Chapitre 21

Notes de l’auteur : Bonne lecture !

Alexander et Altaïs pénétrèrent dans la vaste demeure du comte de Stonel. Face à eux, un grand escalier de marbre donnait accès aux étages. Sur les côtés, des bruits se faisaient entendre. Sans doute s’agissait-il des domestiques qui, s’agitant dans les cuisines, faisaient résonner leurs pas dans toutes les pièces attenantes.

— Altaïs, Alexander, je commençais à désespérer de vous voir arriver, leur dit le comte.

— Comment saviez-vous que nous souhaitions venir ici ? interrogea le Protecteur.

Le comte sortit une lettre de l’intérieur de sa veste. Altaïs identifia immédiatement l’écriture sur l’enveloppe comme étant celle de Natt.

— J’ai reçu cela il y a deux jours. Son contenu m’avertissait que je devais recevoir sous peu le fils d’un ami et son compagnon. Cela coïncidait étonnamment avec la réapparition d’un prince fugitif dont le père était mon ami le plus cher.

— Cela me semble léger comme raison, souligna Altaïs avec méfiance.

Le compte esquissa un sourire.

— Parfois les raisons les plus simples sont également les plus convaincantes.

Le prince ne trouva rien à répondre et Alexander lui jeta un regard amusé. Il était on ne peut plus d’accord avec cette philosophie.

— Je sais que nous devons avoir beaucoup de choses à nous dire, mais je pense que vous devez être épuisés par votre voyage. Je vous propose donc de vous installer dans vos chambres et de prendre un peu de repos avant le dîner.

Ils hochèrent tous les deux la tête.

— Kyle, mon majordome, vous accompagnera et viendra vous chercher tout à l’heure. Vous pouvez lui faire part du moindre de vos besoins.

L’homme arriva aussitôt, inclina brièvement le buste et leur fit signe de le suivre.

— Merci, dit Alexander.

Le sourire du comte s’agrandit.

— Si vous me cherchez, je serai dans le grand salon.

Ils suivirent le majordome dans l’escalier de marbre qui menait à un premier étage.

— Ici vous trouverez la salle à manger, les salons, la salle de musique, la bibliothèque et le bureau du comte. L’escalier au fond du couloir conduit à ses appartements.

La demeure était chaleureuse. Ne seraient-ce que le sol dans le couloir couvert d’épais tapis et les immenses fenêtres qui laissaient passer la lumière du crépuscule. Le majordome poursuivit son chemin dans l’escalier jusqu’au deuxième et dernier étage.

— Vous trouverez la majorité des chambres des invités ici. Les vôtres sont là.

Il désigna deux portes proches l’une de l’autre.

— Prenez votre temps pour vous installer. Je viendrai vous chercher tout à l’heure pour le dîner. N’hésitez pas à me faire savoir si vous avez besoin de quelque chose, vous trouverez une petite cloche dans vos chambres pour m’appeler.

Et il les laissa là.

— Il n’y a rien à redire sur la qualité de l’accueil, constata Alexander avec humour.

— C’est presque trop beau pour être vrai.

— Tu te méfies ?

— Pas toi ? demanda Altaïs en haussant un sourcil.

— Non, le monde serait invivable si je me méfiais de tout. Je ne pense pas que Natt nous aurait envoyés dans un piège de toute manière.

— Tu serais surpris de ce que peut faire Natt, répliqua Altaïs.

— Pour l’instant, il ne nous a pas fait défaut. Et regarde, la population de la région a l’air d’apprécier le comte.

— C’est vrai, tu as raison, répondit le prince en se passant une main sur le visage.

— Viens, on va s’installer, lui dit Alexander avec un sourire.

Il lui attrapa la main et le guida jusqu’à la première porte. Lorsqu’il l’ouvrit, il ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux. La chambre était immense, bien plus que ce que le Protecteur n’avait jamais connu. Les fenêtres immenses qui donnaient une vue imprenable sur le parc semblaient avoir affranchi l’espace de ses limites. Il y avait un grand lit sur lequel patientaient plusieurs coussins à l’air aussi moelleux que les tapis alanguis sur le sol. Sous les fenêtres s’étendait une méridienne, tandis que des étagères et un large bureau recouvraient un mur tout entier. À cela s’ajoutait une armoire dans laquelle Alexander aurait probablement pu faire rentrer tout ce qu’il avait un jour  possédé. Enfin, une cheminée dans laquelle crépitait déjà un petit feu diffusait une douce chaleur dans la pièce.

