Chapitre 14

Notes de l’auteur : Bonne lecture !

Elaran et Mathéis, suivis des soldats qui les accompagnaient, avaient atteint Arenell au petit matin, après une nuit sans sommeil. Épuisé, Mathéis en était presque venu à se réjouir des raisons diplomatiques les obligeant à faire une halte dans la demeure du duc d’Arenell, qui veillait sur le vaste duché.

C’est ainsi qu’ils firent leur entrée dans la cour de l’imposante demeure. Le duc, prévenu de leur arrivée dans la ville, les attendait et les soldats purent s’installer dans la cour tandis que des serviteurs se précipitaient pour répondre à leurs besoins.

Elaran et Mathéis, pour leur part, s’empressèrent de suivre le duc à l’intérieur. Celui-ci leur proposa aussitôt de faire préparer des chambres pour qu’ils puissent prendre un peu de repos. Si Elaran refusa sèchement, Mathéis ne se priva pas pour accepter la proposition sous le regard noir de son oncle.

- Laisse tes soldats se reposer, dit-il à Elaran. Ils n’en seront que plus efficaces.

- Ils ne sont pas là pour prendre du bon temps, répliqua sèchement ce dernier. Et toi non plus.

Mathéis ne sembla pas touché le moins du monde et se contenta de hausser les épaules. Mais alors qu’il s’apprêtait à suivre un serviteur, il lança par-dessus son épaule :

- Toi aussi tu devrais te reposer, cela te détendrait.

Et il n’attendit pas la réponse avant de disparaître au détour d’un couloir.

- Ah la jeunesse, soupira le duc d’Arenell. Bien, souhaitez-vous me suivre dans l’un de mes salons ? Nous y serons plus à notre aise pour discuter.

Elaran acquiesça, l’air agacé, et le suivit.

 

Lorsque Mathéis rejoignit Elaran dans le salon, quelques heures plus tard, le soleil était désormais haut dans le ciel.

- Comment va le duché ? demanda-t-il.

- Le duché va bien. Mais je m’étonne que t’y intéresses, répliqua Elaran sans lever les yeux de la carte qu’il étudiait avec soin.

- Pur formalisme, répondit Mathéis en prenant place dans un fauteuil, l’air calme.

La politique ne l’intéressait pas vraiment, il lui préférait l’histoire et la littérature, qui convenaient mieux à son doux tempérament. Son oncle l’ignora. Mathéis attrapa une grappe de raisin dans une coupelle près de lui et s’apprêta à prendre à nouveau la parole quand il s’arrêta soudainement en plein mouvement. Un grain de raisin tomba au sol et roula sur le tapis richement décoré alors qu’Elaran relevait brusquement la tête.

- C’est…

- Altaïs, gronda Elaran.

Les sourcils de Mathéis s’arquèrent sous l’effet de la surprise. La magie d’Altaïs, qui avait  jusqu’alors seulement laissé des effluves légères, emplissait désormais l’air. Et cela ne pouvait signifier qu’une chose : le jeune homme était entré dans la ville.

Enfant déjà, la magie d’Altaïs brillait comme un phare et se déversait autour de lui avec une telle force qu’il avait rapidement dû apprendre à la maitriser. Pour ne pas écraser ceux qui l’entouraient et pour protéger son intimité, la magie étant porteuse de ses émotions. Il y était d’ailleurs parvenu avec aisance. Mathéis se demandait donc bien pourquoi, alors qu’il était en fuite, Altaïs ne semblait plus y parvenir. C’était incompréhensible.

Était-ce lié à cette vague de magie pure qui avait détruit la porte nord lors de la fuite de son cousin ?

Elaran le sortit brutalement de ses pensées quand il s’élança vers la porte du salon qu’il ouvrit sans douceur.

- Toi, tu restes là ! jeta-t-il à son neveu.

- Mais…

- Trop de monde ne fera qu’attirer inutilement l’attention.

Et il disparut dans le couloir, laissant Mathéis abasourdi.

