Chapitre 15 : Les Tuteurs

Notes de l’auteur : Bonne lecture ^^

Il se trouva que la théorie de Mathilde était en grande partie vraie, car à l’exception de celui qui avait accompagné Galis, tous les autres Tuteurs s’avérèrent ne pas posséder de Sylphe. Ils en apprirent plus le soir même, au terme de cet après-midi de repos, lorsque les Filleuls furent convoqués dans la salle de projection du rez-de-chaussée.

Mathilde aurait été bien incapable de la localiser sans l’aide du plan du Collegium affiché au dos de la porte de sa chambre. Elle l’avait en partie recopié sur une feuille, cependant il était si complexe et si détaillé que nombre d’informations — comme des escaliers et parfois des pièces entières — manquaient à l’appel. Il n’y avait pas non plus la moindre indication concernant le troisième étage, sans doute pour préserver l’intimité de leurs professeurs. Toujours est-il que Mathilde trouva la salle en question, avec un retard tolérable, car si quelques-uns avaient été plus rapides qu’elle, elle n’était certainement pas la dernière.

On aurait dit une salle de théâtre, avec des sièges tapissés velours et une scène bordée de lourds rideaux rouges. La seule différence notable était l’appareil à projection et la toile blanche tendue en plein milieu de l’estrade. Un laquais se tenait près de l’engin, séparé des autres sièges par une petite barrière de bois ouvragé.

Mathilde retint un sifflement impressionné en jetant un coup d’œil à la machine. Les projecteurs étaient une invention récente qui faisait fureur pour amuser les Cours, mais aussi un bijou d’ingénierie. Elle-même n’y connaissait rien, mais elle sourit à l’idée de l’euphorie que son frère George aurait exprimée à sa vue. Nimar n’avait eu l’occasion de voir ce genre d’engin que deux fois : lorsque leur inventeur était venu en faire l’exposition, et lorsque Monsieur Eth’Arken en avait offert un à son fils. Certes, il était d’une qualité plus sobre que ce modèle rutilant, mais cela n’avait jamais gêné son frère.

Mathilde parcourut les sièges du regard, à la recherche d’Ariette. La Roturière était partie avant elle, pour être certaine d’être à l’heure, ce qui prouvait à Mathilde qu’elle était bien plus raisonnable qu’elle. En scrutant les premiers rangs, elle la trouva déjà assise à gauche de la fille qu’elle avait rencontrée durant la collation. Elle avait gardé une place libre à sa droite et Mathilde, touchée qu’elle ait pensé à elle, s’avança pour prendre l’autre siège. En vérité, parce qu’elle avait été accaparée par Galis, elle n’avait pas vraiment eu le loisir de faire la connaissance des autres Filleuls, et elle le regrettait un peu. À présent, l’occasion se présentait à nouveau et elle ne comptait pas la laisser filer.

Cependant, elle s’arrêta à quelques pas de la rangée en question. Pour la première fois, elle voyait l’interlocutrice d’Ariette de face, et elle ne put réprimer un sursaut.

La jeune fille portait sur la partie basse du visage la même voilette de soie violette quasi transparente que Lady Tymphos. Ses yeux, d’un lilas saisissant, étaient soulignés par de longs cils très noirs, qui accentuaient plus encore la profondeur de son regard. Une Mauve ! Et de haute noblesse avec ça ! Vraiment, Ariette s’était choisi une camarade difficile. Mathilde hésita à les rejoindre, l’espace d’une seconde.

 Cela suffit à un autre Filleul pour la dépasser et s’asseoir sur la place vacante, déplaçant sans se gêner l’étole d’Ariette. Il avait un visage mutin, aussi à moitié masqué par une voilette : c’était l’un des deux garçons précédents.

Alors qu’il s’installait, Ariette tressaillit, et se retourna. Elle ouvrit la bouche pour protester, mais le garçon ne lui laissa pas le temps de s’opposer à lui en interpellant sa voisine. Impuissante, Ariette parcourut la pièce du regard et aperçut Mathilde, toujours raide, debout au milieu de l’allée. Elle s’excusa discrètement, gênée. Elle ne pouvait tout de même pas chasser ses voisins, au risque de les froisser. Mathilde la rassura d’un geste, s’efforçant de former un sourire encourageant.

C’était bien fait pour elle, de toute façon. Elle n’obtenait que les justes conséquences de ses préjugés. Ariette n’avait pas à payer pour sa crainte des Mauves. Mathilde se réprimanda intérieurement. À force de se méfier, elle finirait par se marginaliser pour de bon !

