/04/2021
Bonsoir !

Haha, j'ai un petit faible pour l'effet cliffhanger je dois avouer ^^
Eh oui ! Natt fait son apparition de manière un peu brutale...
Je susi contente que l'histoire te plaise, merci pour ton commentaire ;)

À bientôt !
dodoreve
Posté le 27/02/2021
Salut Mathilde Blue ! J'ai l'impression que ça fait une éternité que ton histoire est dans ma PàL, et ENFIN je prends le temps de venir la lire ! Ça fait un moment qu'elle me fait de l'œil, comme si je l'avais rencontrée au beau milieu d'une foule et que depuis, c'était ce jeu de regard là : "Toi, moi. Lire." (Je sais pas si tu vois ce que je veux dire, mais en tout cas il y avait plusieurs choses qui m'attiraient et voilà : maintenant, j'y suis.)
Bref, tout ça pour dire que je ne regrette pas du tout ! Je n'ai pas pris le temps de commenter les deux premiers chapitres, parce que ça me piquait trop de curiosité (pardon), mais j'aime bien l'univers que tu mets discrètement en place, sans que ça passe par de longs passages explicatifs : bam, c'est un mage de combat, ok. Ça me parle tout de suite (comme le reste d'ailleurs) et ça implique tout un nœud de relations et de tensions entre les personnages (comme celle hiérarchique avec Natt). Ces petites réponses interviennent au bon moment je trouve : on a d'abord découvert les personnages par leur manière d'agir avant que ce soit par ce qu'ils sont exactement. C'est quelque chose qui me plaît assez.
Je trouve ces personnages assez intrigants et attirants d'ailleurs. On veut en savoir plus sur eux, on veut les voir vivre, et moi je veux lire la suite, et je m'y précipite sans plus attendre !
Mathilde Blue
Posté le 28/02/2021
Coucou !

Je suis ravie de te voir passer par ici ! Je vois tout à fait ce que tu veux à dire avec cette histoire de jeu de regard XD En tout cas je suis contente que ce début te plaise !
J'avoue que moi les longs passages explicatifs je ne trouve pas ça super intéressant en général, j'en fais quand c'est nécessaire (et encore ils sont rarement très long), mais je préfère que les choses se dévoilent d'elles-mêmes au fur et à mesure ^^
Et je suis contente de voir que tu as envie d'en savoir plus sur les personnages ;)

À tout de suite !
Gabhany
Posté le 06/02/2021
Ah ben non en fait tu aimes bien les fins cliffhanger !! J'ai trouvé ce chapitre très intéressant, je comprends pourquoi tu n'as pas donné plus d'infos au début sur Alex, car la scène avec le chef des armées n'en est que plus percutante. Son apparition à lui d'ailleurs est très marquante, il a l'air mystérieux et troublant XD J'ai bien aimé aussi les interactions entre Alexander et Altaïs, ils sont mignons ^^ je commence vraiment à me demander comment Altaïs est devenu esclave, et avec l'intervention de Natt l'histoire du prince paraît plus vraie. La scène où Alex défend l'orphelinat est chouette et donne un aperçu d'un autre pan de sa personnalité.
J'apprécie vraiment de plus en plus ma lecture !
A très vite ;)
Mathilde Blue
Posté le 07/02/2021
Haha oui, j’avoue ^^ De ce point de vue on fait bien la paire xD Je suis contente que ce chapitre te plaise, et que tu puisses enfin en apprendre sur Alexander !
Merci pour ton commentaire ;)
À bentôt :D
Blanche Koltien
Posté le 13/01/2021
Hello!

Ce chapitre est riche en informations dis donc! Déjà, je dois avouer que je m'attendais à tout concernant l'interlocuteur d'Alexander, sauf au fait que ce soit le frère d'Altaïs! Et c'est super qu'on en sache un peu plus sur le rôle de Protecteur!
Quand au fait qu'Altaïs ne puisse plus utiliser sa magie... je me demande bien pourquoi, et ça a l'air assez embêtant...
Et le passage avec le roi est top, cela nous permet d'avoir des points de vue différents, et donc ça étoffe bien l'intrigue, bravo!