 

***

 

L’univers d’Altaïs s’était réduit à l’obscurité. Aveuglé, allongé, ballotté, il luttait pour réfréner l’angoisse qui l’envahissait alors que de mauvais souvenirs effleuraient son esprit.

Enfin, les bruits de pas des chevaux, qui claquaient sur le pavé de manière régulière, s’arrêtèrent. La bâche qui l’emprisonnait se souleva et il dut plisser les yeux quand la lumière se déversa autour de lui.

- Tu peux sortir, il n’y a personne ici.

Il se redressa rapidement, pressé de retrouver la terre ferme sous ses pieds. Mais lorsque ses bottes prirent appui sur les pavés, il vacilla légèrement.

- Tu es blessé, constata Hanna, l’air soucieux.

- Ce n’est rien.

Altaïs jeta un bref coup d’œil autour de lui. La charrette s’était arrêtée dans ce qui devait être l’arrière-cour d’une boutique. Comme le lui avait annoncé la jeune femme, ils étaient seuls.

- Tu vas te faire remarquer avec cette tenue.

Elle désigna la cape déchirée au niveau de l’épaule et tachée d’incarnat.

- Je n’ai pas vraiment le choix, répliqua le prince.

En toute honnêteté, c’était loin d’être son plus gros problème. La jeune fille soupira et se dirigea vers l’avant de la charrette où son jeune frère tenait encore les rênes des chevaux. Elle se pencha pour attraper quelque chose et revint rapidement vers Altaïs, un paquet de tissu dans les mains.

- Prends ma cape, dit-elle. Et donne-moi la tienne.

Surpris par l’initiative, Altaïs acquiesça et ôta sa cape avant de prendre celle d’Hanna, aussi noire que l’ébène. Une fois l’échange fait, il plongea ses prunelles pâles dans les yeux mordorés de la jeune femme.

- Merci, dit-il.

Un air mutin se dessina sur le visage d’ordinaire si sévère de la jeune femme.

- Ne te fais pas attraper, ce serait dommage après tout cela.

Les sourcils d’Altaïs se froncèrent légèrement quand il demanda :

- Sais-tu où je pourrais trouver un apothicaire ? Pas trop regardant sur sa clientèle de préférence.

Hanna adopta un air pensif.

- Près du Grand Temple, il y en a un qui revendique aider tous ceux dans le besoin.

- D’accord. Merci pour votre aide à tous les deux, dit Altaïs, plus doux.

Et il se dirigea vers la sortie de l’arrière-cour qui devait, au vu des bruits des passants, donner sur une rue plus animée.

- Au revoir Monsieur Étoile ! cria Laelan.

- Au revoir Monsieur le Prince, lança sa sœur, comme un écho.

Altaïs se raidit et tourna la tête à demi, mais l’air sincère et amusé de Hanna le rassura et il leur fit un bref de signe de main pour les saluer en retour, un léger sourire en coin. Il était touché. Peut-être parce qu’il n’avait pas souvent été aidé au cours de sa vie. Ou peut-être simplement parce que cette douce bonté qu’il entrevoyait chez eux lui réchauffait le coeur. Mais il ne pouvait se permettre de rester plus longtemps à leurs côtés, ce serait les mettre en danger.

Il rabattit la capuche sombre de la cape sur sa tête et, d’un pas vif, accéda à la grande rue sur laquelle donnait l’arrière-cour.

