Chapitre 20 - narrateur 1

   Une petite fille arrive soudain en courant dans la cour. Elle nous regarde avec des yeux écarquillés et demande sans s'adresser à personne en particulier :

   - Elle va aller où ma sœur ?

   Une boule se forme dans ma gorge. David recule sa chaise et se penche vers elle.

   - Viens me voir. Je vais t'expliquer.

   La petite ne se fait pas prier et grimpe sur les genoux de David.

   - Je vais te raconter une histoire. Tu veux bien ?

   - Oui !

   - Il était une fois sept grands enfants qui venaient tous d'endroits très différents. La ville, la forêt, le désert...

   J'ai du mal à retenir mes larmes. Autour de la table, tout le monde a les yeux rivés sur David et j'ai l'impression que tout à coup, plus personne ne doute de la raison de sa présence. Sans lui, nous aurions laissé la petite sœur de Kari sans réponse.

   - Ils ne se connaissaient pas, mais ils étaient liés par un lien secret... Ils avaient tous des pouvoirs surprenants.

   - Comme des pouvoirs magiques ?

   - Oui, comme des pouvoirs magiques. Ils pouvaient maîtriser le feu, l'eau ou l'air et protéger le monde entier. Parce que le monde entier avait besoin d'être protégé.

   - Pourquoi ? C'était la guerre ?

   - En quelque sorte. Il y avait de grands méchants qui s'étaient réunis pour être encore plus méchants. Alors les sept enfants doués de pouvoirs magiques devaient se réunir aussi, pour sauver le monde de ces grands méchants.

   - Et ils se battent ?

   - Parfois, oui. Les méchants étaient très violents, alors les héros devaient parfois se battre. Même s’ils ne le voulaient pas.

   La petite fille plante alors ses yeux dans ceux de David.

   - Et ils gagnent à la fin ?

   - Oui. Les gentils gagnent toujours à la fin.

   Il redresse la tête et l’espoir dans son regard me fend le cœur. Les gentils gagnent toujours. Un monde en noir et blanc. La lumière contre l’obscurité. Est-ce qu’on devrait tous penser comme David ? 

   - Kari, elle fait partie des gentils ?

   - Bien sûr. Tous ici, nous faisons partie des gentils. Et nous avons besoin de Kari pour être plus forts. Sans Kari, peut-être que nous ne pourrons pas gagner contre les méchants.

   - Alors elle doit venir avec vous pour sauver le monde ? Parce qu’elle a des pouvoirs magiques ?

   - Exactement.

   - D'accord !, conclut la petite en sautant des genoux de David.

   Puis elle repart à l'intérieur de la maison en sautillant. J'envie son insouciance. Elle a obtenu la réponse à sa question et elle en est satisfaite, elle n'a pas besoin de plus. Elle se moque éperdument des nuances de gris.  

 

   Karimala nous offre de rester pour la nuit pour nous reposer et nous laver. C'est vrai que nous aurions tous besoin d'une bonne douche... Et je ne dirais pas non à un bon repas non plus. Nous hochons tour à tour la tête, mais Yi proteste.

   - Vous êtes sûrs que c'est une bonne idée ? Plus nous restons, plus il est simple pour les démons de nous mettre la main dessus.

   - Je ne pense pas qu'ils puissent nous trouver ici, tente David.

   - Tu oublies les Jeeps. Il y a trop de monde dans ce village. Nous les mettons tous en danger en restant trop longtemps.

   Je soupire à l'idée de devoir repartir à l'instant et me tourne vers Paul, à la recherche d'un quelconque soutien. Il a l'air encore plus épuisé que nous tous.

   - Tu as raison, Yi, nous prenons un risque. Mais nous avons tous besoin de ce repos. Et je pense que Kari mérite d'avoir le temps de dire au revoir à sa famille.

   Yi ne conteste pas, mais son expression indique clairement qu'il n'est pas satisfait de cette décision.

