Chapitre 17 - Une légère pointe de bleu

Muse s’était endormie au bord de l’eau, entre Gulliver et Drk, avec Feï qui montait la garde.

Elle ne se réveilla que lorsqu’un fumet de cuisson parvint à ses narines. L’odeur provenait de la petite cabane, dont Ysaë sortait tout juste, entouré de plateaux chargés de nourriture qui flottaient autour de lui. Il était aussi suivi d’une nuée de coussins supplémentaires, même s’il leur en avait déjà envoyé la veille pour qu’ils s’endorment plus confortablement.
Le maegis savait se rendre utile, et il essayait même un peu trop d’être le plus gentil possible avec eux. Typique du type noyé dans sa propre culpabilité … mais qui d’autre se planquerait ici que quelqu’un coincé dans le passé ? 

Elle était bien placée pour le savoir : elle ne serait jamais venue ici, si ce n’était pas le cas pour elle aussi. 

— J’espère que vous avez bien dormi ? les salua Ysaë.

— Est-ce que c’est pour moi, toutes ces dattes ? demanda Gulliver.

— Ce sont des saliscones, corrigea le maegis avec un sourire.

Il fit atterrir un des plateaux devant le poney, et les autres se posèrent tout autour à sa suite. Il avait rassemblé dans des bols des fruits gorgés d’eau et de sucre, des pâtisseries salées et sucrées, et des pains à la poudre de bulbe lumineux, assaisonnés aux épices à la façon des gnomes d’Hexe. Un choix plutôt sensé ! Ysaë n’épargnait décidément aucun détail pour les amadouer. Elle était surprise que ça fonctionne aussi bien, même sur elle. 

Mais pas pour longtemps : après s’être généreusement empiffré, Gulliver le fixa avec détermination.

— Alors, comment on récupère le bourdon ?

Le maegis essuya les miettes collées autour de sa bouche avec une serviette, et lui rendit le regard, ses yeux sans pupilles vifs et alertes.

— D’abord, il faut trouver la créature, répondit Ysaë.

— Ils lui ont pas donné un nom, les archéo-trou-d’ucs ? demanda Muse.

— Saraëko, rappela Feï.

Il était très laid. Surtout de près, hulula nerveusement Drk. Et mauvais. Je ne veux plus le revoir

Muse lui caressa le museau pour la réconforter. Elle aussi aurait voulu ne plus jamais revoir un truc pareil. Mais pour le moment, il semblerait qu’ils se seraient pas aussi chanceux …

— On s’en fout de son nom, ça nous dit pas comment reprendre le bourdon ! protesta Gulliver.

— Moi j’aimerais surtout savoir comment il l’a bouffé, fit remarquer Muse.

Par la bouche, proposa Drk.

— Nan mais oui, et encore … surtout pourquoi ? Qu’est-ce que tu foutais là avec le bourdon ?

— Tu comprends ce qu’elle dit ? » s’étonna Ysaë. La gnome lui lança un regard appuyé, mi-exaspéré mi-blasé, pour l’encourager à ne pas changer de sujet. « Hum, oui, et bien … La version courte, c’est qu’en cherchant à suivre Fanom pour savoir comment elle avait réussi à passer d’un côté des montagnes à l’autre, j’ai rencontré ce Saraëko, et …

Il rassembla ses mains l’une sur l’autre, et deux cuillères imitèrent son geste sans qu’il n’ait l’air de le remarquer. Gulliver souffla par les naseaux pour le forcer à revenir à la réalité, et le maegis s’excusa d’un sourire gêné.

— J’ai paniqué. J’ai ensorcelé tout ce que j’avais sous la main … y compris le bourdon. Et certains de mes outils préférés, mais ça vous concerne moins.

— Et ça a vraiment marché ? demanda Muse, dubitative.

— J’ai réussi à le désorienter assez longtemps pour fuir, oui … mais j’aurais mieux fait de juste faire s’ébouler la caverne, ça m’aurait usé moins d’énergie. 