Je continue ma lecture avec enthousiasme!
Mathilde Blue
Posté le 13/01/2021
Coucou !

Oh bah alors je suis contente si j'ai réussi à te surprendre ;)
Pour Altaïs effectivement c'est embêtant, surtout qu'il ne peut rien faire tant que les effets de la drogue agissent encore sur son organisme :x
Je suis contente si le passage avec le roi te plaise, comme il était assez court, j'avais peur que ça soit un peu insuffisant !

Merci pour ton commentaire ! À bientôt :D
Aline Prov
Posté le 06/01/2021
Hello !

J'aime toujours autant ton style et ta manière de rythmer l'action. Le passage avec Natt est très plaisant à lire, et la façon dont tu écris les dialogues rend vraiment bien.

J'ai vu que tu pensais réécrire le passage de l'orphelinat, et c'est vrai qu'il faudrait peut-être le rallonger un peu. En tout cas, j'ai beaucoup aimé le moment des commentaires de la foule sur Alexander : je trouve que c'est un bon moyen d'en apprendre plus sur lui.

Bonne continuation ! :)
Mathilde Blue
Posté le 06/01/2021
Coucou !

Je suis contente que tu accroches toujours ! ;)
Oui c'est vrai, il faudra vraiment que je la retravaille ^^'

Merci pour ton commentaire et à bientôt :D
Belara
Posté le 31/12/2020
Hello !
Rien a dire de plus que ce qui a déjà été proposé et j’ai hâte de lire ta version retravaillée du passage de l’orphelinat :)
J’ai beaucoup apprécié le rythme de ce chapitre, il n’y a rien de superflu et c’est très entraînant.
J’ai également été surprise d’entre apercevoir un brin de romance et j’attends avec impatience de voir où tout ça va mener Alex et Altaïs.
Mathilde Blue
Posté le 01/01/2021
Coucou ! Bonne année :D
Je suis contente que ce chapitre te plaise ! Pour la version retravaillée, je prévois un très looooong moment quand j'aurai fini le premier jet pour tout reprendre et proposer une deuxième version !
J'espère que la suite répondra à tes attentes ! ;)
petite_louve
Posté le 26/12/2020
Me voila de retour ! =D

Dans ce chapitre, on continue d'en apprendre sur Alexander et c'est très agréable. On s'attache vite à ce personnage au grand coeur qui vient en aide à vraiment tout le monde. Savoir qu'il est un orphelin ne fait qu'attiser ma sympathie pour lui ! C'est peut-être dommage que le passage de l'orphelinat soit aussi court ? Un peu plus de descriptions sur les sentiments de quelques personnages ou sur leurs attitudes pour traduire leurs émotions rajouteraient du pathos et ferait plus vibrer le personnage !

Si Alexander doit choisir entre continuer à protéger l'orphelina et protéger Altaïs, peut-être insister sur ce tourment intérieur ?

Ton écriture est toujours aussi fluide et c'est toujours très agréable à lire. Au fil de la lecture, on a envie d'en savoir plus, de connaître davantage ton univers !

Anecdote à part, dans la fantasy que j'écris, j'utilise aussi le terme de "protecteur" haha. Voila, ça m'a fait sourire ! =D

Bonne journée à toi !
Mathilde Blue
Posté le 27/12/2020
Coucou !

Tu as raison, il est prévu que je revois entièrement cette scène durant la réécriture ^^'

Je suis contente que cela te plaise toujours !