 

   Le lendemain matin, nous avons tous meilleure mine. À peine levé, Yi est déjà en train d'enfiler ses chaussures, prêt à partir. Un des petits frères de Kari est assis en tailleur juste devant ses pieds et le regarde faire en silence. Sacha apparaît, elle aussi parée au départ et annonce qu'il faut reprendre la route le plus vite possible. Kari les fixe sans voix au-dessus de son assiette vide. Avant que le débat ne s'enflamme, Paul propose que nous fassions un vote. Qui veut rester une deuxième nuit et ne repartir que demain ? Sacha et Yi sont les seuls à ne pas lever la main. Ils quittent la pièce en grognant et sortent de la maison pour aller faire un tour. Le petit frère de Kari qui examinait Yi se précipite derrière eux. C'est fou l'énergie que dégagent ces deux-là... Dès qu'ils sortent, la tension baisse d'un coup dans la pièce.

   Kari a besoin de temps. Je la comprends mieux que personne. J'ai eu droit à mes deux jours d'entraînement avant de partir, alors pourquoi pas elle ? Nous devons au moins découvrir ce qu'elle sait de son don.

   Une fois la table débarrassée, Paul y étale une carte de l'Australie. Il montre à David les endroits où il a déjà cherché le dernier membre et sa famille. Diego et moi suivons Kari dans sa chambre pour essayer d'en savoir plus sur son don et une potentielle arme qu'elle maîtriserait. La première chose qu'elle nous annonce est qu'elle est incapable de se battre.

   - Pourquoi voulez-vous que je sache me battre ?

   - Souvent, nos parents nous ont entraînés à la maîtrise du combat, lui explique Diego. Marina fait du tir à l'arc et mon père m'a appris à me servir d'un sabre.

   - Je n'ai jamais été entraînée à me battre. Je n'aime pas la violence.  

   - Il s'agit plus de nous défendre que d'attaquer.

   - Alors je ne vous serai d'aucune utilité.

   - Je ne pense pas..., dit alors Diego en désignant le bureau du regard.

   Il se rapproche du cahier ouvert et des flacons que j'avais vus la veille sur le bureau de Kari. Il commence à feuilleter le cahier.

   - Qui t'a enseigné les plantes ?

   - Ma mère.

   - Je crois qu'il s'agit là de ton don. L'un de nous est censé maîtriser les plantes.

   - Maîtriser les plantes ?

   - Oui. Chacun de nos dons est lié à un élément différent, l'air, le feu, la terre, l'eau, le métal, la pesanteur et les plantes.

   - Je les utilise pour fabriquer toutes sortes de remèdes pour la pharmacie du village. Je note les ingrédients dans des cahiers, mais je n'ai que très rarement besoin de la recette pour concocter une potion.

   - Tu sais automatiquement ce que tu es censée utiliser.

   - Oui.

   - Est-ce que si je te demandais de préparer maintenant quelque chose pour guérir une blessure, tu pourrais le faire ?

   - Avec un peu de temps et si je sais de quelle blessure il s’agit, oui.

   - C'est là que tu nous seras utile à tous, lui répond Diego avec un grand sourire. Nous allons devoir nous battre, c'est inévitable. Et nous ne sommes pas à l'abri des blessures. Tu seras là pour nous aider à les guérir.

   - Ça ne change pas le fait que je ne peux pas me défendre.

   - Ne t'inquiète pas, dis-je pour rassurer Kari, nous verrons avec Paul pour trouver une solution. Peut-être que tu peux utiliser ton don de façon plus offensive, en créant des poisons par exemple.

   - Excellente idée, Marina !, s'exclame Diego avec un immense sourire, comme si je venais de trouver la solution à tous les problèmes de la Terre.  

