Chapitre 19. Les feuilles ont raconté tous leurs secrets

Par dcelian
Notes de l’auteur : Bonjour !
Juste un petit mot pour les courageux qui s'aventurent jusqu'ici : ce chapitre contient des scènes de violence assez descriptives et qui peuvent (peut-être ?) choquer les plus douillets (je ne vous juge pas : j'en fais partie, et j'ajoute quand-même que ces scènes ont été particulièrement difficiles à écrire tellement elles me dégoûtent, oupsi). Donc voilà, âmes sensibles s'abstenir !!
Et bonne lecture aux braves ;)

Ici, l'ambiance est monotone, une corde suffirait à en jouer toutes les notes. Une pluie fine se déverse continuellement sur les grands arbres tout autour.
Gaëlle reste là un instant, elle reste là et elle respire fort. La traversée était bien plus intense que l'arrivée. Elle sent une fatigue menaçante lui planer dessus, comme une sentence irrévocable qui s'abattra dans peu de temps.

Malgré tout, elle est un peu déçue, aussi. Maude lui a parlé d'un autre monde, elle lui a parlé des Gobelins et des Sorcières, du Diable, même ! Elle imaginait autre chose. Une terre dévastée, aride et brûlée, une terre où la lumière n'est plus qu'un lointain souvenir, où tout est sombre, lugubre, bref, elle imaginait beaucoup de choses, mais, si bête que ça puisse paraître, elle n'imaginait pas ça. Parce que ça, c'est normal, c'est beaucoup trop normal. Ça, c'est une forêt avec de grands arbres, c'est une forêt tout ce qu'il y a de plus commun. Elle peine à croire que le portail de Maude a fonctionné. Mais ça a forcément fonctionné, pas vrai ?
Alors elle tend l'oreille. Parce que sa vue peut la trahir, mais les sons en sont incapables, ils n'ont aucun secret pour elle. Pourtant, là encore, rien ne change. C'est pareil. Le clapotis de la pluie qui trempe le silence. Le murmure de la forêt sous les gouttes. Le calme des mauvais jours qui embrasse tout, qui englobe les bois de ses bras doux et apaisants. Tout est pareil.

Imperceptiblement, Gaëlle se redresse et se tend. Elle n'a plus le temps d'écouter. Parce que tout est pareil, même les secondes qui lui filent entre les doigts. Et elle n'a qu'une semaine. Soa n'attendra pas. Alors elle s'élance entre les arbres.
Elle court vers le Nord, elle court sans savoir où elle se rend, mais elle court quand même, tout plutôt que d'hésiter indéfiniment et de ne rien faire. Son instinct la guide, il la pousse tout droit, il lui dit, va, va vite, ils ne sont pas si loin, ils ne sont plus si loin.
Elle finira bien par les trouver. Elle finira bien par le trouver. Après tout, c'est quand même son métier.

La pluie humidifie l'atmosphère et alourdit ses vêtements. Elle court, pourtant, elle court et elle songe à son métier, justement.
Elle a atteint la genèse des créatures qu'elle chasse et qu'elle enferme, elle a atteint leur berceau. Pourtant, ça ne lui fait rien. Elle s'attendait à ressentir une haine profonde pour cet endroit, mais elle ne parvient pas à le détester. Elle n'y parvient plus. Elle se demande si tout ça a encore du sens, si la Traque a encore du sens, si elle est vraiment certaine d'emprunter la voie du juste, celle qu'elle a toujours juré de suivre.

Elle se rappelle ce matin irréel où elle s'est éveillée dans l'ancienne église de Grimard, agonisante mais surtout seule, étrangement seule, désespérément seule.
Elle se rappelle Soa, comment il l'a aidée sans se poser de questions, comme si tout était tellement simple et naturel.
Elle se rappelle toutes ces choses, et elle ne sait pas, elle ne sait plus. Enfin... elle sait un peu, quand même. A force d'y réfléchir, forcément, elle sait au moins un peu.

La pluie bat les feuilles des arbres tout autour, tout est paisible, silencieux, rien ne se passe. Pourtant, Gaëlle sent qu'une page vient de se tourner en elle, elle sent qu'une décision vient d'être prise. Elle est comme libérée d'un poids à cette idée, elle se sent légère, tellement plus légère.
Alors elle sait, et elle ne sait pas qu'un peu. Elle sait tout à fait. Elle sait que le feu de la Traque vient d'être soufflé, elle sait que cette ère est désormais révolue. Et, étrangement, elle se prend à sourire à la pluie.
S'il faut n'être plus Traqueuse qu'une dernière fois, ce sera ici, maintenant, et nulle part ailleurs.

***

Bordel, pourquoi il pèse aussi lourd, celui-là !?
Il se le trimballe sur le dos depuis deux jours, deux maudits jours qu'ils traversent cette forêt qui n'en finit plus. S'il avançait seul, il aurait déjà fait la moitié du chemin, mais là, ça traîne. Et Simon n'aime pas quand ça traîne. Il n'arrive pas à comprendre comment un corps aussi léger en apparence peut être aussi difficile à transporter.
Il avance encore et toujours, pourtant, déterminé. La forêt est vaste, mais elle n'est pas interminable. Ils finiront bien par atteindre la ville.
Ash a fait du bon boulot.

