Chapitre 2 - Au bout du monde il regardait

Une chose humide poussa Muse, qui grommela, les yeux toujours fermés.

— Debout, princesse. Il fait jour.

Princesse ? Hum, ça devait vouloir dire qu’aujourd’hui, Muse était une fille. Après une brève consultation avec elle-même, elle approuva le sentiment.

Mais c’était à peu près la seule chose qui avait du sens, ce matin. Son vieux corps était dans un état minable, mais pas assez pour qu’elle soit à la limite de devenir un cadavre. Elle sentait de l’herbe sous ses fesses, des cailloux et des racines dans son dos, une odeur désagréable d’écurie et de bave séchée, de l’humidité dans ses fringues … le top du confort, quoi !

Elle ouvrit les yeux, et les écarquilla avec horreur. Non seulement elle n’avait pas rêvée l’existence du poney qui parle, mais elle ne l’avait pas hallucinée non plus, parce qu’il était toujours là, bien réel, penché à quelques centimètres de son visage. Il mâchonnait une poignée d’herbe dans les lueurs du matin comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, et pas l’invasion la plus désagréable que Muse ait vécue depuis longtemps.

— L’espace personnel, tu connais ? pesta-t-elle.

— J’me fais chier. Et tu ronflais.

Muse se redressa péniblement, et repoussa le museau de la créature loin d’elle. La soirée d’hier lui revint en mémoire, chansons médiocres comprises, et finalement, au point où elle en était … la situation pourrait être bien pire.

— Urg, grommela-t-elle. Faut que je rentre …

— Deux secondes, petit, faut qu’on cause.

Elle lui lança un regard noir, et observa sa dégaine crasseuse. Ses poils bruns étaient couverts de morceaux de boue séchés, et le contour de ses yeux auraient eu besoin d’un sérieux coup d’éponge. Muse soupira.

— Tu veux quoi, sac à puce ?

Le poney plissa les naseaux dans ce qui semblait être une moue vexée, mais peut-être qu’il reniflait juste la motte d’herbe près de sa bouche. Pas que Muse en ait quelque chose à faire - elle le fixa, bras croisés, mais prête à lui coller un coup de tambour dans les dents s’il faisait le moindre geste suspect.

— Déjà, c’est Gulliver, mon nom, pas sac-à-puce. T’es du genre franchement malpoli, petit.

— Rien à foutre, sac-à-puce. Crache le morceau où je me tire.

Gulliver - sac-à-puce - prit une grande inspiration, et cracha l’herbe qu’il avait encore dans la bouche. 

Beurk. Il n’avait pas besoin de le prendre aussi littéralement !

— J’ai besoin d’aide.

Muse secoua aussitôt la tête. 

— Je t’ai déjà aidé. Et si t’appartiens à quelqu’un, je vais être sacrément dans la merde si le rapprochement est fait entre moi et la disparition de ta sale gueule.

— J’appartiens à quelqu’un, mais pas à eux, protesta Gulliver. Ils m’ont volés ! Et puis, je parle. C’est comme si on t’avais mis dans une des stalles. C’est pas correct, ça.

— Ce serait peut-être pas une mauvaise idée de m’enfermer, ferais moins de conneries. » grommela Muse. Elle soupira, et leva les yeux au ciel. « Qu’est-ce que je fous encore là, moi ?

Elle attrapa son tambour, le fixa sur son dos, et s’éloigna à grand pas du poney - qui, bien sûr, lui emboita aussitôt le pas.

— Tu vas même pas vers Sabots-sur-l’eau, là.

Muse serra la machoire - merde, le poney avait raison … Elle fit demi-tour, et continua à avancer sans regarder la créature encombrante. Cette-fois, le poney se mit carrément en travers de son chemin, mais elle n’en avait rien à faire. Elle le contourna, déterminée à l’ignorer autant que possible.

— Hier, tu voulais que j’écoute une de tes chansons en échange d’avoir ouvert la porte, rappela Gulliver. Et je prends les marchés très au sérieux. Tu dois me chanter une chanson. Celle que tu veux mais jusqu’au bout !

