Chapitre 2 - L'éveil

Notes de l’auteur : Réécrit le 18-05-20 (Merci à Renarde pour m'avoir aidé ! )

Lorsque Nazar vit arriver Manon, sa mâchoire carrée se détendit pour lui offrir son plus beau sourire. Il s’avança vers elle pour l’attirer dans ses bras et lui voler un baiser.

 

_ Tu m’as manqué, murmura-t-il en lui caressant tendrement la joue.

 

_ Toi aussi, répondit-elle en se dégageant de son étreinte. Je ne t’ai pas vu au marché ce matin, qu’avais-tu de plus important ? Demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

 

Comme seule réponse, Nazar lui prit la main pour l’entrainer, tout sourire, à l’arrière de sa maison. Arrivé devant la cabane en bois qui leur servait de débarras, il s’arrêta.

 

_ Maintenant, ferme les yeux !

 

_ Sérieusement ?

 

_ Allez, s’il te plait, insista le garçon en lui cachant la vue de sa main.

 

Manon s’exécuta, bien que ce simple contact suffise à lui révéler la surprise que son âme-sœur lui avait préparée. Les yeux clos, elle le perçut en train de lui fabriquer une nouvelle bicyclette à partir des restes de son ancienne. Nazar n’eut même pas le temps d’ouvrir la porte du cabanon, que Manon lui sauta au cou pour le remercier.

 

_ Je l’adore ! S’exclama-t-elle, je serais la première arrivée !

 

_ On parie ?

 

A peine, Manon eût la bicyclette en main qu’elle l’enfourcha tandis que Nazar alla chercher son petit frère, Zaven pour partir à l’étang Montcelle. Le lieu, situé à quelques kilomètres de leur village, était un endroit prisé pour la baignade. La bande adorait s’y retrouver. La région de Zorrèce était surtout connue pour ses grandes forêts et sa nature verdoyante. L’étang Montcelle était donc l’un des rares points d’eau disponible. Certains Siréliens étaient même persuadées que c’était à cet emplacement que la Déesse Namon était apparue pour la première fois. Mythe ou réalité, le lieu était magnifique et tenait une place particulière dans le cœur de Manon.

 

Arrivée sur place avant les frères, Manon constata qu’Endza et Solenne les attendaient déjà. Elle posa son vélo et rejoignit ses sœurs pour aller se changer. Sans attendre les garçons, elle plongea la tête la première dans les eaux bleutées de l’étang. L'eau laissait des traces au contact de la peau, le corps de Manon se mit donc vite à ressembler à une aquarelle monochrome. Solenne et Endza qui séchaient au soleil, les jambes dans l’eau, étaient-elles, remplis d’arabesques bleus qui s’estompaient peu à peu en séchant. Manon eût à peine le temps d’émerger, que les filles la pressèrent de questions.

 

_ Que t’as dit papa ? la questionna Endza

 

_ Je veux tout savoir ! Surenchérit Solenne.

 

Manon se mit alors à leur raconter les grandes lignes. Une fois la curiosité d’Endza assouvie, Manon poursuivit sa conversation télépathiquement avec Solenne, mine de rien pendant sa brasse. Elle ne souhaitait partager certains détails qu’avec sa sœur ainée, qui était paradoxalement bien plus proche d’elle malgré leurs différences. Solenne était aussi blonde, presque albinos, que Manon était brune, et bien que plus vieille de quatre mois, son comportement était bien plus immature que celui de sa sœur. Manon s’était toujours comportée en ainée auprès de Solenne. Sa naissance particulière et son telsman avaient alimentés bien des ragots mais Manon avait toujours défendu sa sœur adoptive comme une louve.

 

_ Tout va bien ? S’inquiéta Solenne en observant sa sœur perdue dans ses pensées.

 

_ Je m’imaginais maman en train de se promener autour de cet étang et revenir avec toi dans les bras. J’aurais bien aimé voir cela ! Avoua Manon.

 

_ Tu étais bien là pourtant, la taquina la blondinette.