Simon accélère la cadence, il redresse le corps inerte dans son dos et il presse le pas. Le temps est mauvais et la pluie l'alourdit plus encore, elle le trempe lentement mais sûrement. Habituellement, il râlerait. Il n'y a personne auprès de qui se plaindre, mais ce n'est pas ce qui l'arrête. La pluie, ça fait chier.
Cette fois, pourtant, il se contient. Il a même un étrange sourire en coin.
Il sourit au milieu de la grisaille.
Il sourit, parce que, à intervalles irréguliers, tout le long de la route, il y a ces petites marques qu'il laisse volontairement sur le tronc des arbres.
Elles sont suffisamment discrètes pour échapper au premier inconnu, mais suffisamment voyantes pour qu'un Traqueur aguerri les remarque. Alors elle les remarquera. Elle viendra. Et il a beau marcher vite, chargé comme il est, elle le rattrapera. Il ne sait pas beaucoup de choses, mais de cela il est certain, il en est intimement persuadé.
Et il y a comme une étincelle qui brille dans son regard, c'est une brève lueur mais elle est bien là, elle pétille et semble éloigner la pluie pour un temps.
Il a hâte de la rencontrer, pour voir ce qu'elle vaut, pour voir qui elle est vraiment.

***

Ça fait un moment qu'elle n'avance plus au hasard. Gaëlle a un rapide sourire. Une fois de plus, ses intuitions se sont révélées justes.
Il y a ces petites marques dans le bois de certains arbres, comme des entailles. Elles sont très fines, très discrètes, beaucoup de gens passeraient à côté sans les remarquer. Pas elle. Alors elle suit ces traces, elle ne sait pas à quoi ça mène, elle ne sait pas si elle devrait vraiment, mais elle n'a pas d'autre option, alors voilà. Elle avance, elle sillonne la forêt pluvieuse, elle dépasse tous ces grands arbres, elle déniche les marques et elle avance encore. Sous ses pas, les feuilles détrempées font de petits bruits humides. L'air est chargé d'eau et de tension, il n'y a que son souffle et ses pas, il n'y a que ça et cette immense forêt.

Elle aurait mieux aimé ne pas y penser, mais elles l'intriguent, ces marques dans les troncs.
Elles ont beau être irrégulières et discrètes, elles sont assez nettes, comme si quelqu'un s'amusait à fendre l'écorce des bois de légers coups de couteaux. Comme si quelqu'un voulait désespérément qu'elle le suive.
Et c'est probablement le cas.
C'est probablement un piège. Mais elle n'a plus le choix, maintenant, elle n'a qu'une semaine, ce n'est pas suffisant pour organiser correctement une Traque, il va falloir passer en force.

Elle avance rapidement, parce qu'elle a bien compris que sa proie ne ferait pas de pause. Et lorsqu'elle s'arrêtera enfin, ce sera pour lui tendre une embuscade, et alors, ce sera déjà trop tard. Il faut prendre de court ce fuyard, il faut le rattraper avant qu'il n'ait le temps de la devancer complètement.
Il a l'avantage du terrain et du temps, mais elle peut encore le battre à son propre jeu.

Ses sens sont tous déployés, elle guette le moindre geste, la moindre anomalie, elle guette tout. Mais il n'y a que la forêt. Encore et toujours. Il n'y a que la forêt et la pluie, monotones mais non moins dangereuses, parce qu'elles l'empêchent d'être aux aguets, parce qu'elles couvrent les fugitifs et leurs traces éventuelles.
Pourtant, Gaëlle n'abandonne pas, ça jamais.

Elle repense à Grégor, elle repense à l'émotion dans sa voix, tremblante, et elle sait qu'elle doit y arriver, elle sait qu'elle n'a pas le choix, qu'elle doit ramener Soa quoi qu'il lui en coûte. Et puis, elle repense à la fois où ils se sont quittés, aussi.
Et s'il ne voulait pas rentrer avec elle ?
Elle secoue la tête pour chasser les troubles, mais une autre question la tourmente peut-être plus encore. Et s'il ne voulait pas rentrer tout court ? Et s'il ne s'était absolument pas fait enlever, s'il était venu ici de son propre chef ? Et si Maude avait menti ? Après tout, Gaëlle ne la connaît qu'à peine. Elle a eu le temps de lui faire confiance, mais pas celui de s'en méfier.
Et puis, elle se dit qu'elle est un peu stupide, de se poser ces questions maintenant, de trop y réfléchir. C'est le genre de choses qu'il aurait fallu faire avant d'agir. Elle soupire un grand coup. C'est trop tard, maintenant, mais son esprit ne peut s'empêcher de chercher les vérités alternatives, la vérité de Maude, et surtout : celle de Soa.

Gaëlle continue de marcher, elle marche vite, elle ne court pas mais elle court presque, elle s'économise. Sur un arbre, à sa droite, elle repère à nouveau l'entaille dans le bois. Elle n'a pas perdu le cap. Pour l'instant, c'est le plus important, tout ce qui compte, c'est garder le cap.
Après... elle avisera. Elle ne peut pas se permettre d'y penser, pas encore, pas déjà. Il y aurait de quoi rebrousser chemin.

