Chapitre 2 : Le clocher

Par Melo

Ils étaient nombreux à avoir demandé de l'aide à Eirin pour s'entraîner à jeter des sorts ou encore s'améliorer en combat. En effet, même si la lance représentait l'arme de prédilection de sa famille, chaque membre de la Maison Freymïr se devait de maîtriser une importante panoplie d'armes : épée, sabre, hache, poignard et bien d'autres. Toutes, excepté l'arc qui avait une mauvaise réputation pour les Freymïr, étant considérée comme le symbole des lâches.

Non, eux devaient se tenir fièrement devant leurs ennemis et non cachés dans leur dos.

La jeune fille souffla d'exaspération. Cette interdiction était stupide, seulement fondée sur des principes plus vieux que le monde lui-même et bien trop guidée par la fierté démesurée de sa fratrie.

Au moins, cette interdiction ne l'empêcherait pas de réussir son test. Elle s'était sentie humiliée après cette conversation avec Maître Garth. Il pensait qu'elle n'était pas capable d'obtenir son examen ? Elle ?!

Ses soufflements attirèrent l'attention d'un de ses camarades qui se rapprocha d'elle.

— De quoi Maître Garth t'a parlé à la fin du cours pour que tu sois dans cet état ?

— En quoi cela te regarde, Joshua ? On ne t'a pas dit que la curiosité est un vilain défaut ?

— Je me moque de ce que t'a dit le Maître Garth ! Je m'inquiète juste pour toi !

— Tu es sûr que tu t'inquiètes pour moi ? Ce ne sont pas plutôt mes parents qui le sont ? Si seulement ils connaissaient au moins le sens du mot s'inquiéter, siffla Eirin, connaissant pertinemment la réponse.

Joshua prit une tête dépitée, presque blessé par la remarque de son amie d'enfance.

— Tu sais, même si je fais partie de la branche secondaire de notre famille, cela ne signifie pas que tous mes actes sont contrôlés par les désirs de tes parents.

Il fit une longue pause, semblant être perdu dans ses pensées. Revenant à la réalité, il souffla bruyamment et reprit :

— Entre nous, cela fait longtemps qu'on se connaît et à ce titre, je ne te considère plus simplement comme l'héritière légitime, mais plus comme ... une amie.

— D'accord ! D'accord ! C'est bon, j'ai compris ! Arrête les frais !

Joshua esquissa un léger sourire. Il était tellement rare de voir la grande et froide Eirin Freymïr gênée au point d'en perdre son sang-froid.

Eirin, sentant le regard amusé de son ami, se reprit très vite.

— Le bruit ici est insupportable, je n'arrive même pas à me concentrer. Je pense que je vais retourner dans ma chambre réviser tranquillement.

Suite à cette déclaration, elle se leva, prit le reste de ses affaires et se dirigea vers les grands escaliers. Les chambres des apprentis se situaient au quatrième étage. Pourtant, après avoir atteint le premier, Eirin bifurqua sur la gauche et emprunta une toute autre direction, celle du grand clocher qui surplombait la cour extérieure.

Les professeurs de l'Académie interdisaient l'accès à cette partie de l'école. Les rumeurs allaient bon train pour tenter de justifier une telle décision et fusaient dans les couloirs : cette partie était hantée, une malédiction planait sur l'horloge dont les aiguilles, immobiles, ne remplissaient plus leur fonction depuis bien longtemps. Certains avaient même inventé toute une prophétie concernant l'heure affichée et la fin du monde.

La réalité était bien moins fantaisiste, à l'image de ce monde : c'était tout simplement le repère de Nidhöggs, des serpents vivants habituellement sous Yggdrasil, mais qui parfois décidaient de s'installer ici, attirés par la forte énergie magique qui émanait de l'Académie.

Ces serpents ailés étaient assez possessifs vis-à-vis de leur territoire et les énerver signait bien souvent l'arrêt de mort pour les imprudents. 

L'effet de la morsure du Nidhögg était étudié en deuxième année. Tout corps humain, même pour un non-mage, possède deux types de circulations : sanguine et magique. La morsure du Nidhögg a pour effet d'inverser la circulation sanguine et magique. Le corps, ne supportant pas ce surplus magique ou ce déficit sanguin, finit par imploser. Un spectacle plutôt déplaisant.

