Chapitre 16. Un sourire à qui saurait le voir dans l'ombre

Par dcelian
Notes de l’auteur : Bonjour !
Mes plus plates excuses pour le retard, d'autant que ça fait deux fois d'affilée, c'est un peu la lose. Je pense que je vais avoir plus de temps à l'avenir, donc ça devrait me faciliter la tâche et me permettre d'être à nouveau à l'heure.
Encore désolé, et bonne lecture !

Il y a un léger instant de flottement. La scène se fige un peu, comme si le temps ralentissait, comme s'il voulait s'écouler autrement, lassé de ces retrouvailles. Peu à peu, Soa sent sa conscience reprendre place, il se sent revenir à lui. Pourtant, étrangement, il ne se réveille pas. Dès qu'il se sent repartir vers le vrai monde, il est comme bloqué, il se heurte à un mur d'Ombres qui l'empêchent de continuer sa route.
Contraint à rester là pour encore un moment, il se contente de contempler la scène d'un point de vue externe, il la contemple avec un peu de recul. Il revit ce jour fatidique qu'aucune larme n'a pu effacer complètement.

Il y a les restes de la maison et du paysage brûlés, dans le fond. Et puis, il y a aussi les deux enfants qui s'observent en silence, au premier plan, presque irréels, immobiles. Ils semblent regarder le chaos sans vraiment le voir, fascinés, envoûtés.
Le souvenir disparaît peu à peu, comme si on avait soufflé la flamme qui l'avait ravivé.

Et après ? Après, que s'est-il passé ? Il ne se rappelle plus. Ça revient par bribes, par morceaux qui ne s'emboîtent pas tout à fait, comme un puzzle dont il manquerait des pièces.
Il voit des Pryvéniens qui accourent, sûrement à la vue de la fumée qui s'élevait en volutes massives dans le ciel. Il les voit l'emmener avec eux, l'emmener dans leur ville dont ses parents l'avaient toujours tenu à l'écart. Là, il voit aussi Grégor. Ce bon vieux Grégor. Comme il fait bon voir à nouveau son visage bourru et ses cheveux de flamme, son grand sourire contagieux et sa carrure reconnaissable entre toutes !

Ah, oui. C'est comme ça que ça s'était passé. Ils avaient croisé Grégor. Heureusement qu'il était là.
Il se tenait sur le trottoir, devant l'entrée de sa taverne, il les avait vus passer et il les avait hélés. Il avait dit "J'connais le marmot, confiez-le-moi donc !". Alors les Pryvéniens s'étaient exécutés, sûrement soulagés de se débarrasser d'un orphelin sans plus de formalités, sans faire aucune vague.
La vérité, c'est qu'il ne connaissait pas vraiment le marmot. Il l'avait tout juste vu une fois ou deux, en rendant visite à ses défunts parents dont il était le fournisseur officiel. Et l'ami fidèle, mais ça, Soa ne l'avait appris que plus tard.
D'ailleurs, il n'avait pas eu immédiatement confiance en Grégor. Il revoit des scènes de dispute où, petit garçon, un peu risible, sans doute, il finissait par déclarer fièrement qu'il fuguerait et que personne ne le trouverait plus.
Il ne partait jamais bien loin, pourtant. Il finissait toujours par revenir.
Soa songe que, cette fois, il est parti sans rien dire. C'est peut-être ça, la différence ? Il ne sait pas très bien.

Il se concentre à nouveau sur son souvenir, il ne veut perdre aucun élément de ces précieuses scènes de son enfance, il veut se rappeler ce qu'il a oublié.
Il se plonge à nouveau à Pryven et revoit les beaux jours éclore alors qu'il s'enfermait dans sa petite, toute petite chambre, aménagée dans les combles de la taverne, chez Grégor. Il pleurait beaucoup, à cette époque. C'était la solution qu'il avait trouvée pour évacuer. Son chagrin semblait irréversible, et Grégor était souvent bien embêté, d'autant qu'il ne s'était jamais vraiment occupé d'un gosse. Il avait fait quelques maladresses, mais dans l'ensemble, avec du recul, Soa trouve qu'il s'en sortait très bien avec ses faibles moyens de bord. Il a fini par le sauver de cette tristesse qui paraissait insurmontable.
Et puis, il y avait Cléa, aussi. A l'époque, il avait tout de suite compris qu'il était le seul à la voir et à l'entendre, alors il faisait attention à être le plus discret possible. Ils ont grandi ensemble, et il se rappelle comme elle l'a aidé dans les moments difficiles, à sa façon. Il se rappelle comme elle l'aide toujours.
Ce sont des souvenirs teintés d'un bonheur simple et lumineux.

