Chapitre 12. Abolition

Par dcelian
Notes de l’auteur : Bonsoir !
Cette fois, c'est un chapitre très étrange qui donne un aperçu plus large de l'intrigue de mon histoire. Je préfère le dire tout de suite : ne rien comprendre est l'effet recherché !
C'est aussi un chapitre très court, mais il m'a demandé beaucoup de temps et de réécritures, vu j'ai mis un paquet d'essais à lui donner une forme qui me satisfasse. Mais bon, je dois avouer que je suis plutôt content de ce résultat.
Pour compenser sa petite taille, je vais peut-être publier un chapitre vendredi en plus de celui-ci. Rien n'est certain, mais c'est envisagé.
Enfin bref, on s'en fiche un peu, je verrai ça plus tard !
Bonne lecture, et bonne soirée :)

La nuit est noire, ce soir. Elle profite aux Ombres et autres créatures des ténèbres, celles qui se faufilent dans les sommeils, celles à qui le silence sourit discrètement au coin des rues. Pourtant, ce n'est qu'un homme qui se terre là, derrière les ordures, dans la ruelle humide et ensevelie sous l'obscurité. Il est vêtu d'une tenue sombre qui le dissimule parfaitement au regard de n'importe quel passant.
Il attend patiemment. Il attend son heure, et il sait pertinemment qu'elle ne tardera plus.
Il bruine sur la ville et sur ses pensées troubles, ça fait comme un voile qui brouille les perspectives, un voile presque translucide qui brouille le silence et ses contours, qui semble tout alourdir. A moins que ce ne soit la pression qui monte ? Il ne saurait dire.
Son visage détrempé ruisselle de la longue attente. Combien de temps, maintenant, qu'il est là, qu'il ne respire qu'à moitié, de peur d'effrayer les Ombres ?
Il a perdu le compte. Il est seul, c'est tout ce qui compte, c'est la seule chose qui importe encore.
Il attend patiemment. Il attend son heure, et il espère secrètement qu'elle ne le lui fera pas regretter.
Et cette pluie qui n'en finit plus, cette pluie qui sème le froid et qui assomme... Ses vêtements humides lui collent à la peau. Et puis, il y a les crampes, aussi. Il n'a pas bougé depuis un moment, alors forcément, elles ne manquent pas d'aller et de venir, de le surprendre dans les moments d'inattention. Il sent sa chair qui frémit, il sent ses muscles qui protestent et ses os qui gémissent, mais il ne fait pas un geste, il reste là, immobile, c'est tout ce qui compte, c'est la seule chose qui importe.
Là-haut, derrière le gris des nuages, derrière les Ombres et leurs formes dansantes, on distingue vaguement les lueurs d'une pleine lune.

Soudain, deux silhouettes se dessinent aux extrémités de la rue.
Tapis dans son coin, tapis sous les poubelles et dissimulé dans leur puanteur répugnante, l'homme inspire un grand coup, il rassemble sa concentration. Il sait tout le poids de la tâche qui lui incombe. Il chasse le froid, les douleurs et la lourdeur, il les oublie pour un temps, il s'oublie totalement. Echouer n'est plus une option. La pluie et les ténèbres le lui murmurent à l'oreille.
Dans un mouvement presque symétrique, les deux apparitions se rapprochent lentement l'une de l'autre pour finalement se rejoindre non loin de lui.
Son point d'écoute est décidément parfaitement choisi. Il tend l'oreille.
Ça va commencer.

— Vous n'avez pas été suivi.e ?

Etrangement, il est incapable de dire si la voix qui s'exprime est celle d'un homme ou d'une femme. Elle a une consonnance tout à fait neutre, tout à fait plate, elle est autant aiguë qu'elle est grave. Toujours dissimulé derrière les sacs à ordure, toujours immobile et cloîtré dans son silence, il fronce les sourcils lorsque la voix qui lui répond prend la même tonalité indéchiffrable.

— Non.

— Bien. Ne perdons pas plus de temps.

L'autre hoche la tête, visiblement déterminé.

— Où en sont les recherches ?