La gnome s’arrêta net. Elle avait totalement oublié la demande qu’elle lui avait faite … D’un côté, son instinct lui disait de se barrer le plus loin possible de ce tas de problèmes à quatre pattes, mais d’un autre côté … ce n’était pas souvent qu’on lui promettait d’écouter jusqu’au bout une chanson qu’elle choisissait elle-même. Finalement, elle desserra les dents.

— Une chanson. Et après tu me fous la paix.

Gulliver souffla par ses naseaux, mais hocha la tête.

— Une chanson. Je serais toujours dans la merde, mais ma dette sera payée.

Muse grommela, puis s’assit par terre, et posa son tambour sur ses genoux. Elle en tapota le rebord sans un bruit - qu’est-ce qu’elle pourrait lui trouver, comme mélodie ? La réponse lui vint en un battement de coeur - une chanson qu’elle n’avait pas chantée depuis longtemps, parce qu’on l’interrompait presque toujours dès la première strophe. L’air n’était pas assez gai pour son public habituel, à tous les coups. Elle effleura le tambour, s’éclaircit la gorge, et chanta :

Au bout du monde il regardait, au-delà
Il savait que personne ne l’attendait là-bas
Et que ses enfants après lui, aurait eu besoin de lui ici 
Mais le très vieux gnome, sur ses très vieilles jambes
Avait-il vraiment encore le choix ?

Muse hésita, surprise de ne pas avoir encore été arrêtée par le poney - mais le reste de la mélodie lui revint très vite. Elle continua à chanter les lamentations du tout premier gnome qui ait jamais existé, et de ses adieux au monde. Il savait qu’il allait mourir, et que de la graine de vie qui fletrissait sous son coeur naîtrait d’autres gnomes, dont il ne verrait jamais le visage ni n’entendrait jamais les premiers mots. Les prochains gnomes devraient redécouvrir par eux-mêmes le monde comme lui l’avait fait avant eux, sans qu’il ne puisse rien leur transmettre ni même les rencontrer. 

A mesure qu’elle avançait dans la mélodie, Muse infusa dans son tambour une pincée de magie, pour faire sonner plus de notes et les faire tenir plus longtemps. Lorsqu’elle eut terminé, elle baissa les yeux, et serra son tambour contre elle. Elle sentit le regard pesant de Gulliver la fixer quelques secondes, avant que le poney ne secoue sa crinière.

— C’est pas ce que j’aurais choisi pour commencer la journée, petit.

Muse ferma les yeux. Elle se sentait beaucoup plus calme, désormais. Presque engourdie.

— C’est Muse, corrigea-t-elle. Pas petit. Vieille serait plus pertinent.  

— Heh, hennit Gulliver. Les gnomes sentent jamais fille ou garçon, et ils ont toujours une tronche de gosse, petite. J’pouvais pas deviner.

Elle leva les yeux au ciel - et pendant une micro-seconde fatidique, prit une décision qu’elle espérait ne pas regretter.

— Tant pis, j’vais pas te faire de cours de biologie gnome, sac-à-puce. C’est quoi, l’aide que tu voulais ?

Gulliver redressa les oreilles et sautilla d’un sabot sur l’autre.

— J’ai besoin de retrouver ma propriétaire. Et je pourrais réessayer tout seul, mais c’est la troisième fois que je me fais capturer. 

— Et qu’est-ce que je viens foutre là-dedans, moi ?

— Et bien, si tu fais semblant d’être ma maîtresse pour que je n’ai plus l’air d’un animal sauvage non identifié, je ne me ferais plus capturer.

— Théoriquement.

— Je suis certain que ça marchera, assura Gulliver. Et ça ne prendra pas longtemps, promis juré !

Muse serra les doigts sur son tambour. C’était le plan le plus vague et le plus douteux qu’elle avait entendu depuis longtemps, et elle en avait entendu, dans les bars qu’elle écumait avec ses chansons.

— Et ta propriétaire, tu la trouves comment ?

— Elle est partie vers les montagnes, à l’est. J’peux la sentir, même d’ici. Mais à chaque fois que j’m’approche … c’est là que je fais me capturer.