 

Le Grand Temple d’Arenell était l’un des plus célèbres lieux de culte d’Aeldor. Merveille architecturale au même titre que celui de la capitale, on le disait aussi ancien que le royaume lui-même. À sa vue, Altaïs ne put empêcher ses pensées de dériver vers ce qu’il avait appris, il y a des années de cela. Le peuple d’Aeldor n’avait pas pour coutume de se répandre en prières auprès des dieux, qui pour lui relevaient davantage des légendes, lui avait-on expliqué. En revanche, le culte qu’il vouait à la Magie était d’une importance primordiale. Les Aeldoriens avaient toujours été particulièrement proches de la magie, bien plus que d’autres peuples, et pour cela ils la vénéraient.   Ils lui rendaient hommage dans les Grands Temples dont la beauté était à couper le souffle ou dans des sanctuaires disséminés à travers le pays. Car chaque habitant y avait recours, ne serait-ce qu’un tant soit peu. Car elle constituait une partie de leur âme. À l’inverse, dans la majorité des pays voisins, une quantité incommensurable de choses étaient tombées dans l’oubli, et si la magie était toujours présente, ils s’en étaient progressivement détachés.

Altaïs avait déjà vu le Grand Temple d’Arenell, il y a longtemps, et celui-ci était aussi impressionnant que dans ses souvenirs. Légèrement plus petit que celui de la capitale, où les membres de la famille royale se rendaient souvent, il n’en était pas moins construit dans le marbre le plus blanc. Celui-ci, exposé à la lumière du soleil, devenait incandescent quand les rayons s’échouaient sur sa surface richement ornée. Les sculptures et les colonnes qui soutenaient le temple étaient à elles-mêmes une œuvre d’art et, enfant, Altaïs aurait pu passer des heures à admirer chaque détail de celui de la capitale s’il en avait eu l’occasion.

Les prêtres et prêtresses du temple étaient réputés pour apporter leur aide à tous ceux dans le besoin. Que Hanna l’ait orienté vers un apothicaire proche du lieu de culte, et qui devait probablement lui être lié, n’était donc pas une mauvaise idée.

Il arriva jusqu’à la boutique sans encombre. Celle-ci était facilement reconnaissable à une grande enseigne, sur laquelle une fiole était représentée, au-dessus de la porte. Altaïs regarda l’intérieur de l’échoppe à travers la vitre. Il n’y aperçut personne, mais cela ne l’inquiéta pas outre mesure. S’il n’y avait pas de client, il était probable que l’apothicaire se soit retiré dans l’arrière-boutique.

Il s’apprêtait à rentrer quand soudain, les bribes d’une conversation lui parvinrent sur le côté.

- Ils sont arrivés tôt ce matin. Le Grand Conseiller ainsi que le jeune frère du Roi. Ils étaient accompagnés d’une poignée de soldats.

- Il paraît qu’ils traquent le régicide.

- Quelle histoire tout de même… Comment peut-on être mauvais au point d’assassiner son propre oncle ?

Altaïs serra les dents. Ces mots qu’il savait partagés par une grande partie de la population n’en étaient pas moins douloureux et meurtrissaient toujours son cœur malgré les années. Déjà à la Cour du roi, où les rapaces n’attendaient qu’un instant de faiblesse pour frapper, ils résonnaient autour de lui. Mauvais. Dangereux. Néfaste.

Ses poings se serrèrent de fureur. Elaran avait parfaitement réussi son coup. Et le voilà maintenant en ville, prêt à se jeter sur ses traces à tout moment - et nul doute qu’il lui faudrait peu de temps pour le retrouver puisque le prince était toujours incapable de maitriser sa magie -. Comme s’il n’avait pas déjà suffisamment de problèmes, pensa Altaïs avec une pointe d’amertume et de cynisme.

Mais Alexander l’attendait, et il ne pouvait pas se permettre d’échouer. Il prit alors une grande inspiration, relâcha la pression sur ses mains, et entra d’un pas décidé dans la boutique.

Celle-ci était petite, mais suffisamment bien agencée pour pouvoir se déplacer en toute quiétude. Les murs étaient tapissés d’étagères qui regorgeaient de plantes en tout genre et qui diffusaient une senteur un peu âcre dans la pièce. À peine Altaïs fut-il entré que quelqu’un sortit de l’arrière-boutique et se présenta au comptoir.

