Chapitre 12 - Corps-à-corps - Kaya

Notes de l’auteur : Voilà le dernier chapitre avant ma pause :) Kaya revient début mars si tout va bien. À bientôt <3

 Étrange les effets de cette pilule. À la fois énergisants et en même temps, j'avais l'impression qu'on m'aspirait de l'intérieur cette force. Compliqué de mettre des mots dessus. Comme si on asséchait mes cellules une à une, mais qu'en même temps cela les électrisait, me rendant force et énergie en bataille. Vraiment déroutant. J'espérais sincèrement qu'il avait raison et qu'il n'y aurait aucun effet secondaire à ce produit miracle qui sauvait visiblement notre peau pour aujourd'hui. Je comptais bien faire attention par la suite afin de ne pas devoir recourir à nouveau à ce genre de stratagème. Qui sait s'il n'y aurait pas des effets d'accoutumance ? Je n'ai que trop en mémoire les drogues de l'Ancien Monde et je ne serais pas surprise qu'ils utilisent des méthodes similaires pour nous faire tenir.

 La pause de midi venait de finir. Slyder nous attendait dans la salle d'entraînement pour le combat au corps-à-corps. Même si je connaissais quelques prises, je me doutais que cela serait loin d'être suffisant. Au moment où la sonnerie retentit pour la deuxième fois, nous nous trouvions déjà en face de lui. Dans sa main, il tenait une boîte. En nous voyant arriver, il l'ouvrit et nous laissait découvrir son contenu. Trois montres. Toutes identiques. Elles ressemblaient à celle que j'avais vue au poignet de Dante la veille. Elles avaient donc un but bien précis, mais lequel ?
 — Voici vos Slydewatch, dit-il sans plus d'informations.

 Nous restions interdits face à lui, que souhaitait-il que l'on fasse ? Il avait été clair juste avant la pause, pas d'initiative.
 — Vous attendez quoi ? Mettez-les !

 Sans discuter, nous nous emparâmes des... Slide quoi déjà ? Ah oui, Slydewatch. Tu parles d'un nom ! Une fois en mains, elles s'activèrent. Un faisceau rouge scanna nos visages avant d'indiquer le numéro qu'ils nous avaient attribué. Elle nous informa ensuite à quelle catégorie de Synchro nous appartenions.
 — Sujet N°3754, Synchro I.
 — Sujet N°6584, Synchro III.
 — Sujet N°4203, Synchro IV.

 Ce n'était pas une surprise me concernant, mais je me demandais ce que ça impliquait. Que ce soit pour moi, ou bien pour Caden. Connaître notre niveau de Synchro, c'était bien, mais ça nous avançait à quoi ? Devant notre incompréhension, Slyder prit la parole :
 — Ces montres vous serviront d'indicateur quant à vos émotions et votre état général de santé. Maintenant que vous connaissez votre niveau, il vous faut savoir que la suite sera plus difficile pour certains, claqua-t-il en me fixant un peu trop à mon goût.

 Son regard me faisait penser à celui d'un serpent. Ce serpent qui attendait que la proie tourne la tête pour l'encercler et l'étouffer sans qu'elle ne puisse se défendre. Hors de question de devenir sa proie. Je soutins son regard, ce qui le fit arquer un sourcil. Cependant, il reprit comme si de rien n'était.
 — Ne l'enlevez pas, même pour vous laver ou dormir. Ce serait une très mauvaise idée. Je vous conseille de vous familiariser à son utilisation. Cela vous sera utile ultérieurement. Maintenant, on va voir de quoi vous êtes capable et on va commencer par 4203.

 Timidement, elle s'avança et se plaça face à lui à moitié tremblante. Sans même la prévenir, il fondit sur elle. Lya n'eut pas le temps de réagir qu'elle était déjà clouée au sol. La douleur la pliait en deux, mais il s'en fichait. Slyder s'acharnait sur elle. Tant et si bien qu'il me fit penser à Hécate de par le plaisir qu'il prenait à la faire souffrir. Dans son état, impossible qu'elle se relève. Las, il la projeta sur le côté avant de demander à Caden de venir.