Altaïs se dirigea vers une petite porte sur le côté. Celle-ci donnait sur une vaste salle de bain. Un bassin était creusé à même le sol et devait bien mesurer un bon mètre de profondeur.

— C’est vraiment luxueux, commenta Alexander avec admiration.

Il s’avéra que la deuxième chambre était quasiment identique à la première.

— Je pense que je vais tester la salle de bain, annonça joyeusement le Protecteur.

— C’est tentant, admit Altaïs.

 

***

 

Alexander ferma les yeux de contentement. Il s’était immergé dans l’eau chaude jusqu’au menton et il n’avait pas ressenti une telle sensation de bien-être depuis longtemps. La fatigue et la crasse qui s’étaient accumulées au fil de leur périple semblaient l’avoir quitté et il profitait de l’instant avec plaisir.

Lorsqu’il sortit du bassin, il se sentait bien mieux. Il eut la joie de découvrir des vêtements propres — le comte semblait réellement avoir pensé à tout —, et les enfila rapidement. Ils étaient particulièrement confortables.

Il venait de retrouver sa chambre, désormais seulement éclairée par la douce lueur de la cheminée, quand quelqu’un toqua à la porte. Il ouvrit pour découvrir Altaïs attendant patiemment. Alexander resta muet un instant. Le prince avait revêtu une tunique bleu nuit qui lui allait merveille.

— Tu es magnifique, souffla Alexander.

Altaïs rougit légèrement.

— Toi aussi, répliqua-t-il en fichant ses iris pâles dans ceux du Protecteur.

Ce dernier lui adressa un grand sourire et le prince rougit encore davantage.

— Hum, je… Kyle est venu nous chercher il y a quelques minutes, mais je crois que tu étais encore dans ton bain.

Alexander avait passé plus de temps qu’il ne pensait dans l’eau chaude.

— Descendons alors ! s’exclama-t-il joyeusement.

La demeure avait beau être immense, ils retrouvèrent facilement leur chemin jusqu’à la salle à manger. Le comte était déjà assis au bout d’une longue table sur laquelle couverts et chandeliers avaient été posés.

— Je vous en prie, installez-vous, dit-il avec amabilité.

Ils s’installèrent face à face en silence.

— Tout d’abord, reprit le comte, je voudrais vous rassurer. Vous êtes ici en parfaite sécurité. Tous ceux qui travaillent ici sont des gens en qui j’ai entièrement confiance. Ni votre présence, ni rien de ce que vous pourrez dire ne seront révélés à l’extérieur de cet endroit.

Alexander jeta un bref coup d’oeil à Altaïs, mais celui-ci arborait un visage toujours aussi fermé. Le comte n’ajouta rien, car plusieurs domestiques entrèrent dans la pièce, chacun portant un plat qu’ils déposèrent sur la table. L’odeur qui s’en échappait était divine, et Alexander sentit son ventre gronder de contentement à l’idée de pouvoir tout goûter. Lorsque les domestiques soulevèrent les couvercles, il découvrit un rôti baignant dans son jus, accompagné de pommes de terre et de légumes verts. Une grande saucière dégageait un parfum délicieux. Il fut légèrement surpris quand un domestique le servit. Il n’avait à vrai dire jamais baigné dans un tel environnement. Le monde de la noblesse était quelque chose de nouveau pour lui, et il tentait tant bien mal de s’y adapter de peur de paraître ridicule aux yeux de leur hôte. Une fois les assiettes pleines, les domestiques repartirent, les laissant seuls dans la grande salle.

