Chapitre 24

Notes de l’auteur : Bonne lecture ^^

Les journées s’écoulaient doucement. Altaïs commençait lentement à croire qu’il pourrait se faire à cette vie pleine de quiétude et de sérénité. Son temps se répartissait entre la lecture, la musique ou encore les longues conversations qu’ils partageaient avec Elio. Parfois, Alexander et lui s’entraînaient à l’épée — Alexander progressait à une vitesse remarquable. D’autres fois, ils se contentaient de longues promenades dans le parc enneigé. Ses nuits s’étaient également faites plus paisibles, et ses cauchemars moins agités.

Il goûtait enfin au bonheur.

La seule ombre au tableau était les rumeurs qui leur étaient parvenues. Elaran était arrivé à Eäril et logeait chez le duc d’Alvsborg. Elio leur avait assuré qu’ils étaient en sécurité, tant qu’ils ne quittaient pas le domaine protégé par de puissants sorts. Mais Altaïs redoutait que cela ne suffise pas.

— Tout va bien ?

Il releva la tête vers Alexander. Celui-ci le regardait avec sollicitude.

— Ça doit bien faire trente minutes que tu n’as tourné aucune page.

— Oh. Ne t’inquiète pas, j’étais simplement plongé dans mes pensées.

— Celles-ci avaient-elles un rapport avec Elaran ?

La question n’en était pas vraiment une. Alexander connaissait désormais suffisamment bien Altaïs pour savoir vers où s’orientaient ses pensées lorsqu’il avait une telle expression. Un mélange de peur et de colère qui s’affichait sur son visage quand il pensait que personne ne faisait attention à lui.

— Ce n’était rien d’important, répliqua le prince.

Alexander fronça légèrement les sourcils. Altaïs se fermait parfois de manière aussi hermétique qu’un coquillage. Il s’apprêtait à répondre quand Elio ouvrit brusquement la porte du salon. Son regard habituellement pétillant était anormalement empli d’inquiétude.

— Nous avons des visiteurs indésirables.

Alexander se redressa brusquement. Il n’y avait pas besoin de préciser de qui ils s’agissaient. Son regard glissa vers Altaïs, qui avait légèrement pâli.

— Je ne les laisserai pas entrer dans cette maison, et ils ne feront pas l’erreur de créer un incident diplomatique sans preuve. Mais cachez-vous, par précaution.

— Où ?

— Suivez-moi, vite !

Ils abandonnèrent immédiatement leur occupation pour suivre le comte. Celui-ci était tendu, et marchait d’un pas rapide, pressé par le temps. Il les mena jusqu’au grand hall de la demeure, au rez-de-chaussée. Arrivé là, il se dirigea vers l’un des murs de la demeure, et posa sa main au sol. Un filet de magie s’en échappa. La dalle se mit à briller, et se souleva d’elle-même, libérant ainsi un petit espace sombre.

— Vous serez un peu à l’étroit, mais personne ne pourra vous trouver ici. De l’extérieur, la cachette ne se révèle qu’au contact de ma magie. Rassurez-vous, elle s’ouvre de l’intérieur, mais attendez que je revienne.

Alexander acquiesça et glissa ses jambes à l’intérieur. Ses pieds trouvèrent rapidement le sol. Il n’y avait de la place que pour s’asseoir. Altaïs le regarda faire sans bouger, la mâchoire légèrement crispée.

— Altaïs ? appela le comte.

Il leva ses yeux pâles vers Elio et déglutit. Lentement, il rejoignit Alexander.

— Ne vous inquiétez pas, je reviendrai vite.

Et la dalle se replaça au-dessus d’eux, les enfermant dans le noir le plus ténébreux. Altaïs inspira un peu trop rapidement, et ses doigts se resserrèrent brusquement sur l’étoffe de son pantalon. Il ferma les yeux, pour tenter de ralentir les battements désordonnés de son cœur. Alexander dut sentir son angoisse, car il inclina son visage vers Altaïs. Lorsqu’il parla, ils étaient si proches que son souffle effleura la peau du prince.

— Je ne laisserai rien t’arriver, murmura-t-il.

Au début, Altaïs ne réagit pas. Ce n’est qu’au bout de longues secondes qu’il finit par articuler difficilement :

— Tu ne peux pas te battre contre mes peurs.

— Mais je peux t’aider à le faire.

Altaïs se sentait nauséeux. Le noir l’oppressait, et l’espace étroit tout autant. Mais rien ne pouvait changer les choses. Ils étaient coincés. Même utiliser la magie pour illuminer la cache leur était impossible, car Elaran ayant franchi l’enceinte du domaine du comte, il le sentirait immédiatement.

Doucement, Alexander posa son front contre celui du prince. Ce dernier avait la peau brûlante, mais ses tremblements s’atténuèrent légèrement.

— Je te promets qu’un jour j’effacerai tes cauchemars.

