Chapitre 22

Notes de l’auteur : Bonne lecture ^^

Alexander entra dans la chambre et referma la porte derrière lui sans un bruit. Altaïs était assis sur la méridienne, ses bras entourant ses jambes repliées contre sa poitrine. Il avait la tête tournée vers la fenêtre, et regardait les flocons qui tombaient à nouveau sur le parc. Alexander s’approcha.

— Je peux ? demanda-t-il en désignant la méridienne.

Altaïs acquiesça.

— Je suis désolé, murmura-t-il alors que le Protecteur s’installait. Ce sont des souvenirs dont j’aimerais me débarrasser, mais j’en suis incapable.

Ses doigts se resserrèrent sur l’étoffe de sa tunique, la froissant légèrement.

— Je ne parviens pas à oublier la chambre où j’étais enfermé.

Il inspira brièvement, comme si respirer devenait difficile.

— Je ne parvins pas à oublier les heures passées enchaîné dans le noir, les privations, les humiliations, les coups. Mais surtout…

Le temps sembla se suspendre alors que la fin de la phrase tombait comme un couperet.

— Je ne parviens pas à oublier leurs mains sur mon corps.

Sa voix se brisa. Il baissa la tête, et ses mèches noires tombèrent devant ses yeux. Alexander aperçut le tremblement de sa mâchoire et ses propres poings se serrèrent de fureur. Les doigts fins d’Altaïs raffermirent encore leur prise sur le tissu bleu, et le Protecteur se douta que sans celui-ci ses ongles se seraient enfoncés dans sa peau depuis longtemps.

— Je ne parviens pas à oublier la honte et le dégoût.

— Jamais ?

Altaïs ne répondit pas tout de suite. Il releva finalement la tête et ses yeux pâles se fichèrent dans ceux, doux et lumineux, d’Alexander. Celui-ci y discerna une myriade d’émotions qu’il aurait préféré ne pas voir.

— Si, parfois…

Mais sa phrase resta en suspens, comme s’il n’osait pas la finir. Il brisa finalement le contact visuel en tournant à nouveau la tête vers l’extérieur.

— C’était comment l’armée ? demanda-t-il soudainement.

— Pas aussi passionnant que je l’avais imaginé.

Altaïs esquissa un vague sourire.

— Qu’est-ce que tu imaginais ?

— Je ne sais pas vraiment, je pense qu’au fond j’avais encore ce rêve de gamin de devenir un héros et de protéger les gens, répondit Alexander, l’air rêveur.

— Tu ne protégeais pas les gens ?

— Si, bien sûr. C’était tout de même mon rôle principal en tant que Protecteur. Mais il me manquait quelque chose.

— Quoi ?

Les iris émeraudes s’attardèrent sur les traits fins de son vis-à-vis.

— Un but.

Altaïs sourit faiblement.

— Et tu l’as trouvé ?

— Il se pourrait bien, répondit Alexander, son regard toujours posé sur le prince.

Le silence s’étira confortablement entre eux, plus apaisé qu’il ne l’avait été jusqu’alors. Quelques minutes passèrent alors qu’ils contemplaient les flocons tomber lentement dans la nuit.

— Et toi ? Quel est ton rêve ?

— Je ne crois pas avoir le droit de rêver, répliqua doucement Altaïs.

— Bien sûr que si, tout le monde a le droit de rêver. Toi encore plus que les autres.

— Même si ma vie ne tient qu’à un fil ?

— Les rêves sont l’essence même de la vie.

Altaïs sembla réfléchir à la question, avant d’avouer à voix basse.

— Je crois que j’aimerais voyager, découvrir le monde… Avec toi.

Alexander retint son souffle. Il n’avait jamais vu un tel éclat dans le regard magnétique d’Altaïs. Brûlant, ardent. Il eut l’impression d’être happé. Le prince fit basculer ses jambes vers l’avant pour se retrouver agenouillé sur la méridienne, les mains posées à plat devant lui pour le maintenir en équilibre. Il n’était plus qu’à quelques centimètres d’Alexander. Ce dernier sentit les battements de son cœur accélérer, et une agréable chaleur envahit son ventre.

— Pouvons-nous oublier tout le reste ? murmura Altaïs.

Alexander cessa de résister. Il se pencha en avant, les yeux fermés, et ses lèvres se posèrent délicatement sur celles du prince. Elles étaient douces, et le baiser aussi léger qu’une brise. Une main fraîche glissa sur sa nuque et le baiser s’approfondit. Peu à peu, le ballet devint plus désespéré, plus violent. Leurs lèvres refusaient de se lâcher, et Alexander retint un gémissement de plaisir quand leurs langues s’effleurèrent. La deuxième main d’Altaïs se posa sur la joue d’Alexander avec toute la tendresse du monde. Celles du Protecteur trouvèrent leur place sur les hanches fines. Ils finirent par interrompre le baiser, à bout de souffle.

— Viens, dit Alexander, la voix rauque.

Il entraina Altaïs jusqu’au grand lit et le baiser reprit, empli de passion et de tendresse. Alexander sentit son amant sourire avec bonheur contre ses lèvres, puis celui-ci interrompit l’échange pour venir doucement embrasser la ligne de sa mâchoire. Le Protecteur bascula légèrement la tête sur le côté, les yeux clos. Altaïs déposa sur sa peau une pluie de baisers, descendant le long de sa gorge jusqu’à la clavicule. Il voulait oublier son passé et tout recommencer. Il voulait réapprendre ce qu’était la tendresse et l’amour dans les bras d’Alexander. Il voulait renaître. Sa magie les entoura soudainement, porteuse de tous ses espoirs, et comme une réponse à cet appel muet, celle d’Alexander jaillit autour d’eux. Lorsque sa main effleura la hanche d’Alexander, remontant le tissu du bout des doigts, celui-ci rouvrit les yeux, le souffle court. Il accéda à la demande silencieuse et ôta sa tunique d’un geste fluide, avant d’effleurer les lacets de celle d’Altaïs.

— Je peux ?

Altaïs l’embrassa brièvement avant de souffler :

— Oui.