Alexander observa Altaïs à la dérobée. Celui-ci semblait attendre que leur hôte entame le repas avant de faire même et le Protecteur jugea plus prudent de l’imiter. Enfin, le comte découpa un morceau de viande et le mit dans sa bouche. Alexander s’empressa de faire de même sous le regard amusé d’Altaïs, qui ne manquait rien de la scène. Après des jours et des jours de fuite, il avait l’impression de n’avoir jamais goûté quelque chose d’aussi délicieux et il ferma brièvement les yeux de contentement.

— Cela vous convient-il ? demanda leur hôte.

— C’est délicieux, Monsieur le Comte, répondit poliment Altaïs.

— Je t’arrête tout de suite, vous pouvez simplement m’appeler Elio. Je ne suis pas un adepte des conventions de la noblesse, ajouta-t-il avec un petit sourire.

— D’accord… Elio.

— Bien, je pense que vous avez un certain nombre de choses à me raconter donc je vous suggère de commencer par le début. Que s’est-il passé cette nuit-là ? demanda le comte en se tournant vers Altaïs.

Celui-ci avala lentement ce qu’il avait en bouche et détailla longuement son interlocuteur.

— Comment puis-je être sûr de pouvoir vous faire confiance ?

Alexander retint un soupir. Il faisait peut-être confiance trop facilement, mais au moins cela contrebalançait la méfiance constante d’Altaïs.

— Outre le fait que vous dînez à ma table et non dans la prison la plus proche ? Sans oublier que vous avez parcouru la moitié du royaume avec l’armée à vos trousses pour parvenir jusqu’ici ?

Le prince hocha la tête, parfaitement sérieux. Elio releva alors légèrement la manche de sa tunique pour dévoiler l’intérieur de son poignet sur lequel brillaient de fines lignes argentées.

— Vous reconnaissez ces marques, je suppose ? Ce sont celles des Hauts-Serments. Celui-ci m’unit à ton père depuis dix-neuf ans. Sa mort n’y change rien.

Les Hauts-Serments étaient une forme de magie très particulière, dont la force symbolique perdurait depuis des siècles. Dans les faits, sa violation n’entraînait aucune sanction. Il était cependant très mal vu de ne pas s’y tenir ou de mentir à ce sujet. Ceux qui brisaient un Haut-Serment — les lignes devenaient alors noires — étaient le plus souvent considérés comme des parias.

— En quoi consistait-il ? demanda Alexander d’une voix hésitante.

— Veiller sur son plus jeune fils.

Une étrange lueur traversa le regard d’Altaïs.

— Pourtant, je ne vous ai pas beaucoup vu au palais, constata celui-ci.

— C’est vrai, et j’aurais aimé que ce soit le cas. Mais malheureusement j’ai été tenu éloigné.

Le visage d’Altaïs se ferma. Il n’avait pas besoin de demander par qui le comte de Stonel avait été éloigné. Il savait.

— Altaïs, je me doute que ta vie n’a pas été des plus faciles…

— C’est un euphémisme, marmonna Alexander.

Le prince lui jeta un bref coup d’oeil pour l’avertir de ne pas aller plus loin. Il ne tenait pas à ce que sa vie soit étalée au grand jour. Le Protecteur sembla le comprendre, car il n’insista pas, mais la scène silencieuse n’échappa pas au regard affuté du comte.

— Quoi qu’il en soit, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider.

Altaïs parut convaincu, car il se détendit légèrement.

— Je suppose que vous n’aviez pas prévu, lorsque vous avez fait ce serment, que je serais accusé de régicide, lança-t-il néanmoins.

— C’est vrai, mais je n’ai pas non plus été surpris outre mesure. Ta disparition m’a bien plus inquiété.

Le prince haussa un sourcil interrogatif.

— Il y a beaucoup de choses que tu ignores sur ta famille, mais ce serait un peu long de tout te raconter ce soir.

Altaïs hocha la tête.

— Je ne vois pas comment vous pourriez m’aider à prouver mon innocence. Tout joue contre moi.

— Savez-vous ce qui différencie le Nord des autres contrées du royaume ?

Ils secouèrent la tête en cœur.

— C’est la dernière région d’Aeldor à posséder un journal indépendant. Or, il s’avère que je possède la majorité des parts de ce journal. Il m’est assez facile d’y faire rapporter certaines informations et bruits de couloirs…

— Donc si je comprends bien, commença Alexander, vous suggérez de faire courir la rumeur de son innocence dans ce journal ?