La pluie a cessé pour laisser place à un ciel apaisé, couvert de nuages plus fins, plus doux. Les marques continuent de guider son chemin, mais la journée s'achèvera bientôt. Et puis, il faut dire que la traversée du Sanctuaire l'a éprouvée, et la fatigue qui menaçait semble s'effondrer sur elle peu à peu. Elle sait pertinemment qu'elle ne pourra pas continuer sur cette lancée, et devoir dormir à la belle étoile dans cette forêt dont elle ne connaît rien n'est pas une perspective très rassurante.

Là-haut, au-delà du bruissement de la forêt, le silence de la lune prend lentement place. Dans quelques instants, il fera nuit, et Gaëlle devra s'arrêter là.
Ça la met en rogne, bien sûr, parce qu'elle a déjà plusieurs jours de retard sur ceux qu'elle poursuit et que dormir ne va pas l'aider à les rattraper, d'autant qu'elle ne sait rien de l'être qui a enlevé Soa, ni même s'il a besoin de dormir.
Et si elle arrivait trop tard ? Et si le fuyard avait déjà atteint sa destination, son objectif ? Et d'ailleurs, c'est quoi, cet objectif ?
Gaëlle prend soudain conscience que Maude avait raison, qu'elle ne sait rien et que se lancer dans un tel bourbier avec si peu d'informations, c'est digne des plus imprudents, des plus imbéciles, de ceux qui ne tiennent plus à leur vie.
Alors Gaëlle sourit. Elle sourit, parce que c'est digne d'une Traqueuse, et même, c'est tout à fait digne d'elle.

La nuit tombe et la fatigue freine sa progression, elle ralentit sa poursuite, elle ralentit la Traque. Alors elle le sait. Elle va devoir faire une pause, parce qu'elle ne distingue plus les marques dans l'écorce, parce qu'elle ne sait plus très bien où elle en est, parce que les nuages qui couvrent le ciel transforment la nuit en berceau des Ombres, qu'on n'y voit plus grand-chose, et encore, c'est pour ne pas dire plus rien du tout.
Elle soupire. Son souffle est rauque et lourd, ses jambes tremblent sous l'effort, elle n'est décidément pas au mieux de sa forme. Il faudra pourtant que ça fasse l'affaire.
Elle a le sentiment d'avoir bien marché, mais elle ne peut pas savoir quelle avance a sa cible sur elle, et elle craint que ce ne soit pas suffisant. Elle s'arrête, pourtant. Elle s'arrête au milieu des arbres et de l'obscurité qui guette, elle s'arrête là, seule dans les bois, et elle grimace parce qu'elle connaît bien trop d'histoires qui commencent de la sorte. Un seul point commun les lie toutes : aucune d'elle ne termine jamais bien pour le héros insouciant.
Elle s'assoit à même le sol, elle s'effondre presque. Ses paupières sont tellement lourdes.
Un sourire amer déforme son visage dans une drôle d'expression.
Plus qu'à espérer qu'elle ne soit pas l'héroïne de cette histoire, alors.

***

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
AnatoleJ
Posté le 07/12/2021
Hello, ça fait longtemps, j’ai même vu que tu as posté un nouveau chapitre, félicitations pour avoir gardé la motivation :D

Quand j’ai vu ton avertissement sur la violence mon coeur a crié bastoooooon, puis en cours de route j’ai prié pour que Simon et Gaëlle se contentent de raisonnablement s’insulter avant de se transmettre Soa en toute cordialité (bon ça c’est rapé), et maintenant que je suis à la fin je confirme que les os qui craquent c’était effectivement brutal T_T (mais ça va je vais m’en remettre)

Bon déjà gros coeur sur Simon, on ne l’a que depuis un chapitre mais il me fait bien rire. Et en vrai je suis sûr qu’il veut juste amener Soa chez lui pour faire une tisane, c’est forcément un chic type (non mais c’est beau de rêver). D’ailleurs même Gaëlle a l’air d’avoir besoin d’une tisane, elle finit le chapitre en beauté par une bonne grosse sieste ! (c’est mieux que de s’acharner, tu vas pas te trainer dans la boue quand même biquette)

Dodorêve a déjà soulevé pleins de trucs que je me demandais aussi, donc je ne vais pas répéter, je te laisse avec mes petites notes comme d’habitude :
« Ça, c'est une forêt avec de grands arbres, c'est une forêt tout ce qu'il y a de plus commun. »
La pauvre, c’est dans le commun que se cache le plus étrange, elle devrait le savoir à force x)

« Elle finira bien par les trouver. Elle finira bien par le trouver. Après tout, c'est quand même son métier. »
J’aime beaucoup le rythme et la rime de ces trois phrases !

« S'il faut n'être plus Traqueuse qu'une dernière fois»
Je n’ai pas trop compris la formulation, mais c’est peut-être juste le placement du « plus » qui me perturbe ? Si la phrase est « S'il faut n'être Traqueuse plus qu'une dernière fois » je saisis le sens

« Il n'y a personne auprès de qui se plaindre, mais ce n'est pas ce qui l'arrête. La pluie, ça fait chier. »
Okay je connais Simon depuis quelques minutes seulement mais il a conquis mon coeur

« Elles sont suffisamment discrètes pour échapper au premier inconnu, mais suffisamment voyantes pour qu'un Traqueur aguerri les remarque. »
Alors comme ça il veut être trouvé le Simon ? C’est louche, ça...