Un prêtre. Altaïs avait vu juste en pensant la boutique dépendante du Grand Temple. L’homme était plutôt âgé mais la fine tresse caractéristique et la robe blanche ceinte d’une corde dorée ne laissaient aucun doute sur la question. Le regard de l’homme passa rapidement sur la capuche qui dissimulait le visage du prince, mais il ne fit pas de commentaire, au grand soulagement d’Altaïs.

- Que puis-je faire pour vous ? demanda-t-il, affable.

- J’ai besoin d’un antidote. C’est urgent.

Les sourcils du prêtre se froncèrent légèrement.

- Pour quel type de poison ?

- Un poison fait à base d’hellébore.

Les sourcils se froncèrent encore davantage.

- C’est un poison bien dangereux.

- C’est pour cela que c’est urgent, répliqua Altaïs avec impatience.

- Bien, ne bougez-pas.

Le prêtre disparut à nouveau dans l’arrière-boutique et le prince l’entendit fouiller, probablement parmi des fioles au vu des tintements qui lui parvenaient. L’homme ne tarda pas à revenir, un petit flacon au creux de sa main. Il le posa sur le comptoir, devant Altaïs.

- À administrer le plus rapidement possible.

- Cela fonctionne toujours après plusieurs heures ? demanda le prince, d’une voix moins assurée.

- Ne perdez pas davantage de temps.

Altaïs s’empressa de sortir sa bourse.

- Combien vous dois-je ?

L’homme lui indiqua le prix et il paya, déposant les petites pièces dorées à côté du flacon avant d’attraper celui-ci et de le ranger précieusement. Puis, il salua le prêtre et tourna les talons. Il devait faire vite.

Quand il sortit, il fit quelques pas dans la rue en direction de l’endroit d’où il était venu. Mais son instinct lui dicta soudain de bifurquer dans une ruelle adjacente.

Quelques instants plus tard, Elaran, accompagné de deux soldats de son escorte, apparaissait dans la rue menant au Grand Temple. Altaïs jura.

Ce n’était vraiment pas son jour.

Il s’esquiva discrètement, mais il savait que son oncle n’aurait aucune difficulté à pister sa magie. Soudain, une idée germa dans son esprit alors que son regard se levait vers le Grand Temple d’Arenell. Le marbre, visible entre les toits des maisons, brillait d’un éclat aveuglant. Les temples étaient des lieux neutres, inviolables.

Il s’élança vers le lieu de culte, convaincu qu’il s’agissait là de son seul moyen d’échapper à ceux qui le poursuivaient.

 

Elaran pouvait sentir la magie d’Altaïs évoluer autour de lui. Il avait suivi les traces qu’elle laissait jusqu’à cette rue animée qui conduisait au Grand Temple. Puis, celle-ci s’était soudainement agitée, plus fébrile. Sans hésitation, l’homme se mit à courir, pas gêné le moins du monde par son armure légère qui disparaissait sous des vêtements coûteux ni par sa longue épée, attachée à sa ceinture.

Sa propre magie cherchait furieusement à assujettir celle qu’il recherchait, sans y parvenir pour autant, mais sans la perdre non plus.

Il s’engouffra dans une ruelle, suivi des deux soldats qui l’accompagnaient, ignorant les regards curieux qui se posaient sur eux. Cette fois, Altaïs ne lui échapperait pas. En se rendant à Arenell, celui-ci avait signé son arrêt de mort.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Gabhany
Posté le 04/03/2021
Hello ! Le calme avant la tempête j'ai l'impression !! Cette chasse à l'homme en arrière-plan est stressante ^^ Je retire ce que j'ai dit au chapitre précédent sur l'aide apportée par Hanna et son frère, c'était intelligent justement qu'Altaîs se fasse la remarque qu'une telle générosité est rare. En tout cas le prince prend de sacrés risques pour aider Alexander car il devait savoir que sa magie le trahirait... je file lire la suite !
Mathilde Blue
Posté le 05/03/2021
Coucou !