Comment Eirin savait-elle cela ? Ces bêtes étaient souvent utilisées dans son pays durant les exécutions des traîtres. Elles n'obéissaient qu'aux familles représentantes du culte des dieux de la volonté sentant, sans doute, une aura proche de la leur.

— Quelle magnifique et belle famille, se dit ironiquement Eirin.

Elle s'installa juste devant l'immense horloge dont le cadran en verre offrait une belle vue sur la cour extérieure de l'Académie. Le soleil commençait déjà sa longue chute vers l'est et sa lumière traversait le vitrail coloré qui renvoyait ses couleurs au travers de la pièce.

Les Nidhöggs, d'ordinaire arborant un corps gris terne, se virent colorés de bleu et de rouge et sifflèrent, mécontents. Ils restèrent pourtant en retrait, tapis dans l'ombre des charpentes et dansant parmi les poutres à l'aide de leurs griffes aiguisées, donnant ainsi naissance à un grincement sourd. Ce bruit ne dérangea pas la jeune héritière qui s'était perdue dans ses pensées. Tout à coup, elle entendit un cri de rage provenant de la cour extérieure.

Encore cette fille ... Shauna. Cette dernière semblait très énervée et renversa violemment une pile de manuels en tout genre.

Eirin eut un sourire narquois. Cette incapable avait finalement pris conscience que c'était une perte de temps d'étudier dans cette Académie au vu de ses performances à l'exercice.

Malgré tout, la jeune Freymïr ne comprenait pas pourquoi le professeur lui avait accordé plusieurs tentatives alors qu'elle lui avait clairement manqué de respect. Des apprentis avaient été renvoyés de l'Académie pour bien moins que cela. Quelle relation liait le Maître à cette fille ? Elle n'avait pas manqué de remarquer les regards appuyés de ce dernier envers Shauna et était persuadée que leur lien dépassait celui d'un élève et de son professeur.

Elle rit doucement, pourquoi s'intéressait-elle à cette orpheline ? Elle avait bien mieux à faire. Elle devait passer cet examen et enfin devenir un membre actif de sa Maison.

Si pour la majorité des élèves l'objectif était de devenir des Paladins, dans son cas, elle ne serait Paladin que de titre. En tant qu'héritière des Freymïr, elle était destinée à entrer dans le Conseil et à gérer les affaires politiques de la famille.

« Et contrairement à toi, je n'ai pas besoin de descendre d'une grande famille pour cela ! »

Oui, il était inutile et puéril de s'aveugler volontairement. La raison pour laquelle elle ne parvenait pas à détourner le regard de Shauna qui, par maladresse venait de tomber dans la fontaine d'où elle s'était installée, elle et ses manuels, c'était bien cette remarque.

Tous le pensaient, mais peu avaient l'audace, ou plutôt le courage, de le dire à voix haute. Pourtant, une nouvelle fois, ces personnes se trompaient. Comme disait son père, le courageux est rarement l'érudit. Ces personnes se méprenaient lourdement, s'ils savaient.

***

La semaine s'était rapidement passée. Durant ces sept jours, Shauna s'était durement entraînée à la magie ainsi qu'à l'épée. Elle avait mis de côté les livres d'Histoire, de sciences et autres "futilités" comme elle les qualifiait. De toute façon, ce n'était pas en une semaine qu'elle allait rattraper sept ans de laxisme et de paresse scolaire.

Le jour à la fois craint et tant désiré pour les apprentis Paladins arriva enfin. La première épreuve était bien évidemment basée sur l'évaluation des acquis théoriques : cinq heures de questions sur l'Histoire, la géographie, la politique, ainsi que sur des exercices de mathématiques et des problèmes de stratégies.

S'étant entraînée toute la nuit, et ce, pendant trois jours de suite, Shauna avait fini par s'endormir sur son pupitre. Elle se réveilla seulement quand l'examinateur ramassa les copies des apprentis. Sa feuille aurait pu être blanche si son encrier ne s'était pas renversé lors de sa sieste.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Hastur
Posté le 18/02/2021
Oh ça va être dans un contexte mythologie nordique, une première pour moi :).