— Exactement.

— Je doute que cela fonctionne, commenta Altaïs en déposant sa fourchette dans son assiette et en croisant les bras sur sa poitrine. Il n’y aura aucune preuve en ma faveur.

— Je pense que tu sous-estimes la colère de la population face à la royauté. Elle sera particulièrement réceptive face à ce genre d’informations. Et il y aura ton récit.

— Je ne vais pas pouvoir vous dire grand-chose, répliqua Altaïs.

Il tapota sa tempe du bout de son index.

— La plupart de mes souvenirs sont bloqués.

— Je vois… Cela complique légèrement les choses, notamment dans le cas où tu serais jugé. Mais nous ne serons pas obligés de le révéler dans l’article qui paraîtra. Je suppose que tu ne peux rien me dire au sujet de la nuit du régicide ?

— Non.

— Où étais-tu ces deux dernières années ? Je ne suis jamais parvenu à retrouver ta trace.

— Dans les bas-fonds de la capitale.

Le comte fronça les sourcils.

— Pourquoi ?

Altaïs détourna les yeux. Il ne pouvait pas répondre.

— Il y a été vendu comme esclave, répondit Alexander.

Sa voix calme ne dissimula pas la fureur qui brillait dans ses yeux malachites. Altaïs lui jeta un regard mécontent.

— Si tu ne peux rien dire, je le ferai pour toi, avertit Alexander.

— Évite les détails superflus alors, s’il te plaît.

Le Protecteur hocha la tête et se tourna vers le comte, mais il sentait toujours la colère poindre en lui.

— Son oncle… Elaran le maltraite depuis qu’il est enfant.

Le prince inspira faiblement, et serra les dents pour garder contenance.

— Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé la nuit du régicide, mais ce qui est sûr c’est qu’il a cherché à se débarrasser d’Altaïs. Il a été drogué, afin de le priver de sa magie, et a été vendu à un homme des bas-fonds. Il est resté enfermé pendant deux ans, et a failli en mourir.

N’y tenant plus, Altaïs posa brusquement ses mains sur la table.

— Ça suffit pour ce soir, gronda-t-il.

Il ne supportait pas d’entendre Alexander raconter l’échec qu’était sa vie.

— Merde, Altaïs ! Le déni n’effacera rien ! Pour une fois, quelqu’un peut nous aider ! Surtout toi !

Le comte leva la main pour leur faire signe de se taire.

— Je comprends tes réticences Altaïs, et je ne révèlerai que le nécessaire. Cela dit, Alexander a raison.

Le prince détourna le regard. Tout son corps s’était crispé.

— Si vous me le permettez, je souhaiterais me retirer dans ma chambre, murmura-t-il.

Le comte accepta. Altaïs se leva et quitta la pièce, sans un regard en arrière. Alexander le regarda faire jusqu’au moment où la porte se referma sur lui.

— Il n’est pas toujours aisé d’aider quelqu’un qui souffre, dit Elio avec compassion. Je t’admire beaucoup pour ce que tu as fait jusqu’ici.

— J’aurais aimé faire plus, souffla Alexander du bout des lèvres.

— Tu as déjà fait beaucoup. Tu as abandonné ta vie pour protéger un prince accusé de régicide, et dont tu ne connaissais rien.

— Comment savez-vous cela ?

— Natt l’a mentionné dans la lettre qu’il m’a fait parvenir. Il semble avoir beaucoup de respect pour toi.

Alexander se laissa aller contre le dossier de sa chaise.

— C’est étrange, n’est-ce pas ? J’imagine que beaucoup ne comprendraient pas. Mais depuis la première fois où je l’ai vu, je ressens ce lien étrange entre nous et ce besoin de le protéger.

— Un lien n’est jamais à sens unique. Si tu le ressens, il n’y a aucun doute sur le fait qu’Altaïs le ressent aussi. La magie recèle de nombreux mystères.

Le Protecteur hocha la tête. Il se sentait fatigué.

