Chapitre 29. (partie 2)

Par dcelian
Notes de l’auteur : Petite info : il est fait mention du Porc Rouge dans ce chapitre, et de certains détails qui ne vous sont probablement pas familiers. C'est normal, j'ai tout réécrit ! Comme quoi je reste pas là à rien faire, faut croire !
Enfin bon voilà, je retape certains morceaux déjà écrits par-ci par-là, mais j'essaie de faire en sorte que ça ait pas d'impact sur les lecteurs déjà avancés. C'est juste pour le plaisir (j'ose espérer) des nouveaux venus :D
Du coup forcément je vous en informe pas à chaque fois hein, mais voilà : pas de panique. Et bonne soirée !

Soa n'a pas passé une bonne nuit. Pas du tout, même, mais le voilà réveillé, pourtant, il faut bien. Partout sous ses paupières, il y avait le masque et sa silhouette. Ses trous noirs pour les yeux, son long bec étrange, son corps difforme à la démarche inanimée. Il y avait aussi des monstres plus terribles encore, les monstres du passé, qui évoluaient étrangement, au milieu d’une scène d’herbe noire, comme des danseurs informes, menaçants. Des ombres de mort. Au centre, Clé...a. Où est passé C.lé..A ? Il. ne sait.

« Un Inquisiteur », a déduit Eliane suite à l’apparition nocturne. Soa ne pense pas. Il n'en a jamais vu de ses yeux, mais les Inquisiteurs sont le corps armé représentant l'Eglise, ce sont des soldats, des gardes. Ça, c'était autre chose. Eliane n'a rien aperçu, pas une ombre, elle l'a simplement tiré vers l'arrière, aussitôt refermé la porte du magasin, fin de l'histoire. Soa ne comprend pas. La chose était à deux pas de lui, comment aurait-elle pu ne pas la remarquer ? Pourtant, elle n'a pas l'air de mentir.

Il se lève du lit de fortune qu'Eliane lui a prêté. Au premier, juste au-dessus de la boutique à bric et brac, une petite place dans ce qui ressemble à un cagibi, installé dans un noir complet. C'est largement suffisant.
Il titube et tâtonne un instant avant de mettre la main sur une poignée de porte qu'il abaisse. Là, la lumière grille ses rétines pendant un instant et il continue son périple guidé par le toucher dans le mince couloir qui constitue cet étage. Un couloir et quatre portes.
Au hasard et une fois la vue retrouvée, il y toque discrètement avant de les ouvrir et de s'aventurer dans les autres pièces. Rapidement, la modernité le frappe : la maison est équipée en électricité, et d'une salle d'eau, ce qui est très rare à Pryven. Il n'a pas eu l'occasion de rencontrer l'autre personne qui loge ici, mais Eliane y a fait allusion rapidement, aussi dénombrer deux chambres ne paraît pas étonnant. Ce qui l'est plus, en revanche, c'est leur absence, à toutes les deux. Il est probablement encore tôt, mais leurs chambres sont vides, et les lits n'ont pas l'air d'avoir été utilisés la nuit passée. Dans les chambres, de toutes petites fenêtres éclaircissent vaguement l'endroit. Là encore : rien d'exceptionnel, mais Soa s'y précipite et s'y fixe parce que de l'autre côté, c'est le dehors. Rune.