Haha tu m'intrigues ;)

Bonne journée et à bientôt :D
petite_louve
Posté le 27/12/2020
Les protecteurs de mon histoire sont des soldats qui ont le rôle de garde du corps d’un membre de la famille royale =)
Mathilde Blue
Posté le 28/12/2020
Oh ça a l'air intéressant ! N'hésite pas à me dire quand tu publieras :D
Cherry
Posté le 19/12/2020
wowwwwww

je n'avais pas du tout imaginé un brin de romance dans l'histoire mais là, je suis totalement pour ;-)

ainsi Alexander est un orphelin, et une fierté ! j'ai adoré en savoir plus sur lui et ce qui a forgé sa personnalité (parce que c'est assez étrange que notre personnage principale soit généreux au point d'accueillir un parfait inconnu chez lui). Du coup Alexander est dans une sorte de dilemme entre Altaïs et l'orphelinat, ce qui ajoute encore plus de tension. Evidement, pour plus de drama, puisqu'Alexander choisit de protéger Altaïs, il faudrait que quelque chose d'horrible arrive à l'orphelinat. Ainsi Alexander se demandera s'il a fait le bon choix d'aider ce prince (mais ça reste une proposition, bien sûr!)

quelques petites choses à revoir :

"Devant lui, se tenait Natt, le chef des armées, l’un des hommes les plus puissants d’Aeldor, et accessoirement son plus haut supérieur hiérarchique." = un peu trop de virgules qui gênent la lecture

"Enfin, c’est ce qu’il avait prévu avant de retrouver l’homme le plus recherché du pays." = je n'aurais pas dit "retrouver" mais plutôt "abriter" ou "héberger" qui peut mieux correspondre à la phrase. Et puis le temps est mal employé, plutôt "Enfin, c'était ce qu'il avait prévu" ;-)

"Car l’homme était toujours doux et attentionné avec les enfants misérables qui arrivaient." = Car l’homme était toujours doux et attentionné avec les enfants misérables qu'il recueillait

"Mais quand l’homme l’invita dans l’immense maison qui hébergeaient les orphelins" = l’immense maison qui hébergeait les orphelins

je continue ;)
Mathilde Blue
Posté le 19/12/2020
Re-coucou !

Alors la romance au début moi non plus je ne l’avais pas envisagée (pas vraiment) ^^ Jusqu’au moment où je me suis rendue compte qu’en fait mes personnages se passaient très bien de mon avis x)

Je suis contente que tu apprécies d’en apprendre plus sur Alexander ! Pour l’orphelinat, j’envisage de reprendre entièrement la scène durant la réécriture pour lui apporter plus de profondeur, donc tes conseils me sont très utiles ;)

Je prends bien compte de toutes tes notes et je corrigerai ça rapidement !

Merci pour ton commentaire :D
AnatoleJ
Posté le 13/12/2020
Je savais que je trouverais un nouveau chapitre bien au chaud à mon retour et je ne suis pas déçu !

L'enchaînement des actions est toujours bien rythmé, chaque scène nous apprend quelque chose d’important et rajoute une couche d’emmerdes à ces deux pauvres garçons (déjà que c’était mal parti, mais là ça s’enlise, les enfants !).

- J’aime beaucoup le démarrage de ce chapitre, on en apprend beaucoup sur Alex en quelques phrases (et en plus, si c’était dans un livre papier, c’est typiquement le genre de lignes qui me forcerait à lire le chapitre après y avoir jeté un bref coup d’oeil, alors que je m’étais sagement dis de faire une pause lecture après le chapitre 2 ... c’est très efficace)
- La classe, ce Natt ! Au départ, je me suis dit qu’Alexander était quand même sacrément perdu d’avoir oublié que c’était le frère du prince, puis je me suis rappelé que ça m’étais déjà arrivé dans la vraie vie et pas qu’une fois, donc ... sans commentaires xD
- « Cela expliquait un certain nombre de choses, en particulier le fait qu’Alexander l’ait accueilli alors qu’il n’était qu’un parfait inconnu. [...] La magie défensive demandait certaines prédispositions que peu de personnes possédaient, mais qu’Alexander avait visiblement. »
Ce paragraphe est peut-être un petit peu long et un brin répétitif, il y a moyen de le condenser de façon claire je pense ^^ J’ai aussi l’impression qu’il manquerait une information pour que ça fasse totalement sens ? Par exemple, le lien entre protecteur=accueille des inconnus n’est pas si évident que ça, puisque jusqu’ici j’attribuais l’attitude d’Alexander à son caractère (du coup je ne suis pas certain de ce qu’Altaïs a vraiment appris avec cette information). Je suis un peu confus aussi par le fait que « peu de soldats choisissent cette voie », mais que d’un autre côté, « la magie défensive demande certaines prédispositions » : c’est un choix/vocation, ou une élite ? Ou les deux ?
- « - Je sais très bien que la magie laisse des traces, ce n’est pas le problème.
- Quel est le problème alors ?
- Je ne peux plus utiliser ma magie, répondit le prince d’une voix blanche. »
Ici l’annonce d’Altaïs pourrait avoir un peu plus d’impact en ajoutant une description physique de son attitude entre les deux lignes de dialogue, qui nous laisserait une légère pause pour sentir que c’est une information importante, sinon on glisse trop vite vers la scène suivante
- « Au dernier moment, avant d’ouvrir la porte de la chambre, il se retourna et lui adressa un clin d’oeil.
- Je n’ai pas de petite amie, lança-t-il avec un sourire moqueur. »
Et beh, il a pas trop peur de flirter avec un prince au moins xD
- « - Tu te prends pour qui ? s’énerva un autre membre du groupe.
Et vif, il dégaina un couteau et se jeta sur Alexander. »
Je trouve que le rythme entre les deux lignes est un peu bizarre, peut-être que ce serait plus fluide si le dialogue était sans descripteur (j’oublie toujours comment s’appelle le machin qu’on met derrière une réplique) ?