Tu as paniqué, tu l’as déjà dit, rappela Drk. Ce genre de chose aurait pu arriver à n’importe qui.

— Je crois surtout qu’il est un peu idiot, ce maegis, grommela Muse.

Une légère moue tordit ses lèvres, mais il n’étais pas assez vexé pour s’en plaindre ou répliquer. Ce gamin là devait tout le temps se laisser marcher dessus, quand il vivait encore en communauté avec d’autres maegis … Ce qui était presque aussi dangereux que d’être un connard, dans certaines circonstances.

— Donc, qu’est-ce qu’on fait ? demanda Gulliver. On doit le faire vomir ? Il l’a mangé, c’est ça ?

— Pas mangé, parce que je ne pense pas qu’il puisse digérer quoi que ce soit … pas de la même façon que nous consommons des aliments, du moins.» Trois paires d’yeux fixes lui rappelèrent qu’il valait mieux qu’il aille droit au but, à présent. « Mais il l’a ingéré, en tout cas. Et la meilleure solution serait de rentrer à l’intérieur de la bête, de récupérer le bourdon, et d’en sortir. »

Muse le fixa avec stupeur - il venait vraiment de suggérer qu’ils rentrent dans le trou du cul d’un monstre, pour récupérer un objet minuscule qui serait peut-être mais plus probablement peut-être pas encore entier ? 

Aucun d’entre eux n’osa commenter sa proposition pendant un long moment, à peine perturbés par le clapotis de l’eau sur la berge. Ce fut Feï qui brisa finalement le silence, ses yeux électriques réduit à des flammes intenses.

— Je peux le faire, affirma-t-il.

— Tu pourrais, c’est vrai, répondit Ysaë. Mais … si tu provoques des cauchemars sur une créature de cette taille, les risques seraient considérables, y compris pour toi. Je pense qu’il faut trouver une autre solution.

Le gamin n’eut pas besoin qu’on lui dise deux fois à quel point il était dangereux. Muse était malheureusement d’accord avec le magos. Donner des cauchemars au monstre de magma, c’était vraiment une très, très mauvaise idée. 

Ce qui impliquait qu’ils devaient en trouver une autre, ou abandonner … et la gnome était parfaitement pour cette deuxième option.

— Même si on réussit à aller à l’intérieur … qu’est-ce qui nous garantit que le bourdon sera pas broyé ? demanda-t-elle.

— Seulement mon intuition, admit Ysaë. C’est un objet extraordinaire, d’une qualité nettement supérieure à ce que mon peuple a réussi à créer …

— C’est ma maîtresse qui l’a inventé, évidement que c’est bien ! tonna Gulliver.

— Elle est réellement incroyable, confirma-t-il avec un étrange sourire.

Le nouveau est amoureux de la maman de l’étrange quadrupède, constata Drk avec un hululement moqueur.

Muse grimaça - manquait plus que ça ! « Tu penses que c’est ça ? 

— Qu’est-ce qu’elle dit ? réclama Gulliver.

— Crois-moi, tu veux pas savoir, sac-à-puce.

— Si elle a fait un commentaire sur le fait qu’il a le béguin pour ma maman, j’ai vu aussi, hein, ça crève les yeux. Et si c’est autre chose, ça a intérêt à pas être essentiel !

Ysaë posa ses mains l’une sur l’autre sans oser croiser leur regard. Aucun doute là-dessus, le sujet le rendait décidément nerveux. Peut-être bien que les deux quadrupèdes avaient raison …

— C’est si évident que ça ? demanda Muse avec un demi-rire.

— Il sourit lorsqu’il parle d’elle, et ses yeux s’illuminent, expliqua Feï.

— C’est embarassant, ça, magos, moqua-t-elle.

Elle le fixa, et sentit que le pauvre maegis se faisait péniblement écraser par sa propre gêne, ce qui amusait la gnome bien plus que ça ne le devrait. Elle n’avait jamais eu de béguins, et n’en aurait jamais, et parfois les amoureux l’exaspérait. Mais parfois aussi, ils la faisaient un peu rire … et Ysaë était visiblement tombé dans cette seconde catégorie.

