Chapitre 28

Notes de l’auteur : Coucou ! Euh... Bon... C'est un chapitre violent (très violent même ^^'), mais promis les prochains chapitres le seront moins ! Bonne lecture !

TW : Torture

Altaïs hoqueta de douleur lorsqu’un nouveau coup le percuta. Un goût métallique envahit sa bouche et il recracha un filet de sang. Adhara le toisa de son regard sombre et fit légèrement tourner son poignet pour dégourdir l’articulation qu’il sollicitait à outrance depuis plusieurs heures. Il avait retroussé les manches de sa tunique pour être plus libre de ses mouvements, mais cela n’avait pas empêché le sang de son cousin de gicler sur le tissu blanc.

Altaïs devait au moins lui reconnaître qu’il n’hésitait pas à se salir les mains, même si la rancune que le roi ressentait à son égard ne devait pas être étrangère à la violence de ses coups. Le regard du prince glissa brièvement sur Elaran, qui observait la scène, impassible.

— Je me répète, pourquoi as-tu tué mon père ?

Les yeux pâles se braquèrent à nouveau sur le roi.

— Je ne l’ai pas tué, souffla-t-il.

Adhara ferma les yeux un instant et sa main s’entoura de magie. Un long fouet s’y matérialisa. Une seconde plus tard, il déchirait l’air et la peau de son cousin. Altaïs cria et le fouet claqua à nouveau. Impitoyable.

— Menteur, siffla Adhara.

— Je ne l’ai pas tué, balbutia Altaïs.

Son regard s’était voilé de douleur. Il encaissait les coups et répétait inlassablement les mêmes mots depuis des heures. Il n’avait plus la force de tenir tête à Adhara, ou même de retenir ses cris. Cela faisait bien trop longtemps qu’il avait atteint ses limites.

— Bien, nous allons adopter une méthode différente.

Un long tisonnier brûlant apparut dans sa main, remplaçant le fouet. Altaïs blêmit alors que de mauvais souvenirs envahissaient son esprit. Sur son épaule, la salamandre sembla se réveiller.

— Je brûlerai chaque parcelle de ta peau, jusqu’au moment où tu me diras la vérité.

Une terreur sans nom assombrit les yeux pâles.

— Je te dis la vérité ! se défendit-il, épuisé. Mais tu es déjà persuadé de la connaître et tu n’accepteras jamais d’entendre autre chose…

Son hurlement résonna longuement autour d’eux lorsque le tisonnier laissa une longue brûlure sur sa peau, traversant son ventre de part en part. Il ferma les yeux et tenta de refouler ses larmes, tandis que ses mains se refermaient violemment sur les chaînes qui le retenaient. Il haletait, rendu fou par la douleur. Lentement, le souffle court, il rouvrit ses paupières et planta son regard dans celui du roi avec colère. Il en avait assez. Assez de ces accusations. Assez de cette souffrance.

— Tu peux briser mon corps, mais tu n’auras jamais rien de plus !

Des larmes de rage et de douleur menaçaient de déborder de ses yeux. Il peina à reprendre sa respiration avant d’ajouter, la voix cassée :

— Je n’ai pas tué ton père !

Adhara s’apprêtait à répondre lorsqu’Elaran se rapprocha.

— Il suffit, Altaïs.

Son esprit frappa violemment celui du prince. Les chaînes se tendirent dans un cliquetis métallique lorsqu’il rejeta la tête en arrière, les dents serrées. Il ne pouvait pas cesser de lutter… Il ne pouvait pas se laisser mourir. Mais plus rien ne paraissait le retenir désormais. Il n’y avait rien d’autre que la souffrance. Celle de son corps qu’Elaran puis Adhara s’étaient méticuleusement employé à détruire. Celle de son esprit dévasté par ce qu’il subissait depuis des années, déchiré par la magie de son oncle. Celle de son cœur brisé par sa séparation avec Alexander. Il trembla.

— Ce n’était qu’un énième coup d’éclat, lâcha Elaran à l’adresse du roi. Mais il est à bout. Je ne pense pas que tu parviendras à en tirer quoi que ce soit.

— Comment est-ce possible que tu ne parviennes pas à passer le verrou posé sur ces souvenirs ?

Elaran tourna son visage sévère en direction du prince enchaîné.

— Il a simplement dû trouver un mage plus puissant.

Altaïs n’eut pas la force de réagir. Il gardait la tête baissée. Ses mèches sombres collaient à son front perlé de sueur et dissimulaient son regard éteint. Adhara soupira longuement et fit disparaître le tisonnier. Las, il se pinça l’arête du nez entre le pouce et l’index. Il avait beau questionner son cousin depuis des heures, celui-ci ne révélait rien. Il devait reconnaître qu’Altaïs avait du cran. Il ne connaissait pas grand monde qui aurait encaissé la torture comme le jeune homme le faisait. Sa fierté mal placée et son sale caractère devaient sans doute l’aider à lui tenir tête, mais il ne parvenait plus à cacher son épuisement.

Quant à lui, il avait beau frapper, il ne parvenait pas à atténuer la rage qui l’habitait. Altaïs ne lui dirait rien de ce qu’il voulait entendre.

Quelques coups discrets résonnèrent contre la porte et Adhara l’ouvrit d’un geste sec. Un homme, peut-être un intendant, lui murmura quelque chose, mais Altaïs n’entendit pas. Les sons lui paraissaient lointains, étouffés. Sa conscience même lui échappait.

Soudain, Adhara se retourna vivement et effaça rapidement la distance qui le séparait du prisonnier. Il l’attrapa violemment par la gorge et Altaïs hoqueta, autant de surprise que de douleur.

— Qu’est-ce que tu as fait ? aboya-t-il.

Si Adhara lui avait paru en colère jusqu’ici, ce n’était rien comparé à la folie qui semblait l’avoir désormais envahi.

— Tu veux mettre le royaume à feu et à sang ?

L’article. Les rumeurs avaient enfin atteint la capitale et le palais royal. Altaïs aurait presque pu éprouver du soulagement.

Presque.

Car Adhara semblait sur le point de le tuer. Sa main serrée autour de sa gorge l’étouffait. Il essaya désespérément de respirer, mais pas un filet d’air n’atteignit ses poumons. Une larme roula sur sa joue alors que le décor s’obscurcissait.

Il suffoquait.