— Elles avancent. Rapidement, même. Nous travaillons à présent sur les sujets, les résultats sont concluants. Nous ne devrions pas tarder à venir à bout de cette énigme...

— Enfin...

— Oui, enfin.

La silhouette marque une pause légèrement dramatique, comme si elle savourait ces quelques mots, comme si la phrase qui allait suivre serait décisive.
Il y a un instant de flottement, un court instant où le temps se suspend un peu, ou l'atmosphère se charge d'électricité et de mystère.
Finalement, l'inconnu sourit. Il sourit dans l'ombre, et ce sourire sonne le glas, il sonne la fin d'une ère, la fin d'un monde.
Il sourit dans les Ombres, et ce sourire est comme une lueur dans la brume, il est comme les lueurs dans la nuit, il indique la voie à suivre, il murmure aux oreilles égarées, il chante le commencement et le renouveau.

— Ce n'est plus qu'une question de semaines avant le lancement du projet Abolition.

 

Abolition ?

 

Il n'en est pas sûr, dissimulé dans son recoin sombre, mais il croit voir l'autre sourire en retour. Il ne distingue pas réellement son visage, juste cette bouche qui s'étire lentement vers le haut et ce silence qui perdure. C'est un silence lourd, tendu, un silence qui semble précéder aux grandes choses.
Il frissonne.

— C'est parfait", souffle la silhouette.

L'autre ombre sort alors un paquet de documents d'une sacoche, puis les tend vers la première qui s'en saisit. Il règne toujours cet étrange flottement, cette étrange magie dans l'air, mais elle semble se rompre peu à peu, comme si l'instant était terminé, comme si le pire n'était plus à redouter.

— Voilà le rapport, tout y est inscrit. Je vous laisse en prendre connaissance, je pense pouvoir dire que vous serez... étonné.e par nos découvertes.

Que contiennent ces notes ? Que signifie ce nom de code ? L'ampleur que prend cette rencontre dépasse toutes les attentes. Depuis les ténèbres, l'homme suffoque un peu. Cet instant restera à jamais gravé dans sa chair. Il sent qu'il vient d'assister à quelque chose qui le dépasse totalement, quelque chose d'immense qui plane sinistrement au-dessus de la ville et des nuages gris.
Il faut absolument qu'il rapporte ces propos à... Mais son coeur se serre avant qu'il ait le temps de finir sa pensée. Un coup de vent plus tard et il s'effondre au sol dans un bruit mat, au milieu des ordures.
Demain, lorsque le jour sera nouveau et frais, lorsque le vent aura balayé les nuages et que tout cela semblera lointain, bien lointain, demain, lorsque son corps sera découvert par l'Inquisition, gisant là, foudroyé, on détournera honteusement le regard.
Encore un arrêt cardiaque. Si jeune... C'est vraiment malheureux. D'autant que ce n'est pas la première fois. Mais on ne posera pas de question. Personne ne pose jamais de question.
Alors l'affaire sera réglée, et le secret définitivement emporté dans la tombe.
Abolitionlueur d'une nuit sans lune, retournera dans les Ombres d'où elle vient.
Ou du moins...

Pour un temps.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 18/04/2022
Holàààà. <3 Et wow, avec ta note d’auteur, ça possède le mérite d’intrigueeeer *-* Et c’est vrai que ton chapitre possède une forme différente de d'habitude, pour notre plus grand bonheur hihi. Déjà au niveau du style, c’est un délice, et pour le contenu, rahlalalaaaa, je veux savoooir ! Ces deux silhouettes/créatures qui n’ont pas de genre (déjà cool d’utiliser l’écriture inclusive ;)) et qui ont cette sorte de projet d’abolition, je me demande bien ce que ça trame… Soit abolir les humains, soit les gens hors norme, un peu mi-homme mi-Ombre comme Soa, soit je sais pas ? Et cette mort à la fin du chapitre soudain, ça fiche le frisson ! Supra hâte d’en découvrir plus <3

« Et cette pluie qui n'en finit plus, cette pluie qui sème le froid et qui assomme... » >> La pluie qui assome, j’adore l’image.

« Il sourit dans les Ombres, et ce sourire est comme une lueur dans la brume, il est comme les lueurs dans la nuit. » >> J’aime là aussi.