 

Manon éclata d’un rire franc. Hestia était effectivement enceinte de Manon lors qu’une jeune femme lui remis Solenne bébé, bien emmaillotée dans une couverture blanche brodée de fils argentés. Aux mystères de ses origines s’ajoutait son telsman, composé d’une pierre blanche aux légers reflets colorés serti d’une chaine en or blanc. S’il différait de ceux des Kalokas, fait d’or jaune et d’une topaze impériale, il restait plus proche d’eux que des amulettes des autres familles. Solenne y fût donc associé par défaut.

 

_ On peut savoir ce qui vous fait rire ? Les interrompit Nazar en se rapprochant des filles.

 

_ Rien, éluda Manon d’un geste de la main.

 

Le jeune homme nagea alors jusqu’à son âme-sœur, sans la quitter des yeux, avant de lui caresser les cheveux en lui adressant son plus beau sourire pour tenter d’en savoir plus.

 

_ Cela ne marchera pas sur moi, et tu le sais, s’énerva Manon.

 

Si Nazar était d’une grande beauté, il savait également jouer de ses charmes. Couplé à son don, qui lui permettait de modifier les émotions des autres par le toucher, rien ne lui résistait. Sauf Manon.

 

_ La dernière fois que j’ai tenté d’utiliser mon don sur toi, tu m’as fait la tête si longtemps que je m’y risquerais plus ! Se défendit Nazar. Là, je compte uniquement sur mon charme naturel.

 

Manon pouffa et lui gicla de l’eau à la figure comme seule réponse. Solenne la suivit, puis Zaven vint à la rescousse de son frère, suivi d’Endza. Alors que les cinq adolescents étaient dans une bataille d’eau endiablée, les filles refusaient de perdre. La lueur espiègle qui traversa le regard de Solenne, n’échappa pas à Manon.

 

_ Tu pourrais peut-être les faire couler ?  Proposa Solenne dans son telsman.

 

Après tout, maintenant que son père savait pour son don, elle n’avait plus à se cacher autant. Manon n’hésita que quelques secondes avant de s’en servir pour taquiner les frères Bauthmy. Si sur eux, elle avait toujours utilisé sa télépathie pour lire dans leurs pensées, elle pensait, aujourd’hui, être capable de rentrer dans leurs têtes pour y déclencher une action. Tandis que Nazar était en train d’arroser les filles plus que de raisons, il glissa soudainement sous l’eau permettant aux sœurs d’avoir enfin le dessus. Manon avait réussi et ça lui avait donné envie d’en faire plus.

 

_ C’est bon, vous avez gagnez ! Déclara Nazar sans avoir conscience que Manon avait usé de son pouvoir sur lui. Ce n’est pas comme si, je pouvais refuser quelque chose à ma moitié, ajouta-t-il dans un clin d’œil lancé à Manon.

 

_ J’aimerais bien trouver mon âme-sœur aussi, soupira Endza.

 

_ Cela viendra, la rassura Manon. Ne t’en fais pas.

 

_ Facile à dire, railla Endza. Pour toi, tout a été servi sur un plateau, comme d’habitude.

 

Nazar était le fils de la meilleure amie d’Hestia. Si les Elus découvraient leurs âmes sœurs jeunes, Manon avait encore fait preuve de plus de précocité. Ils étaient encore bébé, lorsque leurs telsmans s’étaient liés pendant que leurs parents discutaient autour d’une tasse de thé.

 

_ Cela viendra pour toi aussi, la reprit Solenne.

 

_ C’est bon, j’ai l’habitude de passer après tout le monde, retorqua Endza en haussant les épaules.

 

_ Au moins, tu connais ton pouvoir. Pas comme moi, tenta Zaven pour apaiser la rouquine.

 

En général, les prémices d’un don se manifestaient autour des dix ans. Avec ses cinq ans de plus, Zaven était véritablement à la traine en ne connaissant pas le sien.