« Il a l'avantage du terrain et du temps, mais elle peut encore le battre à son propre jeu. »
ça parait terriblement optimiste haha

« Elle a eu le temps de lui faire confiance, mais pas celui de s'en méfier. »
Parlé comme une vraie parano haha

« Plus qu'à espérer qu'elle ne soit pas l'héroïne de cette histoire, alors. »
J’aime bien cette vision, c’est très optimiste finalement ? Lême s’il faut aussi espérer qu’elle ne soit pas la méchante, parce que ça finit rarement bien pour eux aussi (ça finit rarement bien pour qui que ce soit ces histoires)

« Et il n'y a toujours aucune marque. »
Mince, c’est ça le pas de côté dont parlait Simon ou alors il est juste perdu dans ses pensées et a totalement zappé ? (edit du futur : donc apparemment c’était bien intentionnel, cet oubli de marques !)

« Elle a six jours pour trouver Soa et l'emmener à l'église et, bien que ça sonne tout autrement, ce n'est pas une perspective réjouissante. »
C’est pas le moment de penser à ça xD

« Il gagnera, c'est certain, mais il faut prendre le temps de cacher Soa. »
ça me fait trop rire à quel point le gamin est vraiment devenu un colis inanimé, il se fait sa meilleure sieste depuis longtemps je crois haha

« Parce que son but est Soa, d'accord, mais comment pense-t-elle le transporter, au juste ? »
Bizarrement je pense qu’elle va le porter, elle va juste lui coller deux claques ou un seau d’eau sur la tronche et il va se porter tout seul hein xD

« Mais il y a là de quoi tuer l'ennui pour un instant. »
Du moment que c’est que l’ennui qu’il tue :(

« Enfin bon. Maintenant, il faut reprendre Soa et repartir. »
Le fait qu’il ait tabassé quelqu’un et arrive à sonner aussi saoulé et ennuyé de la vie juste après me fait trop rire

« Pourtant, elle est encore là, elle n'est assommée pour rien au monde, et elle tient cette chaîne fermement, elle la tient comme on s'accroche à un dernier espoir. »
J’aime beaucoup ce twist, c’est parti pour le deuxième round ! !

Ce sera tout pour ce chapitre, à bientôt sur le suivant :D
dcelian
Posté le 14/12/2021
Coucou à toi !!! Trop cool de te voir toujours ici malgré ma rare présence...
Effectivement comme tu le dis, je garde la motivation ! Le problème c'est plutôt que je manque de temps, et ça malheureusement je peux pas y faire grand chose. Mais c'est toujours tellement cool d'écrire cette histoire, et j'ai toujours tellement hâte de vous emmener au bout de l'aventure !!! Merci, c'est notamment grâce à vos jolis commentaires que je persévère <3

Content de savoir que tu te remettras de la brutalité à laquelle t'as assisté heh
J'ai profité de ton commentaire pour relire mon chapitre en diagonales et j'ai vraiment pas épargné ni Gaëlle ni Simon...
En parlant de lui, ça me fait plaisir que tu l'apprécies ! Fun fact un peu sans intérêt : j'avais prévu d'en faire un personnage très secondaire et je me suis aussi attaché à lui à mesure que je l'ai écrit. Si tu l'aimes bien, alors les chapitres qui suivent devraient te permettre de l'aimer encore plus (si j'ai pas fait de bêtise hihi). Personnellement, je suis HYPER fier de lui et de tout ce qu'il a réussi à devenir malgré son apparition si tardive. Bref, je cesse mon éloge ;-; (vive simon :D)

"« S'il faut n'être plus Traqueuse qu'une dernière fois»
Je n’ai pas trop compris la formulation, mais c’est peut-être juste le placement du « plus » qui me perturbe ? Si la phrase est « S'il faut n'être Traqueuse plus qu'une dernière fois » je saisis le sens"
Oui c'est précisément ça que ça veut dire! C'est vrai que je l'ai tournée un peu bizarrement, mais j'aime bien cette phrase, je sais pas trop trop pourquoi

"« Il n'y a personne auprès de qui se plaindre, mais ce n'est pas ce qui l'arrête. La pluie, ça fait chier. »
Okay je connais Simon depuis quelques minutes seulement mais il a conquis mon coeur"
Hahahaha

"« Elle a eu le temps de lui faire confiance, mais pas celui de s'en méfier. »
Parlé comme une vraie parano haha"
Le métier du doute, n'est-ce pas... Mais oui Gaëlle est tellement méfiante, et en même temps je trouve ça cool comme caractéristique parce que ça me force à d'autant plus développer les autres personnages si je veux qu'elle les apprécie !!

