Chapitre 19 : Les douze

Notes de l’auteur : Que puis-je dire si ce n'est... Bienvenue à la Table des Sept ? Hâte d'avoir votre avis !

À l’aube, douze personnes se tenaient debout, raides et tendues, devant une longue table de marbre. Des rayons dorés et rouges venaient caresser la salle resplendissante de lumière. L’immense pièce avait été nettoyée de fond en comble avant l’évènement. Des senteurs de fleurs fraîches emplissaient les narines des souverains des Sept Royaumes, si entêtantes qu’elles leur feraient presque oublier la tâche qui pesait sur leurs épaules.

Devant les portes-fenêtres, dissimulées par des rideaux blancs qui volaient sous le vent, un large pupitre en bois de chêne trônait. Derrière lui, un petit homme chauve vêtu d’une tunique bleu marine, connu du Palais des Lumières, et un homme plus grand, aux cheveux noirs soyeux coupés au carré, et enveloppé dans une robe blanche. Derrière ce pupitre, un Penseur et un Dévoué officiaient, chargés de l’organisation spatio-temporelle de la Table.

L’homme aux cheveux noirs leva une main tannée pour réclamer l’attention de son audience, bien qu’il n’eut pas besoin d’un tel geste pour imposer le silence qui régnait déjà.

— Souverains des Sept Royaumes, bienvenue à la troisième Table des Sept, qui s’ouvre en ce jour. Je me présente : je suis le Dévoué Daryn, Grand Prêtre du Cloître des Dévoués et Coordonateur du département de l’enseignement au sein du Cloître. Je serai chargé de l’annonce des règles et des consignes. Le Penseur Perrault ici présent, Prêtre-apprenti au Cloître des Penseurs, Responsable-adjoint de la Grande Bibliothèque, détaché à la direction de la Bibliothèque du Palais des Lumières, sera mon assistant chargé de la comptabilité.

L’interpellé leva les yeux, qui étaient rivés sur ses mains jointes, et adressa un sourire enfantin à l’assemblée de rois et reines. Lorsque son regard croisa celui de Jade des Ospales, ce sourire devint éclatant.

— Souverains, je vous demande de vous rapprocher de la Table.

La voix calme et mélodieuse de Daryn guida les membres de la réunion, jusqu’à ce qu’ils s’alignent docilement face au bloc de marbre blanc.

— J’invite à présent le cadet et l’aîné à se tenir, face à face, en bout de Table.

Une femme élancée, à la peau d’un noir profond, mise en valeur par une robe de soie jaune pâle, se détacha de l’attroupement et prit place à côté de l’une des chaises présidant la Table. Lorsqu’elle tourna la tête vers ses comparses pour les toiser d’un air inquisiteur, les rares mèches qui tombaient de part et d’autre de son visage en nattes serrées virevoltèrent joyeusement. À chacune de leurs extrémités pendait une petite perle d’or.

Jade croisa le regard de Garance des Andes, avant de risquer un coup d’œil vers Marina d’Elesther, qui se tenait  droite et fière tout près d’elle. Cette dernière lui adressa un sourire amusé qui semblait dire « vous ne croyez pas que je suis plus jeune que vous, tout de même ? ». Les yeux rieurs de son Chancelier paraissaient lui donner raison. S’avouant vaincue, Jade rejoignit Garance des Andes à l’opposé de la Table, la tête haute. Chacune une main perchée sur le dossier de la chaise de bois, la cadette et l’aînée de la Table des Sept se mesurèrent du regard.

— Souverains, prenez place autour de la Table des Sept.

Dans un accord tacite, les rois et reines se répartirent autour du rectangle de marbre par couple. Les représentants d’un même royaume se placèrent tous côte à côte, sans un seul regard échangé. Une fois les douze silhouettes immobiles, et les vingt-quatre mains posées sur les dossiers, tantôt crispées tantôt agitées, tous les yeux convergèrent dans la même direction.

Vers les deux chaises vides au centre de la Table.

Le Dévoué Daryn se racla la gorge en déroulant un parchemin qui semblait prêt à devenir poussière. Le son rauque de sa gorge et le crissement infini du papier résonnèrent sur les murs de la pièce vide.

— Souverains des Sept Royaumes, voici céans les Règles qui gouverneront la Table des Sept.

Pendant que Daryn marquait une pause solennelle, Jade s’offrit le loisir d’observer son entourage. Elle fut surprise de noter le regard appuyé que posait Kiryana sur Marina, mais elle choisit d’interpréter cela comme un élan de pure curiosité. En revanche, les épaules recroquevillées et le visage baissé de son père ne l’étonnèrent guère. Pas plus que le contraste qu’il créait, à côté du visage relevé et du regard de glace de Diane, braqué droit devant elle. Droit sur sa propre fille. Jade se souvint alors de cette sensation lancinante qui l’avait déchirée tant de fois durant son enfance, lorsqu’elle avait osé soutenir le regard de sa mère. Cette froideur insidieuse qui la gelait de l’intérieur, la rendait toute petite aux yeux des autres, et aux yeux du monde entier. Cette sécheresse qui lui rappelait les nuits sans caresse ni larme, et les jours vides de sens et de sentiment. Voilà pourquoi il lui fallait apprendre. Apprendre pour savoir, apprendre pour oublier. Mais jamais pour comprendre. Car, elle le savait, nul ne pourrait jamais comprendre Diane des Ospales.

Et ce fut cette dernière qui détourna en premier ses yeux de diamant, lorsque la voix du Dévoué retentit de nouveau. Il commença à énoncer les Règles d’un ton lourd et percutant, comme il placerait un pion sur un échiquier.

— Les Sept sièges sont occupés par les souverains Parlants, les sept autres par les Attendants. En cas de Vacance, la Table est suspendue.

Un silence de plomb s’abattit sur la salle, qui prenait une teinte rose ambré, suivant la course du soleil levant.

— Je crois qu’il n’est pas nécessaire d’énoncer les règles suivantes, commença Diane d’un ton tranchant, prête à tourner les talons. La première est défaillante. Nous pouvons d’ores et déjà tout arrêter.

— Voyons, tempéra Garance de sa voix grave et hypnotisante, l’aube vient à peine de pointer le bout de son nez. Laissons le temps aux retardataires de faire leur apparition.

— Savons-nous au moins qui sont ces retardataires ? interrogea Amalric, bras croisés sur son torse, impatient.

— Les Souverains de Crystallide, sans aucun doute, intervint Jade, imperméable aux regards étonnés qui se braquèrent sur elle. Mais nous ignorons à ce jour leur identité.

— Je crois que l’on peut considérer le trône de Crystallide comme vacant, tout comme ce Siège, minauda le Dévoué Valmec, qui avait enroulé un bras pernicieux autour des épaules d’Eléanor. Le prince de Crystallide est mort, sa fiancée disparue. Enlevée, sans nul doute. Décédée, probablement.

— Non.

Toute l’attention se porta sur la reine de Percée, silhouette effacée et voûtée, cachée derrière un rideau de cheveux secs et misérables. Elle leva lentement la tête, dévoilant son visage émacié.

— Ma fille n’est pas morte, répéta-t-elle, comme un mantra, son regard vide n’accrochant aucun autre. Juliette n’a pas été enlevée. Elle est partie.

