Chapitre 2 - L'éveil

Manon était partie pour aller rejoindre Nazar, son âme sœur. Etant donné qu'il jouait un rôle dans la croissance de leur pouvoir, il n'était pas rare pour les élus de découvrir leur âme sœur assez jeune. Pour Nazar et Manon ce fût cependant très précoce. Leur famille le découvrit alors qu’ils ne partageaient encore qu'un berceau quand leurs deux telsmans se rejoignirent pour n'en former qu'un le temps d'un instant. Nazar était le fils de la meilleure amie d'Hestia. Âgé de presqu'un an de plus que Manon, ils avaient grandi ensemble. Les deux familles étaient très proches. Le blondinet était l'ainé de sa famille, le futur héritier avec son frère de l'usine familiale d'automobile. On pouvait se demander pourquoi Manon et Nazar étaient prédestinés l'un à l'autre. En réalité, ils se ressemblaient peu. Lui, il n'était pas timide. Il avait plutôt l'habitude d'attirer l'attention de par son rang social et sa beauté. C'était un homme élancé et assez musclé. Il n'avait d'yeux que pour Manon. Cependant il adorait plaire et pouvait être un peu beau parleur envers la gente féminine. Cela avait d'ailleurs le don d’agacer Manon. Elle voyait cela comme une perte de temps.  Ses numéros de charme lui permettaient cependant d'obtenir souvent tout ce qu'il souhaitait à moindre efforts. Il n'avait donc pas l'habitude de courir après les gens. C'était pourtant ce qu'il avait l'impression de toujours devoir faire avec Manon. Quand bien même c'était son âme sœur, elle lui résistait. 

Nazar pouvait pourtant modifier les émotions des autres à travers le toucher. Ça n'avait jamais fonctionné sur Manon. C'était plutôt l'inverse. A chaque fois qu'il avait essayé d'user de son pouvoir sur elle ça l'avait énervée plutôt qu’apaisée ou charmée. C'était pourtant son truc à lui. Son don Nazar s'en servait très souvent. Il ne comprenait pas que Manon n'en fasse pas autant. Il avait beau avoir l'impression de la connaître sur le bout des doigts, il avait toujours la sensation qu'elle lui échappait un peu. Il y avait quelque chose en elle qui, certes l'attirait, mais qu'il ne comprenait pas et ne maitrisait pas. Il ne savait d'ailleurs pas grand-chose du don de Manon. Du peu qu'il savait, il avait l'impression que leurs dons n'étaient peut-être pas si différents. Pour lui elle devrait s'en servir à sa guise. Il aimait Manon plus que de raison. Quand il l’a vu arriver vers lui, sa mâchoire carrée se détendit pour lui offrir son plus beau sourire. La semaine passée ne leur ayant pas laissés beaucoup de temps pour se voir, il était heureux de la retrouver. Il s'avança vers elle et l'attira dans ses bras pour l'embrasser. Il passa une main dans sa chevelure brune et indisciplinée et lui demanda comment ça allait. 

_ Tout va bien répondit-elle, je ne t'ai pas vu ce matin au marché continua Manon. Tu avais mieux à faire, comme prendre le soleil dans ton jardin ? Demanda-t-elle d'un air accusateur, tout en se perdant dans ses yeux bleus. 

Le jeune homme lui sourit tendrement et lui tendit la main pour l'entrainer à l'arrière de sa maison. Il habitait dans une grande maison en pierres qui trônait fièrement sur la place centrale du village, là où s'était tenu le marché. 

_ Tu sais bien que je n'aurais pas perdu une occasion de te voir si je n'avais pas eu une bonne raison ! Répondit-il en l’emmenant jusqu'à une maisonnette en bois qui servait de débarras au fond du jardin. 

_ Ferme les yeux Manon. Ajouta-t-il. 

_ Sérieusement ? Demanda Manon tout en fermant les yeux. 

  Nazar lui mit quand même une main devant les yeux mais à ce contact elle comprit et souri. Elle avait vu, par ce toucher et avant qu'il n'ouvre la porte du cabanon, ce qu'il avait fait pour elle. Manon voyait sa matinée dans son esprit et elle le découvrit en train de lui fabriquer une nouvelle bicyclette bleue à partir des restes de la sienne qu'elle avait déjà fortement usée. Manon le remercia avant même qu'il enlève sa main puis le pris dans ses bras en lui embrassant le cou. 