Une voix familière la rappela à la réalité. Galis, qui avait changé de costume pour l’occasion, se tenait à quelques rangées au-dessus d’elle, et l’invitait à le rejoindre. Son indéfectible sourire aux lèvres, il n’en avait pas moins remarqué le trouble de Mathilde. Dépitée, mais soulagée, la jeune fille accepta sa proposition, et il la laissa galamment passer, avec ses manières exagérées.

— Merci, Galis.

Il s’inclina très bas — trop bas — et lui fit un clin d’œil à travers sa frange.

— Entre cousins, il faut bien s’entraider.

Ils s’assirent côte à côte, et quelques minutes plus tard, les lumières s’éteignirent, plongeant la salle de projection dans le noir. Les chuchotements et bavardages cessèrent aussitôt, et les têtes se tournèrent vers la grande toile blanche tendue sur l’estrade. Dans un cliquetis de mécanique bien huilée, la machine à projection bourdonna et illumina le tissu d’une image d’abord floue, qui se transforma en un décompte tressautant. Dans la pénombre, quelques exclamations étouffées retentirent, trahissant la surprise de ceux qui découvraient cette technologie pour la première fois.

Enfin, les premières images apparurent comme un flash en clair-obscur. Un couple se tenait devant le caméscope, vêtu élégamment tout en préservant simplicité et aspect pratique. En chemise, les manches relevées, ils se tenaient debout au milieu d’enrochement ensoleillé qui ne ressemblait à aucun paysage de l’Archipel que Mathilde connaissait. Au milieu d’eux, un tableau noir et des craies étaient déposés sur un trépied de fortune. La physionomie de la femme rappelait à la fois Yolmar par ses yeux en amandes et Dilkar par sa complexion plus sombre. S’agissait-il d’une métisse ? De son côté, l’homme avait le charme d’un Sandéen, ce qui donnait à leur couple une discordance étrangement harmonieuse.

Mathilde fut surprise par leur jeunesse. Ils n’avaient pas l’air d’avoir plus de trente ans, et souriaient avec un naturel déconcertant au caméscope. Puis, ils se mirent à parler et un enregistrement un peu grésillant résonna dans la pièce.

— Bienvenue à vous, Filleuls de l’Empire, lança l’homme d’un ton joyeux. C’est une nouvelle vie qui commence pour vous, et nous sommes heureux de vous accueillir dans notre petite famille.

Son ton était brûlant de sincérité, et bouleversa Mathilde. En quelques mots, il avait réussi à lui faire croire, l’espace d’un instant, qu’elle se trouvait à la place qui lui était depuis toujours destinée. Il n’y avait aucun artifice dans son regard, seulement une passion fervente. En le voyant ainsi, même à travers le filtre grisonnant du caméscope, Mathilde avait envie de le rencontrer. La femme prit le relais, tout aussi chaleureuse dans ses propos.

— Vous ne nous connaissez probablement pas, hormis ceux qui viennent de la Cour Impériale. Je m’appelle Sheila Doering et voici mon mari, Darin Doering, et sommes les Augures impériaux, ceux qui établissent le contact entre les Sylphes et vous, les Filleuls. Nous les étudions et préservons intacte l’alliance entre ces entités et l’Empire. Ce sera par nous que vous apprendrez à les connaître. Nous vous enseignerons tout ce qu’il faut savoir sur eux, et vous préparerons à en accueillir un.

— Ce ne sera pas facile, continua l’homme, et vous ne serez pas tous élus. Cependant même si les Sylphes ne vous choisissent pas au terme de cette année, les voies qui s’offrent à vous resteront nombreuses et votre statut vous ouvrira un grand nombre de portes. Une carrière sans Sylphes vous sera alors possible, mais vous aurez également le droit de vous représenter face aux Sylphes tous les cinq ans, parce qu’il se peut que le Sylphe enclin à vous choisir soit déjà uni à un autre Filleul. Cela sera votre choix.

Sheila Doering reprit le relais, comme si la parole coulait de l’un à l’autre sans la moindre turbulence.

— Nous ne sommes pas sur Impera en ce moment, car nous devons nous occuper des Filleuls de l’année précédente, qui viennent de recevoir leurs Sylphes. Il leur faudra encore un peu de notre aide avant qu’ils puissent prendre leur envol. Aussi, vous n’aurez pas cours avec nous avant quelques mois. Cependant, cela ne nous empêchera pas de vous faire un petit point sur ce qui vous attend, pour vous faire patienter, et vous rassurer.

