Chapitre 3

Par _HP_

    Nous dépassons le lycée, fermé pour les grandes vacances, puis, plusieurs dizaines de mètres plus loin, nous arrivons devant l’immeuble. Mes parents, ma sœur et moi sortons de la voiture, avant de pousser la porte et d’entrer dans le hall. Là, nous retrouvons le propriétaire qui nous attend. Il nous emmène devant la porte de l’appartement 22, au deuxième étage, et nous laisse entrer. Ma sœur et moi visitons assez rapidement toutes les pièces, trop excitées pour écouter plus de la moitié de ce qu’il disait. Nous retournons dans le salon, où il nous demande si nous sommes toujours partantes.

 

« Bien sûr ! nous exclamons-nous en chœur.

 

    Le propiétaire, sourire aux lèvres, nous annonce donc que c’est ok. Après quelques informations et questions, nous partons. Ce n’est qu’une fois sorties de l’immeuble que nous nous autorisons, ma sœur et moi, à exprimer notre joie.

 

– Allez, encore une semaine avant de pouvoir emménager ! soupire ma sœur en montant dans la voiture.

 

– Tant mieux, ça vous laisse une semaine pour emballer vos affaires ! » nous dit notre père en riant.

 

    Ma mère, ma sœur et moi l’imitons.

 

    Lorsque nous déposons nos premières affaires, ma sœur et moi nous regardons, heureuses. Nos parents nous rejoignent, accompagnés de Paula, Tom et Zoé, la meilleure amie de Camila, tous chargés de nos affaires. Ils sont venus nous aider à apporter nos affaires. À 7, ça va vite. Une fois tous les sacs, cartons, etc, entassés dans le salon, ma sœur fait visiter l’appartement à nos amis. Pendant ce temps, la partie “mère-poule“ de ma mère fait son apparition.

 

« Vous faites attention hein, et puis vous vous organisez, vous faites pas les courses au dernier moment. Vous repoussez pas le ménage et le rangement, vous inquiétez pas vous allez vous y habituer. Et puis surtout vous nous appeler s’il y a un problème, et puis non, même s’il n’y a pas de problème appelez-nous parfois hein, insiste ma mère. Mais bon, il ne va pas y avoir de problème, qu’est-ce que je raconte, oh ! je vais vous porter la poisse ! Et vous avez le lycée à 5 minutes à pied...Oui, évidemment que tout va bien se passer...Oh François, tu es sûr que nous avons raison de faire ça, continue-t-elle en se tournant vers mon père. Je ne sais pas si....

 

– Chérie, l’interrompt doucement mon père en posant une main sur son épaule, arrête-toi là. Tu as dû faire le tour, non ? demande-t-il en me regardant, un sourire sur ses lèvres.

 

    Je lui souris en retour, amusée par la nervosité de ma mère.

 

– François, je ne rigole pas, réplique ma mère, un peu énervée. On ne sait pas ce qu’il peut se passer. Et nous ne serons pas là pour les protéger, oh mes petites filles chéries ! recommence-t-elle, anxieuse,d’un ton presque suppliant et désespéré.

 

    Elle continue encore, jusqu’à ce que mon père lui dise, d’une voix douce mais ferme, d’arrêter de s’inquiéter. Camila, Paula, Tom et Zoé arrive à ce moment.

 

– Trop cool cet appart ! s’exclame mon meilleur ami.

 

– Bon, hum, on va vous laisser, dit mon père.

 

    

    Ma mère hoche la tête. Après nous avoir embrassées, nos parents quittent l’appartement. Nos amis partent peu de temps après. Nous commençons à ranger des affaires, dont on va avoir besoin : vêtements, vaisselle... Je regarde l’heure : 13h25. Ma sœur et moi sortons de l’immeuble et nous dirigeons vers la pizzeria de la rue d’à côté. On mange sur place avant de prendre le chemin du supermarché, toujours à pied. Nous achetons de quoi manger pour plusieurs jours, puis rentrons. Nous continuons à ranger nos affaires, ce qui nous prend 2 bonnes heures, étant donné que nous nous disputons pour savoir où mettre tel ou tel objet, et que nous dansons, chantons au rythme de la musique diffusée par la télévision. On s’installe ensuite sur le canapé et on met un film.

    Je me balade ensuite dans l’immeuble, histoire de visiter et de connaître un peu le bâtiment dans lequel j’habite. C’est ainsi que je découvre, heureuse, la piscine couverte de l’immeuble. Toute contente, je remonte alors au deuxième étage pour l’annoncer à Camila. On se change, prend serviettes et lunettes de piscine, avant de descendre. Dans les escaliers, Camila me demande :

 

– T’as pas peur que des gens de l’immeuble nous voit ?

 

– Pas très grave, dis-je en haussant les épaules. 

 

– Imagine y a un pervers dans l’immeuble, plaisante ma sœur en riant.

 

    Je joins mes éclats de rire aux siens, puis ma sœur reprend :

 

– Tu veux pas au moins qu’on se couvre avec notre serviette ? »

   

    Je soupire, d’un air exagérément et faussement agacée, avant de sourire et de le faire. Elle m’imite, puis nous arrivons enfin dans le hall. Contrairement aux inquiétudes de Camila, nous n’avons croisé et ne croisons personne lorsqu’on pousse la porte de la piscine. Nous posons nos affaires sur les transats placés autour du bassin, avant de descendre les marches.

