Chapitre 23

Notes de l’auteur : Bonne lecture !

Altaïs ne sentait plus le froid qui s’insinuait sous ses vêtements. Ses pensées dérivaient depuis trop longtemps pour cela. Sa conversation avec Elio, alors que l’aube se levait à peine, refusait de quitter ses pensées.

Il comprenait mieux certaines choses. La violence d’Elaran, l’indifférence du roi défunt, le mépris de la noblesse… Il s’était toujours douté que son tempérament révolté ne devait pas être la seule raison de cet acharnement.

Mais méritait-il toute cette haine uniquement parce qu’il était né avec une aura différente ? Effrayait-il donc tant les autres ? Cela justifiait-il tout ce qu’on lui avait infligé ? Il avait tué sa mère en naissant, il ne pouvait pas le nier, mais il n’avait jamais souhaité faire de mal. Il aspirait seulement à vivre une vie tranquille. Il se moquait bien d’être un Fils de la Magie.

« Et Alexander ? » lui souffla une petite voix.

Altaïs repensa à la soirée qu’ils avaient passée ensemble la veille, et ses joues se teintèrent de rouge. Il s’était senti revivre entre les bras d’Alexander, et espérait naïvement que cela durerait éternellement. Le lien entre Protecteur et Fils de la Magie expliquait certaines choses, mais Altaïs savait que leurs sentiments allaient bien au-delà de cela. Il n’était cependant pas sûr d’être prêt à poser des mots sur leur relation. Mais en avait-il seulement besoin ? Il avait connu une personne, une fois, mais cela s’était résumé à quelques étreintes vides de sens. Avec Alexander… Tout était différent. Ils se faisaient confiance, ils se désiraient, ils… Ils avaient une tendresse et une affection profondes l’un envers l’autre.

Mais quelque chose lui nouait la gorge. Ils ne pourraient jamais vivre l’un sans l’autre.

Cela l’inquiétait. Pas parce qu’il ne souhaitait pas passer sa vie avec le Protecteur. Au contraire. Mais surtout parce qu’il ne pensait pas avoir une longue vie. Il avait constamment une épée au-dessus de sa nuque, et la perspective d’emporter Alexander dans sa chute le terrifiait.

Altaïs ouvrit les yeux. Les flocons continuaient à tomber lentement autour de lui. Il se laissa tomber en arrière pour se retrouver allongé dans la neige et contempla les épais nuages rassemblés dans le ciel.

Des pas derrière lui firent crisser le tapis blanc sur lequel il était étendu. Il ne bougea pas, confiant. Jusqu’au moment où de la neige s’écrasa sur son visage. Il se redressa vivement et jeta un regard furieux au nouveau venu. Alexander leva les mains, un sourire innocent plaqué sur son visage. Mais la lueur malicieuse qui dansait dans son regard démentait cela.

— Tu vas finir complètement gelé, dit le Protecteur d’une voix chantante.

— On se demande bien pourquoi, répliqua Altaïs en grinçant des dents.

Mais il cacha mal son air amusé. Quelques instants plus tard, les flocons se regroupaient autour d’Alexander, se glissant sans pitié sous sa cape.

— Ah ! Arrête ! supplia-t-il.

Altaïs, toujours assis, lui jeta un regard moqueur.

— Je m’excuse !

Finalement, les flocons s’écartèrent et reprirent leur place dans l’air avant de poursuivre doucement leur chemin vers le sol. La magie d’Altaïs était encore bien trop inégale, mais il pouvait désormais se permettre ces petits tours.

— Tes habits sont trempés, on ferait mieux de rentrer.

Altaïs acquiesça et se releva. Il épousseta ses vêtements pour ôter la neige qui s’y était accumulée, et quelques flocons tombèrent de ses cheveux où ils s’étaient accrochés. Alexander fit un pas vers lui, et Altaïs lui adressa un sourire espiègle lorsqu’il glissa sur une plaque de verglas, subrepticement apparue. Il s’écroula sur la neige avec un cri étonné, et Altaïs en profita pour se jeter sur lui, s’asseyant sur ses cuisses pour l’empêcher de se relever. Alexander retint son souffle, et Altaïs se pencha en avant, surpris par sa propre audace. Leurs visages n’étaient plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre.