 

***

 

Le visage fermé, Elio sortit de sa demeure pour accueillir les visiteurs. Sept chevaux apparurent sur la route qui conduisait à l’entrée du domaine. Elaran, Mathéis, et cinq soldats. Elio garda le silence tandis que le Grand Conseiller descendait de sa monture et s’approchait.

— Comte de Stonel.

— Grand Conseiller, que me vaut le plaisir de votre venue sur ces terres ?

Absolument personne ne put rater l’ironie qui imprégnait les paroles d’Elio. Quelques soldats se tendirent, mais Elaran ne réagissant pas, ils ne firent rien de plus.

— Je suppose que les rumeurs de la fuite du prince régicide vous sont parvenues ?

— Il se pourrait oui.

— Ses traces nous ont menés jusque dans les environs.

— Dans les environs ?

— À Eäril.

— Je n’en ai pas entendu parler.

— Vraiment ? Aucun habitant du comté ne l’aurait vu ?

— Si c’est le cas, je n’ai pas été informé.

L’échange était aussi vif que brutal. Le froid tranchant d’Elio s’opposait à l’arrogance brute d’Elaran. Celui-ci décida d’utiliser sa magie pour s’introduire dans l’esprit du comte, mais il se heurta à un mur impénétrable. Il ne laissa rien paraître de son échec, malgré l’agacement qui l’envahissait de seconde en seconde.

— Bien, si jamais quelques bruits vous parvenaient, n’hésitez pas à nous le faire savoir. Nous logeons chez le duc d’Alvsborg.

— Je n’y manquerai pas, répondit le comte, et une lueur moqueuse flotta un bref instant dans son regard. Je ne vous raccompagne pas, vous connaissez le chemin.

Mathéis, qui avait observé toute la scène avec surprise, s’en étouffa presque de stupeur. Le comte venait purement et simplement de les congédier sans le moins du monde respecter les convenances. Même Elaran s’était raidi face à ce manque flagrant de respect. Pourtant, il le salua froidement avant de retourner vers sa monture.

Elio les observa quitter son domaine, l’air sévère. Il n’accepterait jamais que le Grand Conseiller s’arroge tous les droits sur ses terres.

 

***

 

— Ce n’est pas dans tes habitudes de laisser passer une telle attitude envers toi, commenta Mathéis alors qu’ils avaient rejoint la grande route.

Elaran lui lança un regard agacé.

— Le comte de Stonel et moi avons des relations conflictuelles. Malheureusement, le peuple l’apprécie trop pour que nous prenions le risque de l’attaquer de front. Nous ne sommes pas en terrain conquis, daigna-t-il expliquer.

Mathéis grimaça en repensant à leur arrivée à Eäril. La foule leur avait ostensiblement tourné le dos. Le rejet était clair : la royauté n’était pas la bienvenue dans le Nord.

— Mais ce n’est pas important. Je suis désormais certain que le comte a croisé la route d’Altaïs. Il suffit de le faire surveiller, en toute discrétion.

 

***

 

Deux jours s’étaient écoulés depuis la venue d’Elaran, et tout semblait se passer pour le mieux. Elio avait dû s’absenter pour la journée, afin de parcourir ses terres et parler avec la population des problèmes que celle-ci rencontrait. La vaste maison paraissait alors bien calme.

Assis en tailleur sur son lit, Alexander lisait un livre ancien qu’il avait trouvé dans la bibliothèque. Celui-ci évoquait les vieilles légendes aeldoriennes dont lui avait parlé Elio et qui le fascinaient. L’ouvrage avait même le luxe d’avoir des illustrations colorées. L’une d’entre elles avait particulièrement retenu son attention.

Elle recouvrait une page entière et représentait un Fils de la Magie et un Protecteur. Des éclairs entouraient le premier, sans doute la manifestation de sa magie, et Alexander ne put s’empêcher de s’attarder sur le visage décidé et sur les étranges cheveux argentés. Le second était agenouillé au premier plan, les bras tendus devant lui pour former un bouclier.

Il était si accaparé par son observation qu’il sursauta violemment lorsqu’une voix chuchota au creux de son oreille :

— Je suis désolé, je pense garder mes cheveux noirs.

Alexander tourna la tête vers Altaïs et le foudroya du regard. Celui-ci lui adressa en retour un grand sourire, ravi d’avoir pu le surprendre. Bien décidé à se venger, le Protecteur attrapa son bras, et avant qu’Altaïs n’ait eu le temps de réagir, il se retrouva étendu sur le lit. Rapidement, Alexander coinça ses jambes entre ses propres cuisses et ses mains se refermèrent sur les poignets du prince, qui se retrouva alors complètement immobilisé.

— J’aime beaucoup tes cheveux noirs.

Altaïs retint son souffle lorsqu’Alexander fit glisser une des mèches ébène entre ses doigts. Il passa délicatement une main dans sa nuque, le regard brillant de tendresse. Leurs lèvres s’effleurèrent avec douceur. L’instant fut soudainement brisé par des coups discrets contre la porte de la chambre. Alexander se releva aussitôt, les sourcils légèrement froncés, et alla ouvrir la porte tandis qu’Altaïs se redressait vivement.