Des images plus violentes refont alors surface, bousculant un peu la joie passagère, menaçant de faire éclater la petite bulle de confort que Grégor, Cléa et lui avaient eu tant de mal à construire.
Il y a comme des flashs, des scènes précises, marquantes. Soa revoit la chasse à la sorcière qui avait suivi le grand incendie et la mort de ses parents, il revoit les innombrables innocentes qui ont été tuées en public, il revoit madame Bringau... Ces images-là sont douloureuses, elles remuent quelque chose en lui qui n'est pas encore très solide, quelque chose qui fait mal, qui fait encore un peu trop mal.
Il arrête de freiner, pourtant, il arrête de lutter à contre-courant. Il se laisse porter par le fil de ses pensées sombres.

Aussitôt, tout accélère. Il se voit grandir plus rapidement, il voit son envie de réponses croître exponentiellement. Il se voit commencer à aider Grégor, avoir un léger salaire, prendre son indépendance, s'éloigner doucement. Il se voit collecter toutes ces informations sur les Sorcières, toujours accompagné par Cléa dans sa quête, il se voit se noyer un peu dans ses idéaux de vengeance. Il se voit découvrir les papiers de l'église, dressant la liste des suspects pour le grand incendie, la liste des sorcières, il se voit lire "Yana", il se voit voir tout ça.
Il se souvient exactement de tous les sentiments qui l'ont traversé à cet instant. Il était resté là, paralysé, débordé par cet afflux d'émotions, par cette pointe de haine qui s'est fichée quelque part, profondément ancrée, qu'il n'a toujours pas vraiment détectée, qu'il n'a toujours pas vraiment retirée. Là, au fond de lui, dissimulée sous un lourd silence, un silence noir et sombre, qui prend la place, qui l'engloutit un peu, il y a encore cette partie de lui qui crie vengeance.
Parce que Yana n'est pas celle qui a tué ses parents, il l'a compris à l'instant où il lui a donné la mort, un instant trop tard. Bien sûr, elle avait tout de même commis des crimes qui méritaient sans doute une punition, mais Soa ne veut pas punir. Là n'est pas son rôle. Il veut venger.
Ou du moins s'en convainc-t-il du mieux qu'il le peut, parce que, c'est bien ça qu'il doit faire, non ? Il doit venger. La mort de ses parents ne peut pas rester impunie, elle ne peut pas rester qu'une liste de suspects sur un papier jauni par l'abandon. C'est hors de question.

Pourtant, en prenant la vie de Yana, Soa a été frappé par de violentes sensations, des sensations étranges, qui font naître le doute. Alors il avait rangé ces émotions dans un recoin sombre, il les avait enterrées pour un temps.
Mais les émotions ne meurent jamais que temporairement. Elles renaissent inexorablement.
Peut-être que c'est ça, qu'il a oublié. Peut-être que c'est ça, qu'il doit se rappeler.
Il a peut-être besoin de ce profond sommeil pour que ça refasse surface, finalement.
Il a peut-être besoin de se perdre en songes pour raviver les sentiments qui l'ont traversé cette nuit-là, contre la sorcière, contre l'une des supposées meurtrières de ses parents, contre ce destin qu'il s'était forgé. Il pensait vivre une délivrance. Il pensait qu'apporter la mort le sauverait un peu, le tirerait hors des ténèbres et de leur confusion permanente, il pensait que les réponses se tenaient là, à portée de sa main déjà tendue. Pourtant, lorsque la sorcière avait été engloutie par les Ombres, il était resté paralysé. De peur, oui, mais aussi de dégoût, d'un immonde dégoût gluant qui lui collait à la peau. Peut-être qu'à cet instant précis, il avait déjà compris. Il avait déjà compris qu'il ne pourrait pas poursuivre cette voie, que ce serait insurmontable. Mais... et ses parents, dans ce cas ? Qui vengerait leur mort ? Ce rôle lui incombe, plus qu'à n'importe qui d'autre.
Perdu dans les songes, il n'est plus tout à fait certain. Il n'est plus certain de rien.
Il ne sait même pas ce qu'il est vraiment. Comment peut-il prétendre venger des morts ?