 

_ Ne te focalise pas dessus. Mon don est imparfait, le rassura Solenne. Je ne peux faire aucune prédiction volontairement et lorsque j’ai des visions, elles sont souvent très floues.

 

Les aveux de chacun avaient quelque peu rendu l’ambiance pesante. Un à un, les adolescents sortirent de l’eau pour lézarder calmement au soleil. Tandis que Zaven s’était endormi, Manon n’arrivait pas à s’enlever une idée de la tête. Depuis qu’elle avait réussi à faire glisser Nazar par la pensée, elle avait envie d’utiliser son don sur l’un des frères. Alors que le cadet ronflait discrètement à l’écart, Manon se concentra pour infiltrer son esprit. Une fois dans sa tête, elle avait l’impression d’être comme dans un musée.

 

Elle y percevait sa respiration, son rythme cardiaque mais aussi ses pensées du moment. Solenne était d’ailleurs au centre de ses inspirations. A n’en pas douter, Zaven était amoureux d’elle. Cependant, Manon ne voulu pas s’arrêter là et poussa plus loin ses investigations. Comme une évidence, elle trouva beaucoup d’images de sa sœur adoptive. Certains souvenirs avaient l’air même récurrents. A plusieurs reprises, Manon vit les mêmes images d’un Zaven au nez cassé après qu’il ait tenté de défendre Solenne des moqueries incessantes sur son telsman et son physique de maigrichonne. Il avait toujours eu le cœur sur la main, bien qu’il soit moins à l’aise en société que son ainé. Il était plus connu pour avoir un caractère bourru et timide, à l’inverse de Nazar.

 

Plongée au plus profond de son esprit, elle le voyait convoiter Solenne. Son buste trapu et ses épaules larges ne rêvaient que de se blottir contre elle. Alors qu’ils ne s’étaient jamais embrassés, Manon découvrait des centaines d’images de baisers imaginés. La mâchoire carrée du blondinet appréhendait le moment où elle se presserait contre les lèvres délicates de Solenne. Trop timide pour lui avouer, il avait toujours gardé cela pour lui. Manon souriait intérieurement face à ce secret. Bien que sa carrure imposante et sa petite taille s’opposaient au corps longiligne de la sœur adoptive, ils étaient faits pour être ensemble. Leurs cheveux blonds et leurs yeux céruléens les faisaient s’assortir à la perfection. Cependant, Manon ne s’arrêta pas là dans son exploration.

 

Elle voulait tout connaitre de lui à présent, ses gouts, ses habitudes, ses craintes et ses attentes. C’était devenu comme une drogue, elle ne voulait pas sortir de son esprit sans l’avoir visité entièrement. Elle réfléchirait à la maladresse de ses actes plus tard. Elle s’était mise en tête de découvrir le don de Zaven. Elle n’eût pas besoin de fouiller trop longtemps cependant. Contrairement à ce qu’il pensait, il avait déjà fait surface sans qu’il ne s’en rende compte. Comme Endza et Arthur, il avait un don qui influençait ses capacités physiques.  Chez lui, cela s’était traduit par une musculature précoce, avec un buste dessiné mais surtout avec des bras qu’on aurait dit taillé dans la pierre.

 

Tout son talent y résidait déjà. Il avait une force surhumaine et ses bras décuplaient sa force. Il n’avait juste jamais eu besoin de la mettre à profit pour s’en rendre compte. Lui qu’on avait juste considéré comme maladroit, avait toujours eu tendance à casser la plupart des objets qu’il avait entre les mains. Timide, il n’avait jamais fait grand cas de ses maladresses, cachant ainsi son atout. Tandis que Manon se réjouissait de découvrir tout cela, elle eut l’impression qu’une ombre passait au-dessus d’elle. Elle senti ensuite son esprit bouger avec celui de Zaven, comme s’ils étaient secoués de l’extérieur.

 

_ Manon réveille-toi, Manon il faut rentrer ! Dit fermement Solenne en la secouant. La même opération se répétait auprès de Zaven avec son frère, mais aucun ne répondit. 