Kyle, le majordome, apparut dans l’encadrement.

— Je suis désolé de vous importuner. Le comte a envoyé un villageois de Rozenal quérir votre présence.

— Pourquoi ?

— Il a seulement précisé que c’était urgent.

— D’accord, nous arrivons tout de suite. Pouvez-vous faire sceller nos chevaux ?

Le majordome acquiesça et fit demi-tour. Alexander se tourna vers Altaïs.

— De quoi peut-il s’agir ? demanda-t-il.

— Je ne sais pas, peut-être veut-il nous faire rencontrer des gens qui nous soutiennent ? Quoi qu’il en soit, ne perdons pas de temps.

 

***

 

Rozenal était un petit bourg distant de seulement quelques kilomètres, et auquel il était facile d’accéder par le biais de la grande route principale. Alexander et Altaïs s’étaient donc engagés au trot sur celle-ci.

Mais il séjournaient depuis trop longtemps chez Elio. Ils avaient fini par mettre de côté cette peur constante avec laquelle ils avaient vécu durant des jours et des jours. Ils auraient dû savoir qu’ils ne pourraient pas échapper éternellement à la menace planant au-dessus d’eux, prête à refermer ses serres à tout instant. Ils auraient dû savoir qu’au-delà du domaine du comte, ils étaient guettés par les plus grands dangers. Mais lorsqu’enfin, ils en prirent conscience, il était déjà trop tard. 

Leurs chevaux s’effondrèrent, raide morts. Leurs cavaliers roulèrent au sol avec une exclamation de surprise, mais se relevèrent rapidement, épée dégainée. Ils voulurent faire quelques pas, pour reculer, mais une force invisible les repoussa.

— Un piège runique, murmura Alexander, horrifié.

— Tu peux le contrer ? demanda Altaïs, la gorge nouée.

Mais il connaissait déjà la réponse, car aucun des deux ne pouvait plus sentir sa magie. Les runes avaient dessiné une prison dans laquelle ils n’avaient plus aucun pouvoir. Soudain, quelque chose crépita dans l’air et la foudre jaillit.

Alexander hurla. Dans sa vie, il avait déjà subi des coups, il avait déjà encaissé des sorts. Mais jamais il n’avait ressenti une douleur aussi fulgurante. Les éclairs le frappaient impitoyablement. Son épée tomba au sol, et ses genoux s’enfoncèrent violemment la neige. Altaïs ne semblait pas en meilleur état. Les dents serrées, il avait pâli sous l’effet de la souffrance et se retrouvait dans la même position qu’Alexander. Ils entendirent à peine les bruits de pas s’approcher d’eux, et virent tout juste de vagues silhouettes se dessiner.

— Efficace, commenta une voix. Attache-le, ordonna-t-elle ensuite.

Altaïs sursauta quand quelqu’un saisit brutalement ses bras pour les ramener dans son dos. Des chaînes froides mordirent sa peau et la panique l’envahit.

— Non, souffla-t-il en se débattant faiblement.

Mais le contrecoup de la foudre était trop important et il ne put rien faire. Alexander assista à la scène avec horreur, mais quand il fit un mouvement vers le prince, quelqu’un le repoussa brusquement au sol.

— Ne bouge pas toi !

— Non, gronda-t-il.

Un coup de pied s’écrasa contre son ventre, le pliant en deux, le souffle coupé.

— Alex !

Altaïs se débattit de manière plus véhémente. Il faillit échapper à l’homme qui le retenait, mais ce dernier parvint cependant à glisser son bras autour du cou du prince et le tira brusquement en arrière. Altaïs se raidit au contact du torse dans son dos, et l’homme put finir de l’enchaîner.

— Eh bien, eh bien. Comme nous nous retrouvons…

Alexander et Altaïs tournèrent simultanément la tête le nouveau venu, le cœur tordu par la peur. Ils reconnurent immédiatement l’homme qui avait tenté de flageller l’enfant, le jour de leur arrivée à Eäril et l’uniforme auquel ils avaient déjà étés confrontés. Il s’agissait donc probablement de soldats du duc d’Alvsborg. L’homme s’accroupit près d’Altaïs, pour se mettre à sa hauteur, et attrapa son menton malgré la résistance que lui opposa le jeune homme.

— C’est bien toi, le fameux prince en fuite, dit-il d’un ton mauvais.

Il ignora le regard glacial d’Altaïs et se releva.

— Emmenez-le, ordonna-t-il. Et débarrassez-vous de l’autre.

— Non !

Les exclamations d’Altaïs et Alexander se croisèrent. Ce dernier tourna la tête vers son compagnon et leurs regards s’accrochèrent un instant tandis qu’un flot d’émotions coulait entre eux. Ils étaient terrifiés.