Soudain, la main ne fut plus en contact avec sa peau. Il inspira brusquement, mais son soulagement fut de courte durée, car la poigne de fer agrippa ses cheveux pour le forcer à relever la tête.

— Si tu crois que cela changera quoi que ce soit, tu te trompes, le menaça Adhara. Je te fais la promesse que demain soir tu seras mort.

Altaïs tressaillit et une vague de désespoir le submergea.

— Je ne l’ai pas tué, murmura-t-il d’une voix brisée.

Adhara resserra légèrement sa prise sur les mèches sombres. Son visage était si près de celui de son cousin qu’il pouvait voir chaque blessure, chaque cicatrice, chaque sillon sanglant qui tachait sa peau diaphane de rouge. Il avait pourtant essayé de l’épargner, pour qu’Altaïs puisse tout de même lui répondre. Mais il devait reconnaître qu’il avait massacré son cousin.

Deux ans qu’il ruminait sa haine et sa rancœur, et enfin le prince se retrouvait à sa merci. Il n’avait pas retenu ses coups. Mais s’il voulait qu’Altaïs survive jusqu’au lendemain, il lui faudrait sans doute envoyer quelqu’un soigner ses blessures les plus graves.

— Je ne te crois pas, articula-t-il, détachant soigneusement chaque syllabe.

Il relâcha sa prise.

— Inutile de continuer. Tu ne m’apprendras rien.

Il abaissa lentement les manches de sa tunique.

— Nous nous reverrons demain, une dernière fois.

Et il sortit, laissant Altaïs et Elaran seuls. Ce dernier croisa les bras sur sa poitrine, le visage impassible.

— Le coup de l’article était bien joué, reconnut-il. Mais inutile.

Il s’approcha de quelques pas et redressa à son tour le menton du prince, qui n’avait plus la force de le faire lui-même.

— Ne me touche pas, souffla-t-il faiblement.

Il n’était plus en état de supporter cela. Elaran s’insinua violemment dans son esprit. Altaïs craqua. Son hurlement se répercuta sur les murs de sa cellule et loin dans les couloirs des cachots. Les images et les émotions que lui imposait Elaran le détruisaient. Celles de son exécution. Celles de la mort d’Alexander.

— Demain, tout sera fini.

Les paroles d’Elaran résonnèrent cruellement autour d’eux. Il se détourna finalement du prince, et suivit le même chemin qu’Adhara quelques instants plus tôt. Resté seul, Altaïs étouffa un sanglot.

Finalement, la mort serait peut-être bienvenue.

 

***

 

Aliss toqua doucement à la porte.

— Entrez !

Elle l’ouvrit sans un bruit et se faufila à l’intérieur. Natt était assis devant son grand bureau en bois massif, visiblement concentré. Il releva à peine la tête lorsqu’Aliss entra, et celle-ci attendit patiemment que l’homme finisse ce qu’il était en train de faire. Lorsqu’enfin il s’adossa contre le dossier de la chaise, Aliss prit la parole :

— Tu as entendu les rumeurs au sujet de l’article ?

— L’inverse aurait été difficile. Je l’ai lu à vrai dire.

— Tu y crois ?

Natt ôta ses fines lunettes et les posa sur le bureau devant lui.

— Quelle est ta vraie question ?

— Quelle sera ta position demain ?

Elle en avait assez que Natt se dérobe sans arrêt. Elle voulait une réponse claire. L’homme joignit ses mains sous son menton, pensif, tandis qu’Aliss reprenait d’une voix ferme :

— Je sais que tu es allé voir Altaïs. Tu as vu l’état dans lequel il se trouve. Tu ne peux pas l’avoir regardé droit dans les yeux et le croire coupable.

Natt acquiesça.

— C’est vrai, répondit-il. Je ne le crois pas coupable.

— Alors tu dois t’élever contre ce procès idiot ! asséna la jeune femme.

— Non.

Aliss en resta bouche bée, puis la colère enflamma son regard.

— Comment ça « non » ? siffla-t-elle. Tu veux laisser mourir ton frère ?

Natt soupira.

— Bien sûr que non, mais attaquer de front serait contre-productif. Cet article va changer les choses. Demain, les mots « mensonges » et « complot » seront sur toutes les lèvres, ou presque. Le peuple sera contre nous, et nous diviser maintenant à la vue de tous est la pire chose que nous pouvons faire si nous souhaitons garder ce qu’il reste d’équilibre dans ce royaume.

— Que proposes-tu alors ? Adhara est trop buté pour nous écouter.

— Je sais que tu l’as convaincu de te laisser lire les souvenirs lors du procès.

— Altaïs m’a affirmé que je ne trouverai rien dans les siens.

— Dans les siens non, mais il y aura des témoins.

— Qui ne seront pas en notre faveur, l’interrompit Aliss.

— Pour l’instant.

La jeune femme fronça les sourcils.

— Tu sais quelque chose que j’ignore…

Natt esquissa un léger sourire en coin.

— Je n’irai pas jusque-là. Mais je ne préfère pas m’avancer, je peux me tromper.

Il attrapa l’un des documents posés devant lui, signe que la conversation était terminée. Aliss se dirigea vers la porte. Mais alors qu’elle s’apprêtait à sortir, la main posée sur la poignée, elle se retourna vers son cousin.

— Ne le laisse pas tomber.

Et elle sortit sans attendre de réponse, tandis qu’une lueur de tristesse animait le regard d’ordinaire impassible de Natt.

 

***

 

Le jour s’était levé. Ironiquement, un grand ciel bleu illuminait la capitale. Les rayons de soleil avaient fini par chasser la pluie de ces derniers jours.

Au centre de la ville, le palais s’élevait, grand et imposant. La blancheur de la pierre était seulement troublée par le vert des jardins suspendus que l’on apercevait de loin. Le tableau paraissait paisible.

Mais les bruits qui résonnaient dans toute la ville démentaient ce calme apparent. L’agitation de la population se heurtait à l’effervescence du château. De toutes parts, on entendait les mots « mensonges », « complots », et les cris de protestation de la foule tranchaient avec l’excitation qui avait envahi le palais.

Dans une instabilité grandissante, le procès s’apprêtait à débuter.

 

***

 

Lorsque la porte de sa cellule s’ouvrit, Altaïs réagit à peine, trop affaibli pour cela. Il flottait dans une douloureuse torpeur, qui paraissait annihiler ses sens. Son corps était en miettes. Et son esprit tout autant. Ce n’étaient pas les maigres soins que lui avait administrés un Guérisseur d’Adhara qui changeaient quoi que ce soit. Il avait juste gagné quelques heures de vie.