Valmec orienta des yeux effarés, et brillants d’une lueur inquiétante, vers sa reine. Il se rapprocha d’elle, renfermant un peu plus l’étreinte dans laquelle il la retenait. Avant qu’elle ne baisse la tête pour se dissimuler de nouveau derrière le rideau opaque de sa chevelure, Jade crut apercevoir une larme couler le long de sa joue. Le Dévoué eut un rire nerveux, tandis qu’il tentait tant bien que mal de détourner l’attention d’Eléanor.

— Ne faites pas attention, Vos Majestés, je vous en prie, assura-t-il d’une voix légèrement tremblante. Sa Majesté la reine Eléanor est souffrante, ses mots ne font pas toujours sens. Mais je peux vous promettre que…

— Quoiqu’il en soit, le coupa Marina, ferme et confiante, nous devons reconnaître que ma tante a raison.

Elle jeta un œil vers Diane, qui manqua ouvrir la bouche de surprise, si elle n’avait pas tant de contrôle sur son corps.

— À l’heure qu’il est, deux sièges sont vides. Et la Table ne peut être ouverte avec deux sièges vacants.

Soudain, le Dévoué Daryn, qui s’était bien retenu d’intervenir jusqu’à présent, frappa le pupitre de la paume de sa main dans un bruit sourd. Perrault apporta ses mains jointes contre son épaule dans un sourire énigmatique, comme pour y déposer quelque chose, puis quitta le pupitre. Dans un mouvement méthodique et efficace, il aller tirer les chaises vides, mettant en évidence la carence, de telle manière que nul ne pouvait plus l’ignorer.

— Je déclare à présent la Vacance, tonna Daryn. La Table des Sept est suspendue jusqu’à nouvel ordre.

De nouveau, sa main s’abattit sur le bois avec force. Sans attendre leur reste, les deux prêtres quittèrent la salle, laissant derrière eux douze silhouettes figées et muettes.

***

Pour l’occasion de l’ouverture de la Table des Sept, un repas somptueux avait été préparé pour les invités. La salle du trône avait été habillée et décorée en conséquence : une immense table dans un bois noble était dressée au centre de ce qui servait d’ordinaire de piste de danse. Elle était recouverte d’une nappe de soie blanche, qui croulait sous les nombreux couverts en argent et les plats remplis de victuailles variées. Tout avait été pensé pour convenir à tous ; les viandes juteuses et entières s’accompagnaient de bouillons de fleurs et de légumes légers, et les poissons semblaient si frais et si purs qu’ils auraient pu être encore vivants. D’imposants saladiers et bols contenaient des légumes et féculents de toute taille et de toute couleur, si bien que nul n’était forcé de consommer des animaux morts.

Peu à l’aise devant une table aussi grande, Jade patienta jusqu’à ce que tous aient pris place, avant de s’asseoir, non sans soulagement, à côte de son père, le roi Léon des Ospales. Celui-ci leva les yeux un instant vers elle tandis qu’on lui servait un morceau conséquent de sole grillée, et il sembla presque surpris de la voir. La nouvelle reine d’Indeya, quant à elle, esquissa un sourire mélancolique.

— Bonjour, père. Vous n’êtes pas venu me saluer lors des présentations officielles.

Léon tourna la tête à droite à gauche, à l’affût d’oreilles indiscrètes, jusqu’à ce que son regard se pose sur Diane, à l’autre bout de la table. Il poussa un soupir à peine contenu avant de se tourner de nouveau vers sa fille.

— Pardonnez-moi, ma fille, dit-il de cette voix faible qu’elle avait toujours connue. J’ai jugé que ce n’était point le moment importun, et puis je ne vous ai plus vue depuis, malheureusement.

L’affirmation dissimulait avec peine une question, mais Jade choisit de l’ignorer.

— Hm. Dites-moi, comment va Mère ?

La fourchette du roi Léon se figea à quelques centimètres du morceau de fenouil jaune qu’il s’apprêtait à empaler. Son regard se perdit dans l’observation de la sauce vermillon qui créait de belles trainées dans son assiette.

— Que voulez-vous dire ?

— Exactement ce que je viens de dire, répliqua Jade, imperturbable. Savez-vous comment elle se sent à l’approche de cet évènement diplomatique sans précédent ?

— Ce n’est pas vraiment sans précédent. Votre grand-père… mon père, le roi Maxime d’Indeya avait assisté à la précédente. Le père de votre mère, également. Et leurs grands-pères avant eux ont créé la Table des Sept avant de l’inaugurer…

Jade l’interrompit avec un petit rire narquois.

— Je vous en prie, père. Ne jouons pas à cela. Pas vous. Et pas avec moi, ajouta-t-elle, lui lançant un regard entendu par-dessus sa bouchée de viande saignante. Nous savons tous deux que cette Table, contrairement aux précédentes, menace de changer beaucoup de choses.

— Pourquoi le croyez-vous ? l’interrogea Léon, l’air sincèrement étonné.

— Premièrement, le nombre écrasant de femmes. Cinq contre deux.

Contre ? Pourquoi dites-vous "contre" ?

Jade sourit. Elle était soulagée que Christian ait choisi d’organiser des dîners relativement libres et peu formels, sachant que les souverains devraient répéter ce rituel chaque soir. Les discussions allaient donc bon train autour de la tablée, si bien que le brouhaha couvrait aisément leurs échanges.

— La première Table des Sept était composée d’hommes. Ce sont eux qui ont élaboré la Loi Sacrée. Cette loi dont les femmes sont totalement, mystérieusement absentes. La Table suivante a emprunté le même chemin. Alors, bien sûr qu’une Table de femmes va tenter de défaire ce qu’ont fait ceux qui les ont oubliées cent quarante ans plus tôt.

Léon ne répondit rien mais avala avec difficulté son vin des Andes, aussi âpre que l’information qu’il venait d’entendre.

— Je… Je ne sais trop comment votre mère appréhende la Table des Sept, reprit-il d’une voix à peine audible. Je ne sais si ses ambitions sont dans l’évolution, ou la révolution…

Cette fois-ci, Jade éclata d’un rire plus franc, ce qui lui attira l’attention de Marina et Kiryana, assises en face d’eux, côte à côte. Marina semblait clairement amusée, à en juger par l’éclat qui scintillait dans ses prunelles mordorées. En revanche, la Sorcière Bleue paraissait presque courroucée d’avoir été interrompue dans sa conversation. Les deux femmes avaient passé leur soirée à échanger des mots que nul ne pouvait entendre, tandis que leurs yeux s’arrêtaient sur tout excepté leur interlocutrice, comme si elles tentaient de dissimuler l’intérêt mutuel qu’elles s’étaient découvert l’une pour l’autre. Jade était prête à mettre sa main au feu que ce lien avait des racines bien plus profondes que ce qu’il semblait.