Un second coup envoya Alexander rouler dans la neige. Altaïs gronda de colère, et les chaînes qui entravaient ses mains cliquetèrent dans un bruit métallique.

— Ça suffit ! cria-t-il.

La gifle qui suivit fut si puissante que la lèvre du prince se fendit sous le choc. En face de lui, le soldat s’acharnait toujours sur le Protecteur, qui encaissait coup sur coup. Un craquement sec retentit lorsque l’une de ses côtes se brisa et son cri retentit longuement sur la route. Il se redressa maladroitement sur ses coudes et cracha un filet de sang. La neige rougit. Sa vue s’obscurcit.

— Altaïs, murmura-t-il difficilement.

Son corps l’abandonnait et il sentait sa conscience s’échapper. Tout tanguait autour de lui, et les bruits lui parvenaient de façon lointaine et étouffée. Chaque respiration était un supplice. Il leva son regard émeraude en direction d’Altaïs. Enchaîné, maintenu immobile contre le corps d’un soldat et agité de tremblements incontrôlables, celui-ci gardait la tête baissée et ses mèches sombres dissimulaient ses yeux. Pourtant, quand il sentit le regard du Protecteur peser sur lui, il redressa la tête et ficha ses iris pâles dans ceux de son vis-à-vis. Ses lèvres formèrent des mots qu’Alexander ne parvint pas à saisir.

Un soldat s’interposa soudain entre eux pour faire face au prince. Le Protecteur ne l’entendit pas, mais il vit l’homme dégainer son épée et frapper violemment la tête d’Altaïs avec le pommeau. Son cri resta coincé dans sa gorge alors que le prince s’effondrait, le visage maculé de sang. Il sentit à peine le nouveau coup qui le plaqua contre le sol, mais son corps maltraité le traîna dans les affres de l’inconscience.

La dernière image qu’il vit avant que le noir ne l’emporte fut le soldat qui souleva Altaïs, évanoui, et qui tourna les talons.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 29/07/2021
Hello toi :D

Je me doutais que la paix et la sérénité ne dureraient pas longtemps x) En vrai, je comprends Alexais (déso j'écris comme ça c'est plus court que d'écrire les deux noms mdr) et leur "envie" de ne plus s'inquiéter, ne plus penser à la menace etc. Mais prendre la grande route ? la route principale ? à découvert ? vraiment ? xD Je comprends leur "naiveté", mais je les ai trouvés bêtes de faire ça sur le coup, je SAVAIS qu'il allait se passer un truc ! En fait, je l'ai senti dès le truc du villageois chelou qui les appelle là ! Bah ça a pas loupé xD
Bon, je vais pas dire qu'ils l'ont mérité, parce que ce serait trop cruel... Mais on va dire... You had this coming, guys xD

En plus, là ils vont être apportés au duc, et y a qui avec le duc ? Elaran. Ça va être la grosse ambiance à Alvsborg mdr xD J'aimerais pas être femme de chambre du duc moi, tiens.

Etrangement, j'ai bien aimé le fait qu'Elaran ne réponde pas à Elio. Ça montre que le gars est pas non plus invincible, il a pas toujours réponse à tout, et surtout il attaque pas tout le temps comme un bourrin (j'avais un peu cette image avant, j'avoue oups xD). Et apparemment, il a un passé trouble avec Elio, donc ça attise pas mal la curiosité, et ça rend Elaran plus "humain" de voir que quand même, il se fout pas complètement d'autrui quoi x) A suivre !

J'ose même pas aller voir le com de Cherry après cette fin si tragique, quoique... Si, attends je vais aller voir mdr (Je reviens après avoir lu en diagonale son com et "Mais écoute j’aime bien voir des personnages souffrir plutôt que de voir des personnages rester passifs XD" ??? Sérieusement ?! Elle se moque de toi là xD Quand je pense à tout ce qu'elle a dit après... Je suis morte xD)

Mes remarques et suggestions :

"Un mélange de peur et de colère qui s’affichait sur son visage quand il pensait que personne ne faisait attention à lui." --> Je pense que le "qui" est de trop ici ? "Un mélange de... s'affichait sur son visage quand il pensait..." La phrase me semble plus fluide ainsi ? Mais c'est comme tu veux :)

"Il n’y avait pas besoin de préciser de qui ils s’agissaient." --> je ne pense pas que le qui s'accorde au pluriel quand il n'y a pas "ceux/celles" avant ? Idem pour "ils s'agissaient", c'est le pronom impersonnel qui est utilisé ici donc je pense que c'est au singulier ;)

"— Il se pourrait oui" --> je trouve que ça sonne trop familier venant du sage, classe, Monsieur le Comte de Stonel, tu vois ? xD En plus, il manquerait à mon avis une virgule après "pourrait". Mais sinon, je pense qu'une expression plus soutenue fonctionnerait mieux, genre "il est fort probable" ou "il est possible" un truc comme ça :)