Sous ses yeux, à travers les carreaux de verre, s'étend la grand-rue. La grand-rue sous un nouvel angle, sous un nouveau jour et un jour nouveau, défaite de ses airs ternes et inquiétants, illuminée plutôt, pas tant par le ciel dont les humeurs changeantes ne varient que de gris clair en gris sombre, mais par les lueurs de la ville et des gens. Des gens, surtout. Beaucoup. Beaucoup plus qu'il n'en a jamais vu, des gens. Tellement qu'on ne la distingue presque plus, la grand-rue, sous leurs centaines de pieds. Une cohorte qui paraît infinie, un véritable attroupement juste là, juste sous lui, et jusqu'au bout de la ville.
C'est normal, ça ?
Des gens, des couleurs, partout, plein, des habits étranges, des costumes, d'énormes étoffes de tissu à formes animales qui défilent et dansent dans les mains habiles des artisans, des enfants, aussi, qui courent en tous sens, le visage radieux. Il est replongé dans l'apparition mystique du Porc Rouge au milieu de la nuit. Lanternes-lucioles et robes étranges, motifs fuselés aux airs changeants, et cette petite fille gravée en lui : tout lui revient brusquement. Ce n'était donc pas un rêve. Il en venait à se poser la question, mais les certitudes s'abattent et aussi sûrement que le doute, chassent l'idée d'un mirage. Pendant ce temps, le tableau surréel qui s'étend jusqu'au bout de la ville continue à se mouvoir gracieusement, serpentant avec calme pour mieux faire valoir ses mille couleurs et ornements. Rune. Fantasque, irréelle, dansante. Et tous ses sourires, assommés d'une bouffée de vie comme elles frappent parfois brusquement.
Elle semble loin, la créature au masque de mort. Et si ça n'avait été qu'un rêve, une illusion, une déformation ?

Il s'arrache finalement à sa contemplation, s'échappe de la ville et retourne dans la petite chambre. Le calme s'abat aussitôt. Plus rien ne bouge. Sortie discrète, dévalement des escaliers : retour à la case départ, le revoici dans l'étrange boutique à bazar, la brocante à fourbi, l'échoppe des vieux souvenirs. Vide. Enfin... Vide d'humain, vide de vie. Tout ce qui dort ici est inanimé, et ça donne un côté presque inquiétant à la pièce surchargée, comme si quelque chose guettait, comme si les objets observaient en silence.
La rumeur de la foule se fraie un maigre chemin jusqu'ici, et le fond de cacophonie qui s'installe illumine la pièce muette, rassurant un peu Soa qui se met à déambuler dans les allées désordonnées, hypnotisé par les babioles défilant silencieusement. Parfois, il leur tend la main si elles retiennent son attention. Vieux pantin de bois abimé et son air vaguement triste, petite soldate de ferraille fière de son beau sabre lustré, poupée à la tête renversée et au regard fascinant de réalisme. Tout un monde vit ici, à l'intérieur de leur monde, objets reclus, oubliés, perdus, auxquels de nouvelles portes s'ouvrent sans un bruit sur ces étagères infinies.

Un puissant vacarme retentit alors quelque part dans les entrailles de la maison, un choc faisant trembler murs et pacotilles entassées, quelque chose qui s'est effondré, peut-être ? Mais le bruit semblait venir d'ailleurs que cette pièce, et d'ailleurs c'est déjà terminé. Soa ne bouge pas, se suspend. Et les jouets se remettent à vibrer dans leurs chaussures cirées à la poussière, par intermittence cette fois, puis des pas se font entendre, lourds, réguliers, des vrais pas de vraies chaussures qui approchent d'il ne sait où.
Alors une porte s'ouvre, là-bas, derrière le comptoir, il ne l'avait pas vue, fondue dans le décor. Derrière, Soa entrevoit rapidement quelques marches d'escalier plongées dans le noir. Il se demande ce qui peut bien s'y cacher d'autre. Puis Eliane émerge du noir et rabat le battant sur son passage. Alors c'est là, qu'elle a passé la nuit, dans une remise ? Non, probablement pas, elle n'a pas l'air de sortir du sommeil. Où conduit cette porte, alors ? Derrière le magasin ? Y aurait-il une sortie dissimulée ? Et dans ce cas, pourquoi l'avoir empruntée plutôt que l'entrée principale ? Le regard d'Eliane se glisse vers lui et un grand sourire l'étire vers le haut, interrompant ses questionnements. Hier, il n'a pas vraiment pris le temps de l'observer. C'est vraiment une femme étonnante. Son visage ne laisse transparaître que des éclats. Solaire. Voilà.

