Chapitre 3

Le teint de Monsieur Lic s’harmonisa à la couleur des murs en pierres. Jamais de mémoire de ministère de l’inventaire, il n’y avait eu de pareils chiffres.

Le taux de réclamation avait tant augmenté que Monsieur Lic dut prendre une pleine respiration avant de lire le compte rendu.

— Les litiges entre citoyens restent stables. En revanche, celles à l’encontre des fées bondissent de plus de…

La voix de Monsieur Lic se serra soudainement. Il se racla la gorge avant de poursuivre.

– Quarante milles pour cent.

L’extraordinaire nouvelle parvint à mettre à mal la légendaire nonchalance de Madame Corne qui se leva brusquement. Elle se dirigea à grands pas vers Monsieur Lic, lui arracha le parchemin pour vérifier l’information de ses propres yeux avant d’en tirer ses propres conclusions.

— Il s’agit forcément d’une erreur. Certainement un stagiaire qui aurait besoin de retourner réviser ses tables d’addition.

Poch ne put retenir une moue désapprobatrice qui n’échappa pas à Madame Corne.

— Une remarque à faire, Pog ?

— C’est Poch, Madame.

— J’ai pas de temps à perdre avec les détails, Pom. Alors ? Une théorie à nous partager ?

Poch s’enfonça dans son fauteuil et se mordit la joue intérieure. Cette Madame Corne commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs, mais il avait besoin qu’elle rédige un compte rendu favorable sur sa mission. Sans ça, il ne pourrait jamais valider son dossier après de l’académie des Sages, dont la principale qualité à détenir était la patience. Poch sentait la sienne s’amenuiser chaque minute.

Monsieur Lic était bien trop absorbé par l’analyse des chiffres des réclamations pour porter attention à la détresse grandissante de Poch. Ce dernier se concentra sur les gouttes de pluie et flocons qui dansaient derrière la grande fenêtre, pour apaiser la tension qui enserrait son cœur.

L’un des cristaux de neige virevoltait, se cognait à plusieurs reprises contre la vitre, rebondissait puis revenait inlassablement.

— Marrant ce flocon, murmura Poch.

— T’as dit quelque chose, Pof ? l’interrogea Madame Lic.

Poch soupira discrètement avant de lui répondre.

— C’est Poch et je disais que y’avait un flocon plutôt rigolo qui s’agite devant la fenêtre comme s’il voulait rentrer dans la pièce.

Madame Corne fronça les yeux à la recherche du fameux flocon, et se mit à hurler.

— Espèce d’idiot ! Ce n’est pas un flocon, c’est une fée !

Poch sauta de son fauteuil comme si un dragon venait de lui chauffer les fesses et il se pressa vers la fenêtre pour l’ouvrir et laisser entrer la pauvre fée complètement gelée.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Nathalie
Posté le 26/01/2023
Bonjour Cocochoup

Petites corrections :
Quarante milles pour cent. → mille (mot invariable)

Des réclamations contre les fées ? Ben alors mesdames ! On ne fait plus son travail correctement ! Ahlala, ce n’est plus ce que c’était, hein !
itchane
Posté le 12/12/2022
Re-hello ^^

C'est super agréable la lecture par mini-chapitres comme ça, juste assez long pour donner des infos et juste assez court pour qu'on en veuille toujours un de plus ^^

Ce pauvre Poch... j'avais un avis plutôt sympathique sur Mme Corne en tout premier chapitre mais après ces chapitres 2 et 3 je me dis qu'en fait c'est une saleté !

Je me demande ce que le peuple reproche aux fées... la nouvelle arrivée nous mettra sûrement sur la piste : )
Cocochoup
Posté le 13/12/2022
Je suis contente que le format te plaise. J'avais peur que ça fasse un peu trop court!
Et oui, Madame Corne a un sacré caractère!
Vous lisez