"Je ne vous raccompagne pas, vous connaissez le chemin." --> purement subjectif ici, mais je trouverais l'insulte, ou la pique beaucoup plus efficace si ça s'arrêtait à "je ne vous raccompagne pas". Là le fait qu'il explique "vous connaissez le chemin" derrière, ça la rend plus immature je trouve ^^ Alors que si tu précises rien derrière, ça fait genre une bombe qui est lâchée et c'est à Elaran et au lecteur d'interpréter comme il veut cette froideur, tu vois ? :) Mais bon, ce n'est que mon ressenti bien sûr, c'est toi l'autrice xD

"Le comte venait purement et simplement de les congédier sans le moins du monde respecter les convenances. Même Elaran s’était raidi face à ce manque flagrant de respect." --> le long "sans le moins du monde" alourdit un peu la phrase et "éloigne" trop le complément du reste de la phrase je trouve :) Aussi, je ne crois pas que cette première phrase soit nécessaire, c'est quelque chose qu'on a compris en lisant le dialogue ;) En revanche, les réactions de Mathéis et d'Elaran sont importantes pour nous lecteurs ! (En suppriment la première phrase tu t'évites aussi la répétition de "respect") Mais encore une fois, ce n'est que mon avis ;)

"Ce n’est pas dans tes habitudes de laisser passer une telle attitude envers toi" --> le envers toi n'est pas nécessaire ici je pense :)

"Mais il séjournaient depuis trop longtemps chez Elio" --> coquille : ils*

"Alexander et Altaïs tournèrent simultanément la tête le nouveau venu" --> vers* le nouveau venu, j'imagine ?

"Ils étaient terrifiés." inutile de préciser je pense, lol xD

C'était long, sorry :/ Mais j'ai enfin fini de te maltraiter, promis !
A bientôt, bisous <3
Mathilde Blue
Posté le 31/07/2021
Coucou :D

Non fallait pas abuser quand même, j’ai déjà été gentille sur les derniers chapitres xD Ah mais je suis d’accord, c’était très con de leur part, et en même temps ils avaient juste envie de croire que leur vie pouvait être plus tranquille ^^’ Mais bon, je vais devoir réécrire tout ce chapitre parce que plusieurs personnes trouvaient que c’était pas assez crédible:/

« En plus, là ils vont être apportés au duc, et y a qui avec le duc ? Elaran. Ça va être la grosse ambiance à Alvsborg mdr xD J'aimerais pas être femme de chambre du duc moi, tiens. »
Mdr, il ne manque que Diane pour que la fête soit totale xD Mais oui femme de chambre du duc c’est pas trop un métier d’avenir…

Haha, effectivement, Elaran connaît les limites à ne pas franchir (même on ne dirait pas comme ça, je te l’accorde). En ce qui concerne son passé avec Elio, en vrai tu as des réponses plus ou moins subtiles dans les chapitres précédents ^^(Mais est-ce que j’ai déjà songé à faire des chapitres spin-off sur Elio ? Oui absolument)

Mais oui Cherry se moque de moi, contente que tu en sois témoin xD Beaucoup trop contradictions franchement xD Au moins on pourra lui ressortir ça pour le crossover xD

Merci pour toutes tes notes ! :D

À tout de suite ^^
petite_louve
Posté le 12/06/2021
Après ce petit instant de bonheur, tu oses les séparer ?! Comme c'est cruel de ta part ! Tu les malmènes et tu malmènes nos petits coeurs ! Enfin, passons. Il faut bien quelques drames pour faire une histoire, si tout se passait bien, nous n'aurions rien à ranconter.

Je suis étonnée qu'Alex et Altaïs suivent aussi facilement Kyle en dehors du palais. Elio leur a répété à plusieurs reprises de ne pas sortir, qu'ils ne seraient plus en sécurité en sortant du palais. Peut-être auraient-ils dû être un peu plus hésitants ? Elio aurait dû avoir une très bonne raison de les faire sortir ! Qu'en penses-tu ?

Les moments de tendresse entre Altaïs et Alex sont d'une grande fraîcheur, ça fait plaisir à lire ! Et la bataille de fin de chapitre est bien décrite ! Je proteste contre la mort des chevaux, ils n'ont rien fait !

A très vite !
Mathilde Blue
Posté le 13/06/2021
Coucou !

Je sais, c'est cruel x) Mais comme tu le dis, il faut bien un peu de drama quand même, ils n'allaient pas pouvoir se la couler douce dans le Nord éternellement ^^

J'en pense que je prévois de réécrire tout ce chapitre ^^' Je ne sais pas encore quel axe je vais choisir pour le moment mais c'est prévu en tout cas !