— Tu m’étonnes, c’est pas des rigolos là-bas … ils doivent penser que tu viens pour bouffer leurs buissons et leurs champignons de merde, à tous les coups.

Gulliver baissa une oreille et pencha la tête sur le côté, ce que Muse interpréta comme un air vaguement coupable.

— J’en ai peut-être déjà mangé … » Muse lui lança un regard noir. Yup, définitivement coupable. « Mais c’est pour ça qu’avoir l’air domestiqué devrait suffire à ce qu’il me laisse passer. Ça les rassurera.

Plus elle écoutait le poney, plus son plan ressemblait à une bonne grosse idée de merde. Elle n’avait pas franchement envie de risquer sa peau pour une bestiole bizarre qui parle et sa maîtresse gnome inconnue - et même pour les non-inconnus, elle ne faisait pas dans la charité, non plus. En prime, son histoire avait l’air aussi dangereuse que suspecte. Surtout que, comme le protagoniste de sa chanson, la gnome n’avait plus si longtemps que ça à vivre …

— Euh, Muse ? C’est des amis à toi ?

Gulliver montra d’un coup de museau quelque chose derrière elle - une troupe de paysans armés qui s’approchaient à grands pas, l’air clairement mécontents.

— Musaraigne le Barde, tu es en état d’arrestation pour vol de propriété ! beugla l’un d’eux.

Muse échangea un regard avec Gulliver, et le poney se tourna sur le côté pour lui montrer son dos.

— Grimpe, je galope plus vite qu’eux.

Muse jeta un coup d’oeil vers les paysans furieux, et inspira - elle n’avait plus vraiment le choix, maintenant. Quelle bande d’emmerdeurs. 

Bon, okay. Une dernière aventure avant sa mort. Si elle avait encore le temps.

Elle grimpa maladroitement sur le dos du poney, s’accrocha à sa crinière et le laissa l’emporter le plus loin possible d’eux.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
petite_louve
Posté le 02/02/2021
Saluut =D

Après une petite absence, je suis de retour pour lire la suite des aventures de Muse. J'ai au début été surprise de voir que c'était une fille, persuadée que c'était un garçon dans le premier chapitre. Et j'ai fini par comprendre que c'était effectivement le cas, que ce n'était pas ma mémoire qui me faisait défaut.
Je trouve l'idée du protagoniste qui change de genre vraiment original et sympa ! L'idée me plait beaucoup.

Quant à l'humour, il était toujours présent, on a bien besoin de dire un peu en ce moment. J'aime ta plume et ta façon d'écrire. La joute verbale entre Gulliver et Muse est un véritable petit délice !

Tout ça est vraiment très chouette !
AnatoleJ
Posté le 07/02/2021
Salut :D

Haha oui, j’imagine que le changement de genre doit être légèrement perturbant après une pause ! Et encore, Muse prévient cette fois-ci, ce ne sera pas toujours le cas ^^
Ravi que le deuxième chapitre te plaise toujours autant !

A bientôt ^^
AnonymeErrant
Posté le 28/01/2021
Muse est une fille du coup ? Le passage du il au elle semble couler de source et j’adore la façon dont tu introduis ça, en une phrase pleine de style ! Si seulement il pouvait en aller de même dans la vie réelle…

Comme c’est une nouvelle, je ne sais pas dans quelle mesure tu développeras ton Univers, qui a par ailleurs l’air bien riche, mais l’évocation de la façon dont « naissent » les gnomes titille la curiosité et donne envie d’en savoir plus.

Gulliver semble, lui, déterminé à nous entraîner dans ses voyages (>.> j’écris ça et je me demande si je dois y voir une référence ou pas en me relisant xD), qui promettent d’être haut en couleur !