 Le ton était donné. Soit nous contre-attaquions, soit nous nous faisions tabasser sans ménagement. Je ne cherchais pas à aider Lya qui peinait à se relever, haletante. Il avait été particulièrement clair à ce sujet. Pas d'aide. Je me faisais vomir devant tant de couardise. Ma vie valait-elle vraiment plus que la sienne ? Je secouais la tête. Peut-être pas, mais hors de question de la risquer maintenant.

 Je me rappelais les moments où j'avais craqué entre les mains d'Hécate. La provoquant volontairement pour mettre fin à mes jours plus rapidement. Faire cesser ces tortures que je ne supportais plus. Ces moments où la folie me gagnait et où je tirais sur les menottes à m'en entailler les poignets. À en rire comme une forcenée. Caden n'avait pas été en reste non plus de ce côté-là. Comment avait-on réussi à tenir ? C'était une de ces questions qui m'échappait encore. Kali était-elle derrière ça ? Mais alors Caden, lui, comment avait-il fait ? Une chose était certaine, tout ça nous avait marqués à vie. Si nous parvenions à nous sauver de cet enfer, il était clair que nous aurions à affronter à certaines conséquences que nous ne mesurons pas encore.

 Tirée de mes pensées par les éclats de rire de Slyder, la réalité s’imposa de nouveau à moi. Caden ne s'en sortait pas trop mal et paraît quelques coups de notre instructeur, mais la plupart faisaient mouche. Malgré tout, il tint bon et ne flancha pas. Je crus même qu'à un moment, il finirait par lui attraper la cheville. Hélas, c'était trop beau être vrai et sans que je ne comprenne comment, il se retrouva lui aussi au sol, le nez en sang. Il sortit du terrain d'entraînement sans demander son reste et c'était maintenant mon tour.

 Je n'avais aucune envie de me battre contre ce type. Mon corps entier frissonnait rien qu'à imaginer devoir l'affronter. Je me mis en garde comme l'oncle de Tom nous l'avait appris et tournait autour de lui sans savoir vraiment quoi faire. L'attaquer ou attendre qu'il lance les hostilités ? Il ne me laissa pas plus de temps et s'élança vers moi si vite que je ne pus qu'encaisser le coup de pied qui me projeta en arrière. Un genou au sol, je manquai déjà d'air. Comment faisait-il pour être si fort en une seule frappe ? Il s'avança vers moi tout doucement, comme pour profiter du spectacle et cela me mit tellement en rage que je fonçais sur lui pour l'attaquer. Après tout, s'il y avait bien un moment où je pouvais relâcher toutes mes envies de meurtre, c'était maintenant. Autant ne pas louper le coche. Pour autant, aucune de mes attaques n'atteint son objectif. Pire ! Il attrapa ma main droite au vol, et me donna un coup de tête qui me repoussa à nouveau. Le sang qui perlait de mon arcade vint teinter de rouge ma vision. Ce bâtard arborait un rictus de plaisir dont j'aurais aimé déformer les traits par la douleur, mais voilà qu'il revenait déjà à la charge avec un crochet de droit et du gauche, ce qui me fit basculer en arrière. Tout s'enchaînait trop rapidement. Les lignes de la salle tournaient autour de moi et je n'arrivais déjà plus à suivre la cadence. Il tenta de me donner un coup de pied dans le dos et sans trop savoir comment, j'esquivai son coup et me retrouvais derrière lui à lui faire une clé d'étranglement. Enfin, un peu d'amusement, se réjouissait Kali qui venait de réapparaître.
 — Tu montres enfin tes vraies capacités. On va pouvoir s'amuser, railla-t-il.