Sa seule hâte était d’en finir rapidement.

Quelqu’un s’arrêta devant lui.

— C’est l’heure.

Il ne reconnut pas la voix, sans doute s’agissait-il seulement d’un soldat chargé de l’escorter jusqu’à la salle du trône. Celui-ci s’approcha, mais au lieu de lui ôter ses chaînes comme Altaïs s’y attendait, il se pencha près de son oreille et murmura :

— Je ne suis pas un ennemi.

Altaïs fit un effort conséquent pour redresser la tête. Il ne s’était pas trompé, c’était bien un soldat qui lui faisait face, mais dans ses yeux noisette brillait pourtant une étonnante sollicitude.

— Quelqu’un m’a donné cela pour toi, annonça ce dernier.

Il montra une petite fiole remplie d’une étrange mixture. Et soudain, un éclair de compréhension traversa le regard d’Altaïs. Il se rappelait.

— Tu es Maximilien, souffla-t-il d’une voix cassée.

Le soldat lui sourit légèrement, comme pour confirmer ses dires.

— Cela devrait anesthésier la douleur.

Enfin, il l’espérait tout du moins. Car au vu de l’état du prince, il redoutait que cela ne suffise pas. Si le breuvage faisait effet, Aliss aurait accompli un miracle.

Altaïs hocha doucement la tête. De toute façon, cela lui importait peu que ce soit un anesthésiant ou un poison. Lorsque le soldat l’aida à relever la tête pour boire, il se raidit légèrement malgré sa délicatesse. Il eut du mal à avaler et il lui fallut un peu de temps pour parvenir à finir la mixture.

Maximilien fit rapidement disparaître la fiole et se baissa. Lentement, il défit les chaînes qui enserraient les chevilles du prince. Il grimaça, l’une d’entre elles était clairement brisée et la pression du bracelet de fer avait dû être insupportable. Quand cela fut fait, il se redressa et s’attaqua à ceux qui emprisonnaient les poignets, révélant progressivement la peau déchirée et marbrée du noir des hématomes. Altaïs ne put alors faire qu’une seule chose : il bascula en avant. Maximilien le retint avant qu’il ne s’effondre.

Quelqu’un tapa violemment contre la porte.

— Tu te dépêches ?

— J’arrive, cria le soldat.

Il abaissa son regard vers Altaïs, qui peinait à tenir debout.

— Je suis désolé, je suis obligé de t’attacher les mains pour que tu ne puisses pas utiliser ta magie.

Le prince hocha la tête et se laissa faire docilement. Maximilien se mordilla la lèvre à l’idée de refermer à nouveau des chaînes sur les poignets cruellement malmenés, mais il n’avait pas le choix.

— Je vais d’abord t’emmener là où tu pourras te laver et t’habiller, expliqua-t-il. Ensuite seulement, nous nous rendrons dans la salle du trône. Est-ce que tu peux marcher ?

Altaïs acquiesça. Il ne se laissait pas le choix. Maximilien lui attrapa le bras et l’entraîna vers la sortie. De l’extérieur, il paraissait veiller à ce que le prince ne fasse rien de suspect, mais en réalité il permettait à ce dernier de discrètement s’appuyer sur lui.

Deux autres soldats patientaient dehors et se redressèrent aussitôt lorsqu’ils sortirent et se mirent en route. Ils ne croisèrent quasiment personne jusqu’à la salle d’eau, seulement quelques domestiques qui les dévisagèrent avec intérêt. Altaïs les ignora. Tout le monde devait probablement s’agiter près de la salle du trône.

Ils traversèrent les grands couloirs familiers, faits de pierres blanches et de grandes ouvertures laissant passer la lumière. Altaïs fit abstraction de la douleur et de la vague de nostalgie qui lui broya soudainement le cœur.

Maximilien ouvrit une porte et le fit entrer, avant de la refermer derrière eux. Un petit bassin rempli d’eau était creusé à même le sol et des volutes de vapeur s’en échappaient. Dans un coin, des vêtements avaient été soigneusement pliés et posés à côté d’une serviette blanche. Le soldat ôta à nouveau les chaînes d’Altaïs.

— La pièce est protégée par des runes, l’informa-t-il cependant.

Il se mit ensuite légèrement en retrait pour lui laisser davantage d’intimité. Il garda toutefois un œil prudent sur le prisonnier, de peur qu’il ne s’effondre.

Altaïs retira laborieusement son haut en lambeaux, celui-ci collant à sa peau à cause du sang séché et de la crasse. Il grimaça. Pas une parcelle de sa peau claire n’avait été épargnée, à l’exception peut-être de son visage. Ses épaules le lançaient, ses bras étaient couverts de marques rouges et bleues, tout comme sa gorge, son torse et ses jambes, cachées par le tissu du pantalon. Son dos avait été lacéré, encore une fois, et la longue brûlure qui parcourait son ventre lui donnait envie de pleurer, tant celle-ci était douloureuse. Ses poignets devaient être foulés, après avoir dû supporter tout son poids pendant d’interminables heures, et il ne pouvait pas s’appuyer sur sa cheville. Elaran puis Adhara n’y étaient pas allés de main morte, songea-t-il. Et le Guérisseur n’avait soigné que le strict minimum, à savoir les commotions internes et ses côtes cassées.

Le regard de Maximilien se posa sur la salamandre qui ornait l’épaule du prince. Celui-ci dut le sentir, car, avant d’enlever son pantalon, il tourna la tête vers le soldat et demanda d’une voix hésitante :

— Peux-tu te retourner ?

Maximilien s’exécuta aussitôt et Altaïs put rentrer lentement dans l’eau tiède. Il retint un soupir de soulagement. Doucement, il ôta la crasse et le sang qui s’étaient accumulés sur son corps. Il lava soigneusement ses cheveux jusqu’à ce que ses mèches sombres retrouvent leur aspect souple et soyeux. L’eau l’apaisa.

L’anesthésiant commençait à faire effet et la douleur reflua partiellement. Suffisamment pour qu’il puisse faire face à ce qui l’attendait. Car il refusait de se laisser condamner docilement.

L’article avait trouvé sa cible. Tout n’était pas perdu.

Et Alexander… Peut-être existait-il désormais une chance qu’ils se retrouvent, en dépit de tout.