— Je pense que la soirée a été suffisamment dense ainsi, nous en rediscuterons demain, suggéra le comte. Tu devrais aller prendre un peu de repos, une bonne nuit de sommeil ne sera pas de trop.

— Merci M… Elio.

Alexander se leva et emprunta le même chemin qu’Altaïs avait pris quelques instants plus tôt. Pourtant, lorsqu’il arriva devant la porte de sa chambre, il hésita. Finalement, il avança jusqu’à la deuxième porte et toqua.

 

***

 

— Tout va bien, Monsieur ? questionna Kyle.

Elio regardait le parc enneigé à travers la fenêtre, mais ses yeux se perdaient dans le vague.

— Oh, oui. Je réfléchissais.

— À quoi, Monsieur ?

— Leurs magies sont liées, répondit le comte de manière énigmatique.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 07/09/2021
Pire pire aimé ce chapitre ! C'est l'un de mes préférés je crois haha, y'avait un condensé de toutes sortes de belles choses là-dedans ^^ J'ai particulièrement aimé le fait que de nombreuses paroles (d'Elio notamment) se basent presque sur des "non-dits", pour certain interprétables par le lecteur (genre : "— Leurs magies sont liées, répondit le comte de manière énigmatique." QUI TROUVERAIT PAS CA MAGNIFAÏQUE ?) Enfin pour dire : j'aime bien ce comte, c'est vrai qu'il fait assez Dumby comme le dit Momo haha. Il y a une part de sagesse et de mystère qui l'entourent, j'aime beaucoup ! (C'est vrai que pour son prénom, on pourrait en trouver un qui soit plus "mystérieux" et "élégant", je rejoins l'avis de Momo. Mais bon, ce n'est qu'un détail. Je ne suis pas aussi choquée que madame la modeste Contesse, en soi ça me gêne pas énormément ;))

Au sujet des Hauts-Serments : ça me parle ! C'est cool parce qu'au fil des chapitres, on en apprend plus sur ton système de magie, de manière disséminée. C'est le genre de détails dont je raffole ^^

Et enfin : aaaah mais Alexaïs dans ce chapitre, on en parle ??? Déjà, le fait que l'un est excessivement méfiant, et l'autre excessivement confiant : j'adore. Ensemble, peut-être peuvent-ils trouver un juste équilibre <3 Et la partie où nos petiots se découvrent tout bien habillés, hihi, un plaisir ! J'en suis rendue toute gaga. Et la partie durant le dîner où on sent bien l'irritation d'Altaïs, il est vraiment rendu touchant <3 Et je suis encore plus gaga qu'Alex va toquer à la porte d'Altaïs ;) (OUI ON T'A VU ALEX, FAIS PAS GENRE)

Enfin voilà, j'ai vraiment apprécié ce chapitre, qui était amené de façon assez fine, je trouve ! Rien à y redire (désolée, dans le fond je dis rien de vraiment intelligent, rip x))
Mathilde Blue
Posté le 08/09/2021
Oh ça me fait trop plaisir que t'aimes ce chapitre à ce point <3 Je ne sais pas pourquoi mais je n'ai jamais réussir à me sentir satisfaite donc je suis trop contente qu'il te plaise, ça fait chaud au coeur !

Haha, j'adore comment tu t'emballes sur les paroles d'Elio xD J'avoue que je n'ai jamais trouvé qu'il ressemblait à Dumby, mais la comparaison me fait bien rire (bon je note la remarque sur le prénom, je voudrais pas vous perturber Momo et toi :p).

Contente que l'histoire des hauts-serments te parle, j'avais quelques doutes à ce sujet donc ça me conforte !

Ravie qu'Alexaïs te plaise dans ce chapitre <3 C'est vrai qu'ils sont mimis comme tout hihi ^^ (Par contre Cherry déteint clairement sur toi avec les majuscules là xD)

Merci pour ton retour tout doux <3 Bisouilles !
ModesteContesse
Posté le 13/07/2021
Coucou Thildounette !