 

   Kari est en train de nous montrer quelques-unes de ses potions et m’en a déjà proposé une pour soulager la douleur dans mes côtes lorsque Sacha et Yi reviennent. Nous rejoignons David et Paul dans la cuisine pour aller voir si le soleil les a calmés. Apparemment oui. Le petit frère de Kari est toujours avec eux et il semble avoir fait des miracles. Il tient ses accompagnateurs chacun par une main et ils n'ont plus l'air d'avoir envie de nous crier dessus. Tant mieux. Ce n'est pas le moment de nous disputer.

   Diego partage avec tout le monde ce que nous avons appris du don de Kari. Paul est ravi et lui promet de l'aider à développer ses capacités pour qu'elle ne soit pas sans défense lorsque nous devrons nous battre. David nous explique le plan de parcours qu'ils ont préparé une fois que nous arriverons en Australie. Demain soir, si tout va bien. Paul ajoute que nous y passerons sûrement un bout de temps. Lui-même y a déjà passé un mois, sans dénicher aucune trace du dernier membre et de sa famille. Il reste cependant optimiste. En étant plus nombreux, nous le trouverons.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
annececile
Posté le 13/04/2020
Oui, ils ont bien besoin de quelqu'un qui soigne, les pauvres, les pommades de Mamie sont en voie de disparition! Un detail : dans la phrase "Tu sais automatiquement ce que tu es censée utiliser". je verrais plutot "intuitivement" a la place, c'est un phenomene plus dans ce domaine la qu'un automatisme, je crois? Et je me suis demande dans quelle langue ils parlent tous, ils communiquent sans probleme meme avec les petits enfants.
Schumiorange
Posté le 13/04/2020
Tu as bien raison, les pommades de Paulette ne vont pas faire long feu…

Pour la langue, ils communiquent en anglais. La petite soeur de Kari qui vient voir David parle un peu anglais, donc ils se comprennent, mais ce n'est pas le cas de tous ses frères et sœurs.

Je ne dis jamais ouvertement que l'anglais est la langue commune, et c'est volontaire. C'est aussi très personnel… Je ne veux tout simplement pas annoncer l'anglais comme la langue que tout le monde parle et comprend. Surtout que j'écris en français, donc je préfère laisser chacun s'imaginer qu'ils communiquent dans la langue de son choix.
Renarde
Posté le 05/04/2020
Coucou Schumiorange,

La scène avec David est vraiment adorable. Ils ont tellement tous la tête dans la guidon - ce qui est bien normal - et j'aime beaucoup que c'est David et sa "normalité" qui ramène un peu d'humanité au milieu de tout cela. Pas besoin de super pouvoir pour faire ce qui est juste et adoucir la peine d'un enfant. Et j'espère qu'il aura raison et que les gentils gagneront à la fin.

Le pouvoir de Kari est intéressant de bien des manières. Déjà, tu montres bien que infos ou pas, formation ou pas, ils ont ça dans le sang. Elle n'a jamais appris à se servir des plantes pour sauver le monde ou parce qu'elle se préparait à un grand destin. C'était en elle. Et j'avoue que je n'avais pas du tout pensé au poison ! Donc même une pacifiste qui concocte des remèdes peut faire des dégâts voire tuer avec son don. J'imagine que ce genre de choix ne va pas être simple pour Kari et je me demande comment est-ce que tu vas traiter cela.

Sinon, je les trouve bien imprudent de rester. Autant pour la première nuit, je me rangeais du côté du groupe, autant pour la deuxième, je rejoins Yi...

Quelque chose me dit que le prochain chapitre sera moins reposant pour tout le monde.
Schumiorange
Posté le 06/04/2020
Salut Renarde !

Merci pour ton commentaire ! Tu n'as pas perdu de temps pour reprendre ta lecture !

Tu cernes déjà très bien le personnage de Kari, et tu as raison, le don est d'abord inné ou plutôt héréditaire, et ensuite l'apprentissage et l'entraînement servent à le perfectionner dans un but précis.

Quant à leur imprudence... Je crois que là aussi, ils ont besoin d'apprentissage ; )
Vous lisez