Il n’y avait pas la moindre lueur d’hésitation dans son regard, seulement un amour immense. Alexander sourit tendrement et défit les lacets de cuir avec adresse avant d’ôter la tunique. Seulement éclairée par la lueur de la lune, la peau d’albâtre d’Altaïs paraissait briller, éclipsant presque ses nombreuses cicatrices. Altaïs s’allongea, entraînant Alexander dans son mouvement, et caressa sa peau chaude, le regard brillant. Ils brûlaient de désir. Bientôt, il n’y eut plus que leurs soupirs et le froissement des draps sous leurs corps empressés pour emplir la pièce.

 

***

 

Lorsqu’Alexander ouvrit les yeux, il fut pris d’un élan de panique en découvrant le lit vide. Il se redressa brusquement. La lumière qui inondait la pièce lui indiqua qu’il devait être assez tard. Altaïs dormant toujours peu, il avait dû se lever silencieusement pour ne pas le réveiller.

La scène de la veille lui revint en mémoire et ses lèvres s’étirèrent en un doux sourire. Ils s’étaient embrassés. Ils s’étaient caressés. Ils avaient fait l’amour.

 

— Qu’est-ce que tu veux ? souffla Alexander.

— Toi.

Les yeux d’Altaïs étaient voilés de désir, et sa voix chaude et sensuelle le fit frissonner. Alexander ne put s’empêcher de lui arracher un nouveau baiser alors qu’une chaleur brûlante l’envahissait.

— Guide-moi.

 

Alexander se leva. Il ne s’était pas senti aussi reposé depuis une éternité. Il sortit de la chambre à pas de loup, et regagna la sienne pour attraper de nouveaux vêtements — les siens étaient complètement froissés et il ne pouvait décemment pas se présenter ainsi devant leur hôte.

Une fois vêtu correctement, il sortit dans le couloir et emprunta les beaux escaliers de marbre jusqu’au premier étage. Il s’arrêta devant la porte de la salle à manger et toqua. Face à l’absence de réponse, il ouvrit délicatement la porte. La pièce était déserte. Il fit demi-tour et se dirigea vers le salon que le majordome leur avait désigné hier.

Celui-ci était tout aussi désert, et Alexander commença à se demander où étaient passés les habitants de la demeure. Il s’apprêtait à refermer la porte, mais son regard fut attiré par quelque chose au-dehors. Intrigué, il se rapprocha des grandes vitres. Suffisamment loin pour qu’Alexander puisse l’apercevoir depuis le premier étage, Altaïs était assis en tailleur dans la neige, dos à la demeure. Vêtu d’une simple tunique claire, ses cheveux de jais créaient un étonnant contraste face à la blancheur immaculée qui l’entourait.

— Je ne comprendrai jamais comment il fait, murmura Alexander.

— La magie élémentaire qu’il manipule requiert un lien extrêmement étroit avec la nature.

Alexander fit volte-face. À l’entrée du salon, Elio l’observait avec un regard pétillant de malice. Il s’avança vers l’un des confortables fauteuils et s’y installa en croisant les jambes. D’un geste de la main, il invita Alexander à le rejoindre.

— J’ai cru comprendre que toi-même tu as un lien privilégié avec la magie.

Alexander fit une petite moue dubitative.

— Altaïs l’a mentionné durant notre conversation ce matin, précisa Elio.

— Il me voit plus puissant que je ne le suis.

— En es-tu sûr ?

Alexander haussa les épaules, il ne s’était jamais vraiment posé la question.

— Sais-tu quel est le problème des magies défensives ?

Le Protecteur fronça les sourcils d’incompréhension.

— On y prête souvent bien moins attention que les magies offensives. Elles font rarement des dégâts donc elles n’ont pas tendance à être considérées comme puissantes à proprement parler.

— Cela ne m’intéresse pas vraiment d’être considéré comme étant puissant ou non, souligna Alexander. Tant que je peux protéger ceux que je veux protéger, cela me suffit.

Elio esquissa un sourire amusé.

— Je reconnais bien là un Protecteur.

— Je ne vois pas pourquoi, c’est juste un petit corps de l’armée spécialisé en magie défensive. Il n’y a rien d’exceptionnel à cela.

Elio se cala plus confortablement contre le dossier du fauteuil.

— Oui et non. C’est effectivement dans ce sens-là qu’on utilise aujourd’hui ce terme, mais ça n’a pas toujours été le cas.

— Comment ça ?

La curiosité avait jailli dans la voix d’Alexander avec tant de force que le sourire d’Elio ne put s’empêcher de s’agrandir.

— Connais-tu les vieilles légendes d’Aeldor ?

— Pas vraiment, admit Alexander.

— Bien, dans ce cas, je vais commencer par te raconter une histoire plus récente. Je pense que tu n’es pas sans savoir que la naissance d’Altaïs a eu lieu dans des circonstances compliquées ?

Alexander acquiesça, attentif.

— Sa mère est décédée lorsqu’il est né. La version officielle est qu’il y a eu des complications lors de l’accouchement. En réalité, la magie d’Altaïs l’a déchirée de l’intérieur.

Le Protecteur en resta un instant bouche bée. Il se doutait qu’Elaran ne s’était pas privé pour lui en parler. Altaïs avait dû profondément en souffrir. Comment grandir lorsqu’on vous martelait de telles vérités ?

— Je ne vois pas le rapport avec les Protecteurs, dit-il néanmoins d’une voix hésitante.

— Je vais y venir. La particularité d’Altaïs, outre sa puissance phénoménale, est qu’il est né avec une aura mêlée. En as-tu déjà entendu parler ?

Alexander secoua la tête.

— Je suppose que tu sais que chaque personne a une aura, qui est le reflet de sa magie. Leur couleur peut varier, et vont généralement d’un blanc très pur à un gris très sombre. Cela semble un peu manichéen, mais si tu considères le fait qu’il n’y a pas d’aura noire par exemple, ou que les auras peuvent évoluer au cours d’une vie, les choses apparaissent alors plus nuancées qu’elles n’en ont l’air.

Elio s’interrompit quelques instants, afin de mieux organiser ses pensées. Ses doigts tapotèrent machinalement sa cuisse.