— Je meurs d’envie de t’embrasser, avoua-t-il timidement.

— Alors fais-le, souffla Alexander.

Il ferma les yeux lorsqu’Altaïs déposa tendrement ses lèvres sur les siennes. Il le laissa mener la danse, refermant ses bras autour de son corps dans une étreinte protectrice. À travers ce simple baiser, il pouvait sentir toute la force de leur lien. Tout l’amour qu’ils se portaient.

Ils restèrent ainsi un long moment, savourant l’instant avec bonheur, jusqu’au moment où leurs corps se mirent à trembler, transis de froid. Ils se redressèrent alors, et Alexander se fit la promesse de tout faire pour qu’Altaïs ne perde plus la lueur heureuse qui illuminait son regard.

 

***

 

Deux jours étaient passés depuis leur arrivée chez Elio. Alexander et Altaïs étaient tranquillement installés dans le grand salon, chacun un livre posé sur les genoux, lorsque le comte entra dans la pièce. Ils relevèrent la tête dans un bel ensemble.

— Pouvez-vous me suivre dans mon bureau ? J’ai quelque chose à vous montrer.

Alexander sauta sur ses pieds.

— Oui, bien sûr !

Le bureau du comte était une pièce accolée à l’immense bibliothèque. Il était simple, sans fioriture. Une cheminée, un épais tapis, le large meuble en bois qui faisait face à la fenêtre. Mais leur regard fut aussitôt attiré par autre chose. Sur l’un des murs, un grand portrait peint était accroché.

Ils se figèrent tous les deux de surprise en le découvrant. Le tableau représentait un homme assez jeune. Le peintre était admirablement parvenu à capturer le bonheur qui dansait dans ses yeux d’un bleu aussi pâle que la glace. Les mèches sombres qui encadraient soigneusement un visage d’albâtre complétaient le portrait.

— C’est…

— Ton père, oui, répondit Elio avec un doux sourire. Inutile de faire remarquer que tu lui ressembles comme deux gouttes d’eau.

C’était vrai. Les différences entre le père et le fils étaient infimes. Le premier avait peut-être une mâchoire un peu plus carrée, le second des yeux légèrement plus en amandes, mais ce n’étaient que des détails. Altaïs se sentit ému. Les souvenirs de son père lui paraissaient désespérément lointains, et les quelques portraits qu’il avait vus n’étaient que des portraits officiels, dépourvus de vie. Elio le regarda avec affection.

— Julian t’aimait plus que tout, peu importait ce que disaient les autres.

— Je me souviens à peine de lui, murmura Altaïs, la voix étranglée.

— Je sais, tu étais si jeune lorsqu’il est mort.

Soudain, Altaïs serra les poings et ses lèvres se pincèrent. Il ficha son regard dans celui du comte.

— Il ne s’est pas suicidé, asséna-t-il.

Elio ne cilla pas. Le sérieux avait remplacé toute trace de malice dans ses iris habituellement pétillants.

— Non, répondit-il lentement. Je ne le pense pas non plus. Il était heureux, et il ne t’aurait jamais abandonné.

— Malgré la mort de ma mère ?

Elio esquissa un sourire aussi triste que pensif. Il finit par se rapprocher de son bureau et y appuya le bas de son dos pour faire face à Alexander et Altaïs.

— Ce n’est pas le sujet que je souhaitais aborder avec vous, mais je veux bien t’en parler un peu. Tu le sais Altaïs, ta mère, Mira, n’avait pas une once de sang noble dans ses veines. Elle venait même de l’un des quartiers les plus pauvres de la capitale. Tout comme moi. Nous étions voisins. Nous avions le même âge, elle avait perdu sa mère, j’avais perdu mon père, et nous survivions à peine. Nous étions comme frère et sœur, et, malgré la honte, nous nous retrouvions souvent à voler ensemble pour nous en sortir.