« Demain, lorsque le jour sera nouveau et frais, lorsque le vent aura balayé les nuages et que tout cela semblera lointain, bien lointain, demain, lorsque son corps sera découvert par l'Inquisition, gisant là, foudroyé, on détournera honteusement le regard. » >> Le rythme de ta phrase ici est supra génial !

Voilooou, pas grand-chose d’autre à ajouter, un chapitre bien mystérieux qui relance de ouf l’intrigue. C’est cool parce que ça montre qu’il existe des « forces » supérieures à Soa et Gaëlle, qu’ils sont sûrement pas au courant de tout ça et qu’ils devront s’y frotter à un moment où à un autre… Hâte de voir ça !

Bisouuuu <3
dcelian
Posté le 18/04/2022
Hihiiii re-coucou et YES un chapitre bien particulier, content qu'il t'ait plu !!
Effectivement, y a tout qui change légèrement et je trouve que ça fait beaucoup de bien à écrire, un petit passage d'autre chose qui recentre l'histoire autour de l'intrigue globale et qui essaie aussi de replonger le lecteur dedans du même coup c:

"et pour le contenu, rahlalalaaaa, je veux savoooir !"
>> HIHIHI

"Ces deux silhouettes/créatures qui n’ont pas de genre (déjà cool d’utiliser l’écriture inclusive ;))"
>> Oui ! alors franchement pour être 100% honnête j'aurais préféré éviter parce que je trouve pas ça très choli, mais bon j'ai pas eu le choix ! Je voulais absolument pas qu'on sache s'il s'agit d'hommes ou de femmes qui dialoguent. C'est dommage parce qu'à l'oral ça fonctionnait sans "inclusion" :
"suivi.e" et "étonné.e" => on fait pas la différence quand on le dit. DOMMAGE mais bon c'est la vie !

"et qui ont cette sorte de projet d’abolition, je me demande bien ce que ça trame… Soit abolir les humains, soit les gens hors norme, un peu mi-homme mi-Ombre comme Soa, soit je sais pas ?"
>> Houuu j'aime bien tout ce que tu dis là. C'est grave intéressant c: Merci de partager tes ptites théories avec moi là c'est trobien punez

"Et cette mort à la fin du chapitre soudain, ça fiche le frisson ! Supra hâte d’en découvrir plus <3"
>> HA TOP TU ME FAIS TROP PLAISIR

"C’est cool parce que ça montre qu’il existe des « forces » supérieures à Soa et Gaëlle, qu’ils sont sûrement pas au courant de tout ça et qu’ils devront s’y frotter à un moment où à un autre… Hâte de voir ça !"
>> J'ai aussi beaucoup trop hâte de déployer toute cette intrigue. On est encore loin d'une quelconque fin, mais ça promet d'être une aventure vraiment chouette *-*

<3<3<3 MERCI ENCORE
Raratralala
Posté le 08/04/2022
Intriguant ce début de chapitre. Il y a des éléments de la description qui me font penser à ton chapitre d'introduction, je suppose que l'effet est tout à fait volontaire. Dans tous les cas ça fonctionne très bien.

Oh et puis là, je suis À FOND DEDANS ! Non seulement je suis dévorée de curiosité, mais en plus l'idée d'ouvrir juste un aperçu sur une intrigue plus grande fonctionne à merveille et est très bien placée dans le déroulement de tes chapitres. Quel scénariste ! Je suis complètement ferrée !

Sinon, c'est très joliement écrit, très fluide, on ne sent pas du tout les heures de travail que tu y as consacré(es ? Je suis tellement une bille en grammaire...) Bien joué !
Raratralala
Posté le 08/04/2022
Ah, je me permets mon hypothèse, pour le fun : une puissance X mène des expérimentations secrètes sur des mélanges Ombres / Humains comme Soa for example. 😛
dcelian
Posté le 09/04/2022
ihvphehgigep MERCI ROHLALAA
Trobien si ce chapitre t'a emballée, c'est vraiment cool. Et merci pour tes compliments, c'est beaucoup trop, vraiment <3

J'adore cette idée de semer les indices peu à peu, même s'ils ne sont destinés à prendre sens que beaucoup plus tard dans l'histoire. C'est top si tu trouves que ça arrive au bon moment, et c'est top si ça te donne envie d'avancer pour découvrir de quoi tout ça retourne. Vive les mystères, hihi

Merci aussi pour l'écriture, je voulais effectivement quelque chose qui soit différent des chapitres "normaux" qui mettent en scène soit Soa soit Gaëlle, c'est bon de savoir que tu as trouvé ça agréable à lire malgré tout !