— Il existe de rares exceptions, qui sont ce que nous appelons les auras mêlées. Il s’agit d’une aura où l’on distingue deux couleurs : le blanc et le noir. Beaucoup considèrent donc cela comme une anomalie, d’autant plus que le noir est normalement une couleur que l’on ne retrouve jamais dans les auras. Les gens ressentant bien trop souvent de la peur et du mépris à l’égard de ce qu’ils ne connaissent pas, je te laisse donc imaginer pourquoi Altaïs a eu une vie au palais si compliquée.

Le comte s’assura qu’Alexander, dont le regard s’était assombri, avait assimilé l’explication avant de poursuivre.

— On ne trouve quasiment plus d’auras mêlées aujourd’hui, Altaïs est une exception. Sans doute y en a-t-il eu d’autres, mais je ne pense pas qu’ils soient restés en vie longtemps. Pourtant, il y a eu une époque, durant l’âge d’or d’Aeldor, où les auras mêlées étaient traitées bien différemment. Dans les légendes aeldoriennes, on les appelait les Fils et Filles de la Magie.

Alexander fronça les sourcils, fouillant dans sa mémoire à la recherche de la moindre bribe de souvenir qui aurait pu l’éclairer.

— Je n’ai jamais entendu ce terme…

— Ce n’est pas étonnant, ces légendes ont peu à peu sombré dans l’oubli. Elles ne correspondaient probablement pas à l’idéal de la noblesse aeldorienne. Quoi qu’il en soit, les Fils et les Filles de la Magie naissaient avec une puissance qui allait bien au-delà de l’imaginaire commun. Leur magie était censée représenter un équilibre parfait, divin disaient certains, ce qui expliquait la couleur de leur aura.

— Donc ils étaient vus comme des dieux ?

— Des dieux humains, nuança Elio. Ce qui impliquait qu’ils avaient des failles.

— Et Altaïs serait un Fils de la Magie…

— Exactement. Malheureusement, il n’est pas né à la meilleure époque pour cela.

— Et les Protecteurs dans tout ça ? demanda Alexander.

Sa voix s’était teintée d’une hésitation parfaitement perceptible, et Elio lui adressa un sourire rassurant.

— À cette même époque, les Protecteurs étaient bien des mages spécialisés en défense. Mais ils ne représentaient qu’une toute petite part de cette catégorie. Aujourd’hui, le terme Protecteur est beaucoup trop général par rapport à ce qu’il désignait à l’époque.

Alexander se mordilla la lèvre, avant de finalement demander à brûle-pourpoint :

— Alors qui étaient réellement les Protecteurs ?

— Les Fils de la Magie étaient destinés à accomplir de grandes choses, ils étaient l’épée qui pourfendait le monde, en bien ou en mal. Les Protecteurs étaient le bouclier. Ils étaient les deux faces d’une même âme, ils naissaient du même éclat de magie.

Alexander écarquilla les yeux de stupeur. Il ouvrit la bouche dans le but de répondre, mais aucun son n’en sortit.

— Il n’existe quasiment plus de Protecteurs aujourd’hui, au sens originel du terme j’entends, parce qu’il n’existe quasiment plus de Fils de la Magie. Ta rencontre avec Altaïs n’est pas un hasard, Alexander. Vous étiez voués à vous croiser un jour ou l’autre parce que vos magies respectives n’auraient pas supporté de passer leur vie l’une loin de l’autre.

— Ce lien dont je vous ai parlé hier…

— C’est le lien qui unit Protecteur et Fils de la Magie. Votre relation est unique et exceptionnelle, elle transcende tout. Cela explique que tu as tout abandonné pour rester à ses côtés, et que vous soyez si proches. Et cela implique que vous ne pourrez jamais vivre l’un sans l’autre.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 08/09/2021
Coucou ! (pourquoi dire coucou quand on se parle genre h24? ;-))

Alors ! Je sais pas comment construire mon commentaire haha. Pour une fois, je vais commencer par la fin ! Alors : la partie où Elio explique l'histoire de l'aura à Alex : J'ADORE. Genre, vraiment ! J'aime ces petits détails-là, ça approfondit de ouf ton univers, et en plus j'y trouve assez de l'originalité là-dedans! Enfin du moins, j'avais jamais lu quelque chose dans ce goût-là avant, alors oui, j'ai été très conquise ^^ Ce que j'aime particulièrement, je crois, c'est qu'il y a évolution du sens dans le terme "Protecteur" et qu'autrefois, il ne signifiait pas la même chose. Juste une question pour être sûre que je comprenne bien : Alex est un Protecteur compris dans l'ancien sens du terme, on est d'accord ? Donc on a Altaïs qui a une aura liée, et Alex qui est Protecteur "ancien", ce qui explique leur complémentarité ? Voilà, que je sois sûre <3

Ensuite, pour la scène où Altaïs est assis en tailleurs dans la neige, ET que Dodo a dessinée : ouiiiii, je l'attendais celle-là ! Je me suis vraiment bien imaginé la chose, si beau. Je fonds <3

Voilà voilà ! Et maintenant, la fameuse scène d'amour : alors ! Je t'avoue, j'ai été un mini peu surprise par la rapidité avec laquelle elle advient. Je suis assez adepte du slowburn, et jusqu'à maintenant, j'ai été conquise, parce que Alexaïs ne s'embrassent pas après trois chapitres. Et là, si le moment du premier était judicieux (ouiiiiiiiiiiiiiiiii), je reste étonnée que la suite coule ainsi avec autant de facilité. Enfin je sais pas, je sens presque comme de l'incohérence avec le caractère de tes personnages. Altaïs a vécu quand même de sacrés traumatismes, et à mon avis, après ce qu'il a vécu, il n'est pas aisé que quelqu'un le touche, même si c'est quelqu'un qu'il aime et en qui il a confiance. Donc en fait, je crois que trois points m'ont gênée (je crois que c'est un peu ce que relève Momo !) 1) le fait qu'on bascule du slowburn à "premier-bisou-tout-de-suite-on-va-plus-loin, et 2) le fait que ce soit si facile pour Altaïs alors qu'il a un passé vraiment, vraiment dark. 3) la cohérence de personnalité de tes personnages, autant du côté d'Alex que d'Altaïs.