Elle se saisit d’une craie et adressa un clin d’œil au caméscope, faisant tressauter le grain de beauté qu’elle avait sur le haut de la joue.

— Qui sont les Sylphes ? C’est votre question, n’est-ce pas ? La réponse est très vaste, mais nous allons vous donner un aperçu.

Elle traça une silhouette humaine sur le tableau noir, puis un cercle à côté.

— Un Sylphe est une entité magique dotée d’une volonté plus ou moins forte. Seuls, ils ne peuvent pas exprimer leur puissance, et ne sont qu’une sorte de concentré d’énergie. D’ordinaire, les humains ne peuvent pas les accueillir, car ce pouvoir à l’état pur les tuerait. Mais il existe certains élus, dont le sang possède une mutation, extrêmement rare et intransmissible.

Elle dessina un cercle autour de la figure humaine.

— Cette mutation permet de résister à la puissance des Sylphes, de la contenir, et même de l’utiliser. Si un Sylphe vous choisit pour être son hôte, c’est grâce à cette compatibilité que vous possédez tous.

Elle esquissa une nouvelle figure humaine, avec un cercle à l’intérieur de la poitrine.

— En vous choisissant, le Sylphe s’unit à vous pour la durée de votre vie. Il ne vous quittera qu’à votre mort, pour rejoindre ceux en attente d’un nouvel hôte. En vous unissant à lui, vous devenez capable d’exercer son pouvoir, qui est propre à chaque Sylphe. Cela implique une grande préparation, d’où cette année d’entraînement.

Darin hocha la tête, les yeux aussi pétillants que sa femme.

— Les Sylphes sont fascinants, et en tant qu’hôte potentiel de leur puissance, vous êtes tous précieux pour l’Empire. C’est une tâche ardue qui vous attend, et c’est pourquoi vous ne serez pas seuls.

Il écarta les bras comme pour embrasser tous les spectateurs de la projection.

— Nous formons une famille, et nous autres professeurs sommes là pour vous aider à grandir et vous permettre de devenir le meilleur de vous-mêmes, avec ou sans Sylphe. Nous ne pourrons pas être là immédiatement à vos côtés, mais vos Tuteurs le seront. Chacun d’entre eux vous enseignera une matière fondamentale à votre développement, et vous aurez tous un Tuteur référant qui veillera sur vous. Aussi, ne vous en faites pas, il y aura toujours quelqu’un vers qui vous tourner, à qui vous confier et qui veillera sur vous.

Le couple se prit par la taille et salua le caméscope de la main.

— Ne l’oubliez pas, dirent-ils en chœur, nous sommes une famille, et nous vous rejoindrons bientôt.

Sur ces mots, la projection prit fin, et les Filleuls furent brièvement plongés dans le noir, le temps que la pellicule se termine. Bien que plus aucune image ne s’affichât sur la toile, Mathilde la fixait toujours, soufflée par ce à quoi elle venait d’assister. D'un seul coup, la magie venait de rentrer dans leur vie, non plus à la manière des contes pour enfants, mais bien comme leur avenir, un futur concret et à portée de main. En quelques phrases, les Augures avaient réussi à balayer tous leurs doutes pour les laisser avec une soif de connaissance plus grande encore.

Mathilde avait froid, soudain, maintenant que les voix chaleureuses du couple s’étaient éteintes. C’était comme s’ils avaient fait entrer le soleil quelques instants pour le faire disparaître aussitôt. Mathilde se sentait aveuglée. Elle tenta de s’adresser à Galis pour partager sa perplexité, mais pour une fois l’Ilarnais se tenait aussi coi qu’elle, ses yeux de cristal rivés sur la toile blanche.

Les Filleuls n’eurent pas le temps de retrouver leurs esprits ni de digérer ce qu’on venait de leur apprendre. Le lustre électrique de la salle de projection s’alluma d’un coup, éblouissant tout le monde, tandis que trois personnes pénétraient dans la pièce et montaient sur l’estrade. À travers ses yeux embués, Mathilde distingua la silhouette noire et le haut chignon de Lady Tymphos. Galis lui donna un léger coup de coude, la tirant de sa stupeur.

— Voilà les Tuteurs en question.

Lady Tymphos, qui s’était placée au centre de l’estrade, était encadrée de deux autres personnages, un Dilkarien trapu et couvert de vieilles cicatrices et une petite Yolmarine aux traits sérieux en tunique d’homme, la main sur son épée. L’homme portait autour de son cou le médaillon des Filleuls, la femme l’avait arrangé en boucle de son ceinturon. Il n’y avait pas signe d’un Ilarnais parmi eux.