J’ai interpellé ma chienne (mon chat a fait une tête de six pieds de long quand j’ai osé lui poser la question, d’autant qu’il ne sort pas) et elle est d’avis que les puces sont de petites créatures qui se promènent souvent en groupe (bien qu’elle n’en ait personnellement jamais eu, Dieu merci) et elle mettrait donc un « S » à sac-à-puces.
AnatoleJ
Posté le 30/01/2021
Muse est une fille à partir de ce point effectivement ! Et oui, ce serait bien si c’était aussi simple dans la vraie vie T_T

Sans spoiler, la naissance des gnomes sera effectivement expliquée plus en détail (et plein d’autres choses sur les gnomes d’ailleurs, c’est la gnome-fest ici)

Oui c’est totalement une référence aux voyages de Gulliver, parce que je l’avais lu à l’époque où j’ai créé ce poney qui parle, je trouvais que ça sonnait bien, et j’ai pas changé le nom du personnage depuis xD

Ta chienne a totalement raison (bisou à elle d’ailleurs), il y a toujours plusieurs puces, ce qui explique d’ailleurs la nécessité d’avoir un sac pour les regrouper ! (ce sera corrigé ^^)
dcelian
Posté le 11/01/2021
toujours aussi drôle ! j'adore le concept du héros/héroïne, c'est génial de réussir à intégrer des causes de notre monde dans un récit aussi barré, félicitations ! par ailleurs, j'ai remarqué quelques fautes (je suis insupportable, désoléééé), est-ce que tu veux que je te les signale, ou tu préfères pas ? dis-moi :)
AnatoleJ
Posté le 11/01/2021
Fais-toi plaisir sur les fautes, tous les retours sont les bienvenus ^^ (y compris le pinaillage de détails insignifiants si ça te démange !) Certaines erreurs ont déjà été signalées par d'autres lecteur.ices ci-dessous, mais je n'ai pas encore eu le temps de tout corriger, je m'y mets dès que possible !
dcelian
Posté le 11/01/2021
ça marche ! je te dirai dès les prochains chapitres si je vois des trucs :)
je viens de publier mes premiers chapitres pour ma part, c’est assez stressant/excitant, ça fait combien de temps que t’es sur plume d’argent toi ?
AnatoleJ
Posté le 11/01/2021
Je suis ici depuis fin novembre (donc je rentre encore dans la catégorie des nouveaux) et sur le forum aussi ! Si tu n'y es pas encore passé d'ailleurs, je te le conseilles très fortement, il y a une super ambiance ^^
Oui je viens de voir que tu avais déjà publié des choses, j'irais y jeter un oeil attentif dès que ma to-do list aura fini de me juger x) Une première petite remarque néanmoins : n'hésites pas à mettre un synopsis détaillé, ça aidera beaucoup de gens à décider si c'est leur genre de lecture ou non ^^
dcelian
Posté le 11/01/2021
oh y a un forum ? j’irai voir alors, merci du conseil !!
et merci aussi pour le synopsis, je pense que je vais m’y atteler demain. j’ai énormément de mal à synthétiser donc quand je me suis retrouvé face à la catégorie j’ai pas su quoi écrire d’autre que ça x)
AnatoleJ
Posté le 12/01/2021
Raison de plus pour passer sur le forum alors, tu y trouveras plein de ressources en libre-service pour t'aider ^^ (et aussi pleins de gens bienveillants pour te guider et à qui poser des questions !)
MariKy
Posté le 27/12/2020
"Hum, ça devait vouloir dire qu’aujourd’hui, Muse était une fille. Après une brève consultation avec elle-même, elle approuva le sentiment." c'est gé-nial ! J'adore l'idée d'un-e héro-ïne qui change de genre, d'autant que tu donnes l'impression d'un choix, pas forcément d'un truc subi.
Le ton du récit est décalé à souhait : parfois sérieux, parfois grinçant voire carrément vulgaire, ça change de la fantasy que je lis habituellement, et les deux protagonistes promettent de magnifiques dialogues !
AnatoleJ
Posté le 28/12/2020
Ce n'est effectivement pas quelque chose de subi, ça fait partie de son identité ^^ (Si Muse était humain en 2020 sur notre planète, elle se reconnaitrait pas mal dans l'étiquette "genderfluid"!)
Leïsa.P
Posté le 05/12/2020
Me revoici pour la lecture de ton deuxième chapitre. Ca à été plus fort que moi. Je n'ai vraiment pas l'habitude de lire une histoire pareille et je dois bien avouer que tu sais comment te faire remarquer !