Altaïs et Alexander l’écoutaient avec attention, les sourcils légèrement froncés pour le premier, avide de curiosité pour le second.

— Un jour, nous avons pris pour cible un jeune garçon aux vêtements luxueux, mais surtout complètement seul. À notre grande surprise, il nous a donné tous les objets précieux qu’il portait sur lui, et nous a demandés si en échange nous pouvions être amis. Il s’agissait de Julian, qui avait fui le palais où il se retrouvait écrasé par la solitude. Je vous passe les détails, mais nous sommes tous les trois devenus très proches. Julian nous retrouvait aussi souvent qu’il le pouvait, malgré les remontrances de sa famille, et nous avons grandi ainsi.

Elio poussa un long soupir. Se remémorer ses souvenirs était douloureux et la nostalgie lui enserrait le cœur avec autant de force qu’un étau. Pourtant, il poursuivit :

— Les choses se sont compliquées quand nous avons eu vingt ans. Julian était promis à un mariage qu’il ne souhaitait pas, le père de Mira avait sombré dans l’alcoolisme depuis longtemps et menaçait de la vendre dans les bas-fonds, et ma propre mère était décédée. Julian a alors proposé d’épouser Mira, faisant ainsi front contre toute sa famille. Ils ont conçu un enfant et ont obtenu le droit de se marier quelques mois plus tard. Natt est né peu de temps après.

Altaïs en resta bouche bée, il ignorait tout de cette histoire.

— Quant à moi, Julian m’a anobli et m’a confié le comté de Stonel, que je n’ai rejoint que bien plus tard. Julian et Mira n’étaient pas amoureux, mais ils partageaient une profonde complicité, tout comme moi avec eux, d’autant plus que… Enfin, la mort de ta mère l’a profondément affecté, mais nous étions encore en vie tous les deux. Et puis tu étais là désormais, et tu ne sais pas à quel point tu rendais Julian heureux.

— Alors… Il ne m’a pas tenu rigueur de sa mort ?

Sa voix tremblait légèrement, et Alexander éprouva une profonde tristesse face à ce constat. Il se doutait qu’Elaran avait dû tout faire pour persuader Altaïs que son père ne lui avait jamais pardonné la mort de son épouse.

— Comment aurait-il pu ? répondit Elio avec douceur. Tu n’étais qu’un nourrisson. Tu n’es pas responsable.

Il regarda longuement Altaïs alors que celui-ci avait à nouveau détourné son regard vers le portrait. Il peinait toujours à comprendre pourquoi Elaran s’était à ce point acharné.

— Mais je ne vous ai pas fait venir pour cela, reprit-il.

Il leur tendit un document noirci d’encre. Alexander l’attrapa et Altaïs se rapprocha pour lire par-dessus son épaule. Le silence s’étira ainsi pendant plusieurs minutes.

— Doit-on vraiment préciser que j’ai été esclave ? soupira finalement Altaïs.

— Le peuple te soutiendra d’autant plus. Et cela jouera en ta faveur si tu es jugé, car je suppose que tu as la marque, n’est-ce pas ?

Altaïs agrippa le tissu de sa tunique au niveau de l’épaule sur laquelle s’était incrustée la salamandre. Il finit par acquiescer lentement, le regard sombre.

— Cet article va être la goutte d’eau qui fera déborder la mer.

— Oh, mais j’y compte bien, répondit Elio avec un sourire.

Mais celui-ci n’atteignait pas ses yeux, dans lesquels brillait une lueur décidée.

— Tu dois te préparer à devenir un symbole, Altaïs. Le peuple te soutiendra, mais attendra de toi que tu t’élèves contre la royauté et que tu changes les choses.

— Je pense que m’opposer à ma famille devrait être dans mes cordes, répliqua Altaïs avec cynisme.

— Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère, l’avertit Elio.

— Cela tombe bien, je suis parfaitement sérieux.

Les iris pâles s’embrasèrent d’une rage froide, presque meurtrière. Et, pendant un instant, Alexander fut effrayé par ce regard impitoyable.

— Cet article ne paraîtra pas avant la semaine prochaine. Je vous conseille donc de vous changer les idées en attendant.

Le comte s’assit à son bureau, mais alors qu’ils s’apprêtaient à sortir de la pièce, il les rappela :

— Je ne sais pas si tu as vu Altaïs, mais il y a une harpe dans la salle de musique. Et je pense que certains livres devraient vous intéresser dans la bibliothèque. Si vous ressentez le besoin de prendre l’air, n’hésitez pas à vous promener dans la forêt qui borde la demeure, mais veillez à ne pas sortir du domaine, vous ne seriez alors plus protégés.

Et il se pencha sur une pile de documents qui attendaient paresseusement que l’on s’occupe d’eux.

 

***

 

Mathéis soupira. Installé dans un confortable fauteuil, il se contentait de regarder les flammes crépiter sans esquisser le moindre mouvement. Ils étaient arrivés à Eäril la veille, et avaient ainsi pu rejoindre la demeure du duc d’Alvsborg, située légèrement à l’extérieur de la ville. Mais le jeune homme supportait mal leur hôte, qui mangeait dans la main de son oncle avec une hypocrisie dégoûtante.

Malheureusement, ils allaient probablement devoir rester quelque temps, car depuis qu’Altaïs avait atteint le nord, il semblait s’être volatilisé. Le duc leur avait part du fait que deux inconnus s’étaient interposés face à ses soldats lors d’une flagellation publique. La description correspondait, mais elle leur était inutile dans la mesure où ils ne savaient pas où le prince s’était caché. Mathéis n’avait pu s’empêcher de pincer les lèvres de mécontentement face aux pratiques employées par le duc. Il n’y avait pas besoin d’être un fin politicien pour comprendre la colère qui agitait le peuple.

Le regard du jeune homme s’assombrit. Depuis des années, il voyait sa famille voler en éclats. Il aspirait uniquement à ce que cela cesse. Sa mère, douce, mais effacée, lui manquait. Son père, solide comme un roc, lui manquait. Sa sœur, qu’il avait l’impression de ne pas avoir vue depuis une éternité, lui manquait. Même Adhara, ou plutôt l’homme qu’avait été Adhara, le grand frère insupportable, lui manquait.

Et Altaïs, pourtant si renfermé, si froid, si rebelle, lui manquait. Altaïs qu’il devait poursuivre sans relâche sans être convaincu de ses crimes. Altaïs, dont le regard brisé lui était parvenu à travers les flammes.

Non, décidément plus le temps passait et moins Mathéis parvenait à croire son cousin coupable. Car sous son apparence farouche, il n’avait jamais oublié l’enfant timide et un peu trop malmené qu’il avait été.

Il rejeta la tête en arrière, vers le haut plafond blanc. Et que dire de son oncle qu’il ne comprenait plus ? La violence et l’acharnement dont faisait preuve Elaran le dépassaient, et il ne cessait de se questionner. Que s’était-il vraiment passé entre les deux hommes pour qu’une telle rage existe ainsi entre eux ? Mathéis ne parvenait pas à oublier ce qui s’était produit dans le sanctuaire désormais réduit en cendres. La haine meurtrière qui liait Elaran et Altaïs l’avait écrasé. Quand ils étaient réunis, rien d’autre ne semblait plus exister.

Il espérait autant qu’il redoutait pouvoir mettre la main sur Altaïs. Sans lui, de nombreuses questions restaient sans réponse. Mais Mathéis craignait que le prix à payer pour y accéder ne soit trop élevé.