— Le Tuteur qui t’a accompagné n’est pas là ? souffla Mathilde à Galis en se penchant.

Galis secoua la tête, les sourcils plissés.

— Je ne le vois pas. Tu l’aurais remarqué, il est aussi grand que ce Tuteur aux cicatrices.

Lady Tymphos claqua dans ses mains, comme pour réclamer un silence qui emplissait déjà la salle.

— Votre attention s’il vous plaît. Les Augures ne sont pas seulement vos professeurs, mais ils sont les directeurs du Collegium, donc je vous recommande de manifester le plus haut respect à leur égard lorsqu’ils nous rejoindront dans trois mois. Après cette présentation, il est temps de vous présenter ceux qui assureront votre tutorat. Je me nomme Lady Arabella Tymphos, Filleule sans Sylphe et directrice adjointe du Collegium. En l’absence des Augures, c’est moi qui assure leur poste de direction.

Elle marqua une pause, le temps de laisser ses paroles s’imprimer dans la tête des futurs récalcitrants. Mathilde sentait dans ce silence la menace des punitions en cas de mauvais comportements, mais elle commençait déjà à s’y habituer. Elle s’était faite à l’idée de ne rien attendre d’autre de cette femme que de l’aigreur et de l’autoritarisme.

— Je serais votre professeur de politique et de stratégie guerrière. J’assurerai également des cours de maintien et d’étiquette pour ceux qui le nécessiteront.

Un demi-sourire naquit sur les lèvres de Mathilde. Elle s’était attendue à des matières plus extravagantes que ça, étant donné qu’ils étaient appelés à… accueillir une entité magique. Cependant, la tendance semblait vouloir faire d’eux davantage des élites, entité magique ou pas. En tout cas, elle n’était pas surprise de constater que Lady Tymphos enseignait des matières aussi en accord avec son caractère. L’homme à sa droite prit la parole, après s’être assuré d’un coup d’œil que la Mauve avait fini son discours.

— Salutation à tous. Pour ceux que je n’ai pas accompagnés ici, je me présente : Malik Dilkar, vétéran et entraîneur en chef de la Garde Impériale. Je ne suis pas détenteur d’un Sylphe. Il n’y aura pas de secret avec mon enseignement : je suis là pour vous donner le même entraînement physique que les troupes militaires d’élite de l’Empire. Avec ou sans Sylphe, vous deviendrez capable de survivre et combattre en toute circonstance.

Sa voix asséchée par son accent aride parvenait tout de même à transmettre une pointe de chaleur. Ses yeux de faucon, noirs et alertes, posaient sur ses futurs élèves un regard exigeant. D’un signe de tête, il laissa la parole à la Yolmarine, qui attendait son tour.

— Je m’appelle Lady Thiang Nizaar, dit-elle d’une voix ferme, je n’ai pas de Sylphe et je serais votre Maître formateur en maniement des armes. Pour les Nobles qui auraient eu un entraînement préalable à l’épée, ne vous faites aucune illusion : vous aurez autant à apprendre que les autres. Je vous enseignerai à faire une arme à partir de tout, et surtout à vous en servir à son potentiel maximum.

En disant cela, elle serra plus fort le pommeau ornementé de son épée, comme si elle avait hâte de tester leurs connaissances. Lady Tymphos reprit la parole, avec un ton plus traînant que d’habitude.

— Le Tuteur Sir Artag Novinkov n’est pas présent ce soir, car sa charge de Chambellan l’oblige à assister à un conseil impérial inattendu. Comme son enseignement est assez complexe, je lui laisse le loisir de vous l’expliquer comme bon lui semblera. Vous le rencontrerez de toute manière à la Cérémonie d’Accueil de demain.

Même en considérant sa voix d’acariâtre, il était évident qu’elle tenait l’homme dont elle parlait en piètre estime. Son ton, son froncement de sourcil, son geste de la main… elle ne faisait rien pour le cacher. Mathilde n’était pas vraiment surprise, car elle n’en attendait pas moins d’elle, cependant son attitude en choqua plusieurs. Lady Tymphos le remarqua, mais ne manifesta aucune envie d’apaiser la tension qu’elle avait instaurée dans la pièce. Au contraire, elle tapa dans ses mains et appela un laquais qui attendait patiemment sur le côté de l’estrade.

