Chapitre 11 : Une Lune beige

Par Ayunna
Notes de l’auteur : Salutations les petites plumes !
Pour mon histoire, et notamment dans ce chapitre, j'ai beaucoup travaillé sur l'aspect scientifique du rapport au temps, avalant un bouquin du grand physicien du temps Philippe Guillemant,. Puis j'ai sacrément planché là-dessus pour l'expliquer le plus simplement possible. Mais ce que j'évoque dans mon livre à propos de l'aspect vibratoire de l'espace-temps, des autres dimensions, est loin d'être farfelu...c'est même une thèse très plausible qui commence à être entendu aujourd'hui (grâce à la physique quantique et aux recherches sur les trous noirs, trous blancs notamment).

J’observais la planète beige dans les cieux, la bouche grande ouverte.

– Comment suis-je arrivée là ? C’est impossible ! Et comment saviez-vous que j’étais chez Sèvenoir ?

– Pour te résumer brièvement les choses, Orfianne est un monde de magie. Tous les Orfiannais possèdent des pouvoirs. Grâce à mes capacités, j’ai su que Sèvenoir t’avait emmenée : transporter quelqu’un d’un monde à l’autre nécessite une quantité d’énergie incroyable. Cette forme de magie laisse des traces. L’arbre, à côté de ta maison, est en réalité une porte entre nos deux mondes. Nous l’avons fabriquée et placée ici pour te récupérer le moment venu. Nous utilisons l’énergie du chêne afin de créer un passage, une sorte de brèche dans l’espace-temps.

– On croit rêver ! Je ne suis pas sûre de tout saisir. Vous employez toujours le pronom « nous », de qui parlez-vous ?

– De moi et d’autres Orfiannais.

– Attendez, si, effectivement, je me trouve maintenant sur une autre planète, comment se fait-il que nous parlions la même langue ? Vous me parlez en Terrien là, en français plus précisément, tout comme l’homme masqué.

– Non. C’est toi qui, instinctivement, t’es mise à parler en Orfiannais.

Il me répondait la même chose mon ravisseur ! Cela provoqua un déclic en moi : je revisualisai la scène, et me rendis compte qu’effectivement, je n’employais plus le français. Je parlais dans une autre langue sans m’en rendre compte, comme lorsque j’étais enfant. Ma mère m’avait surprise de nombreuses fois en train de soliloquer dans un langage inconnu.

Dans ce cas, mes fameux amis imaginaires étaient peut-être bien réels, eux aussi. Et la chiromancienne-fantôme… venait probablement d’ici !

– Je te l’ai dit, tu viens de cette planète. Tu connaissais déjà notre langue, elle est restée enfouie au plus profond de toi. Tu t’es même aventurée quelquefois sur Orfianne, par la porte de l’arbre. Rarement, puisqu’il est dangereux d’utiliser ce type de transport, mais suffisamment longtemps pour apprendre notre langue – entre autres. Te souviens-tu que tu attendais des amis, auprès du chêne ? Nous venions effectivement te chercher. Tes disparitions ne duraient que quelques minutes, en temps Terrien. En réalité, tu restais ici plusieurs jours.

– Plusieurs jours ! Comment ça ? Je m’en souviens à peine !

 – Le temps s’écoule différemment d’un monde à l’autre. Le temps « linéaire », tel qu’il est conçu par les Terriens, n’existe pas. Seule notre conscience observe le temps qui passe. La flexibilité de l’espace-temps offre des rayonnements extratemporels. On peut parler de dilatation temporelle, ou d’épaisseur du temps. Il s’agit d’isoler localement une zone spatio-temporelle, c’est-à-dire de changer de fréquence, de vibration.

Devant mon expression perplexe, il ajouta :

– La Loi de l’espace-temps est complexe… pour simplifier les choses, sache que nous pouvions te ramener « chez toi » quand nous le désirions. Comme si l’on « remontait » le temps. Tu pouvais vivre d’innombrables expériences sur Orfianne, puis revenir parmi les Terriens l’instant d’après.

– C’est… incroyable ! Mes parents m’ont parlé de mes disparitions. Je me souviens d’avoir vécu des aventures extraordinaires. Je croyais que c’était juste un rêve, un jeu ! Ou que mon imagination débordante avait créé tout ça pour me protéger du réel, comme le font d’autres enfants.