Un nouveau soupir lui échappa et il se massa les tempes pour chasser la migraine qui menaçait de s’installer dans son crâne. Elaran était parti à l’aube avec plusieurs soldats pour balayer les environs. Il avait par ailleurs prévu de rendre visite au comte de Stonel dans les jours à venir, pour l’informer de la situation.

Mathéis n’était pas certain que cela soit vraiment utile, mais peut-être ne s’agissait-il que d’une question diplomatique. Soit, il l’accompagnerait, par précaution.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 27/07/2021
Me revoilà Thildounette (oui oui je sais je t'ai manqué)!!

Aww. Ils sont si mims Alexaïs ! La scène dans la neige est mignonne, toute légère, toute choupinette ! Ça clash avec la violence qui règne dans la ville d'à côté et juste derrière les murs de la demeure du comte xD

D'ailleurs, le comte est toujours aussi sympa, c'est vraiment le gars posey, sage, qui a plein de sagesse et de souvenirs à partager j'aime bien ce perso, il est apaisant :) Une fraise des bois au milieu des ronces (non cette expression n'existe pas, et alors tu vas faire quoi ?!)

Je trouve ça ultra cool que les parents d'Altais n'aient pas été amoureux, mais juste s'aimaient comme ça, avec de la tendresse :) Je trouve ça tellement plus réaliste et moderne que "oh là là le roi et la reine sont fous amoureux, c'est le couple du siècle bla bla bla." Encore une fois, je vois qu'on fait des choix scenaristiques (oui oui, we are the new Tarantino tmtc) assez similaires et ça me plaît :)
En vrai, on s'en doutait un peu que le papa d'Altais lui en voulait pas pour la mort de sa mère, ce serait con xD Mais Elaran a distillé son poison pendant tant d'années, difficile de savoir ce qui est vrai ou faux...
Je serais contente d'ailleurs si une partie des trucs qu'a dit Elaran soit vraie, pour nuancer le truc ! À voir...

Mes notes :

"Il avait constamment une épée au-dessus de sa nuque" --> le "au-dessus de sa nuque" m'a fait buguer, au dessus de la nuque du coup c'est la tête ? ^^ Bref ça a fait buguer mon cerveau qui voulait imaginer la scène xD Je pense qu'une locution du style "une épée sous le menton" ou "une épée à la gorge" serait plus parlante :) Mais ce n'est que mon avis !

"et les quelques portraits qu’il avait vus n’étaient que des portraits officiels, dépourvus de vie" --> entre ces 2 mentions de "portrait" et celles des paragraphes du dessus, je trouve que ça fait beaucoup de répétitions ^^ Je pense que tu pourrais aisément trouver plein de synonymes ! Peinture, tableau, esquisse, dessin, etc. Fais-moi confiance, les tableaux ayant une part importante dans LTDS, j'ai durement lutté contre cette répétition aussi xD

"Le duc leur avait part du fait que deux inconnus s’étaient interposés face à ses soldats lors d’une flagellation publique" --> oubli du mot je pense : "leur avait fait* part du fait" (mais du coup ça fait répétitif avec fait x))

"Non, décidément plus le temps passait et moins Mathéis parvenait à croire son cousin coupable" --> là c'est purement personnel, mais perso j'aurais mis une virgule après "décidément" pour bien insister, rendre la phrase plus impactante, déterminante :)

"mais peut-être ne s’agissait-il que d’une question diplomatique" --> ça fait la quatrième fois que Mathéis dit qu'il a une question, se pose une question, etc xD je pense là aussi que tu peux aisément trouver des synonymes pour alléger le truc ;)

Voilà j'ai finiiiii ! Bisous, à bientôt <3
Mathilde Blue
Posté le 28/07/2021
Coucou Momo :D (Évidemment que tu m’as manqué, chaque jour qui passe sans toi n’a plus le moindre intérêt)

Pour une fois qu’ils ont droit à une scène toute mimi xD J’avais trop envie d’écrire une scène comme ça dans la neige ! D’ailleurs, je pense que j’essaierai de davantage exploiter la neige dans la réécriture hehe. Mais effectivement ça tranche avec le reste ^^