— Passons maintenant à la répartition. Comme l’ont dit les Augures, vous aurez chacun un représentant parmi nous, et tous ceux qui auront le même représentant formeront une équipe pour le reste de l’année. Si vous avez la moindre difficulté, c’est à votre Tuteur qu’il faudra s’adresser.

Ce disant, son ton était tellement tranchant que pas un Filleul ne songea à appliquer sa recommandation avec elle. À n’en pas douter, elle rendrait la vie dure au premier qui oserait se plaindre à elle. Le laquais lui donna une feuille, et elle se mit à appeler des noms.

— Petra ad Caelestius, Ariette Blum, Hans Ambrasan, levez-vous.

Ariette et sa voisine obéirent, ainsi qu’un garçon aux larges épaules et aux courts cheveux roux. Lady Tymphos les décortiqua du regard un instant, puis leur annonça.

— Vous serez sous ma Tutelle.

Mathilde eut un sursaut d’effroi. Ariette entre les mains de cette harpie ? À voir la pâleur accentuée de son amie, cette idée ne la réjouissait pas du tout. Pourtant, alors qu’elles se rasseyaient, sa voisine la rassura tout bas. La gorge de Mathilde se serra amèrement alors qu’elle songeait qu’elle aurait pu faire de même, eût-elle mis ses peurs et ses préjugés de côté. Lady Tymphos appela trois nouveaux Filleuls, le Mauve au visage de renard, du nom de Fineas Priscian, une Yolmarine nommée Lalëy Thuc, et un certain Kaleb Ab’Hamur, Dilkarien, puis leur désigna Lady Thiang Nizaard comme Tutrice. Malik Daher récupéra sous sa tutelle Tycho ille Aureus, le dernier Mauve à la tête blonde, Luisa da Fontana, une Sandéenne d’une époustouflante beauté, et un Glen ravi d’avoir échappé à la directrice adjointe et son ton rabaissant.

Au terme de cette liste de noms où elle se perdait déjà, Mathilde se tourna vers Galis avec un mélange de soulagement et d’étonnement. Cela voulait dire que…

— Galis Zha’Kandov, Mathilde Eth’Arken et Rok Mordsson, levez-vous… Vous serez sous la tutelle de Sir Artag Novinkov, déclara la directrice adjointe d’un ton pressé. Bien ! Cette réunion est terminée. Que chacun retourne dans son dortoir sur-le-champ. La Cérémonie d’Accueil commence tôt demain, et je veux vous voir levés aux aurores !

Sur ce, elle quitta la pièce d’un pas énergique, les deux autres Tuteurs sur ses talons, comme s’ils étaient sur le point de manquer une autre réunion importante. Un silence bouche bée suivit leur départ, puis un brouhaha sans nom explosa dans la salle. Chacun avait son mot à dire, son commentaire à apporter, et ils le firent tous en même temps. Mathilde et Galis se tournèrent l’un vers l’autre et le garçon la salua avec un éclat de rire.

— Eh bien cousine, il semblerait que nous soyons destinés à passer notre année ensemble.

Elle hocha la tête, ne pouvant nier son soulagement de ne pas avoir Lady Tymphos pour Tutrice.

— Nous l’aurions de toute manière passée ensemble. Mais qui est le troisième membre de notre groupe ?

Ils parcoururent les rangées de sièges, qui se vidaient déjà. Aucun des Filleuls présents ne semblait venir dans leur direction. Galis haussa les épaules.

— Je crois que Mordsson est un nom Katchynien. Il doit être parti, parce que je ne vois pas de géant. De toute façon, quelle importance ? Nous le verrons demain.

Mathilde fit la moue. Il exagérait, les Katchyniens étaient nettement plus grands que la moyenne des gens, mais pas des géants pour autant… du moins d’après son père. De toute façon, demain ce « Rok » serait le dernier de ses soucis, car elle aurait enfin l’occasion de rencontrer son Tuteur, le seul des quatre à posséder un Sylphe. Elle avait hâte !