Alors, concernant ce dernier point : BIEN SÛR, Alex est super super doux, et d'ailleurs sur ce point, c'est vraiment bien comment tu as amené la chose, mais je pensais plutôt que, empathique comme il est, il serait plutôt celui à attendre qu'Altaïs lui fasse le premier pas. Altaïs a besoin d'être guidé, certes, mais je crois que j'aurais aimé que ce soit lui qui vraiment s'affirme plus, plutôt que l'inverse. Raison pour laquelle, justement, j'ai été étonné qu'ils fassent aussi vite l'amour.

Enfin voilà. Désolée pour la critique de cette scène. APRES, je tiens à dire : c'était doux, poétique, bien dosé aux niveaux des détails, et j'était toute gaga parce que, voilà quoi, galsjflajfplkajéflkjaél, donc je pense que la scène en soi était très très bien écrite ! Donc en soi, si je la regrette un peu, c'est pas parce que je suis la prude qui abomine les scènes de sexe dans les romans, d'autant plus que la tienne est bien écrite, mais je la regrette un peu parce qu'elle arrive trop vite à mon goût. Je trouve que la relation entre Alexaïs en prend un coup, et qu'elle perd de sa saveur, si ce n'est sa "maladresse" et "timidité" que moi j'apprécie beaucoup. Et puis, quand les choses adviennent trop vite, ça perd aussi de sa force, je pense. Alors que si tu la décales plus tard, on sera d'autant plus ravis nous, comme si tes persos enfin méritent ce moment d'intimité, parce que le chemin est rude pour l'atteindre et arriver à se faire confiance jusqu'à ce point-là <3

Voilà ! Vraiment désolée d'avoir émis un tel jugement sur une scène d'une telle douceur. Je tiens encore à dire : c'était sublime, et très beau, mais voilà, juste un poil trop tôt dans l'intrigue, je pense <3 Mais ce n'est que mon avis, et j'ai vu que plusieurs plumes n'ont pas été gênées comme je l'ai été, alors à voir ce que TOI tu veux pour tes personnages !

Bisouille Thildouille <3 <3 <3 Gros gros coeur sur toi et ta superbe histoire !
Mathilde Blue
Posté le 08/09/2021
J’avoue, à quoi bon se dire coucou alors qu’on en parle au moment même où je réponds à ton commentaire x)

Bon alors déjà, je suis contente si la fin du chapitre te plaît ^^’ Il fallait bien apporter quelques explications ! Et ça me fait très plaisir si tu trouves tout ça original :) Pour répondre à ta question, techniquement Alexander est un Protecteur dans les deux sens du termes. Il l’est parce qu’il a rejoint ce corps de l’armée, et il l’est à l’origine par sa magie et la particularité qu’il possède avec Altaïs. Donc tous les deux sont liés par leur magie complémentaire !

Ah oui c’est vrai que tu découvres la scène du dessin de dodoreve ! En réalité, tu la vois surtout dans le chapitre suivant mais tu as déjà un petit aperçu ici ;)

En ce qui concerne la scène d’amour, je ne vais pas m’étaler vu qu’on en a déjà un peu discuter et que tu as vu la réponse de Momo :) Je vois ce que tu veux dire avec l’aspect « ça va trop vite », en réalité je n’avais pas du tout prévu cette scène :) Je ne sais pas encore ce que je vais en faire lors de la réécriture, peut-être juste la supprimer, ou alors la déplacer comme vous me l’aviez conseillé. Je vais voir.

Merci pour ton commentaire tout mims, bisouille <3
ModesteContesse
Posté le 13/07/2021
Bon, comme je suis Momo miséricordieuse, je daigne commenter ce chapitre :P

Je rejoins l'avis général : la scène d'amour entre A et A est très bien retranscrite, sans entrer trop dans les détails (parce que ça casserait la beauté et la magie), donc très bien équilibrée. Tout en douceur, passion et aussi respect :)

Les informations qu'on glane sur le fonctionnement de la magie, ces histoires d'aura sont très intéressantes ! Moi je suis toujours fan de worldbuilding et des règles des univers plus particulièrement sur la magie, donc j'étais contente ^^ Ça nous rappelle les propos un peu chelous du gamin qui trouvait jolie la magie d'Altais xD Et j'aime beaucoup l'idée qu'il n'existe pas d'aura noire (sauf pour les mêlées du coup), et ça aurait été trop cool qu'il n'y en ait pas de blanche aussi :D
J'ai beaucoup aimé que la perception de ces auras, et par conséquent le boulot des Protecteurs aient évolué, se soient dénaturés avec le temps ! Ça fait penser à beaucoup de légendes de notre monde. Bref, hâte d'en apprendre plus !

Mes remarques maintenant (ce sera du fond, parce qu'au niveau de la forme, je sais plus si j'ai relevé des trucs, sorry xD) :

Bon, je crois que je vais aller à l'encontre de l'avis général ici ^^ Je le répète encore une fois : j'ai adoré la scène d'amour, je l'ai dit, mais j'ai un petit (gros) bémol concernant l'arrivée de cette scène. Plusieurs, en fait.

Le premier : le truc qui m'a fait tiquer, c'est le fait qu'elle arrive juste après le premier baiser. Attention, je ne dis pas qu'il faut être prude, qu'on ne "couche pas le premier soir", bla bla bla, parce que tout ça c'est un peu de la bienpensance stupide. Ce qui m'embête un peu ici, c'est que ça semble trop facile ^^ ET SURTOUT venant de la part de personnages comme Altais et Alexander (ce serait d'autres persos qui n'ont pas le même caractère je n'aurais pas du tout le même avis). Dans le sens où, ok peut-être qu'ils sont liés par la magie, mais quand même... Se faire confiance aussi vite, pour un acte aussi fort, aussi intime.. (connaissant leur caractère respectif encore une fois, ça se voit que c'est quelque chose qui a du sens, une importance pour eux. Je ne dirais pas la même chose si tes persos ne voyaient l'acte que comme un truc léger, sans conséquence). Bref, ça me parait trop vite, trop facile.
Altais a subi de graves agressions (ceci est mon deuxième bémol, mais étant assez dark et délicat, je ne préfère pas en parler ici, donc on pourra en parler en privé si tu veux), donc il a énormément de mal à faire confiance, tu le prouves encore dans le chapitre précédent. Et même s'il a accordé sa confiance à Alex, faire l'amour à la suite du premier baiser, ça reste quand même très précoce pour lui à mon sens... (Faire assez confiance à quelqu'un pour qu'il te défende face à la justice et au gouvernement, c'est fort, mais faire assez confiance pour faire l'amour avec ce quelqu'un, c'est un tout autre level xD).