Peu à peu, il se sent devenir lourd, infiniment lourd, et ses pensées ralentissent. Il est enveloppé par des ténèbres rassurantes, elles murmurent à son oreille mille paroles incompréhensibles, elles le bercent en leur sein.
Sa conscience vacille dans les Ombres.

***

Ka-clong, ka-clong.
Doucement, Gaëlle se laisse bercer par l'ambiance si particulière qui enveloppe les lieux. Elle n'a aucune idée de l'heure qu'il est, ni même de la distance parcourue. Pourtant, elle reste ici, elle se garde bien d'écarter les rideaux opaques de la cabine, elle est ballotée de droite à gauche et ça lui suffit.
Sans savoir pourquoi, elle est persuadée qu'elle arrivera à temps, que ce n'est déjà plus un problème. L'étrange mécanique du destin s'est mystérieusement mise en marche. Elle ressemble trait pour trait à une trop vieille calèche tractée par un trop vieux cheval.
Maintenant, c'est plutôt l'après qui l'inquiète. Ce qui va se passer là-bas, elle n'en a aucune idée. Gaëlle aime avoir le contrôle de la situation, or cette fois, elle n'est qu'une pièce sur l'échiquier, elle n'est qu'un pion dont chacun des mouvements est prévisible, elle se sent manipulée. Et elle n'aime pas ça. Elle n'aime pas ça du tout.
Face à elle, elle sent toujours l'étrange présence de l'apparition. De Cléa. Elle est bien incapable de déterminer si ça la rassure ou si ça l'inquiète profondément.

Ka-clong, ka-clong.
Autour d'elle, l'engin cahote péniblement sur la route, grinçant, de mauvaise humeur. On n'entend plus l'océan. Sa rumeur s'est finalement éteinte dans le lointain, et elle lui manque déjà.
Gaëlle songe qu'elle n'est pas allée dans la demeure de son maître depuis plus d'une semaine maintenant. C'est là-bas que sont enfermées toutes les Ombres qu'ils ont neutralisées ensemble. Elle n'a a priori aucun souci à se faire, la vieille bâtisse est gardée par un confrère de confiance, mais elle devra tout de même faire un crochet au retour, pour se donner bonne conscience, pour être certaine que tout se déroule comme prévu.
Au moins là-bas, en tout cas.
Et puis, ça ravive des souvenirs, de penser à cette bicoque, ça lui fait tout drôle, à Gaëlle. Elle n'est définitivement pas une sentimentale, pourtant, elle se perd un peu sur la route des souvenirs, elle s'engage sur ce long chemin qu'elle connaît bien, qui l'apaise immédiatement. A moins que ce ne soit la calèche ?

Ka-clong, ka-clong.
Elle ferme les yeux.

***

...

***

Lorsqu'elle se réveille, il lui semble qu'une petite éternité s'est écoulée. Autour d'elle, il n'y a plus aucun bruit. Fini le concerto chaotique de la calèche, fini le tapotis régulier des sabots du cheval sur le sol, il n'y a plus rien, plus qu'un vide qui prend une place étonnamment importante, un silence qui englobe tout.
Gaëlle est là, au milieu de ce mutisme général, toujours assise sur son inconfortable banquette. Il fait sombre. L'atmosphère est étrange, elle a peur de faire un geste, peur de briser la magie de l'instant, car elle sent comme tout semble fragile, comme tout peut être détruit si facilement.
Délicatement, elle étend sa main sur sa gauche et, à tâtons, tâche de chercher le contact de sa faux qu'elle avait déposée là. Elle trouve enfin le manche dans les ténèbres, et ça la rassure, cet objet, ce manche, ce bois qu'elle connaît par cœur, qu'elle garde sur elle en permanence. Elle se dit que, même si elle était perdue, elle aurait toujours ça pour se tirer d'affaire.