J'ai une théorie : le Comte en vrai, c'est Dumbledore. Non mais c'est SÛR ! Il a que des répliques à la Dumbledore ! "Les raisons les plus simples sont souvent les plus convaincantes" ? "Il n'est pas toujours aisé d'aider quelqu'un qui souffre" ?
"La magie recèle de nombreux mystères" Tout ça, c'est du Dumby tout craché xD

Sérieusement, j'apprécie pas mal le comte. On sent que c'est un mec de parole qui fera tout pour aider A et A. Et en même temps, il est pas parfait, parce qu'il a échoué à protéger Altais pour l'instant ! Franchement, j'aime !

En revanche, tu vas peut-être me trouver sévère voire complètement à l'ouest, mais j'ai un gros problème avec son prénom ! Je suis d'accord que c'est purement subjectif, mais je trouve vraiment que son prénom ne lui va pas du tout. J'attache beaucoup d'importances aux sonorités, aux significations des prénoms, etc. Et ce prénom-là, je sais pas, j'arrive pas à le lui mettre sur la tête au comte xD Bon, je vais peut-être m'habituer, mais vraiment ça me choque ^^ Ça fait enfantin, rieur, plaisantin, bon vivant... Enfin tout ce que le comte n'est pas ! Pour moi, c'est comme si j'avais appeler Jade Samantha, tu vois ? Enfin je sais pas trop comment expliquer ce ressenti xD Je me demande ce qu'en pensent les autres plumes, je suis sans doute la seule à faire une fixette là-dessus, mais je voulais t'en parler :)

Mes remarques :

"Ne seraient-ce que le sol dans le couloir couvert d’épais tapis et les immenses fenêtres qui laissaient passer la lumière du crépuscule." --> pour moi cette phrase n'est pas finie, je ne comprends pas bien ce que tu veux nous dire ici ? x) Et puis, ça ne s'accorde pas vraiment avec la phrase d'avant non plus, c'est pas très fluide, donc je pense que tu pourrais formuler cette phrase de manière à ce qu'elle soit indépendante de la phrase d'avant et ce serait plus simple :)

"Un bassin était creusé à même le sol et devait bien mesurer un bon mètre de profondeur." --> alors, je suis pas architecte, hein ! Et je chipote peut-être pour rien... Mais si j'ai bien compris, les chambres des garçons (on dirait qu'ils ont 10 ans et que c'est mes petits neveux quand j'écris ça mdr) sont à l'étage ? Eh bien dans ce cas, c'est pas possible que des bassins soient creusés dans le sol x) Parce que ça veut dire qu'à l'étage en dessous, y a genre une grosse protubérance dans le plafond et l'écoulement se fait... pas ? ^^ Bref, ça fait très stylé, mais il faut que tu mettes ces chambres au rez-de-chaussée, ou alors que tu précises qu'elles sont creusées dans la roche car le château repose en partie sur un rocher, ou je sais pas quoi ^^ Voilà, c'est le moment Momo-architecture-d'intérieur.

Sinon voilà, A et A sont mims, et j'en ai fini :)
Mathilde Blue
Posté le 14/07/2021
Coucou Momo !

Oulah, Dumbledore ? Je n’approuve pas xD (J’avoue que je suis pas une grande fan de Dumby) Mais c’est vrai qu’Elio a un petit côté philosophique haha ^^Mais blague à part je suis contente que tu l’apprécies, et tu as raison, il n’est pas parfait ! Bon après il n’est pas entièrement responsable de ses échecs, avec Elaran dans le coin les choses peuvent être compliquées x)

En ce qui concerne son nom… Peut-être qu’Elio lui correspondait bel et bien à une époque mais que les épreuves l’ont changé ? :p Mais sinon je vois un peu ce que tu veux dire ! J’attache beaucoup d’importance aux noms aussi, donc je vais réfléchir à ta remarque !

En e qui concerne le petit point d’architecture, ça ne te convainc pas si je te dis qu’ils ont des sols très épais même au premier étage ? xD Et que l’eau se renouvelle avec la magie et pas par écoulement ? Bon j’avoue que je n’avais jamais réfléchi aux choses sous cet angle, mais je vais l’ajouter dans mes notes xD

Merci pour ton commentaire :D Bisouuuuus
petite_louve
Posté le 09/06/2021
Mais pourquoi t'es-tu arrêtée sur cette porte fermée ?! Et je dois retourner travailler, je ne peux pas lire la suite tout de suite ! Enfin, bref !