_ Alors elle te plait ? Lui demanda-t-il. Nazar regarda tendrement les yeux verts de Manon dans lesquels il pût y lire un sourire. 

 

Après cet échange, les amoureux partirent à vélo avec Zaven, le petit frère de Nazar. Ils passèrent l'après-midi tous ensemble avec les sœurs de Manon, comme à l'accoutumée. Ils passèrent le reste de la journée à plusieurs kilomètres de leur village, à l'étang Montcelle.  C’était un des rares point d'eau de la région qui n'était pas souterrain. La région de Zorrèce, où vivait Manon Agape et Nazar Bauthmy ainsi que la plupart des Kalokas, était connue pour ses grandes forêts et sa nature verdoyante. Cependant elle était peu propice à la baignade. L'étang Montcelle était donc un endroit très prisé, surtout en été et tout le monde aimait s'y retrouver. Avant, on avait même considéré cet étang comme sacré. C'était l'un des rares vestiges naturels ayant survécu à l'ancienne civilisation. Certains Siréliens rapportaient d'ailleurs que c'était ici même que la Déesse Namon était apparue pour la première fois sur cette terre, avant d'aller chercher les trois premiers Siréliens. Mythe ou réel fait historique, peu importait pour Manon, c'était son lieu préféré. Il était, tout comme son village, surmonté par la chaine des monts des Monéyiéres. Cette vue l'avait toujours apaisée. 

 

Les cinq adolescents avaient posé leur vélo en amont de l'étang pour descendre à pied la pente qui menait au point d'eau et se mettre en sous-vêtements. Les garçons portaient des caleçons en lin et les filles des brassières assorties à leur culotte blanche. Une fois changés ils plongèrent directement dans l'étang après avoir pris leur élan. L'eau était bleue et laissait des traces au contact de la peau, leurs corps ressemblaient ainsi à des aquarelles monochromes. En sortant de l'eau des arabesques bleues se dessinaient sur les corps et les tissus des baigneurs pour s'estomper en séchant. Sur la peau laiteuse de Manon le contraste était encore plus saisissant. Endza et Solenne étaient curieuses de la discussion que la grande sœur avait eu avec leur père. Manon ne se confia pleinement qu'à Solenne. Elle partageait avec cette dernière une immense complicité. Même si sa sœur avait été adoptée, elle se sentait plus proche d'elle que de sa sœur de sang, Endza. Cela avait tendance à rendre jalouse cette dernière. Solenne était née 4mois avant la naissance de Manon. Pourtant elle s'était toujours comportée comme sa petite sœur. Non l'inverse. Elle avait toujours paru fragile aux yeux de tous. Son amour pour le bavardage forçait encore plus son portrait de jeune ingénue. Contrairement à Manon, elle était blonde avec des cheveux extrêmement longs et lisses. Elle avait de jolis yeux bleus et un corps très filiforme. On ne connaissait pas ses origines. Elle avait été remise à Hestia la nuit de sa naissance alors qu'elle était enceinte de Manon et qu'elle se promenait ici même à l'étang Montcelle. L'enfant avait été donné en main propre à Hestia. Une jeune femme lui avait laissé une couverture blanche aux fils argentés dans laquelle était emmailloté le bébé ainsi qu'un telsman en or blanc avec une pierre blanche aux légers reflets colorés. On avait tout de même associé Solenne à la famille des Kalokas. Bien que son telsman n'était pas fait d'or jaune ni d'une topaze, il s'en rapprochait plus que des autres familles. Un grand mystère entourait cette adoption. Paskhal avait fait taire les ragots et reconnu l'enfant la considérant comme sa fille. Hestia après de nombreuses fausses couches, avait enfin réussi à avoir plusieurs enfants. C'était donc le ''prix'' à payer pour avoir réussi à enfanter. En effet, même s'il n'existait aucun culte ou religion dans le nouveau monde, Hestia avait prié la déesse pour avoir des enfants. Lorsqu'elle fût enceinte de son second enfant et qu'une femme mystérieuse lui apporta Solenne, elle fût reconnaissante du destin et l'accepta. A l'instant où elle avait pris l'enfant dans ses bras et bien qu'elle ne lût pas l'avenir, elle avait su qu'avec son futur enfant, elles seraient inséparables.  Hestia n'avait jamais rien dit de plus à son mari, ni décrit la mystérieuse femme. Elle s'était contentée de l'élever comme sa fille et la considérer comme la jumelle de son second enfant. Paskhal avait appris à faire pareil. Hestia lui avait seulement avoué qu'en touchant l'enfant elle avait lu en elle qu'elle portait un héritage important indicible du leur. 