La Traqueuse reste ici encore un instant, un long instant qui s'étire mollement, dont elle ne sait plus très bien quoi faire. La calèche semble s'être définitivement tue, et le cheval s'est complètement arrêté.
Il semblerait que son alliance avec les forces occultes prenne fin ici.
"C'est peut-être pas plus mal", ne peut-elle s'empêcher de penser. Elle n'arrive toujours pas à savoir si elle a pris la bonne décision. Ce qui est certain, c'est qu'elle n'a pas le loisir de se battre avec l'éthique de sa profession. Pas maintenant. Pas tant qu'une vie est potentiellement en danger.

Peu à peu, son esprit se remet en marche, elle se rappelle pourquoi elle est vraiment ici, elle se rappelle qu'elle s'est peut-être joyeusement aventurée dans la gueule du loup, que tout ceci n'est pas très certain, que rien de tout ce qu'elle a fait jusqu'à présent n'est très certain.
Pourtant, alors qu'elle est là, dans le noir, seule face à ses démons, elle ne peut pas vraiment regarder ailleurs qu'en face. Et en face, elle voit cet étrange message qui lui est parvenu, elle voit le temps qui s'écoule rapidement, trop rapidement peut-être, elle voit ce devoir qu'elle doit accomplir. Elle le regarde intensément, comme une provocation silencieuse.
Elle le met au défi de la mettre au défi.

Elle lève le menton, elle serre la mâchoire, elle inspire un grand coup, et elle se redresse sensiblement. Le bois de la calèche craque sous son geste, emplissant les ténèbres de son étrange mélodie. Elle rattache la faux dans son dos d'un geste expert, puis un demi-sourire vient se dessiner sur son visage, un sourire à qui saurait le voir dans l'ombre, un sourire à elle-même, sans doute. Parce que c'est décidé, elle va sortir de là pour se débrouiller seule, elle affrontera les Ombres sans aide s'il le faut.

Et puis, soudain, ça lui revient. Comment a-t-elle pu l'oublier ?
Elle n'était pas seule, dans cet habitacle. Pas seule du tout, même. Il y avait cette fille mystérieuse. Cléa. Elle était là, assise en face d'elle, silencieuse. Pourtant, elle avait beau n'avoir aucune mélodie, Gaëlle ressentait sa présence. Elle ne ressent plus rien, maintenant. Disparue, sa mystérieuse cochère, envolée sans une trace. Gaëlle en est certaine, elle n'a jamais entendu parler d'une telle créature.
Le mystère qui l'entoure ne cesse de s'épaissir.
Mais c'est un mystère qu'elle ne peut pas s'attarder à résoudre, pas maintenant, par pour le moment. Si une vie est en jeu dans cette sale affaire, elle doit se dépêcher de rallier Grimard et sa vieille église. Il n'y pas un instant à perdre.

Gaëlle se place face à la petite porte de la calèche qui lui cache toujours l'extérieur de son rideau sombre comme une nuit sans lune. Elle hésite à l'ouvrir d'un grand coup de pied, comme elle en a maintenant l'habitude, mais elle renonce, par gratitude pour cet engin qui l'a transportée jusqu'ici. Mais jusqu'où ? Ça, elle n'en a toujours aucune idée.
Alors elle abaisse résolument la poignée de bois qui rompt à nouveau le silence obscur de la cabine dans un terrible grincement. Gaëlle grimace, mais elle décide finalement d'ouvrir en grand le battant de la porte qui maintenait l'endroit dans ce calme irréel, dans cette douce obscurité.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
AnatoleJ
Posté le 06/09/2021
Hello :D

C’était sympathique la petite introspection de Soa, ça nous sert aussi à assembler tous les indices qu’on a eu jusqu’ici, sur pourquoi il a fait une partie de ce qu’il a fait au début. Mine de rien j’avais intégré ces évènements et j’étais presque prêt à aller avec le flot sans réponses, mais c’était un bon moment pour connecter un peu tout ce qu’on a vu ! Même si je n’ai aucune idée d’où on va aller à partir de là (à part derrière Mamie Maude héhé).

