Chapitre 26 - Entraînement au poignard - Kali - Partie II

Notes de l’auteur : On commence par un petit tour du côté de Kaya avant de revenir sur Kali en pleine action ;) Bonne lecture ~

***

Toujours sur le banc, je lisais un livre à Jessee. Le vent caressait doucement mon visage et faisait voler ses cheveux qui chatouillaient mon menton. Matthew avait disparu, mais je me concentrai sur la présence de mon fils.
— À partir de maintenant, il faudra nous appeler : A ; 2 ; Mi ; bleu ; Fraise !
— Ahah, les doigts de pieds, ils sont trop fous. J'adore ce livre !

Il me prit dans ses bras avant de descendre de mes genoux et de se balancer sur ses pieds d'avant en arrière. Comme il avait l'habitude de le faire quand il voulait me demander quelque chose, mais qu'il savait que je risquais de dire non.
— Dis maman... tu penses que tu reviendras bientôt ?

Je ne comprenais pas ce qu'il entendait par là. N'étions-nous pas ensemble en ce moment ? Cette question fit remonter une angoisse sous-jacente en moi. Il se mit alors à faire un grand sourire un peu triste et me toucha du bout du doigt :
— Pam ! J'tai touché ! C'est toi le chat maintenant !

Il se mit à courir en me demandant de le rattraper. Je chassais cette impression pour aller jouer avec lui. Je n'avais pas besoin de savoir. Non. En fait, je ne voulais pas savoir. Son rire résonnait autour de nous jusqu'à ce que finisse par le rejoindre.
— Attention, j'arrive !

Au moment où je le capturais, il se volatilisa en un millier de petits cristaux qui se désagrégèrent à mon contact. Pourquoi ? Que...
— Kaya... souffla la voix de Matthew derrière les cris et les pleurs naissants qui venaient de remplacer l'euphorie d'il y a quelques instants.

Le vent se fit plus fort et une forte pluie se mit à tomber. Je sentais le froid m'envahir, la peur et surtout ce sentiment d'impuissance qui me gagnait. Ça recommençait encore ! Comme si une partie de moi voulait sortir de cet endroit. Mais pourquoi ? C'était le mieux pour moi. Enfin, pour nous, non ? J'étais mieux ici. J'étais en sécurité, alors pourquoi ? Mes questions restaient sans réponse tandis que des milliers de sons tourbillonnaient autour de moi. Des centaines de scènes se superposèrent les unes aux autres. Au moment où je me sentais atteindre mes limites, Matthew s'agenouilla près de moi et me prit dans ses bras.
— Chut... C'est bon. Tout va bien. Ne pense pas à ça. Ce n'est pas encore le moment.

***

Le bourdonnement avait failli revenir. Ma méthode fonctionnait, mais pas à cent pour cent. C'est comme si une partie d'elle luttait pour la faire revenir à la réalité. Difficile de gérer ces deux aspects en même temps. J'évitais de justesse le coup de Dayen, mais ne réussis pas à esquiver l'autre. Ils avaient encore switché ! Pourquoi ?
— Ne relâche pas ton attention, lança-t-il tandis que je parais son coup de pied.

Je n'eus même pas le temps de répondre que son autre pied vient frapper mon visage. Putain, mais comment il fait pour être aussi rapide ? La différence de niveau avec Dante est flagrante. Impossible de me laisser distraire par Kaya et son auto-sabotage. Avant de commencer le combat, Dayen m'avait passé deux poignards. Il voulait que je progresse en combat au corps-à-corps avec une arme blanche. Selon lui, c'était plus rapide en cas d'attaque surprise, que de soit de dégénérescents ou autre. Kaya n'avait jamais cherché à apprendre à se servir de ce genre d'outils lors des entraînements. Elle choisissait toujours l'arme de poing par facilité et j'avoue que je la suivais volontiers dedans. La détonation me semblait si agréable à l'oreille que je n'avais pas envisagé prendre autre chose. Seulement, j'avais peur de le blesser plus que de raison. Une entaille lézardait déjà son épaule que j'avais touché tout à l'heure. Remarque, il ne m'avais pas laissé en reste non plus. Mon avant bras et ma cuisse saignaient aussi. Il maîtrisait bien mieux le poignard que moi et pourtant, il était désavantagé. Enfin... normalement ! Au final, je me demandais si ce n'était pas moi la plus désavantagée des deux... Je n'avais même pas pu prendre l'autre, toujours rangé dans son fourreau sur ma jambe droite. Au début, le poids et la sensation me dérangeaient, mais je m'y étais rapidement habituée, à tel point que j'en oubliais presque sa présence. 