Pour le comte, je suis d’accord avec toi, il a trop ce petit côté apaisant (cœur sur lui). Non mais les expressions faut bien les inventer à un moment xD

Pour les parents d’Altaïs, je suis contente que ce choix te plaise ! C’est vrai que je ne les voyais pas du tout fous amoureux, mais je les imaginais bien amis d’enfance comme ça ^^ Enfin voilà, ça me semblait plus adapté ! Le new Tarantino ? Rien que ça ? xD (Désolée mais je suis pas très fan de Tarantino d’ailleurs).
Oui on s’en doutait, mais bon Altaïs avait besoin d’être rassuré xD Effectivement, il en persuadé depuis qu’il est tout petit… Quant à Elaran, ben tu verras, tu me diras (parce qu’il est censé avoir une nuance mais j’ai peur que ça ressorte pas assez :x).

Merci pour tes notes ! Par rapport à la nuque, en fait ça impliquait plus qu’il soit dans une position type exécution, où la nuque est découverte ^^ C’est noté pour les synonymes de « portrait » xD

Bisous <3
petite_louve
Posté le 12/06/2021
Encore un sublime chapitre !

Beaucoup d’emotions, surtout positives. La scène du début est adorable (Malina approuve la mini bataille de boules de neige et les petits tours d’Altaïs).
Élio a finalement ma sympathie !!

Nous avons de belles révélations, on en apprend encore un peu plus sur le passé de notre prince , et j’aime beaucoup ! Le trio que formaient Élio et les parents d’Altaïs avait l’air touchant ! On aimerait en savoir encore un peu plus ! J’ai hâte de voir ce que va provoquer l’article sur Altaïs !

On commence à mieux comprendre Matheis également. Il va peut être finir par se révolter !

C’est toujours un plaisir de te lire !

A bientôt !
Mathilde Blue
Posté le 13/06/2021
Coucou !

Haha, les batailles de boules de neige ont toujours un succès garanti xD
Contente de savoir qu'Elio te soit devenu sympathique finalement, et que son histoire te touche !
Quant à Mathéis, il est malheureusement dans une situation délicate, mais on ne perd pas espoir ^^

Merci pour ton retour :D
Gabhany
Posté le 05/05/2021
Encore un chapitre plein de révélations et d'émotions ! J'ai adoré la petite scène dans la neige au début, ils sont trop mim's nos deux compères ^^ l'histoire des parents d'Altaïs était émouvante ! Et évidemment que notre petit prince va accepter de devenir un symbole et de se venger ! Mais je crains que cette quête ne fasse qu'accomplir son pressentiment du début ... juste un petit bémol : j'aurais aimé avoir plus accès aux émotions d'Altaïs au moment où il accepte l'article, on voit juste la colère dans ses yeux, mais c'est une grosse décision et j'aurais aimé que ça se voie plus dans ses réactions ;) mais c'est un détail !
A bientôt pour la suite !
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Haha, la neige fait toujours un excellent décor je trouve x)
Oui en effet, c'est une voie dangereuse :x C'est noté pour les sentiments d'Altaïs, j'essaierai de détailler ça !

À tout de suite !
AnatoleJ
Posté le 02/05/2021
Hello :D

La première scène dans la neige est super mignonne, je confirme que c’était un excellent choix de décor xD Altaïs devient presque tyrannique dans son utilisation de la magie, c’est vicieux les flocons sous les fringues ! Et puis tant de violence de bon matin, il a trop d’énergie, ça ne va pas ça (non en vrai c’est adorable et c’est une belle progression, aussi !)
Par contre mon coeur s’est (un peu) brisé en lisant ça :
« Mais surtout parce qu’il ne pensait pas avoir une longue vie. Il avait constamment une épée au-dessus de sa nuque, et la perspective d’emporter Alexander dans sa chute le terrifiait. »
Le pauvre petit a encore du chemin à faire quand même T_T

Et son papa qui s’achète des amis parce qu’il s’ennuie, c’était très drôle xD (encore plus parce que ça fonctionne !)