Les points de suspension sont bien trouvés, la première fois ça m’a fait rire, j’ai imaginé Soa en train de roupiller comme un bienheureux x)Bon après, le fait que ça se reproduise plusieurs fois est vaguement inquiétant ? Enfin tu me connais, s’il y a deux options je prends la rigolote, il fait une très TRES grosse sieste, le genre dont on se réveille sans savoir quel jour on est ni où on se trouve

« Dès qu'il se sent repartir vers le vrai monde, il est comme bloqué, il se heurte à un mur d'Ombres qui l'empêchent de continuer sa route. »
« Encore 5 minutes », murmure-t-il avant de tirer sa couverture jusque sous son menton

« Il voit des Pryvéniens qui accourent, sûrement à la vue de la fumée qui s'élevait en volutes massifs dans le ciel. »
*volutes massives

« Il ne partait jamais bien loin, pourtant. Il finissait toujours par revenir. Soa songe que, cette fois, il est parti sans rien dire. »
Petit bout de chou... C’est un joli parallèle, je pensais justement à son récent départ ! J’ai l’impression que ça arrive souvent, les passages où tu commences à évoquer quelque chose, je repense à un autre moment de l’histoire et paf, le passage en question est rementionné aussi

« Ils ont grandi ensemble, et il se rappelle comme elle l'a aidé dans les moments difficiles, à sa façon. »
ça confirme que Cléa n’était déjà pas un fantôme, ou du moins pas un fantôme traditionnel (même si on a pas encore les règles officielles de comment les fantômes fonctionnent, j’improvise)

« Et puis, ça ravive des souvenirs, de penser à cette bicoque, ça lui fait tout drôle, à Gaëlle. »
C’est marrant ce parallèle avec Soa qui pense à son Grégor juste avant, ça confirme l’impression qu’ils sont liés quelque part, à faire la sieste et à penser à leurs figures paternelles chacun de leur côté au même moment

« elle a trouvé ce petit chemin qui parcoure les bois »
*parcourt

« Même quand les éléments se déchaînent, les dieux ne s'effondre pas comme le peuvent les villes ? »
Vu qu’elle parlait de vieilles choses juste avant, j’ai lu « vieux » à la place de « dieux » au premier coup d’oeil, et finalement est-ce que j’ai vraiment tord ? ? (oui)

« ça fait tap... tap... tap... »
Mamie Maude entre dans la place, aye aye

« J'attends juste qu'on soit au complet pour commencer mes explications. Il ne devrait plus tarder. »
Alors qui manque à l'appel ? Soa qui va se réveiller de sa sieste et se téléporter magiquement ? Grégor qui vient chercher son garnement ? Un inconnu qu’on va découvrir ? Mystère... Je vais devoir lire la suite pour savoir on dirait ^^( Je l'aurais lue quand même haha)
A bientôt :D
dcelian
Posté le 18/09/2021
AHHH coucou bonsang, désolé pour ce retard
Pour tout te dire je crois que j'étais un peu entré dans une phase de déni de PA, j'avais trop peur de plus avoir ni le temps ni l'envie d'écrire, donc revenir ici me faisait un peu peur. Je crois que ça va mieux, maintenant. J'ai réfléchi à de nouveaux trucs archi-cool que j'ai trop hâte d'intégrer à la suite !! Manque plus qu'un petit coup de pouce niveau inspiration et ça finira par revenir, mais je me fais pas trop de souci :D

Ensuite je dois te dire merci très fort, parce qu'en lisant ton commentaire j'en ai aussi rapidement profité pour lire mon chapitre en diagonale, et ça m'a grave conforté dans l'idée que j'aime au moins certains de mes chapitres précédents dont celui-ci, alors : merci merci merci <3

Et voilà pour ce qui est du contenu de ton commentaire :

Trop cool que tu aies aimé le petit passage introspectif de Soa au début, je me souviens que j'en étais content quand je l'ai écrit et c'est d'autant plus chouette si tu l'apprécies aussi !! J'ai trouvé ça important dans le sens où le meurtre de Yana pouvait paraître un peu gratuit au début, et je m'en suis voulu pour ça. Disons que ça ajoute la profondeur que j'avais pas pris la peine d'instaurer dans les premiers chapitres, et c'était vraiment nécessaire à mes yeux !

