Chapitre 15 - Simulation - Dante - Partie I

Notes de l’auteur : Salut les p'tits loups ! Aujourd'hui on repart sur le PDV de Dante. Ça vous avez manquer ? Non ? Tant pis :D Je vous fais cadeau des deux parties en une fois pour le coup. Je me sens d'humeur à vous faire des cadeaux :3

— Comment ça vous lui avez donné le code ? Mais vous êtes complètement à l'ouest ! Et si elle faisait tout foirer ! Quatre jours ! Juste quatre jours qu'elle est là et vous faites déjà n'importe quoi !
— Oh ! On se calme capitaine panique, intervint Adam. Crois-moi, elle a suffisamment envie de se barrer d'ici pour ne pas faire de conneries.
— Et en l’occurrence, c'est toi qui as merdé hein ! reprit Julie.
— C'est pas vraiment moi, je te rappelle.
— Toi ou Dayen, c'est pareil, non ? Je ne comprends toujours pas pourquoi ils te casent dans les Synchros II, alors que tu as toutes les caractéristiques d'un Synchro I... , grommela Simon.
— Et il était où Caden ? Il lui file toujours le train, comme un chien derrière son maître, fit remarquer Adam.

Bonne question. Qu'est-ce que j'en sais de pourquoi ils me casent Synchro II, moi ! Merde alors ! Tout m'échappe depuis mon retour et je déteste ça. Cette situation m'extirpe un soupir d'agacement. Je l'ai pourtant prévenu de ne pas me déranger ! Elle ne sait pas lire ou quoi ?
— Elle ne t'a pas dérangé, elle est arrivée trop furtivement à mon goût. me répondit mon double.
— C'était vachement l'occasion de lui sauter dessus, résultat elle à l'infirmerie là ! m’énervai-je contre lui. Et c'est maintenant que tu te décides à parler ? Des jours que tu fais la sourde oreille !

J'arrache un bout de pain avec énergie. En rage contre les événements que je n'arrive pas à contrôler. Julie a eu raison en disant que Kaya serait un nid à emmerde. Et puis Adam, il fout quoi à décider de l'informer de ça maintenant aussi ? Ce sont des décisions qu'on est censés prendre tous ensemble, pas chacun dans notre coin ! C'est la limite qu'on s'est fixé, alors pourquoi ?
— Que veux-tu, j'aime quand on parle de moi, poursuivit Dayen, visiblement satisfait de sa propre connerie. 

Comme si je n'avais que ça à faire de me battre avec mon double, là, maintenant. Je pensais qu'on avait dépassé ce stade depuis longtemps, mais l'idée d'avoir un binôme ne lui déplaisait pas, à lui. En fait, il était même plutôt content. Et cet enthousiasme s'est encore plus renforcé lorsque Slyder nous a appris que c'était nous qui nous chargerions de ces entraînements au corps-à-corps à présent. Il peut faire le mort, je ressens ces émotions et c'est un vrai casse-tête que de m'y retrouver. Vraiment, j'ai autre chose à penser que de l’entraîner ! Même si la mission s'était terminée en temps et en heure, je ressentais un goût amer depuis notre retour. Je hais ces putains d'ordre. Pour couronner le tout, Laure en avait pris pour son grade. Même si je sais qu'elle sera bientôt sur pied, ça ne fait que renforcer mon énervement. Bordel, pourquoi il a fallu que Kaya me suive. Elle ne pouvait pas attendre le soir pour me parler ? C'est pas comme si on ne passait pas toute la nuit ensemble !
— Ouh, une nuit ensemble, quel coquin, me taquina Dayen.
— T'es vraiment con quand tu t'y mets, tu le sais ça ? m'indignais-je.
— Oui et j'adore ça, mon chou. répliqua-t-il toujours aussi ravi de parvenir à me faire sortir de mes gonds.
— Rha ! râlais-je à voix haute en tapant du poing sur la table.