Elio a l'air sympathique, mais la fin me laisse méfiante quand même. Il y a des choses qui ne dit pas ! Et je veux savoir ce qu'il sait ! Haha

Un chapitre qui demeure calme, mais qui est dense en émotions, surtout pour Altaîs qui doit parler de son passé ou en entendre parler. Alex a raison de le secouer un petit peu, le silence n'est jamais bon !

J'attends de comprendre ce que signifie vraiment le fait que leur magie soit liée !
Mathilde Blue
Posté le 09/06/2021
Oups, désolée ^^ Haha, en même temps il laisse un peu de répit à Altaïs et Alex :p
Oui, ce n'est pas facile pour Altaïs... Mais heureusement qu'Alex est là !

À bientôt :D
Gabhany
Posté le 02/05/2021
Ooooh super chapitre ! Cet Elio est tellement intéressant, et cette idée de Haut-Serment, j'adore ! Et puis j'ai bien aimé aussi qu'Alexander essaie de secouer un peu notre petit Prince et qu'il choisisse de parler pour le bien d'Altaïs.
Et puis les petites phrases pour se dire qu'ils sont magnifiques et la fin, que leurs magies sont liées, alors là j'adore aussi <3 enfin le rapprochement XD
Mathilde Blue
Posté le 03/05/2021
Coucou !

Contente qu'Elio te plaise ;) Eh oui, vu qu'Altaïs refuse de parler (bon il est assez limité dans ce qu'il peut dire aussi), il fallait bien qu'Alexander intervienne pour faire avancer les choses ^^' Ouiiiiii, maintenant qu'ils sont dans un endroit tranquille ils peuvent enfin se rapprocher en toute sérénité haha !

À bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 24/04/2021
Coucou :D Ce commentaire va être court parce que je ne peux pas ne pas lire la suite tout de suite, c’est cruel (et très efficace) de nous laisser sur cette porte close T_T

Je ne sais pas quoi penser d’Elio, mon côté optimiste voit qu’il a l’air sympathique (donc peut-être qu’il risque de s’en prendre plein les dents plus tard pour compenser ?) mais d’un autre côté, tout ce luxe dans une région globalement pauvre, c’est méga suspect (même si les gens de son comté l’aiment bien, je sais pas, ça me paraît louche haha).

Et on parle du fait qu’ils étaient tous les deux absolument adorables dans ce chapitre ? ? Ce petit mélange de franchise et d’assurance timide, ça n’a pas de prix T_T (d’où ma motivation à lire la suite dans la foulée)

J’ai quand même noté trois petites choses :
« Sur les côtés, des bruits se faisaient entendre. »
Je pense que tu pourrais indiquer dès cette phrase qu’il s’agit des pas des domestiques ^^

« La chambre était immense, bien plus que ce que le Protecteur n’avait jamais connu. Les fenêtres immenses qui [...] »
Répétition de immense

« À cela s’ajoutait une armoire dans laquelle Alexander aurait probablement pu faire rentrer tout ce qu’il avait un jour possédé. »
Y compris ses propres fesses, ainsi que celles d’Altaïs, parfait pour jouer à cache-cache

Du coup j’enchaîne ma lecture (mais c’est normal si tu ne vois pas de commentaires sur le chapitre suivant tout de suite, je ne pense pas que j’aurais l’énergie d’organiser mes notes/mon cerveau encore aujourd’hui), à bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 24/04/2021
Re-coucou ! :D

Ouiiiii, il fallait bien faire durer la tension ^^ (Je sais c’est cruel, mais c’est pour la bonne cause).

Pour Elio, bah je ne peux pas vraiment répondre pour l’instant malheureusement (mais en même temps il faut bien des personnages sympathiques de temps à autre… Ou pas ? :p) ^^
Altaïs et Alex évoluent, ils s’ouvrent de plus en plus T_T (Bon ils sont aussi dans un environnement plus calme maintenant, ça aide).