Je rejoins Hastur et Svenor sur la scène de l’orphelinat, même si en soi ça ne m’a dérangé plus que ça, elle pourrait avoir plus d’impact sur l’histoire en général ! Une idée méchante (mais on est là pour ça) serait de rajouter une couche de tension si la scène ne se résous pas bien : par exemple un des enfants ou le papy blessé, ce qui rajouterait un regret supplémentaire de devoir se consacrer à la protection d’Altaïs alors que ceux qu'il semble considérer comme sa famille pourraient clairement risquer plus que des blessures si Alex n’est plus là pour les protéger.

Voilà, ce sera tout pour mes notes de lecture ! Maintenant, l’avantage de ne pas avoir pu lire ce chapitre avant, c’est que j’aurais un peu moins à attendre pour la suite, héhé

A bientôt :)
Mathilde Blue
Posté le 13/12/2020
Ouiiiiiiiiii, j’attendais ton commentaire avec impatience !!

Haha, si tu savais tout ce qui les attend… x)

- Je suis contente que le début soit accrocheur ! (Oh je vois de quoi tu parles, ce fameux moment où finalement on continue à lire pendant 2h alors qu’on s’était dit qu’on serait raisonnable ^^)
- C’est pas dérangeant alors xD Je me suis effectivement dit au début que ça semblait un peu gros, mais après je me suis fait la réflexion que bon, vu ce qui lui tombe dessus, il avait d’autres choses en tête ^^
- « Cela expliquait un certain nombre de choses, en particulier le fait qu’Alexander l’ait accueilli alors qu’il n’était qu’un parfait inconnu. [...] La magie défensive demandait certaines prédispositions que peu de personnes possédaient, mais qu’Alexander avait visiblement. »
Alors là c’est vrai, ça pourrait être plus clair. Le fait d’accueillir un inconnu fait effectivement parti du caractère d’Alexander, cependant c’est également parce qu’il est comme ça qu’il est devenu protecteur (ce qui fait sens puisque le but des protecteurs est de protéger les gens). Altaïs n’apprend pas grand-chose, mais cela fait sens avec ce qu’il a déjà découvert et le conforte dans le fait qu’il puisse faire confiance à Alexander. Et donc, c’est à la fois une vocation et une élite. C’est un corps de l’armée où ils sont vraiment peu nombreux parce que peu de personnes ont des prédispositions pour la magie défensive, mais ça fait qu’en général ce sont des mages puissants et très bien formés qui sont vraiment là par vocation. J’espère que ça t’aide à mieux comprendre ce que je voulais dire ^^’
- « Je ne peux plus utiliser ma magie, répondit le prince d’une voix blanche. »
Oui, je vois ce que tu veux dire, je vais essayer de détailler un peu plus !
Comme ce ne sont pas des points trop longs à revoir, j’essaierai de les insérer dans la prochaine correction !
- « Et beh, il a pas trop peur de flirter avec un prince au moins xD »
Je pense qu’on peut dire qu’Alexander se fiche totalement du statut des autres xD (Mais tes remarques me font toujours beaucoup rire ^^)

Ah c’est vraiment vicieux ça x) Mais cela dit c’est vrai, il faut que j’essaie d’incorporer plus d’enjeux à la scène. Je ne pense pas le faire maintenant, mais lors de la relecture, je pense restructurer et réécrire toute la scène.