J'ai beaucoup aimé ce chapitre. On en apprend davantage sur Muse... qui n'est pas un garçon mais bien une fille ! Ce que j'ai beaucoup apprécié c'est le tempérament de la gnome. Elle ne mâche jamais ses mots et apparaît avec un sale caractère de cochon. Je la trouve étonnamment attendrissante (oui, j'aime les personnages rocambolesques, qui se démarquent, avec une personnalité capable de faire fuir une famille de sanglier).

C'est dingue, mais en deux chapitres tu as réussi à me faire rentrer dans ton histoire. Ta plume est vraiment très agréable à lire. Il y a un côté addictif dans ton récit. Je ne pensais pas aimer autant. J'adore ! :)
AnatoleJ
Posté le 07/12/2020
Et oui, être un garçon ça va bien cinq minutes (ou du moins, un chapitre), mais Muse peut aussi être une fille ^^
Elle serait effectivement capable de faire fuir beaucoup de gens, mais je me demande si, comme Gulliver, les sangliers ne la trouveraient pas sympathiques, au contraire ...
Content que le deuxième chapitre ait réussi à t’immerger autant dans cet univers :D
A.C. Castelein
Posté le 04/12/2020
Me revoilà pour la suite de la béta-lecture ! Alors alors :

« Et que ses enfants après lui, aurait eu besoin de lui ici »

Passage pas très clair et assez bizarrement formulé

« Elle n’avait pas franchement envie de risquer sa peau pour une bestiole bizarre qui parle et sa maîtresse gnome inconnue »

Question : comment Muse sait-iel que la propriétaire de Gulliver est une gnome ?


Voilà, je vais attaquer le chapitre suivant dans la foulée, je pense.
AnatoleJ
Posté le 04/12/2020
Pour le bout de chanson bancal, c’est vrai qu’il pourrait être mieux formulé. Je ne m’étais pas trop posé la question, en partant du principe qu’une chanson traduite sonnait souvent un peu bizarre et que le contenu était expliqué en-dessous, mais tu as raison, il y a sans doute moyen de rendre ça plus clair ! Je vais me pencher sur la question.

« Question : comment Muse sait-iel que la propriétaire de Gulliver est une gnome ? »

La réponse sera donnée dans le chapitre 4 ! Mais je m’étais déjà demandé si l’explication n’arrivait pas trop tard et ta remarque me confirme que ce sera sans doute le cas pour une partie des lecteurs ... Je vais donc réfléchir à une façon d’intégrer ça dès ce chapitre-ci.

Merci pour ces remarques, elles me seront très utiles ^^
A.C. Castelein
Posté le 04/12/2020
Je t'en prie ! Bon, j'ai déjà lu le chapitre suivant, mais je n'avais rien à dire dessus. Et comme je ne voulais pas broder 150 (mots, caractères, je sais plus), bah je le dis ici, que tu ne t'attendes pas à un commentaire qui ne viendra pas XD
AnatoleJ
Posté le 04/12/2020
Haha pas de soucis, désolé d'aggraver ton hyporâlamie x) (je crois que c'est 150 caractères ? Mais j'écris des pâtés sous toutes mes lectures, donc je n'ai jamais fait attention au minimum)
A.C. Castelein
Posté le 04/12/2020
(pareil pour moi ; pour ma crise d'hyporâlimie, je me suis injectée une dose de twitterium 500, ça va mieux ; merci de t'en soucier, en tous cas !)
Hastur
Posté le 01/12/2020
Parfait pour un café tôt le matin. Ca met de bonne humeur !
Toujours une écriture soignée qui fait met de côté le politiquement correct pour tailler ses personnages. Je retrouve encore ce sentiment mi drôle mi triste dans ce chapitre. Ca me plait beaucoup :)

J'ai relevé une toute petite coquille.

"c’est là que je fais me capturer"
je me fais

A très vite pour la suite :)
AnatoleJ
Posté le 01/12/2020
J'espère que tu n'as pas eu le même réveil que Muse, au moins ! (mais a priori, si tu as un café, c'est que ça allait beaucoup mieux)

Bien vu pour la coquille, je vais corriger ça de suite. Merci ^^
Vous lisez