Nos lames s'entrechoquèrent et il tenta de me déstabiliser avec un jeu de jambes que j'évitais facilement. Je n'avais juste pas prévu qu'il bloquerait mon bras et passerait derrière. Ce fut non sans mal que je réussis à me dégager de sa prise en me projetant au-dessus de lui. À peine avais-je réatterri de l'autre côté que je m'élançais vers lui. D'abord surpris, il réussit à reprendre son équilibre et me projeta un arrière d'un coup de pied plutôt violent. Bordel, mais comment faisait-il pour ne pas flancher ? Je m'étais relevée rapidement, mais j'ignorais par quel angle l'attaquer. Le mieux serait d'arriver à lui faire lâcher son poignard, mais comment ? Il me surpasse largement physiquement. Pour l'instant en tout cas. Il s'élança vers moi sans discuter. Il essayait de viser mon visage avec la lame et par réflexe, j'en fis de même. Dayen menait la danse sans ciller et ça m'agaçait fortement. J'entrevis une faille et attrapai son poignet de ma main libre pour l'attaquer avec l'autre. Il eut suffisamment de force pour bloquer mon coup avec son avant-bras et en profita pour me plaquer au sol dans la foulée. Sans me laisser décontenancer pour autant, je le propulsais en arrière avant de me redresser et de l'attaquer à nouveau. Surpris, il réussit quand même à bloquer mon coup et à me projeter une énième fois.
— Tu progresses vite, haleta-t-il.

Vraiment ? J'avais pourtant l'impression de n'arriver à rien. Comment faisait-il pour réussir à parer mes coups à chaque fois ? Il se jeta sur moi une énième fois, je parvins de justesse à éviter son attaque et enchaînai avec un coup de pied qui, par miracle, fit mouche et le désarma. Maintenant ! Je fonçais sur lui sans perdre une seconde. Malheureusement pour moi, il fut plus rapide et m’accueillit avec un coup de tête. La surprise et la douleur me firent lâcher le poignard qui tomba sur le sol. Il ne me laissa pas le temps de prendre l'autre qu'il me rentra dedans, me déséquilibrant à nouveau. J'eus un mal de chien à ne pas retomber au sol.
— Tu ne le dégaineras pas. À chaque ouverture, je te frapperais.

Ma tête me faisait mal et la pièce tournait autour de moi. Bordel, sans sérum, c'était beaucoup plus dur de gérer ! Il enchaîna avec plusieurs coups de genoux en plein dans mon ventre, ce qui me plia en deux sous la douleur. C'était vraiment comme ça que c'était pour Kaya tout le temps ? Putain, ça fait un mal de chien ! Il me releva par les cheveux l'air satisfait. Fils de ! Mais qu'est-ce qu'ils ont tous avec cette manie ? Je profitai de cet excès d'assurance de sa part pour lui envoyer un crochet du droit en plein dans le nez. Il encaissa sans broncher. En fait, il souriait même ! Putain ! Il est aussi barré que moi ce con ou quoi ?
— C'est tout ? me provoqua-t-il.

Il me frappa à son tour et je lui assénai un énième coup de pied en retour. Il ne broncha toujours pas et arborait encore ce putain de sourire qui ne me donnait que plus envie de lui mettre sa raclée. Il encaisse volontairement mes coups ou je rêve ? Nous échangeâmes encore quelques coups comme ça avant qu'il ne finisse par me frapper d'un uppercut qui me sonna plus que je ne le souhaitais et sans me laisser le temps de réagir, son pied s'abatis sur mon dos tandis que j'embrassai le sol contre mon gré.
— Ça suffit, déclara-t-il en s'éloignant.