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Aryell84
Posté le 31/03/2021
Toujours très bon chapitre! ça devient enfin plus clair pour Mathilde, donc on se projette bien :D
Je suis intriguée par ce couple de Directeurs, je me demande d'où vient le sentiment de confiance que Mathilde ressent à leur égard... En tout cas je suis contente que Mathilde ne se retrouve pas avec l'autre vieille femme acariâtre !!! Et hâte de rencontrer son Tuteur porteur d'un Sylphe !! et son autre coéquipier aussi, son absence jette un mystère!
Quelques petites remarques:
- « il se trouva que la théorie de Mathilde…. » → il y a une redondance avec le verbe s’avérer juste après, je pense que tu peux alléger
- « ils en apprirent plus le soir même » → soir-même
- « au milieu d’enrochement ensoleillé → un enrochement ensoleillé, ou alors au pluriel
- « sa complexion plus sombre » → je crois que c’est un anglicisme, tu peux utiliser le mot teint
- « un Tuteur référant » → référent
- « soif de connaissance » → je crois qu’il faut mettre connaissance au pluriel
Voili voilou, des bisous <3
Emmy Plume
Posté le 22/04/2021
Hello ^^

Oui, Mathilde obtient un peu de clarté sur sa situation, donc ça fait du bien.

Les Augures sont en effet des originaux de ce côté là. Ils ont un peu ce côté en dehors des normes et manifeste une grande affection immédiate à l'envers des nouveaux venus. Pour Mathilde, c'est assez inattendu (surtout après "l'autre vieille femme acariâtre"). Sans parler du charisme des Mauves, ils ont la version plus traditionnel et un talent pour mettre en confiance leur auditoire.
Une bienveillance gratuite après la rudesse de la Directrice Adjointe, ça a un côté attrayant ;)

Quant aux personnages manquants, il ne te reste plus qu'à découvrir la suite pour en savoir plus ! ;)

Merci pour ton commentaire et à bientôt ! =^v^=

Emmy
Pétrichor
Posté le 28/03/2021
Mais quel chapitre ! Et quelles révélations !

Alors d'abord, je trouve que la façon dont tu mêles notre technologie (le projecteur) avec le style steampunk est une vraiment bonne idée ! Ça rend très bien.

Une petite remarque : est-ce que parmi les Filleurs il y a d'autres gens que des nobles (à part Arriette) ? Parce que si la particularité de recevoir de pouvoir accueillir un Sylphe n'est pas héréditaire et si tout le monde se fait tester, il serait logique qu'on ait vraiment des gens moins aisés, et qui soient du coup vraiment paumés dans toute cette ambiance de Cour, non ?
Bon après je suis peut-être relou tu me dira :D

Galis m'a l'air assez gentil quand même, j'ai l'impression qu'ils vont rapidement devenir amis avec Mathilde.

Le couple des augustes impériaux, c'est vraiment pas mal. Ça me fait penser à celui qui dirige tout à Babel dans La Passe-Miroir.
Néanmoins, je serais pas hyper enthousiaste à leur vue. Je suis peut-être trop méfiant...
Est-ce que cette façon qu'ils ont d'attirer et de capter l'attention sur eux comme ça est leur pouvoir mauve ?

Trop bien les révélations, je suis heureux d'en apprendre plus...
En tout cas le concept me plait beaucoup.

J'ai relevé une coquille :
- "Vous aurez tous un Tuteur référant" -> référent
(référant c'est le participe passé de référer)

Un an seulement de formation ? Pourquoi aussi court ? Ils ont beaucoup de choses à apprendre, pourtant... J'en déduis que ça va être extrêment dense :D

Pour conclure, je suis comme Mathilde à la fin de ce chapitre :
J'ai hâte !

Un grand bravo pour ce chapitre !


Pétrichor.
Emmy Plume
Posté le 07/04/2021
Helloooooo Pétrichor ^^

Que de retard, que de retard ! Je suis désolée de t'avoir laissé attendre si longtemps avant de te donner une réponse, mais je suis actuellement dans un rush de partiel invraisemblable, et ça risque de durer encore jusqu'à la semaine prochaine... Je répondrais à touts tes commentaires (parce que OMG tu as tout rattrapé!! ^v^), mais cela risque de devoir attendre la fin de cette succession de contrôles que mes profs font pleuvoir sur moi ^^'.

Bref, merci beaucoup pour l'attention que tu donnes à mon histoires et touts tes commentaires ! Je crois que tu avais d'ailleurs quelques questions, et je vais répondre à certaines (d'autres seront pour plus tard ;).