Et enfin merci pour ton hypothèse, elle est super intéressante ! Je n'en dis pas plus, évidemment, je te laisse découvrir où tout ça finira par te conduire... J'ai trop hâte !!

<3 à bientôt
AnatoleJ
Posté le 21/08/2021
Hello :D

C’est presque étrange que ce petit chapitre soit un chapitre, finalement, parce qu’on n’y suit un personnage qui n’est ni Soa ni Gaëlle, donc plusieurs options :
- on a un troisième personnage principal qui fait son apparition (sauf qu’il meurt à la fin, donc euh... mauvaise option xD)
- tu fais exprès de ne pas le présenter comme un interlude pour nous perturber, criminel que tu es
- life is chaos et je dois arrêter de réfléchir haha

Bon et sinon vu qu’il se passe plein de choses qu’on est pas censés comprendre, je vais faire de mon mieux pour sortir des théories plus ou moins foireuses, par principe, c’est parti :
C’est des ombres qui veulent abolir un truc, donc déjà, on peut éliminer le projet de supprimer taco tuesday, c’est cruel mais pas assez diabolique (quoi que les ombres qu’on a croisées jusqu’ici ont l’air assez sympathiques finalement)
Abolir les humains ? Abolir la séparation avec les humains ? (symbolisée par Soa qui a une dégaine d’humain mais a aussi des lucioles ? S’ils touchent à ce petit gars je fais grève) C’est un « projet », ça sonne comme un truc scientifique (d’autant qu’ils parlent de recherches et de sujets, c’est glauque), est-ce que c’est le nom de code pour une grosse arme ? est-ce que Soa a pu être un de ces sujets un jour ?
Bref j’ai pas le choix hein, je vais devoir lire la suite pour savoir, quel scandale x)

Mes petites notes :
« La nuit est noire, ce soir. Elle profite aux Ombres et autres créatures des ténèbres, celles qui se faufilent dans les sommeils, celles à qui le silence sourit discrètement au coin des rues. »
J’aime bien ces deux phrases, très jolie entrée en matière !

« Il bruine sur la ville et sur ses pensées troubles, ça fait comme un voile qui floute les perspectives »
J’ai l’impression qu’il y a un petit changement de registre avec le « floute », peut-être que « brouille » serait plus approprié ? (sauf si ça colle moins avec le personnage, bien sûr)

« — Vous n'avez pas été suivi.e ? »
Une petite écriture inclusive sauvage apparaît (et ça fait plais’) ! Du coup forcément je suis en train de me demander si ces ombres sont non-binaires, ou si c’est parce que le personnage qu’on suit ne genre pas ses incertitudes par défaut, ce qui en dirait long mais comme il est mort on ne saura jamais x)

« Elle a une consonnance tout à fait neutre, tout à fait plate, elle est impossible à catégoriser. »
Je chipote, mais neutre est une catégorie, c’est un peu contradictoire :P

« Il sourit dans l'ombre, et ce sourire sonne le glas, il sonne la fin d'une ère, la fin d'un monde. »
J’étais un peu perdu (et je le suis toujours), j’ai d’abord pensé que c’était notre champion olympique de cache-cache dans les détritus qui souriait (puisque il utilise le pronom « il » depuis le début et que c’est un inconnu aussi, pour moi), puis finalement on dirait que c’est l’une des personnes qui parlent ?

Voilà pour ce chapitre, à bientôt sur le suivant ! :D
dcelian
Posté le 22/08/2021
Coucou :D
Ravi de te revoir par ici !