"Mine de rien j’avais intégré ces évènements et j’étais presque prêt à aller avec le flot sans réponses, mais c’était un bon moment pour connecter un peu tout ce qu’on a vu !"
Ce que tu dis là pour moi c'est hyper important, clairement l'un des points-clé de mon histoire. Je sais que c'est un univers fantaisiste (no shit), je sais que si je veux j'ai tous les droits, mais je me refuse au maximum cette facilité et je tiens très fort à TOUT justifier (ce qui est à la fois très cool et très pénible parce que c'est un moteur puissant aussi bien qu'un énorme frein, juste parce que parfois je vais me poser deux secondes et me dire "mais attends, pourquoi ça déjà ?" x))
Je sais que ça sera pas possible et qu'il restera forcément des inconnues, et c'est d'ailleurs pas plus mal, mais voilà je veux vraiment que rien ne soit acquis ! Et du coup c'est cool que ça ait pu te "surprendre", ou du moins que t'aies bien aimé mes justifications hihi

Merci aussi pour tes petits commentaires, ils sont toujours aussi appréciés xD
Et merci pour les corrections, j'ai trop la honte de voir que je laisse passer des trucs aussi gros mais j'imagine que c'est inévitable... <3<3
Merci encore pour tous tes compliments, je vais pas tout citer parce que bondiou mes chevilles, mais ça me touche énormément !!

"ça confirme que Cléa n’était déjà pas un fantôme, ou du moins pas un fantôme traditionnel (même si on a pas encore les règles officielles de comment les fantômes fonctionnent, j’improvise)"
héhé je sens que Cléa t'intrigue et je sais que tu n'es pas la seule personne dans ce cas-là. C'est vrai qu'elle est peu commune, ça je vous l'accorde !

"« Même quand les éléments se déchaînent, les dieux ne s'effondre pas comme le peuvent les villes ? »
Vu qu’elle parlait de vieilles choses juste avant, j’ai lu « vieux » à la place de « dieux » au premier coup d’oeil, et finalement est-ce que j’ai vraiment tord ? ? (oui)"
(non <3)

"Alors qui manque à l'appel ? Soa qui va se réveiller de sa sieste et se téléporter magiquement ? Grégor qui vient chercher son garnement ? Un inconnu qu’on va découvrir ? Mystère... Je vais devoir lire la suite pour savoir on dirait"
Hahaaa j'adore toujours autant lire vos théories ! Ewé, il semblerait que la suite soit la meilleure façon de le découvrir. J'espère qu'elle te plaira !!!

Merci encore pour ta lecture et pour ta présence, à très vite :D
AnatoleJ
Posté le 02/10/2021
Pas de souci prend ton temps, je suis pas un rapide non plus donc ça ne me perturbe pas haha
« Manque plus qu'un petit coup de pouce niveau inspiration et ça finira par revenir, mais je me fais pas trop de souci :D »
Si le coup d’pouce vient pas on va sortir les coups de pieds au c** hein è_é (au café oui c’est ça exactement)
Sklaërenn
Posté le 07/04/2021
J'aime beaucoup comment tu amène les souvenirs de Soa et comment il se laisse plonger dans l'obscurité ( si on peux dire ça comme ça ) et le fait de faire des interludes sur son PDV avec juste des points de suspensions en dit longs.