 

Manon était comme dans des limbes, comme dans une des illusions de son père. Emprisonnée dans l’esprit de Zaven, elle était perdue. Son corps percevait l’extérieur mais plus son esprit. Pire, elle sentait Zaven totalement en veille comme si elle avait pris sa place dans son corps. Manon avait la gorge nouée, elle voulait crier mais personne ne l’entendait. Ils étaient dans une sorte de coma, égarés. C’était peut-être le prix à payer pour ne pas avoir respecter l’intimité de son ami. Soudain, une lumière blanche lui parvenu à travers les souvenirs de Zaven. Cette lueur était comme imbriquée dans leurs deux êtres, tel un point commun qui les reliait.

 

Manon ne mit pas longtemps à comprendre ce qu’elle représentait. A l’image de son teslman, elle évoquait Solenne. Il était logique que Solenne ait cette influence sur sa sœur mais si elle avait la même sur Zaven, c’est qu’ils étaient bien âme-sœurs. A distance, leurs telsmans s’étaient comme liés. Ils s’appelaient pour ne faire qu’un. Manon suivit alors la lumière blanche jusqu’à ce qu’elle soit de plus en plus forte et inévitable. A présent, elle entendait sa sœur en écho et dans son esprit et dans celui de Zaven.

 

_ Manon réveille-toi, Manon, Manon ! 

 

 Manon senti le contact du telsman de Solenne lui toucher la peau alors qu'elle était plongée sur elle. Elle ouvrit de grands yeux après avoir ressenti une onde de choc et de lumière à ce contact. Au même moment, Zaven pris une grande inspiration comme s'il avait été en apnée et ouvrit les yeux à son tour. Ils se redressèrent ensemble, de concert. Devant les regards interloqués de sa sœur et de son frère, Ils se dévisagèrent. Manon était allée trop loin. Elle avait laissé une trace dans l'esprit de Zaven. Elle pût lire dans ses pensées qu'il s'en souvenait et qu'à présent il savait son secret. Instinctivement Manon se mordit la lèvre, marquant ainsi son inquiétude. Zaven lui sourit et elle aperçut dans ses pensées une simple image de lui avec un doigt sur la bouche lui disant ''chut''. Lui aussi, il garderait son secret.    

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
AliceH
Posté le 23/05/2020
Salut !
J'aime beaucoup l'univers mais j'ai quelques soucis à la lecture :

- Il y a des fautes de frappes ou d'accord assez régulières (sûrement des fautes d'attention, j'en fais beaucoup moi-même) comme dans "Manon avait user" au lieu de "Manon avait usé".

- Les majuscules dans les incises, ça s'écrit avec des minuscules ("blablabla" dit Truc au lieu de "blablabla" Dit Truc). Après je sais que OpenOffice met des majuscules par défaut derrière certains points donc il faut soit corriger derrière ou chercher comment empêcher cette correction automatique relou.

- Il y a beaucoup de virgules qui me semblent inutiles. Certes, ça permet de faire respirer la phrase mais dans pas mal d'entre elles, ça "hache" la lecture assez inutilement comme dans "Si sur eux, elle avait toujours utilisé sa télépathie pour lire dans leurs pensées, elle pensait, aujourd’hui, être capable de rentrer dans leurs têtes pour y déclencher une action.", je trouve que les virgules autour de "aujourd'hui" rendent la phrase et la lecture moins fluide.

Je vais continuer à lire ton histoire tout de même, ça va me faire du bien de changer d'univers ce soir (je suis très patraque haha). Bon courage et beau boulot !
AliceH
Posté le 23/05/2020
Preuve de mes fautes d'inattention, mon deuxième point... J'ai changé de tournure de phrase en plein milieu de mon commentaire...
ludivinecrtx
Posté le 23/05/2020
Coucou Alice !

Je suis dyslexique et du coup il peut y avoir pas mal de fautes d'inattention,etc. Je vais essayer de me corriger mais à force de lire et de relire, je ne les vois plus.