 

C'était donc tout naturellement que, par la pensée, Manon raconta à Solenne tout ce qui s'était passé avec leur père tandis qu'elle occulta certains passages dans le récit qu’elle faisait à l'oral à Endza. A la fin de son récit, Manon vit une lueur espiègle passer dans le regard complice de sa sœur adoptive.  Elle lui demandait de passer à l'action en regardant leurs amis jouer. Après tout elle avait, en quelque sorte, reçu le feu vert de son père pour en apprendre plus sur ses pouvoirs. Pourquoi ne pas s'en servir pour taquiner les frères Bauthmy ? Manon avait toujours utilisé son don uniquement pour lire dans les pensées de Nazar ou Zaven, jamais pour rentrer dans leur tête et y déclencher une parole ou une action. Elle avait donc peur. Toutefois Solenne et Arthur lui ayant déjà servi de cobaye volontaire à de nombreuses reprises, elle savait qu'elle en était capable. Les deux frères s'amusaient au bord de l'eau quand soudain Nazar tomba à la renverse. Il fît un plat au contact de l'eau. Solenne se mit à applaudir. Le jeune homme pensait qu'elle se moquait et fit la moue. Cependant, en applaudissant, c'était bien sa sœur qu'elle félicitait. Endza se sentant mise à l'écart, préféra rentrer laissant ses sœurs dans leurs expérimentations secrètes. Bien qu'elle eût le même âge que Solenne, Manon se comportait comme son ainée et la maternait. Elle aimait voir son regard insouciant et jouer des tours à Nazar ou à Zaven; lui déclenchait son rire d'enfant. Manon était plus mature et trouvait ça aussi futile qu'amusant mais elle aimait voir rire sa sœur. Si au départ elle en avait peur, à chaque fois elle sentait un grand potentiel énergétique quand elle usait de son don. C'est alors qu'elle se demanda si elle réussissait à faire vaciller un corps en donnant simplement l'ordre à l'esprit de glisser, jusqu'où pouvait elle aller pour manipuler une personne ? 

Manon était intelligente et pouvait se montrer très déterminée. Elle avait besoin d'en savoir plus sur elle. Pas de se faire prendre. Elle attendit la fin de l'après-midi alors qu'un des frères s'assoupisse pour tester au mieux ses pouvoirs sans public. Le premier fût le cadet. Elle entreprit alors de s'infiltrer dans l'esprit de Zaven alors qu'il bronzait au soleil la tête sur le ventre de Solenne. Manon ferma les yeux et situa l'esprit de sa cible. Elle entra dans la tête de Zaven et se sentit comme dans un musée. Elle y percevait sa respiration, son rythme cardiaque mais aussi ses pensées du moment. Il pensait d'ailleurs à Solenne. Il était amoureux d'elle et espérait bientôt que leur évidence serait révélée. Manon poussa plus loin sa recherche dans son esprit. Elle y vit beaucoup plus d'images de sa sœur mais aussi de toute sa famille et de la sienne. Elle voyait aussi des souvenirs récurrents comme le jour où il s'était cassé le nez en voulant la défendre elle et sa sœur. Zaven avait le cœur sur la main. Il était moins à l'aise en société que son frère et connu pour son caractère bourru. Physiquement il était très trapu avec un buste large et une mâchoire très carrée.  Solenne le rattrapait au niveau taille contrairement à son frère qui lui avait presque deux têtes de plus qu'eux.  Leurs cheveux blonds et leurs yeux bleus étaient assortis bien que le corps longiligne de Solenne et la carrure carrée de Zaven s’opposaient. Manon souriait en voyant ces images. Elle poussa si loin son expérimentation qu'elle avait fini par tout connaître de lui et de son quotidien. Ses goûts, ses habitudes, ses craintes, ses attentes et son don, rien ne lui avait échappé. Zaven était l'un des rares jeunes qui n'avait pas encore développé son pouvoir. 