J’aime de plus en plus cette idée que la transformation d’Altaïs en symbole soit volontaire, parce que j’ai plus l’habitude de voir des personnages devenir des symboles accidentels. Surtout qu’à ce stade de l’histoire, il y a de grandes chances que ça merde ou que ça ne marche pas dans le sens qu’il avait prévu... leur petite sieste risque de pas durer bien longtemps, les pauvres !

Sinon Mathéis me manquait (même si j’aime beaucoup Alexander et Altaïs) c’est fun d’avoir ce regard « extérieur » (et puis je l’aime bien, c’est tout !). La petite viste de coutoisie ne présage rien de bon, et je croise les doigts pour qu’il en profite pour changer de camp même si je doute que ça soit si simple... le calme récent risque de bien péter au prochain chapitre ^^

Voilà pour ce chapitre, à bientôt sur le suivant :D
Mathilde Blue
Posté le 03/05/2021
Coucou :D

Oui, j’adore ça, c’est tellement mignon XD Altaïs ? Tyrannique ? Alexander l’avait un peu mérité aussi, c’est lui qui a commencé ^^ Mais effectivement, il y a encore un long chemin à faire :’( Mais on ne désespère pas !

J’ai beaucoup ri en imaginant cette scène XD J’aime beaucoup Julian, j’étais triste de le faire mourir avant le début de l’histoire en vérité x)

Un plan qui merde ? Je vois pas pourquoi tu dis ça, tu es bien pessimiste x)

Contente de savoir que tu aimes bien Mathéis (c’est le personnage qui m’a donné le plus de fil à retordre à créer) ^^ Moi je suis sûre qu’ils peuvent se rencontrer dans de bonnes conditions et manger tous ensemble des cookies… Non ?

À bientôt :D
dodoreve
Posté le 28/04/2021
J'ai adoré ce chapitre. <3 Il poursuit parfaitement celui qui précède et la discussion qu'on avait eue ensemble. Et puis le début est. trop. mignon.
Retrouver Mathéis est très chouette aussi. Non seulement ça nous permet de savoir où en sont "les vilains", mais aussi de comprendre le chemin de pensée qui se fait pour lui aussi. S'ils s'invitent sur le comté de Stonel, la petite bulle d'Altaïs et d'Alexander ne va sans doute pas durer, par contre. Mais vu les réflexions qu'il se fait, ça m'intéresse de voir tout ce beau monde rassemblé !
Merci pour ce chapitre et à la semaine prochaine <3
Mathilde Blue
Posté le 28/04/2021
Coucou !

Ouiiiiii, leur relation continue de se développer, et cette fois ils prennent davantage leur temps haha. Trop d'amour T_T
Hehe, ça promet des étincelles que tout le monde soit réuni dans le Nord comme ça !

Merci pour ton commentaire, et à la semaine prochaine <3
Cherry
Posté le 28/04/2021
Rebonjour, me voici, le cœur débordant de joie et de questions.

D’abord, j’adoooore voir des scènes toutes mignonnes entre A et A. C’est sûr que là, ça change des premiers chapitres où ils n’étaient que des « amis » (le bon vieux temps, quand on était encore en novembre).
Oui pour le baiser sous la neige, oui pour Altaïs qui se prend de la neige, oui pour Alexander qui glisse sur le verglas XD c’était si agréable, drôle… J’en redemande pour l’éternité !!!