Désolée pour les chevaux :'(

À bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 14/05/2021
Hello :D

On dirait bien que c’est raté pour les retrouvailles avec Mathéis (même pas le temps de se prendre un thé, sacrilège) au moins pour cette fois, je croise les doigts pour la suite : Mais plus important : je savais que la douceur ne pouvait pas durer éternellement (enfin, pas temps que l’histoire n’est pas terminée, et encore), mais cette violence de fin de chapitre D: Les séparer à ce moment là est très cruel (donc parfait)

Je rejoins Gabhany et dodoreve sur le fait qu’ils n’hésitent pas assez pour suivre Kyle (traitre de majordome s’il en est), je vois un peu les choses comme ça : Kyle sait a priori qu’Eleran est venu rendre visite à Elio (et s’est fait jeter comme une chaussette qui pue, tout ce qu’il mérite à vrai dire), qu’Alex et Altaïs sont censés ne pas se montrer en public, et probablement aussi qu’Eleran veut les attirer dehors pour les taper. Donc Kyle pourrait se permettre un semi-mensonge dramatique, en disant aux deux garçons qu’Elio s’est fait griller, et qu’Elaran est soit :
- en route vers leur cachette donc il faut qu’ils se tirent ailleurs
- tient Elio en otage et demande à ce qu’ils se rendent contre sa libération (bon ça, ça doit sans doute moins bien marcher)
Il y a probablement d’autres pistes à explorer avec une vision globale mais dans tous les cas ça sera facile à réécrire sans trop tout chambouler je pense ^^

Je te laisse comme d’habitude sur mes notes plus précises :

« — Je te promets qu’un jour j’effacerai tes cauchemars. »
C’est une promesse ambitieuse ça, petit Alex, mais il est en bonne voie vu qu’il sert déjà d’oreiller à Altaïs, c’est la première étape

« — Grand Conseiller, que me vaut le plaisir de votre venue sur ces terres ?
Absolument personne ne put rater l’ironie qui imprégnait les paroles d’Elio. »
Le respect est mort ici xD

« Alexander ne put s’empêcher de s’attarder sur le visage décidé et sur les étranges cheveux argentés. »
Ooooh, serait-ce une connexion secrète entre tes deux histoires ou je vois des liens trop facilement ?

« Pouvez-vous faire sceller nos chevaux ? »
Seller sans le C

« Leurs chevaux s’effondrèrent, raide morts. »
Le crime impardonnable

« Son épée tomba au sol, et ses genoux s’enfoncèrent violemment DANS la neige »
Je crois qu’il manque le « dans » que j’ai rajouté

Attention à beaucoup de répétition de « mais » dans la partie baston ! (à part ça c’était top)

Voilà pour ce chapitre, à bientôt sur le suivant ou ailleurs :D
Mathilde Blue
Posté le 16/05/2021
Coucou !

Ni le temps de prendre du thé ni le temps de manger des cookies… Quel scandale.

« Les séparer à ce moment là est très cruel »
J’avoue ^^

« Il y a probablement d’autres pistes à explorer avec une vision globale mais dans tous les cas ça sera facile à réécrire sans trop tout chambouler je pense »
Ce sont de bonnes pistes, je devrais avoir de quoi faire lors de la réécriture !

« C’est une promesse ambitieuse ça, petit Alex, mais il est en bonne voie vu qu’il sert déjà d’oreiller à Altaïs, c’est la première étape »
Effectivement, c’est un bon début ^^

« Le respect est mort ici xD »
J’imaginais tellement Elio envoyer balader Elaran XD

« Ooooh, serait-ce une connexion secrète entre tes deux histoires ou je vois des liens trop facilement ? »
C’est pas absurde dans la mesure où c’est là que j’ai eu l’idée d’un personnage aux cheveux argentés, mais ça s’arrête là, il n’y a aucun lien entre les deux univers ^^

« Seller sans le C »
Le pire c’est que tu me l’as déjà dit, mais je fais la faute systémtiquement…

« Le crime impardonnable »
Désolée :’( Puissent-ils aller au paradis des chevaux.