Après, je ne suis pas non plus fermée d'esprit, hein ^^ J'ai conscience que chacun fait comme il veut, mais il me semble que ce scénario est très, très, très rare dans la vraie vie. Et au contraire, le scénario "bisou + bah on enchaine sur tout le reste parce qu'on est dans le feu de l'action", est très présent en littérature. Et autant ça peut être tout à fait logique pour certains personnages, pour les tiens, j'ai vraiment du mal à l'imaginer ^^
Peut-être alors que la solution serait d'écrire la scène du pdv d'Altais, et là on comprendrait ce qui se passe vraiment dans sa tête étape par étape, et pourquoi il décide de franchir le pas ? Là, du pdv d'Alex, ça parait fluide, simple, facile... bref, presque irréel ^^

Voilà, bon, ce n'est que mon avis ! Et je vois que tout le monde dans les comm a été ravi de cette scène (moi aussi attention hein !), mais je voulais garder un semblant d'objectivité, pour réfléchir plus loin que la seule beauté de la scène tu vois :) Tu es libre de prendre en compte mon avis ou pas, bien sûr ! Et je ne suis peut-être pas très objective, mais voilà je voulais t'en parler !
Bref, je suis dispo si tu veux en discuter plus en détails (et ce serait hyper intéressant en plus) ^^

Mais je me répète : CA N'ENLEVE RIEN A LA BEAUTÉ ET A LA MAGIE DE LA SCÈNE, attention, hein ! Je veux bien que tu retiennes ça ! La scène est parfaite, le problème à mes yeux réside uniquement dans son emplacement dans l'histoire :)

Bref, j'en ai fini et je prie pour que tu ne m'en veuilles pas trop :'(
Bisouuuus <3
Mathilde Blue
Posté le 14/07/2021
Re-coucou ^^ Trop gentille Momo :p

Je suis contente que le développement sur le fonctionnement de la magie te plaise ! Le worldbuilding c’est pas ce que je préfère (et encore j’ai fait vachement de progrès à ce sujet dans LSDD et URDC, parce que Le Prince déchu je m’étais vraiment lancée tête baissée xD), donc je suis contente de savoir que ça fonctionne bien ! C’est vrai que ça aurait pu être sympa qu’il n’y ait pas d’aura blanche aussi (je partais du principe que tu pouvais être profondément bon et que de toute façon il y a plusieurs teintes de blanc, mais du coup je vais peut-être m’en tenir à du gris très clair). Et oui par rapport aux Protecteurs je voyais vraiment ça comme la trace des légendes du passé !

Bon du coup, comme on en a parlé en privé, je ne vais pas m’étaler sur la scène d’amour :)

Merci pour ton passage et à bientôt ! :*
petite_louve
Posté le 11/06/2021
La scène entre Alex et Altaïs est vraiment trop bien faite ! Tout en douceur, tendresse et respect. Enfin, un petit peu de bonheur pour eux ! Ça fait plaisir !!

Quant à la conversation entre Alex et Élio, elle nous permet d’en savoir plus sur ton monde et la magie de cet univers. On comprend mieux le lien exceptionnel entre tes 2 protagonistes principaux. Et on voit à quel point Altaïs est spécial.

C’était vraiment un super chapitre !
Bravo !
Mathilde Blue
Posté le 11/06/2021
Oh je suis contente que cette scène te plaise *_* Ainsi que le chapitre dans son ensemble ! C'était important pour moi que la scène entre Alex et Altaïs arrive à un moment où ils étaient sereins (enfin plus que jusqu'à maintenant haha) et que les explications viennent seulement après !

Merci pour ton retour et à bientôt :D
Gabhany
Posté le 05/05/2021
Mwoooh cette scène entre les deux était trop belle <3 Toute en douceur et en respect, j'adore !
Et ensuite la discussion entre Elio et Alexander était très intéressante, j'ai apprécié en apprendre plus sur la magie d'Altaïs et sur leurs destins liés ... so romantic ! Mais Altaïs a dû payer un sacré prix pour cette magie, voudra-t-il de ce rôle de Fils de la Magie ? Je me dépêche de lire la suite !
Mathilde Blue
Posté le 05/05/2021
Coucou !

Je suis contente que la scène te plaise <3
Effectivement, en ce qui concerne Altaïs il a beaucoup souffert de sa magie... À voir s'il sera tout de même prêt à endosser ce rôle ^^

À tout de suite !
AnatoleJ
Posté le 25/04/2021
Coucou :D
Comme je l’avais indiqué précédemment j’ai lu ce chapitre hier soir mais j’organise mes notes seulement maintenant, et premier constat : est-ce que j’ai beaucoup écrasé la touche « ! » ? Yep, elle a souffert.

Déjà, pour commencer dans la douceur, l’image d’eux deux assis devant la fenêtre avec la neige qui tombe est si jolie T_T (la neige c’est froid mais c’est quand même très pratique pour créer une ambiance douce)

Ensuite, je ne m’attendais pas DU TOUT à ce qu’ils s’y mettent si tôt, je suis choqué mais pas en mal, j’ai trop l’habitude des slow burns je crois xD Et en même temps ça fait sens par rapport à leurs caractères respectifs, donc je suis surpris mais convaincu quand même ^^
(point bonus pour Alex qui vérifie le consentement, mais je n’en attendais pas moins de lui)

Le fait qu’on a droit à une leçon de magie assez complète dans le même chapitre est presque drôle x) C’était d’ailleurs très clair et ça répond à pas mal de questions/nous confirme des choses qu’on pouvait deviner à demi, donc c’était très chouette ! J’ai l’impression que ce chapitre était un tournant tant au niveau émotionnel que de l’intrigue, parce qu’il y a de très fortes chances que ce lien ait un impact politique aussi, je suppose.