Haha, c’est pas bête ! J’ai hâte d’avoir ton avis sur le prochain chapitre !

À bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 15/12/2020
Effectivement je vois mieux ce que tu voulais dire au sujet des Protecteurs ! J'ai hâte qu'on voit un peu plus en détail ce dont Alexander est capable en tant que bouclier professionnel, ça promet :D
Hastur
Posté le 09/12/2020
Ah ah j'ai éprouvé la même frustration à la fin du chapitre. C'est fou, à chaque fois qu'il est à la porte de chez lui, il va se passer un truc fou ! ^^

J'ai passé un très bon moment à lire ce chapitre.

Cependant je rejoins Svenor sur le côté à la limite de l'artificiel pour le passage avec l'orphelina, bien qu'il remplisse convenablement son rôle. Nous en apprendre un peu plus sur l'enfance d'Alexander et aussi sa gentillesse, sa qualité d'être humain.

Je me dis que si le problème à l'orphelina était initié par les personnes même qui souhaitent éloigner Alexander de chez lui, cela pourrait rendre la chose plus naturelle. Il faudrait simplement souligner le fait qu'Alexander se rende compte qu'il y a quelque chose de louche avec cette dispute, et que ça fasse tilt dans son cerveau. Voilà c'est une petite idée qui m'est venue :).

Voilà mes petites notes:
"Est-ce que cela venait de la confiance inébranlable envers les autres qui l’animait depuis son enfance et qui lui avait souvent joué des tours ?"
Phrase un peu longue.

"les sacs de course"
de courses ? Aucune idée, c'est une question ouverte ^^

"son regard si perçant"
J'enlèverai le si

"- J’ai reçu une visite du chef des armées."
La définition du tact !

"Il avait oublié le lien qui unissait le prince à Natt."
Arf, je trouve ça un poil gros qu'il ne s'en souvienne pas.

", ou sur le long tapis rouge qui y conduisait"
Ce ou me parait bizarre.

"C’est ta petite amie"
L'expression me paraît toujours très moderne. Je ne sais pas si elle est vraiment adaptée ici du coup.

Bon courage pour la suite :). A très vite !
Mathilde Blue
Posté le 09/12/2020
Coucou !

Haha, c’est vrai que je n’avais pas vu les choses sous cet angle x) Mais c’est positif si cette fin te frustre, c’est quand même le but voulu ^^

Oh je suis contente que ce chapitre te plaise malgré ses défauts !

Pour le passage sur l’orphelinat, je me rends bien compte du problème désormais:/ J’avais déjà songé à l’idée que tu proposes mais finalement j’avais peur que ce soit mal amené donc je l’avais mise de côté… Enfin, comme vous êtes deux à faire la remarque, je vais peut-être essayée de l’intégrer au texte lors de la réécriture !

Par rapport à tes notes :

Nan, tu as raison, avec le « s » c’est mieux x)

Tu as aussi raison pour le « si », il n’est pas vraiment nécessaire et alourdit inutilement.

Ensuite, effectivement Alexander n’est pas quelqu’un qui a beaucoup de tact ^^

Alors pour sa défense, il a beaucoup de préoccupations dans ce chapitre, et la première chose à laquelle il pense c’est surtout que c’est son supérieur ^^’

Pour le « ou », c’est vrai que je pourrais mettre un « et » à la place.

Pour la « petite amie », c’était un peu par défaut parce que je ne savais pas quel terme je pouvais mettre à la place, « fiancée » par exemple me semblait un peu fort… Il faudrait que je réfléchisse davantage à la question !