Merci pour tes remarques ! Je rebondirai juste sur la dernière qui est légèrement tendancieuse... Ou pas, je vais m'abstenir en fait ^^

Bonne lecture alors ! :p
Cherry
Posté le 16/04/2021
Hola Mathilde

bon bah on a le droit à une scène toute mignonne entre A et A et le peuple est ravi, comme on le dit ;-) hahahahahahaha et Altaïs est tout beau et tout timide. Je ne le reconnais pas du tout. On dirait le petit Altaïs du début qui demandait à Alex s'il avait une fiancée --" ils en ont fait du chemin ces deux-là, et je me sens vieille x)

J'adore les scènes où on voit juste les personnages se reposer et être chill. Et là bah voir Alex prendre un bain et se sentir renaître c'est tellement satisfaisant et relaxant. Après toutes leurs péripéties on les voit (enfin!) se reposer et se détendre. Bah allez-y les garçons, on attendait que ça.

Alors le plan d'Elio se base sur... diffuser de nouvelles rumeurs grâce aux journaux ? Pour toute franchise je n'y avais pas pensé une seule seconde. Je pensais qu'ils allaient créer une rébellion et combattre Adhara (je sais, c'est farfelu mais écoute j'ai encore mille théories dans ma tête) et ensuite tout irait mieux. Hâte de voir ce que ça va donner en soi.

Et je rebondis sur le commentaire de dodoreve mais j'attends qu'Alex frappe à la porte d'Altaïs (cris de fangirl hystérique)
Mathilde Blue
Posté le 18/04/2021
Coucou !

Haha oui, Altaïs est facilement timide sur certaines choses XD (En même temps je crois que c'est la première fois qu'Alexander est aussi direct ?). Mais oui ils en ont fait du chemin ^^

Je comprends tellement, quand j'ai écrit cette scène, j'avais presque l'impression que c'est moi qui venait de faire un voyage épuisant, c'était très satisfaisant à écrire x)

Haha, l'avantage des rumeurs, c'est que les gens y sont facilement sensibles, et comme en plus ils sont un peu fâchés contre la royauté ces derniers temps ce sera plus efficace que d'essayer de mettre le royaume à feu et à sang... Surtout que tu vois Adhara plier face à une petite rébellion ? x)

Hehe, moi aussi j'attends ça ^^

À bientôt !
dodoreve
Posté le 16/04/2021
Merci pour ce chapitre :) ! J'ai énormément aimé, comme d'habitude (oui j'abandonne : je ne lutterai plus contre la répétition). L'équilibre qu'il y a entre la confiance et le manque de confiance de l'un et l'autre est chouette. En l'occurrence, j'attends que le comte fasse ses preuves, mais je serais plutôt du côté d'Alexander pour le moment, même si la fin m'intrigue énormément ! Je pense toutefois qu'elle en dit plus sur Alexander et Altaïs (quelqu'un met enfin des mots sur quelque chose dont on se doutait) que sur d'éventuels complots...? En même temps c'est un peu curieux de partager une telle hypothèse avec son majordome, mais s'il aime peu les conventions de la noblesse, c'est peut-être autant son ami que son serviteur.
J'ai ri quand ils commentent leur apparence, et MERCI pour la fin, parce que quand j'ai vu qu'il y avait deux chambres je me suis dit qu'avec les cauchemars d'Altaïs ça pouvait pas le faire, surtout vu la manière dont il sort de table, MAIS heureusement, c'est à sa porte qu'Alexander va toquer. Trop hâte de lire la suite du coup !
Mathilde Blue
Posté le 18/04/2021
Coucou !

Haha, ne t'inquiète pas, ce genre de répétition fait plaisir ^^ Pour la fin, je te laisse découvrir ce que cela signifie dans le prochain chapitre :p Et il y a une raison pour laquelle Elio ne s'encombre pas des convenances et n'hésite pas à partager ce genre d'informations avec son majordome !
Oui, ils sont tout mignons XD Nan, effectivement ça aurait été compliqué pour Altaïs... Et Alex n'aurait jamais réussi à trouver le sommeil... Donc effectivement, heureusement qu'il va toquer à la porte d'Altaïs !!! (Trop de suspens)

À bientôt :D
Vous lisez