« Il avait connu une personne, une fois, mais cela s’était résumé à quelques étreintes vides de sens. » : what ? Altaïs avait quelqu’un d’autre ? je m’en rappelle un peu de ce qu’avait dit Aliss il me semble… oh non, Alexander est mille fois mieux x)

« malgré la honte, nous nous nous retrouvions souvent à voler ensemble pour nous en sortir. » : un nous en trop ici

« À notre grande surprise, il nous a donné tous les objets précieux qu’il portait sur lui, et nous a demandés si en échange nous pouvions être amis. » : je m’y attendais pas du tout XD ok, moi aussi je veux un ami comme ça

« Julian et Mira n’étaient pas amoureux, mais ils partageaient une profonde complicité, tout comme moi avec eux, d’autant plus que… » : pourquoi ai-je l’impression qu’Elio et le père Altaïs ont été… plus que des amis ? (théorie à vérifier)

Le récit d'Elio est triste et mélancolique... J'aurais aimé en savoir plus ! J'aime le trio qu'il formait avec Mira et père d'Altaïs (il a un nom le père d'Altaïs ? j'ai oublié --' ) Et j'aime voir que les parents d'Altaïs, même s'ils ne s'aimaient pas, étaient des amis qui vivaient bien leur vie sans pour autant qu'ils souffrent. Et oui, merci à Elio et Mira d'exister car l'amitié fille-garçon existe :)

Enfin le retour de Mathéis ! il commençait à me manquer lui. D’ailleurs c’est sympa d’avoir son point de vue. Bah, je savais qu’il savait qu’Altaïs n’est pas coupable. Cela se voyait dans son attitude x) j’ai hâte de lire la réaction des gens quand le journal sera publié, ce sera le début de la fin. Et mon petit doigt me dit que Mathéis, Elaran, Altaïs et Alexander se retrouveront au comté de Stonel et ce sera… un mélange explosif.

Et j’imagine que… le premier amour d’Altaïs refera surface !
Mathilde Blue
Posté le 28/04/2021
Coucou :D

Haha, ça me fait toujours bizarre de relire les premiers chapitres, ils ont bien changé depuis ^^ Eh ouiiii, la neige ça offre tant de possibilités romantiques XD

« what ? Altaïs avait quelqu’un d’autre ? je m’en rappelle un peu de ce qu’avait dit Aliss il me semble… oh non, Alexander est mille fois mieux x) »
Alors il a effectivement connu quelqu’un, mais comme il le précise il s’agissait d’étreintes vides de sens, donc dépourvues de sentiment… Donc rassure-toi Alex est bel et bien son premier amour (pour faire écho à la fin de ton commentaire) ! ^^

« je m’y attendais pas du tout XD ok, moi aussi je veux un ami comme ça »
Haha, Julian est beaucoup trop gentil pour son propre bien XD

« pourquoi ai-je l’impression qu’Elio et le père Altaïs ont été… plus que des amis ? (théorie à vérifier) »
Cette théorie est intéressante ^^

« Le récit d'Elio est triste et mélancolique... J'aurais aimé en savoir plus ! J'aime le trio qu'il formait avec Mira et père d'Altaïs (il a un nom le père d'Altaïs ? j'ai oublié --' ) Et j'aime voir que les parents d'Altaïs, même s'ils ne s'aimaient pas, étaient des amis qui vivaient bien leur vie sans pour autant qu'ils souffrent. Et oui, merci à Elio et Mira d'exister car l'amitié fille-garçon existe :) »
Oui… Il ne s’est jamais vraiment remis de la mort de Mira puis de Julian… Mais qui effectivement ont eu un mariage heureux bien que sans amour « romantique » ^^ Et un grand oui à l’amitié fille-garçon !

« Enfin le retour de Mathéis ! il commençait à me manquer lui. D’ailleurs c’est sympa d’avoir son point de vue. Bah, je savais qu’il savait qu’Altaïs n’est pas coupable. Cela se voyait dans son attitude x) j’ai hâte de lire la réaction des gens quand le journal sera publié, ce sera le début de la fin. Et mon petit doigt me dit que Mathéis, Elaran, Altaïs et Alexander se retrouveront au comté de Stonel et ce sera… un mélange explosif. »
Ouiiiiii, Mathéis is back ! Quant au déroulement des évènements, rendez-vous au prochain chapitre, qui sera bien chargé ^^

À bientôt :D
Vous lisez