Comme tu dis, ce petit chapitre est pour le moins particulier et confus, et bien que j'aie grandement apprécié tes théories, il semblerait que tu doives effectivement lire la suite si tu veux savoir ce qu'il en est :^)
Cela dit tu m'as beaucoup fait rire, mais je ne suis quand même pas assez cruel pour supprimer Taco Tuesday (pour quel genre de monstre tu m'as pris ?), alors "life is chaos" reste l'option la plus probable, ce qui n'est pas pour me déplaire. héhé (rire diabolique)
Quant à tes théories sur l'Abolition, je vais bien évidemment me garder de te spoil quoi que ce soit, mais je dois dire que j'aime beaucoup les endroits où ton esprit s'est rendu. J'espère que la suite lui donnera raison, au moins partiellement, sait-on jamais ?
Merci pour tes petites notes, elles sont toujours aussi adorables et agréables à lire. J'ai adopté ta suggestion pour "brouille", merci pour ça ! Et pour les autres :

"Une petite écriture inclusive sauvage apparaît (et ça fait plais’) ! Du coup forcément je suis en train de me demander si ces ombres sont non-binaires, ou si c’est parce que le personnage qu’on suit ne genre pas ses incertitudes par défaut, ce qui en dirait long mais comme il est mort on ne saura jamais x)"
Ici comme tu l'as compris j'ai décidé d'utiliser l'écriture inclusive parce que le personnage qui aperçoit la scène ne parvient pas à identifier les deux énergumènes dans la nuit noire. Pour la neutralité je te rejoins effectivement, je vais modifier ça d'une façon ou d'une autre !

"J’étais un peu perdu (et je le suis toujours), j’ai d’abord pensé que c’était notre champion olympique de cache-cache dans les détritus qui souriait (puisque il utilise le pronom « il » depuis le début et que c’est un inconnu aussi, pour moi), puis finalement on dirait que c’est l’une des personnes qui parlent ?"
Effectivement, ça peut être complexe de comprendre qui est qui, mais je pense que je vais laisser ça comme tel pour le moment puisque cette scène est de toute façon destinée à provoquer une grande confusion. Du reste, j'ai écrit "il" parce que le sujet était "l'inconnu", donc je l'ai mis au masculin. Mais quand c'est "la silhouette" qui est sujet, alors je mets "elle", donc je ne genre pas les deux inconnu.e.s si c'était la question ;)

Ce chapitre pourrait clairement être amélioré, et je m'y attellerai un de ces jours, mais je suis déjà content de voir que t'as apprécié certains trucs ! Merci pour ta relecture, pour ta lecture et ton commentaire, et à très vite :D
dodoreve
Posté le 10/03/2021
"Je préfère le dire tout de suite : ne rien comprendre est l'effet recherché !" Moi, automatiquement : "Try me, bro"
"Elle profite aux Ombres et autres créatures des ténèbres, celles qui se faufilent dans les sommeils, celles à qui le silence sourit discrètement au coin des rues." Oh la la, ça commence bien. Cette phrase est formidable. Pas sûr que je me remette de ce silence.
"n'importe quel passant potentiel" J'ai trouvé que "potentiel" ça tirait un peu le rythme de la phrase vers le bas. Puisque c'est "n'importe quel" passant, il est un peu redondant, à mon avis le reste suffit ! Surtout qu'avec "Il attend PPPatiemment" qui suit, ça alourdit d'autant plus le rythme (lis-le à l'oral peut-être si tu ne l'as pas encore fait). Après ça pourrait être un effet recherché (surtout avec "PPPertinemment"), mais lourdeur et patience ne sont pas deux ressentis qui s'associent avec évidence à ce passage je trouve ! Enfin en tout cas c'est comme ça que je le perçois. Si c'est pas clair ce que je raconte, disons que cette patience, si elle avait dû se vivre sous la pluie, qui alourdit les manteaux (+ "ruelle humide et ensevelie sous l'obscurité"), je l'aurais bien associée à la lourdeur ici. À moins qu'il pleuve, justement ? Ou à moins que le brouillard soit si épais que son humidité alourdit les choses ? Dans ce cas là je demande qu'à ce que tu développes ce truc là, parce que je ne doute pas que ce serait génial. (Pas sûr que ce soit plus clair pour autant mon affaire, mais on en rediscute si tu veux !)
"et ce sourire est comme une lueur dans la brume" <3
...Bon, j'avoue tout : j'ai pas réussi à comprendre. Mais tout fonctionne parfaitement : le mystère est très bien géré, on essaie de tirer sur le moindre détail, de lire entre les lignes, et ça nous interroge à la fois sur ce qu'on a déjà pu lire, et ce qui va suivre.
Je suis d'accord avec Sklaërenn : simple, mais efficace !
À VENDREDI ALORS (je rigole, tu fais ce que tu veux ahah)
dcelian
Posté le 10/03/2021
""Je préfère le dire tout de suite : ne rien comprendre est l'effet recherché !" Moi, automatiquement : "Try me, bro""
Hahahaha j'ai pas lu "bro" tellement "b*tch" est automatique dans mon esprit x) Le PIRE c'est que je me suis même pas senti attaqué.