    Je plonge dans l’eau. Elle est chauffée, cela se sent dès qu’on rentre dedans. On n’a donc aucune difficulté à rentrer dedans !

    Je sors de l’eau, me dirigeant vers la porte que j’ai aperçue, dont la mention “Accessoires“ est écrite en rouge au milieu. J’appuie sur la poignée : aucune résistance. Je pousse la porte et me retrouve face à des ballons, des bouées, des anneaux, des “frites“, et bien d’autres objets. J’attrape deux bouées licornes pleines, une dorée et une blanche, classique, et une balle ; puis je retourne dans l’eau. Je pousse la bouée couleur or vers ma sœur, avant de monter sur l’autre. J’attends que Camila soit assise sur sa licorne, et je lui lance le ballon. On joue ainsi pendant une grosse heure, puis je le jette sur le rebord. J’amène comme je peux ma bouée près de la sienne, et j’essaie de la pousser dans l’eau. Après un cri de surprise, elle me rend la pareille. Une heure après, nous rangeons bouées et ballons, nous séchons et retournons à l’appart. Je me douche et me rhabille ; je m’allonge ensuite sur mon lit. Je prend mon téléphone, et traine sur les réseaux. Je lève la tête quelques minutes plus tard, lorsque Camila toque à la porte. Je lui dit d’entrer ; elle s’approche de moi :

 

« J’ai un pote qui fait une soirée, ce soir. J’y vais avec Zoé, du coup je serais pas là, désolée.

 

– Pas de soucis.

 

– Je pars plus tôt, je vais manger chez Zoé avant.

 

– T’inquiète pas, profite. »

 

 

    Elle sort de ma chambre.

    Je suis en train de manger lorsqu’elle me serre dans ses bras en guise d’au revoir. Je finis de manger et fais la vaisselle, avant de retourner dans ma chambre et d’appeler ma cousine, qui vit à Miami. Nous restons au téléphone plusieurs dizaines de minutes, avant qu’elle parte en boite avec ses amis, pour fêter son anniversaire. Je met le premier épisode d’une série, trouvée sur Netflix, ayant l’air assez intéressante, et pas trop absurde, contrairement à beaucoup d’autres.

    J’éteins mon ordinateur après le troisième épisode. Je me mets en pyjama, éteins toutes les lumières de la maison et allume celle devant la porte, sur le palier, pour Camila, lorsqu’elle rentrera. Je me couche ensuite. Une demi-heure plus tard, j’entends la porte s’ouvrir et ma sœur chuchoter, accompagnée d’une voix plus grave, plus masculine. Je ne suis pas surprise, j’ai l’habitude des coups d’un soir de ma sœur. Je m’endors rapidement, après que la porte d’entrée ait été refermée. 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Justdream
Posté le 14/11/2019
C'est encore moua ! J'ai relevé quelques petits trucs, alors je te les partage : « Lorsque nous déposons nos premières affaires, ma sœur et moi nous regardons, heureuses. Nos parents nous rejoignent, accompagnés de Paula, Tom et Zoé, la meilleure amie de Camila, tous chargés de nos affaires. Ils sont venus nous aider à apporter nos affaires. »
On trouve le mot « affaire » répété trois fois.

« Pendant ce temps, la partie “mère-poule“ de ma mère fait son apparition. »
Le terme « partie » ne me semble pas approprié… Le côté ?

« Camila, Paula, Tom et Zoé arrive à ce moment. »
Ils ne sont pas venus aider lors du déménagement ? Tu les nommes quelques paragraphes avant, après vérification. Alors, ils les rejoignent après ou avaient juste aidé à emballer les cartons ? C’est un p’tit point à éclaircir.

Haaaan une pisciiiine ** Le propriétaire l’avait caché ? Le petit coquin !

Pour Miami, il y a du décalage horaire. Du coup, j’ai un doute sur l’heure d’aller en boite de nuit… mmh. C’est – 5 heures d’après Google. Si nous sommes le soir, c'est donc l'après-midi pour la cousine. C'est tôt pour fêter un anniversaire en boite, sauf si nous sommes proches de Miami ? En fait... où sommes dans quel pays ? J'ai peut-être loupé l'information...

En tout cas, la grande sœur a du caractère ! Elle va bien s'amuser grâce à cette nouvelle liberté. Je me demande ce qu'une pendaison de crémaillère va donner si elles en organisent une xD
_HP_
Posté le 14/11/2019
Oupsii XD

C'est vrai, je cherchais le mot mais ne le trouvais pas XD Merci à toi ^^

Dans le paragraphe "mère-poule", juste avant cette phrase, il est dit que la soeur fait visiter l'appart à tout ces amis. Ils reviennent donc, et c'est pour ça que l'un deux s'exclame "Trop cool... !"

Ouiiiii !! Méchant !!!

J'avais pas pensé à ça XD j'oublie tous les petits détails XD merci ^^

Et tu sais quoi ? ELLES VONT EN FAIRE UNE !!! :p XD XD
Vous lisez