— Ils te plaisent ?"
Soa met un temps à comprendre qu'elle parle des objets. Il détourne les yeux vers eux et rougit sans doute un peu de la remarque pourtant dénuée de mauvaises intentions.
— Tu peux te servir si tu veux, hein. Fais comme chez toi !"
Il laisse ses yeux se perdre sur les étagères et ses lèvres s'étirer légèrement pour toute réponse. Etonnante. Vraiment. Cette façon qu'elle a de s'adresser aux gens sans détour et de leur communiquer sa bonne volonté.
— Vous n'êtes pas ouverts ?", il demande simplement.
L'écriteau à double face indiquant OUVERT vers l'intérieur répond déjà à sa question, mais il faut bien commencer quelque part. Et il est curieux de savoir pourquoi la boutique ferme ses portes alors qu'autant de monde est agglutiné de l'autre côté de sa vitrine.
— Non ! En principe, personne ne travaille aujourd'hui, ou en tout cas personne n'est obligé. C'est la fête de la ville, alors on préfère généralement participer à la parade !"
Soa hoche doucement la tête, voilà qui explique l'effervescence qu'il a aperçue par la fenêtre.
— La parade... c'est tout ce monde dehors ?
— Exactement. Dans l'idéal, toute la ville participe. Dans les faits... On sait comment c'est. Mais ça reste un jour où on peut fermer l'esprit tranquille, et ça je crache pas dessus !
— Et vous... ? Vous ne participez pas ?"

Elle marque une pause et a un regard pour la porte mystérieuse.

— On va pas tarder ! On fignole quelques préparatifs."
Il y a dans son regard une lueur fugace qui dit que ce n'est pas exactement la vérité sans être un mensonge pour autant. Soa décide de ne pas creuser cette brèche.

— Et toi, alors ? T'es pas d'ici, tu voudrais pas voir à quoi ça ressemble ? C'est l'occasion de découvrir Rune sous son meilleur jour. Je peux même te faire faire un tour du quartier si ça te dit !
— Merci. Mais je... je crois que je préfèrerais peut-être y aller seul. Enfin, si ça ne vous dérange pas, bien sûr...
— Mais non, aucun problème, vraiment."

Traversé par un vent de gratitude, il hoche la tête avec un sourire de reconnaissance avant de faire volte-face pour traverser le chaos des bibelots et s'élancer dans la ville.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
dodoreve
Posté le 28/06/2022
Yololo, voilà, j’avance d’un coup

« les Inquisiteurs sont le corps armé représentant l'église » : l’église sans majuscule c’est uniquement le bâtiment, donc peut-être que même dans ton monde qui est différent du nôtre il vaudrait mieux privilégier avec la majuscule pour désigner une institution ?

M A U D E

C’est fou d’avoir laissé un peu ce doute si longtemps, je trouve ça bien vu. Je ne saurais pas trop dire pourquoi, mais ça se retrouve bien dans ton histoire.

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de la boutique, c’est très joliment formulé et retranscrit. Ça ne se prête pas trop au relevé ceci dit, donc ne prends pas la taille de ce commentaire pour un mauvais signe !

Je file à la suite (je crois), à tout de suite !
dcelian
Posté le 02/07/2022
Youhou c'est encore mwé

Oui toutafé, c'est une coquille de ma part d'avoir oublié la majuscule à "église", merci c:

"M A U D E
C’est fou d’avoir laissé un peu ce doute si longtemps, je trouve ça bien vu. Je ne saurais pas trop dire pourquoi, mais ça se retrouve bien dans ton histoire."
Haaaaa ma ptite Maude ;-;
Tant mieux si t'as trouvé cette attente cool, ça me fait super plaisir. Après, le passage reste mystérieux, on sait pas vraiment ce qui s'y passe... La suite apportera sûrement des réponses (j'espère lol)

"J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de la boutique, c’est très joliment formulé et retranscrit. Ça ne se prête pas trop au relevé ceci dit, donc ne prends pas la taille de ce commentaire pour un mauvais signe !"
Ahhh merci c'est adorable, j'ai mis beaucoup de temps à écrire ce chapitre justement parce que j'avais du mal avec ce passage en particulier, alors si le résultat final te paraît réussi, c'est vraiment vraiment cool !!
Pas de souci pour ton pti com', après tout si t'as rien de plus à dire faut carrément pas te forcer. Et c'est déjà tellement fou que tu continues à me lire... Alors zéro souci <3
dodoreve
Posté le 05/07/2022
"La suite apportera sûrement des réponses (j'espère lol)" Ce teasing de malade ouèche