Hihi, je suis contente que ça te donne cette impression de stress ^^ C'est chouette si tu trouves que finalement l'aide apportée par Hanna et Laelan est réaliste ! Et oui... Il se doutait qu'il allait se retrouver en difficulté... Mais bon, que ne ferait-il pas pour Alexander ? ^^

À tout de suite !
AnatoleJ
Posté le 28/02/2021
Aaaaaah mais non là, c’est quoi cette fin ! Je retire ce que j’ai dit, j’aurais dû lire plus lentement pour ne pas avoir à attendre au pire moment xD (c’est pas gentil de nous faire souffrir comme ça !)

Même si Alexander commence à me manquer un peu, c’était chouette de voir Altaïs évoluer seul (pour la première fois depuis longtemps, mine de rien), et surtout de le voir interagir avec des gens globalement plutôt sympathique ^^
On savait déjà qu’Elaran n’était pas amour et douceur, mais je trouve qu’ici (surtout avec la toute dernière phrase, brr), il augmente encore d’un cran au niveau dur/flippant, ce qui est très bien pour nous faire stresser, parce que je suis moyen convaincu que se cacher dans le temple va suffire...

Mes notes comme d’habitude :
- « Toi aussi tu devrais te reposer, cela te détendrait. »
Ce Mathéis me plait bien, il est vraiment relax xD

- « La magie d’Altaïs, qui avait jusqu’alors seulement laissé des effluves légères, emplissait désormais l’air. »
Aaaaaaaaaaaaaaaah non il est grillé si vite D:

- « Enfant déjà, la magie d’Altaïs brillait comme un phare »
Je comprends mieux pourquoi le petit bout l’a comparé à une étoile haha

- « Au revoir Monsieur Étoile »
Il est si choupi, je l’adopte direct T_T

- « Car chaque habitant y avait recours, ne serait-ce qu’un tant soit peu. Car elle constituait une partie de leur âme. »
La répétition de « car » me parait un peu lourde telle quelle, mais si les deux phrases avaient le même rythme et longueur ça passerait ? (à tester, je n’en suis pas sûr)

- « À l’inverse, dans la majorité des pays voisins, une quantité incommensurable de choses étaient tombées dans l’oubli, »
Ici je ne suis pas certain du sens de « choses », on parle de magie, mais ce n’est pas vraiment clair ce que sont ces choses par rapport à elle : des pratiques, éventuellement ? Ou peut-être des connaissances ?

- « Les sculptures et les colonnes qui soutenaient le temple étaient à elles-mêmes une œuvre d’art »
Un petit « à » en trop !

- « le prince l’entendit fouiller, probablement parmi des fioles au vu des tintements qui lui parvenaient »
Micro-détail : « au vu » fait penser à la vue (même s’il est parfaitement utilisable dans ce contexte), mais comme on est dans un passage auditif, ça pourrait valoir le coup de reformuler pour rester le plus possible centré sur ce sens

- « Ce n’était vraiment pas son jour. »
C’est jamais ton jour p’tit gars, mais ça va aller, des cookies t’attendent au bout de la ligne

Voilà pour ce dernier chapitre, je vais donc attendre patiemment la suite héhé
A bientôt :D
Mathilde Blue
Posté le 01/03/2021
Désoléééééée ! (En plus c’est vrai qu’il s’en passe des choses dans le chapitre suivant :x)

Oui, pour une fois ça lui fera du bien d’avoir des contacts humains qui se passent bien ^^ Elaran flippant ? Je vois pas du tout pourquoi tu dis ça… Et puis comment ça tu ne fais pas confiance à Altaïs et au Grand Temple ? Tout va trèèèèès bien se passer…

Pour tes notes :

« Ce Mathéis me plait bien, il est vraiment relax xD »
J’avoue qu’écrire cette réplique m’avait bien fait rire xD

« Aaaaaaaaaaaaaaaah non il est grillé si vite D: »
Il a vraiment pas de bol, c’était courru d’avance…

« Je comprends mieux pourquoi le petit bout l’a comparé à une étoile haha »
Hihi, encore tellement de mystères ^^

« Il est si choupi, je l’adopte direct T_T »
Trop de pureté, ce monde le mérite pas.