"« Et il n'y a toujours aucune marque. »
Mince, c’est ça le pas de côté dont parlait Simon ou alors il est juste perdu dans ses pensées et a totalement zappé ? (edit du futur : donc apparemment c’était bien intentionnel, cet oubli de marques !)"
Comme tu l'as constaté, c'est bien intentionnel. Tu apprendras sans doute que Simon est un individu particulièrement méticuleux, et que "oublier" ne fait pas partie de ses habitudes

"« Elle a six jours pour trouver Soa et l'emmener à l'église et, bien que ça sonne tout autrement, ce n'est pas une perspective réjouissante. »
C’est pas le moment de penser à ça xD"
Cette remarque m'est venue instantanément et m'a fait bien ricaner alors jme suis permis de vous la partager. Je trouve aussi ça cool de détendre un peu l'atmosphère parfois, même si l'ensemble est très lourd. On respire un peu mieux ! Et on constate que Gaëlle n'a rien perdu de sa répartie légendaire ;)

"ça me fait trop rire à quel point le gamin est vraiment devenu un colis inanimé, il se fait sa meilleure sieste depuis longtemps je crois haha"
Tu m'étonnes, pauvre choupi...ça fait effectivement super longtemps qu'il pionce comme jamais. J'espère que c'est pas trop long pour le lecteur, je me rends pas compte du tout :/

"« Enfin bon. Maintenant, il faut reprendre Soa et repartir. »
Le fait qu’il ait tabassé quelqu’un et arrive à sonner aussi saoulé et ennuyé de la vie juste après me fait trop rire"
*mission accomplished*

"« Pourtant, elle est encore là, elle n'est assommée pour rien au monde, et elle tient cette chaîne fermement, elle la tient comme on s'accroche à un dernier espoir. »
J’aime beaucoup ce twist, c’est parti pour le deuxième round ! !"
Trop cool, merci d'apprécier tout ça !!

Et merci encore et toujours de me faire rire avec tes commentaires, j'imagine que c'est compliqué de suivre et c'est d'autant plus chouette que tu le fasses malgré ça !
A bientôt :D
Sklaërenn
Posté le 04/05/2021
Coucou, me voilà :D

"Parce que ça, c'est normal, c'est beaucoup trop normal. Ça, c'est une forêt avec de grands arbres, c'est une forêt tout ce qu'il y a de plus commun." Ohoh ! Cette forêt serait-elle celle ou Soa a parler avec Ash ?

"Alors elle sait, et elle ne sait pas qu'un peu. Elle sait tout à fait. Elle sait que le feu de la Traque vient d'être soufflé, elle sait que cette ère est désormais révolue. Et, étrangement, elle se prend à sourire à la pluie.
S'il faut n'être plus Traqueuse qu'une dernière fois, ce sera ici, maintenant, et nulle part ailleurs." Ouh... ! Ça c'est beau ! Très beau !

" Et Simon n'aime pas quand ça traîne." Oh ! Un p'tit nouveau ! Hum, je me demande ce qu'il fait ici, comment il est tombé sur Soa et surtout ce que sa présence va avoir comme impact sur la vie de nos deux protagonistes è-è

"Ash a fait du bon boulot." Donc, il connaît Ash... Hum... C'est intriguant tout ça.

"Elles sont suffisamment discrètes pour échapper au premier inconnu, mais suffisamment voyantes pour qu'un Traqueur aguerri les remarque. Alors elle les remarquera. Elle viendra. Et il a beau marcher vite, chargé comme il est, elle le rattrapera. Il ne sait pas beaucoup de chose, mais de cela il est certain, il en est intimement persuadé." Mais c'est ( ou c'était un Traqueur lui aussi ? ) la liste des questions s'allonge mon petit è-è Pourquoi vouloir attirer Gaëlle ici...

" Il ne sait que trop bien de quoi Il est capable en cas d'échec." Hum... Ce "il", c'est Ash ou un autre... Je ne sais pas pourquoi, mais je penche pour un autre, mais qui :x ?

"Autour d'eux, la forêt se tait peu à peu, seul le vent demeure. La lune s'élève peu à peu, mais on ne distingue pas encore les étoiles. L'obscurité s'épaissit, elle est presque palpable tout autour d'eux. La nuit promet d'être tranquille pour tous les êtres des bois.
Enfin, pour tous sauf pour eux." petite mise en place de la tension l'air de rien. Youpi, j'adore ces moments :3