Son observation la conduit vers un autre duo étrange, mais qu’elle trouva, pour une raison qu’elle ne saurait nommer, bien plus inquiétant. À l’entrée de la salle se tenaient Madame Ren et Jeanne, coude contre coude, plongées dans une observation presque incommodante du repas, tant leur regard était insistant. De temps à autre, leurs lèvres bougeaient lentement, imperceptiblement. Le visage lisse de Jeanne se déformait dans une grimace, tandis que Ren demeurait aussi impassible qu’une poupée de cire. Jade ne saurait dire ce qui occupait l’esprit de ces deux dames, mais ce dont elle était sûre, c’est qu’il ne s’agissait pas de quelque chose de réjouissant. Car leurs yeux perçants étaient fixés sur Diane des Ospales.

Puis, elle se souvint de son père, de son innocence et son optimisme concernant sa mère qui l’avaient tant exaspérée par le passé. Aujourd’hui, ils la rendaient simplement triste. Elle posa ses couverts dans un tintement mélodieux et se tourna franchement vers son père, profitant que le bruit ambiant ait de nouveau empli la salle.

— Si vous pensez que Diane n’est pas ici pour changer le monde, alors vous ignorez tout de la femme qui partage votre couche depuis vingt ans.

***

Gina avait été mandatée par le premier ministre pour observer le banquet d’un œil discret. Alors que le dit premier ministre était attablé à cette même table. Et quand bien même l’Intendante du Palais veillait déjà au bon déroulement de la soirée. C’était grâce à la pitié de cette dernière, qui avait reconnu son inutilité, qu’elle avait été autorisée à s’éclipser. Aussi invisible qu’une ombre, elle avait rejoint le balcon plongé dans l’obscurité. Les rideaux avaient été tirés, protégeant la salle lumineuse de la noirceur de la nuit. Assise sur l’extrémité de la balustrade, une jambe flottant dans le vide, Gina pouvait enfin penser en paix.

Jusqu’à ce que les grandes fenêtres s’ouvrent sur une petite silhouette, qui referma les battants prestement après s’être glissée dans l’interstice. L’Ange des Sourires crut entendre un fin soupir, et la forme sombre s’approcha lentement de la rambarde de pierre pour s’y accouder. Un deuxième soupir, plus long et plus las. Tous les membres de Gina étaient tendus à l’extrême. Une main crispée sur la pierre, l’autre s’appuyant sur le mur, dans l’appréhension du prochain geste de l’inconnu, elle était prête à bondir à tout instant. Le murmure fatigué qui parvint à ses oreilles aida son corps et son esprit à se détendre peu à peu.

— Si seulement je pouvais le voir…

Il n’en fallut pas plus à Gina pour reconnaître cette voix, inhabituellement désespérée. Elle ne put s’empêcher d’offrir un rictus amusé à la lune.

— Voir quoi ?

La silhouette se tourna vers elle dans un sursaut, et le sourire de Gina s’élargit encore. Un rai de lumière s’échappant d’entre les rideaux se refléta dans les yeux écarquillés de la reine Jade. Mais celle-ci se reprit très vite. Ses épaules se relâchèrent peu à peu tandis que la tension la quittait. Un rire au goût sucré d’autodérision franchit ses lèvres.

— Je ne m’attendais pas à vous croiser ici, Mademoiselle Gina.

— Pour une fois, le sentiment est réciproque.

Le sourire de la reine d’Indeya s’évanouit, et Gina ne se retint pas de froncer les sourcils. Elle était consciente que Jade ne pouvait voir d’elle rien de plus qu’une tache sombre contre le blanc de la pierre.

— Vous n’allez pas répondre à ma question ? demanda l’Ange des Sourires, tentant d’adoucir sa voix rauque.

— Non, je ne crois pas.

Gina dut rassembler toute sa volonté pour se retenir de grogner de frustration. Puis, elle décida que puisque la reine ne semblait pas d’humeur à parler, alors elle devrait apprendre à supporter sa présence en silence. Un sentiment de calme et d’apaisement s’engouffrait progressivement dans sa poitrine alors qu’elle observait la lune qui se dissimulait derrière les hauts conifères des jardins du palais. Seul le bruit du vent qui caressait les feuilles des arbres venait troubler la sérénité de la nuit, masquant les voix qui se mêlaient et s’entremêlaient dans la salle du trône. Le banquet touchait à sa fin, et il ne restait que peu de convives. Ses yeux se fermèrent d’eux-mêmes et un petit picotement vint taquiner le bout de ses doigts. Elle avait envie de peindre.

Non. Elle avait besoin de peindre.

Mais cette sensation magique mourut lorsqu’une voix s’éleva non loin d’elle, plus proche qu’auparavant.

— Mademoiselle Gina, si je vous demandais l’autorisation de vous poser une question sincère, me la donneriez-vous ?

La reine avait murmuré plus qu’elle n’avait demandé, et si Gina ne s’était pas concentrée, elle n’aurait peut-être pas pu l’entendre, au milieu des chuchotements du vent. Jade était toujours appuyée sur la balustrade, sa tête penchée reposant sur la paume de sa main. Son regard apparaissait figé vers l’horizon, là où la lune se faisait tout aussi discrète qu’elle. De son autre main, elle tapotait la pierre de ses ongles, à quelques centimètres à peine des pieds de Gina. Cette dernière siffla entre ses dents et rétracta ses jambes un peu plus contre elle dans un réflexe qu’elle ne contrôla pas, mais qu’elle jugea stupide une fois l’instant passé.

— Vous n’avez pas besoin de me demander l’autorisation, marmonna Gina, d’un ton bourru. Vous êtes la reine.

En prononçant ses mots, elle réalisa la profondeur de leur sens, et elle ajouta d’une voix plus forte.

—  Mais j’imagine que le simple fait que vous la demandiez prouve que vous la méritez… peut-être, un peu.

L’Ange des Sourires se gratta le coude dans un geste nerveux, machinal. Lorsque la reine pivota la tête vers elle, elle crut apercevoir un sourire se dessiner sur ses lèvres. Et elle regretta instantanément sa sollicitude.

— La sorcière Kiryana a affirmé que votre magie était puissante. Je suis persuadée qu’elle a raison, commença la reine, son ton neutre et diplomate. Mademoiselle Gina, accepteriez-vous de me dire si vous savez d’où vient votre magie ?

Gina resta figée pendant de longues secondes, incapable de savoir ce que serait son prochain mouvement, son prochain mot. Elle n’avait jamais autant regretté sa compassion pour la solitude de la reine qu’à cet instant précis. Mais Jade ne lui imposait pas de révéler la source de sa magie, et l’Ange des Sourires n’avait perçu dans l’intonation calme de sa voix qu’une curiosité presque académique, loin des indiscrétions obscènes qu’elle avait pu lui infliger plus tôt. Peut-être qu’après tout, Guillaume d’Arsénis accordait bien trop d’importance à la menace hypothétique que représentait une jeune fille de dix-sept ans.

— Selon Perrault et ses bouquins, la Source de ma magie serait la Terre. Parce que j’arrive à manier les pigments de peinture et à leur donner une sorte de… vie, une fois posés sur la toile.

La reine Jade eut un petit rictus satisfait lorsqu’elle hocha la tête. Gina choisit de l’ignorer, pour fixer ses doigts sur lesquels elle ne distinguait plus les taches de peinture. Elle croyait voir une lueur qui les entourait comme une auréole, mais peut-être s’agissait-il plutôt d’une illusion induite par l’étrangeté du moment.