D'abord, oui il y a des Roturiers parmi les Filleuls de cette année. Ce n'est pas encore explicitement dit, mais on peut le deviner grâce aux noms de familles (quand tu en voix un avec une sorte de particule, c'est un Noble, et lorsqu'il est en un seul mot, c'est un Roturier). Donc parmi les Roturiers, il y a Ariette Blum, Hans Ambrasan, Lalëy Thuc et Rok Mordsson. ^^

Pour les Augures, ce n'est pas explicitement dit (et peut-être ça devrait) mais ce ne sont pas des Mauves. J'ai essayé de le sous-entendre à travers leur descriptions physique (Sheila est mi-Yolmarine, mi-Dilkarienne, et Darin est Sandéen). Donc non, ils n'ont pas de charisme, ou du moins pas la version "surnaturelle" des Mauves, mais une plus proche de chez nous. ;)

Enfin, à propos de la formation en un an, oui c'est court, mais intense. Et pour être précis, leur entraînement précède la cérémonie d'obtention d'un Sylphe, donc ceux qui seront choisis devront encore apprendre à s'en servir avec les Augures.

Je ne t'en dis pas plus et te laisse à tes spéculations (et je dois retourner à mon travail ). X'(

Je reviendrais dès que je pourrais, et en attendant, porte-toi bien ! =^v^=

Emmy
Pétrichor
Posté le 08/04/2021
Haha t'inquiètes pas, prends ton temps hein ;D
Blanche Koltien
Posté le 21/02/2021
Hello!!

Ce chapitre est juste génial!! On a enfin des indications sur les Sylphes, même si j'imagine qu'on ne sait pas encore tout! En tout cas, c'est vraiment top que Mathilde n'ai pas pour tuteur Lady Tymphos, car quelque chose me dit que ça se serait très al passé...

J'ai beaucoup aimé le moment du discours des Augures, que j'ai trouvé très attachants mine de rien! Hâte de les rencontrer!

A part ça, il me tarde de découvrir les enseignements, qui ne seront sans doute pas de tout repos pour les Filleuls! Et j'espère que Mathilde va pouvoir sympathiser avec d'autres!

Bref, que du plaisir!
Bravo!!
Emmy Plume
Posté le 23/02/2021
Coucou Blanche ^^

Merci pour tous ces compliments ! Tu as l'air emballée par l'histoire et ça me donne plus encore l'envie d'écrire (un peu au dépit de mes études, je l'avoue ^^'). C'est dur de garder un équilibre XD

Je suis heureuse de constater que ces nouvelles informations sur les Sylphes te plaise, ainsi que les deux nouveaux personnages de ce chapitre, les Augures. Et nous sommes bien d'accord, si Mathilde avait été dans le groupe de Lady Tymphos, ça se serait TRÈS mal passé... XD

Pour ma part, je crois avoir autant hâte que vous de vous partager la suite ! Ce qui veux dire que je dois retourner travailler... ;)

Enfin bref, je te dis encore merci et à bientôt pour la suite =^v^=

Emmy
Blanche Koltien
Posté le 23/02/2021
Ahah moi aussi j'ai parfois tendance à faire passer mes études après l'écriture ^^

Bon courage en tout cas!
Prudence
Posté le 19/02/2021
Mais moi aussi j'ai hâte !!
Je me range de l'avis des deux précédents commentaires : passionant ! On passe du mystère au suspense avec les Sylphes. On entrevois les possibles intrigues, petit à petit, une intrigue qui promet !
Tu approfondis Galis, Lady Tymphos, pleins de personnages, en fait, plein de nouvelles perspectives se dessinent, on se demande qui est sincère, qui ne l'est pas, qui est "mauvais" et pourquoi... bref, notre imagination turbine à plein régime !

Chipotages de croisière xD...

J'ai trouvé, et c'est peut-être très personnel, que les discours des Tuteurs et des Augures (d'ailleurs, j'adore ce titre x)) manquait de nuances dans le ton et la voix des personnages. Ce que je veux dire : c'est qu'on ne sent pas assez la différence entre les prises de paroles des personnages. Le discours en lui-même peut être formel, sobre, mais la voix et l'interprétation change en fonction de la personne qui parle. Je pense que tu pourrais insister encore plus là-dessus : intégrer un mouvement, un tic corporel, un zozotement, un "chevrotement", une voix grave ou aigüe ?, une manière d'articuler les sons, un accent... En réfléchissant, je remarque beaucoup de descriptions visuelles et moins des autres sens (après, ces descriptions sont délicieuses, je ne m'en plains pas XD)

Voilà, voilà, si j'ai d'autres remarques je reviens dans les prochains chapitres t'en faire part ;-) En tout cas, cette histoire m'enthousiasme beaucoup ^^
Emmy Plume
Posté le 23/02/2021
Coucou Prudence ^^