— Elle, euh …» Le même sourire étrange apparut sur ses lèvres, et comme Feï l’avait indiqué, ses yeux s’illuminèrent d’une légère pointe de bleu, au creux de la pupille blanche. « Elle a deux cents ans de plus que moi, je crois que j’aurais été trop jeune pour elle. 

— Puis elle a déjà des gamins, aussi. » ajouta Muse, déterminée à être la moins encourageante possible.

— Juste un fils et deux Oranaï, corrigea Gulliver. Et l’autre mère de Treiz est claquée depuis longtemps, je l’ai même pas connue ! T’aurais tes chances, mais j’t’ai à l’oeil. Bon, fini les conneries. Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ?

Ils se tournèrent tous de nouveau vers Ysaë, leur sérieux momentanément retrouvé. Le maegis retourna un plateau vide entre ses mains, le temps de reprendre ses esprits.

— Il faut trouver le Saraëko, et le convaincre de laisser l’un d’entre nous se glisser à l’intérieur. Ou … s’infiltrer sans qu’il ne s’en rende compte.

— Comment il pourrait ne pas s’en rendre compte ? Si quelqu’un grimpait dans mes oreilles j'le sentirais … gémit Gulliver.

— Pour la même raison que cette créature est presque impossible à tuer : sa sensibilité est très basse, presque inexistante. Ce ne serait pas vraiment différent de marcher dans ces tunnels, à vrai dire, juste plus étroit, et plus mouvementé … Il suffit d’être assez petit, et une fois entré, il ne reste qu’à avancer. 

Dès qu’il eut prononcé le mot petit, tous les regards se tournèrent vers Muse, et elle secoua la tête.

— Oh non, je vous vois venir là. Allez, on balance la gnome dans le trou du cul de la bête, elle s’en fiche, elle est petite ! Allez vous faire foutre, tiens. J’ai déjà fait assez de conneries pour vous, les sales gosses. Trouvez un autre plan.

Elle les défia du regard d’essayer de la convaincre du contraire, et personne n’osa tenter. Le maegis reposa le plateau sur le sol, et son regard se perdit dans le lac.

— Bien, alors, voyons ce qu’on peut essayer d’autre … 
 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
dcelian
Posté le 10/05/2021
Wow alors là, si je m'attendais à m'absenter aussi longtemps... J'ai enfin terminé mes exams et tout, alors je vais pouvoir recommencer avec mon sérieux habituel (...héhé)
Bref, me revoici, et ça tombe bien parce que ça m'avait sérieusement manqué ! En plus, j'ai vu que t'avais publié DEUX nouvelles histoires (la folie) : BRAVO ! Et surtout : j'ai lu les résumés, et les deux me donnent carrément envie, donc je vais clairement aller y faire un tour quand j'en aurais fini avec Muse et ses comparses (façon de parler, évidemment, loin de moi l'idée de provoquer cette bande de bras-cassés-pas-si-cassés-que-ça). Allez je me lance sur les remarques :

Ça me fait trop plaisir d'enfin retrouver les ptites bouilles de ce groupe décidément étrange mais non moins attachant. Alors j'ai peur de dire une bêtise, mais je crois que c'est la première fois que Drk parle comme ça, non ? Elle s'incruste parfaitement dans les discussions, et il me semble pas avoir déjà lu ça avant, mais peut-être que c'est parce que ça fait longtemps :/
En tout cas, que ce soit un ajout ou non : j'adore ! Elle apporte vraiment une touche unique et son caractère tranche nettement avec celui des autres, elle a l'air très empathique et presque un peu naïve. Et franchement, c'est d'autant plus mignon que les autres sont plus ou moins tous très crus et critiques. Elle ressemble un peu à Feï, peut-être ?
Au-delà de ça, le chapitre était drôle comme d'habitude, c'est toujours un moment agréable de te lire, c'est fluide et rapide, on s'ennuie jamais ! Bref, je vais manger, mais j'ai quand même hâte de voir comment ils vont se débrouiller pour ce maudit bourdon... Parce que Muse a pas l'air déterminée x)
Je te laisse avec mes phrases préférées (quand même !) :

"Muse le fixa avec stupeur - il venait vraiment de suggérer qu’ils rentrent dans le trou du cul d’un monstre, pour récupérer un objet minuscule qui serait peut-être mais plus probablement peut-être pas encore entier ?"