Pour les majuscules je sais mais j'ai arrêté de le faire à cause du logiciel ahaha.

Je note pour les virgules !

J'espère que l'histoire te plais quand même malgré tout ? Je te préviens les autres chapitres ne sont pas encore réécrit et tu pourras trouver mon style plus lourd et moins direct...

Oh j'espère que ça va aller quand même ! Une bonne nuit de sommeil te fera du bien !
AliceH
Posté le 24/05/2020
Ah je compatis pour les fautes, j'ai plus ou moins le même souci (sauf que j'ai un trouble de l'attention) !

Oui, j'aime beaucoup l'univers, on sent dès le début que tu l'as bien bossé avant d'écrire et que tu fais pas tout à l'aveugle, ce qui est super ! Ça prouve que t'es vraiment dédiée à ton travail.

Merci ♥
ludivinecrtx
Posté le 24/05/2020
C'est une histoire que j'ai imaginé gamine donc j'y ai beaucoup réfléchi et e. Grandissant elle a mûri avec moi et encore plus avec mon besoin de l'écrire !
J'espère que ça va mieux !
LysKrysler
Posté le 13/05/2020
Intéressant comme chapitre, on en découvre plus sur les pouvoir de Manon ! Je trouve que tu as tendance à faire des phrases très courtes, c'est peut-être juste moi mais ça saccade un peu la lecture ^^ j'aime beaucoup le personnage de Zaven :)
ludivinecrtx
Posté le 14/05/2020
Coucou !

Oui, on en découvre enfin un peu plus sur Manon et son don.

Ah bon ? Jusqu'ici on m'avait reproché mais longues phrases ^^ mais je note.

Et merci pour Zaven ;)
Eryn
Posté le 05/05/2020
Ce premier paragraphe est beaucoup plus clair.
Idem que pour l’autre, je pense vraiment que les « cependant », donc, c’était pourtant sont un peu trop utilisés. Ce sont des mots que j’utilise aussi, mais là je trouve qu’il y en a trop.

Nazar pouvait //pourtant// = j’enlèverai le pourtant !

Il aimait Manon plus que de raison. Quand il l’a vu arriver vers lui, sa mâchoire carrée se détendit pour lui offrir son plus beau sourire
= concordance des temps bordélique : tu nous fais passer de l’imparfait (aimait) au passé composé (l’a vu – d’ailleurs il manque un « e » à vue, à moins que ce soit « quand il la vit ? ») puis carrément passé simple ?

Tu emploies beaucoup de « tendrement » = je crois qu’on a compris ce qu’il pense d’elle !
 elle comprit et souri = et sourit = temps !
 dans lesquels il pût y lire un sourire.  = dans lesquels il put lire / sans le y, ça fait redondant
Je note au passage qu’on voit les sentiments de Nazar pour elle, mais pas les siens pour lui.
Manon Agape et Nazar Bauthmy = les noms de famille devraient être cités rapidement au début, mais là on est déjà trop tard, non ?
ludivinecrtx
Posté le 05/05/2020
Là c'est non réécrit et le premier jet mais je trouve juste que je suis un peu dans le passif et à terme je veux être plus dans l'action, le ressenti de mes perso.

J'avais pas mal de répétitions, et encore j'en ai enlevé !!!

Oui c'est le but, Nazar est le plus attaché, la relation va se développer ainsi. C'est pour ça que je tenais à insister sur sa vision d'elle mais j'en ai peut être un peu trop dit ^^ ;

Oui c'est vrai pour les noms je pourrais les mettre au début et non à la fin.

J'espère que ça ne t’empêchera pas de continuer !
Eryn
Posté le 08/05/2020
En fait j'ai encore plein de remarques, c'est un peu le bazar, prends ce qui te convient...

Une remarque qui me vient quand je lis ton premier dialogue : je pense que tu pourrais l’alléger pour le rendre plus vivant : il n’y a pas besoin d’incises à chaque parole, de plus que c’est un dialogue entre deux personnes, donc on sait qui répond à qui !