— Mais si vous me demandez si cette magie provient de mes parents, alors j’ai peur de vous décevoir, Votre Majesté.

Sa voix avait retrouvé son mordant et son cynisme, mais la sincérité qu’elle portait sembla suffire à la reine car elle ne s’en offusqua pas.

— Pourquoi donc ?

— Parce que je connais pas mes parents, répliqua-t-elle sèchement, regardant toujours ses mains obstinément. Je les ai jamais connus, et je les connaîtrai jamais.

— Hm… Le ton de la reine était soudain absent, et son visage était de nouveau tourné vers les ténèbres du jardin. Mais est-ce là votre choix ?

Cette fois-ci, l’Ange des Sourires fut arrachée à la contemplation de ses doigts, et elle riva ses yeux brillant de méfiance sur Jade.

— Qu’est-ce que c’est que cette question ? aboya-t-elle.

— La question que je vous pose. Vous n’êtes absolument pas obligée d’y répondre, cependant.

Gina serra les dents quand elle capta le sourire de la reine qui s’élargit, son air presque arrogant. Elle savait que les mots qu’elle prononcerait ensuite lui déplairaient, et pourtant elle ne pouvait s’empêcher de rester là, immobile dans sa rage naissante, attendant l’inévitable.

— Votre réaction me suffit amplement, termina enfin la reine, toujours sans la regarder.

La peintre royale se propulsa sur ses bras pour quitter son perchoir de pierre. De la rambarde, elle glissa agilement sur le sol, pour atterrir à quelques centimètres de la reine, qui ne daignait toujours pas lui faire face. Elle s’approcha autant qu’elle le put, si bien que l’épaule de Jade effleura sa clavicule et que l’odeur acidulée qui émanait de la chevelure de feu envahit ses narines. Mais elle ne se détourna pas.

— Vous ressemblez à la reine Katherine, chuchota-t-elle, si proche de l’oreille de la reine.

Enfin, ses paroles eurent l’effet escompté, et Jade se tourna franchement vers elle. À son plus grand regret, elle ne prit pas la peine de marquer une distance entre elles, mais se contenta de lever ses yeux scintillant d’espoir vers elle.

— Vraiment ?

Cet éclat, cette pureté, elle l’avait longuement admiré dans un autre regard. Plus doux, plus bleu. Un regard qui ne lui avait pas donné cette envie folle de se laisser consumer à l’intérieur.

— Oui, abandonna-t-elle à contre-cœur, arrachant ses prunelles à celles qui voulaient la dévorer. Beaucoup.

Soudain, une petite main captura la sienne, les doigts froids s’enroulant autour des siens pour leur asséner une petite pression. Gina fut traversée d’un courant froid qui transperça son échine. Lorsqu’il atteignit ses épaules, il se mua en une déferlante de chaleur qui semblait courir après son cœur.

— Je dois vous remercier pour ce compliment, je crois, mais… Dites-moi, je ne lui ressemble pas trop, j’espère ? murmura Jade, tête baissée, regard figé sur leurs mains entrelacées.

L’Ange des Sourires eut la désagréable impression que son cerveau ne comprenait pas le sens de cette question. Mais son corps, lui, le comprenait parfaitement. C’est pourquoi elle ne comprit pas non plus lorsqu’elle tendit sa main libre pour lever le menton de la reine. C’était comme si une force surpuissante la contrôlait contre son gré. Elle ne sentit pas ses muscles se tendre alors que ses doigts et ses mains se mouvaient, comme dotés de leur propre conscience.

Puis, Gina dégagea sa main de l’étreinte de Jade, pour la poser délicatement sur la joue ronde de la reine. Du bout des doigts, elle traça une ligne sur sa mâchoire, son menton. Comme guidée par une voix qui serait inaudible de tous, elle continua son voyage en visitant le front de Jade, puis elle se laissa glisser le long du nez fin. Alors qu’elle s’arrêtait à son extrémité, elle entendit distinctement l’air se bloquer dans la bouche de Jade. Un rapide coup d’œil lui confirma que la reine avait les yeux clos depuis un long moment.

Elle aurait dû s’arrêter là. Elle n’avait pas le droit de s’approcher de la reine d’Indeya. Elle n’avait pas le droit de la toucher. Mais la reine, avait-elle seulement le droit de le désirer ?

Abandonnant définitivement toute réflexion, Gina déposa son pouce sur les lèvres de Jade. Le souffle chaud qu’elle cueillit sur son passage fit naître un fourmillement déraisonné dans le creux de son ventre. Alors qu’elle n’avait jamais écouté rien ni personne, elle choisit d’écouter cette sensation qui lui hurlait de poursuivre. Son pouce s’arrêta au creux des lèvres entrouvertes. L’Ange des Sourires les trouva si douces qu’elle fut incapable de s’en détacher. Peut-être que si elle les regardait assez intensément, la brûlure dans sa poitrine qui lui ordonnait de se fondre en elles disparaitrait.

— Non, lâcha-t-elle enfin, la voix brisée. Pas trop.

Dans un courant d’air, Gina rompit le contact et tourna le dos à la reine. Lorsqu’elle crut entendre l’inspiration saccadée de Jade qui retrouvait son souffle, elle ouvrait déjà les portes pour fuir l’obscurité envoûtante.

La nuit lui susurrait que tout était possible auprès d’elle. Les actes n’avaient plus de conséquence quand ils se dissimulaient dans la tendresse des ténèbres.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Cherry
Posté le 08/08/2021
Coucou !

QUELLE FRUSTRATION (POURQUOI FUIR GINA ??? POURQUOI T'AS ROMPU LE CONTACT ???)

Bon plus sérieusement, j’ai énormément de questions… Et j’ai l’impression de « gâcher l’ambiance » mais…. Voilà je suis pas convaincue par le début du chapitre. Je suis d'accord avec Ciel orage

(et ça n’a rien à voir sur ce que j’ai dit sur Les Plumettes)

Pourquoi est-ce qu’ils n’ont pas vérifié plus tôt pour savoir qui serait le ou la souverain.e de Crystallide ? Pourquoi faut-il que le jour j quelqu’un remarque leur absence et que la table soit annulée ? Pour moi c’est pas du tout logique, c’est comme un prof d’école qui aurait oublié de faire l’appel et qui remarque au dernier moment que Jean-Christophe est absent alors que NON la table c’est un évènement géopolitique super important. Et vu que ce sont des souverains, bah tout le monde les connaît. Alors pourquoi ne pas avoir remarqué plus tôt leur absence ? Et pourquoi voir tout le monde être choqué ? Pourquoi sont-ils étonnés alors que ça fait des lustres que la princesse juliette a disparu ? Je suis perplexe... Et puis on attend depuis longtemps la Table ! Alors la suspendre juste parce qu'on a oublié de regarder qui est absent me frustre

J’suis désolée, je suis trop méchante (dis-moi si j'ai dit un truc qui va pas)

Mais la dernière partie du chapitre m’a comblée ! Je suis trop in love, et j’ai été frustrée de les voir se séparer ! Mais bon, we never know (Gina arrête de fuir comme Momo, et affronte ton destin !)