D'ailleurs j'ai été revoir ce passage et je pense que retrouver Maude était trop wow sur le coup, mais faudrait tout de même que j'insiste sur le fait que la fin de ton texte est juste géniale ? Enfin je pense que tu avais moyen de savoir que ça me plairait carrément, mais comme mon commentaire ne s'étendait pas trop et que j'y reviens avec le tien, je te confirme que le rythme et les répétitions me plaisent à fond les ballons. Je pense que pour les deux associations ternaires ("Sang chaud, gris-gris et sortilèges." / "Sang-froid, sang ocre et Sanctuaires.") je comprendrai un peu mieux plus tard (ocre ? j'ai peut-être oublié cette couleur avec le temps mais est-ce qu'on la croisait plus tôt dans ton histoire ?), mais ça donne déjà un roulis assez cool. "Et puis le sang se tait." ça tient de l'évidence par rapport à ce dont on a déjà discuté et mon rêve sur le sang mais évidemment c'est le feu, j'adore. D'ailleurs, avant : "Toute chose étant égale par ailleurs, là où la vie naît elle doit aussi flétrir. Il est sur cette terre et son sol ingrat des règles dont nul ne peut s'affranchir." - ça me rappelle énormément les règles un peu hors du temps qui valent aussi au sein des rêves, comme une conscience un peu souterraine, du genre de celles qui nourrissent les mythes aussi, je sais pas si tu vois ? En tout cas c'est autant quelque chose à lire qu'à ressentir donc voilà, non seulement ça me plait tout particulièrement, mais en plus c'est rudement bien écrit huhu (mais ça je te l'ai déjà dit aussi dans le futur aka le commentaire du prochain chapitre)

Tu es probablement en train d'écrire en ce moment donc je t'envoie des bonnes vibes, avec hâte de lire la sUiTe siouplait !! (enfin c'est pas pour t'empresser vu le temps que je mets à rattraper : simplement pour te manifester mon engouement et t'encourager malgré tout huhu)
dcelian
Posté le 05/07/2022
<3<3<3
AIODABOCQIOL merci c'est toi qui es trop génial.e
Héhé oui effectivement, ces délires de répétitions et de sang, je me doutais que ça serait bien reçu de ton côté ;)

Pour les deux comptines qui ouvrent et concluent le passage : oui, je tenterai de les éclaircir au moins un peu par la suite. Mais j'aimerais aussi (c'est mon côté démoniak) que le lecteur finisse par comprendre certaines choses par lui-même au fur et à mesure qu'on avancera, donc j'en dirai le moins possible. D'autant que ça reste du détail, donc c'est pas dérangeant pour la trame si on rate ce rikikibout de rien dutou.

Pour la loi "hors du temps" : oui !!! Toutafé d'acc avec toi. C'est d'ailleurs une règle qu'on apprend en cours d'éco, figure-toi, en tout cas c'est des restes de mon lycée qu'elle me vient ! Et je me souviens que, si c'est un principe assez fondateur des économies, il est aussi transposable au monde de manière plus générale, et je trouve ça très intéressant. En plus ça m'a permis de faire une rime, autant dire : j'étais comblé hahaha

Mais plus sérieusement, j'adore introduire des phrases comme ça dans une histoire de fantasy, parce que souvent les règles universelles sont un peu bouleversées dans ces mondes différents du nôtre, or là ça permet d'établir un principe qui s'applique à tout mon univers (discrètement, bienzur), et qui pourrait bien (pourrait!) servir par la suite c:
Du mystère, du mystère...