« _ Tout va bien répondit-elle, je ne t'ai pas vu ce matin au marché continua Manon. Tu avais mieux à faire, comme prendre le soleil dans ton jardin ? Demanda-t-elle d'un air accusateur, tout en se perdant dans ses yeux bleus. » = Continua manon / demanda-t-elle …

_ Tu sais bien que je n'aurais pas perdu une occasion de te voir si je n'avais pas eu une bonne raison ! Répondit-il en l’emmenant jusqu'à une maisonnette en bois qui servait de débarras au fond du jardin.  // Répondit-il (bah on sait que c’est lui qui répond!)
_ Ferme les yeux Manon. Ajouta-t-il. // Ajouta-t-il
_ Sérieusement ? Demanda Manon tout en fermant les yeux. // Demanda Manon

Grammaticalement ce n’est pas mauvais, mais mettre une incise (dit-elle, demanda-t-il, ajouta-t-il, s’exclama-t-elle en se recoiffant…) alourdit le texte. Par contre les interruptions du dialogue (un petit bout d’action entre deux paroles) au contraire, sont nécessaires (tu l’as fait d’ailleurs). Ça ne veut pas dire qu’il faut tout retirer, mais tu peux alléger ! Des fois ça dynamise le texte d’avoir :

- Tout va bien ! Je ne t’ai pas vu ce matin au marché, tu avais mieux à faire, comme prendre le soleil dans ton jardin ? Demanda-t-elle d'un air accusateur, tout en se perdant dans ses yeux bleus. 
_ Tu sais bien que je n'aurais pas perdu une occasion de te voir si je n'avais pas eu une bonne raison !
Il l’emmena (…)
- Ferme les yeux, Manon ! (pas besoin de ajouta-t-il, ils ne sont que deux, donc on se doute bien que ce n’est pas Manon qui se parle à elle même, à moins qu’elle ait un trouble de la personnalite^)
- Sérieusement ?
Manon ferma les yeux (…)

à ce contact elle comprit et souri. = et sourit

 Leurs corps ressemblaient ainsi à des aquarelles monochromes. = le « ainsi » n’est pas nécessaire / c’est du détail.
Elle avait été remise à Hestia la nuit de sa naissance alors qu'elle était enceinte de Manon et qu'elle se promenait ici même à l'étang Montcelle. L'enfant avait été donné en main propre à Hestia. = ça fait une redite entre « elle avait été remise » et juste derrière « elle avait été donnée en main propre »

en touchant l'enfant elle avait lu en elle qu'elle portait un héritage important indicible du leur.  = indicible ?

une lueur espiègle passer dans le regard complice = espiègle et complice, ça fait redite
Elle avait donc peur. 

C’est pas un peu euh… Enfin aller fouiner comme ça dans l’esprit des gens, c’est hyper intrusif, c’est encore plus intime que d’aller fouiller dans un journal intime et elle, elle fait ça comme ça tranquille ! On ne lui a jamais dit que c’était pas bien ?
ludivinecrtx
Posté le 08/05/2020
Re!

Décidément, ce chapitres t'a marqué ! ^^

Oui je suis en train de le réécrire, je sais qu'il est très lourd et puis j'inclus beaucoup de choses sur Solenne et je pourrais le faire différemment, je suis en train d'y réfléchir !

Indicible, je veux dire qu'elle a vu que le destin de Solenne était lié a celle de la famille agape, de par les ancêtres du bébé.

Oui après c'est une adolescente, on vient de lui dire qu'il ne fallait pas qu'elle utilise son pouvoir, qu'elle le ferait avec son père mais elle a envie d'apprendre par elle même du coup elle tente si un ami à elle. Après, elle ne pensais pas aller si loin et ne t'inquiètes pas, elle va s'en mordre les doigts de l'avoir fait ! Si tu lis le prochain chapitre. Enfin je préviens, le chapitre 3 est très lourd aussi, j'ai un gros travail de réécriture dessus.
Eryn
Posté le 08/05/2020
D'acc ! bon je vais aller voir ça. Encore une fois, tes chapitres sont longs, donc je risque de pas avancer très vite...
Lucchiola
Posté le 25/02/2020
Coucou ! Bon a défaut d’avoir du temps pour relever toutes les petites erreurs, je vais me pencher sur le sens.