En général, les premiers sauts d'énergie se déployaient quand les dix ans approchaient. Si ça avait été très précoce pour Manon, Zaven lui était plutôt en retard du haut de ses 15ans. Elle avait vu qu'il se confiait beaucoup à Solenne qui le comprenait. Solenne avait souvent été mise à l'écart par les Kalokas, de par son adoption et l'apparence de son telsman. Si en revanche sa famille et ses amis n'avaient jamais fait de différence, Solenne avait tout de même tendance à ne pas se sentir à sa place. Sans Manon et Paskhal, elle n'aurait peut-être d'ailleurs jamais été acceptée. Si Solenne avait développé un pouvoir de voyance, celui-ci restait léger et ses visions étaient peu loquaces. Son don était souvent influencé par les phases de la lune.  Malheureusement, cela la rendait encore plus risible auprès des autres Siréliens, qui eux, usaient de leur pouvoir à n'importe quel moment. En réalité, le don de Zaven avait déjà fait surface. Il ne s'en était pas réellement rendu compte. Les dons des Kalokas ne répertoriaient pas seulement des pouvoirs de l'esprit mais aussi du corps. Comme Endza ou Arthur, le jeune homme avait un don qui influençait ses capacités physiques. Chez lui ça s'était traduit par une musculature très précoce pour son âge avec un buste dessiné mais surtout des bras qu'on aurait dit taillés dans la pierre. Tout son talent y résidait déjà. Il avait une force surhumaine dans le haut du corps et ça décuplait la force de ses bras. Il n'avait juste jamais eu besoin de mettre cette force à profit. Cependant, il avait tendance à casser la plupart des objets qu'il touchait et bon nombre de poignées, verres ou assiettes ne lui avaient pas résisté. Zaven était timide, plutôt gauche et surtout gentillet. Il n'avait donc pas fait grand cas de ses maladresses et jamais mit en avant ses atouts. Une ombre passa au-dessus du regard de Manon. Elle senti bouger son esprit et celui de Zaven, comme s’ils étaient secoués. 

_ Manon réveille-toi, Manon il faut rentrer ! Dit fermement Solenne en la secouant. La même opération se répétait auprès de Zaven avec son frère, mais aucun ne répondit. 

 

Manon était comme dans des limbes, comme dans une des illusions de son père. Elle était perdue dans l'esprit de Zaven. Son corps percevait l'extérieur mais plus son esprit. Pire elle sentait l'esprit de Zaven totalement en veille comme si son esprit à elle avait pris place dans son corps à lui. Manon avait la gorge nouée. Elle criait mais personne ne l'entendait. Zaven était comme dans un coma. Elle, elle était égarée dans ses limbes. Seule une lueur blanche persistait à lui parvenir à travers les souvenirs de Zaven. Cette lumière était imbriquée dans tous les souvenirs de l'adolescent ainsi que dans les siens à elle. C'était leur plus grand point commun. Il représentait Solenne. C'était évident, si Solenne pouvait apparaître si clairement dans les limbes de son esprit, elle était bien l'âme sœur de Zaven. A distance, leurs telsmans s'étaient comme liés. On aurait dit que le telsman de Solenne les sollicitait tous les deux. Il les appelait pour ne faire qu'un. Manon suivit alors la lumière blanche jusqu'à ce qu'elle soit de plus en plus forte et inévitable. Elle entendit sa sœur en écho et dans son esprit et dans celui de Zaven. 

_ Manon réveille-toi, Manon, Manon ! 