Ouh comment j'ai aimé leur combat et la détermination de Gaëlle à suivre Soa même blessée fortement. Je doute que tu ai prévu de mettre fin à ces jours à ce chapitre, du coup, j'ai hâte de voir ce que tu as prévu pour après. Pour Soa, pour elle, avec Simon, avec Ash, ce fameux "il" si ce n'est pas Ash. Et puis, je me demande aussi où en est Cléa, son rôle dans tout ça. Et tant d'autres choses XD Comme d'habitude, lire ton histoire est un enchantement et je dévore mot après mot sans me sentir lassée une seule fois :)
dcelian
Posté le 07/05/2021
Wahhh merci beaucoup, comme d'habitude tu me gâtes avec tous ces compliments, ça me touche très sincèrement. Merci <3
J'adore lire vos commentaires, avec dodorêve, j'ai l'impression de voir vos réactions en direct et c'est vraiment adorable hahaha
C'est super cool que tu te poses toutes ces questions, c'est vraiment l'objectif (et désolé de toute cette confusion, les mystères s'accumulent et s'épaississent !), et tout ce que tu me dis est très intéressant. Evidemment, je peux pas te répondre (ça serait trop facile, penses-tu), mais j'en meurs très franchement d'envie x)
Du coup, j'ai d'autant plus hâte de te partager la suite pour qu'enfin tout s'éclaircisse, au moins un peu..... ou pas ?
héhé
<3
dodoreve
Posté le 03/05/2021
YES ! DE ! LA ! BASTON !
On a quand même commencé à parler grâce à ces histoires de faux, alors je ne pouvais pas ne pas me réjouir. C'était cool et j'y retrouve bien la logique que j'attendais (Gaëlle bien ancrée sur ses appuis, l'élan, la prise de risque). Par contre je te préviens, je vais être pénible dans les détails.
Bon, avant d'en arriver là il s'est quand même passé des choses, donc je vais reprendre ma lecture plus tranquillement x)
J'aime beaucoup l'arrivée de Gaëlle et son étonnement, prolongé par l'écoute qu'elle a de la forêt. C'est agréable d'avoir cette constance dans le comportement d'un personnage. Et pourtant, elle se remet largement en question.
"Le clapotis de la pluie qui trempe le silence. Le murmure de la forêt sous les gouttes." <3
"Elle se rappelle toutes ces choses, et elle ne sait pas, elle ne sait plus. Enfin... elle sait un peu, quand même. A force d'y réfléchir, forcément, elle sait au moins un peu." J'aime bien ce passage aussi, ce non-dit qui plane, même si j'attends encore un peu avant de mieux comprendre.
Bonjour, Simon ! (On est d'accord, c'est un nouveau personnage ? À moins que ce soit son point de vue dans le chapitre 12 ?)
"Sous ses pas, les feuilles détrempées font de petits bruits humides." <3 (J'ai officiellement une passion pour la forêt sous la pluie.)
"Plus qu'à espérer qu'elle ne soit pas l'héroïne de cette histoire, alors." Ça, comme on en a déjà parlé, ça m'a fait rire, forcément. C'est amusant parce qu'on sait déjà qu'il n'y a pas vraiment de réponse. On s'attendait au début à ce que ce soit Soa, le "héros" de cette histoire, mais s'ils en sont certainement deux piliers principaux, on se rend bien compte que c'est bizarre de parler d'eux en ces termes. Ne serait-ce qu'à cause de leur confrontation, qui fait qu'on remettra forcément en question toute relation protagoniste/antagoniste. Je ne demande qu'à voir la suite pour savoir comment les choses s'équilibrent vraiment, ceci dit.
Il parle beaucoup du plan, Simon. S'agit-il du projet Abolition ? Mystère. Et comment sait-il que Gaëlle la suit ? QUI lui a dit ?
+ Où est Cléa ? J'ai envie de penser qu'elle a peut-être le pouvoir de passer d'un monde à l'autre sans difficulté, d'où les "absences" que remarquaient Soa plus tôt dans l'histoire.
"Hier, elle n'a pas couru, elle préférait marcher pour économiser ses forces." C'est marrant parce que j'ai exactement ressenti le contraire : qu'elle a couru au début. On sentait pas mal de précipitation, quand même. Du coup c'est un détail intéressant à donner je trouve.
" Elle positionne l'arme devant elle, lame perpendiculaire aux arbres. Ses deux mains, paumes vers le sol, se positionnent d'une part et de l'autre du manche – la gauche en haut, la droite en bas" J'ai du mal à comprendre malgré tout comment elle peut avoir les paumes vers le sol dans cette position. Je n'ai plus les précisions de la discussion qu'on avait eue en tête, mais je n'y reviens pas intentionnellement (ce serait de la triche).
"Elle n'était pas prête à ça. Sa peau... Elle est noire comme la forêt tout autour. Elle est noire comme la sienne." Woaw c'est fou, et moi qui t'en parlait il y a peu !
"Elle s'est laissée surprendre, mais quand même, il faut dire que c'est la première fois qu'elle voit quelqu'un comme ça, quelqu'un comme elle. Elle aimerait lui parler, elle aimerait savoir s'il sait, quoi que ce soit, n'importe. Elle, elle ne sait rien." Et donc c'est un sacré mystère finalement. J'avais pris pour acquis le fait que les habitants du village dont Gaëlle est originaire avaient la même peau, et que si Soa s'en était étonné, c'est parce que c'était un péquenaud qui rencontre pas grand monde. Donc non, okay, d'accord, je note pour la suite. Comme quoi il n'y a pas que Soa à avoir une identité mystérieuse et (peut-être) liée aux Ombres.