Déjà, j’aime beaucoup ton idée d’âmes sœurs. Je pressens un paradoxe entre ce qui est destiné et ce qui devra vraiment être !

Concernant le passé de la maman (d’ailleurs je rejoins Renarde mais je crois te l’avoir déjà dit : avec ou sans le H alors ?! XD ça me rappelle que Hestia a un rôle dans la mythologie Grecque... est-ce lié ??!) c’est en effet très éprouvant... il y a forcément un lien entre la suite de l’histoire et l’étonnant passé de Solenne. Concernant celui-ci, je me demande si tu n’en as pas trop dit justement. Peut être devrais tu éparpiller les annonces sur ses origines (ce que tu vas faire déjà je m’en doute) mais ne pas révéler les couleurs de son Telsman dans un discours passif. Peut être faire intervenir des gens dans un marché qui critiquent à messes basses le choix d’Hestia de l’avoir gardé malgré Toutes des différences.. ça fait un peu cliché (HAHA) mais ça pourrait marcher. Parce que du coup je trouve qu’être trop dans l’énonciation et le discours passif retire de l’ampleur et de la profondeur à tes annonces !

Il y a une chose que je n’ai pas très bien saisie, c’est ce qui se passe entre Manon et Zaven. J’ai relu et je me suis imaginée la scène alors j’ai fini par capter, mais peut être que modifier le texte en allégeant les descriptions serait utile. Je sais pas trop, il faudrait que je le relise encore une fois pour surligner les passages trop « glaçage au chocolat » si tu vois ce que je veux dire !

Concernant ton écriture, on en a déjà parlé et je pense comme tu dis qu’il y a des pistes qui montrent que l’ensemble s’allège un peu. Nhesites pas à aerer un peu tes paragraphes aussi !

J’aime beaucoup les indices que tu jettes sur la relation entre les sœurs, entre leurs amours et ces castes qui régissent le monde!

J’ai hâte de connaître la fin haha
ludivinecrtx
Posté le 25/02/2020
Re toi ^^

Ah tu es la première ou l'une des première à relever ce paradoxe alors j'en suis contente mais tu verras au fur et à mesure où je vous emmène avec cela !

Je pensais déjà avoir corrigé pour son prénom... C'est bien HESTIA >< et oui il y a bien un lien avec la mythologie grecque et il est voulu. ^^

Oui il y a lien effectivement et les origines de Solenne sont le fondement de cette histoire en vrai. En réalité je n'ai pas dit grand chose sur Solenne, si peu par rapport à ce qu'elle est mais je devrais peu être le disséminer plus finement. Je pense que tu as raisons sur le discours passif et que ce serait plus intéressant lors d'une action où autre mais je reprendrais cela à la fin de ce tome je pense. Une fois toutes les cartes en mains, je pense qu'il me sera plus facile de changer ce genre de chose et mieux gérer mes annonces. Même si tu verras, je m'améliore avec le temps je trouve !!! Peu être tu pourras me donner ton avis quand j'en serais a la phase réécriture.. encore lointaine certes mais comme tu as soulevé plusieurs idées intéressantes ;).

Oui je voulais à tout prix placer les descriptions de mes perso et c'est vrai que ça alourdi le texte du coup. Je vois ce que tu veux dire, on se comprends ;).

Oui, je les ai pas repris depuis, mais tu verras en avançant que j'ai fait de plus petit paragraphe maintenant !! Tu n'es pas la première à me faire la remarque ahaha. Depuis, c'est beaucoup mieux ^^.