« C’est jamais ton jour p’tit gars, mais ça va aller, des cookies t’attendent au bout de la ligne »
xD

Merci pour toutes tes notes, qui me seront très utiles !
À bientôt :D
Hastur
Posté le 27/02/2021
Hello !

Ah ah ça sent, soit la bagarre, soit le coup bien tordu, pour le prochain chapitre ! Je vote quand même pour le seconde option vu les pensée d'Altaïs !

Chapitre fort sympathique. Notre apothicaire n'est VRAIMENT pas regardant ! C'est sympathique de sa part de véritablement aider malgré toutes les questions que soulève la demande d'un tel antidote :). Mais tout le justifie très bien en amont, et ça passe naturellement.

Il me tarde de lire la suite !

Je te laisse mes petites notes :
"Un grain de raison tomba"
de raisin ? hi hi

"Trop de monde ne fera qu’attirer inutilement l’attention."
Mais oui bien sûr ! Le joueur de pipeau ! Vilain va !

"Car chaque habitant y avait recours, ne serait-ce qu’un tant soit peu. Car elle constituait une partie de leur âme."
Deux car en début de phrase à la suite. Peut-être un peu lourd/bizarre.

"Mauvais. Dangereux. Néfaste."
Néfastes ?

"par son longue épée, attachée à sa ceinture."
sa longue épée

A très vite ! :)
Mathilde Blue
Posté le 27/02/2021
Coucou !

J'espère que quoi qu'il s'y passe, le prochain chapitre te plaira ^^ Sinon oui, clairement l'apothicaire n'est pas sélectif sur sa clientèle x) Mais c'est le principe des prêtres haha.

Merci pour tes notes, je devais être fatiguée à la relecture ^^'

À bientôt :D
petite_louve
Posté le 25/02/2021
Mais nooon ! Arrête de finir tes chapitres ainsi xD Tu fais souffrir ma patience !

Encore un très beau chapitre qui m'enthousiasme toujours autant ! C'est toujours super et on a toujours envie de savoir la suite ! Les actions sont très bien menées ! J'ai hâte d'avoir la suite !

bon courage ^^
Mathilde Blue
Posté le 25/02/2021
Coucou ! Désolée xD (J’adore ça hehe)

Je suis contente que ça te plaise ;) J’espère que tu ne seras pas déçue par la suite (j’ai un petit faible pour le chapitre 15 ^^) !

À bientôt !
Blanche Koltien
Posté le 24/02/2021
Hello!!

Je suis toujours autant enthousiasmée par ton livre, vraiment!!
Seule petite coquille: "Un grain de raison" -> de raisin plutôt non? ^^

Enfin, à part ça tout est vraiment top! L'enchaînement de l'action, le suspens, bref, top!! J'ai beaucoup aimé la description "Sans hésitation, l’homme se mit à courir, pas gêné le moins du monde par son armure légère qui disparaissait sous des vêtements coûteux ni par son longue épée, attachée à sa ceinture."

Et j'ai hâte de savoir ce qu'il va se passer et comment Altaïs va s'en sortir! Ce qui m'amuse, c'est qu'il reste toujours un peu mystérieux pour le lecteur, on sent bien dans son attitude la tension qui l'imprègne, fruit des érpeuves qu'il a subit.

Bon courage pour la suite!
Mathilde Blue
Posté le 25/02/2021
Hello !