Quand il sortit de l’eau, son regard avait retrouvé son habituel éclat révolté. Maximilien lui adressa un sourire, ravi de le voir retrouver le désir de se battre. Altaïs se sécha délicatement avec la serviette, puis il constata avec plaisir que les vêtements lui appartenaient. Il revêtit la tunique bleue brodée de fils d’argent, le pantalon moulant et les bottes. Ils dissimulaient la plupart de ses marques, à l’exception de celles du visage, de sa gorge et de ses mains.

À contrecœur, Maximilien enchaîna à nouveau ses mains, mais Altaïs se tenait déjà plus droit et son visage avait revêtu son masque de froideur.

Le soldat le guida hors de la pièce. Ils empruntèrent plusieurs couloirs, similaires à ceux qu’ils avaient déjà traversés. Plus ils se rapprochaient de leur destination et plus les bruits étaient forts. Enfin, ils arrivèrent devant les portes de la grande salle du trône. Altaïs marqua un temps d’arrêt et inspira. Son destin allait se jouer ici.

Maximilien se pencha légèrement pour lui chuchoter :

— Plus de gens croient en toi que tu ne le penses.

Et les portes s’ouvrirent.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 13/08/2021
Re !

On continue dans la joie et la bonne humeur ! Ouvrez tous vos chakras, la vie est belle, les oiseaux chantent et le soleil brille ! Mdr

La scène de torture est selon moi bien réussie pour 2 raisons : 1) les descriptions sont ni trop sanglantes ni pas assez. 2) Tu fais passer les tortionnaires pour ce qu'ils sont, c'est à dire globalement des gars qui n'ont pas compris grand chose à la vie et à l'être humain xD Et du coup l'idée passe aisément : la torture, c'est débile. Parce que c'est vrai ! De nombreuses études prouvent aujourd'hui que de nombreux gouvernements la pratiquent encore et pourtant ses résultats sont... nuls. Spoiler (attention Vlad, Kim, elle est pour vous celle-là) : ça marche pas. Genre pas du tout.
Et du coup, je trouve que par cette scène tu montres bien toute l'absurdité et la stupidité du procédé ! Ça n'a vraiment aucun sens, et ça se voit TRES bien ici ^^ Je sais pas si c'était fait exprès, mais en tout cas c'est l'impression que j'en retire et je trouve ça bien ! (Pour le détail, cf. le long passage où je commente en direct les actions d'Adhara mdr)

Ensuite, je suis également curieuse concernant ce Maximilien ! Je pense aussi que c'est l'amant d'Aliss ! J'ai pensé au premier amour d'Altais ? Mais je crois qu'il était pas si ouf que ça son premier amour donc j'imagine qu'il se serait pas embêté à faire tout ça, à prendre tous ces risques pour lui !

Bon, Natt, toujours aussi mystérieux, et mou mdr. J'ai hâte de voir qui, selon lui, va soutenir Altais. Il y a Elio et Alex qui vont débarquer évidemment, mais qui d'autre va se révéler être de leur côté depuis le début ?
Elaran ? Mdr (oui je suis drôle je sais) Bon, il y aura peut-être Mathéis, mais ce serait pas si surprenant, et en même temps, ça m'étonnerait qu'il se bouge ^^
Et Aliss, bon bah toujours aussi logique et déterminée elle ! Heureusement vraiment qu'elle est là, parce qu'à part elle, tout est folie et bêtise dans cette cour x)

"Elle en avait assez que Natt se dérobe sans arrêt." AH enfin quelqu'un qui en a marre aussi x)

"— Je suis désolé, je suis obligé de t’attacher les mains pour que tu ne puisses pas utiliser ta magie." --> j'ai lu "t'arracher les mains" j'étais là "eeeeeuh... on part pas un peu loin là, quand même, non ou c'est juste moi ? J'y connais rien en magie, mais de prime abord, ça me parait un peu too much quand même !" Mdr

" Et le Guérisseur n’avait soigné que le strict minimum, à savoir les commotions internes et ses côtes cassées." Bah tiens ! Je suis presque déçue qu'on lui ait soigné les côtes, tiens ! De toi à moi, au point où il en était, ils pouvaient bien les laisser en l'état mdr x)

" Il revêtit la tunique bleue brodée de fils d’argent, le pantalon moulant" SURTOUT le pantalon moulant, c'est le plus important ! S'il veut être sauvé par Alex, il faut s'en donner les moyens hein ! On rappelle que les PPS ne sauvent QUE les princes sexy en pantalon moulant (c'est une règle fondamentale de déontologie, bien évidemment) x)

WARNING : gros coup de gueule en continu et en direct contre Adhara (âme sensible s'abstenir) Ouais moi aussi je mets des TW dans mes commentaires, tout va bien ! Non en vrai Thildou, je précise : les paragraphes qui suivent ne sont ABSOLUMENT PAS une attaque envers ton écriture ou la création de tes persos (je dis ça parce que je veux pas que tu perçoives ça comme une attaque, surtout vu le timing et ce dont on vient de discuter) ! Au contraire, tes persos sont loin de laisser indifférent, et c'est ça un perso réussi ! Juste j'avais envie de réagir en direct à Adhara parce qu'il m'a trop énervée, alors j'ai fait genre j'étais dans l'histoire et je lui répondais, ça m'a défoulée voilà ^^ C'est donc uniquement de l'humour xD Et comme je l'ai dit, pour moi c'est bien joué d'avoir présenté Adhara comme ça, aussi borné et stupide, parce que ça montre l'absurdité de la torture ! En tout cas, chapeau d'avoir créé un personnage aussi frustrant et énervant x) Bref, voilà, vois les paragraphes à venir comme un défouloir pour moi - j'avais du temps à tuer aussi, j'avoue - (et une distraction un peu rigolote j'espère, pour toi ?) et rien de plus ^^ Allez, on y va :

"mais cela n’avait pas empêché le sang de son cousin de gicler sur le tissu blanc." Attends, mais qui... Je répète : QUI S'HABILLE EN BLANC POUR TORTURER ? Ah tiens on vient de me donner la réponse à l'oreillette : PERSONNE. Ah voilà, je me disais aussi ! Ce mec ne réfléchit jamais, c'est ouf xD Vas-y, gars, tu peux te retrousser les manches autant que tu veux, spoiler alert : ça marchera pas ! Mdr. Va falloir commencer à penser à acheter ses chemises chez H&M au lieu d'aller chez le tailleur qui te fait 150 balles la pièce !