Merci pour tes notes et à bientôt :D
dodoreve
Posté le 05/05/2021
Coucou MathildeBlue ! J'avais oublié qu'on était mercredi aujourd'hui et je me suis réservé ce chapitre pour ma fin de journée comme une groupie x) Cependant, je suis assez d'accord avec Gabhany : j'avoue ne pas comprendre qu'Altaïs et Alexander, si méfiants jusque là, ne se doutent de rien. J'ai vu que tu envisageais une réécriture de ce chapitre, et effectivement les faits pourraient être changés (que ce soit Elaran qui vienne les chercher ou autre) mais peut-être aussi le ressenti que l'on en a ? Que l'on se projette mieux dans l'esprit des deux neuneus pour comprendre à quel point ils avaient baissé leur garde... Je ne sais pas si ce serait "suffisant", je ne me convaincs pas assez moi-même, mais bon je glisse ça comme ça au cas où ça peut te servir ou te donner des idées.
En tout cas je m'attendais bien à ce qu'on les sépare et ÇA ME FEND LE COEUR. Enfin, une partie du cœur. L'une voudrait que tout se passe bien for ever mais l'autre aime bien ces petits rebondissements, évidemment. En plus ça crée une attente en ce qui concerne les retrouvailles. J'espère bien qu'Alexander va péter des culs pour retrouver Altaïs ou qu'Altaïs va mettre cher à Elaran - ou que Mathéis fasse quelque chose, bon sang. J'avoue placer une partie de mes espoirs sur ce dernier.
J'espère qu'ils ne seront pas séparés trop trop longtemps, mais en même temps leur séparation intervient à un bon moment je trouve ! On devrait pouvoir apprécier cette absence qui ne fera que mieux résonner leurs retrouvailles.
Je viens de me dire "SAUF SI L'UN D'ENTRE EUX MEURE" et bon j'avoue que ça me semble peu probable, en tout cas pour l'instant, mais même si ça intervenait bien plus tard... euh. Non hein ;-; Par pitié. NON HEIN.
Une question à propos des cheveux d'Altaïs : certes ils sont noirs, mais si j'imagine ceux d'Alexander plutôt courts (et je me "trompe" peut-être, dis-moi), je n'arrive vraiment pas à me mettre d'accord sur une longueur pour ceux d'Altaïs (ou à bien m'en rappeler). Qu'en est-il ?
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Coucou :D

Ben du coup j'envisage une réécriture vraiment différente de ce que j'ai écrit là (qui se mixera sans doute un peu avec le chapitre suivant, enfin je verrai), mais au vu des retours ça me semble plus pertinent que de développer pourquoi ils ont agi de manière stupide.
Bon si ça peut te rassurer, j'avais aussi le coeur brisé à la fin du chapitre lorsque je l'ai écrit (mes bébés T_T). Plein de rebondissements en perspective ! (Enfin ils sont tous les deux dans un sale état pour l'instant...) J'ai l'impression que vous êtes plusieurs à apprécier Mathéis, je trouve ça plutôt chouette parce que c'est sans doute le personnage que j'ai eu le plus de mal à créer ^^'
Mais je suis pas un monstre non plus hein ^^
Altaïs a les cheveux qui lui arrivent au milieu de la nuque, et qui sont un peu ondulés/rebelles !

À bientôt !
Gabhany
Posté le 05/05/2021
Alors je suis désolée mais je ne suis pas du tout convaincue par le stratagème pour les faire sortir du château d'Elio ... C'est un peu trop facile. Pourquoi le comte aurait envoyé un villageois, sachant que A&A sont en danger ? Et nos deux benêts là, ils sont recherchés par tout le pays, ils savent qu'Elaran est dans le coin, mais ils ne se méfient pas ? Ce n'est pas très crédible je trouve ... Et donc si j'ai bien compris ce sont les soldats de la ville qui les ont piégés ? Sur ordre d'Elaran ? La scène de leur capture est un peu confuse à ce sujet il me semble.
Désolée pour mon commentaire pas aussi positif que d'habitude ! J'ai quand même beaucoup aimé le chapitre hein ;)
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Aïe... Je comprends ce qui te pose problème. Ben disons qu'ils étaient un peu trop confiants à ce moment là, et qu'ils pensaient que cela pouvait avoir un lien avec l'article et de potentiels soutiens. Les soldats du duc d'Alvsborg, qui héberge Elaran !
Bon du coup je pense que je réécrirai entièrement la scène, ton commentaire m'a donné des idées, il faudra voir comment je peux mettre tout ça en place (peut-être qu'Elaran pourrait attirer Elio à l'extérieur et débarquer chez lui pendant ce temps ou quelque chose comme ça ^^).

À bientôt !
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Aïe... Je comprends ce qui te pose problème. Ben disons qu'ils étaient un peu trop confiants à ce moment là, et qu'ils pensaient que cela pouvait avoir un lien avec l'article et de potentiels soutiens. Les soldats du duc d'Alvsborg, qui héberge Elaran !
Bon du coup je pense que je réécrirai entièrement la scène, ton commentaire m'a donné des idées, il faudra voir comment je peux mettre tout ça en place (peut-être qu'Elaran pourrait attirer Elio à l'extérieur et débarquer chez lui pendant ce temps ou quelque chose comme ça ^^).

À bientôt !
Gabhany
Posté le 05/05/2021
Oui l'idée qu'Elaran attire Elio ailleurs et qu'il débarque est bien ! Ou par exemple expliquer qu'Elio va rencontrer qqun qui est prêt à soutenir Altaïs au village et qu'il risque d'avoir besoin d'eux
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Je vais noter tout ça quelque part alors !
Cherry
Posté le 05/05/2021
Je m’attendais pas à cette fin, honnêtement.

Mais écoute j’aime bien voir des personnages souffrir plutôt que de voir des personnages rester passifs XD

Haha je suis contente de retrouver Mathéis même pour deux minutes. J’imagine qu’à ce stade, il doit en avoir ras le c*l des conneries de son oncle.