Quoi ? Non ! Ce n'est pas fini ! J'essayai de me relever, mais ce corps refusait de m'écouter. Décidément, sans sérum, tout était plus dur. Je me trouvais beaucoup trop lente et beaucoup moins forte qu'à l'accoutumé.
— Reste au sol pour l'instant. Ton corps a besoin de repos.

Je pestai. Il avait raison, mais je refusais d'accepter que l'entraînement se termine comme ça. C'était si humiliant.
— Arrête, tonna-t-il. Accepter tes limites ne te rend pas plus faible. Bien au contraire.
— Tu peux... parler. Tu enchaînes... comme si de rien était.
— Contrairement à toi, je suis là depuis un an. J'ai de l'expérience derrière moi. Tant sur le terrain qu'en entraînement. Tu es forte, tu t'adaptes vite, mais tu ne t'écoutes pas assez. Regarde-toi ! Tu trembles presque comme une feuille tant ton corps n'en peut plus. Continuer ainsi serait clairement un désavantage pour toi et je n'aime pas m'attaquer à des proies sans défense.
— Sans défense ? Tu te fous de moi, j'espère ? C'est pas ton cul qui nous a sortis de cet endroit à la con que je sache ! 
— Ce n'est pas parce que tu as réussi à faire ça, à ce moment-là, que tu es aussi résistante que tu le penses. En plus, tu n'as récolté aucune info. Alors, nous avoir sortis de là pour ce résultat, c'est pas ce que j'appelle du grand art. Et puis, qu'est-ce que t'as avec mes fesses ? Elles t’intéressent autant que ça ?

Voilà qu'il remuait le couteau dans la plaie en plus ! Il avait donc bien compris que j'avais loupé le coche hier soir... Il s'était juste abstenu de me le reprocher. J'aurais bien aimé qu'il continue. Je me fustigeais assez comme ça moi-même sans avoir besoin qu'il en rajoute.
— Oh pardon ! C'est vrai que Son Altesse est parfaite et n'a jamais fait d'erreur !

Il s'assit sur le banc l'air sombre.
— Je ne suis pas parfait.
— À t'entendre ou à entendre Dante, on croirait le contraire ! Tu penses que tu aurais fait mieux peut-être ?
— Je ne pense pas, j'en suis sûr. Tu n'es pas la seule à être soumise à ces pulsions, chérie.
— Et donc ? Tu n'as jamais franchi la limite peut-être ?
— … Si..., finit-il par lâcher amère. Une fois.

Il sembla regarder quelque chose d'invisible entre nous avant de reporter son attention sur moi.
— Toujours est-il que je n'aurais pas loupé cette occasion.

Je levai les yeux au ciel. Ce mec m'amusait autant qu'il m'agaçait. La sonnerie retentit quelques minutes plus tard. J'avais réussi à stopper mes tremblements et à reprendre une respiration correcte. À peine avais-je franchi la porte de la salle pour me rendre au réfectoire qu'une main se posa sur mon épaule. Ce fut comme un électrochoc. Presque comme si un éclair venait de foudroyer tout mon être. Les souvenirs de Kaya qui étaient compartimentés avec elle me submergèrent d'un coup et un violent mal de tête s'empara de moi. Ma vue se troubla de plusieurs tâches blanches et noires. Nom de ! Je me dégageai de cette main bien trop lourde sur mon épaule.
— Ne me touche pas ! hurlai-je sans savoir vraiment à qui je m'adressais. 