 Il se bascula en avant, m'entraînant au passage et me plaqua au sol avec une telle force que je lâchais prise. Le souffle coupé, je me relevai immédiatement. Je voulais jeter l'éponge, mais mon alter-égo ne l'entendait pas de cette oreille. Elle voulait se battre, elle avait besoin de se défouler et elle ne comptait pas me laisser de répit. Voilà que je me battais contre moi-même en plus de Slyder maintenant ! Comme si j'avais besoin de ça ! Je ne contrôlais plus mon corps. Spectatrice infortunée de ce combat insensé, j'absorbais juste la douleur sans que mon apparence charnelle n'en laisse paraître la moindre souffrance. Slyder semblait s'en amuser et attaqua plusieurs fois sans réussir à atteindre son objectif. Kali profitait allègrement de cette liberté. Ses réactions étaient bien trop fluides et rapides pour être celle d'une novice. Combien de fois avait-elle pris les commandes auparavant ? C'était ça toutes mes absences ? Hécate m'entraînait déjà - malgré moi - à tuer ? Les coups s'enchaînaient entre eux, sans que je ne puisse intervenir. Comment pouvais-je reprendre le contrôle ? Comment Kali faisait ? Il y avait bien quelque chose, alors comment ? Mais sans me laisser plus de temps pour y réfléchir, une douleur sourde s'insinua encore en moi. Si forte, que ma vision s’obscurcit. Je sentis mon corps s'écraser au sol, puis le silence s'imposa à moi. Le silence et surtout, les ténèbres. Aussi effrayante que libératrice.

 Lorsque je repris connaissance, je me trouvais sur le banc, une poche de glace sur la tête. Je tentai de me relever, mais je fus assailli par une fulgurante migraine qui me força à me recoucher. Slyder se planta au-dessus de moi, muni de son rictus toujours aussi flippant.
 — Merci pour cette séance. Tu as encore beaucoup à apprendre, mais c'est déjà pas mal. Hécate a fait du bon boulot. C'est ton binôme qui se chargera de la suite te concernant. Enfin, s'il revient. Vous avez quartier libre jusqu'à ce soir. C'est assez pour l'instant. Ce serait dommage de perdre d'aussi bons éléments, dit-il en laissant son regard glisser entre Caden et moi avant de partir de la pièce en exigeant que Lya l'accompagne.

 Qu'est-ce qu'il entend par « s'il revient » ? Où est parti Dante ? Kali ?! Ah ! Le mal de crâne m'empêchait de réfléchir correctement. Bien sûr, madame faisait la sourde oreille maintenant ! Tout ce que je savais, c'est qu'elle avait pris son pied à affronter Slyder. Je suis complètement détraquée, cette fois, c'est sûr ! Mon meilleur ami s'avança dans ma direction tandis que sa colocataire s'était précipitée en boitant derrière Slyder.
 — Tu va mieux ? s'enquit Caden.
 — On va dire ça, répondis-je en m'asseyant avec difficulté. Qu'est-ce qui s'est passé ?
 — Slyder t'a mis une raclée, mais je dois avouer que tu t'es bien défendue. T'as réussi à lui péter la lèvre et rien que ça, ça faisait plaisir à voir. Moi, je l'ai à peine effleuré !
 — C'est pas moi, lâchais-je amère.
 — Qu'est-ce que tu veux dire ?
 — Ce n'est pas moi qui l'ai amoché, c'est... Écoute, je ne comprends pas comment ça fonctionne, mais ça à avoir avec cette histoire de Synchro I. Je ne sais même pas comment te l'expliquer tellement c'est compliquer pour moi. J'ai l'impression de devenir dingue ! tentais-je d'expliquer.