(Entre Jade et Sabran, je préfère largement Jade qui est humble et généreuse même si elle peut se montrer entêtée. En comparaison, Sabran a toujours l’air hautaine et stricte et c’est ça qui m’a déplu, son comportement de diva me tape sur le système.)

Voilà ^^ mais sinon ça reste un régale de lire LTDS ^^
ModesteContesse
Posté le 10/08/2021
Coucou ma p'tite Cherry ;)

Ahahah j'avoue j'attendais les majuscules pour cette dernière scène x) Ouais, Gina a eu comme un déclic à la fin, elle sentait que c'était pas trop bien de continuer xP

Maintenant, par rapport à la suspension de la Table, comme je te le disais : je comprends ! C'est frustrant et c'était un peu fait exprès x) Après, je suis d'accord que c'est pénible mais je vais y réfléchir pour la réécriture. C'est juste que j'avais besoin d'instaurer ce moment de battement pour mettre en avant la tension et les désaccords entre les souverains.
Et comme je te disais, si si, ça fait plusieurs chapitres (voire dès le début) que tous les souverains savent qu'il y aura potentiellement des absents pour le royaume de Crystallide ! Mais pour autant, il y avait une incertitude sur l'identité des souverains qui allaient débarquer, et ils n'avaient aucun moyen de les contacter :/ (Y a pas WhatsApp dans LTDS lol :P) Non mais je vais voir, pour peut-être avancer le moment où Tu-Sais-Qui (au pluriel) arrivent xD

Et wesh ! Pourquoi tu dis que je fuis moi ?! J'ai rien fait jpp xDD
Mais oui, Gina a fui parce que bon... c'est la reine quand même, elle est mariée mdr (oups)

Et contente que tu préfères Jade à Sabran héhé :) Et heureuse que tu apprécies toujours la lecture malgré tout !

À bientôt <3
Ewany
Posté le 02/08/2021
Je me demande, dès le début il avait été prévu que la Table soit suspendue ? Du coup je me demande à quoi sert tout ça x) Il a l'air clair dans l'esprit de tous que deux sièges resteraient vacants.

"Alors vous ignorez tout de la femme qui partage votre couche depuis vingt ans." Franchement, je me demande s'il la partage encore xD à part la partie conception d'héritiers, j'imagine ce mariage des plus platoniques xD et chacun dans leur chambre.

Aaaw j'ai trop fangirlé à la fin de ton chapitre xD C'était écrit avec une vraie... délicatesse ? Enfin, je ne sais pas comment décrire ça, mais c'était "beau" et c'est agréable de lire de si jolies scènes entre deux personnages aussi captivants ! Les deux dernières phrases sont waouh, si tu permets je vais les noter quelque part :D
ModesteContesse
Posté le 03/08/2021
Alors, dans ma tête oui c'était prévu ^^ Dans la tête de mes personnages, en revanche, non xD Il y a une raison à cela, même si elle est plus personnelle (à l'un de mes persos) que politique ! C'est aussi un choix scénaristique de ma part, mais je vais peut-être réfléchir à changer ça :) En tout cas, si j'ai d'autres retours perplexes là-dessus x)

Tu as une très bonne intuition sur l'interprétation de cette phrase : en effet, on est bien d'accord que Léon et Diane ne partagent plus la même couche depuis belle lurette xD

Wow. merci beaucoup pour ce compliment sur ma dernière scène, ça me touche beaucoup <3 Et bien sûr, tu peux écrire ces phrases, si tu veux, c'est un honneur même ahah xD Et je suis vraiment trop heureuse que cette scène t'ait plu, vraiment <3

A bientôt sur le Carré des Berlues (je ne t'ai pas oubliée promis, j'ai juste été pas mal accaparée par ma PAL IRL, sorry :/)
CielOrage
Posté le 28/07/2021
Coucou !
Eh bien et eh bien ! J'ai adoré cette punchline : "Si vous pensez que Diane n’est pas ici pour changer le monde, alors vous ignorez tout de la femme qui partage votre couche depuis vingt ans" :D

La portée féministe du discours me parle, évidemment et me touche, et même si je l'ai déjà dit : j'adore tes personnages féminins, leur puissance, la façon dont tu les façonnes. Te lire m'aide beaucoup dans ma propre construction de mes personnages féminins (en particulier pour ma relecture de TLN). En fait, quand je vois la subtilité de ton discours et de tes personnages, je me dis que c'est possible d'écrire de la fantasy engagée et qu'il y a de plus un véritable besoin d'écrire ce genre de textes puissants. Ça me redonne foi en mon propre projet et en ce en quoi je croyais quand je l'ai écrit, donc merci pour ça <3

L'ambiance de fin ente Gina et Jade est vraiment touchante, j'en avais des frissons ! Je trouve leur relation extrêment fine et douce, c'est très agréable. Encore une fois, j'aime cette espace de sensualité que tu ouvres avec une certaine pudeur, j'aime l'absence total d'objectivation de tes personnages féminins, qui ne sont pas là pour satisfaire le désir du lecteur mais qui vivent leurs vies à eux, j'aime la lenteur avec laquelle Gina et Jade se rapprochent l'une de l'autre :D

Par rapport à la table des Sept : je trouve un chouïa frustrant qu'elle soit suspendue. On est déjà au chapitre 19 et je ne sais pas combien de chapitres compte ton histoire, mais autant je pense que tu as raison de prendre le temps d'installer le début, autant je me dis qu'il serait bien de lancer l'événement assez tôt. Peut-être que l'absence des participants est grave et fait peser une menace; mais ce serait bien d'insister là-dessus, de faire planer de la tension. Mais sinon, je pense que repousser l'événement fait malheureusement un peu perdre en rythme. Pour le coup, et même si j'aime bien moi aussi jouer avec les attentes du lecteur, j'ai l'impression que tu brises une promesse, un horizon d'action que l'on attend tous, et pour le moment, je trouve que ça manque un peu de justification (autre que de dire : "c'est la règle").
Bref, je pense que si ce choix est important pour la suite, il serait bon de l'ancrer davantage dans le récit.

Voilà voilà !

A bientôt pour la suite !
Des bisous <3
ModesteContesse
Posté le 28/07/2021
Coucou Ciel :D

Wow. Ce que tu me dis sur mes personnages féminins me touche énormément et je ne sais même pas comment te remercier, tellement ça me rend euphorique et pleine d'espoir... Alors, merci merci merci pour ça <3 Je suis honorée que cette histoire puisse te guider dans ton écriture, et te rappeler tes croyances et tes convictions ! Je ne pensais pas écrire de ma fantasy engagée, mais ça me fait extrêmement plaisir que tu dises le contraire. Encore une fois, merci !
Pour Jade et Gina également, je te remercie. Je mets un point d'honneur à construire cette relation petit à petit, subtilement et tout en douceur. Je suis ravie que leur histoire ait autant d'impact et qu'elle plaise autant <3

Concernant la suspension de la Table, je vais réfléchir à tout ça ! Tu es la première à avoir cet avis, donc je vais peut-être voir ce qu'en disent les autres plumes... Après le côté frustrant est voulu x) Peut-être dû à ma cruauté naturelle lol.
En fait, c'était fait pour apporter un peu de suspens sur qui va se pointer, et pourquoi ce retard (parce qu'il y a une raison un peu plus profonde qui ne sera pas divulguée tout de suite). Aussi, pour apporter un élément de surprise (mais ca à la rigueur, je pourrais l'amener autrement). Mais si tu me dis que la tension n'est pas présente, alors c'est embêtant en effet ^^ Dans le chapitre prochain normalement pas mal de questions sont soulevées par rapport à cette absence.