« Ses nuits s’étaient également faites plus paisibles » : on se demande pourquoi nous XD je suis sûre qu’Alex y ait pour quelque chose…

« Altaïs se fermait parfois de manière aussi hermétique qu’un coquillage. » : j’arrive pas à voir Altaïs comme une coquille saint jacques x)

« Son regard HABITUELLEMENT pétillant était ANORMALEMENT empli d’inquiétude. » « Altaïs inspira un peu trop RAPIDEMENT, et ses doigts se resserrèrent BRUSQUEMENT sur l’étoffe de son pantalon. » : c’est juste mon avis mais quand deux adverbes sont dans une phrase ça alourdit

« — Je te promets qu’un jour j’effacerai tes cauchemars. » : la phrase la plus romantique de 2021

« — Je suis désolé, je pense garder mes cheveux noirs. » : je pensais que c’était quelqu’un d’autre mais j’ai pas du tout pensé à Altaïs parce que cet air espiègle me semble hors de sa personnalité XD ( moi j’ai aussi j’ai eu peur comme Alex, RIP mon cœur T_T ) on découvre la personnalité espiègle d’Altaïs et ça c’est mignon, tendre, drôle… j’adore cet aspect x) il est enfin en sécurité alors il n’a plus à penser à ses problèmes et Altaïs peut vraiment être celui qu’il veut. Il est vraiment différent des premiers chapitres où il était H24 sur ses gardes ou en mode dark

« L’instant fut soudainement brisé par des coups discrets contre la porte de la chambre. » : envie d’étrangler Kyle (en plus son nom me fait rire je suis désolée XD )

« Mais il séjournaient depuis trop longtemps chez Elio. » : ILS séjournaient

« — Eh bien, eh bien. Comme nous nous retrouvons… » : c’est LA phrase des grands méchants XD un peu cliché mais drôle aussi

« Ce dernier tourna la tête vers son compagnon et leurs regards s’accrochèrent un instant tandis qu’un flot d’émotions coulait entre eux. Ils étaient terrifiés. » : je trouve que c’est inutile de rajouter le « Ils étaient terrifiés » parce que les gens devinent déjà la peur qu’il y a en lisant la première phrase, ce passage est trop explicite

« Ses lèvres formèrent des mots qu’Alexander ne parvint pas à saisir. » : est-ce qu’il lui a dit « je t’aime » ? Affaire à suivre dans le prochain épisode
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Coucou !

Il fallait bien que ça finisse par arriver, ils n’allaient pas pouvoir se la couler douce chez Elio éternellement XD

Mathéis est un peu fatigué en effet ^^ Et un peu perdu aussi x)

« on se demande pourquoi nous XD je suis sûre qu’Alex y ait pour quelque chose… »
C’est probable oui XD

« j’arrive pas à voir Altaïs comme une coquille saint jacques x) »
Tu viens d’ôter toute la poésie de cette expression XD

C’est noté pour les adverbes, c’est vrai que j’ai tendance à en mettre trop…

« la phrase la plus romantique de 2021 »
La compétition est rude, tu avais dit décerné ce titre à une phrase du chapitre 10, faudra qu’on fasse un classement à la fin ^^

« je pensais que c’était quelqu’un d’autre mais j’ai pas du tout pensé à Altaïs parce que cet air espiègle me semble hors de sa personnalité XD »
Il se détend tranquillement, mais il a un petit côté espiègle (enfin avec Alexander en tout cas), ça commençait déjà à se voir lorsqu’il joue avec la neige ou qu’il fait tomber Alexander dans l’eau ! Mais c’est vrai qu’il a beaucoup changé depuis les premiers chapitres <3

« c’est LA phrase des grands méchants XD un peu cliché mais drôle aussi »
J’ai pas pu résister j’avoue XD

« est-ce qu’il lui a dit « je t’aime » ? Affaire à suivre dans le prochain épisode »
Hehe…

À bientôt :D
Cherry
Posté le 05/05/2021
"Tu viens d’ôter toute la poésie de cette expression XD" tu abuses je suis gentille quand même et puis c'est beau les coquilles saint jacques hein 😉 (je suis pas fan des coquillages mais c'est joli comme Altaïs)

"La compétition est rude, tu avais dit décerné ce titre à une phrase du chapitre 10, faudra qu’on fasse un classement à la fin ^^" oui oui, je m'en rappelle héhé. Je ferai un top 10 de mes citations romantiques préférées s'il le faut

"J’ai pas pu résister j’avoue XD" mais naan regrette pas c'est beau les clichés mais il ne faut pas tomber dedans :p après j'avoue celle-là est pas très subtile et j'ai l'impression de l'avoir lue et entendue mille fois x)
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Haha, t'inquiète, je te taquinais ;)

Hâte de voir ça XD

Bon de toute façon il y a des chances pour qu'elle disparaisse à la réécriture cette phrase x)

À bientôt !
Vous lisez