 Cette fois, les dés étaient jetés. Je lui en parlais enfin. D'une certaine manière, je lui en aurais bien parlé plus tôt sans ces foutus sonomètres, mais une partie de moi éprouvait un profond malaise à avouer ce que je vivais. J'avais peur de sa réaction. Je savais qu'il ne me fuirait pas, mais me regarderait-il avec pitié comme ce jour où l'on m'avait volé ma dignité ? Ou encore ces jours où je me blessais volontairement ? J'avais envie de fuir loin de lui. Je ne voulais pas revoir cette culpabilité dans son regard en plus du reste.
 — Pourtant cette fois, tu n'avais pas... tu sais, tes yeux, ils étaient restés de la même couleur. Est-ce que serait comme lui ? questionna-t-il plus pour lui que pour moi, pas vraiment surpris.

 Pour le coup, c'était moi qui étais perdue ! La seule chose dont j'étais certaine, c'est que visiblement, il m'avait déjà vu comme ça avant. Et qui entendait-il par « lui »?
 — Lui ? De qui tu parles ? Oh ! Arrête avec tes yeux de chien battu et dis-moi ce que tu me caches ! Je sais que ça à un rapport avec mon absence de l'autre jour. Tu vas te décider à cracher le morceau, oui ?

 Il soupira avant de regarder au loin et de poser la main sur la mienne.
 — Je... C'est compliquer. Il y a plein de choses qui m'échappent encore. Laisse-moi du temps, demanda-t-il sincère.
 — Mais tout est compliqué ici ! explosais-je Depuis le début rien n'a de sens ! Dès qu'on trouve des réponses, d'autres questions apparaissent ! C'est sans fin. J'ai besoin de la vérité. Je ne peux laisser Kali reprendre le contrôle !
 — Kali ? répéta-t-il sans comprendre.
 — C'est son nom.
 — À qui ?

 Je pointai ma tête de l'index et le regardai avec un sourire qui était plus là pour me donner du courage qu'autre chose.
 — Mon double, si on peut l'appeler ainsi ? C'est pour ça que j'ai besoin de réponse. Je ne comprends même pas comment je peux avoir un autre « moi ». Mentalement parlant je veux dire.

 Il passa son bras autour de ma taille et je laissai ma tête retomber sur son épaule. Son geste se voulait réconfortant, mais la crispation qui émanait de lui ne réussissait qu'à me donner envie de craquer encore plus.
 — Je... Tu n'as pas ce genre de chose, toi ?

 Il secoua la tête.
 — Je n'y comprends vraiment rien ! Si on est des Synchros tout, même si notre niveau est différent, pourquoi moi, j'ai ça et pas toi ?

 Il me regarda, choqué. Comme si cette idée l'horrifiait. Pensait-il que je lui souhaitais de vivre la même chose ?
 — Non ! Ce n'est pas ce que... je voulais dire. Désolé, je suis contente que tu ne connaisses pas ça. C'est juste que... si c'était quelque chose de répandu chez tous les niveaux de Synchro, ce serait peut-être plus simple pour gérer ce... truc.
 — Écoute, je n'ai pas de réponse à ces questions. Concernant ce jour-là, pour te la faire courte, on a essayé de s'enfuir et on s'est foiré magistralement. Rien de plus.

 Mais oui, bien sûr ! Tu omets juste le plus important ! Râla Kali qui venait de rejaillir d'outre-tombe. Et pour une fois, j'étais d'accord avec elle. Sa mâchoire s'était crispée, comme lorsqu’il mentait pour me protéger enfant. Sauf que là, c'était lui qu'il protégeait. Ou quelque chose d'autre. Quelqu'un d'autre, tu veux dire, souffla de nouveau mon double.
 — Tu ne me dis pas tout. Tu te rends bien compte que je saurais tôt ou tard ce que tu me caches ?

 Il passa la main dans ses cheveux, contrarié.
 — Je sais. Tu es bien trop... têtue pour ça. Laisse-moi du temps, d'accord ? Je dois digérer tout ça d'abord.
 — On est deux, mais je déteste rester dans l'ignorance.