Ils sursautèrent, puis après avoir échangé un regard, ils se remirent à manger comme si de rien était. Ils s'habituent un peu trop à mes sautes d'humeur. Ils ne prennent même plus la peine de me parler dans ces moments-là. Que pourraient-ils faire d'autres de toute manière ? Néanmoins, je n'en démordais pas. Il était trop tôt pour intégrer Kaya à tout ça. On a mis trop de temps et d'effort pour mettre ça en place – merci Simon – pour prendre des risques maintenant.
— Et donc ? C'est quoi le plan maintenant ?
— Attendre qu'elle sorte de l'infirmerie déjà ? Puis d'ailleurs, il s'est passé quoi avec Laure ? C'est pas comme si c'était la première fois que vous allez vous occuper du secteur G, questionna Adam.
— Rayden. Encore et toujours Rayden. Hier soir, il a reçu une missive sur la Slide et depuis, il était sur les dents. Il nous a tellement pressés qu'on n'a pas pu faire le taf comme il faut. Un peu plus et c'était une Laure en morceaux qu'on aurait eus sur les bras. Vous pouvez dire merci à Simon. Il a dégainé son répulsif au bon moment.
— Il va finir par tous nous tuer avec ces conneries. Qu'est-ce qui pressait autant pour vous mettre en danger ? s'étrangla Julie dont l'indignation se sentait dans chacun de ces mots.
— Si seulement on le savait... murmura Simon qui ne s'était toujours pas remis de voir Laure entre leurs griffes.

Il aurait bien fait la peau à Rayden, mais outre l'Affect qui s'était interposé, notre chef n'avait pas laissé passer ce début insubordination et j'avais dû intervenir. Je n'ose imaginer dans quel état il serait si je n'avais rien fait.
 Tu veux dire que JE suis intervenu, me rappela Dayen.
— Toi, moi, qu'est-ce que ça change ? On s'en fout ! Seul le résultat compte.
— C'est pas ce que tu disais tout à l'heure. Plus contradictoire, tu meurs ! N'essaye pas de te donner bonne conscience, tu m'as laissé aux commandes, tant tu flippais d'affronter cette merde !
— Tu ne t'en es pas plein à ce que je sache. Tu avais même l'air d'aimer ça !
— Ah, mais moi, je ne suis pas dans le déni mon cher !

Je donnais un coup de genou dans la table pour calmer mes nerfs. Encore une fois, aucune réaction de mes comparses. Bordel... Le pire, c'est qu'il n'a pas tort ce con ! Rayden me fait flipper. C'est un vrai fou à lier. Il a déjà descendu des gens pour moi que ça, donner d'autres en pâture aux dégénérescents en pleine mission dès qu'ils osaient moufter alors, oui, je flippais. Mais à juste titre, non ?
— T'es conscient qu'en m'insultant, tu t'insultes toi-même ?
— Mais tu vas la fermer, oui ?
— Et te rendre service ? Très peu pour moi.

Au summum de ma nervosité, je décide de quitter la table. De nouveau, ils ne réagissent pas. Ils savent ce que je vais faire et n'ont aucune envie d'essayer de m'en dissuader. Pourtant, parfois, j'aimerais bien qu'ils essayent de me raisonner. Même si c'est peine perdue. J'aurais l'impression d'être un peu plus qu'une pièce rapportée. Je secoue la tête. Julie me frapperait si elle m'entendait penser ça. Je me dirige d'un pas rapide et sûr de moi vers la cabine de Rayden. J'ai besoin de me défouler. Et avoir des passe-droits me permet d'exiger certaines choses. Même lui ne pourrait rien contre ça, aussi flippant soit-il. Trois coups contre sa porte et deux secondes de silence plus tard, il m'autorisa à entrer.
— Qu'est-ce que tu veux ? maugréa-t-il le nez dans la paperasse.
— La salle D.

Il arqua un sourcil et posa son regard sur moi. Un regard de braise qui me fit tressaillir sur place tant j'avais l'impression qu'il me transperçait. Remarquant le malaise qui m'habitait, il prit un malin plaisir à faire traîner sa réponse et avala une gorgée de la tasse fumante qui traînait sur son bureau. Au moment où il la reposa, il me fixa de nouveau. Toujours aussi sévère. Sans me démonter, j'affrontais son regard de chacal. Pas le moins du monde surpris par mon affront, il s'amusait même de la situation. Visiblement, il était beaucoup plus calme que tout à l'heure. Ma joue endolorie se rappela à moi. En apprenant ce qui s'était passé, il s'était rué sur moi et m'avait collé une droite qui m'avait bien sonné. Fallait s'y attendre, j'ai mis à mal une Synchro I après tout et ça, chouchou ou pas, ça ne pardonne pas. Il s'était contenu, mais je doute qu'il en ait fini avec moi. En tout cas, pour l'instant, s'il comptait me le faire payer, il n'en laissait rien paraître.
— Besoin de se défouler ?
— Entre autres.
— Vous avez une heure. Pas une minute de plus. 
— Merci.
— Quelqu'un d'autre s'entraînera en même temps que vous. Un des nouveaux. Évitez de le chercher, je n'aimerais pas devoir en prendre pour devenir la cible de l'autre.