"— Oh non, je vous vois venir là. Allez, on balance la gnome dans le trou du cul de la bête, elle s’en fiche, elle est petite ! Allez vous faire foutre, tiens. J’ai déjà fait assez de conneries pour vous, les sales gosses. Trouvez un autre plan."

(dernière note pour la route :)
"Le nouveau est amoureux de la maman de l’étrange quadrupède" vraiment trop mignonne Drk. Et je trouve ça intéressant qu'elle en parle comme du 'nouveau', est-ce que ça suggère qu'il pourrait se joindre au groupe par la suite ? Ne réponds pas, évidemment ;)

A vite pour la suite :D
AnatoleJ
Posté le 13/05/2021
Bon retour dans ces cavernes aussi sombres et obscures que le crane de Gulliver :D Je croise les doigts pour que tes exams aient une conclusion positive !

« En plus, j'ai vu que t'avais publié DEUX nouvelles histoires (la folie) : BRAVO ! »
Merciiiii T_T En vrai je m’arrête jamais, si j’avais le temps j’aurais dix mille projets en cours en même temps héhé (et je suis content qu’ils te plaisent aussi ! !)

« (façon de parler, évidemment, loin de moi l'idée de provoquer cette bande de bras-cassés-pas-si-cassés-que-ça). »
la BAGARRE (fait attention hein, il y a au moins un poney qui serait capable de te fight si tu les provoques, les autres pas trop de risque)

« Alors j'ai peur de dire une bêtise, mais je crois que c'est la première fois que Drk parle comme ça, non ? »
Ca ne commence pas avec ce chapitre, mais c’est effectivement récent, c’est un peu un reste du tout premier jet où je l’avais rendu incompréhensible pour le lecteur, telle une chubaka beaucoup plus choupie et moins poilue (et comme tu l’as dit, elle a toute la douceur mignonne dont les autres manquent, donc la garder cryptique aurait été un crime de ma part)

Merci pour tous les compliments et citations, ça fait toujours autant plaisir et ça donne du carburant pour la suite :D A très bientôt !
Hastur
Posté le 11/04/2021
Hello !

Voilà un bout de temps que je ne suis pas venu, mais je me rattrape. Je vais me faire un chapitre par jour jusqu'à la fin, ça me fera comme une épisode d'une série qui suit quotidiennement hu hu. C'est assez plaisant de se dire qu'il y a un dénouement et une fin qui attend non loin :). Par exemple, là je suis clairement en train de me dire, le doux repos dont profite cette sympathique compagnie est très certainement le dernier avant le terme du voyage. Du coup, on a tout de suite un autre regard, presque de la compassion et un peu de peur par ce qui s'en suivre.

L'idée de remontrer par les fesses de la créature => génie / 1000 ! ^^

J'ai beaucoup aimé le comportement d'Ysaë, cette façon d'en faire trop lorsque l'on culpabilise de quelque chose est tellement vraie, et la façon dont tu la retranscris fonctionne extrêmement bien. Tous ces plats qui flottent dans les airs m'ont donné faim, je dois l'avouer ! Et ça m'a fait penser à l'Apprenti Sorcier ^^. Pareil pour la façon dont tu nous exposes ses sentiments pour la maman de notre quadrupède favoris, la gène qu'il éprouve, la façon dont tu l'exprimes, ça fonctionne vraiment bien :).

Un chapitre de repos fort plaisant en conclusion !