Je fis quelques pas, examinant ce nouveau monde, intriguée. J’étais en train de fouler un sol extraterrestre.

Sérieusement ? Mon Dieu !

Avorian m’observait du coin de l’œil.

– Mais alors, puisque nous parlons une autre langue... comment se fait-il que sur le linceul dans lequel ma mère m'a retrouvée, mon nom a été cousu en alphabet terrien ?

– Les fées sont capables de s'exprimer dans toutes les langues, de n'importe quel monde. Nous voulions que tes parents adoptifs puissent t'appeler par ton véritable prénom. Arianna, une fée d'Orfianne, l'a cousu en employant cette écriture terrienne de ton pays adoptif pour cette raison.

– Une fée ! Incroyable... Donc, récapitulons : je viens de cette planète mais vous m’avez mise sur Terre par « mesure de précaution ». Ensuite, Sèvenoir[1], l’homme masqué, me récupère en affirmant qu’il me connaît également, comme si je l’avais déjà vu durant mon enfance. J’apprends enfin que ce monde est plein de magie... J’ai du mal à concevoir toutes ces choses en même temps.

– Oui, il y a de quoi être déboussolé face à de telles révélations.

– Je suis donc… une espèce d’extraterrestre ?

– D’un point de vue Terrien, oui. Mais il serait plus juste de parler d’une origine « extradimensionnelle ». Tu es Orfiannaise, conclut-il.

– D’accord… Je crois que je suis en train de devenir folle !

Je m’écroulai sur cette mousse si douce, songeant à tout ce que l’on venait de m’affirmer. On entendait le son du ruisseau s’écouler un peu plus loin. Sa mélodie m’aidait à organiser mes pensées.

Étais-je réellement humaine ? Ma physionomie légèrement différente, le fait que je ne sois jamais tombée malade, ces disparitions inexplicables… toutes ces données portaient à croire que je venais effectivement d’un autre monde.

J’avais quitté la Terre ; cette curieuse planète beige le prouvait. Je vivais là quelque chose d’invraisemblable.

Avorian me laissa seule, perdue dans mes pensées.

 

Il revint un peu plus tard, un verre à la main.

– Bois ça, me dit-il. Ça va te faire du bien. Ne t’inquiète pas, ce n’est pas du poison.

Grâce à sa présence douce et rassurante, cet homme gagnait petit à petit ma confiance. Contrairement à l’homme masqué, ce mage me parlait avec beaucoup de bienveillance, et l’endroit où il m’avait amenée me semblait bien plus accueillant.

Complètement assoiffée, je bus ce breuvage couleur orange. Délicieux ! Un jus de fruits et légumes, vraisemblablement. Je ressentis une chaleur légèrement piquante envahir mon corps, à l’image du gingembre. Mes pensées devinrent alors plus claires.

Je caressais le sol moelleux tout en essayant d’assimiler cette surprenante vérité :

– Pourquoi m’avoir mise sur Terre, alors ? Et pourquoi me récupère-t-on maintenant ?

– Sèvenoir t’a enlevée, ce n’était pas prévu. Cela dit, il était temps que tu reviennes.

– Comment ça ?

– La planète Terre est en train de mourir. Et les Terriens avec elle.

 

[1] Traduit des termes Orfiannais « Shi », « Mura », respectivement « Sève », « Noire ». Nêryah entend les mots « Shi » « Mura » et les traduits instinctivement par leur signification, et non comme un prénom. Nêryah les prononce correctement en Orfiannais, mais en relatant son histoire, elle note le sens du prénom, en français, au lieu d’écrire « Shimura ».