"— Bien, nous allons adopter une méthode différente." Ah non mais tu peux utiliser toutes les méthodes que tu veux ! Quand on sait pas réfléchir, y a rien qui marche ! Essaie de démarrer une Ferrari sans moteur, tu vas voir, tu vas pas beaucoup avancer...

"— Je brûlerai chaque parcelle de ta peau, jusqu’au moment où tu me diras la vérité." Ah tiens ! Ça faisait longtemps qu'il avait pas eu une super idée lui ! Bon, comme t'as pas l'air d'être au courant je vais break the news to you, Adhara. Spoiler alert : si tu brûles tout son corps, il pourra plus parler. Bon, voilà ! J'allais dire "mieux prévenir que guérir", mais enfin... Avec toi, il n'y a pas l'air d'avoir de logique, alors bon... J'aurais au moins essayé x)

" Il avait beau questionner son cousin depuis des heures, celui-ci ne révélait rien. " OUI parce que tu poses pas les bonnes questions, et EN PLUS tu n'écoutes pas la réponse, Monsieur-J'ai-Pas-De-Cerveau ! Donc ça fera un double zéro pour toi ! Je suis dans le regret de t'annoncer que tu vas redoubler le CM1 !

"Il avait pourtant essayé de l’épargner, pour qu’Altaïs puisse tout de même lui répondre. Mais il devait reconnaître qu’il avait massacré son cousin." D'accord donc là on est arrivé au stade où le gars arrive même plus à faire ce qu'il voulait faire, wow. "Bon je voulais pas trop abimer son visage pour qu'il puisse parler mais là bon il peut plus parler mais bon tant pis je continue ! Mais c'est chiant il veut pas parler, j'en ai trop marre quoi ! Pourtant j'avais fait exprès qu'il puisse parler, sauf qu'il peut pas parler et résultat bah j'ai pas de réponse ! Screugneugneu c'est embêtant ça !" Mdr. Bravo Adhara ! Là je tire mon chapeau franchement x)

"— Inutile de continuer. Tu ne m’apprendras rien." D'accord, et donc t'as mis combien de temps à comprendre ça ? 2 heures ? 4 heures ? Wow. J'espère que tu passeras aucun concours toi, sinon au bout de 3 heures t'auras pas encore compris qu'il fallait écrire ton nom sur le feuille ! Sérieux, il me tue celui-là --' Sa stupidité est une plus grande torture pour moi que les coups qu'il porte à Altais je crois (sorry Altais, t'as dû souffrir des 2 toi) x)

"Mais s’il voulait qu’Altaïs survive jusqu’au lendemain, il lui faudrait sans doute envoyer quelqu’un soigner ses blessures les plus graves." Oserais-je dire "I told you so" ? En tout cas, j'applaudis l'esprit de déduction ! Oublie pas d'appeler le coiffeur et la manucure aussi, ce serait con qu'Altais se pointe au procès avec les cheveux décoiffés et les ongles tout moches quand même xD

Quelques remarques sur la forme :

"Quant à lui, il avait beau frapper, il ne parvenait pas à atténuer la rage qui l’habitait. " --> ça sonne un peu redondant avec la phrase juste au-dessus qui est formulée exactement de la même manière ^^

"Altaïs aurait presque pu éprouver du soulagement." --> du soulagement ? Soulagé que des rumeurs arrivent et que l'article soit publié ? C'est personnel mais je ne trouve pas que cette émotion soit adaptée ici ? Tu es soulagé quand tu sens qu'il y a une tension, une incertitude qui retombe en ta faveur ? Là, il n'y avait pas de doute concernant cet article, enfin pour moi il n'y a pas à être "soulagé" que l'article paraisse, parce qu'Altais ne ressentait pas de "poids" concernant cet article avant ? Je sais pas si tu vois ce que je veux dire ? Je comprends qu'il ressente une pointe d'espoir ou une petite satisfaction, mais le soulagement ça ne me parait pas adapté à la situation mais je ne sais pas trop comment expliquer ^^

Pas grand chose à ajouter ! Hâte de voir le procès :) Je sens qu'il va y avoir quelques surprisounettes... Allez courage Altais, plus que quelques minutes !! The PPS is coming !

A bientôt Thildou <3
Mathilde Blue
Posté le 18/08/2021
Re !

Mdr, tu sais la joie et la bonne humeur, ces sentiments qui définissent si bien Le Prince déchu.

Je suis contente que tu trouves la scène de torture réussie ! Je suis repassée dessus un certain nombre de fois donc ça fait plaiz ^^ Et oui globalement là on est censé voir toute l’absurdité de la situation avec Adhara qui s’acharne à vouloir entendre quelque chose qui est (à priori) faux et Altaïs qui résiste malgré sa situation désespérée parce qu’il espère encore un miracle. Donc effectivement, ça n’a pas de sens, à ce stade tu dois juste avoir envie de frapper Adhara puis de le secouer très fort x)

En ce qui concerne Maximilien, effectivement il y a peu de chances que ce soit le premier amour d’Altaïs (qui n’en était pas vraiment un en fait) ^^ La théorie sur le fait qu’il soit l’amant d’Aliss est bien plus pertinente ^^ Et pour rebondit sur ce que tu dis par la suite, gloire à Aliss qui va aller remuer tous les mecs de sa famille xD

« "Elle en avait assez que Natt se dérobe sans arrêt." AH enfin quelqu'un qui en a marre aussi x) »
Aliss et les lecteurs, même combat

« j'ai lu "t'arracher les mains" j'étais là "eeeeeuh... on part pas un peu loin là, quand même, non ou c'est juste moi ? J'y connais rien en magie, mais de prime abord, ça me parait un peu too much quand même !" Mdr »
Oulah oui non, pas la peine d’en arriver à cette extrémité xD

« Bah tiens ! Je suis presque déçue qu'on lui ait soigné les côtes, tiens ! De toi à moi, au point où il en était, ils pouvaient bien les laisser en l'état mdr x) »
Bah ouais, ça aurait été dommage qu’un côté brisée lui transperce un organe et qu’il meurt incognito pendant la nuit mdr