Presque aussitôt tout le mal-être disparut comme si rien ne s'était passé. Les souvenirs et Kaya retournèrent à leur place, bien à l'abri derrière les barrières psychologiques que j'avais mises en place et je contrôlais à nouveau les choses. Qu'est-ce qui s'était passé ? C'était comme si un barrage émotionnel venait de céder à ce simple contact ! Maintenant que les tâches blanches et noires avaient disparu de mon champ de vision, je pouvais aisément voir qui était derrière tout ça. Caden. J'aurais dû m'en douter ! Cet abruti ! D'un simple contact, il peut faire autant de dégâts ? N'était-il pas censé aider Kaya ?

D'un coup, je compris, il l'aidait. À sa manière, il la réactivait. Comme si les stratégies que j'avais mises en place disparaissaient avec lui. Me voilà bien ! Garder Kaya loin de ce qui la tourmentait était déjà assez dur comme ça, il fallait maintenant que Caden se rajoute au problème ! 

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
dodoreve
Posté le 09/06/2021
Wouw, ça tease sur le passé de Dante/Dayen ! Je me demande bien ce qui a pu arriver, et je trouve la théorie de Modeste Contesse intéressante à ce propos !
Sinon on a maintenant un bon aperçu de l'effet que Caden peut avoir sur Kaya (et concret) donc c'est cool ! Je trouve ça vraiment intriguant. C'est si fort qu'on se demande si c'est un pouvoir qu'il a lui, ou si c'est uniquement lié à la force de leur relation... et dans ce cas là Matthew et Jessee auraient le même "pouvoir" mais ça voudrait dire qu'elle peut aussi le construire avec d'autres personnes en s'attachant à elles non ? Je doute qu'elle se prenne d'une affection démesurée pour Dante/Dayen, malgré ses fesses, mais je peux pas m'empêcher de me poser la question !
Sklaërenn
Posté le 09/06/2021
Ouiiii, ça tease et pourtant je met tellement peu de choses en vrai ahah. Encore un truc qui m'amuse pas mal ;)

Pour caden sur Kaya, effectivement, je voulais montrer l'effet de façon un peu plus "concrète" qu'au travers du prisme de Dante.

Les fesses de Dante / Dayen, c'est aussi un truc pas prévu, mais Kali aime bien imposer certaines choses ahah. C'est pas pour me déplaire, j'ai l'impression de la découvrir un peu plus à chaque fois que j'ai des passages du genre. Pour le reste, les réponses viendront avec le temps ;)
ModesteContesse
Posté le 08/06/2021
Me revoilà ! J'adore les échanges entre Kali et Dayen.

J'ai hâte de savoir pourquoi Dante/Dayen ont "dépassé les limites" par le passé. Nouvelle théorie : je pense qu'en fait avant, genre au début, Dante était aussi rebelle et incontrôlable que Kaya/Kali. Et c'est pour ça que les gars ont décidé de le mettre en binôme avec Kaya ! Un peu en mode punition, il doit se "faire pardonner", faire oublier ses fautes en "disciplinant" Kaya ! Ça coïncide avec le fait qu'il reçoit un traitement privilégié !

Et je suis toujours dans le déni : pour moi Hécate n'est pas morte xD Elle devait être bourrée de sérum au moment où Kali l'a réduite en pièces, c'est sûr ! Et puis ce serait trop dommage (et trop triste pour moi) mdr xD
En tout cas, quand Kaya va reprendre le contrôle sur Kali, elle va se retrouver avec 3 semaines de trou de mémoire, elle va rien comprendre xD

A bientôt pour la suite !
Sklaërenn
Posté le 08/06/2021
Moi aussi j'adore leurs échanges !

J'adore ta théorie sur le passé de Dante 😀 ça va venir ça aussi, mais quand, je ne sais pas encore 😂

J'adore ton déni concernant Hécate. Je trouve limite ça choupi( c'est flippant tu pense ^^'?)

Oui Kaya va avoir un sacré trouver de mémoire ! Un beau bazar 😅 mais on approche ( même si j'ai pas encore commencer à mettre en place son retour concrètement encore ahah)
ModesteContesse
Posté le 08/06/2021
Oui c'est flippant, mais mon déni désespéré sur la mort d'Hécate est encore plus flippant peut-être xD
Vous lisez