Contente que tu ai apprécié et souligné déjà les problèmes qu'ils pouvaient y avoir avec mon monde : les âmes soeurs et les castes qui régissent mon univers :).
Ahaha tu verras, je pense pas que vous soyez prêtes.. Tu connais mon amour pour la difficulté et la souffrance XD
Renarde
Posté le 15/11/2019
Coucou ludivinecrtx,

ça l'avait énervé plutôt qu’apaiser ou charmé -> ça l'avait énervéE plutôt qu’apaisÉE ou charméE.
la pente qui mené au point d'eau -> menait
sous vêtement -> sous-vêtements
L'eau était bleue et laissé des traces -> laissait
Endza et Solenne étaient curieuse -> Endza et Solenne étaient curieuseS
Manon vit une lueur espiègle passait dans -> passer
rien ne lui avait échappait. -> échappé
elle n'aurait peut-être d'ailleurs jamais été accepté -> acceptée
tailler dans la pierre. -> taillés
Son corps percevrait l'extérieur -> percevait

Tu écris à la fois Estia et Hestia. Il faudrait te décider pour l'orthographe de ce nom (j'aime mieux avec le H perso ^_^)

Il faudrait que tu fasse également attention aux répétitions (ma bête noire !), j'ai trouvé qu'il y en avait beaucoup dans ce chapitre.

Sinon, les similitudes entre ton récit et le mien me font sourire, même s'il est encore bien trop tôt dans mon histoire pour que tu voies de quoi je veux parler ;-)

Manon a franchi la ligne rouge, heureusement que Solenne était présente pour la rattraper. Il faudrait qu'elle s'ouvre à son père pour pouvoir maîtriser son don. Tous ne seront pas aussi gentil et à priori discret que son frère !

Quant à Solenne, elle est bien mystérieuse...
ludivinecrtx
Posté le 15/11/2019
Oui je sais, on me l'a déjà. Surtout dans la description de Nazar je crois.. Je vais reprendre ce chapitre!

Oui c'est bien Hestia. C'est une réfèrence à une Déesse Grecque. Déesse de la famille et du foyer. D'ailleurs beaucoup de mes prénoms / noms ont une signification importante.... Je dis pas lesquelles ^^.

Je vois déjà quelques similitudes:
_déjà il y a un élu,
_ On parle également d'aura (Namon a une aura bleutée),
_Le rôle d'élu n'est pas spécialement attrayant... Tant de responsabilités, de soucis.

Il y en a encore une ou deux que j'ai relevé mais c'est dans mon prochain chapitre alors je spoile pas !!

Je suis contente que tu soulignes le rôle de son père, il va être tellement important.

Solenne.. c'est juste une jeune ingénue...
Non, évidemment, elle a une histoire très mystérieuse.
UnePasseMiroir
Posté le 13/11/2019
Eh ben, un chapitre plein de romance et de couple ! J'aime déjà bien Nazar (oui je m'attache rapidement aux personnages lol). par contre fait attention dans le premier paragraphe, quand tu le décris, les répétitions de "jeune homme" à chaque phrase sont un peu lourdes.

Ah ben bravo Manon, on teste son don et on fait n'importe quoi ! Pour un premier essai, on peut dire que c'est pas glorieux... XD J'espère que Zaven est digne de confiance, parce que sinon la pauvre va avoir des ennuis... quoique même sans ça je pressens qu'elle va en avoir, des ennuis.

Bref, ton histoire commence super bien et c'est très intéressant ! Tu as une suite en route ? ;)
Bisous et bon courage !
ludivinecrtx
Posté le 13/11/2019
Oui j'ai remarqué en relisant... Je le suis dis va falloir que j'use des synonymes...

Ahaha oui je crois que de toute façon les ennuis c'est la destinée de Manon.. sans vouloir trop en dire lol

Je suis a la moitié du chapitre 3 mais j'avais fait une pause n'étant pas certaine de mes deux premiers chapitres !

Et je pense au final faire une trilogie pour toutes l'histoire 🙂
Vous lisez