« SURTOUT le pantalon moulant, c'est le plus important ! S'il veut être sauvé par Alex, il faut s'en donner les moyens hein ! On rappelle que les PPS ne sauvent QUE les princes sexy en pantalon moulant (c'est une règle fondamentale de déontologie, bien évidemment) x) »
Alors oui, mais de toute manière tout le monde porte ce genre de pantalon à Aeldor en général xD (On repassera sur ton sens de la déontologie)

Pour répondre à ton WARNING : Vas-y je suis prête ! Non blague à part ravie de savoir qu’Adhara remplit parfaitement son job de personnage frustrant et énervant (et en plus il montre l’absurdité, que demander de plus ? POURQUI CHERRY L’APPRÉCIE ??) xD

« QUI S'HABILLE EN BLANC POUR TORTURER ? »
J’avoue c’était con xD Après les coulurs sont rarement très vives dans la mode aeldorienne, et le noir est plus ou mons proscrit pour une simple tunique comme ça, et de toute manière c’est pas comme si il pouvait s’en acheter à la pelle des tuniques xD

« Essaie de démarrer une Ferrari sans moteur, tu vas voir, tu vas pas beaucoup avancer... »
Mdr cette comparaison (c’est presque gentil pour Adhara de le comparer à une Ferrari)

« OUI parce que tu poses pas les bonnes questions, et EN PLUS tu n'écoutes pas la réponse, Monsieur-J'ai-Pas-De-Cerveau ! »
Y a une certaine logique du coup sur le « pourquoi ça ne fonctionne pas… »

« D'accord donc là on est arrivé au stade où le gars arrive même plus à faire ce qu'il voulait faire, wow. »
Jpp Momo xD (Non mais un peu d’indulgence aussi, Altaïs est chiant à ne pas vouloir admettre qu’il a tué le roi !)

« Sa stupidité est une plus grande torture pour moi que les coups qu'il porte à Altais je crois (sorry Altais, t'as dû souffrir des 2 toi) x) »
Petite pensée pour Altaïs x)

« du soulagement ? Soulagé que des rumeurs arrivent et que l'article soit publié ? »
Ben il est soulagé parce qu’il ne savait pas si l’article atteindrait la capitale à temps, vu qu’il n’avait pas encore été publié lorsqu’il s’est fait attraper ! Donc il est soulagé parce qu’il se dit qu’il lui reste peut-être une dernière chance, tu vois ?

Merci pour ton commentaire, je me suis tapée mon meilleur fou rire <3
petite_louve
Posté le 11/07/2021
Coucou ! J'ai lu le chapitre ce matin ! Je reviens y poser mon commentaire !
Elaran et Adhara sont bons pour finir à la poubelle après être passés dans un broyeur ! Tant de souffrance pour Altaïs et malgré ses moments de faiblesses, il reste fort et il tient bon. Les descriptions sont juste comme il faut, il n'y en a pas trop peu ou de trop. Il y a ce qu'il faut pour nous montrer la cruauté des tortionnaires d'Altaïs ainsi que de la souffrance de ce dernier.
Je me suis demandé qui était Maximalien... mais je crois qu'on ne l'a pas vu avant ! Le gentil soldat d'Aliss ?
Nath est toujours aussi obscure, j'aimerais le percer à jour ! Et j'attends le retour en force d'Alex le frileux et d'Elio ! Ils vont casser la baraque ! Et puis, je suis contente que l'article sur Altaïs fasse son petit effet, même si les vilains ont l'air de dire que c'est dérisoire. Chaque petite victoire est bonne à prendre ! La fin nous laisse entrevoir beaucoup d'espoir ! On remercie Maxililien pour ça !
Mathilde Blue
Posté le 12/07/2021
Coucou :D

Oui effectivement, ils méritent un aller simple pour le vide-ordure ^^' Je suis contente que tu trouves le chapitre bien équilibré, c'est toujours délicat d'écrire ce genre de scène...
Non effectivement c'est la première fois qu'on voit Maximilien, mais tu as vu juste ;) En tout cas tu as bien raison, heureusement qu'il est là sinon ce chapitre serait encore plus déprimant qu'il ne l'est déjà T_T
T'inquiète pour Natt, je crois que tout le monde se questionne sur lui xD Et ouiiiiiii, vivement le retour d'Alex et Elio !

Merci pour ton commentaire et à bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 03/07/2021
Coucou :D

Encore un chapitre qui commence dans la joie et la bonne humeur hein T_T
A ce stade, même si Adhara changeait d’avis, il a quand même tabassé Altaïs à la limite de la mort et y’a zéro excuses pour ça (juste des explications), du coup pas le choix, on doit faire monter Aliss sur le trône, c’est la loi
La montée en tension avant le procès est très bien menée, j’aime bien ces cassures de scène en scène !
Et puis la fin est pleine d’espoir ça fait peur T_T Oui je sais c’est paradoxal, mais je deviens parano moi à force, faut me comprendre x) En plus, comme on n’en est qu’au début de la deuxième partie, je sais que ça ne peut pas aller mieux avant encore longtemps, mais je m’accroche pour revoir Alex et Altaïs ensembles, on y croit

Mes petites notes :
« — Bien, nous allons adopter une méthode différente. »
La méthode, c’est une discussion posée tranquille autour d’un thé avec des biscuits, hein ? T_T

« Celle de son cœur brisé par sa séparation avec Alexander. »
oh non T_T me fait pas ça Mathilde, j’avais déjà mal, pourquoi en rajouter une couche ? ?

« Finalement, la mort serait peut-être bienvenue. »
Non petit gars tiens encore un peu T_T

« Et elle sortit sans attendre de réponse, tandis qu’une lueur de tristesse animait le regard d’ordinaire impassible de Natt. »
T’as intérêt à utiliser cette tristesse pour faire quelque chose de bien, frère indigne

« — Tu es Maximilien, souffla-t-il d’une voix cassée. »
Je vois dans les commentaires que je suis pas le seul à être perdu et qu’en plus c’est normal, ça me rassure xD Au début j’étais en mode « désolé gentil petit gars je t’ai oublié » mais après quelques lignes, ma théorie c’est que, puisque c’est un soldat gentil et que la future reine toute désignée est mentionnée très tôt après son apparition sans être là, il s’agit du copain d’Aliss ^^ Si j’ai raison il a l’air très sympathique, un excellent futur roi consort héhé

« Et Alexander… Peut-être existait-il désormais une chance qu’ils se retrouvent, en dépit de tout. »
Voilà, te décourage pas petit bonhomme T_T

« Maximilien lui adressa un sourire, ravi de le voir retrouver le désir de se battre. »
Quand je disais qu’il avait l’air très sympathique ce petit !