Et en même temps à la fin du chapitre, je me suis quand même dit que j’aurais bien aimé avoir les explications avant - juste avant de me dire que les avoir après c’était finalement mieux ? Bref, j’étais un peu perdu, et finalement j’ai trouvé aujourd’hui pourquoi : les deux scènes nous apprennent la même chose (« leur lien est fort ») mais sous un angle différent, ce qui est très important mais m’a donné presque l’impression d’une remise à zéro ? En fait, si ça avait été un film, je pense qu’Elio aurait expliqué en voix off par-dessus la scène tendre et ça aurait résolu mon impression, si ça aide à clarifier ce que je veux dire (je ne suis pas sûr de me comprendre moi-même haha)
Breeef je ne sais pas s’il y a moyen de rendre le même effet, je ne suis même par certain qu’il y ait besoin de changer quelque chose, mais comme ça m’a travaillé le cerveau je t’en fais part et tu en fais ce que tu veux x)

Je m’arrête sur ces pavés, et maintenant que j’ai rattrapé le rythme il va falloir que j’attende, ça va être dur mais on est forts x) A bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 26/04/2021
Coucou :D

Haha, bon au moins tu as l’air de l’avoir un peu ménagée en rédigeant le commentaire ^^

Ouiiiiii, c’est une image que je trouvais très jolie, ça leur convenait bien T_T (Je suis d’accord, j’adore ça, d’ailleurs Aeldor est un royaume nordique précisément parce que j’adore les possibilités qu’offre la neige).

Alors, moi non plus pour tout dire x) Je n’avais pas prévu que les choses prennent cette tournure lorsque j’ai commencé le chapitre (je ne fais pas de plan), en revanche ça faisait plusieurs chapitres que je sentais la tension entre eux lorsque j’écrivais, donc finalement je leur ai un peu dit « c’est bon, faites ce que vous voulez » ^^’ Mais effectivement, ça correspond leurs caractères et à la vitesse et à la force avec lesquelles évolue leur relation. (Mais évidemment Alex ne pouvait que s’assurer du consentement d’Altaïs ^^).

Oui je vois ce que tu veux dire x) Mais je suis contente de savoir que c’est clair et que ça répond bien aux questions, parce que ce genre de scène c’est toujours un peu délicat de trouver un équilibre ! Effectivement, ce chapitre est l’un des chapitres clé !

Pour ta dernière remarque, j’avoue qu’à la fin j’étais un peu dans le flou, je n’arrivais pas à savoir si du coup tu étais convaincu par le chapitre ou non, mais je crois que si quand même ? Enfin, ça me semblait plus logique d’avoir les informations après, pour que leur relation puisse se développer sans « influence ».

En tout cas j’aime toujours beaucoup tes pavés ^^ À bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 27/04/2021
Oui désolé pour le flou, j’ai oublié l’essentiel haha : je confirme qu’effectivement, j’étais quand même convaincu par le chapitre ^^
dodoreve
Posté le 21/04/2021
NON MAIS. MAIS.
"Le silence s’étira confortablement entre eux, plus apaisé qu’il ne l’avait été jusqu’alors. Quelques minutes passèrent alors qu’ils contemplaient les flocons tomber lentement dans la nuit." Tu sais que c'est à ce paragraphe que je me suis dit "Ok, c'est mon chapitre préféré." ? Tu m'imagines sur la suite ? Contrairement à Cherry je m'attendais à (et je voulais que) ce que ce soit doux, mais DOUX ET PLEIN D'AMOUR À CE POINT ? Et cette explication sur la magie ensuite ???
Je vais faire le sandwich et quand même te dire "ce qui me gêne" un peu malgré tout maintenant, parce que je ne voudrais pas finir mon commentaire sur un "gna gan ce qu'il y a à redire" une fois que j'aurai épuisé mes louanges. Surtout que c'est le genre de chapitre dans lequel tu as dû mettre un bout de ton âme, et que je veux moi aussi y aller tout en douceur avec ce petit bout d'âme.
Alors voilà. Leur premier baiser est adorable hein, mais vu l'histoire d'Altaïs et vu la conversation dont ils sortent, je m'attendrais plus à ce qu'Alexander lui laisse faire le premier pas. Qu'il fasse tout pour lui faire comprendre que "hé mec je suis raide dingue de toi fais quelque chose stp" (et c'est pas complètement absent hein : "Et tu l’as trouvé ? — Il se pourrait bien, répondit Alexander, son regard toujours posé sur le prince."), mais qu'il laisse malgré tout Altaïs en contrôle total de la situation ? Pareil, que ce soit Alexander qui l'entraîne vers le lit, je sais pas. Enfin il me semble que c'est plus qu'une scène d'amour, c'est quand même un moment où Altaïs peut se réapproprier son corps et son désir, c'est pas rien, et il peut pas le faire "passivement".
Tel que je l'exprime ici c'est exagéré et bien loin de la façon dont cette scène me plaît (j'espère que ça sera quand même perceptible, parce que c'est vraiment le cas). Et puis peut-être que ce qui me gêne n'est finalement qu'une preuve de plus que leur lien est vraiment, vraiment particulier. Mais dans ce cas là, il me semble (et c'est subjectif hein) qu'il pourrait être encore plus présent dans ce qui n'est (encore une fois, selon moi) pas qu'une scène d'amour. Enfin je suppose que les derniers souvenirs qu'Altaïs a de mains sur son corps -et il en parle en plus- sont vraiment aliénants, et pourtant il a dû avoir une "conscience" très forte que ok, ça n'a rien à voir avec Alexander, "parce que c'est Alexander". Ou alors il était dans un oubli total (c'est une direction que tu prends aussi), "parce que c'est Alexander". Quoi qu'il en soit (et pardon si je m'exprime mal) il me semble que ce "parce que c'est Alexander", s'il est évident du point de vue de leur amour, il pourrait peut-être être un peu plus présent. Je sais pas si tu verras ce que je veux dire, et de toute façon c'est TON histoire, et MERCI de l'avoir écrite parce que ça m'a mis du baume au cœur comme pas possible (alors que j'étais a priori un peu de mauvaise humeur ahah). Je crois que c'est parce que je l'aime autant et que c'est mon préféré que j'ai envie d'exprimer le moindre de ces ressentis auprès de toi et j'espère que ça t'ira. Et ça veut pas dire que c'est une scène insatisfaisante hein, loin de là ;-; (Du coup j'ai dit que j'étais par le passé de mauvaise humeur mais ce n'est pas ma mauvaise humeur qui veut trouver à redire hein, au contraire c'est plutôt le trop plein d'amour pour ce qu'on attendait ENFIN dans ce chapitre.)
Alors j'ai quand même eu hyper PEUR à la fin, parce que quand Alexander s'est réveillé seul j'ai crié à la traîtrise et j'ai craint pour un aperçu d'amour échangé avec une longue séparation inattendue, un vilain qui débarque en hélicoptère et qui gâche tout, mais non, tout va bien.
Tout va bien pour le moment ?
Tout va bien pour toujours ;-; ? (s'il vous plait)
J'ai eu tellement de choses à dire, mais j'en aurai aussi pas mal sur la magie ! J'avais compris que la magie d'Altaïs était entièrement blanche, mais du coup c'est intéressant cette histoire de nuance et tout. J'aime aussi (toujours plus, et je ne t'apprends rien) cette "organicité" de la magie, enfin telle que tu en décris le "système" on comprend bien qu'elle ne s'évalue pas qu'à sa puissance et qu'elle est plus complexe que juste une magie banale et propre à un monde fictif.
Je t'ai déjà dit que c'était mon chapitre préféré ? x)
Bref, merci pour ce chapitre, quoi qu'il arrive <3
Mathilde Blue
Posté le 21/04/2021
Coucou !