Oups, merci, tu fais bien de me le signaler ^^'

Je suis contente que l'histoire te plaise toujours, et que tu sois convaincue par l'enchaînement des actions !
Du coup pour cette description ça fait match nul pour l'instant x)

J'espère que tu apprécieras le prochain chapitre (parce qu'effectivement, jusque là Altaïs a un peu du mal à s'ouvrir) ^^

À bientôt :D
Cherry
Posté le 24/02/2021
Hello, c'est encore un beau chapitre :)

il s’arrêta soudainement en plein mouvement. Un grain de raison tomba au sol et roula sur le tapis richement décoré alors qu’Elaran relevait brusquement la tête. = je trouve mettre des mots finissant en « ment » alourdit la phrase, surtout qu’il y a en a pas mal dans ce passage ^^

Un air mutin se dessina sur le visage d’ordinaire si sévère de la jeune femme. = dire que d’ordinaire elle est sévère est contradictoire puisqu’ils ne se connaissent pas depuis longtemps.

Car chaque habitant y avait recours, ne serait-ce qu’un tant soit peu. Car elle constituait une partie de leur âme. = répétitions de « car »

Sans hésitation, l’homme se mit à courir, pas gêné le moins du monde par son armure légère qui disparaissait sous des vêtements coûteux ni par son longue épée, attachée à sa ceinture. = j’ai un peu de mal avec la tournure de cette phrase

J’ai bien aimé Hanna et son petit frère dans ce chapitre ^^ dommage qu’il n’y ait pas plus d’interaction entre eux et le Prince. Même si Mathéis n’a qu’un rôle mineur, je trouve que ses répliques sont cools et elles lui vont bien. Il pourrait faire une bonne dynamique avec son oncle qui est terne et austère😉

d’ailleurs je suis un peu déçue de la réaction de Mathéis lorsque Elaran lui ordonne de ne pas bouger alors qu’il avait dit à sa sœur qu’il s’assurerait de garder à l’œil leur oncle (et de garantir qu'il n'arriverait rien à Altaïs). C’est contradictoire avec son personnage sur ce coup car il reste sans rien faire. Je me suis demandée pourquoi est-ce qu’il n’a pas plus insisté ou même protesté pour accompagner son oncle (et Mathéis doit se douter des intentions d'Elaran justement)

Il me semble que c’est aussi le seul et premier chapitre où Alexander n’intervient pas. Il commence à me manquer tiens ! Et tu nous laisse encore avec un cliffhanger !

bye bye
Mathilde Blue
Posté le 24/02/2021
Coucou !

T’es super efficace ^^ Je suis contente que le chapitre te plaise :D (J’ai corrigé plein de trucs sur ce chapitre aujourd’hui donc c’était un peu le stress ^^’).

Je prends bien note de tes remarques en ce qui concerne la forme ! Merci !

Moi aussi j’aimais bien Hanna et Laelan haha, j’étais triste que leur passage soit si bref, mais ça m’aurait semblé peu réaliste qu’ils aient davantage d’importance. Ils font ce pour quoi ils s’étaient engagés en faisant entrer Altaïs dans la ville, mais ensuite ils reprennent leur vie tranquille !

En ce qui concerne l’attitude de Mathéis (ravie que ses répliques te plaisent ^^), il obéit parce que s’il a effectivement promis de garder un œil sur Elaran, il peut difficilement lui désobéir de façon aussi directe puisqu’il lui est actuellement subordonné (et qu’il a pas vraiment une nature « rentre dedans »). Et Elaran ne lui a de toute manière pas vraiment laisser le temps de réagir. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne compte pas s’affirmer par la suite, sait-on jamais ;)

Moi aussi Alexander m’avait tellement manqué à ce moment T_T

À bientôt !
Cherry
Posté le 24/02/2021
Hé bien, ça explique des choses effectivement ^^ j'attends de voir pour Mathéis.
C'est bien aussi de faire intervenir des personnages qui vont reprendre leur train-train quotidien sans forcément faire un truc de folie pour l'intrigue. Mais Laelan a du potentiel avec son super pouvoir T.T je pensais qu'il aurait un rôle plus prononcé

J'ai hâte de lire la suite :)
Mathilde Blue
Posté le 25/02/2021
Oui je suis d'accord ! Et en ce qui concerne le pouvoir de Laelan, c'est un pouvoir rare, mais pas non plus unique ;)

À bientôt !
Vous lisez