Merci pour ton commentaire, il m'a fait très plaisir. Il n'y a rien de plus réjouissant pour moi qu'un de mes lecteurs qui s'enthousiasme et cogite sur les possibilités où mon intrigue pourrait les mener ^^

Merci également pour ces chipotages constructives. Comme je le rappelle parfois, ces chapitres sont des premiers jets, et j'ai beau les relire, rien ne vaut l’œil d'un lecteur pour repérer les coquilles ^v^' Je me pencherais donc sur ce que tu m'as souligné pour voir ce que je peux améliorer ;)

Au plaisir de te relire et de partager plus avant cette histoire avec toi =^v^=

Emmy
sOfie
Posté le 19/02/2021
Bonjour,
chaque semaine je dévore avec autant de plaisir tes chapitres ! j'aime beaucoup l'ambiance que tu as créer tes personnages, tu écrit très bien j'ai l'impression de lire un roman déjà publié ! au point que ça en ai presque frustrant de ne pas pouvoir dévorer l'histoire ! (j'avoue qu'en j'aime un livre il ne reste pas longtemps sur ma table de chevet ^^ ) en tout cas c'est une histoire que j'aimerai pouvoir ajouter à ma bibliothèque !! bon courage pour l'écriture et même si je te laisse pas de message, je te dis à la semaine prochaine je serai au rendez vous !!
Emmy Plume
Posté le 23/02/2021
Coucou sOfie !

Quelle joie de lire ton enthousiasme ! Ton commentaire a fait ma journée ^^ Je venais de recevoir un retour assez désagréable d'une personne que je connais (et qui ne m'apprécie pas particulièrement ^^') donc tes mots m'ont rassurés et mit un peu de baume sur mon âme d'écrivain ;)

Je suis d'accord que c'est assez frustrant de ne pas pouvoir accéder à tous les chapitres tout de suite, avoir le livre en main et pouvoir le dévorer d'un seul trait (je suis aussi un peu comme ça). Après, tous ces chapitres sont des premiers jets, donc j'ai moi aussi hâte, et un peu le trac, de vous les faire découvrir ^v^
Et ne t'inquiète pas si tu ne postes pas un message à chaque fois, ça me fait déjà terriblement plaisir de voir le nombre de personne qui lisent et suivent mon roman ^^

A bientôt j'espère =^v^=

Emmy
Hastur
Posté le 19/02/2021
Hello ! :)

Une excellente lecture avant d'entamer ma dernière journée de formation.

Et bien j'ai tout simplement adoré, je ne vais pas m'en caché. Toutes les révélations nous promettent de belles perspectives. Il y a le petit mystère autour du tuteur que nous, comme Mathilde, nous n'avons pas encore vu.

Encore une fois, l'hésitation de Mathilde au tout début du chapitre est très parlante.

Aujourd'hui, je crois avoir d'autant plus pris conscience de la fluidité de ton écriture. Dernièrement, j'ai eu l'occasion d'écouter un podcast qui parlait en partie d'écriture, et du coup à la lecture de ce chapitre cela m'a d'autant plus frappé :).

Je te dis donc à la semaine prochaine ! :)

A très vite !

P.S. J'ai ENFIN vu ta réponse à mon message privé. C'est une boîte mail que je n'ouvre pas souvent et je ne pensais pas que ces messages arrivaient par mail x).
Emmy Plume
Posté le 23/02/2021
Hello Hastur !

Merci pour ton commentaire, toujours premier au rendez-vous. Excuse-moi pour cette réponse tardive, mais internet est une denrée rare, surtout dans ma maison de Bretagne. ^^'
Donc je peux ENFIN te répondre ( cela dit c'est plus des remerciement qu'une vrai réponse XD).
Et que de compliments ! Tu me gâtes ;)

Ce chapitre est en effet assez charnière, vu que ce sont les premières informations officielles que Mathilde apprends sur les Sylphes. Elle est aussi établie dans sa hiérarchie, avec un Tuteur assigné (encore inconnu au bataillon ;).

ça me fait plaisir de voir que tu trouves mon écriture fluide (d'autant que tous ces chapitres sont des premiers jets... ), C'est beaucoup de travail, alors le voir reconnu et apprécié me réjouit beaucoup XD

J'espère que cette fluidité perdurera et que l'histoire continuera à te plaire ;)

A vendredi prochain pour un nouveau chapitre =^v^=

Emmy

PS: contente d'apprendre que tu as trouvé mon message, je suis d'accord, ils sont assez dur à trouver ^v^'
Vous lisez