"en poussant le manche de sa main droite et en le tirant de sa main gauche, elle effectue un mouvement net avec sa faux, elle fend l'air devant elle pour forcer son adversaire à reculer." Elle relève sa faux en fait ? C'est parce que je m'imaginais le faire que j'ai en tout cas déduit ça (en supposant que je ne me trompe pas), du coup je me demande si à la lecture ce ne serait pas plus simple de décrire le geste aussi grâce à un verbe "synthétique" ? La précision me semble importante, mais peut-être qu'elle me fait perdre en clarté à la lecture (ce n'est que mon ressenti).
"D'un pas en arrière, il s'éloigne de la lame, mais Gaëlle avait anticipé ce repli. Elle place sa paume gauche tout au bout du manche et, d'une vive impulsion, projette le tranchant extérieur de la faux dans l'abdomen de l'homme qui grimace à ce contact." J'imagine que la surprise vient du fait que sa main droite ne bouge pas, mais que sa main gauche passe au-dessus pour se positionner plus près d'elle ? Là encore, je n'avais pas 100% de certitude.
"Le contact glacé de l'argent la fait frémir un instant." J'ai bien aimé ce détail
Gaëlle qui rampe à la fin : aïe. Ça serait quand même mieux de faire une ptite pause, plutôt qu'essayer de forcer à l'exact endroit où elle est blessée, mais j'ai l'impression que quand elle plonge dans le risque et la douleur, elle y va à fond.
"La nuit noire l'enveloppe paisiblement, elle la recouvre, elle recouvre sa douleur et son échec, elle efface tout dans le silence." Hop voilà, un ptit dodo et ça ira mieux.
x) Bon, plus sérieusement, c'est dingue de voir à quel point Gaëlle est happée par Soa quand même. Je me doute bien qu'on n'y est pas encore, mais j'ai hâte de voir leurs retrouvailles. Et de savoir qui est ce fameux Simon ? C'était surprenant mais intéressant d'alterner avec son point de vue, d'ailleurs. Nous mènera-t-il à Ash ? Reverra-t-on Cléa ? (Son absence/présence est si mystérieuse, j'ai l'impression de me poser la question à chaque chapitre x) )
dcelian
Posté le 07/05/2021
"YES ! DE ! LA ! BASTON !" hahaha j'avoue qu'au début on aurait pu croire qu'il y en aurait beaucoup, et en fait assez peu. J'adore inclure ces passages hyper intenses et différents de tous les autres, mais malgré tout ce n'est clairement pas le propos principal. J'espère que c'est pas décevant pour autant ^^'
"J'aime beaucoup l'arrivée de Gaëlle et son étonnement, prolongé par l'écoute qu'elle a de la forêt. C'est agréable d'avoir cette constance dans le comportement d'un personnage. Et pourtant, elle se remet largement en question." Ouiii, c'était vraiment important pour moi et c'est ce début de chapitre qui permet de 'contrebalancer' l'aspect vraiment fantastique du précédent : on se rend compte que tout est pareil, et que certaines choses sont beaucoup plus relatives qu'on a tendance à le croire.
"(J'ai officiellement une passion pour la forêt sous la pluie.)" hahah je comprends carrément, j'ai adoré essayé de retranscrire cette ambiance
""Plus qu'à espérer qu'elle ne soit pas l'héroïne de cette histoire, alors." Ça, comme on en a déjà parlé, ça m'a fait rire, forcément. C'est amusant parce qu'on sait déjà qu'il n'y a pas vraiment de réponse. On s'attendait au début à ce que ce soit Soa, le "héros" de cette histoire, mais s'ils en sont certainement deux piliers principaux, on se rend bien compte que c'est bizarre de parler d'eux en ces termes. Ne serait-ce qu'à cause de leur confrontation, qui fait qu'on remettra forcément en question toute relation protagoniste/antagoniste. Je ne demande qu'à voir la suite pour savoir comment les choses s'équilibrent vraiment, ceci dit." Oui, exact ! Je pense qu'on a tendance à considérer Soa comme le héros au début du récit, notamment parce que je m'étends un peu sur son passé et que celui de Gaëlle reste flou, mais en réalité c'est juste qu'il fallait commencer quelque part, et petit Soa est le premier personnage qui m'a fait me dire : écris cette histoire, bordel. Donc voilà, c'était un petit hommage à lui en quelque sorte ! Tout ça pour dire, Gaëlle est tout aussi importante, et ces chapitres sans Soa me permettent d'accentuer ce que j'avais laissé de côté au départ, alors c'est trop chouette :)
"Il parle beaucoup du plan, Simon. S'agit-il du projet Abolition ? Mystère. Et comment sait-il que Gaëlle la suit ? QUI lui a dit ?" Oui, 'mystère' comme tu dis hehe
"+ Où est Cléa ? J'ai envie de penser qu'elle a peut-être le pouvoir de passer d'un monde à l'autre sans difficulté, d'où les "absences" que remarquaient Soa plus tôt dans l'histoire." Ici encore, je ne dirai rien mais je suis franchement ravi de voir tes théories ! Pour répondre partiellement et sans spoil : Cléa est (comme tu l'as compris) liée à Soa (d'une façon ou d'une autre), et comme Soa est pour le moment dans une parenthèse un peu à part, ça me paraissait logique que Cléa n'intervienne pas non plus. Là, c'est le moment pour Gaëlle de briller, et personne ne lui volera le spotlight. A part Simon, peut-être... ?