Très intéressante, ta remarque ! J'ai effectivement fait exprès pour l'allitération en P, le but était comme tu le dis de souligner la lourdeur de l'instant, mais maintenant que tu le relèves, c'est vrai que j'aurais pu l'accentuer beaucoup plus, parce que là on comprend pas trop !!
DU COUP j'ai ajouté deux petits paragraphes au début qui parlent de ça, de cette lourdeur et de son stress. ça te dérangerait de me dire ce que t'en penses ? Est-ce que c'est mieux ? Est-ce que tu vois encore quelque chose qui cloche ? Bref, si t'as le temps, je suis curieux de savoir ce que t'en penses !
Merci à toi aussi de pas m'épargner et de relever les trucs qui vont pas, d'ailleurs, c'est top parce que je m'en rends pas forcément compte moi-même, mais ça me saute aux yeux quand tu les mentionnes après (comme tu disais : on est plus intelligents à deux cerveaux !!)

""Elle profite aux Ombres et autres créatures des ténèbres, celles qui se faufilent dans les sommeils, celles à qui le silence sourit discrètement au coin des rues." Oh la la, ça commence bien. Cette phrase est formidable. Pas sûr que je me remette de ce silence."
""et ce sourire est comme une lueur dans la brume""
ahhhhhh merciiiii c'est trop gentil, j'adore ces phrases moi aussi, trop content qu'elles te plaisent *-*

"...Bon, j'avoue tout : j'ai pas réussi à comprendre." c'est pas faute d'avoir prévenu hehe
Tant mieux si ça marche quand même, content que ça vous fasse vous poser des questions et que ça continue à donner envie de lire la suite !!
à PEUT-ÊTRE vendredi, oui !! (j'entends ton insistance - comment faire autrement hahaha - et je la prends en compte, ça me fait plaisir !)
dodoreve
Posté le 10/03/2021
Relecture avec plaisir, surtout si c'est moi qui en redemande ahahah C'est parfait comme ça je trouve ! (Attention, il y a une coquille : "assome" prend deux m.)
On sent bien mieux la lourdeur de l'attente et le poids de la pluie. "Et puis, il y a les crampes, aussi." : Avec cette allitération en "p", ça vient vraiment ponctuer le tout, c'est génial.
Et comme toujours, j'aime beaucoup les répétitions. "Il attend patiemment. Il attend son heure, (...)"
Bref, c'est super, bravo !
dcelian
Posté le 10/03/2021
<3 tu gères, merci beaucoup pour tes retours !
Sklaërenn
Posté le 08/03/2021
Oh, j'adore. Ça me donne tellement envie de poursuivre la suite ahah. Court, peut-être, mais efficace ! Et c'est le principal. On sent un espèce de montée en tension quand il veut prévenir les autres, en parler et ... il n'a le temps de rien, on a pas le temps de comprendre comment, mais il a perdu la vie en un battement de cil. J'ai trop de question ahah.
dcelian
Posté le 08/03/2021
Trop cool, merci pour ton retour !
Tout ce que tu me dis, c'est parfait ! J'ai l'impression d'avoir atteint mon objectif, c'est génial :)
Vous lisez