Merci pour tes remarques ! À bientôt :D
Svenor
Posté le 09/12/2020
Me voilà pour le troisième chapitre !

Alors tout d'abord, y'a un endroit où tu as écris "trainait" au lieu de "trainer".
Ensuite :
J'aime bien le petit passage sur l'orphelinat, mais j'ai du mal à savoir où tu veux aller avec, il est très court et n'apporte pas grand chose au récit, car Alexander retourne immédiatement chez lui (le seul intérêt, c'est de l'éloigner de chez lui du coup :/)
On sent que les personnages sont intéressants, et j'ai l'impression qu'ils seront plus ou moins importants dans la suite de l'histoire (Lia ou le vieillard surtout). Ça donne l'impression que cet "événement" est surtout un prétexte pour raconter un peu de l'histoire d'Alexander, ce qui est très intéressant, sauf que ça raconte pas grand chose de son histoire justement :/. On saisit plus ou moins sa relation avec Lia, le vieux et l'orphelinat en général, mais c'est quelque chose qui aurait pu être fait beaucoup plus simplement sans avoir à rusher un moment important (je trouve) de l'histoire. Pour faire une analogie, c'est un peu comme si ton personnage avait fait un voyage de 200km en 30 lignes pour que le lecteur puisse apprendre son passé. Alors évidemment, ça sert aussi à introduire des personnages dans ce cas (il me semble), mais je pense tout de même qu'il serait mieux de revoir cette partie pour la faire durer un peu, ou la présenter autrement. En fait, ce passage à l'orphelinat casse le rythme du roman, car on passe d'une ambiance plutôt calme et qui prend son temps (et c'est pas du tout un défaut, au contraire !) avec Alexander et le prince à un passage qui comporte plus d'action et d'interaction que tes deux premiers chapitres réunis, compilé dans une moitié de chapitre.

Je sais pas si c'est très clair, dans tous les cas j'ai hâte de lire la suite !
Pour contrebalancer ça, je trouve que le passage avec Alexander et son supérieur s'intègre très bien au reste du texte.
Mathilde Blue
Posté le 09/12/2020
Coucou :D

Oups, tu fais bien de me faire remarquer cette faute ^^’

En ce qui concerne le passage sur l’orphelinat, c’est vrai que l’une de ses raisons d’être c’est d’éloigner Alexander de chez lui, mais c’est surtout que je voulais introduire un passage qui permettait de donner quelques informations sur Alexander (sur sa manière d’être et sur sa vie, sans raconter celle-ci en détails non plus, ce n’est pas le but). Les personnages introduits ne sont pas très importants mais je voulais montrer d’où Alexander venait avant d’enchaîner sur la suite. Les deux premiers chapitres étaient très calmes car ils mettaient la situation en place, mais désormais Alexander et Altaïs se retrouvent pris par le temps, comme l’a plus ou moins fait remarquer le supérieur d’Alexander. Il devait y avoir une rupture avec ce qui précède, j’ai juste choisi de l’amener à travers Alexander :/

Je ne sais pas non plus si mon explication est très claire, ni si elle te permet d’aborder la scène avec un nouveau point de vue ^^’ N’hésite pas à me dire ce que tu en penses !

Je suis quand même contente que tu sois toujours motivée pour lire la suite en tout cas ! Merci beaucoup et à la prochaine ;)
Svenor
Posté le 09/12/2020
Oui d'accord, du coup je comprends plus ou moins ce que tu voulais faire. C'est vrai que ça permet de faire passer ce changement par un événement extérieur au lieu de juste rompre directement le calme du texte, mais je persiste à penser qu'il est possible d'accélérer les actions et événements sont changer radicalement de rythme d'écriture. Ce n'est pas parce qu'une action se déroule rapidement qu'elle doit être décrite rapidement à mon avis. Mais effectivement, ça peut marcher comme ça x)
Mathilde Blue
Posté le 09/12/2020
Oui, je vois ce que tu veux dire. Dans ce cas j'essaierai d'allonger cette scène lors de la réécriture !
Vous lisez