""Elle positionne l'arme devant elle, lame perpendiculaire aux arbres. Ses deux mains, paumes vers le sol, se positionnent d'une part et de l'autre du manche – la gauche en haut, la droite en bas" J'ai du mal à comprendre malgré tout comment elle peut avoir les paumes vers le sol dans cette position. Je n'ai plus les précisions de la discussion qu'on avait eue en tête, mais je n'y reviens pas intentionnellement (ce serait de la triche)." Je suis hyper frustré parce que dans ma tête tout est limpide, mais c'est absolument impossible de t'expliquer comment je vois les choses à l'écrit. Et d'un autre côté, je peux pas m'empêcher de me dire : j'écris les choses, mais tu peux aussi les comprendre d'une autre façon, c'est un peu la 'magie' de l'écriture pour ainsi dire ? Enfin bon, j'aimerais sincèrement t'expliquer précisément comment je visualise la scène, mais j'ai essayé et j'en suis parfaitement incapable (ça serait vraiment trop incompréhensible), donc je te laisse te faire ta propre idée. ça me dérange pas que le lecteur ait une impression différente de celle que j'ai eue en rédigeant !
""Elle n'était pas prête à ça. Sa peau... Elle est noire comme la forêt tout autour. Elle est noire comme la sienne." Woaw c'est fou, et moi qui t'en parlait il y a peu !
"Elle s'est laissée surprendre, mais quand même, il faut dire que c'est la première fois qu'elle voit quelqu'un comme ça, quelqu'un comme elle. Elle aimerait lui parler, elle aimerait savoir s'il sait, quoi que ce soit, n'importe. Elle, elle ne sait rien." Et donc c'est un sacré mystère finalement. J'avais pris pour acquis le fait que les habitants du village dont Gaëlle est originaire avaient la même peau, et que si Soa s'en était étonné, c'est parce que c'était un péquenaud qui rencontre pas grand monde. Donc non, okay, d'accord, je note pour la suite. Comme quoi il n'y a pas que Soa à avoir une identité mystérieuse et (peut-être) liée aux Ombres." Eh oui, c'est quelque chose que je n'ai pas du tout abordé jusqu'à présent, le passé de Gaëlle, sa famille, le fait qu'elle croyait être la seule à avoir la peau noire. Je me permets de garder un peu de mystère, ça serait vraiment pas drôle autrement héhé
Mais ce que je peux te dire, c'est que d'une façon générale, j'essaie de donner un sens à tout ce que j'écris. Je veux que 'rien' ne soit comme tel sans explication derrière, je veux que tout ait un sens, même ces détails qui paraissent anecdotiques. C'est un peu ambitieux, évidemment, mais ça fait partie de ce qui me motive !
""Le contact glacé de l'argent la fait frémir un instant." J'ai bien aimé ce détail" c'est marrant que tu me dises ça, parce que je l'ai rajouté après coup justement ! en relisant la scène, je trouvais qu'il manquait quelque chose, et quand j'ai enfin compris que c'était ça, ça m'a paru évident !!
"Hop voilà, un ptit dodo et ça ira mieux." hahahah je suis content que tu le prennes comme ça, c'est bien plus doux, ça me va tout à fait !
dcelian
Posté le 07/05/2021
"Bon, plus sérieusement, c'est dingue de voir à quel point Gaëlle est happée par Soa quand même. Je me doute bien qu'on n'y est pas encore, mais j'ai hâte de voir leurs retrouvailles. Et de savoir qui est ce fameux Simon ? C'était surprenant mais intéressant d'alterner avec son point de vue, d'ailleurs. Nous mènera-t-il à Ash ? Reverra-t-on Cléa ? (Son absence/présence est si mystérieuse, j'ai l'impression de me poser la question à chaque chapitre x) )" Effectivement, comme tu le remarques très justement : y a encore beaucoup de choses à éclaircir x)
Gaëlle est effectivement vraiment happée par Soa, mais je dirais aussi qu'elle est happée par la Traque, par son égo qui lui interdit de baisser les bras maintenant qu'elle s'est lancée là-dedans, et surtout, elle est tenue par cette promesse à Grégor, et elle ne revient jamais sur ses promesses ! Enfin... on verra ? hihi
Quant à Simon, effectivement ça peut paraître surprenant d'adapter son point de vue. Mon intention dans toute cette histoire en générale (tu as déjà dû t'en rendre compte), c'est de brouiller les frontières entre 'antagonistes' et 'protagonistes'. J'ai envie qu'on puisse s'identifier même à ceux qu'on peut considérer comme 'méchants', j'ai envie qu'ils aient un objectif et une humanité, si différente de celle des héros soit-elle, donc c'est en partie pour ça que j'ai décidé de suivre son point de vue en parallèle à celui de Gaëlle. Presque comme pour dire, "tiens, et si c'était lui, à la place de Soa, finalement, est-ce qu'on arriverait à l'apprécier aussi ? Est-ce qu'on le comprendrait, et est-ce qu'on s'attacherait à lui pareil ?" Voilà, encore une fois, c'est probablement très ambitieux, mais j'aime énormément son évolution au cours des chapitres suivants. Je te laisserai en juger par toi-même, évidemment !!! Désolé d'autant te raconter ma vie, comme d'habitude, ça doit pas être facile tous les jours bhahaha
Evidemment, merci encore pour ta lecture et tes remarques, tes petits cœurs, tes théories, tes suggestions, ça me fait tellement plaisir <3
En espérant que tu survives à ce commentaire ;)
Vous lisez