Bon je vais quand même commencer par te dire que je suis heureuse que le chapitre te plaise dans son ensemble (parce qu’effectivement c’est un peu le genre de chapitres où tu mets ton âme, c’est pas le seul, mais celui-là occupe quand même une place particulière dans mon cœur).

Pour revenir sur ce qui te « gêne », honnêtement je me suis posée les mêmes questions, mais bien après avoir écrit le chapitre (voire même bien après le moment où j’ai posé le point final). Finalement, j’ai décidé de laisser cette scène telle que je l’avais écrite, parce qu’à ce moment tout s’était déroulé de manière très naturelle (et franchement, je n’avais pas du tout prévu que les choses prennent cette tournure, je n’étais même pas sûre qu’ils s’embrassent lorsque j’ai entamé ce chapitre, mais c’est arrivé et voilà, je me suis un peu laissée débordée par les personnages). Je considère tout de même qu’Altaïs fait le premier pas, dans le sens où il « invite » Alexander à l’embrasser (lui-même ne se sentant pas assez confiant pour faire ce pas). Si les choses se déroulent ensuite de cette manière, c’est parce qu’Altaïs veut tout recommencer à zéro, et il sait qu’Alexander lui permettra cela, parce qu’Alexander a ce pouvoir, et que leur lien est suffisamment fort pour qu’il puisse « anticiper » les désirs d’Altaïs (d’ailleurs de mon point de vue c’était tout de même Altaïs qui initiait les mouvements lorsqu’il touche Alex par exemple). Avant de pouvoir se réapproprier entièrement son corps, il a besoin de faire une croix sur son passé. Et puis, tout dans leur relation est toujours très fort, et c’est grâce à la confiance absolue qu’ils se vouent que les choses se passent ainsi. Je crois que j’ai un peu près fait le tour de tes remarques, j’espère que ça pourra t’apporter une nouvelle vision de cette scène ?
Et pour l’absence d’Altaïs, c’est tout de même un personnage solitaire, qui a besoin de se retrouver avec lui-même lorsqu’il vit des choses particulièrement fortes. Mais tout va bien ;)

Quant à la magie, effectivement elle est assez particulière, parce que c’est vraiment ce qui constitue l’âme d’une personne, plus qu’une simple force !

Je suis contente que le chapitre t’ait plu <3 À bientôt :D
dodoreve
Posté le 22/04/2021
Coucou Mathilde ! Merci d'avoir pris le temps de répondre à mes remarques :) Vraiment j'ai voulu les formuler mais à la lecture je ne me disais pas "QUOI MAIS C'EST IMPROBABLE N'IMPORTE QUOI", au contraire hein ^^ (D'ailleurs, peut-être que c'est cette friction entre cette impression d'évidence et le sentiment du "tiens, au fond c'est étonnant que..." qui fait que j'ai tant voulu en parler avec toi :D )
Du coup je trouve ça cool que tu aies écouté la manière dont cette scène se déroulait "naturellement", parce qu'on le sent et je pense que c'est aussi cette ambiance et cette écoute qui a fait que dès le début, je me suis dit "ok : chapitre préféré" alors que je ne me doutais pas qu'on irait jusque là. ^^
"Avant de pouvoir se réapproprier entièrement son corps, il a besoin de faire une croix sur son passé." Je crois que c'est cet argument qui finit de me convaincre (enfin bon c'était pas l'enjeu, je l'étais déjà), parce que finalement j'avais projeté ma lecture dans le sens inverse (donc : "Avant de faire une croix sur son passé, il a besoin de se réapproprier son corps.") mais avec ce que tu dis, et en lisant de nouveau le chapitre, ça fait complètement sens et c'est plus proche de la personnalité d'Altaïs. (Aucune surprise hein, évidemment que tu les connais tes personnages, mais c'est un plaisir de leur découvrir encore et toujours une profondeur à côté de laquelle une lecture manquant de subtilité peut passer.)
Je comprends donc complètement ton approche des choses, et avec le recul en plus je me dis que tout ça résonnera dans les chapitres qui suivront, donc dans l'ensemble je suis loin, TRÈS LOIN, d'avoir trouvé insatisfaction à cette lecture, et surtout, ce chapitre est décidément mon préféré. <3
Franchement il y a tout ce que j'aime dans ton écriture dedans. On retient son souffle durant les dialogues, on s'emballe pour le moindre regard, et l'alchimie entre tes deux personnages est géniale à lire. C'est très bien écrit aussi, non seulement du point de vue des mots, mais encore de ce que tu communiques (je l'avais bien senti ce bout d'âme). Et puis la magie. Et puis aussi les scènes silencieuses. Maintenant on les connaît tellement bien que tout simplement s'imaginer Altaïs dans la neige c'est juste <3
J'ai si hâte de lire la suite ;-; Merci encore et à bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 22/04/2021
Coucou !