Tu nous proposes un contraste entre deux personnages qui attisent la curiosité et nous poussent à en savoir plus.

J'ai particulièrement aimé la toute fin qui nous fait à la fois rire et nous inquiéter pour Shauna.

Bien bien chapitre suivant :).
Melo
Posté le 20/02/2021
Le contexte est pas mythologique en soit. Nous nous sommes inspirées de nombreuses mythologie tout en prenant beaucoup de libertés XD.

Merci pour ce commentaire !
DocteurK
Posté le 04/02/2021
Ouaiiiis, la mythologie nordique ! :D

Plus sérieusement, je trouve que tu maîtrises bien la ponctuation, c'est fluide. Eirin is such a bitch (mais j'aime bien) ! xD Et tu décris bien les caractéristiques de ton univers. Chapeau bas !
Melo
Posté le 05/02/2021
eh oui ! J'aime la mythologie ! ^^'

Oh merci ! Ça me touche beaucoup ! Je suis ravie que ça te plaise ^^.
DocteurK
Posté le 07/02/2021
<3 <3 <3
Nyubinette
Posté le 29/01/2021
Coucou :)

Encore merci pour ce partage. j'étais surprise par cette fin de chapitre abrupte, j'aurais imaginé autrement. Pourquoi ne pas le garder pour le chapitre suivant ?
J'ai bien aimé suivre ton personnage, Erin, jusqu'à cette tour, elle nous permet de découvrir un peu plus sur l'histoire de ton monde, le système magique. Tu parviens à nous donner quelques informations intéressantes sans nous noyer c'est parfait. Elle semble très différente de Shauna.

Je n'ai juste pas compris cette partie :

"Oui, il était inutile et puéril de s'aveugler volontairement. La raison pour laquelle elle ne parvenait pas à détourner le regard de Shauna qui, par maladresse venait de tomber dans la fontaine d'où elle s'était installée, elle et ses manuels, c'était bien cette remarque."

Merci pour l'explication !
Melo
Posté le 30/01/2021
Oui je suis totalement d'accord avec toi ! Je vais le faire lors de la réécriture !

Et bien, Eirin comprend que si elle déteste Shauna c'est avant tout parce qu'elle la met en face de son statut de Noble et de toutes les privilèges qui y sont liés sans les lui accorder elle-même (je ne sais pas si je suis clair ^^')
sifriane
Posté le 26/01/2021
Salut,
Ce chapitre est bien maîtrisé, même si je trouve que le dernier passage avec Shauna est un peu expédié.
Contente d'apprendre qu'on aura souvent le point de vue d'Eirin, ça donne du dynamisme au texte
Melo
Posté le 30/01/2021
Merci beaucoup pour ce commentaire ! Je suis d'accord avec toi ! Je pense le mettre dans le chapitre suivant et le developper un peu plus ! Ça pourrait permettre de chasser cette impression d'expéditif ?

Oui ! Eirin est l'une des protagoniste principale de ce récit, on aura donc souvent son point de vue ! ^^
Siocbo
Posté le 24/01/2021
Ahahah, la pauvre Shauna. Le coup du dodo sur sa copie touche un peu trop près de la maison, j'y ai cru jusqu'à la fin. J'espérais qu'elle avait un minimum répondu aux questions mais seule l'encre jonche sa feuille...
Melo
Posté le 30/01/2021
Je pense que beaucoup de personnes se reconnaitront à ce moment 😅.

Et non, malheureusement aucune réponse de sa part. Réviser au dernier moment n'est pas une bonne idée ^^'.
Blanche Koltien
Posté le 19/01/2021
Hello!

J'aime beaucoup ce chapitre, c'est très intéressant d'avoir le point de vue d'Eirin! Il semblerait qu'il y ait des choses qu'on ne sait pas encore... A suivre! En tout cas, c'est un plaisir de lire cette histoire, et j'ai hâte de savoir la suite!
Melo
Posté le 24/01/2021
Tu auras souvent le point de vue d'Eirin étant donné que c'est l'un des protagonistes de l'histoire ^^ ! Merci beaucoup pour ce commentaire ça me touche beaucoup !
Vous lisez