J'ouvris la bouche, mais aucun son ne se décide à sortir. J'ignore si savoir qu'un autre à aussi des passe-droits est une bonne ou au contraire, une mauvaise nouvelle, mais je ne suis pas le seul à avoir besoin de lâcher du lest visiblement. Voyant que je ne bougeais pas de ma place, il relança :
— Autre chose ?
— Non.
— Alors dégagez de mon bureau. Et vous avez intérêt à ne pas recommencer votre cirque d'aujourd'hui avec votre équipière. C'est bien compris ?
— Oui, grinçais-je.
— Je n'ai pas entendu.
— C'est compris monsieur.

Et sans demander mon reste, je file vers la salle en question. Une simulation, c'est tout ce dont j'avais besoin. L'autre était déjà là. Les cheveux ébène en bataille, dont une partie tombe sur son visage, les yeux fermés, il était déjà dedans. La machine déjà branchée à sa nuque et à divers endroits de son corps, il était surveillé par Fritchl qui supervisait ces entraînements.
— Dante ! Quelle surprise. Eh bien, j'aurais donc deux simulations à gérer ce soir.
— Il semblerait. Toujours pas d'assistant ?
— Toujours pas et d'une certaine manière, je détesterais déléguer à quelqu'un ce travail. C'est bien assez éprouvant comme ça. Aucune envie de partager ce fardeau. T'en veux une précise ?
— La 12
— Mais... Tu ne reviens pas de mission ?
— Si, et ?
— Eh bien, c'est bizarre de vouloir rempiler avec eux alors que vous venez de dégrossir un de leurs camps.
— J'ai besoin d'évacuer pas mal de choses et ceux-là ne sont pas réels. À moins que tu n'en aies une meilleure à me proposer ?
— Non, pas pour l'instant en tout cas.
— Bien, alors envoi moi là-bas.
— D'accord, soupira Fritchl. Combien de temps ?
— Une heure.

À peine installer sur la table, que les tuyaux s'animent et la voix de l'IA résonne dans la pièce.
— INITIALISATION DE LA SIMULATION N°12.

Pris par une culpabilité que je ne contrôle plus, je ne peux m'empêcher de lui demander.
— Est-ce qu'elle va bien ? lui demandais-je.
— Qui ? Laure ou ta colocataire ?

Un sourire triste étire mes traits. L'une ou l'autre, je veux savoir. Fritchl le sait, mais il aime nous forcer à préciser nos demandes et besoins. Il dit que ça nous aide à ne pas tout garder pour nous. Vider la soupape avant qu'elle n'explose en quelque sorte. Je déteste ça, mais je dois avouer qu'il n'a pas tort.
— Les deux.
— Elles seront sur pied demain. Ne t'en fais pas. déclara-t-il confiant en me tapotant l'épaule tandis que je sentis les aiguillons qui s'inséraient sous ma peau. M'aspirant peu à peu dans cet univers chimérique.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 15/04/2021
"capitaine panique" ok j'adore ce surnom xD

Dante et Dyen donc ! Cette seconde personnalité a l'air encore plus pénible que Kali xD J'avoue qu'il y a beaucoup de noms en "-en" j'espère que je ne vais pas me perdre dans tout ça ahah xD
Dante a vraiment beaucoup d'avantages dans le centre je me demande pourquoi. Et je me demande pourquoi il n'est pas Synchro I encore une fois ? Encore plus après ce chapitre ! Mais j'imagine que tu vas expliquer tout ça par la suite !