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Art of You
Posté le 08/10/2022
Super, comme d'hab.
C'est fou, mon héros va également se retrouver sur une planète dotée d'une grosse lune brune ! Et je parle également en détail des voyages dans l'espace temps et des multiples dimensions et des fréquences vibratoires et et et...
Et finalement, comme chez toi, personne n'est vraiment bon, ni mauvais, j'adore ce concept de nuances de gris.
Nous venons sans doute de la même planète ;-)
Ayunna
Posté le 08/10/2022
Merci merci merciii ! Ah, comme tes commentaires font du bien !! Oui, j'ai vu ces similitudes dans nos univers ;). Comme je te disais dans l'un de mes premiers commentaires, peut-être venons-nous de la même famille d'âme ? Mystère !
Tu connais Philippe Guillemant toi aussi ?
Art of You
Posté le 08/10/2022
Seulement de nom, chercheur français du CNRS.
Je n'ai jamais lu ses ouvrages hélas.
Ayunna
Posté le 08/10/2022
Cela ressemble vraiment à ce que tu décris dans ton histoire ! C'est troublant
Art of You
Posté le 08/10/2022
J'y vais de ce pas !
MayaAubray
Posté le 25/08/2022
C'est très courageux de ta part de t'être plongée dans de la physique pour écrire ton histoire, en tout cas, tu as bien étudié cette thèse, même si elle est pas vérifiée, je trouve ça intéressant, ça donne une touche d'originalité et unique à ton histoire
Beaucoup de choses s'expliquent et j'aime bien l'accent que tu met sur l'importance du conscient dans nos vies
Maintenant, reste à savoir les attentions de chacun...
Ayunna
Posté le 26/08/2022
Exactement ! Tu résumes très bien les choses. Merci de m'encourager autant. Je voulais apporter une notion très réelle dans cette histoire, mais aussi parler de choses philosophiques et spirituelles...
Pour les intentions d'Avorian et de Sèvenoir, on verra au fil de l'histoire que c'est subtil. Ton ressenti sur Sèvenoir est bon :)
Makara
Posté le 18/08/2022
Coucou !
Bon, je suis trop dégoutée, j'avais écris un long com et j'ai été déconnectée et tout perdu :/

Bref, je te disais dedans que c'est un bon chapitre, que j'aime beaucoup la notion de personne extradimentionelle et la notion d'espace Temps que tu évoques ! C'est très original !
J'adore la fin aussi, ça donne bien envie de tourner la page !

Pour les éléments à retravailler, je dirai que tu te répètes un peu sur la langue maternelle de Neryah, tu en as parlé dans le chapitre précédent, peut-être peux-tu aller plus vite dans ce chapitre ci !

En tout cas, elle fait rapidement confiance à Avorian, je sens que ça va lui jouer des tours !

Allez, je te laisse ! Je file écrire mon livre :)

makara
Ayunna
Posté le 19/08/2022
Coucou Makara !
Depuis que je suis arrivée sur ce site, je suis systématiquement déconnectée toutes les deux minutes, cela ne fonctionne jamais chez moi... en fait, je suis obligée de faire "copier/coller" quand j'écris un commentaire car à chaque fois cela efface tout. Au début je me suis fais avoir. Maintenant je sélectionne et copie avant de faire publier. Mon problème n'a jamais été résolu, c'est galère quand j'écris ou lis

Merci pour ton retour, zut, j'aurais voulu lire le gros commentaire ^^
J'ai beaucoup travaillé sur l'aspect scientifique du rapport au temps, avalant un bouquin du grand physicien du temps Philippe Guillemant, j'ai sacrément planché là-dessus pour l'expliquer le plus simplement possible. Mais ce que j'évoque dans mon livre est loin d'être farfelu...c'est même une thèse très plausible qui commence à être entendu aujourd'hui (grâce à la physique quantique et aux recherches sur les trous noirs, trous blancs notamment). Je souhaite vraiment développer quelque chose de fort à travers cette trilogie fantastique.

Pour la langue, j'en parle lorsqu'elle est avec Sèvenoir, et à ce moment là, elle ne réalise pas qu'elle parle Orfiannais. Je le précise une fois dans ce chapitre, pour que ce soit bien clair. On lui dit une première fois, elle ne s'en rend pas compte, on passe à autre chose. Là, c'est le déclic. Pour moi c'est important.

héhé, tu verras pour Avorian. Mes personnages ne sont jamais tout blanc tout noir, c'est ce qui fait la force de leur caractère, et qui peut les rendre attachants ^^

Tes commentaires m'apportent beaucoup alors je prends bien en compte tout ce que tu dis, et les choses qui ne vont pas, pour peaufiner à chaque fois ^^ Merci pour ta lecture fidèle, et pour ton aide !!!

Bonne inspiration pour ton prochain chapitre :)
Vous lisez