Voilà pour ce chapitre, à bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 04/07/2021
Coucou :D

« Encore un chapitre qui commence dans la joie et la bonne humeur hein T_T »
Relativisons, il aurait pu se terminer bien plus mal T_T
Mais bon clairement Adhara n’a pas d’excuse. Vive Aliss ^^

« Et puis la fin est pleine d’espoir ça fait peur T_T Oui je sais c’est paradoxal, mais je deviens parano moi à force, faut me comprendre x) »
C’est plutôt positif, ça veut dire que je fais mon job xD (Mais je m’excuse pour la souffrance occasionnée). Après effectivement il y a encore plein de choses qui peuvent se passer d’ici la fin ^^

Tes notes :

« La méthode, c’est une discussion posée tranquille autour d’un thé avec des biscuits, hein ? T_T »
On peut toujours rêver hein ? Ce serait beau comme revirement de situation T_T

« oh non T_T me fait pas ça Mathilde, j’avais déjà mal, pourquoi en rajouter une couche ? ? »
Désolée T_T Mais tu sais la fameuse théorie « une fois que tu as touché le fond ça ne peut qu’aller mieux » ? Après est-ce qu’Altaïs a vraiment touché le fond ou il peut descendre encore plus bas ?

« T’as intérêt à utiliser cette tristesse pour faire quelque chose de bien, frère indigne »
Ce serait pas mal tiens T_T

Pour Maximilien bien vu ^^ Je ne voulais pas en faire tout un mystère à la base, parce que mon premier lecteur m’a dit que c’était assez évident donc j’avais viré la phrase que explicitait ça, mais finalement en fait beaucoup de lecteurs se questionnent apparemment, du coup c’est pas plus mal comme ça, ça entretient un peu le mystère ^^ Mais il a l’air sympathique c’est vrai, enfin quelqu’un de sympa dans ce palais ! (J’aime beaucoup Maximilien même si on le voit peu xD).

Merci pour tes notes et à bientôt :D
Gabhany
Posté le 05/06/2021
Ah là là cette fin, ça donne tellement envie de connaître la suite ! J'avais peur en voyant le TW mais il n'y a que le début qui est violent ... mais ils ne réussiront pas à briser Altaïs ! J'ai TELLEMENT hâte de voir débarquer Alexander et Elio en mode vénère ^^ Ce MAximilien on l'a déjà rencontré ? Je ne me rappelle pas de lui et il a l'air de connaître Altaïs. Et Natt... je ne sais toujours pas quoi penser de lui, ce qui me contrarie un peu je dois dire (le perso hein). Je n'aime pas trop sa pusillanimité ^^
À bientôt !
Mathilde Blue
Posté le 05/06/2021
Coucou !

Bon déjà, remarque un peu inutile mais tu as écrit le 200ème commentaire *_*

Oui, la suite ça allait, mais vu le début ça me semblait plus prudent de mettre un TW ^^' Mais Altaïs résiste, courage mon bébé T_T Ouiiiiii, j'ai hâte aussi haha !

Alors Maximilien non on ne l'a jamais rencontré, mais effectivement Altaïs et lui se connaissent ^^ Et il a l'air de connaître Aliss aussi (je dis ça je dis rien hein).

Alors j'avoue que j'ai dû aller vérifier ce que voulait dire le mot "pusillanimité" x) Breeeef, je comprends que le personnage soit contrariant (il me contrarie aussi à vrai dire), disons qu'il reste beaucoup dans l'ombre ^^

À bientôt :D
dodoreve
Posté le 03/06/2021
(mon cœur brisé, sans doute autant que la cheville d'Altaïs)
Adhara et Elaran ces deux shlags haineux et odieux, argh
Je rejoins Cherry sur ses réflexions à propos de Natt. Et en même temps je vois aussi ce que tu veux dire, il n'agit vraiment que dans l'ombre, sans le courage et les risques qu'on voudrait attendre de lui sans doute, et ça justifie aussi le peu d'illusions que se fait Altaïs à son sujet.
Pareil pour Maximilien, je dois avouer que je me suis dit que mince, j'avais oublié ce personnage, mais je vois aussi que Cherry l'a remarqué et tes explications, ça me rassure un peu même si ça m'a fait tout drôle sur le coup ^^
La suite est si loiiiiiiiiin et Alexander aussi !! Avec son absence à ce chapitre je me demande si on va le retrouver au même moment qu'Altaïs, sans forcément suivre ses aventures dans les bas fonds... à voir au prochain chapitre !
Mathilde Blue
Posté le 03/06/2021
(aïe, je suis désolée :'( )
Oui au sujet de Natt je crois que vous vous faites toutes et tous beaucoup d'espoir à son sujet, alors qu'il a quand même une ligne de conduite assez fidèle à lui-même (raison pour laquelle Altaïs ne compte absolument pas sur lui) x)
Si vraiment c'est perturbant pour rapport à Maximilien, je rajouterai une phrase haha ! À la base c'est ce que j'avais fait, mais mon premier lecteur m'avait dit qu'il trouvait ça inutile donc je l'avais enlevé...
Fun fact, Alexander apparaissait dans ce chapitre à la base, mais finalement je trouvais que la scène n'était pas pertinente et que du coup ça rajoutait plus de tension de juste enlever la scène en question hihi ^^

À bientôt :D
Cherry
Posté le 02/06/2021
Alors déjà POURQUOI faire ça, Adhara ?? Pourquoi ?!
c’est clairement le personnage le plus énervant que je connaisse (encore plus que ce crétin d’Elaran) Et il matérialise sa magie en fouet en plus… bon ok, ça en dit peut-être long sur lui x)

« Un long tisonnier brûlant apparut dans sa main, remplaçant le fouet. » NOOOOON !! j’étais en PLS quand j’ai lu ce passage

« Son hurlement résonna longuement autour d’eux lorsque le tisonnier laissa une longue brûlure sur sa peau » : ici tu as « longuement » et « long », c’est assez redondant

« Celle de son cœur brisé par sa séparation avec Alexander. » oh…. T’en fais pas Altaïs c’est temporaire T_T

« Il avait beau questionner son cousin depuis des heures, celui-ci ne révélait rien. » : grosse envie de lancer une révolution à Aeldor