Mais du coup, j'aimerais bien avoir ton avis dans ce cas : quand tu dis qu'il faudrait l'ancrer plus dans le récit, mettre plus de tensions, qu'est-ce que tu veux dire exactement ? :)

Bisous <3
CielOrage
Posté le 28/07/2021
Quand je parle d'ancrer dans le récit, je veux dire que tes personnages devraient justement se poser déjà plus de questions sur le fait de savoir pourquoi des sièges sont vides, s'en inquiéter, s'en agacer davantage pour accentuer la tension.
ModesteContesse
Posté le 28/07/2021
D'accord, je comprends ! C'est qu'ils font dans le chapitre prochain mais peut-être en effet que je vais retravailler ça sur ce chapitre.
Merci de ton aide <3
Sklaërenn
Posté le 27/07/2021
Coucou !!!!

"— Si vous pensez que Diane n’est pas ici pour changer le monde, alors vous ignorez tout de la femme qui partage votre couche depuis vingt ans." Et PAF ! Dans les dents :D

"— Vous ressemblez à la reine Katherine, chuchota-t-elle, si proche de l’oreille de la reine." Elle l'a dit ! Elle l'a dit ! :D Oui, je sais pas pourquoi, mais je voulais que quelqu'un lui dise et c'est encore mieux si c'est Gina :3

"Elle aurait dû s’arrêter là. Elle n’avait pas le droit de s’approcher de la reine d’Indeya. Elle n’avait pas le droit de la toucher. Mais la reine, avait-elle seulement le droit de le désirer ?

Abandonnant définitivement toute réflexion, Gina déposa son pouce sur les lèvres de Jade. Le souffle chaud qu’elle cueillit sur son passage fit naître un fourmillement déraisonné dans le creux de son ventre. Alors qu’elle n’avait jamais écouté rien ni personne, elle choisit d’écouter cette sensation qui lui hurlait de poursuivre. Son pouce s’arrêta au creux des lèvres entrouvertes." Nyaha ! Est-ce que j'ai été en mode fangirl durant tout ce passage ? Évidemment !

Magnifique chapitre ! On est enfin à la table des Sept et en même, on y est pas vu que c'est suspendu ahah ! Bien joué pour ce petit tour qui recule encore un peu le moment fatidique ! J'ai franchement hâte de lire la suite *-* (est-ce que je dis ça à chaque fois ? Je ne sais pas, mais j'ai l'impression de me répéter cela dit x) )
ModesteContesse
Posté le 27/07/2021
Coucou Sklaerenn, contente de te revoir par ici :D

Tu as raison : la mention de la ressemblance entre Jade et Katherine devait être faite, et par Gina, c'était encore plus puissant je trouvais :D elle qui l'a nié pendant si longtemps xD
Contente que le passage un peu "sensuel" t'ait fait fangirler ahah c'était un peu le but je t'avoue xD Donc trop heureuse !!

Je suis vraiment ravie que tu aies apprécié de chapitre, et notamment l'ironie de l'ouverture de la Table... qui ne s'ouvre pas du coup xD Petite joke de ma part !
Contente que tu aies hâte de lire la suite, et je me réjouis déjà d'avoir ton avis sur la suite :D

À très bientôt sur Tempest <3
Louison-
Posté le 25/07/2021
Coucou Momooooo !

Alors déjà, je voulais te dire : j’avais un big smile en ouvrant le chapitre, avant même de commencer quoique ce soit, et sûrement qu’il ne m’a pas quitté de toute ma lecture haha. Sans aucun doute que c’est l’un de mes chapitres préférés jusqu’à maintenant ! Et toi qui appréhendais autant, sache que cette ouverture, en tout cas, répond grandement à mes attentes <3

Aloooors, j'y go ! Donc : la description du départ est superbe. C’est fin, ça instaure une ambiance sans que ce soit trop lourd. Vraiment pour le coup, rien à y redire. Tu as affiné ta plume par rapport aux premiers chapitres, je trouve ça ouf ;) Et d’ailleurs, c’est pas seulement le début qui est bien écrit, mais tout le chapitre. Tout va dans la subtilité et l’élégance !

Ensuite, ce que j’ai trop aimé au début, c’est la présentation des différents actants dans la table. Avec toutes les diverses dénominations qui s’enchaînent, ça fait hypra formel, solennel et surtout, surtout, super réaliste. Ça donne tout de suite de l’épaisseur à ton worldbuilding et à la scène, tout simplement. Et puis, le petit côté « rituel », j’aime trop aussi ! Comme par exemple, le fait que le cadet et l’aîné doivent se tenir face à face, en bout de Table.

Sinon, j’ai remarqué que tu joues beaucoup, beaucoup, avec les regards dans cette ouverture (que ce soit autour de la Table que lors du dîner). Et c’est vachement cool que tu exploites autant le non-dit, ça rend le tout plus intense et ça attise les tensions déjà existantes, d’une certaine manière ! Donc bon point, vraiment. Je t’encourage à continuer dans cette direction-là, concernant l’ « étude » des regards et des mimiques de visage.

Eeeeet, ce que j’ai trop trop aimé, vraiment, c’est que la Table est à peine ouverte qu’elle est déjà suspendue x) GENRE, l’ironie quoi, j’adore j'adore. Mon smile était énorme à ce moment-là haha, surtout que c’est dit avec un tel sérieux par Daryn, juste j’adore ^^

Sinon, la conversation entre Jade et son père était intéressante. Booouh, le père mièvre (non je plaisante, je l'aime bien lui ;)) ! On voit bien qui tire les rennes dans le couple, pour le coup ^^ Et c’est cool que Jade et son père entretiennent une relation sans médisance, il semblerait qu’elle puisse compter sur lui :) Et j’aime bien ce passage aussi, parce que ça précise pas mal les enjeux de la Table et pourquoi elle est si particulière comparée aux autres précédentes :) Petit discours féministe qui transparaît derrière, je te voyais bien écrire ce bout avec énorme satisfaction ;))) Pour ma part j'ai été grandement satisfaite par cet élan, en tout cas !

Et enfin : la scène finaaaaaale ! Rahlalala, j’étais comblée Momo. Genre, VRAIMENT. (Coucou je fangiiiiirl ;)) Il y avait tout : un côté un peu mystique, puisque Gina n’est pas exactement visible ; on en apprend plus sur la magie de Gina qui est pour le moins originale (j’avais jamais lu de choses similaires dans d'autres livres, et bravo pour ça, parce que généralement les auteurs exploitent toujours les mêmes « pouvoirs » et là, c’est complètement novateur, j’aime trop !) Et puis tout ce qui a attrait à l’art me plaît, et là on exploite la peinture, et bref, je kiffe :) Et dans le passage, on avait aussi de la sensualité, BIEN FAITE, avec Gina qui suit le visage de Jade de sa main. Non seulement c’était bien écrit, mais on est clairement dans le fin là, et c’est pas le traditionnel bisou smack smack les langues dansent entre elles, TMTC ;)

Enfin bref, merci Momo pour ce chapitre <3 Je sais que mon com’ est genre tout sauf objectif, et en soi il apporte pas grand-chose parce que je vois pas d’axe d’amélioration et il est assez bourré de "j'aime-j'adore", donc désolée pour mon enthousiasme, mais en même temps j’ai trop aimé et je suis juste trop fière de toi, parce que tu appréhendais mais là pour le coup, il n’y a pas de quoi avoir peur. Cette ouverture est foutrement bien fichue, alors bravo pour ça.