 Il se leva d'un coup, manquant de me faire tomber au passage. Qu'est-ce qui lui prenait à se lever comme ça ? Il se tourna vers moi et un sourire en coin, reprit la parole :
 — Tu peux te lever ?
 — Je pense, pourquoi ? Quel rapport avec notre conversation ?
 — Aucun, trancha-t-il. Je me disais juste qu'on devrait profiter de notre temps libre pour faire le tour de cet endroit, avant de devoir retourner à nos chambres, non ? Je doute que nous ayons beaucoup d'autres occasions comme celles-ci.

 Il détournait la conversation, mais son invitation était plus que tentante. Il avait raison. Autant profiter de ce moment pour en apprendre le plus possible. J'avais comme le sentiment, que de toute manière, mes réponses arriveraient bien assez tôt comme ça. Sans laisser plus de place au doute, je me mis aussi debout et nous nous dirigeâmes vers l'entrée. Non pas pour tenter de nous enfuir, mais noter tout ce qui constituait notre environnement extérieur et y déceler d'éventuelles brèches.  

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 13/04/2021
Je suis en train de me dire un truc : c'est quand même paradoxal que les personnes les plus avantagées et respectées soient les synchro 1, donc ceux qui ont réussi à développer une seconde personnalité ! C'est comme si dans notre monde on essayait de rendre les gens schizophrènes exprès c'est quand même étrange xD Ça rend la raison du pourquoi du comment encore plus curieuse du coup ! (Oui je me fais cette réflexion que maintenant, on peut pas être un génie sur tous les points xP)

J'ai beaucoup aimé le corps à corps de Kaya/Kali contre Slyder ! Le fait que Kali et Kaya arrivent à collaborer et cohabiter est intéressant, je suis curieuse de voir quels avantages ça peut leur apporter par la suite ? L'idée, enfin ce que semble sous-entendre Slyder, c'est que lorsqu'elles agissent ensemble elles sont plus fortes ! Donc hâte de voir ce que ça peut donner par la suite, notamment quand Kaya/Kali se retournera contre ses tortionnaires :)

P.S. Caden m'agace à pas vouloir parler à Kaya làaaaaaa ! J'ai envie de le secouer xD
Sklaërenn
Posté le 14/04/2021
Coucou, j'ai rencontrer le même bug que toi pour l'autre commentaire quand j'ai voulu te répondre hier soir. Je recommence donc ahah.

Pour le pourquoi du comment sur les Synchros I, je vais expliquer un peu par la suite :) Mais pas dans la partie encore en ligne X) en fait, c'est même pas encore écrits éwè

L'équipe Kaya / Kali peut-être utile ou leur desservir. Tout ça, ça se verra par la suite ahah. Mais je suis contente que tu ai aimé ce passage.

Pour le moment où Kaya/Kali se retournera contre leur tortionnaire, ce ne sera pas tout de suite, il y aura un petit moment, mais pas encore vraiment a fond non plus. Enfin, tu verra ;)

ps : Ouiiiiiiii, moi aussi il m'énerve XD Il ne va même pas vraiment lui parler en plus. Elle va être au courant, mais pas grâce à lui.
dodoreve
Posté le 18/02/2021
Caden et Kaya peuvent enfin parler un peu ! Mais je pensais vraiment que Caden allait lui dire, ça m'énerve qu'il garde les choses pour lui, surtout que comme Kaya le remarque, elle finira bien par l'apprendre. J'ai bien aimé les sous-entendus ("si Dante revient") et la manière dont Kali réapparaît sans prendre complètement le contrôle.
Bon courage pour ton opération, reviens-nous vite et en bonne santé ! :)
Sklaërenn
Posté le 18/02/2021
Oui, il fallait bien qu'ils puissent parler à un moment donné ahah. Oui, Caden m'énerve aussi à ne pas vouloir lui dire XD Contente que les sous-entendu et les apparitions de Kali te plaise. Je me suis beaucoup amusé à la faire intervenir de ci, de là :D

Merci <3
Vous lisez