Ben merci à toi surtout pour avoir pris le temps de me faire part de toutes tes remarques ! Tu as soulevé les points sur lesquels j’ai moi-même buté après coup, et tu m’as donné les clés pour y remédier (en développant davantage l’importance du lien entre Alex et Altaïs, parce qu’effectivement cette scène dépasse le cadre de la simple scène d’amour, et le désir d’Altaïs de repartir à zéro avec Alex). Enfin je suis contente que ma réponse t’ait convaincue (enfin dans la mesure où tu l’étais déjà pour reprendre tes mots ^^), parce qu’effectivement cela tient aussi beaucoup à la personnalité d’Altaïs (je ne traiterais pas ce thème de la même manière avec un personnage différent), d’où l’importance pour lui du « Avant de pouvoir se réapproprier entièrement son corps, il a besoin de faire une croix sur son passé. » ! Mais donc peut-être qu’il faudrait que j’essaie d’aborder plus clairement la psychologie d’Altaïs dans cette scène (ou pas longtemps après). En tout cas, je suis contente que tu aimes ce chapitre, merci encore pour ton soutien, tes mots me touchent beaucoup <3

À bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 22/04/2021
Re-coucou !

Bon du coup, j'ai mis le chapitre à jour pour essayer de davantage expliciter ce dont j'ai parlé avec toi !
dodoreve
Posté le 22/04/2021
Ah oui, c'est parfait :D Bravo aussi d'avoir pensé à présenter l'un de ses gestes comme une demande silencieuse, ça fait résonner le reste !
Mathilde Blue
Posté le 22/04/2021
Contente que ça te plaise :D
Cherry
Posté le 21/04/2021
Wow. Mais juste WOW.
Wow. Je ne sais pas quoi dire à part WOW >.< (contente qu'Alexander ait embrassé Altaïs en premier. Je le savais !)

Bon bah j'espère qu'Altaïs va mieux maintenant. Altaïs sur la neige m'a rappelé Blanche Neige. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai eu cette image dans ma tête. Bref revenons à nos moutons.

Honnêtement je pensais qu'ils allaient se disputer ou un truc dans le genre (surtout après ce qui s'est passé au dîner) et que l'ambiance était tendue. Haha, mes théories ne tiennent pas longtemps. Je suis tout le temps agréablement surprise quand je lis le Prince Déchu et je ne regrette pas un instant ma lecture.

J'adore leur petite discussion. Les voir être honnêtes l'un envers l'autre, s'ouvrir leur cœur, parler de leurs peurs et de leurs désillusions... Bref, c'était un moment riche en émotions comme on le dit.
Sauf qu'Altaïs me fait vraiment de la peine. Ses traumatismes ne partiront pas avant longtemps et il va falloir qu'Alex s'arme de patience. Surtout qu'Altaïs déteste parler de ça si on en parle (et même qu'il évitait le sujet dans les chapitres précédents). Mais là, le voir en parler de sa propre initiative, ça signifie beaucoup de choses. Je pense qu'Altaïs guérit déjà de ses blessures.

Sinon, je me suis perdue dans la deuxième partie, quand Elio et Alexander discutent (j'ai la cervelle lente et que j'ai constamment un train de retard et c'est pas de ta faute XD je suis lente à comprendre quand y'a des infos).
Dis-moi si je me trompe mais du coup, Altaïs possède une aura à moitié blanche et à moitié noire ? Et l'aura représente la pureté de quelqu'un ?
Et comment est-ce possible qu'une aura puisse tuer quelqu'un comme la mère d'Altaïs ? C'est comme ça à chaque fois que naît un fils ou une fille de la Magie ou c'est juste Altaïs ? Et est-ce qu'Altaïs le savait ?

Ensuite, les Protecteurs ont changé de sens si je ne me trompe pas ? Je veux dire qu'auparavant, c'était le bouclier des fils et filles de la Magie mais maintenant le sens a changé pour donner des soldats exclusivement entraînés pour la magie défensive ?

Ainsi, Alex et Altaïs sont liés depuis toujours ! C'est tellement romantique x) ça explique en partie pourquoi Alexander a tout de suite cru en l'innocence d'Altaïs, car leur lien l'en a convaincu. Et puis bon, ça explique leur alchimie indéniable.

Globalement, je suis une lectrice heureuse et très satisfaite :D et merci pour ce chapitre. Tu nous as mis des paillettes dans les yeux >.<
Cherry
Posté le 21/04/2021
Ah et j'ai déjà mon idée sur la fin de l'histoire x) je me prépare à cette éventualité
Mathilde Blue
Posté le 21/04/2021
Coucou ^^

Je me suis dit la même chose quand j’ai écrit ce chapitre, j’étais en mode « ENFIN » XD

Ils ne peuvent pas rester fâchés l’un contre l’autre, surtout que leur dispute tenait surtout au fait qu’Altaïs se sentait mal, mais la présence d’Alexander lui fait toujours du bien ! Et ils avaient bien besoin de cette discussion à cœur ouvert (mes amours T_T). Mais effectivement les traumatismes d’Altaïs sont encore profondément ancrés en lui, bien qu’il commence à remonter doucement la pente grâce à la présence d’Alexander.

En ce qui concerne la deuxième partie :
Altaïs possède bien une aura à moitié blanche et à moitié noire. Plus que la pureté, une aura est surtout le reflet de l’âme et donc de la magie.
L’une des caractéristiques des personnes qui ont une aura mêlée est que leur magie est extrêmement puissante. C’est ce qui a tué la mère d’Altaïs à sa naissance. Dans la mesure où il n’existe quasiment plus de Fils et de Fille de la Magie, on peut considérer que c’est arrivé seulement dans le cas d’Altaïs, car durant l’âge d’or d’Aeldor ces naissances-là étaient beaucoup encadrées. Altaïs savait que sa mère que sa mère était morte en couche à cause de sa magie, mais il ignorait avoir une aura mêlée, il pensait seulement posséder une magie très sombre (merci Elaran).
Pour les Protecteurs, effectivement le sens originel est un peu tombé dans l’oubli et correspond désormais à un corps de l’armée composé de soldats utilisant la magie défensive.

Et ouiiiiiiii, Alex et Altaïs sont liés ^^

Dans ce cas, je suis une autrice comblée :D Pour la fin que tu imagines, tu me diras en privé ^^

À bientôt !
Vous lisez