Donc cette mission consistait à s'occuper/tuer des dégénérescents si j'ai bien compris ! Je me demande ce qui est arrivé à Laure exactement... d'ailleurs j'avais oublié qu'il y avait une autre fille dans le groupe de Dante donc ce chapitre est bien utile pour la rappeler à ma mémoire ! J'espère qu'on la reverra afin que je puisse me familiariser un peu avec ce personnage aussi :)

À plus tard !
Sklaërenn
Posté le 15/04/2021
Moi aussi j'adore ce surnom !

Oui, je me suis fait aussi la remarque sur la fréquence des prénom en -en ahah, mais je ne sais pas pourquoi, j'adore ces prénoms x)

Oui, je compte bien expliquer tout ça par la suite. Après, c'est pas encore aborder dans les parties déjà en ligne ( tu connais la chanson à force XD )

Tu as bien compris pour la mission ! Oui, et on la verra un peu après Laure avec Kaya justement, mais rapidement. Justement pour centrer un peu plus ce perso aussi qui est un peu trop en retrait ( y'en a tellement que c'est difficile de caser LE moment pour les mettre en lumière de manière fluide - enfin logique surtout en fait- ahah )

À + tard :3
ModesteContesse
Posté le 15/04/2021
Je vois bien que tu aimes ce genre de prénoms ! Ce n'est pas gênant en soi, ça donne une particularité à ton univers ! Mais peut-être que tu pourrais varier la longueur et la sonorité des prénoms pour qu'on les confonde pas trop ? :) Parce qu'ils font tous 2 syllabes, alors pourquoi pas faire des prénoms plus longs pour changer ? (bon ce n'est qu'une idée bien sûr tu es totalement libre de les garder tels quels xD)

D'accord, si Laure a son petit passage à elle c'est cool ! Ça aidera à mettre des idées et un caractère derrière son prénom :)

A plus ;)
ModesteContesse
Posté le 15/04/2021
Aussi je pensais à un truc, ce n'est qu'une suggestion évidemment ! Mais pourquoi pas créer des prénoms pour les secondes personnalités qui se ressemblent ? Ex : qui finissent par i puisque tu as Kali ? Ça serait un super moyen mnémotechnique et ça rajouterait un petit élément de mystère pour le lecteur ! On se demanderait si l'organisation a un contrôle sur l'apparition de ces personnalités et leurs caractéristiques ! Je trouverais ça super stylé personnellement :) Mais encore une fois ce n'est que mon avis et c'est toujours toi l'auteure ^^
Dis-moi ce que t'en penses ;)
Sklaërenn
Posté le 15/04/2021
Pour les prénoms, j'essayerai de voir. Après, dans l'immédiat je n'ai rien trouver de mieux avec lequel j'accroche, mais je ne suis pas fermé à l'idée ;) J'ai déjà celui de Tom par exemple et d'autres persos concernant le Tome 2, mais c'est dans le tome 2 ahah. Mais j'aime bien ton idée. À voir si je trouve quelque chose qui me plaît plus que ce qui est en état actuellement ou pas :)
ModesteContesse
Posté le 15/04/2021
Non mais après ce n'était qu'une idée comme ça, t'inquiète pas ^^ Si ça ne te plaît pas c'est pas grave tu gardes tes prénoms tels quels hein ;) Et puis tu as tout le temps d'y réfléchir !
dodoreve
Posté le 21/03/2021
"Je ne comprends toujours pas pourquoi ils te casent dans les Synchros II, alors que tu as toutes les caractéristiques d'un Synchro I" Oh, ah, c'est intéressant ça.
C'est hyper cool ce chapitre sur Dante, on en apprend plus que le premier qui nous familiarisait avec l'étrangeté de ce point de vue, mais sans nous projeter dans une action précise ou qu'on comprenait exactement. J'attends pas pour lire la suite, du coup !

Petites coquilles :
"à mon goût. me répondit" plutôt une virgule ?
"résultat elle à l'infirmerie" (manque un mot, "est" ?)
"C'est la limite qu'on s'est fixé(e)"
"m'indignais-je.", "râlais-je" plutôt au passé simple ?
"Que pourraient-ils faire d'autres" (autre)
Sklaërenn
Posté le 21/03/2021
Oui, ce chapitre relance des petits questionnements l'air de rien par une réflexion qui paraît anodine pour les persos du roman, mais lourde de sens pour le lecteur. Merci pour les coquilles !
Vous lisez