Décidément, Maude nous réserve bien des surprises. Je l'aime beaucoup. Vraiment. J'ai hâte de lire la suite et de voir ce que tu nous réserve. Si c'est bien Soa qui va les rejoindre ou si ça ne serait pas Cléa. Je penche plus pour Soa, mais bon, on ne sait jamais.
dcelian
Posté le 07/04/2021
Merci beaucoup ! Je voulais effectivement que Soa semble "plonger dans l'obscurité" comme tu le dis si bien, mais je voulais aussi qu'on ne se détache pas tout à fait de lui, donc j'ai laissé ces points de suspension, content que t'aies trouvé ça bien !
Eh oui, Maude est pleine de ressources, et t'as encore pas tout vu ;) C'est chouette si tu l'aimes beaucoup !!! Moi aussi d'ailleurs, c'est peut-être l'un des personnages qui me tient le plus à cœur ! Vive les vieilles personnes <3
"Si c'est bien Soa qui va les rejoindre ou si ça ne serait pas Cléa. Je penche plus pour Soa, mais bon, on ne sait jamais."
Hahaha je prends les hypothèses, la réponse dans une semaine ;)
dodoreve
Posté le 06/04/2021
J'ai bien aimé le bref retour que tu fais au début sur les souvenirs qu'on a vus dans le chapitre précédent !
Le petit Soa qui menace de fuguer ahah
C'est trop bien ce chapitre où l'on revient sur tous ses souvenirs qui nous permettent de recoller les morceaux avec le début de ton histoire ! On sait comment on en est arrivé à Yana du coup !
"Soa ne veut pas punir. Là n'est pas son rôle. Il veut venger." Dark!Soa, d'accord, c'est cool (mais pas sain)
"elle ne peut pas rester qu'une liste de suspect" suspects*
"Mais les émotions ne meurent jamais que temporairement. Elles renaissent inexorablement." ;-;
Les points de suspension que tu laisses entre deux points de vue de Gaëlle ont un très bon effet ! Ils nous ramènent à Soa qui s'est enfoncé parmi les Ombres, sans décrire de ressenti ni rien, mais simplement en le suggérant, et c'est bien joué !
"Elle hésite à l'ouvrir d'un grand coup de pied, comme elle en a maintenant l'habitude, mais elle renonce, par gratitude pour cet engin qui l'a transportée jusqu'ici." Gaëlle <3 <3 <3 Je l'aime tellement, voilà, c'est dit
"ça fait tap... tap... tap..." Tu vas finir par me tuer avec tes bruits tout le temps là oh
"Parce que les très vieilles femmes ont toujours des réponses aux très nombreuses questions." <3
"Elle ponctue sa phrase d'un léger clin d'œil complice, comme si elles étaient devenues les meilleures amies du monde sous le regard du soleil qui émerge à l'horizon." C'est tout ce que je demande, Maude et Gaëlle, les meilleures : besties. Que demander de plus. Est-ce que moi aussi je vais pouvoir écrire une fanfic où on les suit partir en vacances, ouvrir un bar ensemble, et faire plein de trucs de besties ? Parce que je les sens bien et en même temps je crois pas que ce soit prévu dans ton histoire (à moins que).
J'avoue que je ne sais pas du tout où tu nous mènes. J'ai quelques petites théories dans le fond de ma poche (je me suis même demandé si Maude n'était pas "le corps" de Cléa, mais bon je pense pas hein) et j'ai hâte de voir ce qu'il en sera. Parce qu'en même temps, quoi que je pense, ce qui se passe ne se déroule pas du tout dans le sens que j'ai pu imaginer (ce qui est encore plus chouette). Si je m'attendais à ce que Gaëlle et Maude se retrouvent ? NON pas du tout. Et ça me plaît énormément, en même temps !
ET SINON TU SAVAIS ? DEMAIN C'EST LUNDI ??? (Je rigole, prends ton temps pour écrire la suite, si en plus elle vient avec son lot de révélations :o !)
(C'est pour le prochain chapitre ?)
(Elle a combien de chapitres ton histoire, déjà ?)
Bonne soirée :D
dcelian
Posté le 07/04/2021
"Le petit Soa qui menace de fuguer ahah" <3 sur lui, j'aime trop petit Soa
""Soa ne veut pas punir. Là n'est pas son rôle. Il veut venger." Dark!Soa, d'accord, c'est cool (mais pas sain)" Oui je suis d'accord, il a eu des passes un peu sombres. Heureusement, comme tu peux le constater, il commence à douter de ses motifs et à se rendre compte que c'est PEUT-ÊTRE pas le meilleur moyen de mener sa vie que de le faire pour quelqu'un d'autre. Qui l'eût cru, franchement ?? Perspicace, ce jeune homme !