Voilà ! Me réjouis de lire la suite, et prends confiance en toi, tu vas tout déchirer <3 (Tu déchires déjà tout)

Soleilouille !
Louison-
Posté le 25/07/2021
Oh et, j'ai oublié de dire quelque chose : bien sûr, on se pose plein de questions vis-à-vis des absents de la Table. Ca met un peu de mystère :)
Et justement, maintenant que je note ça, je me rends compte qu'il y a une chose que j'ai pas exactement bien comprise, les deux manquants sont donc Juliette et son fiancé ? Et ils sont les Souverains de Crystallide?

Et justement, ça me mène à un autre point, qui devrait peut-être être précisé : pourquoi c'est 7 femmes, en fait ? Ca a déjà été dit, ou .... ? Ou ca va être expliqué dans la suite? Par exemple, pourquoi c'est Jade et pas Christian qui est autour de la table? Et d'ailleurs, est-ce que Christian aura son mot à dire dans les décisions prises, quand bien même il est pas le "Souverain Parlant"? Enfin pour le coup, je me pose la question : est-ce que c'est QUE la femme du "couple" dans les souverains qui siège à la table, et si oui, pourquoi c'est ainsi?
Ca me fout le doute, et ça m'interroge d'autant plus que les deux qui manquent sont Juliette et son fiancé (si j'ai bien compris) et dans ce cas, il y a à la fois l'homme et la femme.
Enfin voilà, peut-être faudrait-il mieux expliciter ce point-ci, à moins que ce soit fait dans la suite :) Ou alors c'est moi qui ai raté un truc ^^'
Louison-
Posté le 25/07/2021
*désolée pas 7 femmes, 5.
ModesteContesse
Posté le 26/07/2021
Coucou Loulou ! Enfin je réponds à ton magnifique commentaire qui a failli me faire pleurer tellement il m'a fait plaisir :( <3

Déjà, je suis RAVIE que cette ouverture soit à la hauteur de tes attentes, car oui comme tu le sais je la craignais x) Et j'ai pas mal bossé sur les règles, les coutumes, etc. Donc je suis heureuse que ça fasse mouche dans cette scène héhé :D
Et oui, J'ADORE écrire les échanges de regards, donc oui je pense que je vais continuer comme ça ! C'est plutôt adapté à une ambiance de cour, de tension, etc. ;)

Et oui, c'est pour ça que je disais, oui j'ouvre la Table mais c'est LOIN d'être terminée cette histoire mdr. Mais t'as raison, c'est bien ironique, parce que tout le monde est tendax à mort et finalement bah SURPRISE ça commence pas encore ! mdr x) Certains lecteurs vont peut-être me détester pour ça en mode "mais elle se fout de notre gueule ?! depuis tout ce temps elle nous parle de cette table et là c'est encore reporté ?! mais jpp de cette meuf !!!" xD

Contente que tu aies apprécié ce personnage de Léon, qui effectivement apparait bien pâle face à Diane et à sa fille, qui sont des femmes qui se laissent pas faire ^^ Mais voilà, je réserve encore quelque surprise sur ce perso :P Mais tu as raison : il a une relation saine et aimante avec sa fille au moins, elle a 1 parent normal sur 2 mdr xD

ET WOW. Merci merci merci, tellement pour ce que tu me dis sur la scène finale <3 Vraiment, ça me touche trop et je suis TROP HEUREUSE qu'elle t'ait autant plu, j'en pleurerais presque x) Bref, oui j'ai vraiment essayé de créer un système de magie cool, qui diffère un peu de ceux qu'on connait, même si c'est basé aussi sur des éléments :) Et je suis contente que ça te plaise <3 La magie de Gina est encore plus spéciale parce que oui, elle se manifeste seulement à travers la peinture (pour l'instant :P), donc oui, j'ai vraiment bien aimé imaginer tout ça, j'aime beaucoup l'art aussi <3
Et je suis heureuse que la sensualité sois présente, pas trop lourde et bien faite :) J'essayais de faire un truc fin et un peu original et je suis heureuse si j'ai réussi au moins un peu héhé :D Et juste une question : est-ce qu'on comprend le lien entre ce geste sensuel et le dialogue ou pas ? Parce qu'il y en a un normalement LOL

Concernant les manquants : c'est Juliette effectivement, mais pas son fiancé ! Enfin, ça aurait dû être lui, mais c'est pas possible parce qu'il est mort (ptdr) et donc on sait pas qui va l'accompagner lol SURPRISE !! xD

Alors petite précision : Jade est à la Table en tant qu'accompagnatrice de Christian mais Christian y est aussi ^^ D'ailleurs, à ce stade Christian est le Parlant ! Juste là j'ai parlé de Jade car c'est la cadette, donc elle a eu un rôle particulier à l'ouverture ;) Pour chaque royaume, il y a 2 sièges, et tout le monde a une place, qu'il soit Parlant ou Attendant ;) Mais sinon, pour la composition de la Table, il va y avoir un exposé des règles (tu me crois si je te dis qu'il y en a 7 ? ptdr) et ce sera plus clair ;)

Et pourquoi 5 femmes ? Tu verras par la suite, mais disons que ça va dépendre du nombre de femmes qui sont Parlantes ;) Parce que parfois, elles ont juste un siège en tant qu'Attendante (c'est l'exemple de la sorcière Kiryana qui siège aux cotés du roi Amalric). Mais ça, ça va être expliqué dans les règles bientôt ^^ Donc il faut me faire confiance héhé :P

Encore merci, merci merci mille fois pour ce commentaire juste adorable et ultra encourageant <3 Tu n'imagines pas à quel point tu m'as fait plaisir :*

Bisouille, et à bientôt <3
Louison-
Posté le 27/07/2021
Oy !
Haha contente si mon commentaire t'a émue ; j'étais vraiment sincère tu sais <3 Pour répondre à 2-3 petits trucs :

> Pour le lien entre le dialogue et la main de Gina qui ligne le visage de Jade : alors en lisant je me disais que c'était comme une "étude" de visage? D'autant plus que Gina est peintre? Et c'est pour cette raison qu'à la fin, APRES avoir fait le geste, Gina dit "pas trop". Parce que, entre autres, concernant le visage, ce n'est pas le même que celui de Katherine. Mais voilà, je sais pas si je suis complètement HS, auquel cas je suis désolééééééée :((

> Pour les manquants : oh désolée j'avais pas compris qu'il était mort le mec, haha, je suis allée relire et c'est écrit noir sur blanc x)