J'attaque le suivant demain :)

A très vite !
AnatoleJ
Posté le 18/04/2021
Hello :D Bon retour ici, ça fait plaisir de retrouver tes commentaires ^^

On ne sait jamais avec Muse et Gulliver, une sieste improvisée pourrait se pointer en plein milieu de l’action, ils en sont parfaitement capable... mais est-ce qu’ils vont le faire ? Qui sait !

Je suis content que le caractère d’Ysaë passe bien, parce qu’il est moins naturel à écrire pour moi que les bêtises de Gulliver (ce qui est presque inquiétant pour la santé de mon cerveau ?). J’avais faim aussi en écrivant ce chapitre, c’est important de mettre de la nourriture dans toutes les histoires héhé

A bientôt ^^
Mathilde Blue
Posté le 01/03/2021
Coucou !

Ce chapitre m’a vraiment beaucoup fait rire j’avoue xD Je suis toujours très admirative de la façon dont tu arrives à faire interagir tous tes personnages ensemble, ce qui n’est vraiment pas évident puisqu’ils sont nombreux ! Et ils sont toujours aussi attachants ^^
Je me suis juste fait une reflexion, j’avais l’impression que Drk intervenait beaucoup plus que dans les chapitres précédents et j’ai trouvé ça un peu étonnant, mais c’est un détail hein.

Pour mes notes de lecture :

« — Je crois surtout qu’il est un peu idiot, ce maegis, grommela Muse. »
Toujours autant de tact xD

« Muse le fixa avec stupeur - il venait vraiment de suggérer qu’ils rentrent dans le trou du cul d’un monstre, pour récupérer un objet minuscule qui serait peut-être mais plus probablement peut-être pas encore entier ? »
Cette phrase était un peu longue, ce serait plus clair si tu la coupais en deux ou que tu la reformulais !

« — Le nouveau est amoureux de la maman de l’étrange quadrupède, constata Drk avec un hululement moqueur. »
Merci Drk xD Ce passage était génial, entre Drk qui balance ça, Gulliver qui renchérit et Feï qui explique de manière toujours aussi pragmatique.

« Muse grimaça - manquait plus que ça ! « Tu penses que c’est ça ? »
Alors là je n’ai pas exactement compris la structure de ce passage, je ne sais pas si tu as oublié le retour à la ligne ou autre chose ?

« — C’est embarassant, ça, magos, moqua-t-elle. »
J’avais un peu de peine pour Ysaë xD

« — Oh non, je vous vois venir là. Allez, on balance la gnome dans le trou du cul de la bête, elle s’en fiche, elle est petite ! Allez vous faire foutre, tiens. J’ai déjà fait assez de conneries pour vous, les sales gosses. Trouvez un autre plan. »
Non mais franchement, pauvre Muse… C’est quoi cet acharnement des gens petits ??

Voilà voilà ! À bientôt pour la suite !
AnatoleJ
Posté le 11/03/2021
Re-coucou :D

Oh merci T_T Je suis content que mes boulets restent attachants, ils font de leur mieux héhé

« Je me suis juste fait une reflexion, j’avais l’impression que Drk intervenait beaucoup plus que dans les chapitres précédents »
Tu as tout à fait raison, et je ne m’en étais pas rendu compte x) (en fait je crois que c’est un reste de la toute première version : à l’origine Drk n’avait pas de lignes de dialogue écrites noires sur blanc, telle une Chewbacca des profondeurs, et j’ai changé ça en cours d’écriture)

Et ne t’inquiète pas pour Ysaë, il est trop vieux pour se vexer des bêtises des quatre autres xD

"« Muse grimaça - manquait plus que ça ! « Tu penses que c’est ça ? »
Alors là je n’ai pas exactement compris la structure de ce passage, je ne sais pas si tu as oublié le retour à la ligne ou autre chose ?"
Tu as raison, il y a un truc bancal, c’est parce que je me suis laissé influencé par la typographie anglophone :/ Je vais voir comment changer ça sans casser le rythme !

Merci pour tes notes ^^
Vous lisez