  Manon senti le contact du telsman de Solenne lui toucher la peau alors qu'elle était plongée sur elle. Elle ouvrit de grands yeux après avoir ressenti une onde de choc et de lumière à ce contact. Au même moment, Zaven pris une grande inspiration comme s'il avait été en apnée et ouvrit les yeux à son tour. Ils se redressèrent au même moment. Devant les regards interloqués de sa sœur et de son frère, Ils se dévisagèrent. Manon était allée trop loin. Elle avait laissé une trace dans l'esprit de Zaven. Elle pût lire dans ses pensées qu'il s'en souvenait et qu'à présent il savait son secret. Instinctivement Manon se mordit la lèvre, marquant ainsi son inquiétude. Zaven lui sourit et elle aperçut dans ses pensées une simple image de lui avec un doigt sur la bouche lui disant ''chut''. Lui aussi, il garderait son secret.    

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Renarde
Posté le 15/11/2019
Coucou ludivinecrtx,

ça l'avait énervé plutôt qu’apaiser ou charmé -> ça l'avait énervéE plutôt qu’apaisÉE ou charméE.
la pente qui mené au point d'eau -> menait
sous vêtement -> sous-vêtements
L'eau était bleue et laissé des traces -> laissait
Endza et Solenne étaient curieuse -> Endza et Solenne étaient curieuseS
Manon vit une lueur espiègle passait dans -> passer
rien ne lui avait échappait. -> échappé
elle n'aurait peut-être d'ailleurs jamais été accepté -> acceptée
tailler dans la pierre. -> taillés
Son corps percevrait l'extérieur -> percevait

Tu écris à la fois Estia et Hestia. Il faudrait te décider pour l'orthographe de ce nom (j'aime mieux avec le H perso ^_^)

Il faudrait que tu fasse également attention aux répétitions (ma bête noire !), j'ai trouvé qu'il y en avait beaucoup dans ce chapitre.

Sinon, les similitudes entre ton récit et le mien me font sourire, même s'il est encore bien trop tôt dans mon histoire pour que tu voies de quoi je veux parler ;-)

Manon a franchi la ligne rouge, heureusement que Solenne était présente pour la rattraper. Il faudrait qu'elle s'ouvre à son père pour pouvoir maîtriser son don. Tous ne seront pas aussi gentil et à priori discret que son frère !

Quant à Solenne, elle est bien mystérieuse...
ludivinecrtx
Posté le 15/11/2019
Oui je sais, on me l'a déjà. Surtout dans la description de Nazar je crois.. Je vais reprendre ce chapitre!

Oui c'est bien Hestia. C'est une réfèrence à une Déesse Grecque. Déesse de la famille et du foyer. D'ailleurs beaucoup de mes prénoms / noms ont une signification importante.... Je dis pas lesquelles ^^.

Je vois déjà quelques similitudes:
_déjà il y a un élu,
_ On parle également d'aura (Namon a une aura bleutée),
_Le rôle d'élu n'est pas spécialement attrayant... Tant de responsabilités, de soucis.

Il y en a encore une ou deux que j'ai relevé mais c'est dans mon prochain chapitre alors je spoile pas !!

Je suis contente que tu soulignes le rôle de son père, il va être tellement important.

Solenne.. c'est juste une jeune ingénue...
Non, évidemment, elle a une histoire très mystérieuse.
UnePasseMiroir
Posté le 13/11/2019
Eh ben, un chapitre plein de romance et de couple ! J'aime déjà bien Nazar (oui je m'attache rapidement aux personnages lol). par contre fait attention dans le premier paragraphe, quand tu le décris, les répétitions de "jeune homme" à chaque phrase sont un peu lourdes.

Ah ben bravo Manon, on teste son don et on fait n'importe quoi ! Pour un premier essai, on peut dire que c'est pas glorieux... XD J'espère que Zaven est digne de confiance, parce que sinon la pauvre va avoir des ennuis... quoique même sans ça je pressens qu'elle va en avoir, des ennuis.

Bref, ton histoire commence super bien et c'est très intéressant ! Tu as une suite en route ? ;)
Bisous et bon courage !
ludivinecrtx
Posté le 13/11/2019
Oui j'ai remarqué en relisant... Je le suis dis va falloir que j'use des synonymes...

Ahaha oui je crois que de toute façon les ennuis c'est la destinée de Manon.. sans vouloir trop en dire lol

Je suis a la moitié du chapitre 3 mais j'avais fait une pause n'étant pas certaine de mes deux premiers chapitres !

Et je pense au final faire une trilogie pour toutes l'histoire 🙂
Vous lisez