> Pour ta précision : okkkkk, alors, j'avais pas compris qu'ils étaient en fait 14! Je crois que cette phrase : "— Les Sept sièges sont occupés par les souverains Parlants, les sept autres par les Attendants. En cas de Vacance, la Table est suspendue." m'a foutu pas mal le doute. En fait, ça apporte un peu de confusion, parce que dans ma tête, à cause du titre, c'était "la table des Sept" donc ils sont sept et pas plus autour de la table, MAIS en fait c'est sept couples !!! Donc je me dis que, peut-être, je serai pas la seule à bloquer sur ça, et que tu pourrais préciser qu'au sein des deux souverains, l'un est Parlant et l'autre Attendant. Enfin c'est dit dans ta phrase, mais de façon pas super clair, je trouve, parce que j'étais restée bloquée sur sept souverains en tout autour de la table, et je m'étais imaginée que y'en a quelques-uns qui sont Parlants et d'autres Attendants au sein des sept, en mode 3-4, et c'est con je sais, ça fait tout sauf sens parce que tu dis clairement que y'a sept Parlants et sept Attendants, mais bref. A ta place, je mettrai une phrase de type : "pour chaque couple de souverains, on en a un Parlant, et un autre Attendant. Donc sept Parlants, sept Attendants." enfin quelque chose qui fait qu'on comprenne qu'ils sont quatorze et sept couple, parce que dans ma tête, vraiment Christian n'était pas là dans la réunion. Je sais pas si tu vois? ^^'
Et du coup, une fois compris ça, on peut attendre effectivement d'avoir les autres règles pour comprendre comment on en vient à choisir qui est Attendant et qui est Parlant. Mais c'est juste que, comme j'avais compris qu'ils étaient que 7, et que Christian roupillait ou mangeait dans la salle d'à côté, ça me posait pas mal de questions quant à : pourquoi chouchou Jade et pas chouchou Christian?

Et j'avoue, ça fout aussi le doute et je comprends pas (désolée !) parce que, quand Jade dit à son père : "— Premièrement, le nombre écrasant de femmes. Cinq contre deux". Mais du coup, comment ça se fait qu'elles soient que cinq? Du coup dans les souverains, c'est pas juste des couples?? Parce que je me dis, il devrait y avoir 7 femmes, 7 hommes. Donc c'est pas qu'une question de mariage?
Donc là, ça veut dire qu'on a 5 femmes, et 9 hommes ? Donc on a quand même plus d'hommes?
OU ALORS, quand tu dis 5 femmes contre 2, c'est 5 femmes PARLANTES? Alors si oui, il faudrait le préciser dans le dialogue que Jade a avec son père, parce que son dialogue donne l'impression qu'il y a vraiment QUE 7 personnes autour de la table.
Ou alors, je suis complètement HS et c'est moi qui lis mal... désolée, je comprends pas bien, et pourtant j'essaie :(

Bref, redis-moi si j'ai pas été claiiiiire dans mes questionnements !

Soleilouille !
ModesteContesse
Posté le 27/07/2021
Coucouuuu :D

Alors je te rassure tout de suite : tu as très bien compris le geste de Gina ! C'est exactement ça que je voulais faire comprendre ! Donc je suis contente, et merci :D

Pour l'histoire des Parlant/Attendant, etc. Je comprends la confusion ! En fait, c'est expliqué dans des chapitres précédents mais avec le rythme de publication, ça remonte un petit petit peu maintenant je pense x) Donc oui tu as raison je vais peut-être préciser !
En fait, le débat tourne vraiment autour des Parlants, et c'est pour ça qu'on dit Table des Sept, parce que les Attendants au fond bah c'est une coutume, c'est une formalité... mais ils font pas grand chose xD
Et tu as raison : il ne s'agit pas que de couple ! Ça je l'explique dans le chapitre où j'introduis Marina ! Quand ils font le recap de qui sera à la Table ou pas, ils se posent la question de "qui va être nommé Attendant de tel ou tel souverain ?" Parce qu'en fait l'Attendant est nommé par le Parlant :) Même si le principe (le cas le plus classique) c'est : Souverain légitime du royaume = Parlant / Époux = Attendant. Mais comme parfois y a pas d'époux bah faut bien faire un truc xD voilà, d'où l'idée de nomination ^^ Ça j'en ai parlé dans un chapitre passé, et ce sera réexpliqué lors de la VRAIE ouverture de la Table donc ouais... je t'offre des infos exclusives là xD

Voili voilou, j'espère que c'est clair ^^
Louison-
Posté le 27/07/2021
Oh cool pour le geste de Gina, d'ailleurs l'idée est si belle et si fine justement. J'aime trop *-*

Pour les Parlant/Attendant : oh mais crotte de biche en boite (t'as vu, y'a du level dans l'injure), je suis trop désolée. Si c'est expliqué précédemment, alors je retire tout ce que je dis ! Mais du coup, c'est dans quels chapitres? Parce que je veux bien aller relire du coup, j'ai complètement oublié ! Donc oui, trop désolée Momo, inutile de mettre des précisions dans ce chapitre-ci si tout a déjà été expliqué précédemment, bien sûr ! Faut pas prendre le lecteur pour un con. Et parce ça date, je veux bien aller relire les petits passages qui traitent du sujet, pour me rafraîchir la mémoire <3
Et bon, c'est aussi de ma faute à être restée aussi fixée sur ton titre, en mode LTDS = sept personnes et pas une de plus autour de la table x) Je pense que ça a pas mal faussé ma perception du truc.

(Quand tu dis que l'Attendant est un truc très formel, comme une plante de décoration : j'adoooooore l'idée. De nouveau, c'est pire ironique et j'aime trop ^^)

Voili voilouille, encore désolée avec tous mes dérangements <3
ModesteContesse
Posté le 27/07/2021
Ne t'excuse pas, vraiment ^^ C'est une question de rythme de publication et de temps écoulé donc ce n'est vraiment pas ta faute :)
Alors, en fait c'est pas écrit noir sur blanc, mais normalement mes explications sont censées faire comprendre comment ça se goupille quand même ^^

Dans le chapitre 5 qui se passe en Galvin, à la fin du chap, Kiryana propose un deal au roi Amalric : elle l'aide dans sa traversée, en échange il la nomme Attendante. Donc ça explique indirectement que l'Attendant n'est pas forcément l'époux et surtout, qu'il est nommé par le Parlant :)
Ensuite, le reste des explications arrive au chapitre 8, dans la discussion entre Marina et Damian. Damian explique "bon pour tel royaume, le Parlant ça va être lui, et l'Attendant ce sera lui, bla bla bla." Donc là c'est censé faire comprendre que pour chaque royaume, y a 2 personnes à la Table, voilà :)
J'espère que c'est assez clair ^^ Et sinon je peux préciser quelque part ! Voilà, tu me diras ;)
Louison-
Posté le 28/07/2021
Oy! Je suis allée relire le chap 5 et le 8, et là effectivement j'avais oublié tous ces détails ! Tout y est très bien expliqué, surtout dans le 8, alors oui, en fait oublie ce que j'ai dit! C'est clairement moi qui ai eu un bug et qui suis restée bloquée sur TDS = sept personnes, honte à moi ^^'
Vous lisez