« Soudain, Adhara se retourna vivement et effaça rapidement la distance qui le séparait du prisonnier. » : je trouve que deux adverbes dans une phrase sont assez lourds et ralentissent alors qu’on a un « Soudain » en début de phrase
« Ils ne croisèrent quasiment personne jusqu’à la salle d’eau, seulement quelques domestiques qui les dévisagèrent avec intérêt. » : pareil avec les adverbes

« Soudain, Adhara se retourna vivement », « Soudain, la main ne fut plus en contact avec sa peau. » Je crois que je te l’ai déjà dit mais tu utilises beaucoup de « Soudain » pour introduire un nouveau truc. Pour toute franchise quand une phrase commence par un « Soudain » je trouve que ça gâche un peu l’effet de surprise et à force ça perd en élégance

« Finalement, la mort serait peut-être bienvenue. » NOOOOON, JAMAAAAAAAAAAIS

Personnellement, je ne comprends pas trop la stratégie de Natt. Dis-moi si je me trompe mais Natt ne veut pas attaquer de front mais il refuse quand même de déchirer la famille royale… Je m’attendais plutôt à ce qu’il déchire justement cette famille remplie de comploteurs et de menteurs. Pourquoi ne pas vouloir diviser ? Je comprends pas comment Natt veut faire pour sauver son petit frère qui risque quand même de mourir

C’était peut-être court, mais j’ai bien aimé les descriptions des jardins suspendus ; ça me donnait une image paradisiaque assez contradictoire avec la situation d’Altaïs.

« — Tu es Maximilien, souffla-t-il d’une voix cassée. » est-ce que Maximilien a été introduit avant ? Je veux dire, quand j’ai lu ce chapitre pour la première fois, j’ai cru que Maximilien avait déjà été présenté et j’ai cru avoir oublié ce personnage. Est-ce que Maximilien et Altaïs se sont déjà rencontrés ? Peut-être faudrait-il le mentionner ?

En tout cas : MERCI ALISS on ne peut pas en dire autant sur Natt

« Et Alexander… Peut-être existait-il désormais une chance qu’ils se retrouvent, en dépit de tout. » ça m’a un peu surprise qu’il pense qu’Alex soit en vie puisqu’il était persuadé qu’il était mort

Et puis j’ai rigolé quand j’ai lu qu’Altaïs portait un pantalon moulant xD juste pour savoir, ça existait au Moyen Âge ?

Bref, je suis prête pour la semaine prochaine !
Mathilde Blue
Posté le 02/06/2021
Coucou !

« Et il matérialise sa magie en fouet en plus… bon ok, ça en dit peut-être long sur lui x) »
Sous forme d’arme, quelle qu’elle soit, donc oui ça en dit long sur son caractère belliqueux x)

C’est noté pour les adverbes et les « soudain » !

« oh…. T’en fais pas Altaïs c’est temporaire T_T »
Enfin on l’espère ^^

« grosse envie de lancer une révolution à Aeldor »
Go go go !

Disons que le but de Natt est de préserver l’équilibre de ce royaume, qui passe à ses yeux par l’équilibre de la famille royale… Celle-ci n’est déjà pas au top de sa forme, le royaume non plus, donc il pense que commencer à se déchirer sur la scène publique va juste empirer les choses. Donc pour cela il est prêt à sacrifier son frère MAIS dans les faits il préfèrerait quand même que celui-ci soit innocenté. Et j’ajouterai que Natt est le chef des armées et donc des espions et qu’il sait un peu près tout ce qui se passe en ville.

« C’était peut-être court, mais j’ai bien aimé les descriptions des jardins suspendus ; ça me donnait une image paradisiaque assez contradictoire avec la situation d’Altaïs. »
Oh je suis contente que ça te plaise, j’aimais bien cette image de jardins suspendus !

« est-ce que Maximilien a été introduit avant ? »
Non, enfin pas directement en tout cas, mais je laisse planer un peu le mystère, on en apprend plus sur lui plus tard ! ^^

« MERCI ALISS on ne peut pas en dire autant sur Natt »
Aliss c’est la best hehe.

« ça m’a un peu surprise qu’il pense qu’Alex soit en vie puisqu’il était persuadé qu’il était mort »
Alors non justement il n’est pas persuadé de la mort d’Alex (il en parle avec Aliss et Mathéis dans le chapitre précédent) !

« Et puis j’ai rigolé quand j’ai lu qu’Altaïs portait un pantalon moulant xD juste pour savoir, ça existait au Moyen Âge ? »
Alors quand je parle de pantalons moulants c’est plus comme des collants très épais (du genre de ceux que portent le bataillon d’exploration dans L’attaque des titans, ou qu’on voit pas mal sur les tableaux de membres de la noblesse/rois dès la Renaissance par exemple).

À bientôt ;)
Cherry
Posté le 02/06/2021
Tiens c'est bizarre je ne trouve pas Aeldor sur Google Map... Je suis sûre qu'Elaran y est pour quelque chose. En tout cas ce sera dur d'aller à Aeldor si on n'a une carte

Attends quoi ??
Natt est prêt à sacrifier Altaïs pour le bien d'Aeldor ? What ? J'ai bien lu ?

Je suis choquée parce que Natt est plutôt soucieux et il ne m'a pas l'air d'être du genre à perdre un membre de sa famille pour le bien de la mère patrie

Héhé, vive les jardins ! en fait avec les confinements je me suis rendue compte que j'aimais lire des passages évoquant la nature. Y a peu de descriptions dans tes histoires mais quand il y en a elles sont envoûtantes

Aliss = the boss

et puis Altaïs en pantalon moulant ? j'adhère à 100% en fait, je suis pour !!
Mathilde Blue
Posté le 02/06/2021
Mmh, c'est étrange en effet, va falloir qu'on trouve un autre moyen pour y aller...

Oui, tu as bien lu... Bon après il ne le ferait pas avec un grand sourire hein... Mais Natt c'est un peu le gardien d'Aeldor, il observe beaucoup, il agit dans l'ombre, et il est prêt à sacrifier son âme pour le bien de ce royaume... (Après oui il est soucieux dans une certaine mesure, mais par le passé ça ne l'a pas empêché de se conduire comme un c****** avec Altaïs hein).

Haha, il faudra que je retravaille vraiment les descriptions lors de la réécriture (vraiment tout le travail de corrections que je vais devoir faire ça me donne envie d'aller me cacher sous ma couette).

Je savais que tu serais convaincue xD
Vous lisez