Blague à part, j'espère que ça fait pas trop "dArK sAsUkE", genre le personnage très edgy et badass mais qui en fait des tonnes et qui devient très caricatural à mesure que son attitude devient de plus en plus "sombre" xD
"C'est trop bien ce chapitre où l'on revient sur tous ses souvenirs qui nous permettent de recoller les morceaux avec le début de ton histoire ! On sait comment on en est arrivé à Yana du coup !" Oui, je voulais absolument qu'on se plonge dans les souvenirs des personnages sans le faire de façon trop brute ou sans casser la narration, donc cet interlude qui fait office de "rêve" pendant que Soa dort m'a paru être la bonne solution, content que ça te plaise !!
Et je suis aussi grave content si les petites coupures entre les passages de Gaëlle te plaisent, j'étais trop content d'avoir eu cette idée quand elle m'est venue, mais j'étais pas sûr qu'on comprendrait/apprécierait en tant que lecteur, c'est cool si tu me dis que oui !!
""Elle hésite à l'ouvrir d'un grand coup de pied, comme elle en a maintenant l'habitude, mais elle renonce, par gratitude pour cet engin qui l'a transportée jusqu'ici." Gaëlle <3 <3 <3 Je l'aime tellement, voilà, c'est dit" Ahhh tu me fais plaisir là, moi aussi j'adore ce personnage !!
""Elle ponctue sa phrase d'un léger clin d'œil complice, comme si elles étaient devenues les meilleures amies du monde sous le regard du soleil qui émerge à l'horizon." C'est tout ce que je demande, Maude et Gaëlle, les meilleures : besties. Que demander de plus. Est-ce que moi aussi je vais pouvoir écrire une fanfic où on les suit partir en vacances, ouvrir un bar ensemble, et faire plein de trucs de besties ? Parce que je les sens bien et en même temps je crois pas que ce soit prévu dans ton histoire (à moins que)."
Hahahaha j'imagine qu'on est quittes, maintenant ? Je suis très flatté que tu te projettes comme ça, d'autant que j'avoue, moi aussi je suis fan de leur dynamique x)
Pour autant, je pense effectivement que c'est pas la direction que prend mon histoire (oups désolé pour le spoil), donc il va falloir que tu l'écrives par toi-même ! J'ai hâte de lire le résultat ;)
Trop cool ce que tu me dis à la fin, je suis content de voir que tu te poses des questions mais aussi (c'est mon côté diabolique) de voir que tu n'arrives pas à comprendre où tout cela mène, ça veut dire que je gère pas trop mal mon intrigue pour le moment et c'est vraiment bon à savoir, donc merci, merci et merci encore <3
"ET SINON TU SAVAIS ? DEMAIN C'EST LUNDI ???" AH NON HEIN
"(C'est pour le prochain chapitre ?)" le prochain chapitre est un peu particulier, je te laisserai découvrir pourquoi. En tout cas, sache qu'il me tient VRAIMENT à cœur, et que je suis trop content d'avoir réussi à l'écrire comme je voulais !
"(C'est pour le prochain chapitre ?)" ;-;
(plus sérieusement : aucune foutue idée. je sais où je vais, mais j'ai aucune idée du temps que ça va me prendre. quelque chose me dit que ça risque de pas être court)
Bonne journée à toi !
(J'essaie de lire tes deux nouveaux chapitres ce soir !)
dcelian
Posté le 07/04/2021
oups je voulais copier coller "(Elle a combien de chapitres ton histoire, déjà ?)" à la fin, pas "(C'est pour le prochain chapitre ?)", mes excuses ^^
dodoreve
Posté le 07/04/2021
Je viens de me souvenir d'un truc, tu m'avais déjà parlé de ton chapitre 17, non ? Ou plutôt de son titre ? Dans ce cas-là je sais huhu (quoi je peux réagir plus lentement encore si je veux, try me)
Et nooon ça fait pas dark Sasuke (ahahah), au contraire on sent bien que Soa ne s'enfonce pas complètement dans ce désir de vengeance et qu'il s'interroge sur son sens, donc c'est cool :) C'est loin d'être ridicule ou disproportionné !
dcelian
Posté le 07/04/2021
Hahaha bonne mémoire, je l'ai effectivement déjà mentionné, mais je n'en dirai pas plus ;)
Et tant mieux pour Soa, ça me fait plaisir ! J'ai trop peur que mes personnages tombent dans l'excès de leur propre caractère :/
Merci encore pour ton commentaire <3
Vous lisez