En tout cas MERCI cétrochou d'avoir souligné que t'avais bien kiffé ça, et j'étais effectivement en train d'écrire donc je vais y retourner de ce pas !! Merci pour les bonnes ondes, et OUI : vivement la suite *-*
<3<3
dcelian
Posté le 05/07/2022
Mon smiley a été découpé : je suis dévasté
Sklaërenn
Posté le 22/04/2022
Yopla, j'ai enchaîné :D

Pas de soucis pour les modifications que tu as apporté, je comprends tout à fait d'ailleurs. J'ai un peu la même sur mon histoire à quasi la fin du .T2 et à reprendre, recaser des trucs depuis le début du T.1, etc... ahah.

"Soa n'a pas passé une bonne nuit. Pas du tout, même, mais le voilà réveillé, pourtant, il faut bien. " Pauvre Soa '-' il a tout le contraire de Gaelle qui, semble-t-il, a bien dormie de son côté.

"Là encore : rien d'exceptionnel, mais Soa s'y précipite et s'y fixe parce que de l'autre côté, c'est le dehors. Rune." Oh ! Il y est :D

"C'est normal, ça ?" C'est sur que ça doit lui changer la vie de voir autant d'effervescence ici !

"Et les jouets se remettent à vibrent dans leurs chaussures cirées à la poussière, par intermittence cette fois, puis des pas se font entendre, lourds, réguliers, des vrais pas de vraies chaussures qui approchent d'il ne sait où." à vibrer, non ?

"Maude dort du sommeil lourd et paisibles de ceux qui ne reviennent plus. " Ah non hein T_T Ma choupi Maude ;-;

"Et puis le sang se tait." Niiiiion >O<

Rune semble tellement captivant à visiter ! Surtout pas temps de parade ! J'aurai très envie d'y aller ! Je me demande ce que tu nous as prévu pour la suite. En tout cas, je reste fidèle au poste et prête à lire la suite quand elle sera prête à être lue ;) Parce que ta plume, je n'en lasse pas <3
dcelian
Posté le 29/04/2022
"Pas de soucis pour les modifications que tu as apporté, je comprends tout à fait d'ailleurs. J'ai un peu la même sur mon histoire à quasi la fin du .T2 et à reprendre, recaser des trucs depuis le début du T.1, etc... ahah."
>> Rhalalaaa mais quelle galère dans laquelle on s'embarque, jte jure !!!! Heureusement que ça en vaut le coup c:

"Pauvre Soa '-' il a tout le contraire de Gaelle"
>> Hahaha mais oui, pauvre choupi punaise... Je joue beaucoup de ce truc là, le fait qu'il se passe soit exactement la même chose pour eux deux, soit l'exact opposé. ça me fait doucement ricaner, et puis ça permet aussi de continuer à faire le lien entre eux malgré leur distance géographique !

""Là encore : rien d'exceptionnel, mais Soa s'y précipite et s'y fixe parce que de l'autre côté, c'est le dehors. Rune." Oh ! Il y est :D"
>> o u i
ENFIN ! Trop chouette si tu trouves la ville captivante rohlala c'est archicool gohgizrpgjojaefka
J'ai mis LONGTEMPS avant de lui trouver une personnalité qui lui aille, mais je suis vraiment content du résultat ! Enfin, du résultat que j'ai dans la tête quoi, je parle comme si j'étais architecte non mais pour qui jme prends moué

"J'aurai très envie d'y aller !"
:'> t'es adorable jpp

"à vibrer, non ?" OUI carrément, merci punez !

""Maude dort du sommeil lourd et paisibles de ceux qui ne reviennent plus. " Ah non hein T_T Ma choupi Maude ;-;
"Et puis le sang se tait." Niiiiion >O<"
;-;

"En tout cas, je reste fidèle au poste et prête à lire la suite quand elle sera prête à être lue ;) Parce que ta plume, je n'en lasse pas <3"
>> mais hapeghapgpajedpokjviog MERCI C'EST TROP AHHHH J'ai trop de la chance de t'avoir ici, ça me touche beaucoup, vraiment <3
J'essaierai de pas vous faire trop patienter pour la suite c:

A BIENTÔT
Vous lisez